Navigation – Plan du site

Ecrire aujourd’hui un commentaire (sur 2 Co)

Qu’est-ce que cela signifie ?
Thomas Schmeller
p. 243-252

Résumés

L’exégète qui aborde la rédaction d’un commentaire (ici celui de 2 Co pour la série EKK) se livre à des réflexions de fond sur sa tâche. Il s’interroge sur l’objectif poursuivi, le lectorat visé et la méthode à privilégier. Il n’a pas la totale liberté de choix puisque la série qui accueillera le nouveau commentaire a un profil prédéfini. EKK privilégie la méthode historico-critique, ne vise pas l’érudition philologique ou historique pure, est ouverte sur la dimension théologique des textes et suppose un lectorat formé. Néanmoins le commentateur imprimera sa marque personnelle, par exemple en visant un lecteur implicite désireux de lire l’ouvrage entier ou en complétant la méthode classique par les acquis récents des sciences sociales ou de l’histoire des effets du texte (Wirkungsgeschichte).

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de l’allemand par Eberhard Bons et Jacques Schlosser.

Notes de l'auteur

Cet article est issu d’une conférence que j’ai donnée le 10 mars 2004 à la Faculté de théologie catholique de l’Université Marc Bloch, Strasbourg. On a conservé la forme de l’exposé.

Texte intégral

  • 1 E. Käsemann, An die Römer (HNT 8a), Tübingen, Mohr, 4e édit. 1980, p. IV.

1« Qui n’a pas de patience, et s’intéresse uniquement au résultat et à l’éventuelle utilisation pratique, qu’il ne touche pas à l’exégèse. Il n’est pas apte pour elle, menée avec rigueur elle ne lui est pas utile1 ». Cet avertissement de Ernst Käsemann se réfère à l’exégèse comme telle, mais il a sans doute une importance particulière pour qui veut rédiger un commentaire scientifique. Ce n’est pas pour rien qu’on trouve cet avertissement justement dans l’introduction du grand commentaire de Käsemann sur l’Épître aux Romains. En fait, chaque auteur qui aborde de nos jours le travail préliminaire à la rédaction d’un commentaire biblique doit se demander si sa patience sera suffisante. Pour ce qui me concerne, j’ai commencé il y a six mois la rédaction d’un commentaire sur la Deuxième Épître aux Corinthiens pour la série Evangelisch-Katholischer Kommentar. Sauf imprévu, j’achèverai l’ouvrage dans 10 à 12 ans. Mais il n’est pas impossible que je termine le deuxième volume seulement quand je serai à la retraite…ou peut-être jamais.

2Qu’une telle entreprise demande du souffle sur la longue durée ne tient qu’en partie aux circonstances personnelles dans lesquelles je travaille. Il existe aussi des facteurs généraux qui exercent leur influence sur tout auteur qui aborde aujourd’hui un tel commentaire. J’ai essayé d’en répertorier quelques-uns et de vous les présenter dans cette conférence. Je voudrais donc vous montrer quels sont les tâches et les problèmes auxquels je me vois confronté au début de mon travail de commentateur. Bien entendu, une grande partie de mes remarques reflète ma façon personnelle de percevoir ces questions, mais d’autres sont dues à l’arrière-plan de l’exégèse germanophone, et d’autres peut-être à l’exégèse au niveau international.

I. Questions préliminaires

  • 2 K. Barth, Der Römerbrief, Munich, Kaiser, 5e édit. 1926.
  • 3 H. Lietzmann, An die Römer (HNT 8), Tübingen, Mohr, 4e édit. 1933.

3Qu’est-ce qu’un commentaire ? Voilà une question banale et très large à la fois. Pourtant, nous n’aboutissons pas à un résultat plus satisfaisant si nous posons la question différemment : qu’est-ce que le commentaire d’un livre biblique ? Bien sûr, chaque commentaire est une interprétation et une explication. Il n’empêche : dans l’histoire de l’exégèse biblique aussi bien que de nos jours on entend par là des réalités bien différentes. En ce qui concerne l’Antiquité, il suffit de comparer les commentaires des écrits bibliques de Qumrân avec ceux de Philon. Alors que les pesharim de Qumrân interprètent chaque paragraphe en fonction de plusieurs aspects (la situation eschatologique présente, la situation de la communauté, son chef et ses adversaires), Philon a recours à l’allégorie afin d’élaborer une interprétation philosophique se référant à une réalité qui transcende le temps. Pour citer un exemple tiré du XXe siècle : les commentaires de Karl Barth2 et de Hans Lietzmann3 n’ont en commun que le texte à commenter, en l’occurrence l’Épître aux Romains ; le premier en présente une interprétation explicitement théologique, le second une analyse philologique et historique très détaillée. En rédigeant un commentaire, nous ne pouvons donc pas nous inspirer d’un modèle reconnu par tous et qui serait tout au plus à adapter aux besoins de notre époque. La diversité des commentaires s’impose à l’attention. Quitte à simplifier beaucoup les choses, on peut lier cette diversité à trois facteurs dont chacun correspond à l’une des questions suivantes : 1. Sur quoi porte le commentaire ? 2. À qui s’adresse-t-il ? 3. Quelles méthodes adopte-t-on ?

