Navigation – Plan du site
Recensions

Vitor Franco Gomes, Le paradoxe du désir de Dieu

Étude sur le rapport de l’homme à Dieu, Paris, Éd. du Cerf, coll. Études lubaciennes 4, 2005, 468 p.
Jean-Pierre Wagner
p. 110-111
Référence(s) :

Vitor Franco Gomes, Le paradoxe du désir de Dieu. Étude sur le rapport de l’homme à Dieu, Paris, Éd. du Cerf, coll. Études lubaciennes 4, 2005, 468 p.

Texte intégral

1Le Père Franco Gomes, professeur de théologie et curé de la cathédrale de Funchal (île de Madère), nous offre ici sa thèse de doctorat, soutenue au Centre Sèvres (Paris) en 2000.

2Dans un très bon travail, il aborde avec rigueur et compétence un thème majeur de la théologie de H. de Lubac, thème sans cesse présent qui, comme le suggère l’auteur, permet de saisir l’unité d’inspiration d’une œuvre. Il prend pour point de départ le fameux Surnaturel (1946) qui, comme on sait, fut l’objet de polémiques et d’attaques, mais il analyse également les textes plus récents du Père de Lubac après sa période de silence imposé. À juste titre, selon nous, le P. F. G. montre que, pour l’essentiel, de Lubac n’a pas varié dans sa position et que les thèses du Surnaturel ont simplement été complétées, notamment dans le Mystère du surnaturel (1965).

3La première partie intitulée « La question du désir de Dieu dans le contexte du rapport entre nature et surnaturel » est historique, elle expose bien sûr le refus lubacien de la théorie, tardivement venue, de la nature pure. Henri de Lubac rejette à la fois le naturalisme de Baïus exigeant et naturalisant le surnaturel et la réponse opposée, à savoir le dualisme de la nature pure, point de vue plus ou moins hérité de Cajetan. Contre ces deux conceptions, de Lubac, en s’appuyant sur la théologie patristique de l’homme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu et sur le désir naturel de Dieu mis en lumière par saint Thomas, ne cesse d’être sur une ligne de crête affirmant à la fois la gratuité totale du surnaturel donné librement par Dieu et la réalité du désir de Dieu présent au fond de la créature. Le P. F. G. résume ainsi le paradoxe lubacien : « Celui-ci est désir de Dieu de façon constitutive, mais ce désir ne porte nullement atteinte à la gratuité du don que Dieu fait lui-même. L’accomplissement du désir est un vœu inscrit dans la nature spirituelle de l’homme, mais il n’est rendu effectif que par une transformation, une conversion librement consentie du désir qui est un chemin pascal. » (p. 15)

4Cette position de H. de Lubac fut contestée par de nombreux théologiens l’accusant de ne pas respecter la gratuité du surnaturel, gratuité mise en danger par le refus de l’hypothèse d’une pure nature, hypothèse d’une béatitude naturelle distincte de la béatitude surnaturelle offerte par Dieu. Le P. F. G, sans se perdre dans la reprise des polémiques, dit l’essentiel et va jusqu’à mettre en parallèle les thèses de Rahner (lequel a recours à un « existential surnaturel ») et de H. de Lubac (p. 137-148).

5La deuxième partie de l’ouvrage intitulée « Le paradoxe du désir de Dieu » traite de « la légitimité et de la pertinence de la position de H. de Lubac ». Elle est sans doute la partie la plus forte du livre. L’auteur, à travers une reprise constante du thème du paradoxe si cher à de Lubac, s’efforce de montrer la cohérence du théologien qui a su illustrer l’originalité et la nouveauté du christianisme à travers ce paradoxe du désir de Dieu inscrit en l’homme et pourtant si souvent ignoré par « le bon sens » et par les « gentils ». Le P. F. G. montre bien comment de Lubac fonde sa conception du paradoxe dans la nature même de la révélation biblique et dans le caractère particulier des réalités spirituelles. D’où la mise en rapport du paradoxe avec le mystère de Dieu en tant que mystère d’amour. « Pour de Lubac, si le désir de Dieu est celui de la nature humaine, ce désir est bien ontologique […] ce désir, qui est la trace de Dieu en l’homme, permet toute recherche de Dieu. Cette recherche n’est pas abstraite […]. C’est au contraire une quête de toute la vie, de la pensée et de l’action humaines qui s’affronte au paradoxe d’un désir qui, pour être comblé, doit accueillir le don imprévisible de Dieu. La recherche de Dieu se trouve elle-même assumée au plus haut degré dans la vie spirituelle où se trouvent tous les aspects paradoxaux de l’humain » (p. 355).

6Dans un souci d’étayer son herméneutique du désir de Dieu, le P. F. G. essaie de mettre en relation la théologie du Père de Lubac et celle de E. Jüngel, théologien bien connu par ses développements sur « la non-nécessité mondaine » de Dieu, confrontation pouvant être suggestive au nom de la modernité, mais qui ne nous semble pas être la partie la plus convaincante de la thèse. Nous aurions aimé que l’auteur, qui a fort bien insisté sur la dimension spirituelle du désir de Dieu, interroge de Lubac sur un « éventuel passage » d’une raison théologique à une raison mystique ou, du moins, à un discours mystique.

7Mais, avant tout, nous tenons à saluer le précieux travail du Père Vitor Franco Gomes livré aux lecteurs francophones dans une langue parfaitement maîtrisée. Maintenant qu’il a regagné Madère, espérons qu’il aura la possibilité d’initier en portugais des traductions ou des études consacrées au cardinal de Lubac.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Vitor Franco Gomes, Le paradoxe du désir de Dieu », Revue des sciences religieuses, 80/1 | 2006, 110-111.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Vitor Franco Gomes, Le paradoxe du désir de Dieu », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/1 | 2006, mis en ligne le 07 août 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1903

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page