Navigation – Plan du site

Vers la sortie de l’École

Luc Perrin
p. 557-569

Résumés

Dans le double contexte d’une chute des vocations et d’un questionnement identitaire lié à l’aggiornamento de la Congrégation, les sœurs de Ribeauvillé sont majoritairement sorties de l’école, non par force comme au Congo-Brazzaville, mais par départ à la retraite. Toutefois une partie d’entre elles, accompagnées par l’institution, a choisi de s’investir dans de nouvelles activités et de vivre au sein de communautés dites pluralistes.

Haut de page

Texte intégral

1La sortie de l’école des « sœurs d’école » s’est faite, principalement, pour la raison première qui est à l’origine de la Journée d’études : le départ en retraite des sœurs enseignantes. Les vocations en Alsace avaient diminué dans de telles proportions que l’École Normale du Couvent, sise à la Maison mère de Ribeauvillé, a fermé en 1970 ; les quelques sœurs qui avaient entamé leur formation académique et pédagogique furent dirigées pour quelques années à l’École Normale publique de Sélestat.

  • 1 Survivre à la modernité ? Religieuses et religieux dans le monde occidental, Médiaspaul, 2005, p. 2 (...)
  • 2 Spectaculairement, pendant la première session du Chapitre général en 1969, une sœur est venue anno (...)

2Les sœurs de la Divine Providence constituent un exemple parmi beaucoup d’autres d’évolution d’une congrégation de religieuses apostoliques : remplaçons l’école par l’hôpital et nous avons le destin des sœurs de Charité de Strasbourg, dites de la Toussaint, comme celui des diaconesses protestantes alsaciennes. Le sociologue Kristoff Talin résume bien une tendance de fond qui toutefois n’est valable que pour l’Occident : « l’effondrement des vocations et la vague de départs de l’institution dans les années 1970 donnent une photographie de la vie religieuse relativement pessimiste1 ». La congrégation connaît le vieillissement, des départs2 dès la fin des années 1960 et le tarissement du recrutement : aucune sœur nouvelle en Alsace entre 1977 et 1989 avant l’arrivée de sœur Geneviève [Noll]. Ma contribution pourrait s’arrêter là et d’ailleurs, sœur Fides [Blumberger] – Supérieure générale de 1969 à 1987 et actrice importante de cette histoire – me disait que son intitulé l’avait surpris. L’attachement à l’apostolat scolaire est resté la vocation privilégiée pour la majorité des religieuses de la Divine Providence et la volonté de ne pas sortir de l’école l’a emporté durant ces décennies. Toutefois nous verrons que la Congrégation n’a pas échappé pour autant au questionnement qui remettait en cause, dans toute l’Église en Occident, l’investissement pastoral dans les œuvres, questionnement qui s’ajoutait au processus d’aggiornamento de la vie religieuse démarré sous Pie XII et accéléré après le décret conciliaire Perfectae caritatis (1965).

« Gardons la foi en l’école »

  • 3 Rapport de la Supérieure générale, chapitre général de 1964 [1 G 1964], archives de la Congrégation (...)

3C’est par ces mots que la Supérieure générale, Mère Marie Adrienne [Schwach], donnait le cap lors du chapitre général de 1964, en ajoutant : « mais renouvelons-la dans le sens ainsi défini, comme se renouvelle l’Église elle-même3 ». Ce chapitre se tenait en plein concile Vatican II (1962-1965) alors que le décret sur la rénovation et l’adaptation de la vie religieuse n’était pas encore voté mais avec, en arrière-plan, bien des interrogations qui travaillaient, depuis la fin des années 1940, beaucoup d’institutions catholiques, tout spécialement les congrégations religieuses apostoliques. À l’heure de l’aggiornamento, étaient-elles toujours adaptées à la mission fondamentale d’évangélisation de l’Église ? N’avaient-elles assuré qu’une fonction de suppléance sociale qui serait désormais périmée ou l’apanage des seuls laïcs ?

  • 4 Elles étaient arrivées en 1954 et avaient constitué trois postes en 1963 ; certaines restent en Cen (...)

4Une première épreuve avait touché la Congrégation à travers le cas des sœurs présentes4 au Congo-Brazzaville où il y eut une sortie forcée de l’école à cause de la nationalisation décidée sous la présidence d’A. Massamba-Débat (1963-1968) et de l’évolution vers un régime socialiste ensuite. Une diversification des activités s’était imposée telle que l’éducation familiale à la santé. En France, la situation paraît bien différente puisque l’enseignement privé se voit consolidé par la loi Debré (1959), par la loi de 1971 qui pérennise le contrat simple puis par la loi Guermeur en 1977. En Alsace, le statut scolaire (loi Falloux, décret de 1974), qui concerne les « sœurs d’école » au premier chef, bénéficie d’un large soutien après la seconde guerre mondiale ainsi que l’expose René Epp :

  • 5 Histoire de l’Église catholique en Alsace des origines à nos jours, Strasbourg, Éd. du Signe, 2003, (...)

