Navigation – Plan du site

Missionnaires catholiques en Afrique, entre information et communication

Annie Lenoble-Bart
p. 193-204

Résumés

À partir d’exemples pris surtout chez les spiritains et les Pères blancs, une analyse historique et communicationnelle concernant leur information et leurs échanges amène à privilégier d’abord une étude de leur correspondance aux débuts de la mission en Afrique. Malgré tous les efforts déployés, on constate de nombreuses lacunes dans la circulation des nouvelles, essentiellement dues aux lenteurs de transmission. La radio, plus tard, par son instantanéité, a été une révolution pour ces missionnaires dont un nombre important étaient isolés. Ces conditions particulières ont incontestablement influencé leurs prises de position. Mais leur souci d’assurer une communication interpersonnelle et institutionnelle est resté intact.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Principalement dans les archives et bibliothèques des spiritains à Chevilly-Larue, des Pères blancs (...)

1L’influence des missionnaires, depuis leur arrivée en Afrique, sur la vie politique et sociale a souvent été telle qu’il semble intéressant de se demander où ils prenaient les informations qui leur permettaient de se forger une opinion. Les controverses concernant certains d’entre eux – Mgr Perraudin au Rwanda par exemple – ont alimenté bien des chroniques : elles nous ramènent à la question posée, en la précisant. Ces étrangers aux pays dans lesquels ils ont œuvré étaient-ils bien informés ? Prenaient-ils des positions en toute connaissance de cause ou simplement en leur âme et conscience ? Nous avons parcouru revues, correspondances ou témoignages1 à la recherche d’indices pour tenter de répondre à ces interrogations. Difficile de généraliser à partir de cas personnels ou emblématiques, voire médiatisés. Les exemples cités ne valent sans doute qu’en eux-mêmes mais sont révélateurs de tendances ou de pistes. Bien évidemment, les moyens d’information ont varié aussi selon la personnalité de chacun, selon les pays, selon les postes d’affectation (en « brousse » ou dans un centre voire une capitale) et plus encore les époques : la radio a été une révolution incontestable (les postes côtiers sont, évidemment, favorisés tant que la radio n’a pas fait son apparition). Nous n’envisagerons pas celle qu’a provoquée l’installation d’internet, qui a été certainement, toutes choses étant inégales par ailleurs, du même ordre.

  • 2 « Un regard communicationnel sur l’histoire de l’Église de Rome. La communication de l’institution (...)

2Cet ancrage historique, qui nous a fait respecter la chronologie, se double d’un « regard communicationnel » pour reprendre l’approche de J. Devèze2. Malgré la longueur de son intervention mais compte tenu de la période embrassée, il n’a pas du tout abordé cet aspect de l’Église missionnaire extra-européenne. Mais il donne une méthodologie adaptée à notre thème et parle d’une véritable communication « entrepreneuriale » que nous retrouvons.

L’importance de la correspondance

  • 3 Mgr Maillat. Confirmé par Paul Schönenberger, CREDIC, 1980, p. 52 et 149.

3Dès les débuts de la mission, l’information a été au cœur des préoccupations des fondateurs. Mgr Lavigerie a amassé une documentation énorme et donné à ses Pères blancs des « instructions » sans cesse actualisées : « il rectifiait ses remarques en se basant sur les lettres qu’il recevait de ses missionnaires, et il était très impératif sur la nécessité de l’informer de tout ce qu’ils découvraient là-bas3 ».

  • 4 P. Baudu, Vieil empire jeune église, Paris, Éd. La Savane, 1956 : « nous suivons dans sa correspond (...)
  • 5 Ici en 1906, au temps du bras de fer entre autorités coloniales et religieuses, en pays mossi, ibid (...)

4Au départ, les lettres sont donc, en dehors des rencontres physiques, le mode de communication certes classique, mais fondamental pour échanger. Les missionnaires ont pratiqué avec constance cet art ; ils ont été prolixes, même si certains rédigeaient mieux que d’autres ou avaient simplement une graphie plus lisible. Ils échangent avec leur famille, leurs amis et « bienfaiteurs » mais aussi avec leurs supérieurs hiérarchiques comme avec leurs confrères. Les propos peuvent être utilitaires, mais plus généraux, par exemple sur la situation du pays où ils se trouvent. La fréquence de ces écrits est telle qu’elle a pu servir de base à des biographies comme le montre celle de Mgr Thévenoud par le P. Baudu qui utilise sa correspondance pour de très nombreux éléments de chapitres et en émaille d’extraits son ouvrage4. Les informations peuvent être anecdotiques ou plus construites, souvent précieuses, même si, parfois, l’autocensure est de mise, en particulier quand les missionnaires sont « avertis que leurs lettres [sont] ouvertes5 ».

