Navigation – Plan du site
Recensions

Raymond E. Brown, La mort du Messie

Encyclopédie de la passion du Christ. De Gethsémani au tombeau, traduction de l’anglais par J. Mignon, Paris, Bayard, 2005, 1695 p.
Michèle Morgen
p. 102-105
Référence(s) :

Raymond E. Brown, La mort du Messie. Encyclopédie de la passion du Christ. De Gethsémani au tombeau, traduction de l’anglais par J. Mignon, Paris, Bayard, 2005, 1695 p.

Texte intégral

1L’exégète américain est bien connu en France, puisque de nombreuses traductions de ses ouvrages ont paru aux éditions Bayard ou aux éditions du Cerf. Spécialisé surtout dans la littérature johannique, l’auteur a travaillé dans tous les secteurs du Nouveau Testament, comme en témoigne l’introduction au NT parue en traduction chez Bayard (2000) sous le titre : Que sait-on du Nouveau Testament ? Ce technicien de l’exégèse est aussi un croyant convaincu, soucieux de répondre aux différentes questions soulevées par les textes bibliques analysés et par les problèmes d’herméneutique et d’application pastorale. Sa pédagogie, marquée par le souci de clarifier au maximum les questions habituellement posées, au niveau exégétique ou au niveau pastoral, mérite à nouveau d’être saluée dans le présent ouvrage.

21695 pages pour rédiger une « Encyclopédie de la passion du Christ » selon le sous-titre donné au livre dans l’édition française ! Le texte ciblé est celui de la passion dans les quatre évangiles. Il est analysé et commenté en détail à partir de la page 154. Auparavant, le lecteur est conduit vers les problèmes méthodologiques concernant la rédaction des évangiles en référence aux traditions et/ou aux documents écrits qui leur ont servi de base. L’auteur y aborde des problèmes généraux relatifs à la formation des évangiles. Il insiste beaucoup sur l’importance des traditions orales, sur les difficultés à reconstituer les sources, sur l’opportunité à le faire, sur la nécessité de le faire en trouvant la méthode appropriée, sur les chances et les limites des diverses hypothèses pour l’exégète, mais aussi pour le croyant. Dans cette introduction, comme le fait aussi remarquer D. Marguerat qui a rédigé une préface à l’édition française, le lecteur patient apprendra beaucoup et pourra se mettre véritablement à l’école d’un des grands maîtres en exégèse. L’auteur ne ménage pas ses efforts pour donner des exemples précis d’analyses de textes. Il ne se contente pas de livrer les résultats bruts d’une analyse menée dans le secret de son laboratoire exégétique, bien au contraire ! Il évoque en effet toutes les questions, indique tantôt brièvement, tantôt en détail, les solutions envisagées par les spécialistes. Il fournit tous les éléments bibliographiques nécessaires pour qui voudrait consulter les points précis de la recherche. Bref, je pense que cette introduction, à elle seule déjà, saura attirer le lecteur. Il faut encore ajouter que, tel qu’il est construit, ce premier chapitre ne devrait pas être laissé de côté. La suite, on le verra, s’appuie sur les réflexions épistémologiques de Brown. Le langage y est clair, adapté au lecteur étudiant comme au spécialiste. Ce dernier aura en effet plaisir à confronter sa manière de se situer aujourd’hui, en exégèse, par rapport à cette véritable mise au point que fait Brown, dans des prises de position explicitement définies, cohérentes et mesurées, sur le plan des méthodes en particulier.