Le régime local dans le domaine des cultes et dans le domaine scolaire fut d’autant moins mis en cause que la gauche ne fit que décliner en Alsace à partir de 1947. Les deux mouvements qui exercèrent un quasi-monopole dans la vie politique, le M.R.P. et le gaullisme, étaient attachés tous les deux au “statut local”. (…) Le gaullisme dominera largement la vie politique en Alsace de 1962 à 1973, obtenant 52,65 % des voix en 1967, 64,93 % en 1968, recueillant tous les sièges de députés lors des élections législatives de 1967 et 19685.

  • 6 Sur cet épisode, voir Mgr Léon-Arthur Elchinger, L’âme de l’Alsace et son avenir, Strasbourg, La Nu (...)

5La plus grande menace pour ce statut était restée inconnue du grand public : les tractations secrètes engagées par le gouvernement Guy Mollet avec le Saint-Siège entre 1956 et 1958 pour une « concorde sans concordat », selon la formule de R. Lecourt, qui se serait traduit par une disparition du régime propre à l’Alsace-Moselle6.

  • 7 B. Poucet, La liberté sous contrat. Une histoire de l’enseignement privé, Fabert, 2009, p. 128. En (...)

6Pourtant les opposants n’ont pas désarmé et le Comité national d’action laïque comme le parti socialiste et les autres partis de gauche souhaitent une nationalisation à la congolaise. En 1974, le principal syndicat de personnels de l’enseignement privé, membre de la C.F.D.T., se rallie à cette idée, « rejoignant ainsi le camp de la gauche et rompant, par conséquent, avec une partie de son milieu professionnel7 ». François Mitterrand s’engage sur une version atténuée dans sa quatre-vingt dixième proposition de 1981 :

Un grand service public, unique et laïque de l’éducation nationale sera constitué. Sa mise en place sera négociée sans spoliation ni monopole. Les contrats d’association d’établissements privés, conclus par les municipalités, seront respectés. Des conseils de gestion démocratiques seront créés aux différents niveaux.

  • 8 Cf. son chapitre « Retour à la logique de la loi Debré » p. 141-172. Le président de l’Union nation (...)

7La période qui va de son élection à la présidence de la République jusqu’à l’abandon du projet de loi le 12 juillet 1984 et la démission d’Alain Savary est particulièrement anxiogène pour les sœurs. Les responsables catholiques français – syndicats, présidence de l’U.N.A.P.E.L., Secrétariat général de l’enseignement catholique, épiscopat – sont assez divisés sur la démarche prudente du ministre de l’Éducation nationale, comme le montre bien Bruno Poucet quand il détaille les méandres et rebondissements des négociations et manœuvres, tout spécialement en 1983-19848. En Alsace, Mgr Elchinger est sur une position clairement défensive et réprouve sans détour le processus engagé. Ainsi résume-t-il la période en durcissant la politique du ministre :

  • 9 L.-A. Elchinger, L’âme …, p. 151.

Les propositions Savary de 1982, fortement soutenues par le parti socialiste, furent un témoignage suffisamment éloquent des positions obstinées des laïcistes. Pour calmer leur opposition, il fallut la gigantesque manifestation des partisans de la liberté de l’enseignement à Paris le 24 juin 19849.

  • 10 Ut sint unum, n° 110 mai 1983.

8Au sein de la Congrégation, la réflexion est relancée puisqu’on peut lire dans le bulletin de liaison interne Ut sint unum de janvier 1983 cette question iconoclaste : « Faut-il se battre pour l’Enseignement catholique surtout si au sein de la Congrégation on connaît les motivations de certains parents pour y envoyer leurs enfants ? ». La foi en l’école semblait ébranlée chez certaines sœurs et le projet gouvernemental qui représentait une véritable épée de Damoclès pour le régime particulier alsacien servait de catalyseur aux tensions internes. La Commission École publique, sous la signature des sœurs Paule Thérèse et Marie Odilia, répercute le sentiment des sœurs concernées par la question : « si le statut scolaire est abrogé, quelle pourrait être notre tâche apostolique10 ? ». Les voies de sortie de l’école sont explorées « en laissant paraître une certaine inquiétude devant la menace du chômage ». Pour les sœurs en fin de carrière, le bénévolat est privilégié dans plusieurs secteurs : périscolaire, pastoral (catéchisme, animation liturgique, Action catholique, groupes de prière), l’aide aux prêtres ou aux personnes âgées, l’engagement au service du Tiers monde et du Quart monde (alphabétisation, départ en mission). Quant aux autres, « les sœurs plus jeunes rechercheraient des activités rémunérées : foyers de personnes âgées, maisons de cure, de repos, maisons d’accueil pour étudiants, jeunes, marginaux, aides aux mères, villages SOS [Secours catholique], clubs de loisirs pour jeunes, aides aux prêtres… ». On le voit, un éclatement des activités même si le secteur socio-éducatif figure en bonne place.

