Navigation – Plan du site
Recensions

Laurence Brottier, L’appel des « demi-chrétiens » à la « vie angélique »| Jean Chrysostome, Jean Damascène, Figures de l’évêque idéal

Jean Chrysostome prédicateur : entre idéal monastique et réalité mondaine, Paris, Éd. du Cerf, « Patrimoines », 2005, 421 p.|Discours traduits et commentés par Laurence Brottier, Paris, Les Belles Lettres, « La roue à livres », 2005, 210 p.
Françoise Vinel
p. 427-428
Référence(s) :

Laurence Brottier, L’appel des « demi-chrétiens » à la « vie angélique ». Jean Chrysostome prédicateur : entre idéal monastique et réalité mondaine, Paris, Éd. du Cerf, « Patrimoines », 2005, 421 p.

Jean Chrysostome et Jean Damascène, Figures de l’évêque idéal, Discours traduits et commentés par Laurence Brottier, Paris, Les Belles Lettres, « La roue à livres », 2005, 210 p.

Texte intégral

1L. Brottier, éditrice et traductrice des Homélies sur la Genèse (SC 433) de Jean Chrysostome, continue à tracer le portrait complexe et attachant de cet évêque, mort en exil en 407 ; Anne-Marie Malingrey, à la mémoire de qui l’ouvrage est dédié, a tracé la voie des études sur cet auteur en commençant dans les années 1960 la publication de ses œuvres dans la collection « Sources chrétiennes ».

2Saluons d’abord le travail de traductrice de l’A. Dans son étude de la prédication chrysostomienne, les passages traduits foisonnent, montrant combien elle circule facilement dans une œuvre pourtant immense ; plus d’une fois, les fragments se succèdent, soulignant la continuité de telle ou telle thématique ; au risque, sans doute, que chaque œuvre y perde pour ainsi dire son existence autonome, et il est un peu dommage, me semble-t-il, que quelques pages au moins ne soient pas consacrées, dans le cadre de l’introduction, à la présentation de cet ensemble d’œuvres.

3La publication dans un second ouvrage de deux panégyriques d’évêques, celui de Mélèce par Jean Chrysostome et celui de ce dernier par Jean Damascène, confirme encore l’apport de l’A. dans le domaine de la traduction. Deux siècles séparent les deux discours mais nombreux en sont les traits communs, preuve que se sont élaborés à la fois un modèle de vie et un genre littéraire, que bien d’autres homélies ou éloges, depuis le IVe siècle, ont contribué à nourrir. Au-delà de l’écart temporel, le portrait que Jean Damascène trace de Chrysostome renvoie l’image de Mélèce – défenseur de l’orthodoxie et pasteur soucieux de la paix de sa communauté – présente dans le premier discours. Les introductions, les annexes (proposant des documents extraits des historiens anciens pour éclairer le contexte) et les notes sont particulièrement fournies, au risque d’étouffer un peu les deux discours qui n’occupent que 28 pages de l’ensemble.

4L’ouvrage sur la prédication chrysostomienne déborde largement, bien sûr, l’ambition du volume de traduction mais, aurait-on envie de dire, la diversité des angles d’approche est au détriment de l’homogénéité de l’ensemble. Les titres et sous-titres des six chapitres soulignent de fait l’impression d’une succession d’analyses juxtaposées de situations et de textes. Ainsi, par exemple, le chapitre 4 (« Un appel à l’imagination et à l’intériorisation : l’expérience de l’actualisation ») propose d’abord des parallèles suggestifs avec l’histoire de la peinture, montrant comment les scènes évangéliques peuvent être adaptées au décor et aux conditions de vie des générations successives ; de même l’épisode du renversement des statues par les Antiochiens en colère, en 387, appelle dans les sermons de Chrysostome une mise en scène des personnages bibliques dans un entrecroisement du récit biblique et de l’actualité ; mais, en s’étendant sur plus de vingt pages, les analyses deviennent vite trop narratives, mêlant résumés et citations d’homélies. Le chapitre 2 sur « la réalité complexe des communautés » (p. 164 à 186, par exemple, sur la manière dont Jean recourt à l’imagination de son auditoire) ou le chapitre 6, consacré à « la métamorphose de l’expérience humaine » et aux paradoxes définissant la vie chrétienne, appellent les mêmes remarques. C’est au fond toute la difficulté du projet de L. Brottier : nous donner à goûter la force de persuasion du prédicateur tout en proposant une analyse détaillée de sa rhétorique et, d’autre part, définir sa vision de l’existence chrétienne. Ce second aspect apparaît dans l’antithèse entre les « demi-chrétiens » et la « vie angélique », retenue pour le titre ; les deux expressions sont empruntées à Chrysostome mais restent peu évocatrices, et ce d’autant plus que l’A., en expliquant le sens de la première expression (p. 128-129), rappelle en particulier qu’elle renvoie aux chrétiens judaïsants, même si l’évêque ne manque parfois pas de leur associer les convertis venus du paganisme et aussi tièdes à abandonner leurs manières de vivre – autant dire qu’il y a là, si l’on y ajoute l’éloge par Chrysostome de l’idéal monastique, matière à un autre ouvrage !

5Une remarque à propos de la bibliographie critique : il est dommage de ne pas l’avoir réservée aux études sur Chrysostome et d’y voir apparaître un livre sur les Rois mages ou plusieurs catalogues d’expositions de peinture ; certes l’A. utilise ces différents ouvrages, mais soit ils exigeaient une rubrique spécifique de la bibliographie, soit leur mention dans les notes suffisait.

6Soulignons pour finir que la conjugaison, pas si fréquente, des compétences linguistiques, rhétoriques et historiques fait la richesse stimulante de l’ensemble, dont les index placés à la fin de l’ouvrage sont un dernier signe ; l’ampleur de l’index des références à l’œuvre de Chrysostome montre à l’évidence que l’A. a constitué une large anthologie d’une œuvre qui s’étend sur 16 volumes de la Patrologie grecque. En particulier, la place faite aux commentaires des Épîtres pauliniennes est tout à fait appréciable quand on sait, comme le rappelle l’A. dans son premier chapitre, à quel point Paul a pu constituer le modèle de Jean Chrysostome, et elle pourrait inviter à de nouveaux travaux sur l’exégèse mise en œuvre par ce dernier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Laurence Brottier, L’appel des « demi-chrétiens » à la « vie angélique »| Jean Chrysostome, Jean Damascène, Figures de l’évêque idéal », Revue des sciences religieuses, 80/3 | 2006, 427-428.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Laurence Brottier, L’appel des « demi-chrétiens » à la « vie angélique »| Jean Chrysostome, Jean Damascène, Figures de l’évêque idéal », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/3 | 2006, mis en ligne le 12 août 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1944

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page