Navigation – Plan du site

Les chrétiens des premiers siècles et « ceux du dehors »

Marcel Metzger
p. 155-166

Résumés

Pendant les premiers temps du christianisme, les Églises se sont trouvées en situation de concurrence avec les religions établies. L’attitude polémique, défensive et offensive, a prédominé dans leurs relations avec « ceux du dehors », selon le point de vue chrétien, parmi lesquels étaient rangés globalement les juifs, les païens et les hérétiques. Tout en rejetant comme œuvre de Satan toutes les pratiques cultuelles païennes, selon le rite du renoncement avant le baptême, et en reconnaissant entre les hérésies une filiation d’origine démoniaque, les chrétiens se considéraient comme dépositaires de la mission des Apôtres auprès de tous les peuples ; ils attribuaient le cours des événements et la conversion de « ceux du dehors » essentiellement à l’agir divin.

Haut de page

Texte intégral

1Dans son commentaire du renoncement à Satan, Théodore de Mopsueste désignait aux catéchumènes qui étaient « ceux du dehors » dont il fallait se détourner :

  • 1 Théodore de Mopsueste, Homélies catéchétiques, 13,10 ; éd. R. Tonneau et R. Devreesse, Les Homélies (...)

Après avoir dit « Je renonce à Satan et à tous ses anges », tu poursuis « et à tout son service ». De même que des hommes (qui sont) au service des volontés du Malin, tu auras soin de te détourner aussi avec horreur de tout ce qui se fait sous le nom de doctrine, puisque manifestement c’est une impiété. Service de Satan, tout du paganisme […] Service de Satan aussi, de croire aux observances, quelles qu’elles soient, du judaïsme. Service de Satan aussi, le service qu’on trouve chez les hérétiques sous le nom de religion1

  • 2 Dans une catéchèse sur le même sujet, un contemporain de Théodore, Cyrille (ou Jean) de Jérusalem, (...)
  • 3 Didascalie (règlement pastoral, Syrie, vers 230), chap. 11 ; éd. F. Nau, La Didascalie des douze Ap (...)

2Théodore s’adressait alors aux catéchumènes d’Antioche ; c’était avant son épiscopat à Mopsueste (392). Il demandait de se détourner non seulement de pratiques considérées comme « service de Satan », mais aussi des personnes : « les hommes (qui sont) au service des volontés du Malin2 ». Ces mises en garde réunissent dans une même réprobation les païens, les juifs et les hérétiques. Elles sont une première réponse à la question posée par notre recherche thématique : quelle était l’attitude des chrétiens de l’Antiquité tardive devant la pluralité des religions ? La réponse est franchement négative, puisqu’elle impose la mise à l’écart. Pourtant, d’autres enseignements exhortaient les fidèles en sens opposé : « Efforcez-vous, comme des colombes sages, de remplir l’Église ; ramenez, apaisez et faites entrer en dedans ceux qui sont en dehors3… »

3Un règlement pastoral de la fin du IVe siècle, adressé aux évêques, justifiait ainsi cette attitude ouverte :

  • 4 CA II, 14,3.

Celui qui se repent, reçois-le donc sans nulle hésitation et sans te laisser arrêter par ces gens sans pitié qui disent qu’il ne faut pas se souiller au contact de ces pécheurs ni même communiquer avec eux par la parole ; pareils conseils viennent de gens qui méconnaissent Dieu et sa providence […] ; en effet, ils ignorent qu’avec les pécheurs il faut se garder non pas de communiquer par la parole, mais de s’associer à leurs actes4.

4Ces brefs extraits indiquent les difficultés de la mission pour les Églises des quatre premiers siècles. Par quelques sondages dans des témoignages de l’époque, je tenterai de décrire les relations de ces Églises avec les adeptes d’autres religions et confessions. Après un bref rappel du contexte historique, je présenterai la conception dualiste de l’histoire, qui a guidé la mise en œuvre de la première évangélisation, et la façon dont les Églises organisaient ce qu’on peut qualifier de « sauvetage de ceux du dehors ».

  • 5 Voir notre édition dans SC 320 ( = CA I-II), 329 ( = CA III-VI) et 336 ( = CA VII-VIII), ou la trad (...)

5Les confrontations avec des contemporains étrangers ou hostiles aux convictions chrétiennes ont été à l’origine d’une abondante littérature, représentée surtout par les apologies, qui réfutaient les accusations extérieures. Cependant, dans les limites de cette étude, on s’intéressera surtout à des écrits à usage interne et à destination pastorale, comme les catéchèses et les règlements ecclésiastiques déjà cités. La source principale sera la compilation intitulée Constitutions apostoliques5, dont la rédaction finale a eu pour patrie la région d’Antioche, vers 380.

