Navigation – Plan du site

Liminaire

Maritain 1906 : entrée en catholicisme. (2) Vatican II et sa réception, autour du Paysan de la Garonne
René Mougel
p. 435-438

Texte intégral

  • 1 Les actes de la première journée ont été publiés dans le numéro précédent de la Revue, p. 295-368.

1À l’occasion de son centenaire, revenir sur la fécondité du baptême de Jacques Maritain en 1906 devait consister d’abord à examiner cette fécondité dans l’œuvre philosophique du penseur chrétien, qui se voulait avant tout philosophe : ce fut l’objet de la première journée du colloque tenu à l’Université Marc Bloch de Strasbourg les 15 et 16 novembre 2006, sous le titre : « D’Antimoderne à Humanisme intégral »1. Les thèmes de la seconde journée, ici publiés, furent davantage théologiques, et touchaient plus directement la vie de l’Église.

2L’image sous laquelle J. Maritain reste présent dans la mémoire commune en France est celle du philosophe de Meudon, et de l’un des grands intellectuels catholiques de l’entre-deux guerres ; ou, si l’on veut, celle de l’auteur d’Humanisme intégral (1936). Comme si depuis lors, Maritain, qui pourtant vécut jusqu’en 1973, avait déserté le paysage intellectuel français. Et ce n’est pas l’image du Paysan de la Garonne (1966) qui rompit véritablement cet oubli car, au lendemain du concile Vatican II, la controverse soulevée par l’ouvrage laissa plutôt l’idée, dans les milieux ecclésiastiques, que Maritain tournait le dos au Concile.

  • 2 Actes parus sous le même titre, Pubblicazioni dell’Istituto Paolo VI, Brescia, no 22 (2000), 284 pa (...)
  • 3 Actes publiés sous le titre Volti di fine concilio, J. Doré et A. Melloni (dir.), Il Mulino, 2000, (...)

3En 1999, deux colloques internationaux tenus en Alsace, à quelques mois d’intervalle, présentaient du philosophe une vision contradictoire. À Molsheim, organisé par l’Institut Paul VI et le Cercle J. et R. Maritain de Kolbsheim, l’un s’intitulait « Montini, Journet, Maritain : une famille d’esprit » ; il soulignait en particulier les liens unissant le philosophe au pape Paul VI2. Quelques mois plus tôt, à Klingenthal, un groupe international d’experts de l’histoire de Vatican II s’était penché sur l’immédiat après-concile, et entendait Mgr Joseph Doré, dans ses conclusions, déclarer que « curieusement, J. Maritain, qui avait pourtant été si proche de Paul VI, prit rapidement ses distances par rapport au Concile3 ». Il importait d’y voir clair, d’autant qu’on s’accorde largement pour reconnaître dans l’auteur d’Humanisme intégral un précurseur des positions d’ouverture consacrées par le Concile.

4Par des documents inédits il nous a été possible d’approcher au plus près la genèse du Paysan de la Garonne : comment et pourquoi Maritain, d’abord calé dans une retraite farouche depuis le décès de Raïssa, en 1960, se mit à rédiger le Paysan de la Garonne en rentrant de Rome où le pape Paul VI venait de lui rendre hommage lors de la clôture du Concile, le 8 décembre 1965.

5L’impact du livre fut considérable, une large controverse s’enflamma, qui a marqué les mémoires et contribué à fixer, pour beaucoup, leur interprétation du livre. Cette controverse attendait son historien : Michel Fourcade retrace ici le long débat soulevé par le Paysan de la Garonne. En relisant l’abondante production des nombreux auteurs qui prirent position, on découvre un premier grand conflit herméneutique instauré au sujet du Concile, révélateur précoce des principales lignes de faille qui courent dans l’opinion catholique au lendemain du Concile. À l’heure où l’interprétation de l’œuvre conciliaire fait de nouveau question et tandis que se heurtent des herméneutiques mettant en valeur les continuités à d’autres privilégiant les ruptures, la relecture du Paysan et de sa controverse offre un utile recul où le Maritain post-conciliaire apparaît dans une autre actualité que celle d’Humanisme intégral.