9Pourtant au moment où l’inquiétude et le mécontentement sont à leur comble, fin mai 1984, la Supérieure générale, sœur Fides, reprend l’orientation de 1964 de Mère Marie Adrienne mais avec un ton combatif, elchingérien, dans une « Réflexion aux retraitantes ». Significativement elle replace le projet de loi, durci lors de l’examen à l’Assemblée nationale, dans une fresque des heures sombres vécues par la Congrégation : le Kulturkampf, l’évacuation de 1939 suivie de l’éviction de l’école publique en 1940 par les nazis, la nationalisation congolaise. Elle affirme :

  • 11 Archives de la Congrégation à Ribeauvillé.

En tant que congrégation enseignante, nous sommes directement agressées par l’actualité en France : le Parlement vient d’adopter en première lecture la loi Savary sur l’Enseignement privé. (…) Il n’y a pas à se poser la question : notre place est-elle toujours à l’école ? Mais quelle est notre manière d’enseigner ? Notre manière d’être à l’école ? Nous n’aurons jamais fini de nous renouveler dans nos méthodes en fonction de nos objectifs. Il n’y a pas à renier notre vocation mais à inventer des moyens nouveaux, des méthodes neuves, à exercer notre liberté dans des cadres de plus en plus contraignants et ici je ne pense pas seulement à l’Enseignement privé11.

  • 12 Poucet, La liberté sous contrat …, p. 167.
  • 13 Sœur Monique [Gugenberger], l’actuelle Supérieure générale qui était alors directrice de l’école Je (...)

10Bruno Poucet relève que lors de la manifestation massive du 24 juin « des religieux et des religieuses qu’on n’a pas souvent l’habitude de voir défendre les “libertés” battent également le pavé12 ». Combien de sœurs de Ribeauvillé ou de Saint-Jean de Bassel, l’autre congrégation de sœurs d’école en Alsace, sont allées battre le pavé parisien ce jour-là, nous ne le savons pas13. Le Sénat n’eut pas à se saisir du texte puisqu’il fut retiré par le président de la République. L’alerte avait été chaude mais l’État en France n’interférera plus dans les années suivantes dans le choix des sœurs de rester ou non à l’école tant publique que privée.

Un effort constant de diversification (1958-1981)

  • 14 Archives de la Congrégation, chapitre général de 1958 [1 G 1958].

11Mère Marie Adrienne puis sœur Fides, secrétaire générale avant d’accéder au supériorat, ont l’une et l’autre soutenu, à côté de l’orientation première vers l’enseignement, un élargissement des missions de la Congrégation. Dès le chapitre général de 1958, Mère Marie Adrienne – élue en 1952 – fait modifier les buts de la Congrégation, modification approuvée par Rome début 1959. Au lieu d’énumérer les lieux d’insertion (« les écoles, les pensionnats, les orphelinats, les ouvroirs, les écoles ménagères, les patronages »), elle introduit une formulation plus souple : « La fin spéciale de la Congrégation est de travailler à l’instruction et à l’éducation chrétienne de l’enfance et de la jeunesse partout où la Providence pourrait faire appel à son dévouement. ». Surtout, elle introduit un nouvel alinéa : « Selon les circonstances et les exigences du temps et des lieux, les Sœurs se voueront au soin des malades ainsi qu’à d’autres œuvres charitables et sociales14 ».

  • 15 La rédactrice de ces Quelques notes, sœur Eugénie [Geitner] (1914-2000) qui devint en 1969 Assistan (...)

12La volonté d’une évolution plus en profondeur existait antérieurement. En témoigne un texte de cinq pages, véritablement révolutionnaire en dépit des dénégations de la signataire15, envoyé au chapitre général de juin 1946, texte qui était pleinement d’actualité lors des chapitres généraux qui abordent l’aggiornamento (1964 et 1969-1971) et a certainement été médité par Mère Marie Adrienne. Les Quelques notes traduisent d’abord le malaise quant à la définition de la religieuse apostolique :

Ce que nous voulons, c’est une vie religieuse vraie, profonde, intense, qui prime tout le reste. (…) tout le reste, le travail extérieur quel qu’il soit (classe, soin des malades, ménage, etc… peu importe) ne doit être qu’un rayonnement, qu’un épanouissement de cette vie profonde et première, donc lui être en tout et toujours subordonnée.

13Sœur Eugénie suggère une prise de distance par rapport à un type d’activité prédéterminé : « Ne tenons-nous pas trop parfois à telle ou telle forme d’activité, au point d’être désaxées, désorientées quand Dieu nous en demande une autre par les événements ? » Corrélativement elle envisage une sorte de formation continue pour d’éventuels changements : « Toutes les sœurs devraient avoir la latitude, l’occasion et les moyens de continuer leur formation personnelle. » Le texte, vraie anticipation de l’aggiornamento à venir, met l’accent sur l’initiative et la responsabilité individuelles :

  • 16 En 1964, elle reformule le dernier point en réintroduisant le principe hiérarchique et une allusion (...)

