Navigation – Plan du site
Recensions

J.A. Soggin, Introduction à l’histoire d’Israël et de Juda

Bruxelles, Éd. Lessius, « Le livre et le rouleau » n 19, 2004, 514 p.
Marie Maussion
p. 271-273
Référence(s) :

J.A. Soggin, Introduction à l’histoire d’Israël et de Juda, Bruxelles, Éd. Lessius, « Le livre et le rouleau » n° 19, 2004, 514 p.

Texte intégral

1Paru dans une nouvelle édition revue et corrigée en fonction des avancées de la recherche, ce livre est la traduction française d’un ouvrage italien d’Alberto Soggin sur l’histoire de l’Israël ancien. L’auteur y propose une lecture du passé qui met au point les problématiques actuelles liées à l’histoire d’Israël et de Juda, deux peuples qu’il distingue toujours de façon très nette, depuis la préhistoire jusqu’à la domination romaine et aux dernières révoltes juives des Ier et IIe siècles après JC.

2Soggin commence utilement son exposé par de longs prolégomènes qui rappellent quelques données secondaires (l’orographie, la faune… de Palestine), mais aussi et surtout lui permettent de se positionner de façon claire quant à ses choix méthodologiques. On comprend dès le début de l’ouvrage que l’auteur prend le parti de travailler en historien, et que ses conclusions par rapport à l’énoncé biblique en dépendront de manière radicale, voire drastique. On apprend ainsi que, contrairement à l’opinion soutenue dans la première édition, David et Salomon se retrouvent inclus dans la préhistoire d’Israël et de Juda, en raison du caractère de plus en plus problématique de leur empire. Avec raison l’auteur insiste sur le fait que, pour la période antérieure au IXe siècle avant JC, les sources de cette partie de l’histoire sont constituées de manière presque exclusive par les textes bibliques eux-mêmes.

3Une deuxième partie poursuit logiquement cet exposé en évoquant les problèmes liés à l’historicité de la préhistoire des peuples d’Israël et de Juda. Sur les traditions patriarcales, A. Soggin explique longuement que l’état actuel des connaissances n’autorise ni un contrôle historique objectif, ni une vérification historico-comparative. En revanche, il est tout à fait possible de préciser ce que les rédacteurs bibliques de l’époque exilique et post-exilique proféraient quant à leur propre préhistoire et notamment ce qu’ils entendaient légitimer. Et l’auteur de demander subtilement dans quelle mesure cette volonté de légitimation n’a pas précisément déterminé les contenus mêmes de la tradition. En ce qui concerne l’Égypte, l’Exode et la figure de Moïse, force est de constater que l’histoire n’est guère plus renseignée en dehors des traditions bibliques qui véhiculent ces passages. Quant à la conquête, ou plutôt l’installation en Canaan, quelques thèses dites révolutionnaires sont passées au crible de la critique. Celle de Mendenhall retient largement l’attention de l’auteur : cette hypothèse intéressante évoque une installation « interne » résultant d’une sorte de révolte contre les autorités des cités-États de la part des populations rurales exploitées, auxquelles seraient venus s’adjoindre des contingents provenant du désert et dont la nouvelle foi serait le facteur d’unification. Puis A. Soggin parle de la célèbre thèse de M. Noth sur la ligue tribale, thèse qui combla un vide durant de longues décennies, et dont il pense que l’abandon laisse les spécialistes pratiquement sans aucune information sur une époque que la Bible considère de manière unanime comme celle de la fondation. On ne sera donc pas étonné de ne rien apprendre de nouveau sur le plan historique au sujet des figures royales de David et Salomon, d’autant que l’auteur a pris soin de préciser dès le début de son ouvrage qu’il les renvoyait désormais dans la phase de la préhistoire d’Israël. En revanche, il n’en va pas de même avec l’apparition des deux royaumes séparés après la mort de Salomon en 926 ou 922 avant JC, où A. Soggin se félicite de constater qu’à l’heure actuelle les données chiffrées dont disposent les chercheurs commencent à devenir sûres, dans la majeure partie des cas, avec des oscillations ne dépassant pas la dizaine d’années. Dans cette troisième partie, l’histoire d’Israël et de Juda est ainsi revisitée en fonction des sources extra-bibliques qui, sans être toutes d’égale valeur, sont néanmoins suffisamment nombreuses pour donner une image globale relativement fiable. L’auteur passe en revue détaillée les successions des dynasties des deux royaumes et s’arrête assez longuement sur les invasions assyriennes à l’origine de l’effondrement du royaume du nord en 722 ou 720 avant JC. Les derniers temps de Juda sont aussi examinés avec soin, en particulier les raisons qui lui permirent de survivre à son voisin presque un siècle et demi de plus, avant qu’il ne succombe à son tour sous les coups de Nabuchodonosor et qu’une partie de sa population ne connaisse l’épreuve de l’exil à Babylone. L’auteur compare les diverses sources, parfois contradictoires, et en tire d’habiles conclusions qui éclairent le lecteur sur cette partie pourtant relativement bien connue de l’histoire biblique. L’intérêt majeur de la lecture qu’il fait de ces documents réside sans doute dans la remise en question d’idées facilement admises, comme par exemple la célèbre figure de la reine Jézabel dont la description biblique, passée à la postérité, est sans doute fort loin de la réalité.

4Une dernière partie, intitulée « Sous les empires d’Orient et d’Occident », récapitule l’état actuel de la recherche quant aux siècles qui suivirent le retour d’exil jusqu’à la dernière révolte juive qui éclata sous le règne d’Hadrien au début du IIe siècle après JC. Sans cesse l’auteur rappelle que les rédacteurs bibliques présentent l’exil et ses conséquences comme un châtiment divin et que c’est là l’une des clefs essentielles de l’interprétation de l’histoire d’Israël et de Juda. L’étude comparative des données bibliques et des autres sources écrites ou archéologiques révèle parfois des aspects assez méconnus : à titre d’exemple, les véritables motifs de la profanation du temple par Antiochus IV Épiphane se trouvent assez largement relativisés.

5On ne peut que se féliciter de la traduction française de ce travail scrupuleux d’historien et de bibliste qui donne un état à la fois suffisamment clair et précis des dernières avancées de la recherche. Cette utile synthèse rendra service non seulement à tous ceux qui s’intéressent aux « coulisses » du récit biblique, mais aussi aux étudiants et même aux spécialistes qui auront ainsi à leur disposition une vision globale de l’histoire d’Israël et de Juda.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Maussion, « J.A. Soggin, Introduction à l’histoire d’Israël et de Juda », Revue des sciences religieuses, 80/2 | 2006, 271-273.

Référence électronique

Marie Maussion, « J.A. Soggin, Introduction à l’histoire d’Israël et de Juda », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/2 | 2006, mis en ligne le 11 août 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1910

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page