Navigation – Plan du site
Recensions

François-Xavier Amherdt, L’herméneutique philosophique de Paul Ricœur et son importance pour l’exégèse biblique

En débat avec la New Yale Theology School, Paris – Saint Maurice, Éd. du Cerf – Éd. Saint Augustin, « La Nuit Surveillée », 2004, 871 p.
Denis Fricker
p. 277-279
Référence(s) :

François-Xavier AMHERDT, L’herméneutique philosophique de Paul Ricœur et son importance pour l’exégèse biblique. En débat avec la New Yale Theology School, Paris – Saint Maurice, Éd. du Cerf – Éd. Saint Augustin, « La Nuit Surveillée », 2004, 871 p.

Texte intégral

1De prime abord, ce livre surprend par sa double densité :1200 grammes pour un format A5 et plus de 600 titres et sous-titres ! Le lecteur se sent alors un peu perdu parmi les nombreuses abréviations, l’utilisation raisonnée de toute la palette des caractères d’imprimerie et les renvois fréquents à un appareil de notes conséquentes. S’il fait preuve d’un minimum de ténacité, il s’adaptera cependant très vite à cet ensemble de mesures pédagogiques dont il saura finalement gré à l’auteur ; tant cet ouvrage se révèle d’abord être un précieux guide. En effet, la production intense et multiple du regretté Paul Ricœur, plus en recherche que préoccupé de faire œuvre de synthèse, mérite d’être relue et indexée selon des lignes de forces, ici l’herméneutique biblique.

2Cette dernière a toujours été traitée en dialogue avec l’herméneutique philosophique par le maître français et, s’il témoigne d’un intérêt non feint pour le texte biblique, il n’a jamais fait profession d’exégète. Pourtant le monde de la recherche biblique lui est redevable d’un certain nombre de concepts et d’approches du texte : la métaphore perçue comme un texte a rénové l’étude de la parabole évangélique, tandis que l’approche narrative profite des études de Ricœur sur le rapport entre temps et récit. Ces éléments, choisis parmi les plus connus, se révèlent fort pertinents en exégèse, mais sont peu aisément repérables dans une œuvre bilingue et foisonnante. L’ouvrage présenté vient donc fort à propos répondre à cette double difficulté. D’une part, les renvois aux ouvrages de Ricœur sont très efficaces grâce aux abréviations intégrées au texte ; signalons à cet égard la traduction des textes clés sur l’herméneutique biblique, eux aussi publiés par F.-X. A. D’autre part, la double compétence de l’auteur, philosophe et théologien, associée à un style clair et précis, lui permet de situer l’herméneutique biblique dans l’ensemble de l’œuvre de Ricœur. Trois parties, bien articulées, facilitent ce repérage.

3La première partie concerne l’herméneutique philosophique de Ricœur qui est d’abord située dans l’évolution de sa pensée, puis au sein de la tradition herméneutique. Elle est ensuite exposée dans un diptyque avec, d’un côté, l’étude de la métaphore qui pose la question de la vérité du texte et de son interprétation et, de l’autre côté, une théorie de la narrativité qui interroge les catégories temporelles. Ces deux pans sont finalement mis en relation par leur capacité d’offrir un « surplus de sens » (p. 207) au langage ordinaire et forment ainsi une poétique générale. Celle-ci met en évidence qu’entre le « don du texte » et l’« œuvre de lecture » (p. 211) se constitue une distance, qui forme le champ d’application de l’herméneutique. La section sur l’évolution de la pensée de Ricœur aurait peut-être mérité d’être encore développée, car elle retrace le dialogue constant du philosophe avec la Bible. En effet, on y découvre que c’est à partir de l’étude de la symbolique du mal, dans le récit de la Genèse (p. 71-74), qu’il a orienté ses recherches vers l’herméneutique.

