Navigation – Plan du site

La Congrégation des Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1945

Jean-Noël Grandhomme
p. 523-556

Résumés

La guerre a constitué pour les Sœurs de Ribeauvillé une mise à l’épreuve de leur vocation, en même temps qu’une ouverture sur le monde. Celles réfugiées en France ont découvert leur propre pays et sa diversité, mais ont continué à enseigner ; celles restées en Alsace annexée ou envoyées en Allemagne ont dû changer de métier sur ordre des nazis et ont donc été davantage confrontées au siècle et à ses réalités (incorporation de force, résistance). Au prix de quelques entorses à la règle, elles ont cependant partout su s’adapter aux situations inédites auxquelles elles étaient confrontées.

Haut de page

Notes de la rédaction

En collaboration avec Caroline Schall1 et Laure Balzano2

Texte intégral

1Avant la guerre de 1939-1945 la Congrégation des Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé regroupe 295 écoles et plus de 30 000 élèves, sans compter les structures pour personnes âgées ou malades. C’est une institution hiérarchisée. À la tête de cette pyramide la mère supérieure, Mère Marie Henriette, détient l’autorité morale, occupe une fonction administrative, tout en étant également la « mère » des sœurs en tant qu’elle doit se montrer compréhensive, mais aussi sévère lorsque les circonstances l’exigent. Outre la supérieure générale, d’autres sœurs sont investies d’autorité : les quatre assistantes générales, soit la vicaire de la supérieure générale, la maitresse des novices, l’économe et la secrétaire générale. Il peut également exister une supérieure locale, soumise à la supérieure générale, au cas où la communauté est séparée de la maison-mère, cas de figure qui se présente doublement pendant la guerre.

2La vie religieuse est organisée selon plusieurs étapes : les sœurs passent en effet de postulantes à novices, avant d’être professes, état au cours duquel elles prononcent des vœux annuels durant trois ans, et enfin les vœux perpétuels au bout de trois autres années. Leur mode de vie est fondé sur les règles de la Congrégation. Les sœurs font vœux de pauvreté, c’est-à-dire qu’elles renoncent à leurs biens personnels ; d’obéissance aux décisions de la supérieure générale et du souverain pontife. Quant au dernier vœu, celui de chasteté, il concerne leur vie sociale : obligation du célibat et celle de n’entretenir que des relations indispensables à leur service ou à la vie familiale avec les personnes qui vivent dans le siècle. Enfin, les sœurs portent un habit distinctif et obéissent aux règles d’égalité qui les placent toutes sur le même plan. Elles sont donc considérées comme d’« éternelles mineures ».

  • 3 Voir : Conway J. S., La Persécution nazie des Églises, 1933-1945, Paris, 1969. – Dietrich R., Catho (...)
  • 4 Deneken M., L’Église d’Alsace 1940-1945. Une Église locale face au nazisme, Strasbourg, 1983, pp. 2 (...)
  • 5 Voir : Epp R. L’Église d’Alsace sous l’oppression nazie (1940-1945), Strasbourg, 2000. – Id., L’Enf (...)

3En juin- juillet 1940 l’annexion de fait de l’Alsace par l’Allemagne nazie bouleverse cette situation. Les sœurs n’ont plus le droit d’enseigner et doivent donc trouver du travail. À l’Église catholique, Hitler préfère la Volkskirche, soit l’Église du peuple, « aryanisée », ou encore la simple « croyance en Dieu » (Gottglaube), souvent coupée de toute transcendance. Moins directe en la matière, en général, que la terreur jacobine ou communiste, la lutte du nazisme contre les Églises, et en particulier contre l’Église catholique, revêt des formes plus insidieuses, dont la brutalité pure – la déportation, l’assassinat – n’est jamais exclue3. Dans les territoires occupés ou annexés ces persécutions sont beaucoup plus dures encore que dans les limites du Vieux-Reich. En Alsace, écrit Michel Deneken, « les Allemands iront souvent bien plus loin qu’en Allemagne même, y compris dans le domaine religieux4 ». En matière de terreur anticatholique, l’exemple de la Pologne montre encore un autre changement d’échelle. Le Gau Oberrhein – nouveau nom de l’Alsace annexée, couplée avec le Pays de Bade – se trouve donc dans un entre-deux5.

4Lors de l’arrivée des Allemands en Alsace la population est en partie évacuée. Ainsi, la majorité des sœurs a été obligée de quitter le couvent et les différentes écoles de la région pour aller, principalement, dans le Sud-Ouest, avec les habitants de la contrée. La situation est donc celle d’une dissémination de la communauté. Certaines sœurs, restées en Alsace, se trouvent confrontées à l’occupant, d’autres enfin sont envoyées en Allemagne.

