Navigation – Plan du site
Recensions

John Henry Newman, Sermons paroissiaux. VI. L’identité chrétienne

Introduction, notices et coordination de la traduction par Pierre Gauthier, Paris
Françoise Vinel
p. 567-568
Référence(s) :

John Henry Newman, Sermons paroissiaux. VI. L’identité chrétienne, Introduction, notices et coordination de la traduction par Pierre Gauthier, Paris, Éd. du Cerf, 2006, 323 p. 2006

Texte intégral

1Après plusieurs années d’interruption (les volumes I à V ont paru entre 1993 et 2000), la publication de la traduction des Sermons paroissiaux de J.H. Newman reprend et on attend prochainement les deux derniers volumes. Ce vaste ensemble (9 traducteurs ont collaboré à ce volume) est coordonné par P. Gauthier, qui assure également l’introduction de chaque volume et des différents sermons. « L’identité chrétienne », titre retenu pour ce nouveau volume, trouve sa justification, suggère P. Gauthier (p. 7), dans la manière dont plusieurs sermons définissent les traits propres du chrétien, « forme visible ou signe sacramentel de l’Unique Fils de Dieu » (sermon 1, p. 15). Les 25 sermons proposés suivent le calendrier liturgique, du premier dimanche de Carême à la fête de la Trinité ; ils ont été prononcés entre 1836 et 1840 et sont donc antérieurs à la conversion officielle de Newman au catholicisme en 1845. Bien qu’il n’y ait pas toujours de correspondance entre la date de tel ou tel sermon et la fête à laquelle il est rattaché, ce classement, rappelle P. Gauthier (p. 8), est l’ordre voulu par Newman lorsqu’il les édita. Plusieurs sermons sont parfois associés à la même fête, ainsi des quatre sermons (15 à 18) pour l’Ascension ; les quatre citations bibliques mises en exergue invitent à approfondir plusieurs significations du départ du Christ ressuscité : appel à l’« élévation », attitude du veilleur, attente du retour du Christ selon la foi et selon la raison. Les préoccupations théologiques apparaissent souvent en filigrane et l’on reconnaît l’auteur de l’étude publiée en 1833, Les Ariens du IVème siècle : il n’hésite pas à rappeler pour son auditoire le Credo d’Athanase (sermons 5 et 24).

2Pour faire place aux objections, qu’elles soient liées à l’interprétation des textes bibliques ou, plus encore, aux difficultés nées des exigences de la vie de foi, Newman construit volontiers ses sermons comme des dialogues où il s’agit d’abord de situer les questions à leur juste niveau. L’argumentation s’élabore alors jusqu’au point où, une fois précisé le sens des versets bibliques – « j’ai montré ce qu’on ne doit pas faire dire au texte de nos jours », dit Newman dans un des sermons de Pâques (s. 19, p. 179) à propos de Mc 9,38-39 –, le propos peut quitter le registre de la disputatio pour se faire appel à la vie évangélique, à la prédication de la vérité plutôt qu’à une attitude défensive de réfutation permanente des erreurs des autres.

3Au total c’est la condition chrétienne et son caractère éminemment para- doxal qui ressortent de cette lecture. Et ce n’est pas sans lien avec l’usage particulier que le prédicateur fait du verbe anglais to realize : comme le notent les traducteurs (sermon 18, note 1 p. 228 – l’explication aurait peut- être mieux sa place dès le sermon 8), ce néologisme signifie « l’acte de rendre réel un objet de pensée », et son utilisation par Newman, relayée dans la traduction par l’emploi du verbe « réaliser », contribue à faire valoir ce sens, entré dans la langue au milieu du XVIIIe siècle. Mais s’il est juste de chercher à « atteindre à une compréhension réelle de ce que nous sommes » (p. 96), n’est-ce pas aussi le don fait aux saints que celui « d’un savoir qui s’ignore » ? Newman s’inscrit ainsi dans la tradition de la « docte ignorance » et prône la « vie cachée » ; il en donne d’ailleurs les modèles dans tous les sermons en faisant une large place aux figures bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament, une manière de rappeler sans cesse à son auditoire les enseignements des récits bibliques.

4L’élégance du volume, dans son format et sa typographie, n’efface pas tout à fait l’aspect très tassé du texte (et plus encore des introductions en italiques) ; il y a très peu de coquilles (signalons cependant une faute répétée : p. 297, l. 9 et p. 240 l. 22, lire « ont ») mais les deux notes un peu développées, sur l’emploi de « réaliser » et sur le Credo d’Athanase (celle-ci serait mieux venue p. 67 au lieu d’être reléguée p. 310) seraient plus utiles au lecteur dès la première occurrence du terme et la première allusion. Ces détails n’enlèvent rien à l’utilité et à l’intérêt de cet ensemble de volumes qui devraient susciter un regain d’intérêt pour l’œuvre newmanienne et son rôle au-delà du petit cercle de l’Université d’Oxford.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « John Henry Newman, Sermons paroissiaux. VI. L’identité chrétienne », Revue des sciences religieuses, 81/4 | 2007, 567-568.

Référence électronique

Françoise Vinel, « John Henry Newman, Sermons paroissiaux. VI. L’identité chrétienne », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/4 | 2007, mis en ligne le 03 août 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/1840

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page