4L’herméneutique biblique de Ricœur est l’objet de la seconde et la plus consistante partie de l’ouvrage. Ici, la comparaison avec un guide se trouve la mieux appropriée. Tout lecteur familier de la Bible aura peut-être intérêt à repérer, dans la table des matières ou dans l’index biblique, les textes ou thèmes qu’il maîtrise le mieux, pour ensuite confronter, dans le paragraphe en question, sa propre lecture du texte à celle que propose l’herméneutique de Ricœur. Très vite, les concepts développés l’amèneront à interroger d’autres sections de cette riche partie et, de fil en aiguille, il pourra ainsi se faire sa propre idée des avantages et des limites d’une telle herméneutique. Il pourra ensuite reprendre l’ensemble de l’ouvrage, dans son développement linéaire et avec des interrogations précises. Par exemple, en prenant le thème de la proximité du Royaume de Dieu décrit en Lc 11,20 on est renvoyé à la p. 277 par l’index biblique. Là, on découvre que, dans les évangiles, la pointe extravagante de la parabole, le paradoxe du proverbe ou l’urgence de la parole eschatologique déstructurent les logiques habituelles et les portent vers un horizon différent : le Royaume de Dieu. Cette dernière expression devient le paradigme de ce que Ricœur appelle l’« expression-limite » en langage religieux, elle transgresse le discours habituel et forme « ainsi le point de fuite des diverses modalités discursives et fait signe vers le Tout-Autre » (p. 275). Il est pourtant possible de nuancer cette affirmation car, dans les discours de Jésus, l’exégète remarque une tension irréductible entre l’apocalyptique et l’annonce d’un royaume de Dieu. Il ira donc voir du côté des p. 306-311, citées dans la table des matières, qui précisent les différents temps bibliques analysés par Ricœur. Enfin, à ce dernier est parfois reprochée une conception trop existentielle du Royaume de Dieu ; on pourra le constater dans la troisième partie (p. 516-518).

5Cette ultime partie représente le moment critique de l’ouvrage. F.-X. A. a choisi d’y présenter la contestation du modèle ricœurien par des enseignants de l’université de Yale. La subordination de la lecture des textes bibliques à une herméneutique philosophique générale est au cœur de cette critique : Ricœur ne respecterait pas la spécificité de la Bible, qui doit être interprétée selon ses propres règles intra-textuelles et non soumise à des catégories philosophiques. En d’autres termes, Ricœur est accusé de « fondationalisme » (p. 507-524). À ce sujet, F.-X. A. démontre de manière convaincante que les opposants de Yale ont, eux-mêmes, recours à des concepts extérieurs à la Bible (p. 548-553). Saurait-il en être autrement ? De plus, leur volonté de rester attaché au seul texte biblique les condamne à un nivellement de l’histoire biblique et à son enfermement dans une négation de toute possibilité existentielle en dehors de la confession de foi biblique (p. 569-575).

6La présentation de ce débat a le mérite de mettre en lumière une des tensions qui traversent tout effort d’interprétation de la Bible, qui doit constamment se frayer un chemin entre le recours à des catégories de compréhension extérieures à la Bible et le respect du texte biblique et de sa spécificité. Selon F.-X. A., Ricœur aurait trouvé la voie médiane, celle de l’arbitrage entre ces positions (p. 586-590). Serait-ce là une troisième voie comme semble le suggérer implicitement F.-X. A. ? Sans doute rangera-t-on cette conviction parmi « les promesses de l’œuvre de Paul Ricœur » annoncées dans l’introduction, car il faudra laisser aux exégètes et aux praticiens de l’actualisation le temps de mettre à l’épreuve cette immense proposition d’herméneutique biblique.

7Il ne fait pas de doute que l’ouvrage de F.-X. A., dont tout n’a pas été dit, y contribuera largement ; car, non seulement il se révèle un guide efficace, ne serait ce que par ses annexes complètes et raisonnées (bibliographie, index et tables divers), mais il transmet un enthousiasme, mesuré mais réel, pour la pensée féconde de Ricœur. Il faut donc remercier l’auteur pour cette contribution remarquable, qui a sa place dans toutes les bibliothèques de théologie et de philosophie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Fricker, « François-Xavier Amherdt, L’herméneutique philosophique de Paul Ricœur et son importance pour l’exégèse biblique », Revue des sciences religieuses, 80/2 | 2006, 277-279.

Référence électronique

Denis Fricker, « François-Xavier Amherdt, L’herméneutique philosophique de Paul Ricœur et son importance pour l’exégèse biblique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/2 | 2006, mis en ligne le 11 août 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1921

Haut de page

Auteur

Denis Fricker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page