5Plusieurs interrogations émergent à partir de ce nouvel état de fait. Tout d’abord, comment les autorités de la Congrégation des Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé, et l’Institution en général, se sont-elles adaptées à cette situation de crise et d’incertitude afin de maintenir ou de créer un cadre propice au respect des règles ? De plus, comment organiser la vie dans les départements d’accueil, loin du couvent, ou encore dans le Vieux-Reich, et comment prendre des décisions en l’absence de la supérieure ?

L’évacuation de septembre 1939

  • 6 Archives des Sœurs de la Divine Providence (ASDP), Ribeauvillé, I, 11g, a, 21.
  • 7 ASDP, Témoignage écrit de Sœur Marie Marcella (Augustine Leiterer, née en 1911), 12g 1939-1945 III, (...)
  • 8 Voir Meyer (René), « L’Évacuation, une tragédie frontalière », Saisons d’Alsace, 105, automne 1989, (...)

6Lorsque la guerre est déclarée, le 3 septembre 1939, l’évacuation concerne des dizaines de communes situées le long de la ligne Maginot, c’est-à-dire la rive du Rhin, dont Strasbourg ; et de la ligne Maginot à la ligne Siegfried, en Alsace du Nord (374 000 personnes en tout). La ligne Maginot a été construite pour contraindre l’ennemi à une guerre d’usure et l’Alsace pourrait se muer en vaste champ de bataille. Des enveloppes scellées ont été envoyées aux maires des différentes communes par le ministère de l’Intérieur, ainsi qu’aux sœurs par l’académie, indiquant un point de ralliement. La plupart des religieuses enseignantes décident de ne pas se séparer de leurs élèves : 101 quittent le Bas-Rhin et soixante-quatre le Haut-Rhin6. Mais c’est à l’issue d’un véritable jeu de piste que Sœur Marie Marcella, institutrice à l’école Saint-Jean de Strasbourg, alors en vacances dans sa famille à Herrlisheim, retrouve les enfants dont elle a la charge7. Son exemple n’est pas isolé. L’organisation de cette évacuation est en effet loin d’être parfaite, le voyage est interminable et pénible à cause de la faim, de la soif et de la promiscuité8.

  • 9 ASDP, Témoignage écrit de Sœur Anne Philippe Fritsch, 12g 1939-1945 III, 19.

7Le comité d’accueil en terre d’exil est cependant en général chaleureux, si l’on en croit les sœurs. En poste à Drusenheim, Sœur Anne Philippe Fritsch, évacuée à Saint-Léonard (Haute-Vienne), est conduite comme les autres habitants, dès sa descente du train, dans la salle des fêtes, où un copieux repas est servi aux évacués9(l’accueil n’a cependant pas toujours la même qualité). Ensuite, il faut trouver un logement. Une nouvelle vie commence pour les religieuses, loin de l’Alsace, du couvent et de leur environnement quotidien. Elles doivent s’adapter à une situation inconnue, alors qu’elles ont l’habitude d’une vie bien réglée où le hasard ne tient que très peu de place.

  • 10 Id., Sœur Marie Valérienne, 12g 1939-1945 III, 15.
  • 11 Id., Sœur Fabiola Laurent, 12g 1939-1945 III, 10.

8Les deux communautés, alsacienne et française « de l’intérieur », doivent apprendre à cohabiter dans la durée. Les sœurs, qui enseignent en langue française, servent d’interprètes, la barrière de la langue posant souvent problème, en particulier pour les personnes âgées évacuées, qui s’expriment uniquement en alsacien. Enfin, les conditions matérielles de vie sont moins bonnes qu’en Alsace, l’hygiène et la propreté laissent à désirer selon les normes alsaciennes. Arrivée à Laparade, près d’Agen, Sœur Marie Valérienne et ses consœurs nettoient le presbytère, puis l’église de fond en comble, avant de raccommoder les ornements et le linge qu’elles trouvent « dans un état lamentable10 ». Les sœurs manquent de tout, mais sont de ce fait parfaitement en accord avec leur vœu de pauvreté, comme le fait remarquer Sœur Fabiola11.

  • 12 Id., Sœur Marie Hugo, écrit en novembre 1986, 12g 1939-1945 III, 8.

9Des difficultés surgissent également en raison de leur état. Certaines régions d’accueil, comme le Limousin « rouge », sont profondément déchristianisées. En vertu de la loi de 1905 les sœurs ne peuvent faire cours qu’aux enfants des réfugiés, seuls concernés par le Concordat et les lois scolaires spécifiques de l’Alsace-Moselle. Des écoles sont établies dans les endroits les plus divers car il n’est pas question d’utiliser les locaux scolaires « laïcs », mais il n’y pas vraiment de matériel. En plus de l’école, les sœurs organisent des groupes extrascolaires (« cœurs vaillants » et « âmes vaillantes »)12.

