Navigation – Plan du site
Recensions

Eva M. Synek (dir.), Frauenrollen & Frauenrechte in der Europäischen Orthodoxie | Eva M. Synek, «Wer aber nicht völlig rein ist an Seele und Leib…». Reinheitstabus im Orthodoxen Kirchenrecht

Edition Roman Kovar, Kanon, Sonderheft 1, Egling (Wien) | Kanon XVII, Egling (Wien)
Marcel Metzger
p. 565-567
Référence(s) :

Eva M. SYNEK, «Wer aber nicht völlig rein ist an Seele und Leib…». Reinheitstabus im Orthodoxen Kirchenrecht, Edition Roman Kovar, Kanon, Sonderheft 1, Egling (Wien), 2006, XIV et 187 p.

Eva M. SYNEK (dir.), Frauenrollen & Frauenrechte in der Europäischen Orthodoxie, Kanon XVII, Egling (Wien), 2005, XII et 306 p.

Texte intégral

Depuis près d’une dizaine d’années, l’Institut de Philosophie du droit, Religions et Culture de Vienne conduit des recherches dans le cadre des Gender Studies ou Genderforschung, et dans le prolongement d’une série de conférences panorthodoxes (Agapia 1976, Rhodes 1988, Crète 1990) et de congrès scientifiques (Athènes 1999 : Mutter, Nonne, Diakonin, Frauen- bilder im Recht der Ostkirche, publié dans Kanon, XVI, 2000). Ces recherches portent sur le statut et la situation des femmes dans huit Églises orthodoxes d’Europe. Il s’agit d’études historiques et d’enquêtes récentes conduites sous la direction de Richard Potz et Eva M. Synek, et couvrant l’ensemble des situations prises en compte dans le droit canonique : le statut des femmes, les normes les concernant pour le mariage et la famille, le diaconat féminin, le monachisme féminin, les épouses des clercs, la participation des femmes aux activités catéchétiques et théologiques (enseignement) ainsi qu’à la gestion des églises et paroisses, les normes en vigueur pour l’accès des femmes au sanctuaire dans les églises, et les fonctions liturgiques qui leur sont accessibles dans les monastères et dans les paroisses.

Le premier ouvrage s’ouvre par deux études historiques, dont l’une porte sur l’exercice du pouvoir par des impératrices et des régentes à Byzance, avec des implications évidentes dans le domaine religieux. La seconde aperçoit l’origine et les premiers développements des monastères mixtes dans des engagements familiaux, entraînant toute la maisonnée dans la vie monastique (Vie de sainte Macrine).

Les études suivantes présentent d’abord le cadre de l’enquête, à savoir l’organisation de chaque Église dans son contexte socio-politique. À propos des pays jadis sous régime communiste, on explique comment les Églises s’investissent de plus en plus dans le domaine social, parce que les États s’en dégagent, et comment elles gèrent les questions de bioéthique, en tenant compte pastoralement des mœurs admises sous les régimes athées. On apprend comment des groupes et des mouvements de femmes orthodoxes ont pu faire évoluer la discipline dans des situations souvent difficiles et l’adapter : invasion du pays ou annexion, occupation ottomane, période soviétique (importance des femmes dans la transmission de la foi), retour à la liberté religieuse, invasion de la culture consumériste, apports des mouvements féministes modernes, etc.

1On y découvre aussi comment, dans l’orthodoxie, ces deux principes de base que sont l’autonomie (le cas échéant, l’autocéphalie) et la synodalité permettent aux Églises d’évoluer localement, dans la souplesse, sans être obligées, du moins dans les domaines décrits, de solliciter des autorisations de la part d’instances lointaines, ni de résoudre de façon uniforme des difficultés locales. Un tel fonctionnement stimule la prise de responsabilité à divers échelons, pour faire évoluer la discipline et l’adapter à des situations nouvelles. C’est ainsi que l’Église de Grèce a rétabli le diaconat féminin, du moins dans les monastères, par une décision du Saint Synode (8 octobre 2004).

2Le second ouvrage, entièrement de la main d’Eva M. Synek, traite d’une question délicate, annoncée dans son titre, qui est extrait d’un canon de Denys d’Alexandrie (en 262) : « Quant aux femmes en période menstruelle […], si elles sont croyantes et pieuses, elles n’oseront en cet état ni s’approcher de la table sainte, ni toucher au corps et au sang du Christ ». Pendant des siècles, ce canon a imposé aux chrétiennes des Églises d’Orient les règles de pureté de l’ancienne Loi, en dépit de Rm 7,6. Des mouvements de femmes orthodoxes contestent le maintien de telles observances et le présent livre, documenté et bien argumenté, les accompagne et les éclaire dans leur engagement pour faire évoluer les mentalités et les usages.

3La pratique dont faisait état Denys d’Alexandrie a abouti à de nombreux interdits, affectant la venue des chrétiennes dans l’église et leur contact avec les sancta, de la communion eucharistique jusqu’aux vases et objets liturgiques. Certaines interdictions sont permanentes et ont conduit à considérer les femmes comme inaptes à des fonctions et des services dans les églises.

4Eva M. Synek s’intéresse principalement aux observances imposées aux femmes, mais, à l’occasion, elle étend son enquête à celles imposées aux hommes et ne manque pas de signaler au passage la différence de traitement, en faveur des hommes, évidemment ! Les différentes questions canoniques et théologiques que posent ces observances en régime chrétien sont prises en compte, en particulier les confusions entretenues, selon les cultures, entre inaptitude au culte et péché. Le choc des cultures dans le monde actuel et l’ouverture des pays précédemment sous régime communiste provoquent la remise en question de ces interdits. Jusqu’à présent, les observances imposées aux femmes étaient débattues et décidées par des clercs masculins. Avec cette étude, ce sont des femmes qui prennent leur condition religieuse en main.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « Eva M. Synek (dir.), Frauenrollen & Frauenrechte in der Europäischen Orthodoxie | Eva M. Synek, «Wer aber nicht völlig rein ist an Seele und Leib…». Reinheitstabus im Orthodoxen Kirchenrecht », Revue des sciences religieuses, 81/4 | 2007, 565-567.

Référence électronique

Marcel Metzger, « Eva M. Synek (dir.), Frauenrollen & Frauenrechte in der Europäischen Orthodoxie | Eva M. Synek, «Wer aber nicht völlig rein ist an Seele und Leib…». Reinheitstabus im Orthodoxen Kirchenrecht », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/4 | 2007, mis en ligne le 16 septembre 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/1838

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page