1. L’objet du commentaire

4À elle seule, la question élémentaire « sur quoi porte le commentaire ? » nous plonge déjà dans l’embarras. Par là je n’entends pas la difficulté consistant à reconstituer le texte original ; quoique cette démarche se heurte parfois à des problèmes, elle ne revêt pas une grande importance, du moins dans un grand nombre de passages. Je vise la question de savoir ce qu’est un texte. On ne peut que constater la divergence des réponses qu’on donne aujourd’hui à cette question.

5Dans quelle mesure le texte est-il une entité indépendante de celui qui l’analyse, de façon à mettre des bornes à chaque interprétation ? Dans quelle mesure le texte est-il le produit d’une communauté qui l’interprète, au point que chaque communauté se créerait pour elle-même le texte à interpréter ? L’exégète dégage-t-il un sens qui est inhérent au texte ? Contribue-t-il à donner au texte un surplus de sens ? Ou bien produit-il le sens de son propre chef tout en étant intégré dans une communauté où se pratique l’interprétation ?

6Il est vrai que de telles questions surgissent seulement à une époque récente. Elles nous permettent cependant de mieux comprendre les interprétations d’autrefois. Les auteurs des pesharim de Qumrân, par exemple, partent sans aucun doute de la position suivante : le sens des textes prophétiques a échappé à leurs rédacteurs, les prophètes, et ne se révèle qu’à une époque eschatologique dont les théologiens de Qumrân deviennent les témoins. C’est ainsi qu’on identifie celui qui massacre sans pitié les peuples (Ha 1,17) aux Kittîm qui, quant à eux, sont identifiés aux Romains (1QpHabVI, 8-10).

7Se ranger aujourd’hui du côté d’une telle conception suppose qu’on admette pour les prophètes une inspiration verbale qui reviendrait à contester aux prophètes tout discernement propre. Celui qui ne partage pas cette position préférera considérer l’interprétation citée comme un sens nouveau, produit par la communauté interprétante de Qumrân.

8La question de savoir comment l’interprétation se situe par rapport au texte est controversée. En revanche, il est incontestable que le commentaire est un genre littéraire spécifique de l’exégèse dans la mesure où il sert à interpréter un livre biblique de bout en bout. Les autres travaux exégétiques se contentent d’une tâche plus réduite : l’interprétation d’une partie du texte biblique (que ce soit un verset ou plusieurs chapitres) ou l’analyse d’une question particulière qui suppose l’étude de plusieurs textes dispersés. Certes, tous ceux qui analysent une partie d’un texte visent à tenir compte du contexte respectif, d’une façon ou d’une autre. Mais seul un commentaire tient vraiment compte du contexte. Il en résulte qu’il n’est pas légitime de lire un commentaire de manière partielle, il faut le lire d’un bout à l’autre afin de profiter de toutes ses richesses. Cela a des conséquences : à mon avis, le représentant « moyen » du public auquel s’adresse le commentaire doit être en mesure de le lire dans son ensemble. Cette attente implicite de l’auteur varie évidemment en fonction du public. De toute façon, je pense que même un commentaire scientifique ne doit jamais dépasser deux gros volumes. À cet égard j’apprécie beaucoup la conception de principe qui est en vigueur dans la série Kritisch-exegetischer Kommentar : un volume par livre du Nouveau Testament.

2. Les destinataires

9Il est d’une importance capitale, et pas seulement en référence à la taille du commentaire, de réfléchir au public auquel il est destiné. On peut distinguer quatre catégories : 1. les collègues ; 2. les curés et pasteurs, les enseignants de religion ainsi que les étudiants de théologie ; 3. le public érudit ayant une formation universitaire en dehors de la théologie ; 4. le public chrétien qui n’a pas de formation universitaire.