Le contexte historique

6Pendant la première phase d’expansion du christianisme, l’Empire romain, son berceau, a subi d’incessants bouleversements. Après une période de croissance rapide, vinrent la partition, la décadence de sa partie occidentale jusqu’à sa chute en 476, la ronde infernale des invasions barbares, la conquête arabe, les recompositions territoriales, les épidémies, les catastrophes naturelles, les famines, etc. Quant aux Églises, elles se sont trouvées tour à tour en situation d’oppression, puis de triomphe, appuyées par le pouvoir, et soudain, en Occident, abandonnées par une administration civile défaillante et obligées de composer avec de nouveaux maîtres. Dans de telles situations incertaines, les prières pour la paix n’étaient pas de vains mots :

Pour la paix et la tranquillité du monde et des saintes Églises, prions : que le Dieu de l’univers nous accorde sa paix, constante et stable, qu’il nous protège …

  • 6 CA VIII, 10,3-4 ; emprunts à Mt 28,20 et 7,25 ; demande réitérée dans les prières d’intercession, C (...)

Pour la sainte Église de Dieu, universelle et apostolique, d’une extrémité de la terre à l’autre, prions : que le Seigneur la préserve des remous et des tempêtes et la garde jusqu’à la fin du monde, fondée sur le roc6.

7Le contexte fluctuant obligeait les Églises à adapter leur action missionnaire à l’attitude de la société ambiante. Des situations extrêmes ont alterné en peu de temps, la persécution et, à l’opposé, la protection et l’aide directe des pouvoirs politiques. Le discours des Églises en a tenu compte, comme on le constate dans l’évolution du propos en comparant les deux documents déjà cités plus haut. Il s’agit d’une appréciation sur le rôle des Romains dans la fin des institutions juives. La Didascalie, compilée avant la Paix de l’Église, attribue les faits à l’action directe du Christ, les Romains n’étant que ses instruments :

  • 7 Didascalie, chap. 26, éd. F. Nau, p. 210-211.

Mais le Christ notre Sauveur, par sa venue […], montra les choses qui vivifient, rendit vaines celles qui ne sont pas utiles et supprima celles qui ne vivifient pas. Il ne fit pas tout cela par lui seul, mais aussi par le moyen des Romains ; il détruisit le temple (de Jérusalem), imposa silence à l’autel, rendit vains les sacrifices7

8Par contre, dans les Constitutions apostoliques, compilées une soixantaine d’années après la Paix de l’Église, les Romains sont présentés comme les acteurs du plan de Dieu :

  • 8 CA VI, 24,1-3.

La Loi de la justice, il (le Christ) ne veut pas seulement la révéler par nous, ses disciples, mais il lui a plu de la manifester et de la faire connaître également par les Romains ; car eux aussi, après avoir donné leur foi au Seigneur, ils ont abandonné le polythéisme et l’injustice […] Les nations crurent au Christ et eux-mêmes (les Juifs) furent dépouillés par les Romains de leur liberté et du culte fixé par la Loi8

L’action de Dieu et la figure de l’arche

  • 9 Voir D. Marguerat, La première histoire du christianisme. Les Actes des Apôtres, Paris et Genève, É (...)

9Selon cette interprétation des événements, Dieu est directement à l’œuvre dans l’histoire humaine. La même conviction a guidé la rédaction des premières chroniques de l’évangélisation, depuis les Actes des Apôtres jusqu’à Eusèbe de Césarée. Selon ces récits, les communautés chrétiennes croissaient d’une façon continue, malgré tous les obstacles, et leur développement était reconnu comme résultant de l’intervention de Dieu9 :» Et chaque jour, le Seigneur adjoignait à la communauté ceux qui seraient sauvés » (Ac 2,47). Eusèbe de Césarée ne disait pas autre chose :

  • 10 Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, II, 3,1-2, éd. SC 31, p. 54.

Ce fut ainsi, grâce sans doute à une puissance et à une assistance célestes, que la doctrine du salut, tel un rayon de soleil, éclaira soudainement toute la terre. Aussitôt, suivant les Écritures divines, sur toute la terre retentit la voix de ses divins évangélistes et apôtres, et jusqu’aux extrémités de l’univers leurs paroles. Et vraiment dans chaque ville, dans chaque bourg, comme dans une aire pleine, se constituaient en masse des Églises fortes de milliers d’hommes et remplies de fidèles10.

10Eusèbe reconnaît l’intervention divine d’une façon encore plus nette après la fin des persécutions (313) :

  • 11 Ibid., VIII, 16,1-2 ; éd. SC 55, p. 37.