Les aléas du courrier

  • 6 G. Vieira, L’Église catholique en Guinée à l’épreuve de Sékou Touré (1958-1984), Paris, Karthala (c (...)

5Avec les progrès des transports, les délais d’acheminement se sont raccourcis sans que les aléas disparaissent. Ainsi, pour la Guinée de 1981, le P. Vieira note encore : « le courrier est lent, les lettres n’arrivent pas toujours […]. Du coup, la correspondance ressemble parfois à un dialogue de sourds6 ».

  • 7 Missions d’Alger, juillet 1882, p. 535 puis 538. Des lettres se perdent : Missions d’Alger, janvier (...)
  • 8 Missions d’Alger, janvier 1883, p. 9-10.
  • 9 Missions d’Alger, octobre 1884, p. 239.

6Dès les débuts de la mission et même quelques années plus tard, cette impression de lancer des bouteilles à la mer ressort souvent, parfois de façon très explicite comme dans cette lettre du 24 octobre 1881 écrite par le supérieur de la Mission du Victoria, le P. Livinhac : « par une occasion inattendue, j’ai pu, le 31 juillet, adresser quelques lignes de réponse […]. C’était le cinquième courrier que nous expédiions depuis le commencement de l’année. Nous ignorons si ces divers courriers sont arrivés à destination, ce qui me détermine à résumer ici les principales nouvelles qu’ils vous apportaient7 ». Plus loin, la suggestion en dit long sur la fréquence des échanges : « Il serait nécessaire que tous les ans une petite caravane nous fût envoyée [depuis Zanzibar] ; elle pourrait servir de courrier. Nous pourrions ainsi recevoir de vos nouvelles et vous donner des nôtres une fois par an, ce qui serait beaucoup vu la grande difficulté des communications ». Effectivement, l’année suivante, une procure est ouverte à Zanzibar qui va permettre de « transmettre [aux] confrères des postes plus avancés de Tabora, du Tanganyika et de l’Ouganda, les lettres et commissions de toute sorte que leurs parents ou amis de France désireraient leur faire parvenir. Nous recommandons ce type de transport comme le plus rapide et le plus sûr qui se puisse trouver8 ». En 1884, les Anglais innovent dans cette zone et les missionnaires constatent : « nous serons forcés de nous joindre à ce nouveau service. La sécurité, la régularité, la rapidité des communications y gagnent, et de plus c’est beaucoup moins coûteux9 ».

  • 10 Pour 1879 : « les catholiques font passer leurs lettres à la côte par les protestants », L’Afrique (...)

7Faire circuler le courrier à l’intérieur de l’Afrique a longtemps posé d’innombrables difficultés, résolues en partie par la « poste missionnaire », organisation interne qui, à ses débuts au moins, a été œcuménique comme en témoignent plusieurs textes, quelle que soit l’époque10. « Dans l’intérêt de la religion et de l’humanité », le président de la Société strasbourgeoise des pigeons voyageurs, Columbia, a proposé en avril 1889 aux spiritains et aux Pères blancs 200 pigeons

  • 11 Dossier V 194 A 2K 1.3.

8pour établir des relations en cas d’urgence. La correspondance à ce sujet conservée aux archives de Chevilly Larue11 objecte le coût et les distances pour des postes éloignés des rivages.

  • 12 Chronique trimestrielle de la Société des Missionnaires…, 3e trimestre 1880, p. 281. Le courrier pe (...)
  • 13 Missions d’Afrique, janvier-février 1901, p. 2.
  • 14 Le cas de Save et de Zaza, au Rwanda, où en 1901, puis en 1902, des chefs confisquent le courrier d (...)
  • 15 « Notre courrier d’août a été pillé à Kissaka » (Journal de la mission de Save 1899-1905, p. 48).

9L’insécurité est un facteur à ne pas négliger : deux lettres « expédiées par la voie du nord vers la fin de décembre ont rebroussé chemin, les Turcs ayant abandonné les stations voisines de l’Ouganda12 ». Quelques années plus tard, « des tribus révoltées ayant interrompu les communications entre la côte et le Nyanza, nous sommes depuis six mois sans nouvelles de nos confrères » constate un Père blanc13. Les problèmes peuvent même concerner la circulation entre deux postes d’un pays14. Les vols ne sont pas exclus, non plus !15 Un soupir du P. Livinhac résume ce qui est une impression très souvent exprimée, sous des formes diverses : « quand pourrons-nous avoir de vos chères nouvelles ? Nous voilà séparés, et pour longtemps de tout ce qui est civilisé ». Plus explicitement encore, l’année suivante, il dit à Mgr Lavigerie :

  • 16 Œuvre de Saint Augustin et de Sainte Monique, juillet 1879, p. 80 : texte repris dans Chronique tri (...)

