Navigation – Plan du site
Recensions

Joseph Doré, À cause de Jésus

Paris, Plon, 2011, 376 p.
Jean-Pierre Wagner
p. 627-628
Référence(s) :

Joseph Doré, À cause de Jésus, Paris, Plon, 2011, 376 p.

Texte intégral

1Mgr Doré signe un nouvel ouvrage, sorte d’autobiographie spirituelle, théologique et ecclésiale. Le titre ne surprend pas : « À cause de Jésus », il n’est autre que la reprise de la devise épiscopale de l’archevêque émérite de Strasbourg. Le sous-titre, lui, étonnera certains lecteurs « Pourquoi je suis demeuré chrétien et reste catholique », il risque même de surprendre ! Le « je » relève bien du genre littéraire adopté, mais il ouvre aussi, à travers le témoignage, à la réflexion libre et responsable rendant compte d’une décision qui se dit, se motive, se vérifie face à tous les défis rencontrés par l’auteur au fil des années. Nous pouvons ajouter, le christologue de renom perce à travers le titre et le spécialiste de théologie fondamentale est présent dans le sous-titre !

2Ce livre commencé à l’automne se termine au printemps, tout un symbole. Il s’étend sur une vie : le cadre familial au Grand-Auverné, le collège à Ancenis, le séminaire, la guerre d’Algérie, Rome au moment de Vatican II, le séminaire de Nantes puis le séminaire des Carmes à Paris et la Catho enfin l’Archevêché de Strasbourg suivi du retour à Issy les Moulineaux. Oui, toute une vie. Évidemment les amateurs d’anecdotes pourront être gourmands et faire un florilège. Mais une telle lecture resterait bien superficielle, en outre l’auteur a aussi choisi le registre de la sobriété et de la réflexion. Ce qui est livré « qualifie » l’auteur et révèle ses sentiments dans des circonstances bien diverses : la chère abbaye de Melleray et la vie de prière, Rome et l’espérance née de Vatican II, Paris et la joie de l’enseignement, Strasbourg et l’exigence de se donner « à corps perdu ».

3L’authenticité existentielle et la relecture spirituelle revendiquées par Mgr Doré lui permettent aussi de réelles audaces sur des réalités qui auraient pu rester dissimulées : la campagne de calomnies menée à Strasbourg par quelques officines, la vérité sur une fatigue non résorbable et qui mènera à une démission prématurée, la nature et la gravité d’une opération chirurgicale restée longtemps confidentielle.

4Qu’on permette maintenant à l’auteur de cette recension de faire des choix et puisqu’il s’est trouvé étudiant à Paris et séminariste aux Carmes quand le Père Doré y était professeur et directeur, il ne passera pas sous silence les chapitres quatre à huit. Joseph Doré montre son énorme surprise en arrivant dans un séminaire encore fortement marqué par les contestations des années 68. Il est étonné mais ne renonce pas, sa réponse passera par le choix d’une intense présence, par l’acceptation du dialogue symbolisé par une porte ouverte jusque tard dans la nuit (si certains pouvaient dire « Doré aime la messe », il était vrai de dire également « Doré dort peu et même très peu » ou encore « Doré vit au milieu de livres abondamment travaillés »), par l’intention d’aider les uns et les autres à retrouver ce qui vraiment tenait la route dans la clarté et la liberté. Il faudrait encore évoquer l’itinéraire théologique du jeune enseignant se « coltinant » sans concession aux défis intellectuels d’une époque bien critique à l’égard de la théologie. Le chapitre consacré à la mise en place du fameux cours de christologie est lui aussi éclairant avec de grands axes : « Jésus, comment l’enseigner », « Réexaminer le dossier Jésus », mais aussi « Ma vie avec Jésus ». C’est également le moment où le projet de la collection « Jésus et Jésus-Christ » prend corps. Bref, le professeur veut être crédible et il s’en donne les moyens.

5Autre étape, bien sûr, à ne pas manquer : Strasbourg. L’arrivée inattendue en Alsace, les hésitations qui ont précédé l’acceptation… mais « à cause de Jésus » il fallait y aller. La passion du pasteur s’exprime sans fard : la cathédrale et la liturgie, le réaménagement pastoral, les rencontres diverses et gratifiantes sans oublier la tâche d’enseignement qui incombe à un archevêque ne serait-ce qu’à travers les prédications et les prises de parole. Toutes ces pages sont, finalement, un témoignage offert à l’Église d’Alsace.

6Un troisième point est à évoquer, même si certains vont hausser les épaules… Il s’agit du choix de l’archevêque émérite de conserver intégralement l’usage de son droit de parole et son sens des responsabilités, les deux étant inséparables. S’interrogeant sur la signification de ce « reste » de vie qui lui est offert (et qui est aussi et toujours une grâce), l’auteur trouve là l’occasion de ne pas rester inerte et d’ouvrir des dossiers brûlants qui génèrent difficultés, incompréhensions et peurs. L’Église ne peut faire l’économie ni de comprendre, ni d’analyser, ni de transmettre dans les meilleures conditions, sans négliger les modalités de la réception, afin d’aider à « croire ici et maintenant », même si l’on rencontre la sécularisation, l’indifférence, le soupçon… Et il y a plus, c’est aussi face à des dossiers qui fâchent et peuvent toucher à certaines attitudes de l’Église ou à la qualité d’explication de ses prises de position (la contraception, la sexualité, la fidélité…) qu’il faut savoir rester chrétiens face à ceux qui ne le restent pas. La tâche de l’Église est de continuer à proposer la foi et Mgr Doré de décliner : une foi qui se célèbre, qui s’offre, qui se cultive, qui « tient la route ». En disant qu’il faut « remettre la balle au centre », l’auteur (qui ne désertait pas les terrains de sport) veut dire qu’il n’y a pas de remèdes faciles et que le centre n’est autre que Jésus-Christ. Citons la dernière ligne de l’ouvrage : « À cause de Jésus ! Le Dieu qu’il nous a révélé n’a pas cessé et ne cessera jamais de nous donner Grâce sur Grâce ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Joseph Doré, À cause de Jésus », Revue des sciences religieuses, 85/4 | 2011, 627-628.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Joseph Doré, À cause de Jésus », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/4 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1818

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page