La dixième année avec la grâce de Dieu, la persécution cessa complètement […] En effet, lorsque la grâce divine et céleste montra sa bienveillance miséricordieuse et sa pitié pour nous, alors les empereurs de notre temps, ceux-là même qui naguère avaient fait la guerre contre nous, changèrent d’opinion […] Aucune cause humaine ne provoqua ce changement ; ni la pitié des princes, comme on pourrait le dire, ni leur philanthropie, il s’en faut de beaucoup […] Mais la vigilance de la Providence divine elle-même fut manifeste11

  • 12 Traduction de la Bible de Jérusalem.
  • 13 Voir J. Daniélou, Sacramentum futuri. Études sur les origines de la typologie biblique, Paris, Beau (...)

11Dans une telle présentation, héritée de la tradition biblique, l’histoire est perçue comme un combat entre des forces opposées, divisant l’humanité en deux camps. La mission chrétienne consiste à arracher les hommes au camp de l’ennemi. Dès la Pentecôte, les apôtres s’y sont appliqués par la prédication, comme l’exprime la finale du premier discours missionnaire : « Par bien d’autres paroles Pierre rendait témoignage et les encourageait en disant : ‘Soyez sauvés de cette génération fourvoyée’«  (Ac 2,40). Les deux épîtres attribuées à Pierre illustrent ce propos par la comparaison de l’arche de Noé : « Un petit nombre, en tout huit personnes, furent sauvées à travers l’eau » (1 P 3,20). Et : « Il n’a pas épargné l’ancien monde, tout en préservant huit personnes, dont Noé, héraut de justice, tandis qu’il amenait le Déluge sur un monde d’impies12 » (2 P 2,5). À l’époque patristique, la catéchèse baptismale recourait à la figure de l’arche de Noé pour décrire l’Église et présenter le salut par le baptême comme un refuge sur ce bateau de sauvetage13.

  • 14 Autres occurrences de l’expression « ceux du dehors » : Mc 4,11 ; Col 4,5 ; 1 Th 4,12 ; 1 Tm 3,7. V (...)

12Les images de l’arche, ou du bateau, ainsi que celle du troupeau, induisent l’emploi d’un vocabulaire de localisation, distinguant « ceux du dedans » et « ceux du dehors », pour qualifier les membres des communautés chrétiennes par rapport à ceux qui leur sont extérieurs. Ce langage apparaît dans les évangiles et dans les écrits pauliniens. Ainsi, à propos des scandales survenus dans la communauté de Corinthe, Paul écrivait : « Est-ce à moi de juger ceux du dehors ? N’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger ? Ceux du dehors, Dieu les jugera. » (1 Co 5,12-13 14)

13Ce langage a été reçu dans la liturgie des Constitutions apostoliques :

Pour ceux du dehors et pour les égarés, prions : que le Seigneur les convertisse.

  • 15 CA VIII, 10,17 et 12,46 ; emprunts à Mt 10,22 et 5,44.

Nous te supplions encore pour ceux qui nous haïssent et nous persécutent à cause de ton nom, pour ceux du dehors et pour les égarés : ramène-les au bien et calme leur fureur15.

14L’expression « ceux du dehors » est appliquée globalement à tous ceux qui ne sont pas dans l’Église. Il s’agit des païens, des juifs et de chrétiens dissidents, désignés globalement comme hérétiques. On a déjà rencontré cette énumération dans la catéchèse de Théodore de Mopsueste, citée plus haut. On la retrouve dans les Constitutions apostoliques, qui associent dans la même mise en garde le polythéisme des païens, le judaïsme et l’impiété des hérétiques :

  • 16 CA VI, 25,1. Voir aussi V, 15,1 ; VII, 30,1 et 38,7.

Suivons le Christ, recevons les bénédictions en héritage, adhérons à la Loi et aux prophètes par l’intermédiaire de l’Évangile, fuyons les polythéistes, les assassins du Christ et des prophètes et les hérétiques impies et athées16.

15On citera un peu plus loin un propos de saint Jean Chrysostome, avec la même énumération.

La compétition entre les deux puissances

  • 17 Sur le recours à la pseudépigraphie apostolique pour appuyer l’autorité des règlements ecclésiastiq (...)

16Comme l’expriment les invocations transcrites ci-dessus, les communautés chrétiennes espéraient fermement la conversion « de ceux du dehors et des égarés ». En effet, elles se considéraient comme dépositaires de la mission que le Christ avait confiée aux apôtres. Les deux règlements ecclésiastiques déjà cités le proclament solennellement, en mettant le propos dans la bouche des Apôtres. En voici l’expression la plus explicite, dans la version des Constitutions apostoliques, plus développée que celle de la Didascalie 17 :

  • 18 CA II, 56,2-4 (voir aussi 55,2) ; Didascalie, chap. 11, éd. F. NAU, p. 110-111.

