Navigation – Plan du site
Recensions

Tyconius, Le livre des Règles

Introduction, traduction et notes par J.-M. Vercruysse, Paris, Éd. du Cerf, « Sources Chrétiennes » 488, 2004, 410 p.
Françoise Vinel
p. 426-427
Référence(s) :

Tyconius, Le livre des Règles. Introduction, traduction et notes par J.-M. Vercruysse, Paris, Éd. du Cerf, « Sources Chrétiennes » 488, 2004, 410 p.

Texte intégral

1L’édition princeps du Liber regularum de Tyconius (T.) date de 1569 et J.-M. Vercruysse retrace en quelques pages l’histoire de l’édition de cette œuvre, jusqu’au texte établi par F. Burkitt en 1894, reproduit (avec quelques modifications – voir p. 112-114) et traduit dans le présent volume. Connu aussi pour son Commentaire de l’Apocalypse (dont R. Gryson prépare l’édition pour la collection du Corpus Christianorum), T. a surtout laissé sa marque dans la réflexion herméneutique d’Augustin mais bien au-delà aussi puisque l’A. peut retracer sa postérité jusqu’à Erasme. Laïc, présenté comme un donatiste dissident de la fin du IVe s. (une des notes complémentaires présente les éléments du dossier), T. manifeste largement ses préoccupations ecclésiologiques dans les sept règles qui constituent son ouvrage. « Règles mystiques », offertes comme des « clefs et des lampes concernant les secrets de la Loi » (Préambule), elles se répartissent entre des définitions théologiques de l’Écriture comme expression du mystère du Christ et de l’Église et la présentation d’instruments (« clefs ») d’analyse dans les Règles IV à VI, mais l’A. souligne l’unité de l’ensemble (p. 66-69). Le vocabulaire de la dualité (double, et surtout « bipartite ») a un rôle décisif pour montrer comment les versets expriment la réalité de l’Église dans son actualité, à la fois « corps du Seigneur » (Règle I) et « corps du diable » (Règle VII). Le texte, souvent difficile, est bien éclairé par la précision et la richesse des notes de J.-M. Vercruysse.

2T. cite de nombreux passages bibliques (selon un texte défini comme témoin africain de la Vetus Latina) et, là encore, l’A. donne au lecteur la possibilité de situer l’exégèse de Tyconius dans l’histoire de l’exégèse patristique : ainsi des interprétations qui ont pu influencer Augustin ou, à l’inverse, le pousser à prendre ses distances par rapport à l’exégèse tyconienne (« T. est-il à l’origine de la conception augustinienne des deux cités ? », note complémentaire 2), ou encore des interprétations qui relèvent d’une tradition déjà ancienne (typologie, exégèse des nombres). Les quelques citations du Cantique des Cantiques signent de manière éclairante, note l’A., les liens de T. avec les donatistes (voir II, 10 et VII, 4).

3L’index herméneutique, qui s’ajoute à celui des personnages bibliques et à la liste des références scripturaires, était difficile à réaliser : « seules les acceptions dans ce domaine ont été relevées », précise l’A. ; le terme spiritalis renvoie à sept passages, mais en III, 3 son opposé carnalis n’est pas répertorié, alors que l’opposition carnaliter/spiritaliter (V, 8.2) est indexée. La fréquence de numquid (est-ce que … ?) traduit la manière habituelle dont T. interroge le texte biblique qu’il vient de citer avant de proposer son interprétation et, en ce sens, le terme entre bien dans son lexique herméneutique, mais au total cette liste de mots laisse une impression de disparate. Inutile de dire que l’essentiel du volume est ailleurs, au service d’une meilleure connaissance de l’Église d’Afrique au IVe s. et de l’histoire de l’exégèse occidentale

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Tyconius, Le livre des Règles », Revue des sciences religieuses, 80/3 | 2006, 426-427.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Tyconius, Le livre des Règles », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/3 | 2006, mis en ligne le 12 août 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1958

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page