Navigation – Plan du site

Liminaire

Michèle Morgen
p. 293-296

Texte intégral

1La plupart des articles qui composent le présent numéro de la Revue proviennent de communications données lors des journées des 8 et 9 octobre 2004. Elles furent avant tout destinées à la remise des Mélanges offerts en hommage à deux exégètes, Raymond Kuntzmann, professeur d’Ancien Testament, et Jacques Schlosser, professeur de Nouveau Testament. Tous deux ont enseigné à la Faculté de théologie catholique de l’Université Marc Bloch pendant une trentaine d’années.

2Ce fut une vraie et belle fête pour une ouverture de l’année universitaire. La cérémonie académique de remise des Mélanges se déroula selon un harmonieux mélange d’étude et de sérieux scientifique – de réflexion sur les questions de méthodes pratiquées actuellement dans l’enseignement de l’exégèse –, d’amitié et d’humour aussi. Pour honorer les deux enseignants alsaciens, tant pour leur présence universitaire que pour leurs activités dans le domaine de la pastorale et dans les cercles bibliques, les enseignants de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg, aidés de nombreux amis, ont tenu à honorer leurs collègues exégètes en proposant les deux journées d’études. La présentation d’un merveilleux montage sur la Cathédrale de Strasbourg, organisée par Alsace Media et offerte par Charles Singer et Jean-Baptiste Ritt, la célébration à la Cathédrale de Strasbourg avec orgue, trompettes et chorales alsaciennes, ainsi que divers accueils festifs ont su agrémenter le travail et contribuer aimablement à la réussite de la fête.

3Le thème Exégèse et Théologie fut choisi en fonction des demandes maintes fois formulées par les étudiants en théologie sur l’articulation entre l’exégèse et les autres disciplines théologiques (dogmatique, histoire, pastorale, spiritualité, herméneutique, etc.) ainsi que sur le bien-fondé de méthodes ou d’approches anciennes et récentes, celles-ci de forme critique. Ce fut l’occasion de proposer des pistes de réflexion, par le témoignage d’enseignants-chercheurs en exégèse, de Strasbourg et d’ailleurs, exégètes expérimentés ou plus jeunes, engagés eux-mêmes dans des recherches sur le rapport de l’exégèse à l’histoire, engagés aussi, comme nos deux collègues, dans des groupes de réflexion ecclésiaux ou dans des cercles scientifiques d’opinions diverses.

4Le début fut marqué par la Remise des Mélanges portant sur le Jugement, l’un dans l’Ancien, l’autre dans le Nouveau Testament : Le jugement dans l’un et l’autre Testament, Paris, Éd. du Cerf (Lectio Divina), 2004 (2 volumes). Par une brève allocution, Mgr Joseph Doré, archevêque de Strasbourg, dogmaticien et membre de l’Association Catholique Française pour l’Étude de la Bible, a donné le départ de la rentrée universitaire. La première journée fut centrée sur l’Ancien Testament, la seconde sur le Nouveau.

5Adoptant le style du témoignage, Raymond Kuntzmann a retracé quelques étapes majeures de son enseignement ; il a surtout montré l’intérêt des problèmes herméneutiques et rappelé l’importance qu’il a toujours accordée aux questionnements de Paul Ricœur dans ses cours et dans l’accompagnement des étudiants. Jacques Schlosser, spécialiste reconnu dans la recherche sur le « Jésus de l’histoire », a souvent été sollicité par les médias – et l’est encore – pour répondre aux questions des croyants. L’orientation de son exposé était donc toute trouvée : la foi ne serait-elle pas menacée par l’exégèse et notamment par l’exégèse technique sur l’« histoire » de Jésus ?

6J. Schlosser a insisté sur « le bénéfice que la foi peut tirer de l’histoire » et sur « la chance éventuelle que l’histoire représente pour elle ». Pour s’en convaincre, je laisse le soin au lecteur de lire les dernières lignes de son article.

