Navigation – Plan du site
Recensions

Jacques de Saroug, Homélies sur la fin du monde. Introduction, traduction, guide thématique et index par Isabelle Isebaert-Cauuet

Paris, Migne, « Les pères dans la foi », n° 91, 2005, 225 p.
Marc Aoun
p. 279-280
Référence(s) :

Jacques de SAROUG, Homélies sur la fin du monde. Introduction, traduction, guide thématique et index par Isabelle ISEBAERT-CAUUET, Paris, Migne, « Les pères dans la foi », n° 91, 2005, 225 p.

Texte intégral

1Chercheur à l’Université catholique de Louvain, I. Isebaert-Cauuet nous offre une traduction en langue française, la première du genre, de huit homélies eschatologiques de Jacques, évêque de Saroug (451-521), l’une des figures les plus emblématiques de l’Église syriaque monophysite. La version française de ces homélies (p. 17-196) est précédée d’une brève introduction (p. 7-15) et suivie d’un « guide thématique » (p. 197-207), d’un « index biblique » (p. 209-214) et d’une bibliographie sélective (p. 215-217).

2Dans l’introduction, l’A. fournit au lecteur un certain nombre de repères : quelques « jalons biographiques » (p. 7-9), une brève présentation de cette forme particulière d’« homélie métrique », propre aux Syriaques, le mimre (p. 9-10), et des indications concernant la traduction française (p. 10 s.).

3I. Isebaert-Cauuet a en effet choisi de traduire du syriaque en français huit homélies de Jacques de Saroug (il aurait composé en tout 763 mimre, dont moins de la moitié nous a été conservée), sur la fin du monde, puisées dans l’édition du savant lazariste Paul Bedjan (1838-1920), qui avait publié au début du siècle dernier, d’après les manuscrits dont il a pu alors disposer, une sélection d’homélies poétiques de celui à qui furent attribués par les chrétiens orientaux les surnoms élogieux de « Harpe de l’Église orthodoxe » et « Flûte de l’Esprit-Saint ».

4La traduction française proposée par l’A. est ponctuée d’annotations, pleines d’intérêt, qui ont pour but d’assurer une meilleure intelligence du texte. Une bonne partie de ces annotations concerne des questions d’ordre linguistique, en particulier celles que suscite immanquablement la difficulté d’exprimer dans une langue européenne les subtilités qui caractérisent les langues sémitiques, en l’occurrence le syriaque. L’absence du texte original syriaque en regard rend toutefois difficile, notamment pour les syriacisants, de bien mesurer l’embarras dans lequel s’est certainement trouvé le traducteur, confronté à des termes, des notions et des expressions propres à l’univers syriaque, dont la traduction en français s’est avérée, et à juste titre, particulièrement délicate. À cet égard, on regrettera que les termes et expressions en question n’aient pas été au moins reproduits dans les notes infra-paginales, fût-ce dans une simple transcription en caractères latins.

5Le souci de l’A. de fournir à son lecteur une grille de lecture, à la fois simple et efficace, l’a amenée à concevoir un « guide thématique » où sont brièvement exposés « les motifs proprement eschatologiques » contenus dans les huit homélies traduites ici. S’en dégage une vision du monde et de la fin des temps qui, sans constituer une doctrine logiquement structurée et argumentée (p. 201), converge néanmoins vers une sincère et profonde aspiration de l’évêque de Saroug à un monde nouveau, plus juste, où les bons seront récompensés et les méchants châtiés.

6L’ouvrage renferme un précieux « index biblique » où, pour chaque verset que Jacques cite ou dont simplement il s’inspire, l’A. renvoie aux passages correspondants dans le texte des homélies.

7Une bibliographie sélective recensant des travaux portant sur Jacques de Saroug, sa vie, sa pensée théologique, son œuvre homilétique conclut l’ouvrage.

8L’entreprise d’I. Isebaert-Cauuet est louable à plus d’un titre. Elle contribue surtout à une meilleure connaissance des œuvres des Pères de l’Église d’expression syriaque, encore trop méconnus en Occident. Elle participe également à la diffusion d’un genre littéraire, le mimre, qui fut jadis très en vogue dans l’Orient chrétien. Intégrés assez tôt à l’office syriaque, bien qu’ils n’aient pas été destinés à l’origine à un usage hiératique, les mimre sont encore récités de nos jours à l’occasion des célébrations liturgiques. Ils constituent ainsi un témoignage vivant d’une tradition presque deux fois millénaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Aoun, « Jacques de Saroug, Homélies sur la fin du monde. Introduction, traduction, guide thématique et index par Isabelle Isebaert-Cauuet », Revue des sciences religieuses, 80/2 | 2006, 279-280.

Référence électronique

Marc Aoun, « Jacques de Saroug, Homélies sur la fin du monde. Introduction, traduction, guide thématique et index par Isabelle Isebaert-Cauuet », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/2 | 2006, mis en ligne le 11 août 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/1926

Haut de page

Auteur

Marc Aoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page