Navigation – Plan du site
Recensions

Max Seckler (dir.), Aux origines de l’école de Tübingen, Johann Sebastian Drey, Brève introduction à l’étude de la théologie (1819)

Avec des contributions du cardinal Joseph Ratzinger, du cardinal Walter Kasper et de Max Seckler, traduit par Joseph Hoffmann, post-face par Mgr Joseph Doré, Paris
Michel Deneken
p. 568-570
Référence(s) :

Max SECKLER (dir.), Aux origines de l’école de Tübingen, Johann Sebastian Drey, Brève introduction à l’étude de la théologie (1819), avec des contributions du cardinal Joseph Ratzinger, du cardinal Walter Kasper et de Max Seckler, traduit par Joseph Hoffmann, post- face par Mgr Joseph Doré, Paris, Éd. du Cerf, Patrimoines – Christianisme, 2007, 396 p.

Texte intégral

1Avec le présent ouvrage, le public francophone dispose désormais du meilleur outil pour faire plus ample connaissance avec Johann-Sebastian Drey (1777-1853), véritable fondateur de ce que l’on désigne comme l’école catholique de Tübingen. Moins connu en France que son élève et disciple Johann-Adam Möhler, il se révèle pourtant bien comme un théologien majeur de la première moitié du XIXe siècle. Le texte de Drey lui-même, la Brève introduction, constitue en fait la deuxième partie du volume que Max Seckler a rassemblé. La consistante première partie permet de situer cette œuvre majeure dans son contexte et justifie le titre de l’ouvrage : Aux origines de l’école de Tübingen : J.S. Drey.

2Dans la première partie, Joseph Ratzinger met en évidence l’intérêt de la Brève introduction pour le théologien d’aujourd’hui. Lui-même, en la lisant, n’a « cessé d’être surpris de constater à quel point Drey semblait converser en quelque sorte avec lui », à propos des questions auxquelles il demeure confronté tous les jours (p. 14). Walter Kasper s’attache à montrer l’importance, la postérité et l’actualité de Drey, de son disciple Möhler et de cette école de Tübingen dont il est un des meilleurs connaisseurs et, du point de vue théologique, à maints égards, un héritier. Cette école assume l’unité entre ecclésialité, scientificité et ouverture aux problèmes du temps, de sorte qu’elle peut devenir « un signe d’espérance pour une catholicité œcumé- nique » (p. 49). À Max Seckler revient l’essentiel de la première partie, dans une présentation de Drey, de son œuvre et l’établissement critique de la Brève introduction. On ne peut aujourd’hui trouver meilleur spécialiste de ce théologien et de l’école de Tübingen. Apôtre enthousiaste de cette école et de ses théologiens, Seckler n’en demeure pas moins d’abord un universitaire, théologien et historien de la théologie, faisant montre d’une pédagogie efficace et d’une rigueur jamais prise à défaut, qui permet au lecteur, même peu au fait de cette période et de cette école, de comprendre très vite les enjeux et de découvrir l’importance de J.-S. Drey. Tout au long de ces pages, l’entreprise de Seckler apparaît à l’inverse d’un travail muséologique qui serait dédié à un grand penseur trop peu connu encore en France. Bien au contraire, elle met en évidence que son œuvre est une source à laquelle la théologie moderne a puisé ses meilleures intuitions. Joseph Doré le souligne dans sa postface.

3À Joseph Hoffmann, indispensable expert dans l’art de faire des ponts théologiques entre l’Allemagne et la France, a été confiée la redoutable tâche d’établir la première traduction de la Brève introduction. Limpide, elle apparaît d’autant plus remarquable que l’allemand original est touffu. Il existe un modèle du genre littéraire de la Brève introduction. Drey, dans son avant- propos (p. 166), s’y réfère explicitement : le Bref exposé de Schleiermarcher, daté de 1811. Avant lui, Herder s’y était essayé également. Dans le sillage de Schelling, Drey n’a pas voulu historiciser les disciplines théologiques, comme le fait Schleiermacher, mais conjoindre, de manière dialectique, foi et raison, vérité et historicité, ecclésialité et scientificité. Cette démarche de type inaugural se révèle caractéristique de l’école de Tübingen. La Brève introduction s’articule en deux parties. La première, une « introduction générale », aborde la question de la religion, de la Révélation et du christianisme, avant de proposer une présentation de la théologie, en particulier chrétienne, pour s’achever sur une description des conditions de son étude. Pour faire de la théologie, il faut conjoindre une « vocation » (§ 102, p. 231 s.), une « impulsion intérieure » (§ 104, p. 233) et une véritable « virtuosité » scientifique de la discipline (§ 106, p. 234). La deuxième partie, « Présentation encyclopédique des parties principales de l’étude de la théologie », se distribue en trois sections : la propédeutique historique, avec les sciences bibliques et l’histoire du christianisme et de l’Église ; la « théologie scientifique », qui inclut « l’apologétique et la polémique » avant de développer la « science spéciale » ; la théologie pratique, qui aborde également l’instruction en vue du gouvernement et de l’administration de l’Église.

4À Drey, les critiques de son temps feront souvent le reproche, qu’ils adresseront aussi à son disciple Möhler, d’une insuffisante prise de distance avec l’Aufklärung en général et Kant en particulier. En fait, la Brève Introduction exprime une volonté de prendre en compte la philosophie de Kant comme un défi lancé à une théologie qui cherche à intégrer les acquis des sciences humaines, notamment de l’histoire, et les prémices d’une démarche interprétative. Drey va d’ailleurs jusqu’à affirmer qu’il « existe même une herméneutique des sources de l’histoire de l’Église » (§ 212, p. 294). La Brève introduction s’inscrit ainsi dans le mouvement encyclopédique qui, de Kant à l’idéalisme philosophique, vise à structurer de manière organique les disciplines, en l’occurrence celles de la théologie, en vue de l’enseignement et de l’étude. Dans ce sens, elle ne peut qu’être en dialogue avec la pensée de son temps. En voulant répondre, et non se contenter de correspondre, à « l’esprit du temps », l’entreprise de Drey n’est pas sans risques. Cependant, il ose exposer la théologie à autre chose qu’elle-même, et c’est ainsi qu’il offre un modèle qui demeure valide et pertinent pour la théologie aujourd’hui. Il s’agit de reconnaître tout ce qui, dans la Révélation, relève de l’historique et du contingent, au bénéfice d’une lecture de l’histoire qui devient une construction, théologique ; en même temps, de faire totalement droit au travail de la raison et à la réflexion philosophique. Tel est l’esprit de Tübingen qui a soufflé jusqu’à Vatican II et poursuit son œuvre dans la théologie catholique contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Max Seckler (dir.), Aux origines de l’école de Tübingen, Johann Sebastian Drey, Brève introduction à l’étude de la théologie (1819) », Revue des sciences religieuses, 81/4 | 2007, 568-570.

Référence électronique

Michel Deneken, « Max Seckler (dir.), Aux origines de l’école de Tübingen, Johann Sebastian Drey, Brève introduction à l’étude de la théologie (1819) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/4 | 2007, mis en ligne le 04 août 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1842

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page