Telle est sa volonté dans le Christ : qu’ils soient nombreux à être sauvés en lui, mais non que vous le lésiez ni que vous amoindrissiez l’Église ou que vous en réduisiez le nombre en faisant périr ne fût-ce qu’une seule âme humaine qui pouvait être sauvée par la conversion, car elle sera perdue non seulement du fait de sa propre obstination, mais aussi déjà à la suite de votre complot […] Quiconque agit ainsi est un gaspilleur, un ennemi des brebis, un adversaire de Dieu, le corrupteur des agneaux dont le Seigneur est le pasteur et que nous, nous rassemblons des différentes nations et langues (Ap 7,9), […] pour que, suivant la volonté de Dieu, nous remplissions de convives la salle du festin, c’est-à-dire la sainte Église catholique, et que les invités soient en fête et exultent, célèbrent et glorifient le Dieu qui, par nous, les a appelés à la vie. Quant à vous, les laïcs […], appliquez-vous, en gens avisés, à accroître l’Église18

17Cet appel à collaborer au salut reconnaît deux causes aux échecs de la conversion, l’obstination personnelle de l’égaré et le complot de mauvais bergers. Le thème du complot désigne le provocateur, à l’origine de toutes les divisions : il s’agit de l’Adversaire, le Malin, dénoncé dans la catéchèse de Théodore de Mopsueste citée plus haut, et considéré comme la cause de toutes les épreuves des Églises. Cela est dit explicitement dans les Constitutions apostoliques :

  • 19 CA VI, 5, 5.

Voilà pourquoi le diable, jaloux de la sainte Église de Dieu, rode auprès de vous et suscite contre vous des tribulations, des persécutions, des agitations, des diffamations, des schismes, des hérésies ; l’autre peuple, il se l’était soumis par le meurtre du Christ ; mais vous, qui vous dérobez à sa folie, il vous tente de toutes les façons, comme le bienheureux Job19.

18Dans une telle présentation des obstacles au salut, les schismes sont considérés comme liés les uns aux autres dans un rapport de filiation et selon une ligne continue, suggérant l’établissement d’une généalogie. Celle-ci étend ses racines dans l’histoire biblique, elle commence avec les opposants à Moïse et va jusqu’aux adversaires des Églises. Elle présente le diable à l’œuvre, manipulant les hérésiarques les uns après les autres, dans une succession continue, issue de Simon le Mage (Ac 8) :

  • 20 CA VI, 8,1. Dans cette littérature, schismes et hérésies sont synonymes.

Lorsque nous sommes partis chez les païens pour annoncer au monde la Parole de vie, le diable intervint alors dans le peuple et envoya à notre suite de faux apôtres pour profaner la Parole. Ils suscitèrent un certain Cléobios qu’ils adjoignirent à Simon ; tous deux furent les disciples d’un certain Dosithée, qu’ils surpassèrent et qu’ils dépossédèrent de son autorité. D’autres ensuite se firent les champions de différentes doctrines extravagantes20...

19Cependant, lorsque les Églises bénéficient de quelque répit, des voix s’élèvent pour proclamer la victoire divine. L’historien Eusèbe de Césarée a abondé dans ce sens :

  • 21 Eusèbe de Césarée, Préparation évangélique I,4, éd. SC 206, p. 118 s. ; commentaire p. 245-246.

Tout cela confirme donc la doctrine relative aux événements qui nous concernent : elle n’est pas le fruit de l’initiative humaine, mais elle est de source divine, prédite par vertu divine dans des oracles consignés par écrit, et, par vertu bien plus divine encore, offerte à tous les hommes par la voix de notre Sauveur et d’autre part assurée et organisée par le bras de Dieu, au point de briller d’un vif éclat après avoir subi les assauts, durant tant d’années, des démons invisibles et des princes visibles qui se manifestèrent successivement, et au point de se faire remarquer et de s’accroître de jour en jour et de prendre beaucoup plus d’ampleur ; car l’assistance que le Dieu de l’Univers prêtait d’en-haut conférait à l’enseignement et à la prédication de notre Sauveur un caractère invulnérable, invincible, irrésistible en face des ennemis21.

