Navigation – Plan du site
Recensions

A. Dettwiler, J.-D. Kaestli, D. Marguerat (éd.), Paul, une théologie en construction

Genève, Labor et Fides (Le Monde de la Bible 51), 2004, 496 p.
Michèle Morgen
p. 106-108
Référence(s) :

A. Dettwiler, J.-D. Kaestli, D. Marguerat (éd.), Paul, une théologie en construction, Genève, Labor et Fides (Le Monde de la Bible 51), 2004, 496 p.

Texte intégral

1En 500 pages bien tassées, les dix-huit collaborations de ce volume présentent un ensemble considérable sur la question paulinienne à l’heure actuelle. L’ouvrage est réparti en 7 chapitres qui soulignent bien les problèmes posés par l’exégèse de la littérature paulinienne. Dans un premier temps, M. Quesnel dresse un état de la recherche qui n’a rien d’ennuyeux mais qui engage d’emblée le lecteur de ce volume à se poser des questions. Il insiste surtout sur la pluralité des méthodes et des compétences, ainsi que sur l’intérêt de l’interdisciplinarité. Quesnel relève avec soin les enjeux actuels de l’exégèse paulinienne (sur la Loi, sur des points précis de théologie, sur les rapports de Paul avec le judaïsme, etc.) et indique aussi des pistes nouvelles, parfois à peine amorcées, parfois déjà bien dégagées mais encore inconnues des non-spécialistes. On pourra apprécier le passage consacré aux lectures philosophiques en dialogue avec la théologie. Après cette mise en bouche, deux articles groupés sous le chapeau « Une écriture en mouvement » s’attardent sur les problèmes de communication. Le premier article, sous la plume de J.-N. Aletti, spécialiste de la rhétorique paulinienne, examine de près, exemples à l’appui, le processus paulinien du dialogue et de la rhétorique paradoxale ; il ne suffit plus d’en rester à une rhétorique descriptive, mais il convient de montrer comment la rhétorique de Paul et les choix qu’il se donne dans ce domaine sont décisifs pour sa visée théologique.

2G. Barbaglio revient sur le caractère occasionnel des lettres de Paul et, en conséquence, de sa théologie. Provoqué, Paul devient provocateur. À l’encontre de plusieurs de ses collègues, l’auteur de l’article parie pour une certaine cohérence de l’herméneutique paulinienne et propose une perspective unifiante de sa théologie. La troisième partie s’occupe des questions pré-pauliniennes. On y trouve des articles sur des questions classiques : l’héritage juif de Paul et les débuts de sa mission (R. Riesner), la situation de Paul à l’ombre de l’Empire (N. Elliott), les « traditions christo-sotériologiques préépistolaires dans les lettres incontestées de Paul » (c’est le titre de D. Gerber), une réflexion sur la temporalité (E. Cuvillier), avec des points de vue parfois inattendus (K.P. Donfried sur 1 Th et la chronologie paulinienne). Il ne saurait y avoir une présentation de l’exégèse paulinienne sans un chapitre conséquent sur la Loi. Trois spécialistes de cette question précise (J.D.G. Dunn, D. Marguerat, J.-P. Lémonon) s’y consacrent dans la quatrième partie de l’ouvrage. Le lecteur trouvera dans ces pages une excellente présentation des nouvelles perspectives critiques relatives au débat actuel donné par le représentant de ce mouvement, J.D.G. Dunn, qui choisit de ne pas faire simplement un état de la question, mais de réfléchir à la question de la Loi, à partir des textes de Paul lui-même. Par ailleurs, et ce point manifeste l’intérêt du chapitre, ces pages montrent des positions exégétiques qui s’affrontent (voir la position de Marguerat à l’encontre de Dunn). J.-P. Lémonon conclut pour ainsi dire cet ensemble en présentant les différents aspects de la Loi, à partir de l’épître aux Galates. On peut s’interroger sur ce qui fait le « centre » de la théologie paulinienne. En réponse à cette question, la partie 5 de l’ouvrage présente trois points de vue : J. Zumstein autour de la croix, U. Schnelle sur le présent du salut, F. Vouga sur « La vérité de l’Évangile et la création nouvelle : l’apôtre Paul comme interprète de Jésus de Nazareth ». Dans l’avant-dernière partie du livre, deux articles s’attachent à la figure de Paul apôtre : l’article de Penna sur le pasteur et le penseur, montrant comment la théologie paulinienne est « greffée sur la vie » et celui de Ph. Nicolet sur le concept d’imitation si important dans la correspondance paulinienne. L’ouvrage s’achève avec deux articles regroupés sous le thème « Paul après Paul », suivant une expression fréquemment employée aujourd’hui. A. Dettwiler s’interroge sur la plausibilité d’une école paulinienne, sur son enracinement et sur ses ramifications. S. Vollenweider, qui s’intéresse également à la question de la réception, montre comment très tôt déjà on s’interrogeait sur le véritable Paul : « la figure controversée de l’apôtre nous place devant des décisions » ; l’auteur plaide « en faveur d’une interprétation qui présente Paul comme générateur d’impulsions critiques face à la théologie, à l’Église et à la société ». Ces derniers mots disent suffisamment l’intérêt de cet ouvrage pour les exégètes et pour les théologiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Morgen, « A. Dettwiler, J.-D. Kaestli, D. Marguerat (éd.), Paul, une théologie en construction », Revue des sciences religieuses, 80/1 | 2006, 106-108.

Référence électronique

Michèle Morgen, « A. Dettwiler, J.-D. Kaestli, D. Marguerat (éd.), Paul, une théologie en construction », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/1 | 2006, mis en ligne le 06 août 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/1898

Haut de page

Auteur

Michèle Morgen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page