10C’est en fonction du public que le commentaire doit poursuivre différents buts et chercher à satisfaire à des demandes particulières : la présentation de l’état de la recherche, l’introduction à la lecture de la Bible, l’approfondissement des connaissances théologiques de base, l’édification spirituelle, etc. Que le commentaire porte ou non sur le texte grec dépend du public pour lequel on écrit. Celui qui se réfère systématiquement au texte grec ne peut s’adresser qu’à ses collègues, du moins dans la situation actuelle. Une autre question liée à la nature du public visé concerne le caractère du commentaire : s’agit-il de mener une « recherche fondamentale » ou une « recherche appliquée » ? Parmi les biblistes, on discute par exemple de détails philologiques et historiques qui n’ont pas ou guère d’incidence sur le sens du texte, auquel s’intéresse un public plus large. À mon avis, un bon commentateur doit tenir compte de ces critères et examiner ce qu’il écrit en se mettant à la place de son futur lecteur.

11Quoi qu’il en soit, en règle générale les différents genres de commentaires ont en commun de s’adresser à des lecteurs chrétiens. Aussi relèvent-ils de la production littéraire utilisée à l’intérieur de l’Église chrétienne – à la différence des monographies ou des articles qui peuvent intéresser les historiens de l’Antiquité et les philologues classiques.

3. Les méthodes

12La question de la méthode est épineuse, d’autant plus que le canon des méthodes bibliques en vigueur aux XIXe et XXe siècles, du moins jusqu’aux années 1970-80 environ (en gros la « méthode historico-critique »), a perdu son autorité. Les biblistes continuent sans aucun doute à adopter quelques-unes de ces démarches qui se révèlent toujours fructueuses. Cela n’empêche pas d’observer qu’elles ne forment plus une unité. À cela s’ajoute que l’éventail des approches bibliques a connu une diversification énorme. Ainsi est-on confronté aux approches sémiotiques, rhétoriques, sociologiques, à la linguistique du texte, au canon criticism ainsi qu’à l’oral criticism, il existe même des formes mixtes, par exemple l’approche socio-rhétorique, etc. Cette pluralité n’est pas sans rappeler la citation du Hamlet de Shakespeare où Polonius évoque la grande diversité des possibilités : « tragédie, comédie, histoire, pastorale, comédie pastorale, pastorale historique, histoire tragique, pastorale tragico-comico-historique ». Pour l’instant, on ne sait pas quelles approches récentes permettent d’être combinées entre elles de façon sensée. La diversification des méthodes s’est réalisée grâce à des emprunts faits aux disciplines non théologiques. En revanche, on constate que ce développement va de pair avec une distance croissante de l’exégèse par rapport aux autres disciplines théologiques. Il semble bien que l’exégèse se sente davantage à l’aise dans le cadre des lettres modernes et des sciences sociales qu’à l’intérieur de la théologie. Cela amène à un constat ultérieur : on ne sait plus quel rôle les questions de la théologie systématique par exemple peuvent, devraient ou doivent jouer dans le processus de l’interprétation du texte biblique.

13Cette brève esquisse des questions débattues aujourd’hui suffit pour faire apparaître le cadre herméneutique dans lequel chaque commentaire doit trouver sa place particulière.

II. La série « Evangelisch-Katholischer Kommentar » (EKK)

14Heureusement que le commentateur lui-même ne doit pas prendre position par rapport à tous les problèmes mentionnés. De fait, en coopérant à une série de commentaires, il est dispensé en partie de ce travail. En ce qui concerne la série Evangelisch-Katholischer Kommentar, il convient de poser encore une fois les trois questions évoquées plus haut : quel texte fait l’objet de l’interprétation ? À qui le commentaire s’adresse-t-il ? Quelles méthodes adopte-t-on ? Il n’est pas facile du tout de répondre à ces questions. On s’étonne de trouver rarement des prises de positions programmatiques. Sur leurs sites internet, les maisons d’édition concernées (Benziger Verlag, Patmos Verlag, Neukirchener Verlag) ne fournissent pratiquement aucun renseignement relatif aux caractéristiques de la série. Les commentaires parus jusqu’à maintenant ne sont guère plus utiles : ils ne comportent aucune préface commune du comité de direction ni un texte de présentation uniforme qui figurerait par exemple sur la quatrième de couverture de chaque volume. À côté des « travaux préliminaires » (Vorarbeiten) de la série EKK, parus en quatre cahiers de 1969 à 1972, on en est réduit à glaner des informations dans les préfaces des auteurs de la série. Pour le reste, seule la lecture des commentaires permet de voir quelles en sont les caractéristiques fondamentales.

