Navigation – Plan du site
Recensions

André Lacoque, Le livre de Ruth

(Commentaire de l’Ancien Testament XVII), Genève, Labor et Fides, 2004, 150 p.
Eberhard Bons
p. 101-102
Référence(s) :

André Lacoque, Le livre de Ruth (Commentaire de l’Ancien Testament XVII), Genève, Labor et Fides, 2004, 150 p.

Texte intégral

1Les commentaires récents de l’Ancien Testament rédigés en langue française sont peu nombreux. C’est une raison de plus de saluer le fait que les éditions Labor et Fides de Genève prennent une nouvelle initiative pour combler les lacunes restées depuis longtemps dans la série « Commentaires de l’Ancien Testament », dont le dernier volume est paru il y a plus de dix ans. Consacré à un des livres les plus courts de l’Ancien Testament, Ruth, le commentaire d’André Lacoque, qui a enseigné pendant longtemps aux États- Unis, est susceptible d’enrichir visiblement les lectures courantes du livre de Ruth. Remontant à Johann Wolfgang von Goethe, une des lectures consiste à voir dans ce texte vétérotestamentaire une idylle (cf. le chapitre sur les Hébreux dans le West-östlicher Divan). Se positionnant résolument contre une telle interprétation, qui risque de peindre en rose les réalités sociales qu’évoque le livre de Ruth, Lacoque plaide avec ferveur pour une lecture différente. Certes, il souscrit à plusieurs éléments de l’interprétation du livre sur lesquels les exégètes sont majoritairement d’accord. Il suffit d’en mentionner deux : le livre date de l’époque postexilique et se veut une plaidoirie contre le nationalisme israélite défendu par Esdras et Néhémie (p. 27) ; la solution juridique du problème initial élaborée au chapitre 4 par Booz consiste à combiner les institutions du lévirat et du rachat (p. 117).

2Toutefois, l’auteur n’en reste pas là. À la page 12 de l’introduction, le lecteur apprend que Lacoque considère sa monographie comme un « commentaire socio-juridique ». On doit regretter que ce détail n’apparaisse que dans l’introduction, et non pas dans le sous-titre du livre. Quoi qu’il en soit, cette approche permet au commentateur d’approfondir une série d’aspects, p. ex. : le fait que Ruth soit une étrangère, en particulier une Moabite, à Bethléem, et les conséquences que ce statut va engendrer pour elle et pour Booz (p. 30 s.) ; l’importance que revêt la survie du clan dans une société ancienne, importance qui explique la généalogie en Rt 4,18-22 (p. 121) ; le fait que Ruth ne puisse pas prendre en main son sort, en agissant de son propre chef lors des délibérations évoquées en Rt 4,1-12 (p. 124).

3Mais l’auteur va encore plus loin : pour lui, le livre de Ruth, une novella (p. 18 s.), n’est pas du tout à confondre avec un rapport historique (p. 113). On a plutôt affaire à un récit fictif qui touche plus d’une fois aux limites du vraisemblable, et ce afin de véhiculer plusieurs messages : il est nécessaire d’interpréter la Torah de manière amplificatrice plutôt que de rester dans le cadre d’un légalisme stérile et rigide (p. 31) ; cette interprétation de la Loi se manifeste dans la pratique concrète des actes de hèsèd qui n’excluent pas le pauvre et l’étranger (p. 33) ; Dieu suscite des « justes des nations » afin d’édifier Israël (p. 38).

4En bref, le livre de Ruth représente une réécriture de la Torah qui permet de lire celle-ci sous un jour nouveau, en particulier les prescriptions qui portent sur le lévirat, ou celles qui établissent une différence entre Israélites et étrangers (p. 148 s.). Lu dans une telle optique, le livre de Ruth possède un caractère « subversif » (p. 14, 20) dans la mesure où il adopte, de bout en bout, une « conception différente de la Torah » (p. 147). Enfin, Lacoque n’exclut pas que ce livre ait une femme pour auteur (p. 21 s.), hypothèse que l’on peut corroborer par l’observation que « le récit proprement dit commence avec des femmes et se termine de même » (p. 135).

5Que l’on accepte de suivre ou non Lacoque dans les nombreux détails de son exégèse, force est de constater qu’il a publié un commentaire très stimulant et inégalé dans la bibliographie récente du livre de Ruth. Certes, le livre connaît des longueurs ainsi que des répétitions. De toute façon, là où l’auteur s’éloigne considérablement de l’opinion commune, il argumente ses positions soigneusement, p. ex. lorsqu’il conclut que la généalogie finale en Rt 4,18-22 fait partie du livre original (et non pas d’une couche littéraire plus tardive). Que les raisonnements du commentateur soient parfois colorés d’un ton légèrement polémique n’enlève rien à leur pertinence. Il est cependant regrettable que le commentaire ne soit pas doté d’un index scripturaire, ne serait-ce que d’un index sélectif qui pourrait en faciliter la consultation.

6En résumé, ce commentaire représente une véritable contribution à l’interprétation du livre de Ruth, qu’il faut saluer. Il reste donc à souhaiter qu’il ne soit pas le dernier de la série « Commentaires de l’Ancien Testament ». Comme les éditeurs scientifiques le mentionnent dans la présentation de la collection, elle compte parmi ses collaborateurs uniquement des exégètes d’orientation protestante. Tout en reconnaissant que la distinction très nette entre les exégèses bibliques protestante et catholique était légitime dans le passé, nous pensons qu’elle devient aujourd’hui de plus en plus obsolète, étant donné le nombre actuel de chercheurs francophones. Les projets de publications exégétiques en langue française gagneraient à ne plus insister sur la différence confessionnelle, du moins dans une discipline où elle ne se manifeste pratiquement plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eberhard Bons, « André Lacoque, Le livre de Ruth », Revue des sciences religieuses, 80/1 | 2006, 101-102.

Référence électronique

Eberhard Bons, « André Lacoque, Le livre de Ruth », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/1 | 2006, mis en ligne le 06 août 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1887

Haut de page

Auteur

Eberhard Bons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page