Navigation – Plan du site
Recensions

Louis-Marie Rineau, Penser Dieu

Jugement et concept dans la théologie des noms divins d’après saint Thomas, préface du père Thierry-Dominique Humbrecht, o. p.
Pierre Gauthier
p. 434-435
Référence(s) :

Louis-Marie Rineau, Penser Dieu. Jugement et concept dans la théologie des noms divins d’après saint Thomas, préface du père Thierry-Dominique Humbrecht, o. p. , Paris, Pierre Téqui éditeur, « Croire et savoir », 2004, 252 p

Texte intégral

1Que pouvons-nous connaître de Dieu, sinon qu’Il est et qu’en son Être sont résumées toutes les perfections ! Mais alors quel rôle et quelle valeur attribuer au concept dans cette affirmation ? « Notre connaissance de Dieu repose-t-elle d’abord sur le concept, dont il faut admettre qu’il représente plus ou moins parfaitement l’essence divine (Cajetan, Maritain, le P. [Jean-Hervé] Nicolas) ? Ou bien faut-il tenir que nos mots n’engagent jusqu’au bout que des concepts de créature, et réduire nos propositions à des jugements d’existence (Sertillanges), quitte à en souligner la relative positivité (Gilson) ? » (p. 47). L’A., ayant ainsi exposé ces interprétations différentes, entreprend « le recours à saint Thomas » sur lequel toutes pourtant sont appuyées : il s’engage dans une étude du rôle du concept et du jugement dans l’œuvre du maître, en suivant l’ordre chronologique, soit d’abord dans le Commentaire des Sentences, ensuite dans la Somme contre les Gentils et la question de potentia. C’est la partie principale du livre et la plus importante, la deuxième. Textes à l’appui commentés, il montre que la position de S. Thomas a changé ; ses commentateurs s’appuient de préférence sur l’une ou l’autre des œuvres et, pour cela, varient dans leur interprétation. Dans le Commentaire des Sentences, S. Thomas soutient que la ratio, c’est-à-dire le contenu intelligible des concepts que nous pouvons avoir des perfections en Dieu et en nous, est analogiquement une. Mais alors surgit la difficulté de concilier les diverses perfections divines, selon la dictinctio rationum, et l’unité de l’être divin. À la résolution de celle-ci se sont attelés particulièrement Cajetan, Jacques Maritain, le père Garrigou-Lagrange et le père J.-H. Nicolas. « Le tournant du Contra Gentiles », selon le titre de l’A., représente l’abandon par S. Thomas du contenu affirmatif de nos concepts des perfections divines à cause de leur inadéquation à signifier la réalité éminente qu’elles visent : appliqués à Dieu, ces concepts sont et restent des concepts de créature ; or Dieu est absolument simple. S. Thomas a-t-il cédé aux sirènes de l’apophatisme ? C’est ainsi que l’ont compris, non sans des différences qui distinguent leur position respective, le père Sertillanges et E. Gilson. Les écrits de la troisième période, la Somme de théologie et la question de potentia, représentent le sommet de la réflexion de S. Thomas sur les noms divins. S’ils sont bien en continuité avec la Somme contre les Gentils, puisque ici comme là « aucune perfection ne saurait se retrouver en Dieu selon la même ratio qu’en la créature » (p. 160-161), ils sont aussi un retour à une position plus équilibrée où la négation n’est pas le dernier mot. S. Thomas « admet que les noms divins de perfection comme bon, sage, etc. signifient bien la substance divine, et sont en outre attribués à Dieu proprement, et même plus proprement qu’aux créatures » (p. 176). Dans une troisième partie, « essai d’interprétation », l’A. avance sa solution : S. Thomas ne tombe pas dans l’apophatisme que certains lui ont attribué mais il se tire aussi des conséquences fâcheuses d’affirmations trop formelles sur Dieu qu’il avait tenues antérieurement. Ce qui permet de le dire est l’étude de l’articulation du concept et du jugement que nous proférons pour nommer les perfections divines ; cette articulation repose sur l’affirmation fondamentale : Dieu est. Hors de celle-ci, l’apophatisme a quartier libre et « tout essai de penser ‘Dieu sans l’être’ est d’avance vouée à l’échec ». Une bonne bibliographie est donnée à la fin du livre qui a fait d’abord l’objet d’un mémoire de maîtrise et représente une étude courageuse et même audacieuse d’une questio disputata inter doctores. Nous souhaitons au livre, écrit d’une plume déliée et agréable à lire, une large diffusion, et plus encore à son auteur ce que son préfacier appelle l’impossible, mais pourquoi serait-ce impossible : « disposer d’assez de temps pour poursuivre ses recherches » (p. 16), d’un si bon pas commencées !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gauthier, « Louis-Marie Rineau, Penser Dieu », Revue des sciences religieuses, 80/3 | 2006, 434-435.

Référence électronique

Pierre Gauthier, « Louis-Marie Rineau, Penser Dieu », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/3 | 2006, mis en ligne le 13 août 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1962

Haut de page

Auteur

Pierre Gauthier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page