3Le reste du livre (environ 1500 pages donc) constitue un commentaire de la passion. Il s’agit d’un travail en synopse (les textes des quatre évangiles sont analysés et commentés verset par verset), mais sur un mode original. L’auteur propose un travail non pas en colonnes, à la verticale, mais plutôt à l’horizontale (explication donnée page 10). Le récit de la passion se comprend comme un drame en 4 actes. Brown invite à lire en introduction l’entrée de Jésus dans la passion par le motif de la prière et de l’arrestation, et en finale la crucifixion et la mort. Le centre est construit en deux scènes, la première où Jésus est en face des autorités juives, l’autre devant Pilate, le gouverneur romain. La simplicité de ce découpage (c’est le plan du livre) et la clarté de la méthode explicitée dans les chapitres introductifs permettent d’emblée un contact entre l’auteur et ses lecteurs, pour une aventure studieuse et interactive, le texte sous les yeux. Pour chaque scène, R.E. Brown fournit d’abord une traduction littérale des versets évangéliques correspondants, dans chacun des évangiles. Il engage ensuite le commentaire des versets. Il termine par une « Analyse » où il embrasse d’un seul regard la cohérence d’ensemble de la péricope. On rencontre peut-être quelques difficultés dans le plan, car certains chapitres comportent à chaque fois le plan « traduction/commentaire/analyse », alors que d’autres chapitres sont simplement commentés et l’analyse ne vient qu’en conclusion. D’autres particularités de ce genre seraient à signaler, mais ce sont des détails qui soulignent en définitive l’originalité des textes analysés. Par ailleurs, en fin pédagogue, l’auteur saisit l’occasion, à chaque fois que cela est possible, pour présenter telle difficulté de méthode, telle particularité. Il le fait parfois d’une manière ramassée mais complète, qui force l’admiration, en particulier lorsque sont évoquées les différentes positions exégétiques. Brown a montré dans son introduction (p. 102 par exemple) comment les hypothèses peuvent évoluer. Dans le commentaire, il n’évite pas les problèmes et n’hésite pas à les exposer en détail, sans lasser son lecteur. Il ne force pas les solutions, sait dire que « personne n’en sait rien », que des arguments manquent, qu’il est impossible d’aboutir à un consensus …, autant de remarques qui sont indispensables en exégèse sérieuse et qui parfois sont difficiles à faire accepter. Il apprend la nuance et la prudence sur les questions « historiques » : on trouvera déjà en introduction (voir par exemple note 57, p. 92) des réflexions sur ce point, mais aussi dans de nombreux passages ou commentaires et en appendice, notamment sur les questions de l’historicité du procès. En de nombreux endroits, l’exégète déborde le cadre strict du travail sur le texte pour une réflexion plus théologique ou herméneutique. Il sait évoquer les questions qui se posent au tout venant ou au spécialiste, à différents niveaux culturels et religieux, à partir de l’actualité, de l’iconographie religieuse, de l’histoire, des réflexions pastorales, etc. J’ai particulièrement apprécié ces passages qui ne sont jamais bavardage ou digressions, mais qui sont toujours suggestifs.

4Outre la bibliographie générale du chapitre 3, chaque péricope est assortie d’une bibliographie spécifique soigneusement établie. Des appendices conséquents abordent des problèmes spécifiques. La liste de leurs titres en montre l’intérêt : évangile de Pierre, datation de la crucifixion, difficultés de traduction, Judas Iscariote, groupes et autorités juifs dans les récits de la passion, le sacrifice d’Isaac et la Passion, le contexte vétérotestamentaire des récits de la passion, les annonces par Jésus de sa passion et de sa mort.

5Il n’y a pas de conclusion, du fait sans doute que l’ouvrage est pensé sur le modèle des « commentaires » (selon le titre de l’édition originale) classiques d’exégèse. Par ailleurs, elle aurait alourdi encore considérablement le volume. En outre, l’introduction détaillée sert de conclusion à ce travail de recherche mené sur une dizaine d’années. Le lecteur s’y reportera sans doute à plus d’une reprise au cours de sa lecture du commentaire.

6Remercions les éditions Bayard et saluons le travail de Jacques Mignon pour la mise à la disponibilité du lecteur français de cette œuvre magnifique !

7Brown est décédé en 1998 (voir p. 15 ; la date de sa mort est erronée sur la page de couverture du livre). Je signale aux lecteurs de la revue un ouvrage posthume présenté, complété et édité par F. Moloney : R.E. Brown, An Introduction to the Gospel of John, New York (The Anchor Bible Reference Library), 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Morgen, « Raymond E. Brown, La mort du Messie », Revue des sciences religieuses, 80/1 | 2006, 102-105.

Référence électronique

Michèle Morgen, « Raymond E. Brown, La mort du Messie », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/1 | 2006, mis en ligne le 06 août 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/1889

Haut de page

Auteur

Michèle Morgen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page