Navigation – Plan du site
Recensions

Thomas d’Aquin, Commentaire du traité de l’interprétation d’Aristote

Traduction, introduction et notes de Bruno et Maylis Couillaud, Paris, Les Belles Lettres, « Sagesses médiévales », 2004, CXXIV et 226 p.
Pierre Gauthier
p. 432-433
Référence(s) :

Thomas d’Aquin, Commentaire du traité de l’interprétation d’Aristote, traduction, introduction et notes de Bruno et Maylis Couillaud, Paris, Les Belles Lettres, « Sagesses médiévales », 2004, CXXIV et 226 p.

Texte intégral

1L’introduction, qui tient largement un tiers du volume, contient les circonstances de la rédaction du commentaire par Thomas et en présente le contenu par une analyse précise. Celui-ci fut composé lors du troisième et dernier séjour de Thomas à Paris, probablement entre décembre 1270 et octobre 1271, pendant sa période la plus prolifique, en réponse à la demande d’un étudiant, Guillaume Berthout (dédicace) ; il est inachevé, arrêté à la leçon 2 du deuxième livre du traité d’Aristote. À la rédaction de ces ouvrages, aux devoirs de l’enseignement et aux obligations de la vie religieuse, s’ajoutait pour Thomas la polémique sur l’interprétation d’Aristote : il y occupait une place médiane entre les disciples parisiens d’Averroës et des amis, tel Bonaventure. À cette première polémique s’en ajoutait une seconde qui divisait les religieux et les séculiers sur la place des Ordres mendiants à l’université : dans celle-ci, Bonaventure était de son côté. Aussi bien la dédicace que le commentaire fut écrit « au milieu des nombreux soucis de mes occupations » ; ce n’est pas une glose de style.

2« Une œuvre pédagogique en dix-sept leçons », titrent les traducteurs et commentateurs, sur un ouvrage d’Aristote « entouré de multiples difficultés » mais pour lequel Thomas garda « bien à l’esprit d’exposer ses vérités les plus hautes aux plus avancés, autant que je le peux, sans manquer cependant d’apporter aux plus jeunes les moyens d’en suivre la progression » (dédicace). C’est ce souci pédagogique qui lui fit préférer, pour son commentaire, la traduction ancienne de Boèce, faite au début du sixième siècle, plutôt que la nouvelle version du commentaire d’Ammonius et du texte d’Aristote que Guillaume de Moerbecke, son confrère dominicain helléniste, venait de faire en septembre 1268 à Viterbe, et que Thomas avait à sa disposition : la traduction de Boèce était la seule que les étudiants de la Faculté des arts de Paris pussent consulter facilement. Le commentaire est une lecture suivie, lectio, du texte, selon trois degrés, la lettre, le sens et la pensée. « L’explication de la lettre est d’abord un travail d’élucidation grammaticale en lien avec le sens ; puis l’analyse du sens lui-même réclame de paraphraser le texte […] dans un souci d’exégèse philosophique ou théologique ; l’explication la plus profonde […] se trouve dans le troisième mouvement qui vise ultimement à dégager le contenu doctrinal voire à le résumer sous forme de synthèse » (p. XXXVI). Les traducteurs donnent des exemples de cette méthode. Cette lecture suivie, qui tend à être une expositio, c’est-à-dire un cours, n’est pas une œuvre purement littéraire ou grammaticale : par le biais des questions et des réponses, elle est une œuvre philosophique : les traducteurs en donnent aussi des exemples. Ils indiquent les textes que Thomas avait à sa disposition, soit principalement les traductions d’Ammonius et de Boèce ; mais par ceux-ci il eut accès aux anciens lecteurs et commentateurs d’Aristote. C’est l’occasion d’un rappel en quelques pages de la tradition des œuvres du Philosophe. S’agissant du Peri hermeneias et de ses commentateurs, voici les noms de cette tradition : Andronicos de Rhodes (1er s. av. J.-C.), Aspasius (mort en 110), Alexandre d’Aphrodise (150-vers 211), Porphyre (vers 234-305), disciple et éditeur de Plotin, Syrianus, mort en 405, Ammonius (vers 440-517), Boèce (480-524), plus tard Averroës (1126-1198) et des commentateurs latins aux XIIe et XIIIe siècles, Pierre Abélard, par exemple. Les traducteurs se demandent ensuite : qu’est-ce que la logique, quelle est son importance pour les autres disciplines, quelle est sa difficulté propre ? Sur la division de la logique, Thomas suit la tradition de Boèce et d’Aristote ; quant à son objet, il « est l’acte de la raison elle-même et ce qui permet de le diriger […]. Ainsi, comme le dit Boèce […], elle n’est pas tant une science que l’instrument des sciences » (p. LXXX) : à ce titre elle est à la fois art et science. Si Thomas commente mot à mot le texte, il ne se prive pas de faire aussi des excursus. Les traducteurs en présentent deux : le premier sur la connaissance de la vérité, le second, plus long, sur les futurs contingents, au terme duquel « Thomas peut alors conclure à juste titre : ‘voilà ce qu’il faut dire pour sauver les raisons de la contingence qu’Aristote établit ici, bien qu’à l’évidence cela dépasse le mode d’une réflexion logique’«  (p. CXVI). Enfin en terminant leur introduction, les traducteurs résument ainsi le but de Thomas : « comment utiliser les mots de la langue pour permettre à l’intelligence de forger en elle la vérité qu’elle veut connaître et transmettre » (p. CXIX). Le problème ainsi posé comprend les trois instances de l’analyse de l’énonciation qui figurent au seuil du traité du Stagirite : « Les sons de voix [les mots] sont les signes des passions de l’âme, elles-mêmes similitudes des choses » (p. CXX).

3La traduction du texte d’Aristote est faite à partir de la version de Boèce, donnée dans l’édition léonine des œuvres de Thomas. Son élégance rend agréable la lecture de ce texte ardu. En plus des notes et références nombreuses aux bas des pages et de la longue introduction, les traducteurs ont ajouté, à la fin du livre, un glossaire des mots employés habituellement par S. Thomas dans le Commentaire du Peryermeneias, une longue bibliographie et un index des noms. Nous souhaitons une large diffusion à ce livre, bon et utile pour la connaissance d’Aristote et de Thomas d’Aquin mais aussi pour « nourrir une réflexion qui permet d’accéder au réel dans son unité et donc de jeter une lumière de sagesse sur les interrogations de tous nos savoirs spécialisés » (4e page de couverture).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gauthier, « Thomas d’Aquin, Commentaire du traité de l’interprétation d’Aristote », Revue des sciences religieuses, 80/3 | 2006, 432-433.

Référence électronique

Pierre Gauthier, « Thomas d’Aquin, Commentaire du traité de l’interprétation d’Aristote », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/3 | 2006, mis en ligne le 13 août 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/1960

Haut de page

Auteur

Pierre Gauthier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page