Notre plus grande privation est d’être, depuis dix mois, absolument sans nouvelles de la France et de nos Supérieurs. Je ne sais où sont passées les lettres qui nous ont été adressées depuis notre départ d’Alger, et j’ignore si on a reçu les nôtres. Jusqu’à présent nous nous sommes servis, pour notre correspondance, des caravanes qui se rendaient à la côte de Zanzibar. Mais ces caravanes sont exposées à toute sorte de retards et d’accidents et à des négligences plus ou moins volontaires, surtout de la part des Arabes, qui voient, non sans dépit, le commerce des esclaves sérieusement menacé par la venue des Européens. Pour entretenir avec la côte un commerce de lettres suivi, il est nécessaire que nous adoptions le système des Missions anglaises. Elles ont à leur service un certain nombre de Noirs uniquement employés à porter les lettres à Zanzibar et à rapporter les réponses16.

Le problème des délais dans l’information

  • 17 Bulletin des Missionnaires d’Afrique, avril 1882, p. 472.

10Les délais ont varié d’un lieu à un autre et suivant les époques. Les débuts ont toujours été durs, surtout quand la situation n’était pas stabilisée. Sans compter les erreurs d’aiguillage, ici entre Ujiji et Karema : des protestants « remettent aux Pères un volumineux courrier qui était venu s’échouer dans leur établissement17 ».

  • 18 « Nous voyons arriver le P. Mancet […] Nous l’accueillons avec un plaisir d’autant plus vif qu’il n (...)
  • 19 Lettre de Ste Marie de Roubaga (Ouganda) du 31 juillet 1881, Missions d’Alger, avril 1882, p. 502.
  • 20 Œuvre de Saint Augustin et de Sainte Monique, octobre 1878, p. 423 puis 425.
  • 21 Chronique trimestrielle de la Société des Missionnaires…, 2e trimestre 1880, p. 194.
  • 22 Ibid., 2e trimestre 1880, p. 199.

11L’espacement entre les courriers est tel que toute nouvelle « fraîche » est bienvenue18 et l’arrivée du courrier un grand moment : « recevoir des nouvelles du monde civilisé est pour nous un événement qui fait époque dans notre vie missionnaire et porte toujours la joie dans nos cœurs19 ». « Nous nous mettions en route quand un exprès, envoyé par le Père Baur, me remit quelques lettres d’Europe qu’un courrier extraordinaire avait apportées d’Aden à Zanzibar. La lecture de ces lettres inattendues me fit du bien », note une lettre du 18 juin 187820. En 1880 confirmation est donnée que le courrier ne peut plus passer par les caravanes21. Et il faut du temps pour que la situation s’améliore vraiment : « nous sommes en route depuis plus d’une année, c’est la première fois que nous recevons des lettres ! Aussi avec quel bonheur nous les dévorons ! […] Nous oublions, un instant, que tout cela a été écrit il y a plusieurs mois, et que depuis il peut s’être passé de terribles événements !22 »

  • 23 Ibid., 3e trimestre 1880, p. 281.
  • 24 À propos du F. Julio Lopes Gouveia : « Je regrette de ne pouvoir vous donner d’autres renseignement (...)
  • 25 Chronique trimestrielle de la Société des Missionnaires…, 3e trimestre 1880, p. 283.

12Les missionnaires étaient donc informés, la plupart du temps, avec un retard énorme. Le P. Livinhac constate le 27 janvier 1880 : « nous ignorons complètement ce qui s’est passé dans notre Société depuis le mois d’octobre 187823 ». Ils attendent fréquemment avec impatience ou philosophie des compléments d’information24. Ce qui n’exclut pas l’humour. Depuis l’Ouganda, le 12 juin 1880, il est relevé : « Grâce à la rapidité de nos courriers, votre lettre du 20 avril 1879 m’est parvenue le 29 mai 1880. Treize petits mois et neuf jours ! ! ! Encore quelques petits perfectionnements dans le service de la poste équatoriale, et vos lettres n’arriveront à destination qu’au bout d’un siècle de voyage25 ».

  • 26 Au début du XXe siècle en Afrique orientale : Journal de la mission de Save 1899-1905, p. 70.
  • 27 CREDIC, 1980, p. 19.
  • 28 CREDIC, 1980, p. 21.

13La construction du chemin de fer améliore en général sensiblement la situation26. Mais quand les postes en sont éloignés, la situation change peu. Le P. Prost se trouve en 1929 en Guinée, à 40 km d’un Cercle administratif : « le courrier venait par porteur : un mois environ pour une lettre de France, autant pour un courrier venant de Bamako où se trouvait le Vicaire apostolique27 ». Les informations arrivent, elles aussi, avec un bon mois de retard. Mais les délais peuvent être beaucoup plus importants. Sœur Elisabeth note qu’en Haute-Volta elle n’avait rien dans la brousse jusque dans les années 1950 et que les journaux venaient « après des mois » alors qu’au Rwanda elle était nettement mieux informée28.