1. L’objet du commentaire

15La question de savoir comment l’interprétation se situe par rapport au texte n’est guère évoquée. Cela tient peut-être au fait que cette question ne faisait pas l’objet d’un débat important au cours des années 1960-1970, c’est-à-dire à l’époque où le projet du Evangelisch-Katholischer Kommentar a vu le jour. Toutefois, on a pris une décision capitale à ce moment-là, quand on a accordé beaucoup d’attention à la Wirkungsgeschichte ainsi qu’au dialogue œcuménique. Tel est le profil spécifique de la série.

16En ce qui concerne le dialogue œcuménique, il faut noter que les théologiens des deux grandes confessions chrétiennes se partagent le travail de commenter les livres du Nouveau Testament. À cela s’ajoute qu’on attribue à chaque auteur un partenaire qui, en tant que membre de l’autre confession, se charge de lire attentivement les brouillons et ébauches de l’auteur. Les remerciements exprimés par l’auteur à son partenaire (souvent dans les avant-propos des commentaires) montrent bien qu’une telle coopération a favorisé des échanges fructueux entre les deux chercheurs catholique et protestant. S’il est vrai que, parmi les disciplines théologiques, c’est dans l’exégèse biblique que le profil confessionnel est le moins marqué, les « points aveugles » dus à la tradition confessionnelle n’ont pas disparu. La coopération mentionnée aura permis de découvrir plus facilement ces points.

17On comprend mieux, alors, que les fondateurs de la série aient placé un accent si fort sur « l’histoire des effets du texte » (Wirkungsgeschichte). On ne considère pas le texte comme un réservoir contenant plusieurs sens à actualiser en fonction des circonstances et des prédilections des lecteurs. En fait, l’intérêt de la Wirkungsgeschichte n’apparaît vraiment qu’à partir du moment où l’on conçoit l’émergence du sens comme une création advenant dans une situation particulière. En d’autres termes : il serait faux de penser que les lecteurs de la Bible d’autrefois se soient contentés de choisir entre plusieurs options d’interprétation qui leur étaient transmises, en privilégiant celles qui se sont prêtées au mieux à leur situation particulière. Cela n’est pas le cas. On a élaboré aussi des interprétations nouvelles. Voilà pourquoi il pourrait s’avérer fructueux de se consacrer à de telles interprétations, car elles sont susceptibles de nous enseigner comment faire parler à nouveau le texte biblique dans notre situation particulière.

18Il reste qu’aucun commentateur de la série ne va jusqu’à considérer qu’il revient aux commentateurs seuls de « créer » le sens du texte biblique. Tous sont d’accord pour rendre justice au texte biblique et pour le protéger contre tout abus, cela en dégageant ses structures littéraires et les circonstances historiques dans lesquelles il est né. Dans sa préface au deuxième volume du commentaire de l’Évangile de Matthieu, Ulrich Luz formule cette idée de façon particulièrement nette :

  • 4 U. Luz, Das Evangelium nach Matthäus, vol. II (EKK I/2), Zurich, Benziger, 1990, p. VIII

La Wirkungsgeschichte doit stimuler notre imagination et nous aider à découvrir des potentialités enfouies dans les textes ainsi que les effets qu’a eus sur nous notre propre histoire : elle nous a façonnés et elle a suscité en nous des préjugés. Le sens originaire dégagé à l’aide de la méthode historico-critique, ou bien les effets produits dans le NT par les traditions relatives à Jésus doivent indiquer d’abord le sens vers lequel tendent les textes eux-mêmes et ensuite nous empêcher d’instrumentaliser les textes en leur faisant exprimer nos propres convictions. Les deux facteurs, à savoir le sens vers lequel tendent les textes eux-mêmes et la liberté d’innovation qu’ils offrent, sont constitutifs pour notre façon de comprendre les textes4.

