Navigation – Plan du site
Recensions

René Heyer, La Condition sexuée

Paris PUF
Dominique Courtel
p. 572-573
Référence(s) :

René Heyer, La Condition sexuée, Paris PUF, 2006, 173 p

Texte intégral

1La société occidentale se confronte de plus en plus souvent à des questions et à des revendications où est impliquée la différence des sexes. Qu’il s’agisse de conjugalité, de procréation, de parentalité, se dessine partout un effacement de la répartition traditionnelle des rôles masculins et féminins, événement considérable qui affecte tous les repères individuels et sociaux, ouvrant dans le tissu serré des évidences des failles qui peuvent apparaître comme autant d’ébranlements inquiétants.

2Dans son récent ouvrage, René Heyer affronte ces questions en interrogeant les termes dans lesquels ils sont posés (sexe, sexualité, sexuation), en remontant par une enquête historique à la constitution de cette problématique, en particulier dans le milieu chrétien, problématique qu’il concentre dans l’expression de « condition sexuée » qui donne son titre à l’ouvrage.

3Ce livre est dense et d’une grande richesse. L’A. cherche ce qu’il en est du lien dans la condition sexuée, lien avec l’autre, avec Dieu, dans la rencontre, l’amour ou la révélation. Il montre comment les questions d’actualité évoquées plus haut prennent leur forme à travers des courants qui irriguent toujours la pensée occidentale et où le christianisme a tenu une part importante, en rupture avec les modes de pensée de l’Antiquité.

4Mais, plus que d’être un héritage, le christianisme a-t-il encore un rôle à jouer dans le travail de lecture et d’interprétation de ces questions qui se font pressantes en Occident et qui, sur le fond, interrogent l’identité du sujet humain et ce à quoi il est appelé ? À cela, le livre répond en montrant les perspectives proposées, notamment la dimension de la promesse qui, dans l’amour, nous révèle de notre condition sexuée sa dimension relationnelle : « pas l’un sans l’autre », l’homme et la femme distincts, insaisissables et liés. À travers une approche anthropologique du statut de la personne, en particulier des femmes, et du rapport à la chair, l’A. repère les formes de la condition sexuée dans la pensée occidentale ; sont donc d’abord définies les représentations de la sexuation pour l’humanité, les représentations sociales du sexe et du genre, et la sexualité individuelle (première partie).

5Deux pistes vont ensuite être parcourues (deuxième et troisième parties). La première affirme l’existence d’un principe de non-discrimination par le sexe et pose le problème de la participation des femmes à la direction de la société. Comment se présente la thématique de l’égalité ici ? Elle est bien sûr revendiquée par les mouvements féministes mais, malgré des avancées incontestables, il apparaît que ces mouvements sont dans l’incapacité de définir positivement l’identité sexuée. Égaux, l’homme et la femme le sont dans la classe intermédiaire des gardiens de La République de Platon, mais ils sont réduits à l’unité comptable d’un système totalitaire. À la suite de Paul, les premières communautés chrétiennes reconnaissent l’égalité des hommes et des femmes appelés à une humanité nouvelle dans le Christ. Cette égalité trouvera cependant son inscription ici-bas dans le seul champ de l’intimité conjugale. Si l’on constate historiquement une variation des champs d’application de l’égalité des sexes, l’origine de la domination masculine demeure toujours inexpliquée et l’on ne peut parler de processus linéaire car les niveaux concernés, sphères intime, privée et publique, ne sont pas réductibles les uns aux autres.

6La seconde piste montre la liaison des sexes : hommes et femmes ne sont plus côte à côte, comme précédemment, mais face à face. Il s’agira davantage ici de dispositifs de représentation que de fonctions sociales ou poli- tiques. L’analyse des catégories de genre et de sexe éclaire d’une façon très intéressante ce qui, dans la relation de l’homme et de la femme, va les situer en continuité ou en position de contradictoires. À partir de Kant et surtout de Rousseau, l’A. fait comprendre l’étonnante promotion de l’amour comme valeur suprême.

7Une quatrième partie montre comment la question sexuelle se substitue à la mort pour caractériser la fragilité humaine. Cette question va devenir centrale avec le christianisme qui promeut une réflexion nouvelle sur le corps et les plaisirs, dès la fin du IIe s., en prenant appui sur la doctrine de la résurrection de la chair et la recherche du salut. Contrairement à l’idée d’une neutralisation de l’altérité sexuelle soutenue par Christiane Agacinsky dans son livre Métaphysique des sexes, il y a selon R. Heyer un véritable changement de paradigme, un « déportement du corps mortel vers le corps sexué ». Cette pensée trouve son origine chez Paul et se poursuit avec Clément d’Alexandrie, Jean Chrysostome, Augustin et Grégoire le Grand. L’exploration des limites de la volonté face au désir sera un thème majeur chez ces derniers et lorsqu’Augustin reconnaît une place à la génération charnelle dans l’état d’innocence avant la chute, il ouvre la possibilité d’un sens positif pour notre sexualité. Avec Albert le Grand et Thomas d’Aquin, le plaisir trouve égale- ment sa place. Ainsi la chute originelle, si elle prive le corps de son immortalité, ne lui enlève rien de sa sensibilité charnelle. Cela sera accentué plus tard dans la communion et la réconciliation, le mariage et l’eucharistie.

8Trois textes en annexe prolongent la réflexion engagée sur la condition sexuée. Le premier analyse dans le Décret de Gratien, écrit au XIIe s., l’écart entre le discours et l’acte dans la formation du lien matrimonial : si le consentement n’est qu’un moment facilement repérable de cette formation, l’union sexuelle échappe toujours au présent du discours tout en étant étroitement liée aux noces du Christ et de l’Église.

9Le second texte présente les caractéristiques de la théologie féministe contemporaine et montre en particulier comment elle aboutit à une « désexualisation » en refusant de faire du couple humain un modèle.

10Un dernier texte interroge le déclin supposé de la figure paternelle, son statut de métaphore chez Lacan et ce qu’il en est de cette métaphore dans le discours théologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Courtel, « René Heyer, La Condition sexuée », Revue des sciences religieuses, 81/4 | 2007, 572-573.

Référence électronique

Dominique Courtel, « René Heyer, La Condition sexuée », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/4 | 2007, mis en ligne le 04 août 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1843

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page