  • 13 Id., Sœur Anne Philippe Fritsch, 12g 1939-1945 III, 19.

10Si continuer à faire la classe représente pour les religieuses un élément de continuité avec l’Alsace et leur existence « d’avant », leur vie spirituelle est forcément perturbée. Au moment de l’évacuation, elles côtoient par exemple beaucoup d’hommes de tous âges et de toutes conditions, ce qui n’est pas conforme aux constitutions de la Congrégation. Elles peuvent conserver une vie de communauté, assister à la messe, pratiquer certains exercices de piété, mais il leur manque plusieurs éléments, comme les retraites. Certaines, comme Sœur Anne Philippe Fritsch ou encore Sœur Grégoire Linck, profitent de la proximité de Lourdes pour y organiser des pèlerinages13.

L’exil durable de certaines communautés en France

  • 14 Id., Correspondance de Sœur Marie Georgette, 1, 11g, d, 3.

11Dans son témoignage, Sœur Marie Marcella évoque la souffrance et la difficulté de se retrouver seule, d’être privée de repères. Pour réconforter et aussi inspecter les exilées, la supérieure générale, Mère Marie Henriette, demande en mars 1940 à Sœur Marie Georgette (religieuse d’expérience, née en 1879 à Heidwiller) d’aller leur rendre visite14. Les lettres de cette envoyée de la maison-mère brossent un tableau plus sombre des conditions de vie des sœurs dans les départements d’accueil que les témoignages des intéressées elles-mêmes. Dans les souvenirs des religieuses l’impression de changement, de rupture dans la routine de la vie scolaire et spirituelle – de liberté et de responsabilisation, pour tout dire –, l’emporte généralement sur la description des difficultés de tout ordre qui les assaillaient pourtant à cette époque. Les sœurs ont aussi oublié qu’elles ont parfois manqué aux règles, ce que souligne en revanche Sœur Marie Georgette. Mais les circonstances expliquent bien des choses. Si les sœurs ne peuvent pas toujours respecter les constitutions à la lettre, elles essaient toutefois d’en garder l’esprit.

12Dans les semaines qui suivent l’armistice du 22 juin 1940 beaucoup de réfugiés rentrent chez eux. Encouragés au retour par les autorités du IIIe Reich et celle de Vichy, ils ne savent au début que peu de choses de l’annexion de fait et ignorent évidemment qu’un tel régime est d’une tout autre nature qu’une « simple » occupation militaire. La supérieure générale se trouve placée devant un dilemme. Que conseiller à ses sœurs restées dans le Sud-Ouest ? Revenir en Alsace alors que dès le mois d’août la chronique tenue au couvent se fait l’écho de rumeurs quant à une interdiction prochaine d’enseigner pour le personnel religieux ? C’est alors qu’intervient l’ancien député autonomiste Joseph Rossé, directeur des éditions catholiques Alsatia à Colmar, rallié aux Allemands par ressentiment contre le jacobinisme et l’anticléricalisme de la République française. Ce personnage réussit à rassurer la mère supérieure quant aux intentions de ses « amis » et celle-ci se résout à donner le signal du rappel le 3 septembre.

  • 15 Id., Rapport des sœurs de Habsheim, 12g 1939-1945 III, 1.
  • 16 Id., Témoignage écrit de Sœur Cécile Ball, 12g 1939-1945 III, 8.
  • 17 Sœur Marie Célestine Ronner, « Une Aînée raconte. Souvenirs de la guerre de 1939-1945 », Ut Sint Un (...)

13En raison des difficultés de communication, cet ordre est diversement appliqué. Ainsi, la communauté des sœurs de Habsheim, réfugiée à Vic-Fezensac, « fait et défait (ses) valises » cinq fois, avant de se décider à rester15. Les religieuses réfugiées auprès des étudiants de l’université de Strasbourg à Clermont-Ferrand envoient quant à elles à leurs sœurs du Sud-Ouest sur du papier à lettre pourtant estampillé « ordre du couvent » des informations exactement contraires à celles de la circulaire du 3 septembre16. Sans doute s’agit-il d’anciennes directives de la mère supérieure arrivées ou transmises avec retard ou alors Mère Marie Henriette a-t-elle changé d’avis quand, dès le 6 septembre, les sœurs ont appris qu’en dépit des assurances de Rossé elles allaient être expulsées des locaux scolaires et mises à pied en octobre ? À quoi seront-elles occupées alors ? En tout cas certaines sœurs comprennent qu’elles ne doivent pas se mettre en route. D’autres témoignages parlent d’un ordre différencié, arrivé sous la forme d’une lettre lacérée : « Jeunes partez. Âgées restez17 ». En l’absence de signe clair de la part de Ribeauvillé, beaucoup de sœurs s’en remettent à l’avis d’autres religieuses, de l’évêque de Strasbourg Mgr Ruch ou de l’inspecteur de l’académie de Strasbourg, tous deux réfugiés à Périgueux. Ces deux dernières autorités leur déconseillent de se jeter dans la gueule du loup nazi. On peut penser que ces contradictions sont dues à la conjoncture et à l’évolution rapide de la situation en Alsace.