  • 29 Voir toutes les correspondances conservées à Chevilly : dossier II 2K1 13 a 2.
  • 30 CREDIC, 1980, p. 23 bis.

14Globalement les délais se réduisent lentement : neuf mois en 1880-1881 pour atteindre la région du lac Victoria mais encore régulièrement29 un bon mois et demi en 1924-1925 pour qu’une missive parvienne au Kilimandjaro, malgré le chemin de fer : le « cablogramme » est de règle pour annoncer les décès. En revanche, certains trouvent une situation assez peu différente de la condition française, comme à Abidjan30.

  • 31 CREDIC, 1980, p. 33.

15Tous les correspondants relèvent la coupure des guerres, surtout la Deuxième Guerre mondiale, qui les laissent parfois complètement isolés. Après, la situation n’est pas forcément meilleure : Mgr Maillat, à la Libération, en Guinée, allait chercher lui-même le courrier une fois par semaine. Le télégramme ou le téléphone restaient de mise pour les avis importants comme l’annonce d’une nouvelle affectation31.

  • 32 G. Vieira, L’Église catholique en Guinée…, p. 217.

16Les missionnaires ont ainsi toujours confié leurs envois à des confrères ou des amis en partance vers l’Europe, pour diminuer les frais et les délais, pour assurer davantage de sécurité mais également pour contrer les contrôles : « Si Mgr Maillat peut écrire si franchement, c’est que la lettre est postée à l’étranger et ne risque donc pas de provoquer des représailles contre la mission32 ».

17Quoi qu’il en soit, malgré des limites inhérentes à leur origine – la réalité est reconstruite à travers des codes épistolaires convenus et des représentations ritualisées dont ne sont pas exclus les stéréotypes – les innombrables correspondances ont servi de base à la communication ascendante et descendante, mutuelle et hiérarchique au sein des congrégations missionnaires.

Les sources d’information « internes »

18Elles sont importantes et contribuent, aussi, largement à l’information.

Les rapports

  • 33 Voir les instructions de Mgr Lavigerie, dans Œuvre de Saint Augustin et de Sainte Monique, octobre (...)
  • 34 P. Baudu, Vieil empire jeune église, p. 200.

19Outre le « journal de communauté » tenu dans chaque mission, qui retrace les grands moments comme les petits événements quotidiens, chaque visite organisée est suivie d’un rapport ou de notes de voyages. Les pratiques sont les mêmes d’une société à l’autre. Chez les Pères blancs, obligation est d’envoyer un « journal de voyage » tous les trois mois, dont des extraits sont fournis pour publication aux revues missionnaires33. « Là, nous trouverons le témoignage d’un étranger au Vicariat [le P. Arnoux qui vient de la région des Grands Lacs], mais capable, de par son passé, de porter un jugement de connaisseur [sur le pays mossi]. Il lui était plus facile aussi qu’aux Pères, habitués, de saisir une caractéristique, un détail pittoresque34». La publicité donnée assez souvent à ces sources en fait un élément d’information non négligeable.

La presse missionnaire

  • 35 En un siècle, de 1823 à 1919, sont fondées 380 revues missionnaires dont 79 en français : J. Comby, (...)

20Elle s’impose d’elle-même. Les missionnaires sont des lecteurs de leur propre presse, surabondante35, et plus généralement de médias catholiques. Ainsi, au début de l’installation des spiritains en Afrique de l’Est, le journal de communauté de St Joseph de Zanzibar relève le 1er janvier 1867 : « Fête de la Circoncision. À 11 heures les Pères et les Frères se sont réunis selon l’usage des dimanches et fêtes dans la salle des exercices. Après la lecture du Bulletin Général de la Congrégation, le R. P. Supérieur a fait part à la communauté… ». Si on ne prend que cette année-là, on remarque que, le plus souvent, la provenance des nouvelles n’est pas fournie : 12 février 1867 « est arrivée la nouvelle de la mort des Pères Risch et Engel tous deux décédés le même jour sur la côte occidentale d’Afrique » ; 16 mai 1867 « est arrivée ici la nouvelle de la mort du Frère (illisible) décédé à Cayenne par suite d’une phtisie pulmonaire ». Août suivant (1868) donne quelques pistes en signalant l’arrivée d’un nouveau consul et de la malle « que nous n’avions plus eue depuis 5 mois ». Les spiritains prennent alors connaissance de toute une série de décès ou de maladies de Pères ou de Sœurs mais aussi des dons, des détails sur la canonisation de leur « Vénéré Père ».

  • 36 Mots employés deux fois en huit lignes par la procure de Tanga le 1er mars 1924 (archives de Chevil (...)