Pour bien des sœurs l’obéissance est simplement l’exécution extérieure d’ordres donnés, un ensemble de permissions, de contrôles, de surveillances. Aussi n’est-il pas rare de voir des sœurs à l’âme servile, incapables de toute initiative, dépourvues de personnalité, soit d’autres, plus fières, qui luttent, se raidissent, se révoltent intérieurement contre ces contrôles et ces surveillances. On oublie que l’obéissance est avant tout l’adhésion totale et filiale de notre volonté à celle du Père16.

Pour faire bonne mesure, sœur Eugénie se prononçait pour un supériorat réduit à six ans et une déconcentration des responsabilités.

  • 17 Un questionnaire était prévu : « 1. parmi toutes les œuvres apostoliques que nous pratiquons : – la (...)

14Les chapitres généraux qui suivent abordent de front les problèmes. En 1964, Mère Marie Adrienne constate que « les écoles restent encore notre premier champ d’apostolat » mais elle n’hésite plus à s’interroger à haute voix : « Faut-il croire encore à l’école chrétienne ? N’est-elle pas une institution dépassée17 ? » Sous l’impulsion du Mouvement missionnaire en France, bien des clercs et des évêques se détournent des œuvres, écoles, patronages ou colonies de vacances. Ainsi à Paris en 1966, le diocèse affiche officiellement sa politique dite de délestage : dégager les clercs des œuvres qu’ils avaient créées et animées jusque là, sortir du « ghetto catholique » pour mieux s’investir dans les mouvements d’Action catholique spécialisée au service de « ceux qui sont loin », sous-entendu de l’Église, pour citer le slogan de l’époque. Le chapitre de 1964 est imprégné par ces doutes et remises en cause qui s’épanchent dans une Note sur la révision des constitutions :

  • 18 Archives de la Congrégation [1 G 1964, D1].

éviter de voir seulement à travers notre mentalité d’Alsaciennes bien nanties économiquement (bourgeoisement), socialement (encore estimées ?), chrétiennement (Concordat). (…) concevoir que les écoles pourraient nous échapper. [si nous ne nous défendons pas (ajout manuscrit)] (…) découvrir des valeurs authentiquement chrétiennes là où elles se trouvent actuellement : apostolat des laïcs, Jeunes Foyers…, générosité des groupements de Jeunes18.

  • 19 Talin, Survivre…, p. 206.

15Toutefois la Note préconise une démarche prudente dans les réformes : « Les applications doivent se faire non par révolution brutale, les risques collectifs sont graves, mais par évolution qui ménage la charité (adaptation progressive) ». C’est bien la ligne qui prévaut par la suite. Elle correspond à la forme dominante selon l’étude franco-canadienne de K. Talin : « A minima, des tentatives de réorientation internes et externes en vue de s’adapter et de survivre dans le monde moderne. Ce schéma, plus classique, est néanmoins le plus répandu (…). Les virtuoses du religieux doivent se redéfinir, sur le plan de l’identité et des valeurs, par rapport au monde contemporain19 ».

16Dans ce contexte, le chapitre officiel d’aggiornamento qui se déroule en deux sessions, 1969 et 1971, accentue la marche vers la diversification esquissée en 1958. Les buts de la Congrégation sont exposés en deux alinéas : le premier reprend « l’enseignement et l’éducation des enfants pauvres » ; le second, tout en se référant au fondateur, l’abbé Kremp, déclare que la Congrégation « est prête à développer – dans la confiance et la patience – des orientations éducatives nouvelles déjà amorcées, à en expérimenter d’autres et à adapter ses formes d’apostolat ».

  • 20 Archives de la Congrégation [1 G 1981].

17Le chapitre général de 1981 marque la dernière étape de la phase d’interrogation sur les finalités de la Congrégation. Il est précédé par une consultation des sœurs à propos de trois modèles envisagés pour l’avenir : l’un était présenté comme de type jésuite à dominante active, l’autre se voulait de type dominicain plus contemplatif et le troisième entre les deux. Il n’a pas été possible de retrouver les résultats globaux de l’enquête mais pour la seule circonscription de l’Alsace-Sud : le type jésuite recueille 96 suffrages, le type dominicain 36 tandis que l’intermédiaire en a 44. Clairement, les sœurs rejetaient un passage à un mode de vie plus contemplatif pour conserver leur identité de religieuses apostoliques. Cette hypothèque étant levée, la diversification est devenue un acquis. Si le rapport n° 30 insiste sur la continuité, « l’urgence de notre présence pour l’enseignement et l’éducation a été fortement soulignée dans le groupe », le rapport n° 34 de la communauté de Masevaux témoigne du changement : « Vu la diversité actuelle des activités apostoliques dans la Congrégation, il est difficile de relever notre manière propre de vivre la Mission apostolique des sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé. Jusqu’à présent on savait que les sœurs de Ribeauvillé étaient envoyées en mission dans les écoles20 ». Une page était tournée, sans être arrachée, et le chapitre général de 1987 n’a pas eu à revenir sur la question identitaire.