6Depuis son baptême en 1906, la méditation sur l’Église a occupé une position centrale dans la réflexion de Maritain : longtemps tenue discrète pour éviter la querelle avec des théologiens sourcilleux, elle n’en est pas moins ferme pour orienter de manière décisive des écrits comme Religion et culture (1930), Humanisme intégral (1936) ou le chapitre de L’Homme et l’État (1951) sur l’Église et la question cruciale de la liberté religieuse. Mais c’est dans le dernier chapitre du Paysan de la Garonne que Maritain, pour la première fois, livre, en termes inusités, sa réflexion sur l’Église, avant de la développer encore dans son dernier livre, intitulé De l’Église du Christ (1971). Fort peu de théologiens s’étaient jusqu’ici arrêtés sur ce livre du philosophe. En y pointant la centralité des thèmes de l’Église pénitente, ou d’Israël comme « mystère d’ecclésialité », ou encore, et principalement, de l’Église considérée dans sa « personnalité » d’Épouse du Christ, Philippe Vallin accédait enfin au vœu profond du philosophe qui était de proposer aux théologiens la fécondité de quelques idées éprouvées et hypothèses de recherche. Gageons que le chantier ouvert par là sur le « Maritain théologien » ne sera pas vite refermé pour cause d’insignifiance.

7Parmi les écrits de Maritain touchant des questions théologiques, il en est un qui reste peu commenté, et qui serait même plutôt occulté pour des raisons œcuméniques : son texte ancien sur Luther, dans Trois Réformateurs. Luther, Descartes, Rousseau, 1925. Il revenait au doyen de la Faculté de théologie, qui organisait le colloque, de prendre à bras le corps ce sujet épineux. Spécialiste en œcuménisme, Michel Deneken pouvait avec autorité situer l’écrit de Maritain dans la luthérologie de l’époque en même temps qu’il restituait l’ouvrage à sa perspective philosophique de recherche sur les sources de la conscience moderne. Et pour souligner que Maritain n’était pas à classer dans l’antiprotestantisme, le pasteur Michel Hoeffel, au cours du débat, demandait que l’on étudie, notamment par les correspondances conservées, les relations de Maritain avec les protestants et sa contribution au dialogue fraternel.

8Dans toutes ces recherches, Jacques Maritain n’apparaît certainement pas comme le tenant d’un conservatisme auquel certains aimeraient l’annexer, mais bien plutôt comme le sourcier ou le défricheur, attentif aux fondements et aux racines profondes qui lui permettent d’avancer sur des questions comme la liberté religieuse, l’autonomie du temporel, le rôle des laïcs, la contemplation sur les chemins du monde, le respect et la connaissance des autres confessions et religions. Sur l’un ou l’autre de ces thèmes aux frontières de la philosophie et de la théologie, ou encore pour l’exploration de la richesse historique des archives Maritain de Kolbsheim, d’autres collaborations fécondes sont à envisager entre la Faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg et le Cercle d’études J. et R. Maritain de Kolbsheim. La publication des actes des deux journées du colloque de novembre 2007 dans les Cahiers Jacques Maritain, après leur parution dans la Revue des Sciences Religieuses, en est déjà un signe et un fruit prometteur.

Haut de page

Notes

1 Les actes de la première journée ont été publiés dans le numéro précédent de la Revue, p. 295-368.

2 Actes parus sous le même titre, Pubblicazioni dell’Istituto Paolo VI, Brescia, no 22 (2000), 284 pages.

3 Actes publiés sous le titre Volti di fine concilio, J. Doré et A. Melloni (dir.), Il Mulino, 2000, p. 432.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Mougel, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 81/4 | 2007, 435-438.

Référence électronique

René Mougel, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/4 | 2007, mis en ligne le 31 juillet 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1827

Haut de page

Auteur

René Mougel

Cercle d’études Jacques et Raïssa Maritain Kolbsheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page