19Je ne peux qu’abonder dans le sens de cette option parce qu’elle rend justice à la Wirkungsgeschichte, souvent négligée et bien à tort. Pourtant, on ne s’étonnera pas de constater que d’autres commentaires ne tiennent guère compte de la Wirkungsgeschichte, et que d’ailleurs elle ne joue qu’un rôle marginal dans certains volumes appartenant à la série EKK elle-même. En fait, l’ampleur de cette tâche risque de décourager chaque commentateur – y compris moi-même –, d’autant plus qu’on manque de travaux préparatoires, à quelques exceptions près. C’est que la Wirkungsgeschichte ne se réduit pas à l’histoire de l’interprétation au sens restreint du terme, c’est-à-dire aux études du texte qu’on trouve dans les publications théologiques du passé. L’extension de la Wirkungsgeschichte est théoriquement beaucoup plus vaste : la tâche consiste à prendre en compte pratiquement tous les domaines que le texte biblique a influencés au fil des siècles (sermons, chants, littérature, arts plastiques, musique, théâtre, cinéma, etc.). L’extension du champ à prospecter oblige bien entendu le commentateur à faire des choix, sans l’autoriser pour autant à procéder de manière arbitraire On ne peut faire un choix judicieux que si l’on possède une certaine vue d’ensemble.

  • 5 Voir la préface du deuxième volume (note 4).

20Comme nous l’avons dit plus haut, il faut lire un commentaire de bout en bout. Inutile de dire que cette requête vaut aussi pour la série EKK. Aussi peut-on comprendre tout à fait que Ulrich Luz ait promis d’offrir le troisième volume à tous ceux qui auront lu et travaillé le deuxième volume de son commentaire de Mt, et il n’est pas douteux que Matthieu lui-même aurait souhaité ce traitement pour son évangile5. Il reste que, par la faute des commentateurs eux-mêmes, Luz y compris, cette requête ne peut pratiquement pas être réalisée : les commentaires sont tout simplement trop longs ! Quatre volumes pour les commentaires de Matthieu (Luz), de 1 Corinthiens (Schrage), et bientôt de Luc (Bovon), trois volumes pour Romains (Wilckens) et pour Hébreux (Grässer). À mon avis, ces commentaires dépassent considérablement les limites du genre littéraire nommé commentaire. Ce problème a amené les éditeurs en chef de la série à proposer entretemps de réduire la dimension des commentaires à venir : en ce qui concerne les évangiles, une page de l’édition de Nestle-Aland doit faire l’objet de 20 pages de commentaire au maximum. Quant aux autres écrits du Nouveau Testament, le nombre des pages du commentaire peut s’élever à 30 pages. Du moment que la deuxième Épître aux Corinthiens comprend 21 pages dans l’édition de Nestle-Aland, mon commentaire ne doit pas dépasser 630 pages (en deux volumes).

2. Les destinataires

  • 6 Evangelisch-Katholischer Kommentar zum Neuen Testament. Vorarbeiten Heft 1, Zurich, Benziger, 1969, (...)
  • 7 A. Stock, « Überlegungen zur Methode eines Theologischen Kommentars », dans EKK Vorarbeiten Heft 4, (...)
  • 8 U. Luz, Das Evangelium nach Matthäus vol. II (note 4), p. VII.

21Voilà un problème dont les données ne sont pas clairement indiquées pour la série EKK. Dans le premier volume des « Vorarbeiten », les éditeurs en chef précisent : le commentaire doit « être orienté en fonction de la communauté paroissiale et de la prédication6 ». Alex Stock a raison de réagir à cette formulation de façon critique : il s’agit en somme « d’une formule “good-will” qui évoque une réalité complexe. Qui sont les destinataires du commentaire : les enseignants de religion à la recherche d’informations pour préparer les cours, les curés ou pasteurs qui ont besoin d’une méditation pour préparer le sermon, les spécialistes érudits, les laïcs intéressés, la bourgeoisie toujours familiarisée avec la langue chrétienne traditionnelle, les étudiants critiques ?7 » Les volumes déjà parus nous amènent à exclure que les non-spécialistes puissent consulter avec profit le commentaire. La série revendique sa place parmi les meilleurs commentaires de l’aire germanophone. Manifestement, la série comporte trop d’éléments de caractère scientifique pour qu’elle puisse s’adresser à un public large : l’état de la recherche très développé, l’attention accordée aux questions de détail et la connaissance du grec requise du lecteur. Pourtant, force est de constater que la série ne cherche pas seulement à promouvoir le débat exégétique ; son intérêt est aussi de prendre en compte ce qui se passe dans le monde de la théologie et de l’Église. Il faut supposer que les différents groupes utilisent les commentaires de différentes façons. À ce propos Ulrich Luz fait la remarque suivante : « Je pense que les prêtres et les pasteurs vont se concentrer sur l’interprétation des péricopes à étudier pour l’homélie ; les collègues vont tirer profit de la bibliographie et des notes en bas de pages, comme s’il s’agissait d’un lexique de l’Évangile de Matthieu ; les excursus intéresseront en particulier les étudiants préparant des matières spécifiques pour passer leurs examens8. »