18Vers quelles activités se sont tournées les sœurs qui se détachaient de l’école ? Signalons d’emblée qu’une partie d’entre elles n’a jamais correspondu au portrait-type de la sœur enseignante : ce sont les religieuses engagées dans les services auxiliaires (cuisine, blanchisserie…). Les réformes statutaires leur accordent une plus grande visibilité et une représentation au chapitre, ce qui répondait à une attente peu verbalisée mais réelle. Pour les autres, la première transition, la plus facile, était de passer de l’école communale à la paroisse. Dès 1958, Mère Marie Adrienne encourage l’accueil de jeunes femmes qui se destinent à être assistantes paroissiales. À l’heure où le clergé commence à se raréfier et où plus de prêtres souhaitent quitter le ministère paroissial, une convention signée avec Mgr Elchinger offre la possibilité à des sœurs de devenir permanentes de la pastorale, en particulier pour la catéchèse et les cours de religion. Une sœur fut secrétaire du Centre de formation pédagogique qui a été un élément constituant de l’actuel Institut de pédagogie religieuse de la Faculté de Théologie catholique de Strasbourg. Le rapport n° 23 de la communauté de Dannemarie en 1981 se plaçait dans la perspective de suppléance du prêtre en milieu rural :

  • 21 Ibid. Le projet de Bennwihr, démarré en 1979, est une combinaison de présence au village et de lieu (...)

Peut-être que, dans l’avenir, le manque de prêtres dans le rural fera surgir des besoins nouveaux, d’autres urgences (éducation chrétienne des familles, personnes âgées dans les petites paroisses, immigrés, appel aux religieuses dans des paroisses sans prêtre pour faire le relais). (…) un grand besoin nouveau : la catéchèse des enfants et des jeunes21.

19Ce rapport préconise aussi le maintien sur place, au village, des sœurs âgées « (tant de presbytères sont vides !) si la population le désire ». Le témoignage, paru dans Ut sint unum en 1977, de sœur Jeannette Clur indique que la sortie de l’école consécutive à une fermeture de poste n’est pas toujours aussi facile qu’il y paraît pour l’observateur. Le projet, mûri par la sœur et négocié avec les Supérieures, combinait service des paroisses, catéchèse dans le primaire et un mi-temps en A.C.E. Pourtant elle recule peu avant de sauter le pas :

  • 22 L’épisode est aussi une bonne illustration de l’évolution des modalités pratiques de l’obéissance e (...)

À mesure que je m’approchais de l’engagement à prendre, je voyais plus clairement tout ce que cela comportait et je compris que je n’étais pas faite pour ce genre de travail irrégulier, exigeant de continuels déplacements en mobylette. Ma santé ne l’aurait pas supporté. (…) Les Supérieures furent tout aussi compréhensives pour ma décision finale qu’elles avaient respecté mon cheminement. Je suis donc placée à Dambach-la-Ville depuis l’automne dernier, continuant mon travail d’enseignante22.

20On peut noter que dans la décennie 1980, à Paris, Mgr Lustiger lance le mouvement de développement du ministère de diacre permanent qui fait peu à peu tache d’huile. L’implication des religieuses dans les paroisses a représenté une phase intermédiaire avant la montée en puissance du diaconat permanent et la multiplication contemporaine des ministères non ordonnés laïcs.

  • 23 Ibid. M.I. pour milieu indépendant, M.O. milieu ouvrier, M.R. milieu rural.
  • 24 Ibid.

