Navigation – Plan du site
Recensions

François Bousquet et Philippe Capelle (dir.), Dieu et la raison

L’intelligence de la foi parmi les rationalités contemporaines, Paris, Bayard, 2005, 302 p.
Yves Labbé
p. 111-113
Référence(s) :

François Bousquet et Philippe Capelle (dir.), Dieu et la raison. L’intelligence de la foi parmi les rationalités contemporaines, Paris, Bayard, 2005, 302 p.

Texte intégral

1Publiant un colloque de l’Institut Catholique de Paris, l’ouvrage justifie mieux son sous-titre que son titre, car on y parle plus de théologie que de Dieu. Après un texte inaugural de J. Ladrière sur le rapport de la raison et de la foi à l’ultime, l’ouvrage se distribue en quatre parties. La première va de la rationalité de la philosophie (J. Greisch) à celle de la théologie (Ch. Theobald) en traversant celle des sciences (M. Simon), avec une attention commune à leur histoire qui, dans le dernier cas, interpelle les théologiens sur leur manque d’intérêt à l’égard des nouveaux savoirs. La seconde partie donne la parole aux philosophes sur les croyances : plaidoyer pour une éthique de la croyance face aux débordements du sentiment (J. Bouveresse), examen de quelques positions contemporaines face à la foi (Ph. Capelle), présentation de l’athéisme dans sa différence mais aussi son opposition (J. Benoist), retour sur l’excès des phénomènes de donation comme possibilité d’une révélation (J.-L. Marion). Les troisième et dernière parties assignent des obligations à la théologie. On rapprochera les deux contributions réformées, empreintes selon moi de libéralisme : la pluralité des traditions disqualifie tout référent, tel l’Évangile, qui leur resterait transcendant, (D. Müller) ; aucune théologie ne saurait être confessionnelle, fût-elle chrétienne et œcuménique (P. Gisel). En regard, la communication du cardinal G. Cottier, fidèle au thomisme, fait l’effet d’un vestige. Il restait à nos collègues parisiens à définir la rationalité de la théologie pratique (H.-J. Gagey), à répondre aux critiques de Marion adressées aux théologiens (V. Holzer), à replacer finalement le Christ au cœur de la pensée en se recommandant de Kierkegaard (F. Bousquet). Si j’ai omis la conférence d’O. Mongin, qui m’est apparue périphérique, je ne réserverai pas le même sort aux conclusions de notre chancelier ecclésiastique, J. Doré, qui rappelle, entre autres, le poids de l’histoire sur l’intelligence de la foi et sa rationalité.

2Il revient à un colloque de donner voix à la diversité : aux philosophes et aux théologiens, aux anciens et aux modernes, aux chrétiens et aux athées, aux confessants et aux libéraux, etc. S’il arrive fréquemment qu’on s’égare du sujet, ce fut rarement le cas. Il s’agit toujours de la rationalité de la théologie et de son rapport aux rationalités, dans le passé et le présent. Était-il indispensable que Marion s’emploie longuement à réfuter les objections à sa phénoménologie de l’excès de l’intuition sur le concept ? Les critiques reprises par Benoist et Holzer semblent toutefois lui en rendre raison. En outre, c’est à partir d’un propos du phénoménologue que j’exprimerai une réserve de portée assez générale. « Il se pourrait aussi, écrit-il, que s’intéresser à la phénoménologie consiste à s’intéresser non aux doctrines phénoménologiques, mais à ce à quoi les phénoménologues se sont intéressés – aux choses mêmes, c’est-à-dire indissolublement aux phénomènes et à leurs descriptions. » (p. 191) Or, plusieurs contributions, même sous d’excellentes signatures, peinent à intéresser le lecteur aux choses mêmes en renvoyant incessamment à des histoires, des textes, des auteurs. Il est encore à craindre qu’une écriture trop habile autorise parfois trop d’interprétations. Rectifions enfin une erreur : la personne citée p. 226 n’est pas « titulaire de la chaire de théologie pratique à la faculté de théologie catholique de Strasbourg ». Elle n’appartient pas à notre faculté, laquelle ne se connaît plus de chaires.

3Je ne souhaite pourtant pas terminer sur un jugement négatif. De nombreuses études apporteront une confirmation ou susciteront une répartie : toute croyance n’est pas respectable (Bouveresse) ; l’interrogation ne se détache pas de la donation (Capelle) ; la pratique constitue une orientation de toute théologie plutôt qu’un domaine réservé (Gagey) ; etc. Il faut enfin saluer le courage de la dernière communication. Sans faux-fuyant, F. Bousquet reconnaît le Christ, comme aucun autre ne l’a fait, au cœur de la foi et de l’intelligence. Sans cesser d’être critique, la théologie chrétienne s’affirme hautement confessante, légitimant l’appel à la mémoire du Père Dubarle. « Ce qui advient à la pensée avec le Christ, conclut notre collègue, est une question de vérité. » (p. 289) Le Christ et, par lui, l’Évangile ou la Révélation ne désignent pas en vain une unité de la théologie. Sa norme est son référent même. Ce n’est pas là un retard de la foi sur l’histoire, ni de la dogmatique sur l’herméneutique, comme il a été dit précédemment. Les contributions réunies dans l’ouvrage placent en définitive devant certains choix déterminants. La rationalité de la théologie s’accorde aussi avec la confiance et la connaissance de la foi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « François Bousquet et Philippe Capelle (dir.), Dieu et la raison », Revue des sciences religieuses, 80/1 | 2006, 111-113.

Référence électronique

Yves Labbé, « François Bousquet et Philippe Capelle (dir.), Dieu et la raison », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/1 | 2006, mis en ligne le 07 août 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/1907

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page