Navigation – Plan du site
Recensions

E. Bons (éd.), « Car c’est l’amour qui me plaît, non le sacrifice… »

Recherches sur Osée 6, 6 et son interprétation juive et chrétienne (Supplements to the Journal for the Study of Judaism 88), Leiden – Boston, Brill, 2004, 198 p.
Nathalie Siffer
p. 273-275
Référence(s) :

E. Bons (éd.), « Car c’est l’amour qui me plaît, non le sacrifice… ». Recherches sur Osée 6, 6 et son interprétation juive et chrétienne (Supplements to the Journal for the Study of Judaism 88), Leiden – Boston, Brill, 2004, 198 p.

Texte intégral

1Résultat d’un travail interdisciplinaire, cet ouvrage est le fruit d’un séminaire de recherche conduit en 2002-2003 dans le cadre du Groupe de Recherches sur la Septante de la Faculté de Théologie protestante de l’Université Marc Bloch (Strasbourg). Centré autour d’Os 6,6, il s’intéresse principalement à la réception de ce texte dans les littératures anciennes, juive et chrétienne. Il constitue ainsi un apport important à la recherche sur Os 6,6 et sa Wirkungsgeschichte.

2Le mot d’introduction revient à E. Bons qui a rassemblé neuf contributions présentant l’intérêt d’aborder des questions relativement peu traitées dans l’exégèse actuelle d’Os 6,6. Axés sur le verset biblique lui-même et ses interprétations juives et chrétiennes, les différents articles contribuent à situer ses relectures anciennes dans leur contexte littéraire, culturel et religieux. À côté d’une série d’études portant directement sur Os 6,6, que ce soit sur des questions d’ordre exégétique ou sur différentes relectures du texte, l’ouvrage comporte plusieurs articles qui, sans traiter directement du verset, s’attachent à l’usage et à la signification des notions de « miséricorde » et de « sacrifice ».

31. L’ouvrage s’ouvre avec la contribution d’E. Bons qui introduit aux problèmes exégétiques posés par le verset biblique en retraçant les grandes lignes de l’histoire de la recherche à partir de la seconde partie du XIXe siècle. Y sont successivement présentés les deux modèles d’interprétation d’Os 6,6, avec leurs implications respectives pour la compréhension de l’ensemble du livre d’Osée. Le premier modèle, retenu par la majorité des biblistes, interprète le texte comme un refus inconditionnel du sacrifice, tandis que le second, qui semble gagner des partisans, y voit davantage une relativisation du sacrifice. Au final, E. Bons opte pour le second modèle d’interprétation supposant que le prophète relativise la valeur du sacrifice sans le condamner (« Car c’est la fidélité qui me plaît, plutôt que le sacrifice, et la connaissance de Dieu, plutôt que les holocaustes »).

42. J. Joosten s’interroge sur la correspondance lexicale entre le substantif hébreu hèsèd et son équivalent grec eleos, les deux termes semblant a priori recouvrir une signification différente : si le premier désigne la bienveillance, le second a le sens de pitié. Menant son enquête dans le Pentateuque, puis dans le corpus des douze petits prophètes et dans les Psaumes, avant d’en revenir à Os 6,6, J. Joosten démontre qu’un glissement de sens de hèsèd a conduit les traducteurs grecs à lui attribuer le sens d’eleos. L’équivalence fréquente entre les deux termes s’explique ainsi non par une évolution sémantique du mot grec, mais par un changement dans l’usage du mot hébreu.

53. Dans son article, G. Lusini expose la citation d’Os 6,6 dans le livre II des Oracles Sibyllins. Après une présentation du mythe religieux de la sibylle et du recueil des Oracles Sibyllins, il explique qu’en ajoutant en II, 81-82 la référence au texte d’Os 6,6, le rédacteur des Oracles dans leur forme finale a voulu donner à la liste des préceptes moraux relatifs aux œuvres de miséricorde un cadre doctrinal plus solide en l’enrichissant par des éléments de réflexion théologique.