21L’autre pôle majeur d’investissement est naturellement l’Action catholique spécialisée. Là encore la transition est aisée car souvent les sœurs, à côté de l’école, ont un engagement dans l’accompagnement de mouvements de jeunes : Action catholique de l’enfance (ex Cœurs vaillants-Âmes vaillantes), Mouvement rural de la jeunesse chrétienne, Jeunesse étudiante chrétienne, plus rarement en J.O.C.-J.O.C.F. On peut ajouter un mouvement généraliste comme le Mouvement eucharistique des jeunes. Incitées par le responsable diocésain, l’abbé Sifferlen dans les années 1970, les sœurs sont conduites à élargir leur participation aux mouvements d’adultes. L’époque (1960-1980) est au tout Action catholique, du moins pour la hiérarchie française, et plusieurs des sœurs concernées se retrouvent au sein de la FEDEAR, la Fédération des équipes apostoliques de religieuses qui est une structure nationale dotée d’une revue Chemins. Cette implication dans l’animation des mouvements n’exclut pas l’enseignement, ainsi pour sœur Jacqueline [Ingwiller] qui prend sa retraite en 2009. En 1981, elle était cosignataire d’une lettre au chapitre général qui réclame l’affichage de leur appartenance à un milieu : « M.I., M.O., M.R., nous voudrions que soit mentionnée dans l’Ordo notre appartenance à l’un de ces milieux pour être reconnues dans notre identité propre23 ». Le rapport n° 29, rédigé en vue du même chapitre par un groupe FEDEAR, souligne la portée politique – avec une adhésion à un syndicat, souvent la C.F.D.T. – du cheminement avec les mouvements et la tendance à la sécularisation interne du christianisme repérée par K. Talin : « nos préoccupations doivent être plus laïques moins ecclésiales. Le Christ était attentif aux signes de son temps. Il répondait à des aspirations humanitaires ; nous aussi, nous devons croire que nous pouvons transformer les situations et qu’un mieux est toujours possible ». Les sœurs engagées en FEDEAR avaient une sensibilité particulière au point de créer parfois des incompréhensions internes dont le rapport n° 33 se fait l’écho : « nous voyons difficilement associées – sœurs enseignantes et sœurs au service des communautés de l’enseignement public – et (…) sœurs en pastorale, catéchèse et mouvements : ce sont au moins deux réalités diverses. L’une ne peut pas poser les problèmes de l’autre24 ».

  • 25 L’ancien hôtel acheté par Mère Marie Adrienne était destiné au départ aux sœurs âgées et rebaptisé (...)
  • 26 Entretien avec sœur Anne Gabrielle le 1/10/2009.
  • 27 Ce dominicain (1908-1999) est le premier prêtre-ouvrier français (1941 à Marseille). Il a été une f (...)

22D’autres insertions se développent, en particulier dans le domaine de la santé – c’est le choix des deux sœurs qui partent au Brésil en décembre 1967 – ou de l’action sociale comme travailleuses familiales. Dans les années 1980, il existe des “groupes santé” au sein de la Congrégation. Enfin il y a des expériences plus originales : foyer d’accueil d’anciens prisonniers, la maison de vacances familiales de Grasse (1974-2000)25 ou l’entrée au travail ouvrier de sœur Anne Gabrielle [Anstett] en 1977. D’abord institutrice puis en lycée à partir de 1969, elle entre en 1971 dans une “Fraternité” boulevard de la Victoire à Strasbourg, reliée au couvent proche des Pères dominicains. Déjà elle estime que « tout allait dans le sens de la sortie de l’école » et elle « ne voulait pas rester enseignante26 ». Après deux ans (1975-1977) passés à l’École de la foi ouverte par le Père Jacques Loew27 à Fribourg (Suisse), elle entre d’abord chez Suchard pour passer au travail à la machine en 1979 dans une petite entreprise de métallurgie. À côté de l’exemple du Père Loew, elle témoigne du rôle décisif d’un pèlerinage sur les traces de Charles de Foucauld dans son choix du travail manuel en usine, un choix difficile à vivre, au tout début, tant était grand le décalage avec « l’image idéalisée de la sœur de Ribeauvillé ».

23L’itinéraire très singulier de sœur Anne Gabrielle rencontre cependant un phénomène plus important au sein de la Congrégation, quoique resté minoritaire : la sortie, non pas tant de l’école, que des grandes communautés liées aux établissements scolaires. Le chapitre général de 1969 avait adopté le décret suivant : « La Congrégation favorisera dans la mesure du possible l’expérience de communautés de recherche apostoliques nommées “Fraternités”, dont le style de vie sera adapté à leurs activités et au milieu dans lequel elles seront insérées ».

  • 28 Talin, Survivre…, p. 219-220. Ceci correspond à l’expérimentation de ce que l’auteur nomme l’immers (...)

24Partant du cas des Petites sœurs de l’Assomption canadiennes, K. Talin souligne les conséquences internes du déplacement du regard de l’être auprès des pauvres à l’être avec les pauvres : « Il faut désormais partager leur vécu quotidien, ce qui témoigne d’une volonté accrue d’incarnation dans le monde. Cette restructuration est le corollaire d’autres changements (modes de vie, types de communautés, formes d’implantation) qui ont induit des modifications profondes dans l’institut28 ». La démarche des Fraternités s’accorde avec cette tendance repérée à l’époque dans bien d’autres congrégations. Dans une coupure de presse conservée aux Archives, très vraisemblablement de 1969, sœur Fides évoque ces nouvelles communautés dont la première a commencé à Strasbourg-Meinau, quartier de la Canardière entre 1967 et 2002. Elle indique à propos des jeunes sœurs :

elles sont pour les formules nouvelles. Parfois nos sœurs se plaignent de l’écrasante masse que constitue une commun0061uté aussi forte. (…) Les essais de Fraternités nous encouragent à poursuivre cette action. Celles qui se trouvent en pleine masse sont toutes des volontaires qui prennent sur elles de lourds sacrifices.