21Ceux qui sont au loin, avides de nouvelles, ont, classiquement, l’impression que la maison-mère se soucie peu d’eux et les « réclamations » sont « réitérées » pour que les envois de la revue soient mieux assurés36.

  • 37 « On m’avait changé d’affectation à Rome pour me mettre rédacteur français à l’Agence [illisible, s (...)

22En 1927 un essai de centralisation est tenté avec la création de l’agence Fides chargée de donner des nouvelles des missions, suivie d’autres37. Mais l’information, là encore, vient de l’intérieur, contrôlant l’image donnée.

23Les jugements varient quant à l’intérêt de ces productions mais le bilan est « globalement positif ». Le titre devenu Annales des Pères du Saint Esprit publie en introduction de son numéro de janvier 1937 la lettre d’un ancien qui constate : « Les Revues ‘missionnaires’ se sont aujourd’hui fort multipliées. Il en pleut, disent les gens ». Et, en parlant des Annales :

52 ans d’âge, ce qui est une vie longue pour une Revue de ce genre. Ce seul fait d’avoir ainsi su durer fait leur éloge : une feuille ennuyeuse serait morte bien avant la cinquantaine. […] Entre professeurs, il nous arrive de nous plaindre de notre « production catholique », assez souvent critiquée. On y relève des pauvretés, on y parle d’insignifiance. On se dit que nos adversaires en tirent avantage et cela nous peine. Mais alors nous devons nous réjouir quand […] nous avons à présenter un Bulletin plus qu’honorable, coquet et savant tout à la fois, véridique et cependant plein d’humour, avec, lorsqu’il s’agit de certaines notices biographiques, des pages de discrète émotion, et d’une édification qui n’est pas de convention ni de surface.

  • 38 Voir l’historique d’A.-J. Tudesq, Feuilles d’Afrique, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (M (...)

24Les missionnaires sont eux-mêmes encouragés à écrire pour les revues de leur congrégation mais également pour bien d’autres, profanes ou scientifiques. Et très vite ils sont sollicités pour créer une presse locale, destinée parfois à avoir une grande place dans la formation d’un espace public38.

Autres sources d’information

25Là encore, elles dépendent des lieux et des époques. Certains postes sont bien lotis, d’autres moins.

Toujours l’écrit

  • 39 Ainsi, à la mission de Save, en 1905, on lit L’Univers (Journal de la mission de Save 1899-1905, p. (...)

26Au début de la mission, beaucoup de journaux très conservateurs ont eu la faveur des envois et ont entretenu un climat de méfiance vis-à-vis de la Troisième République, surtout lors de ses mesures anticléricales39.

  • 40 N° 3, mars 1913, p. 81 puis 82.

27L’Écho des Missions d’Afrique de la Congrégation du Saint-Esprit et du Saint Cœur de Marie, en 191340, après une longue plainte qu’on n’a rien à lire dans les missions, constate :

On se réfugie dans d’autres besognes, dans d’autres distractions : malgré tout, le besoin d’avoir de quoi lire ressaisit une fois ou l’autre les plus occupés et les plus insouciants. Et c’est ainsi qu’à la Factorerie, au Poste, on pille les journaux et les revues – au moins les plus convenables – de son voisin le fonctionnaire ou le commerçant, qu’on traîne avec soi ces vieux papiers sur le banc de son embarcation, qu’on ne perd pas une ligne de ces indigentes proses…

28S’en suit un appel à faire passer des livres ou des revues dont on ne fait plus rien : « telle revue contemporaine, ce Correspondant qui se dépareille, cette Revue hebdomadaire que vous avez achetée à la gare et qui traîne, cet Illustré qui fut feuilleté par vos doigts enfiévrés lors de votre convalescence ?… » Avec humour, il est cependant refusé les « rossignols ». Avec le sens pratique qui caractérise les maisons mères, il est suggéré des envois via la rédaction : « on joindrait les livres aux commandes en train ; ils iraient caler les coins des caisses d’outils, faire le plein des emballages sous zinc… Cela n’irait pas en grande vitesse mais cela ne coûterait à peu près rien ». Évidemment, une nouvelle fois, l’actualité des nouvelles n’est pas de mise !

29Les allusions éparses montrent que la presse locale est souvent consultée, au moins celle qui donne des informations indispensables, style Moniteur officiel.

  • 41 P. Lapierre au Tchad, CREDIC, 1980, p. 2.
  • 42 Paul Schönenberger, CREDIC, 1980, p. 151.

30Plus le temps passe et plus le panel se diversifie mais les délais restent de rigueur : « les journaux et revues, européennes et africaines, sont lus quand ils arrivent ; généralement avec un grand retard. Et beaucoup se perdent en route (la sélection hebdomadaire du Monde, Jeune Afrique, ICI, Documentation Catholique, Études, CARS, etc.)41 ». En Tanzanie, Times s’est beaucoup répandu42.