64. Pour les relectures néotestamentaires d’Os 6,6, il importait de s’arrêter à la double citation du verset prophétique dans l’évangile de Matthieu. P. Keith se charge de présenter les deux péricopes de Mt 9,9-13 et 12,1-8 en soulignant que la reprise de la citation est le résultat d’un projet de composition et qu’elle possède ainsi une fonction herméneutique basée sur la répétition. La reprise de la citation d’Os 6,6 marque une insistance sur le motif de la miséricorde et montre à quel point l’action de Jésus s’inscrit dans le dessein de Dieu.

75. D. Gerber expose les résultats de son enquête sur les différents emplois lucaniens du substantif eleos. Il établit d’abord la signification contextuelle de chacune des six occurrences du terme (Lc 1,50.54b.58a.72a.78a ; 10,37a), avant de s’intéresser au contexte plus large de Luc-Actes en s’interrogeant notamment sur la distribution du vocable. Il s’avère ainsi que celui-ci joue un rôle non négligeable dans l’œuvre lucanienne : les cinq occurrences de eleos en Lc 1 sont mises en relation avec le projet sotériologique de Dieu (en particulier avec la naissance de Jésus), tandis qu’en Lc 10,37 le terme traduit l’une des préoccupations éthiques majeures de l’auteur lucanien.

86. Le sacrifice fait l’objet d’une recherche et d’une analyse approfondies dans l’œuvre de Philon d’Alexandrie. F. Calabi en expose les différents aspects en s’arrêtant surtout aux multiples valeurs symboliques du sacrifice qui dépasse la simple offrande et assume des fonctions variées, notamment la fonction d’enseignement.

97. Avec la contribution de M. Millard, le propos revient plus formellement à Os 6,6 et à sa place dans l’histoire de l’interprétation juive après la destruction du second Temple et la fin des sacrifices en tant que rites d’expiation. À partir de nombreux textes rabbiniques et commentaires médiévaux, l’auteur s’attache à analyser la valeur expiatoire de la miséricorde et à retracer l’évolution de ce concept dans la théologie juive.

108. L’interprétation patristique d’Os 6,6 est présentée par M. C. Pennacchio qui concentre sa recherche sur trois auteurs représentatifs du rapport entre le sacrifice et la miséricorde : Irénée de Lyon, Origène et Cyrille d’Alexandrie. Leur interprétation du verset, qui s’inscrit dans une réflexion sur la rupture ou la continuité entre ancienne et nouvelle Alliance, les conduit à considérer le sacrifice comme le symbole d’un rite extérieur, et la miséricorde comme la foi à l’origine des œuvres de charité.

119. L’ouvrage s’achève avec l’étude de L. Pernot qui présente différentes conceptions de la pitié (eleos) en contexte hellénistique. De fait, la tradition grecque païenne connaît des attitudes multiples à l’égard de la pitié, alternant entre dépréciation et valorisation. Si la pitié a pu être envisagée avec méfiance comme une faiblesse, elle a souvent été considérée avec faveur comme un sentiment généreux et recommandable. L. Pernot s’attache à illustrer cette seconde attitude à l’aide de quelques textes choisis (essentiellement de Pausanias, Aristote, Apsinès de Gadara…).

12En définitive, cet ouvrage se révèle fort utile, non seulement pour ses recherches précises sur Os 6,6 et sa réception dans les littératures juive et chrétienne, mais également pour son éclairage sur les notions de sacrifice et de pitié/miséricorde en contexte juif, chrétien et païen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Siffer, « E. Bons (éd.), « Car c’est l’amour qui me plaît, non le sacrifice… »  », Revue des sciences religieuses, 80/2 | 2006, 273-275.

Référence électronique

Nathalie Siffer, « E. Bons (éd.), « Car c’est l’amour qui me plaît, non le sacrifice… »  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/2 | 2006, mis en ligne le 11 août 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1905

Haut de page

Auteur

Nathalie Siffer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page