  • 29 Dans son homélie funèbre, le Père Bougarel note « le besoin de sortir de chez soi la taraude » ains (...)

25Au témoignage de sœur Marthe – en 1967 Anne Rosalie –, une équipe de trois sœurs venait remplacer les sœurs de Saint-Vincent de Paul qui tenaient un dispensaire paroissial. Dans l’immeuble de cinq étages, elles ont créé, attenant au centre de soins, assurés par la seule sœur Marthe comme infirmière, cette première Fraternité ; dans l’appartement de quatre pièces, pas de télévision pour garder le silence le soir pour l’oraison. Mère Marie Adrienne avait accepté d’étendre l’expérience dans deux circulaires (20 mai et 12 novembre 1968). Il faut noter aussi l’action de sœur Adrienne, alors Marie-Florina [Hueber] (1925-2008) qui crée une Fraternité en 1968, boulevard des Alliés à Mulhouse en étant sortie de l’école Jeanne d’Arc l’année précédente, puis en 1974 la communauté de Modenheim. Professeur d’anglais à l’École Normale du Couvent (1952-1959), elle a eu un rayonnement personnel auprès des jeunes sœurs et son exemple avait un effet d’entraînement29. Elle s’est impliquée dans la catéchèse et a soutenu les “groupes santé”.

26Dans une congrégation dont les effectifs sont alors environ deux fois et demi ceux d’aujourd’hui, un rapport du 22 février 1975 en vue du chapitre général indique : « Il existe donc 19 communautés nouvelles groupant 64 personnes – soit 1/21 sœurs dans la congrégation – dont l’âge moyen est de 45,9 ans ». La sœur auteur du rapport signalait d’emblée qu’elle décrivait « une manière de vivre la vie religieuse. Ce n’est pas la seule et nous ne sommes pas toutes appelées par Dieu à la vivre ».

27L’émergence des Fraternités est donc allée de pair avec ce qu’on nomme en langage congréganiste les communautés pluralistes : un noyau de sœurs regroupées en un lieu mais d’activités variées, à la façon de Bennwihr ou de la Canardière. Tout en restant une congrégation à dominante enseignante, en gardant dans leur majorité la foi en l’école qu’elles quittaient l’âge venant, les sœurs de Ribeauvillé ont acquis pendant cette transition un visage pluraliste. Elles sont aussi une version sage de ce que K. Talin appelle « les virtuoses du religieux ».

Haut de page

Notes

1 Survivre à la modernité ? Religieuses et religieux dans le monde occidental, Médiaspaul, 2005, p. 22.

2 Spectaculairement, pendant la première session du Chapitre général en 1969, une sœur est venue annoncer son départ de la Congrégation. Mère Marie Adrienne n’avait relevé entre 1958 et 1964 que quatre départs. Un graphique des entrées (1965-2007) figure p. 98 dans Ch. Zumsteeg, D’Rappschwihrer Schüalschwestra. Sœurs d’école en Alsace, Strasbourg, Aprime, 2009 : il indique quelques entrées individuelles entre 1983 et 2007 et pas tous les ans.

3 Rapport de la Supérieure générale, chapitre général de 1964 [1 G 1964], archives de la Congrégation à Ribeauvillé. Que les sœurs qui m’ont accueilli aux archives soient ici remerciées pour leur aide précieuse, en particulier sœur Marie Aline.

4 Elles étaient arrivées en 1954 et avaient constitué trois postes en 1963 ; certaines restent en Centrafrique voisine après le départ contraint en 1968. La congrégation est revenue au Congo-Brazzaville et demeure toujours engagée à l’école à Bangui, au Togo et une jeune sœur exerce au Cameroun. Les sœurs principalement en Afrique et une petite implantation au Brésil représentent environ 12 % de l’effectif total actuel.

5 Histoire de l’Église catholique en Alsace des origines à nos jours, Strasbourg, Éd. du Signe, 2003, p. 538-539 ; pour plus de précisions, voir la contribution de J.-L. Hiebel dans ce numéro.

6 Sur cet épisode, voir Mgr Léon-Arthur Elchinger, L’âme de l’Alsace et son avenir, Strasbourg, La Nuée bleue, 1992, p. 141-151 ; l’auteur-acteur conclut : « Le rejet par Rome du projet présenté par les négociateurs français fut en réalité un acte de clairvoyance, plein de réalisme » (p. 151). Les évêques de Strasbourg et Metz avaient pesé dans ce sens.

7 B. Poucet, La liberté sous contrat. Une histoire de l’enseignement privé, Fabert, 2009, p. 128. En 1981, il perd sa prédominance au profit du S.N.E.C.-C.F.T.C.