7Une dizaine de communications se sont succédé au cours de ces deux journées. Quelques-unes ont déjà été publiées par la Revue des sciences religieuses : celles de J.L. Roura (doctorant) et R. Hoppe (Université de Bonn) dans le numéro de janvier 2006. D’autres sont publiées dans le présent numéro. Sans reprendre ici les titres des différents articles, on peut dire qu’ils sont surtout axés sur des questions que pose l’exégèse dans son rapport à l’histoire, mais aussi sur des questions herméneutiques, pastorales et théologiques, notamment chez Paul.

8En s’interrogeant sur l’« histoire de l’exégèse » – est-elle possible ? s’interroge P. Gibert, Paris –, on rejoint les fortes questions actuelles sur le fondamentalisme, sur la nécessité d’une réflexion pastorale approfondie ; J. Vermeylen (Bruxelles) en présente un panorama complet.

9Tant pour l’AT que pour le NT, nos deux collègues ont su former leurs étudiants à la méthode historico-critique, avec sa rigueur et son ouverture aux autres méthodes. Peut-être convient-il, comme le note M. Deneken, doyen de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg, de faire « le plaidoyer » pour ce genre d’instruments de travail ; ils permettent un dialogue scientifique avec d’autres recherches, en dogmatique comme en sciences humaines, tout en notant le fait que les solutions exégétiques n’entendent pas remplacer le questionnement et la visée théologique et croyante, loin s’en faut ! En effet, les exégètes se situent « entre servitude et service » (J. Vermeylen). Dieu ne saurait être capturé ni par les exégètes, ni par les dogmaticiens, ni même par les spirituels. Le travail lent, tenace, et somme toute modeste, de l’exégète montre que nul ne pourra avoir la mainmise sur ce Dieu qui sans cesse se révèle dans l’Ancien Testament (voir l’article de A. Marx, paru dans le numéro de la Revue du mois d’avril) ; nul ne doit « récupérer idéologiquement la figure de Jésus » (J. Schlosser).

10Les enseignants-chercheurs sont amenés tout au long de leur carrière universitaire à former des doctorants, pour préparer le relais ou pour diffuser intelligemment et au plus grand nombre les recherches exégétiques actuelles : les articles de J.L. Roura (en formation doctorale) et de D. Fricker (actuellement Maître de Conférences à Strasbourg) montrent comment les enseignements des maîtres restent la base et le point de départ d’une recherche qui se poursuit vers des chemins nouveaux, avec d’autres questionnements confrontés aux sciences de la communication et aux techniques actuelles de négociation (D. Fricker).

11À la fin des deux journées d’études, François-Xavier Cuche, Président de l’Université Marc Bloch, nous a lancés sur les traces de Pascal, un passionné de la Bible. Très occupé par ses nombreuses tâches, F.-X. Cuche n’a pu donner forme à ses notes personnelles en vue d’un article, mais je tiens à le remercier pour son exposé, vibrant et enthousiaste.

12La Revue est tenue de publier 20 % de textes en dehors du thème. L’article de Philippe Vallin, à la fin du numéro de la Revue, ne provient donc pas d’une communication faite lors des journées d’études d’octobre 2004. C’est une bonne opportunité, cet article me paraît vraiment bienvenu dans la foulée des autres. À y regarder de plus près, l’exégète y trouve une heureuse ouverture pour le dialogue avec le dogmaticien : la question de l’« envoyé » a retenu tout particulièrement l’attention de l’exégète johannique que je suis. Comment mieux montrer qu’il y a une réelle collaboration entre exégèse et théologie et qu’elle se fait pour ainsi dire naturellement ?

13Il reste à remercier les nombreux collaborateurs, les intervenants et les participants, les enseignants-chercheurs, les étudiants et en particulier les doctorants, tous les amis qui ont permis de mettre en place les journées bibliques des 8 et 9 octobre 2004, tant pour l’organisation scientifique que matérielle. S’il est impossible de les nommer tous, je tiens à désigner le Doyen Michel Deneken, les membres de l’Équipe d’Accueil en Exégèse Biblique (EA 2328), enfin le comité de rédaction de la Revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Morgen, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 80/3 | 2006, 293-296.

Référence électronique

Michèle Morgen, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/3 | 2006, mis en ligne le 11 août 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1913 ; DOI : 10.4000/rsr.1913

Haut de page

Auteur

Michèle Morgen

Responsable de l’équipe d’Accueil en Exégèse Biblique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page