La révolution de la radio

  • 43 G. Vieira, L’Église catholique en Guinée…, p. 131.
  • 44 Ibid., p. 207.
  • 45 CREDIC, 1980, p. 14.

31Dans ce contexte où la lenteur est subie plus qu’acceptée, la radio est révolutionnaire. Elle marque plus encore une décléricalisation de l’information : désormais elle peut arriver dans les coins les plus reculés, certes en apportant les nouvelles du Vatican mais surtout la voix des pays d’origine puis des postes locaux et, après les indépendances, des gouvernements en place. Ainsi, Mgr Tchitimbo « demande à tous les prêtres, ainsi qu’aux religieuses, de s’insérer davantage dans les réalités guinéennes […] par l’écoute quotidienne de Radio-Guinée43». Et c’est « par la radio, [que] la mission suit les événements de Conakry et l’expulsion de Mgr Milleville44 » en 1961. Toutes les missions n’en ont pas été pourvues rapidement. Le P. Chauvin, arrivé en 1941 au Dahomey (Atiémé), n’en a pas et se contente du bulletin ronéotypé de l’administration qui, seule, lui donne des nouvelles. Il reçoit le courrier deux fois par semaine45.

32Pour les Sœurs aussi, la radio a pu être une véritable révolution à l’image de Léonie Pittet, Sœur blanche en Ouganda à partir de 1951 où elle s’estimait surtout informée par le « bouche à oreilles » :

  • 46 CREDIC, 1980, p. 149.

les Pères circulaient beaucoup plus que les Sœurs ; ce que nous savions, nous le savions en général à cause des Pères. Ou par les Sœurs nous avions des nouvelles des villages environnants mais c’est tout. Une limitation assez importante de l’information. Alors qu’à l’heure actuelle, et ça frappe beaucoup quand on retourne après vingt ans, de voir que les transistors sont disponibles. Encore qu’en Ouganda la possibilité d’avoir des piles jouait un très grand rôle, alors, au lieu d’avoir chacun son petit transistor comme c’était le cas en 68, eh bien en 78 et au-delà, tout le monde se regroupait le soir pour économiser les piles et entendre les informations46.

  • 47 CREDIC, 1980, p. 2 : impression partagée par Paul Schönenberger sur la radio de Nyerere en Tanzanie (...)
  • 48 Au Rwanda, Clémens Nadler, CREDIC, 1980, p. 156.
  • 49 CREDIC, 1981, p. 330 bis.
  • 50 CREDIC, 1981, p. 345.
  • 51 CREDIC, 1980, p. 23 bis.

33Des limites ? Le P. Lapierre, jésuite, alors au Tchad, note : « écouter la radio locale finit par être fastidieux pour un auditeur européen. Le contenu des nouvelles est trop souvent limité et orienté ; le niveau culturel des émissions généralement modeste […] Mais on s’astreint à les écouter, surtout dans les périodes de crise. La plupart du temps on écoute plus volontiers les postes étrangers, surtout européens, qui donnent davantage des nouvelles du monde47 ». Il rejoint ainsi la majeure partie des intellectuels du pays. D’autres constatent qu’on finit par se passer de l’écoute des postes locaux48, d’autant que la censure est stricte49. Mais, ce n’est pas le cas partout. « Il y a quelques missionnaires qui se sont accrochés à la radio… à Paris Inter, France Inter mais enfin c’est quand même très peu. Pour beaucoup, nous n’avons que des informations qui sont transmises localement50 ». Pourtant, plus généralement, la mondialisation progresse : « France-Inter-Afrique est captée même en pleine brousse », indique le P. Chossonnery en Côte d’Ivoire en 196751. Et la radio garde une audience bien supérieure à la télévision captée en ville uniquement dans la majeure partie des régions.

*   *

*

34Finalement, nous sommes partie d’une situation où les missionnaires, même éloignés, alimentaient un système d’information en boucle (ils lisaient les nouvelles qu’ils avaient produites), en vase clos au sein de leur congrégation ou société mais, finalement, répondant aux canons d’un « bon » journalisme d’entreprise – vérification sur place, indication des sources, hiérarchisation par une rédaction centrale – sans qu’il y ait vrai pluralisme. Certes tout se passait dans le cadre d’une communication institutionnelle, soucieuse d’image, indissociable d’une information dont on sait qu’elle n’est jamais neutre. L’expérience vécue, dans ces conditions, jouait aussi un rôle primordial.

  • 52 Claude Prudhomme, Missions chrétiennes et colonisation. XVIe-XXe siècle, Paris, Éd. du Cerf, 2005, (...)

