Navigation – Plan du site
Recensions

Jacques Briend, Annie Caubet, Patrick Pouysségur, Le Louvre et la Bible

Paris, Éd. Bayard, 2004, 255p.
François Bœspflug
p. 99-101
Référence(s) :

Jacques Briend, Annie Caubet, Patrick Pouysségur, Le Louvre et la Bible, Paris, Éd. Bayard, 2004, 255 p., 45 objets, 20 ph. coul. 10 dessins, 35 repr. en noir et blanc

Texte intégral

1Le titre du livre n’est pas clair. Même la statue de Gudea qui figure sur la couverture ne suffit pas à dissiper l’équivoque. Le Louvre recèle tant de richesses qu’il pourrait s’agir aussi bien des scènes bibliques dans la peinture de chevalet. Or, il s’agit d’archéologie et de Proche-Orient ancien, depuis le néolithique jusqu’à l’époque sassanide. L’ouvrage, pour l’essentiel, présente 45 objets (stèles, vases, statues, reliefs, mosaïques, bijoux) conservés au département des Antiquités Orientales du Louvre et provenant de fouilles effectuées au Proche-Orient (Liban, Syrie, Iran, Irak) et en particulier dans l’ancienne Mésopotamie.

2L’introduction (p. 7-27) procède à un rapide panorama des principales fouilles (Khorsabad, Byblos, Tello, Suse, Mari, Ougarit) qui ont permis la constitution des collections orientales du Louvre. Les objets eux-mêmes sont répartis en quatre classes, à savoir : « avant l’histoire » (deux objets du néolithique), « la création » (le sens de cette rubrique, surtout du fait de son placement, n’est pas lumineux ; par exemple le kudurru du roi kassite Meli-Shipak II), « les dieux » (stèle de libation du dieu Shamash), « les hommes » (stèle de Naram-Sîn, code d’Hammurabi). Chaque objet a d’abord droit à quelques indications techniques en regard de sa reproduction en noir et blanc. Puis vient un double commentaire, sur plusieurs pages. Le premier est d’ordre historique et archéologique, le second biblique et théologique. Rien n’est dit du rapport entre ces deux textes (qui ne sont pas signés), ni dans l’avant-propos, ni à la fin du livre, qui ne comporte aucune conclusion. On comprend vite, néanmoins, que le premier commentaire, souvent si précis qu’il fait ressortir par contraste la faible qualité de l’illustration et les inconvénients du petit format du livre, est l’œuvre des deux archéologues (Annie Caubet, conservateur général chargé du département des Antiquités orientales, et Patrick Puisségur, chargé de mission), tandis que le second commentaire est du bibliste, en l’occurrence le P. Briend, professeur honoraire à l’Institut Catholique de Paris. Prenant occasion de tel objet, ce second commentaire éclaire bien telle pratique biblique correspondant à cet objet ou bien, le cas échéant, la signification de l’absence de tout objet similaire dans la culture biblique. Cette confrontation est très utile, même là où l’objet archéologique précède de mille ans la période biblique : car elle fait descendre le livre saint de la stratosphère où l’on s’est plus longtemps à le croire installé, en montrant pas à pas comment il s’enracine profondément dans l’histoire, l’imaginaire et la culture matérielle du Proche-Orient ancien.

3L’idée était bonne. La réalisation, sans doute un peu hâtive, laisse à désirer, quant au fond et quant à la forme. La forme est loin d’être irréprochable. La typographie est défaillante, beaucoup de virgules manquent, J. C. remplace constamment J.-C. ; on relève une poussière de sauts de ligne fautifs et toute sorte de petits défauts : l’édition de la TOB utilisée pour les citations bibliques et citée en annexe n’est pas datée (p. 250), alors qu’elle a déjà connu révision. L’ouvrage est dépourvu de renvois internes (sauf p. 252-253). L’introduction ne signale pas la carte (médiocre) que l’on découvre en annexe (p. 246-247), ni ne renvoie au tableau chronologique (p. 248-250), ni aux titres de la bibliographie permettant d’aller plus loin. La répartition des objets en quatre classes n’est justifiée nulle part. La vignette reproduisant l’objet en noir et blanc est souvent de qualité médiocre. Celle de la p. 47, par exemple, ne permet pas de suivre la description de la p. 48. Il est vrai que l’objet en question (la plaque en relief du prêtre Dudu, percée en son centre) est reproduite plus loin, dans le premier cahier en couleur, après la p. 96 : mais pourquoi n’est-ce pas signalé ? Ce n’est pas un accident mais une carence structurelle : s’il y a bien deux cahiers en couleurs reproduisant de manière bien lisible 18 d’entre les 45 objets, les descriptions n’y renvoient pas. Un objet vous intéresse ? Vous êtes condamné à chercher s’il est reproduit ailleurs que là où il est décrit et éventuellement à recommencer votre lecture avec la bonne reproduction sous les yeux. Le fond ? Il est solide, la matière est passionnante, mais on trouve de grosses bévues (p. 11 : le pèlerinage en Terre Sainte remonte « au moins aux Croisades » ! Assurément ! Lisez Maraval). Le texte est parfois éloigné de l’objet qui a provoqué sa rédaction (la théorie du culte des ancêtres est peut-être valable, mais elle n’est pas bien introduite par l’image de la p. 30). Il arrive aussi que l’on frôle le truisme, par ex. p. 32, ou bien la candeur, p. 56. Frappe également le peu qui est dit de l’usage de beaucoup de ces objets, tel l’Adorant en or de Lharsa (p. 145) : quelle conséquence tirer du fait que l’objet comporte à sa base un tenon pour pouvoir être debout ? Si cette figurine représente le roi et est destinée à éterniser sa prière, où la plaçait-on ? De qui était-elle vue ? La fonction du sceau cylindre méritait également une mise au point ou un rappel.

4Un catalogue, en somme, mais privé du soin et de la beauté d’un catalogue. L’éditeur admettra que sa revue Le Monde de la Bible, au lectorat duquel ce livre paraît s’adresser en priorité, satisfait si bien les yeux que ce livre, par contraste, paraîtra un tantinet austère. Faute de maquette, on ne peut pas même parler de sa mise en page. Un guide, alors, un manuel ? Pas de glossaire pour les mots inexpliqués : par exemple calotype (10, 11) ; sarcophage anthropoïde (12), décharnement (35). Les reproductions médiocres et l’absence générale de renvois internes n’en font pas un bon outil de travail. D’autant que la bibliographie, il est vrai légère, a d’étranges lacunes : a été oublié, par exemple, le « Découverte Gallimard » traitant sensiblement du même sujet que l’Introduction, et de manière plus vivante, Il était une fois la Mésopotamie (1993) par J. Bottéro et le regretté M.-J. Stève.

5De dimensions relativement modestes, l’ouvrage n’est ni très bien fabriqué ni très bon marché (29 euros). Pourquoi, au fait, n’a-t-il pas été coédité avec la RMN (Réunion des Monuments Nationaux) ou avec le Louvre ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bœspflug, « Jacques Briend, Annie Caubet, Patrick Pouysségur, Le Louvre et la Bible », Revue des sciences religieuses, 80/1 | 2006, 99-101.

Référence électronique

François Bœspflug, « Jacques Briend, Annie Caubet, Patrick Pouysségur, Le Louvre et la Bible », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/1 | 2006, mis en ligne le 11 août 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1883

Haut de page

Auteur

François Bœspflug

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page