Les égarés

20Pourtant, ni la Paix de l’Église (313), ni l’échec de l’empereur Julien (332-363), dans sa tentative de restauration des cultes païens, n’ont mis fin aux adversités, car une grave menace subsistait, elle devenait même de plus en plus pesante, celle des schismes et des hérésies. Saint Jean Chrysostome en faisait l’amer constat

  • 22 Jean Chrysostome, Sur le sacerdoce (vers 386), éd. SC 272, p. 254-257

Comment se fait-il, lorsqu’on réfute les Grecs avec succès, que les Juifs la (l’Église) dépouillent ou, lorsqu’on s’est rendu maître des uns et des autres, que les Manichéens la pillent ou, quand on est venu à bout de ces gens-là, que ceux qui introduisent à l’intérieur la fatalité égorgent les brebis ? D’ailleurs, pourquoi faut-il dénombrer toutes les hérésies du diable ? Si le berger ne sait pas les réfuter toutes avec compétence, le loup pourrait, au moyen d’une seule, dévorer la plupart des brebis22.

21Tout en reconnaissant parmi « ceux du dehors » des Grecs, ou païens, des Juifs, des hérétiques et des pécheurs, les Églises procédaient avec tous selon le même modèle, celui de la préparation baptismale. On le constate dans ces directives adressées aux évêques pour le traitement des pécheurs :

  • 23 CA II, 39,4-6.

Les païens n’ont pas à désespérer de la vie lorsqu’ils se convertissent et renoncent à leur incroyance. Considère donc comme un publicain et un païen (Mt 18,17) celui qui a été réprimandé pour une mauvaise action et qui ne se repent pas. Mais s’il se repent par la suite, nous agirons envers lui comme pour les païens : lorsqu’ils veulent se convertir et se détourner de l’erreur, nous les accueillons dans l’Église, afin qu’ils entendent la Parole, mais sans communiquer avec eux jusqu’à ce qu’ils aient reçu le sceau et soient devenus des parfaits [il s’agit du baptême] ; de même, jusqu’à ce qu’ils produisent des fruits de pénitence nous permettons aux repentis d’entrer, pour qu’ils entendent la Parole et ne périssent pas définitivement et complètement23.

22Pourtant, lorsque la menace s’aggrave, les mises en garde deviennent des mises à distance :

  • 24 CA VI, 18,1-3.

Recevez les pénitents, car c’est la volonté de Dieu dans le Christ (1 Th 5,18) ; instruisez les catéchumènes et baptisez-les ; mais les hérétiques impies, qui refusent de se convertir, écartez-les et tenez-les à part des fidèles, bannissez-les publiquement de l’Église de Dieu, ordonnez aux fidèles de s’en éloigner absolument et interdisez-leur de communiquer et de prier avec eux. Car ce sont des adversaires de l’Église, ils conspirent contre elle, ils corrompent le troupeau et souillent l’héritage, ils se croient sages, mais ils sont totalement pervertis24

23Pour justifier cette sévérité, il est fait appel à l’exemple des Apôtres, auxquels est prêté le discours suivant :

  • 25 CA VI, 18,10.

Car nous aussi, en parcourant les nations et en affermissant les Églises, nous avons guéri et ramené les uns, par de nombreuses admonestations et par des prédications thérapeutiques, alors que l’erreur allait les faire périr ; d’autres qui étaient incurables, nous les avons retranchés du troupeau, pour éviter qu’ils ne communiquent la maladie de la gale aux jeunes agneaux bien portants, et pour que ceux-ci demeurent purs et intacts, sains et sans tache pour le Seigneur Dieu25.

Essais d’explication

  • 26 J. Dupuis, Vers une théologie chrétienne du pluralisme religieux, Paris, Éd. du Cerf, 1997, p. 9.
  • 27 Expression empruntée au même auteur, ibid., p. 8.

24Le P. Dupuis pouvait écrire à juste titre : « La théologie des religions est un sujet théologique récent26 ». Une telle démarche suppose, en effet, un regard positif sur les autres religions. Or, pendant les vingt premiers siècles du christianisme, « les attitudes négatives à l’égard des autres traditions religieuses27 » ont été prédominantes. Les quelques extraits réunis ci-dessus l’ont suffisamment montré pour les premiers temps. Cherchons, cependant, à comprendre les raisons de cette attitude négative. Nous pensons les trouver dans la manière dont les générations anciennes se représentaient l’origine démoniaque des autres cultes, la souveraineté de Dieu et les limites de leur propre responsabilité.

Le rejet des autres cultes

  • 28 Voir C. Pietri, « La liquidation du paganisme », dans J.-M. Mayeur et collab., Histoire du christia (...)
  • 29 Par ex. Apologie 2,13 (81) ; Saint Justin, Apologie pour les chrétiens. Édition et traduction, C. M (...)

