Navigation – Plan du site
Recensions

Henrike Maria Zilling, Tertullian, Untertan Gottes und des Kaisers

Paderborn – München – Wien – Zürich, Schöningh, 2004, 242 p.
Frédéric Chapot
p. 108-110
Référence(s) :

Henrike Maria Zilling, Tertullian, Untertan Gottes und des Kaisers, Paderborn – München – Wien – Zürich, Schöningh, 2004, 242 p.

Texte intégral

1Dans cette monographie consacrée à Tertullien et issue d’une thèse de doctorat soutenue à Berlin en 2003, H. M. Zilling considère principalement les ouvrages apologétiques du Carthaginois, pour évaluer la façon dont l’auteur envisageait les relations des communautés chrétiennes avec l’Empire. À cette fin, elle étudie assez précisément les circonstances de rédaction de ces traités. À propos de l’Apologétique, elle accepte l’hypothèse de Becker, selon laquelle les deux rédactions de l’ouvrage seraient l’œuvre de Tertullien lui-même. En revanche elle nuance le point de vue de son prédécesseur à propos de l’occasion qui suscita l’ouvrage : s’il n’y a pas eu de prétexte concret et urgent pour la rédaction de l’Apologétique, il est possible que sa publication ait été accélérée par les mesures de Septime Sévère. Même si celui-ci n’a pas promulgué de loi antichrétienne, il a pu ressentir comme une marque d’hostilité le refus des chrétiens de participer aux fêtes qu’il organisait pour célébrer sa victoire sur ses adversaires, et accuser les chrétiens d’être des ennemis de l’État. Sur cette question du rôle de Septime Sévère dans les persécutions, on aurait souhaité que l’auteur discutât l’hypothèse d’Anne Daguet-Gagey (Revue des Études Augustiniennes, 47, 2001, p. 3-32), pour qui la remise en vigueur de la législation sur les associations a pu susciter certaines des flambées de violence qui marquèrent son règne.

2Pour H. M. Zilling, l’Apologétique, comme plus tard l’Ad Scapulam, avait donc pour destinataire principal la communauté chrétienne, qu’elle devait rassurer et encourager devant la menace de persécution et dans les conflits qui l’opposaient au contexte païen. Même si la mise en scène rhétorique apparente le texte à un discours judiciaire, Tertullien chercherait surtout à s’adresser aux chrétiens eux-mêmes, et s’il utilise un vocabulaire et une argumentation qui pouvaient convaincre les païens, c’est qu’il pensait être utile à ses auditeurs en leur donnant les moyens de riposter aux attaques de leurs adversaires, y compris à celles des philosophes. À mes yeux, il ne faut pas exagérer l’isolement intellectuel des chrétiens : on doit reconnaître l’existence de discussions entre les deux milieux, et il est très vraisemblable que Tertullien ait cherché à s’adresser au plus grand nombre, avec l’ambition de toucher directement les milieux païens. Dans le cas contraire, on s’explique mal l’effort pédagogique qu’il manifeste dans son ouvrage, et il serait vraiment réducteur de ne voir dans son chef d’œuvre qu’un manuel à l’usage des chrétiens qui entreprennent de discuter avec des païens. En réalité ces textes de l’apologétique chrétienne ont des destinataires multiples et sont animés de cette tension entre un objectif extérieur et une visée interne.

3Dans un chapitre intitulé, de façon sans doute trop générale, « Tertullians Theologie », H. M. Zilling montre que la théologie de l’histoire de Tertullien n’ignore pas le caractère transitoire de ce monde, ni le thème de l’imminence de la Parousie, mais que cette attente eschatologique reste à la périphérie de son entreprise, largement préoccupée par les relations entre le christianisme et l’Empire. À cet égard l’insistance sur l’obéissance du chrétien, l’affirmation de sa loyauté envers l’Empire, le refus d’associer l’expansion de l’Empire à l’idolâtrie ne conduisent pas à une rupture définitive avec le monde, mais seulement à la distinction de deux ordres de choses, le domaine religieux et le domaine politique : dans un Empire débarrassé de l’idolâtrie, le chrétien pourrait devenir le meilleur des citoyens. Cette interprétation emporte facilement l’adhésion du lecteur.

4Pour mettre en perspective cette position du Carthaginois, H. M. Zilling présente, dans un dernier chapitre, le cas d’Arnobe de Sicca et son Aduersus nationes. Comme Tertullien, il s’adresse prioritairement à la communauté chrétienne d’Afrique du Nord, mais il a aussi pour destinataires les intellectuels païens, notamment le cercle des néoplatoniciens auquel il a dû appartenir avant sa conversion. Sur la question de la nouveauté du christianisme, il se montre encore plus affirmatif que son prédécesseur. Avec ces deux auteurs, on doit reconnaître la vitalité de l’Église d’Afrique du Nord et le rôle décisif qu’elle joua dans l’histoire chrétienne d’Occident.

5Ce chapitre consacré à Arnobe, médiocrement articulé à l’ensemble, fait saisir l’hésitation du livre entre deux projets distincts : une monographie générale sur Tertullien et une étude plus spécifique des relations des premiers auteurs chrétiens de l’Afrique romaine avec l’Empire. La première partie, qui expose méthodiquement toutes les questions liées à la biographie de Tertullien et à son statut dans la communauté de Carthage, relève plutôt de la première perspective. La description de l’état de la communauté chrétienne de Carthage et des tensions qui la traversent constitue une synthèse bien menée et très recommandable. Il en va globalement de même à propos du montanisme de Tertullien et du rôle que celui-ci dut jouer dans le groupe des montanistes. On est moins convaincu par les développements, rapides et un peu superficiels, sur la relation de Tertullien avec la philosophie ou sur sa théologie. À propos de la carrière du Carthaginois, la reconstitution proposée est calquée sur l’itinéraire d’Augustin et manque sans doute un peu de prudence. L’auteur est bien informé, malgré certaines lacunes dans la bibliographie, en particulier française. Mais le lecteur ne peut se satisfaire de l’annexe sur la chronologie des œuvres de Tertullien, dans laquelle H. M. Zilling fait figurer côte à côte deux reconstitutions, l’une et l’autre partiellement obsolètes et de toute façon largement incompatibles : celle de Harnack (1904) et celle que Barnes avait proposée dans la première édition de son Tertullian. A Historical and Literary Study de 1971, avant de la corriger notablement dans la seconde édition de 1985. En revanche il n’est tenu aucun compte des travaux plus récents sur ce point.

6Malgré ces réserves, l’ouvrage de Henrike Maria Zilling reste très recommandable et offre une synthèse intéressante sur les rapports de Tertullien avec l’Empire et sa pratique de l’apologétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Chapot, « Henrike Maria Zilling, Tertullian, Untertan Gottes und des Kaisers », Revue des sciences religieuses, 80/1 | 2006, 108-110.

Référence électronique

Frédéric Chapot, « Henrike Maria Zilling, Tertullian, Untertan Gottes und des Kaisers », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/1 | 2006, mis en ligne le 07 août 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1901

Haut de page

Auteur

Frédéric Chapot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page