Navigation – Plan du site
Recensions

L’Antichrist, Introduction et anthologie, C. Badilita éd.

Coll. Bibliothèque Migne, Paris 2011, 428 pages.
Françoise Vinel
p. 622
Référence(s) :

L’Antichrist, Introduction et anthologie, C. Badilita éd., coll. Bibliothèque Migne, Paris 2011, 428 pages.

Texte intégral

1C. Badilita a publié en 2005 ses recherches sur les Métamorphoses de l’Antichrist chez les Pères de l’Église (coll. Théologie historique, Beauchesne, Paris) et l’anthologie réunie dans la Bibliothèque Migne en constitue un complément très utile. D’Irénée de Lyon à Théodoret de Cyr, une dizaine de traducteurs se sont mis à l’œuvre, tout en indiquant les traductions françaises déjà disponibles, la plupart accessibles dans les collections bien connues des lecteurs, Sources chrétiennes, Bibliothèque augustinienne et Pères dans la Foi. S’y ajoutent des traductions inédites pour le Poème apologétique de Commodien, l’Homélie sur la fin du monde du Pseudo-Hippolyte, et des extraits des commentaires aux épîtres pauliniennes de Théodoret.

2L’index biblique établi par L. Ciccolini permet de repérer, dans la multiplicité des références utilisées par chaque Père, celles où tous ou presque se retrouvent – c’est-à-dire les versets-clefs de la réflexion sur l’Antichrist : essentiellement le livre de Daniel et particulièrement Dn 9, 27 (le recueil offrant des passages des commentaires d’Hippolyte, de Jérôme et de Théodoret sur le livre de Daniel), Mt 24, 12.14 et 15, et Mt 25, 34. C. Badilita s’explique d’emblée sur le choix du terme « antichrist » en se référant à l’autorité de saint Augustin : « En latin, le mot ‘antichrist ‘ signifie ‘qui est contre’ le Christ » (Commentaire de I Jn, cité p. 8). Je serais plus réservée sur l’emploi des néologismes « antichristologie / textes antichristologiques », même s’ils ont sans doute l’avantage d’éviter des périphrases.

3Ce sont bien des « métamorphoses de l’Antichrist » que découvre le lecteur en passant d’un texte et d’une période à l’autre. À Irénée et Hippolyte revient un rôle fondateur du mythe et de sa portée eschatologique. Dans une perspective hérésiologique, tous les hérétiques, de même qu’ils ont pour père le diable, anticipent sur la venue de l’Antichrist ; mais c’est l’interprétation du rapport à l’histoire et aux conflits entre les Empires qui est le trait dominant : l’Antichrist, est-ce Néron, l’Empire romain même, ou, selon la lecture origénienne, la foule de ceux, païens, juifs et hérétiques, qui interprètent mal les Écritures ?

4Le dossier le plus ample est celui consacré à Augustin, comprenant trois passages du livre XX de la Cité de Dieu, les Lettres 197 et 199 et un extrait du Commentaire de la Pre-mière Épître de Jean. On retiendra en particulier le commentaire développé de 2 Thess 2, 1-12 (Cité de Dieu, XX, 19). Et l’insistance d’Augustin sur la portée ecclésiologique des passages bibliques se rapportant à l’Antichrist se trouvent par ailleurs grandement éclairés par le contexte de la crise donatiste.

5Ce ne sont là que quelques exemples de l’intérêt de textes mis ainsi à la portée d’un large public, et les études récentes suscitées par le thème de l’Antichrist (p. 31-35 et bibliographie, p. 419-426) n’en démentent pas l’actualité. Et le travail critique d’introduction et d’annotation accompagnant chaque texte permettra sûrement d’éviter de « remythologiser » l’Antichrist, si l’on peut utiliser ce néologisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « L’Antichrist, Introduction et anthologie, C. Badilita éd. », Revue des sciences religieuses, 85/4 | 2011, 622.

Référence électronique

Françoise Vinel, « L’Antichrist, Introduction et anthologie, C. Badilita éd. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/4 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/1810

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page