25L’adhésion à un Dieu « jaloux », c’est-à-dire exclusif par rapport aux divinités des païens (Ps 78,58), impliquait le rejet total et définitif de tout autre culte, une entreprise que les empereurs ont menée à bonne fin après 380 28. Pour les chrétiens, les idoles (Ac 17,16) sont vaines, et leurs sectateurs, complètement dans l’erreur, dans leurs doctrines et leur comportement (Rm 2) ; même si des païens parviennent à mener une vie droite (Rm 2,10-11), les chrétiens n’ont rien à apprendre de leurs enseignements, tout au plus peuvent-ils y découvrir quelques traces de révélation, comme le faisait Justin (vers 150) à propos de la participation au Logos29. Dans cette perspective, la théologie du Logos permettait une ouverture vers la culture grecque, mais pas vers les cultes.

  • 30 Voir par ex. J. Daniélou, Études d’exégèse judéo-chrétienne (Les Testimonia), Paris, Beauchesne, 19 (...)

26En effet, les chrétiens étaient alors fermement convaincus de l’antériorité de la révélation biblique et chrétienne sur les récits et les doctrines des païens. Aussi les apologistes recouraient-ils à la réfutation, bien plus qu’à l’échange et au dialogue, en particulier par la méthode des testimonia. Celle-ci consistait à accumuler des extraits bibliques en des démonstrations visant à prouver la vérité du christianisme et les erreurs du judaïsme et du paganisme30. Traitant les païens en adversaires, les chrétiens ne songeaient nullement à en faire les partenaires d’une recherche commune de la vérité.

  • 31 Grégoire de Nysse, Discours catéchétique, XXX, éd. SC 453, p. 278-281.

27Après la Paix de l’Église, lorsqu’une réflexion est menée sur la condition de « ceux du dehors », c’est à partir de cette question, suggérée par saint Paul (Rm 1,19-23) : pourquoi ne se sont-ils pas convertis, alors que Dieu s’était manifesté, même si ce fut de façon moins évidente que par la révélation biblique ? Grégoire de Nysse ne trouvait que cette réponse : le refus volontaire31.

28Quant aux cultes de « ceux du dehors », ils sont totalement rejetés, par un engagement auquel est soumis tout candidat au baptême, le renoncement à Satan et « à tout son service », évoqué plus haut. Toute valeur est refusée à ces cultes, car, dans l’argumentation des apologistes chrétiens, tous les rites des temples et des religions à mystères ne sont que du plagiat, des imitations abusives d’institutions bibliques. Justin l’affirmait clairement :

Comme ils avaient eu connaissance aussi de ce bain purificateur, annoncé par les prophètes, les démons voulurent que s’aspergent eux-mêmes ceux qui entrent dans leurs temples et se présentent devant eux…

  • 32 Apologie I, 62,1 ; 66,4 ; éd. Munier, p. 114-121. Voir aussi 64,1.

29Et à propos du repas eucharistique : « Cet usage, précisément, les mauvais démons l’ont imité aussi dans la tradition des mystères de Mithra32… »

  • 33 Voir par ex. P. Maraval, Le christianisme de Constantin à la conquête arabe, Paris, PUF, 1997, p. 2 (...)

30Les mentalités étaient aussi influencées par la brutalité dans les relations politiques et les mœurs. La Bible en témoigne largement, depuis le massacre des prêtres de Baal lors de leur confrontation avec le prophète Élie (1 R 18,16-40) jusqu’à l’inventaire des violences subies par l’apôtre Paul (2 Co 11,23-26). Le pouvoir civil a usé de la force tantôt contre les chrétiens, dans les persécutions, tantôt contre les cultes païens. Les populations ont été entraînées dans ces conflits et des brutalités contre des personnes ont été commises de part et d’autre33. La violence a également imprégné les conflits dans les Églises et entre elles, comme lors de la sévère lutte d’influence entre l’évêque d’Alexandrie, Théophile, et celui de Constantinople, Jean Chrysostome, qui en mourut, du fait de son bannissement (407).

L’agir divin et le sens de la responsabilité humaine

  • 34 Sozomène, Histoire ecclésiastique, I, 1,9 ; éd. SC 306, p. 113.

31Dans les sociétés antiques, l’homme se considérait comme dépendant totalement des divinités, dont il tentait de se concilier les faveurs en leur rendant des cultes. Ce sentiment de dépendance se trouvait encore accru dans le monothéisme. Il a orienté les écrivains dans la relation des événements, si bien que Sozomène pouvait affirmer, dans la dédicace de son Histoire ecclésiastique (vers 443) : « Il plaît à Dieu, dans le cas des choses divines et des choses les plus importantes, de décider les changements contrairement à l’attente générale34. » Dans une telle perspective, la mission est considérée comme étant d’abord l’œuvre de Dieu, qui poursuit dans le temps de l’Église son programme de salut. Il est le créateur et c’est lui le sauveur, en Jésus Christ. Il continue à agir dans le cours du temps (Jn 5,17).