22Ces réflexions m’amènent à rappeler deux problèmes. Je suis familiarisé avec les attentes venant des collègues biblistes ainsi que des étudiants. Par contre, j’éprouve de grandes difficultés quand je m’interroge sur les questions qui viennent d’autres branches de la théologie, les rapports entre les différentes disciplines théologiques étant peu développés de nos jours. Pour remédier à ce manque, il faudrait organiser, par exemple avec les collègues de la théologie systématique, des cours interdisciplinaires afin de trouver une langue et des questions communes. En ce qui concerne les curés et les pasteurs, je ne suis pas non plus familier avec leurs intérêts et leurs questions, du moins pas de façon directe : plutôt que de partager avec eux l’optique de quelqu’un qui dirige la pastorale, j’ai celle d’un paroissien. En tant que tel, j’ai mes préférences concernant les sujets qui devraient être évoqués dans le sermon, et je connais surtout les thèmes à éviter.

3. Les méthodes

  • 9 Vorarbeiten (note 6), p. 5.

23Je puis être bref à ce propos. De par son programme la série est « un commentaire qui adopte la méthode historico-critique9 ». Cette option, formulée en 1969, n’est pas controversée aujourd’hui, surtout pas de façon catégorique. Cependant, il convient de préciser que le constat vaut seulement dans la mesure où le mainstream de l’exégèse germanophone partage toujours l’option pour la méthode historico-critique. C’est que d’autres approches gagnent du terrain, par exemple la narratologie (U. Luz) et l’interprétation rhétorique (W. Schrage). EKK n’échappe pas à la règle qui veut qu’un commentaire ne se livre pas volontiers à des expériences nouvelles et enregistre les évolutions récentes avec un certain retard.

24En ce qui concerne le commentaire dont j’ai commencé la rédaction, je me sens libre de suivre mes prédilections. L’interprétation sera certainement marquée par l’accent mis sur les approches de type sciences sociales. Mais il faudra bien que j’adopte aussi des méthodes avec lesquelles je suis moins familier.

* *

*

25Scriptura sacra cum legentibus crescit écrit Grégoire le Grand. Il anticipe ainsi sur une conviction qui est sous-jacente aussi à la ligne de la série « Evangelisch-Katholischer Kommentar ». Tout en se sentant sollicité par les attentes de son public sinon même dépassé par ce qu’on lui demande, le commentateur peut espérer qu’à l’inverse il puisse lui-même grandir avec la tâche qui lui est impartie : la lecture et l’interprétation de l’Écriture Sainte.

Haut de page

Notes

1 E. Käsemann, An die Römer (HNT 8a), Tübingen, Mohr, 4e édit. 1980, p. IV.

2 K. Barth, Der Römerbrief, Munich, Kaiser, 5e édit. 1926.

3 H. Lietzmann, An die Römer (HNT 8), Tübingen, Mohr, 4e édit. 1933.

4 U. Luz, Das Evangelium nach Matthäus, vol. II (EKK I/2), Zurich, Benziger, 1990, p. VIII

5 Voir la préface du deuxième volume (note 4).

6 Evangelisch-Katholischer Kommentar zum Neuen Testament. Vorarbeiten Heft 1, Zurich, Benziger, 1969, p. 5.

7 A. Stock, « Überlegungen zur Methode eines Theologischen Kommentars », dans EKK Vorarbeiten Heft 4, Zurich, Benziger, 1972, p. 75-96, spéc. p. 83.

8 U. Luz, Das Evangelium nach Matthäus vol. II (note 4), p. VII.

9 Vorarbeiten (note 6), p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Schmeller, « Ecrire aujourd’hui un commentaire (sur 2 Co) », Revue des sciences religieuses, 80/2 | 2006, 243-252.

Référence électronique

Thomas Schmeller, « Ecrire aujourd’hui un commentaire (sur 2 Co) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/2 | 2006, mis en ligne le 10 août 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/1878 ; DOI : 10.4000/rsr.1878

Haut de page

Auteur

Thomas Schmeller

Johann Wolfgang Goethe-Universität Francfort (Allemagne)

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page