8 Cf. son chapitre « Retour à la logique de la loi Debré » p. 141-172. Le président de l’Union nationale des associations de parents d’élèves de l’enseignement libre est conciliant comme le Secrétaire général Paul Guiberteau et le président de la Conférence épiscopale, Mgr Vilnet ; c’est beaucoup moins vrai de Mgr Honoré et moins encore de Mgr Lustiger. On s’inquiète aussi à Rome : « le pape [Jean-Paul II] refuse que les évêques acceptent une tutelle de l’État sur l’école catholique. » (Poucet, La liberté sous contrat…, p. 163).

9 L.-A. Elchinger, L’âme …, p. 151.

10 Ut sint unum, n° 110 mai 1983.

11 Archives de la Congrégation à Ribeauvillé.

12 Poucet, La liberté sous contrat …, p. 167.

13 Sœur Monique [Gugenberger], l’actuelle Supérieure générale qui était alors directrice de l’école Jeanne-d’Arc à Mulhouse, nous a confié qu’en 1981-1984 beaucoup de sœurs étaient mobilisées avec les associations de parents. La crise a plutôt eu comme effet, selon elle, d’affermir la vocation enseignante.

14 Archives de la Congrégation, chapitre général de 1958 [1 G 1958].

15 La rédactrice de ces Quelques notes, sœur Eugénie [Geitner] (1914-2000) qui devint en 1969 Assistante générale, prenait soin de souligner : « Ces quelques notes ne sont nullement dictées par un esprit révolutionnaire, elles ne sont pas non plus une critique de notre poste de Colmar ou une critique de personnes. » En 2000, outre sa pratique de l’oraison, sa notice nécrologique relève : « Elle avait aussi participé pleinement aux travaux pour l’aggiornamento de la Vie en Congrégation. »

16 En 1964, elle reformule le dernier point en réintroduisant le principe hiérarchique et une allusion aux signes des temps de Jean XXIII : « volonté du Père exprimée par nos Supérieures quelles qu’elles soient ! par les événements. »

17 Un questionnaire était prévu : « 1. parmi toutes les œuvres apostoliques que nous pratiquons : – laquelle vous paraît la plus opportune ?– laquelle vous semble avoir le plus de rendement apostolique ?2. Découvrons-nous une réelle valeur apostolique dans notre vie d’enseignante ? »

18 Archives de la Congrégation [1 G 1964, D1].

19 Talin, Survivre…, p. 206.

20 Archives de la Congrégation [1 G 1981].

21 Ibid. Le projet de Bennwihr, démarré en 1979, est une combinaison de présence au village et de lieu de formation pour responsables de l’Action catholique en monde rural (A.C.E., M.R.J.C. et Chrétiens en monde rural). Ce “Centre de rencontre, d’animation et formation”, qui a pris le nom de Petite Vigne en 1989 et une dimension culturelle, a accueilli sœur Geneviève [Noll] qui y avait été auparavant permanente laïque.

22 L’épisode est aussi une bonne illustration de l’évolution des modalités pratiques de l’obéissance et de la considération des personnes avec l’aggiornamento post-conciliaire.

23 Ibid. M.I. pour milieu indépendant, M.O. milieu ouvrier, M.R. milieu rural.

24 Ibid.

25 L’ancien hôtel acheté par Mère Marie Adrienne était destiné au départ aux sœurs âgées et rebaptisé Pension Sainte-Thérèse. Sous l’effet de la pastorale du tourisme qui émerge dans les années 1960-1970. il est reconverti pour l’accueil de touristes dans un cadre chrétien en 1974 pour être vendu fin 2000 [témoignage de sœur Marie Aline].

26 Entretien avec sœur Anne Gabrielle le 1/10/2009.

27 Ce dominicain (1908-1999) est le premier prêtre-ouvrier français (1941 à Marseille). Il a été une figure du Mouvement missionnaire, avec notamment la fondation de la Mission ouvrière Saints Pierre et Paul (1955) des religieux immergés en quartier populaire et insérés dans le monde du travail. Comme Madeleine Delbrêl ou Petite sœur Magdeleine, il appartient cependant au versant confessant du courant missionnaire ainsi qu’en témoigne la création de l’École de la foi de Fribourg 1969-2005.

28 Talin, Survivre…, p. 219-220. Ceci correspond à l’expérimentation de ce que l’auteur nomme l’immersion et d’autres l’enfouissement.

29 Dans son homélie funèbre, le Père Bougarel note « le besoin de sortir de chez soi la taraude » ainsi que sa communion de pensée avec des prêtres notamment pradosiens « qui se voulaient en proximité et complicité avec les pauvres de toutes les pauvretés ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Perrin, « Vers la sortie de l’École », Revue des sciences religieuses, 85/4 | 2011, 557-569.

Référence électronique

Luc Perrin, « Vers la sortie de l’École », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/4 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1802 ; DOI : 10.4000/rsr.1802

Haut de page

Auteur

Luc Perrin

Faculté de Théologie catholique
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page