32Mais dans les temps modernes, l’émergence de l’autonomie humaine et de la démocratie, avec la reconnaissance de l’égalité de tous les hommes, a fait progresser le sens de la responsabilité personnelle : l’homme religieux s’est découvert responsable de l’avènement du bien et du bien-être commun. Ce progrès peut expliquer l’ouverture à l’œcuménisme et au dialogue avec les religions. On ne se satisfait plus d’une attitude de condamnation, justifiée par l’application de paroles divines. Une plus grande sensibilité à l’action de l’unique Esprit Saint, présent aux Églises, contribue également à cette évolution.

33Des textes liturgiques portent la marque de ces évolutions récentes dans l’Église latine. En effet, dans les nouvelles prières eucharistiques, les assemblées demandent à Dieu : « Aide-nous tous à préparer la venue de ton Règne » (« Réconciliation 1 »). Ou encore :

Donne à tous les membres de l’Église […] de se dépenser sans relâche au service de l’Évangile […] Rends-nous attentifs aux besoins de tous, afin que […] nous leur annoncions fidèlement la Bonne Nouvelle du salut et progressions avec eux sur le chemin de ton Royaume. (« Synodes suisses », nouvelle version).

34Dans l’antique prière romaine (canon missae), l’intercession pour l’Église s’en tenait à cette demande : « Daigne la rassembler dans l’unité et la gouverner par toute la terre ».

Platon, convoqué par Eusèbe de Césarée

35Quant à l’absence de dialogue chrétien avec les religions de l’Antiquité, force est de reconnaître qu’il s’agissait de cultes d’idoles, dont le message était peu consistant. Eusèbe de Césarée a dressé un constat sévère à ce propos, en collationnant les critiques que les Grecs eux-mêmes formulaient envers leurs mythologies. Il résumait ainsi l’opinion du « plus excellent de tous », Platon :

  • 35 Théories mythologiques expliquant le cosmos et son organisation.
  • 36 Eusèbe de Césarée, Préparation évangélique II, 6,23 et 7,8 ; éd. SC 206,p. 121-127 s. Tout l’ouvrag (...)

Le philosophe enseigne clairement à rejeter et les mythes des Anciens sur les dieux et les physiques des mythes35 qui passaient pour avoir pris la forme d’allégories ; ce n’est donc plus contre la raison que la doctrine évangélique du Sauveur nous dit de les fuir, puisque les compatriotes eux-mêmes les ont désavoués36.

36Dans ces conditions, l’idée même d’un dialogue ne devait guère effleurer les esprits chrétiens.

Haut de page

Notes

1 Théodore de Mopsueste, Homélies catéchétiques, 13,10 ; éd. R. Tonneau et R. Devreesse, Les Homélies catéchétiques de Théodore de Mopsueste, Citta del Vaticano, 1949, p. 383-385 ; l’édition « Les Pères dans la foi » propose ici une traduction plus accessible : « De même que tu dois te détourner des hommes qui remplissent les volontés du Malin… » (diffusion Brepols, 1996, p. 211-212).

2 Dans une catéchèse sur le même sujet, un contemporain de Théodore, Cyrille (ou Jean) de Jérusalem, ne fait mention que des actes, sans évoquer les personnes : Catéchèses mystagogiques, I, 4-8, « Sources Chrétiennes » (SC) 126 bis, p. 88-99. Sur ces questions, voir V. Saxer, Les rites de l’initiation chrétienne du IIe au VIe siècle, Spolète, 1988.

3 Didascalie (règlement pastoral, Syrie, vers 230), chap. 11 ; éd. F. Nau, La Didascalie des douze Apôtres, Paris, Lethielleux, 1912, p. 111 ; texte analogue dans Constitutions apostoliques (CA) – voir note 5 – II, 54,4 ; voir notre étude, « La conversion dans les Constitutions apostoliques », dans Liturgie, conversion et vie monastique (Conférences Saint-Serge 1988), Rome, 1989, p. 229-242.

4 CA II, 14,3.

5 Voir notre édition dans SC 320 ( = CA I-II), 329 ( = CA III-VI) et 336 ( = CA VII-VIII), ou la traduction seule, en un volume, Paris, Éd. du Cerf, 1992. La subdivision du texte en livres, chapitres et versets rend inutile l’indication des pages dans ces éditions de référence. Sur les relations du christianisme avec le judaïsme et le paganisme, voir par ex. J. Gaudemet, L’Église dans l’Empire romain (IVe-Ve siècles), 2e éd., Paris, 1989, p. 623-652 et 742-747.