35Avec la diversification des médias, les missionnaires peuvent confronter leur information, très engagée, à d’autres opinions, mais leur apostolat à l’épreuve du terrain leur permet de s’orienter vers des positions originales. On comprend ainsi qu’ils aient pu avoir, lorsqu’ils étaient isolés, des prises de position différentes de celles des colons et plus largement des autres expatriés : les différentes facettes de leur communication et de leur information, dès les débuts, étaient déjà celles d’un « village planétaire ». Certes, ils appréhendaient la réalité localement mais ils étaient reliés à un « système monde » qui, dans un certain nombre de cas, leur a fait prendre conscience plus tôt de certaines évolutions historiques52, sans pour autant leur empêcher des contresens. Enfin, au terme de ce panorama, il ne faut pas occulter que nous avons ici la face émergée d’une information dont une bonne partie est difficile à appréhender : les réseaux d’Église, les conversations, les confidences voire les confessions ont certainement pesé de tout leur poids dans cette « intime conviction » évoquée en début de parcours.

Haut de page

Notes

1 Principalement dans les archives et bibliothèques des spiritains à Chevilly-Larue, des Pères blancs à Rome et à Paris, dans les interviews orales recueillies par le CREDIC en 1980-1982 à Lyon, Fribourg et Cartigny (nous avons eu accès, grâce au Prof. Gadille, à une version sommairement dactylographiée ; les noms ne sont pas toujours identifiables de façon certaine). Le détail n’est pas listé ici : les sources sont indiquées au fur et à mesure de leur utilisation.

2 « Un regard communicationnel sur l’histoire de l’Église de Rome. La communication de l’institution ecclésiastique des origines à nos jours », intervention de Jean Devèze au colloque de la SFSIC (Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication) à Castres en 2001.

3 Mgr Maillat. Confirmé par Paul Schönenberger, CREDIC, 1980, p. 52 et 149.

4 P. Baudu, Vieil empire jeune église, Paris, Éd. La Savane, 1956 : « nous suivons dans sa correspondance ces multiples démarches… » (p. 154).

5 Ici en 1906, au temps du bras de fer entre autorités coloniales et religieuses, en pays mossi, ibid., p. 37.

6 G. Vieira, L’Église catholique en Guinée à l’épreuve de Sékou Touré (1958-1984), Paris, Karthala (coll. « Mémoire d’Églises »), 2005, p. 421.

7 Missions d’Alger, juillet 1882, p. 535 puis 538. Des lettres se perdent : Missions d’Alger, janvier 1885, p. 211 ; Chronique trimestrielle de la Société des Missionnaires de ND des Missions d’Afrique, 3e trimestre 1880, p. 289.

8 Missions d’Alger, janvier 1883, p. 9-10.

9 Missions d’Alger, octobre 1884, p. 239.

10 Pour 1879 : « les catholiques font passer leurs lettres à la côte par les protestants », L’Afrique explorée et civilisée, 1879-1880, p. 126-127 ; Œuvre de Saint Augustin et de Sainte Monique, juillet 1879, p. 81.

11 Dossier V 194 A 2K 1.3.

12 Chronique trimestrielle de la Société des Missionnaires…, 3e trimestre 1880, p. 281. Le courrier peut prendre deux routes différentes depuis l’Afrique de l’Est : l’une, terrestre, suit la vallée du Nil ; l’autre, maritime, part de Zanzibar.

13 Missions d’Afrique, janvier-février 1901, p. 2.

14 Le cas de Save et de Zaza, au Rwanda, où en 1901, puis en 1902, des chefs confisquent le courrier des porteurs car ceux-ci viennent d’ailleurs : Journal de la mission de Save 1899-1905, publié par R. Heremans et E. Ntezimana, Éd. Universitaires du Rwanda, 1987, p. 62 et 100. En 1904, des courriers volés en mars sont rendus en août ! (ibid., p. 105 et 115).

15 « Notre courrier d’août a été pillé à Kissaka » (Journal de la mission de Save 1899-1905, p. 48).

16 Œuvre de Saint Augustin et de Sainte Monique, juillet 1879, p. 80 : texte repris dans Chronique trimestrielle de la Société…, 2e trimestre 1879, p. 69.

17 Bulletin des Missionnaires d’Afrique, avril 1882, p. 472.

18 « Nous voyons arriver le P. Mancet […] Nous l’accueillons avec un plaisir d’autant plus vif qu’il nous apporte des nouvelles de France. En peu de temps nous sommes mis au courant de ce qui se passe dans notre chère patrie. Hélas, dans quelle voie est-elle entrée ! » (Bulletin des Missionnaires d’Afrique, février 1882, p. 472).

19 Lettre de Ste Marie de Roubaga (Ouganda) du 31 juillet 1881, Missions d’Alger, avril 1882, p. 502.

20 Œuvre de Saint Augustin et de Sainte Monique, octobre 1878, p. 423 puis 425.