6 CA VIII, 10,3-4 ; emprunts à Mt 28,20 et 7,25 ; demande réitérée dans les prières d’intercession, CA VIII, 12,40.

7 Didascalie, chap. 26, éd. F. Nau, p. 210-211.

8 CA VI, 24,1-3.

9 Voir D. Marguerat, La première histoire du christianisme. Les Actes des Apôtres, Paris et Genève, Éd. du Cerf et Labor et Fides, 1999, en particulier p. 1-175, les sections intitulées « Comment s’articulent histoire de Dieu et histoire des hommes ? Dieu précède l’histoire, Dieu fait tourner l’histoire ».

10 Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, II, 3,1-2, éd. SC 31, p. 54.

11 Ibid., VIII, 16,1-2 ; éd. SC 55, p. 37.

12 Traduction de la Bible de Jérusalem.

13 Voir J. Daniélou, Sacramentum futuri. Études sur les origines de la typologie biblique, Paris, Beauchesne 1950, p. 53-94 ; Les symboles chrétiens primitifs, Paris, Éd. du Seuil, 1961, p. 65-76.

14 Autres occurrences de l’expression « ceux du dehors » : Mc 4,11 ; Col 4,5 ; 1 Th 4,12 ; 1 Tm 3,7. Voir aussi le prologue de l’Ecclésiastique, v. 5.

15 CA VIII, 10,17 et 12,46 ; emprunts à Mt 10,22 et 5,44.

16 CA VI, 25,1. Voir aussi V, 15,1 ; VII, 30,1 et 38,7.

17 Sur le recours à la pseudépigraphie apostolique pour appuyer l’autorité des règlements ecclésiastiques, voir notre étude : « Tradition orale et tradition écrite dans la pratique liturgique antique. Les recueils de traditions apostoliques », dans R. F. Taft et G. Winkler (éd.), Comparative Liturgy fifty Years after Anton Baumstark (1872-1948), Rome, 2001, p. 599-611.

18 CA II, 56,2-4 (voir aussi 55,2) ; Didascalie, chap. 11, éd. F. NAU, p. 110-111.

19 CA VI, 5, 5.

20 CA VI, 8,1. Dans cette littérature, schismes et hérésies sont synonymes.

21 Eusèbe de Césarée, Préparation évangélique I,4, éd. SC 206, p. 118 s. ; commentaire p. 245-246.

22 Jean Chrysostome, Sur le sacerdoce (vers 386), éd. SC 272, p. 254-257

23 CA II, 39,4-6.

24 CA VI, 18,1-3.

25 CA VI, 18,10.

26 J. Dupuis, Vers une théologie chrétienne du pluralisme religieux, Paris, Éd. du Cerf, 1997, p. 9.

27 Expression empruntée au même auteur, ibid., p. 8.

28 Voir C. Pietri, « La liquidation du paganisme », dans J.-M. Mayeur et collab., Histoire du christianisme, vol. 2, Paris, Desclée, 1995, p. 399-404.

29 Par ex. Apologie 2,13 (81) ; Saint Justin, Apologie pour les chrétiens. Édition et traduction, C. Munier, Fribourg (Suisse), 1995, p. 142-143. Voir Dupuis, Vers une théologie…, p. 93-97.

30 Voir par ex. J. Daniélou, Études d’exégèse judéo-chrétienne (Les Testimonia), Paris, Beauchesne, 1966 ; P. Monat, « Les testimonia bibliques de Cyprien à Lactance », dans J. Fontaine et C. Pietri (dir.), Le monde latin antique et la Bible, Paris, Beauchesne (« Bible de tous les temps 2 »), 1985, p. 499-507.

31 Grégoire de Nysse, Discours catéchétique, XXX, éd. SC 453, p. 278-281.

32 Apologie I, 62,1 ; 66,4 ; éd. Munier, p. 114-121. Voir aussi 64,1.

33 Voir par ex. P. Maraval, Le christianisme de Constantin à la conquête arabe, Paris, PUF, 1997, p. 22-25 (la politique impériale à partir de Justinien) ; p. 37-45 (« Méthodes de la mission chrétienne »), avec p. 43 (« Agressions contre les personnes »).

34 Sozomène, Histoire ecclésiastique, I, 1,9 ; éd. SC 306, p. 113.

35 Théories mythologiques expliquant le cosmos et son organisation.

36 Eusèbe de Césarée, Préparation évangélique II, 6,23 et 7,8 ; éd. SC 206,p. 121-127 s. Tout l’ouvrage, en dix livres, développe ce propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « Les chrétiens des premiers siècles et « ceux du dehors » », Revue des sciences religieuses, 80/2 | 2006, 155-166.

Référence électronique

Marcel Metzger, « Les chrétiens des premiers siècles et « ceux du dehors » », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/2 | 2006, mis en ligne le 07 août 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1871 ; DOI : 10.4000/rsr.1871

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Faculté de théologie catholique Université Marc Bloch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page