21 Chronique trimestrielle de la Société des Missionnaires…, 2e trimestre 1880, p. 194.

22 Ibid., 2e trimestre 1880, p. 199.

23 Ibid., 3e trimestre 1880, p. 281.

24 À propos du F. Julio Lopes Gouveia : « Je regrette de ne pouvoir vous donner d’autres renseignements sur la mort de ce cher Frère ; car le P. Lucio m’en a donné la nouvelle par téléphone, et la lettre qui complétera ne m’est pas encore arrivée… », Bulletin Général de la Congrégation, 1924 p. 494.

25 Chronique trimestrielle de la Société des Missionnaires…, 3e trimestre 1880, p. 283.

26 Au début du XXe siècle en Afrique orientale : Journal de la mission de Save 1899-1905, p. 70.

27 CREDIC, 1980, p. 19.

28 CREDIC, 1980, p. 21.

29 Voir toutes les correspondances conservées à Chevilly : dossier II 2K1 13 a 2.

30 CREDIC, 1980, p. 23 bis.

31 CREDIC, 1980, p. 33.

32 G. Vieira, L’Église catholique en Guinée…, p. 217.

33 Voir les instructions de Mgr Lavigerie, dans Œuvre de Saint Augustin et de Sainte Monique, octobre 1878, p. 418.

34 P. Baudu, Vieil empire jeune église, p. 200.

35 En un siècle, de 1823 à 1919, sont fondées 380 revues missionnaires dont 79 en français : J. Comby, Deux mille ans d’évangélisation. Histoire de l’expansion chrétienne, Paris, 1992, (Bibliothèque du christianisme, 29), p. 339. Pour la Belgique, voir la thèse de J. Pirotte, Périodiques missionnaires belges d’expression française. Reflets de cinquante années d’évolution d’une mentalité (1889-1940), Recueil des travaux d’histoire et de philologie, Louvain, 1973.

36 Mots employés deux fois en huit lignes par la procure de Tanga le 1er mars 1924 (archives de Chevilly, 2K 1)

37 « On m’avait changé d’affectation à Rome pour me mettre rédacteur français à l’Agence [illisible, sans doute Fides] qui est l’agence qui donne des nouvelles des missions. C’était pas passionnant, de la façon dont c’était dirigé […] et il n’y a pas besoin d’être prêtre et d’avoir fait des études de théologie pour faire un métier de journaliste » (P. Prost au début des années 1950, CREDIC, 1980, p. 37).

38 Voir l’historique d’A.-J. Tudesq, Feuilles d’Afrique, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), 1995 ; J.-P. Bayemi, L’Effort camerounais ou la tentation d’une presse libre. Mémoires africaines, Paris, L’Harmattan, 1989 ; A. Lenoble-Bart, Afrique Nouvelle. Un hebdomadaire catholique dans l’histoire (1947-1987), Pessac, MSHA, 1996 ; A. Lenoble-Bart, « Cinquante ans de presse catholique rwandaise (1933-1983) », dans J. Comby (dir.), Diffusion et acculturation du christianisme (XIXe-XXe s.), Paris, Karthala, 2005, p. 471-487.

39 Ainsi, à la mission de Save, en 1905, on lit L’Univers (Journal de la mission de Save 1899-1905, p. 132). Le musée de Bagamoyo comporte la bibliothèque des spiritains et on y voit L’Ami du Clergé du début du XXe siècle.

40 N° 3, mars 1913, p. 81 puis 82.

41 P. Lapierre au Tchad, CREDIC, 1980, p. 2.

42 Paul Schönenberger, CREDIC, 1980, p. 151.

43 G. Vieira, L’Église catholique en Guinée…, p. 131.

44 Ibid., p. 207.

45 CREDIC, 1980, p. 14.

46 CREDIC, 1980, p. 149.

47 CREDIC, 1980, p. 2 : impression partagée par Paul Schönenberger sur la radio de Nyerere en Tanzanie (p. 151).

48 Au Rwanda, Clémens Nadler, CREDIC, 1980, p. 156.

49 CREDIC, 1981, p. 330 bis.

50 CREDIC, 1981, p. 345.

51 CREDIC, 1980, p. 23 bis.

52 Claude Prudhomme, Missions chrétiennes et colonisation. XVIe-XXe siècle, Paris, Éd. du Cerf, 2005, 172 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Lenoble-Bart, « Missionnaires catholiques en Afrique, entre information et communication », Revue des sciences religieuses, 80/2 | 2006, 193-204.

Référence électronique

Annie Lenoble-Bart, « Missionnaires catholiques en Afrique, entre information et communication », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/2 | 2006, mis en ligne le 10 août 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1876 ; DOI : 10.4000/rsr.1876

Haut de page

Auteur

Annie Lenoble-Bart

Université de Bordeaux 3 Centre d’Études des Médias, de l’Information et de la Communication (CEMIC)

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page