14Finalement, près de soixante-dix sœurs demeurent en France « libre », se coupant ainsi de leurs élèves et des habitants des villes et villages dans lesquels elles enseignaient (mais non pas de tous car plusieurs dizaines de milliers d’Alsaciens choisissent eux aussi de ne pas retourner chez eux). Cette décision n’a pas été facile à prendre. À cause des incertitudes du temps les sœurs sont confrontées une fois encore à l’inconnu. La contradiction des ordres les perturbe. Elles sont comme effrayées par la soudaine liberté de choix qui s’offre à elles. On sent chez elles une véritable crainte face à la possibilité de prendre une décision de leur propre chef ou en petit groupe au risque de désobéir à la supérieure générale et de contrevenir aux vœux qu’elles ont prononcés.

Les sœurs sont donc particulièrement respectueuses des constitutions, dont elles ont intériorisé toutes les obligations.

  • 18 ASDP, Cahier des décisions, 22 octobre 1940.

15Les « restées » sont rejointes par des sœurs qui ont été englobées dans la deuxième vague d’évacuation, consécutive aux combats de mai et de juin ; puis par d’autres, expulsées par les nazis à cause de leurs origines françaises « de l’intérieur », comme Sœur Paul de la Croix, ou encore par des sœurs qui ont fui l’Alsace clandestinement. Cet exil, cette séparation d’avec le couvent et d’avec leurs familles dure cinq longues années de plus car l’Alsace-Moselle n’est entièrement libérée qu’en mars 1945. Cette communauté séparée par une longue distance du couvent a alors besoin d’une supérieure. Sœur Marie Carolina (Louise Richert, née à Marlenheim en 1878) est donc nommée le 22 octobre 1940 par Mère Marie Henriette supérieure générale des sœurs de France, ce qui permet à la communauté de vivre le plus en accord possible avec les constitutions. D’abord établie à Linards (Haute-Vienne), puis en 1941 au Cayla (Tarn), Sœur Marie Carolina représente la supérieure générale auprès des autorités scolaires et ecclésiastiques, reçoit le pouvoir de faire les placements qu’elle jugera nécessaires et opportuns, de visiter les écoles et les communautés de religieuses, de placer les fonds dont les sœurs n’ont pas besoin au quotidien18. Grâce à elle l’enseignement (auprès des réfugiés dans des écoles publiques et des autres élèves dans des écoles libres) continue, mais aussi la vie spirituelle des sœurs à travers les messes et les retraites annuelles, et bien que certaines sœurs aient souffert de la situation, d’autres gardent un très bon souvenir de cet exil. Longtemps après la guerre Sœur Marie Hugo entretient encore des relations épistolaires avec des réfugiés lorrains avec qui elle vivait pendant la guerre.

Les sœurs restées en Alsace et « l’exil professionnel » en Allemagne

16Plusieurs sœurs évoquent dans leur témoignage l’arrivée de la Wehrmacht dans les communes où elles enseignaient. La peur, la déception, l’inquiétude dominent. Certaines religieuses ne dissimulent pas leur dégoût et même leur haine de l’occupant. Les soldats allemands entrent dans Ribeauvillé au soir du 17 juin 1940. En dépit de quelques coups de feu, le couvent ne souffre pas des combats. Le défilé des prisonniers français donne l’occasion aux sœurs de pratiquer la charité chrétienne en leur donnant à boire et à manger. En dehors de cette forte présence masculine, la vie des sœurs n’est guère bouleversée avant la mise en place de l’administration nouvelle. Avec la politique clairement antireligieuse des nazis elles se trouvent toutefois bientôt en difficulté en Alsace également, et la politique allemande les contraint à modifier leur quotidien. Le régime concordataire sous lequel l’Alsace vivait depuis 1801 est aboli, mais le Concordat conclu en 1933 entre le Saint-Siège et l’Allemagne n’est pas étendu au territoire annexé.

  • 19 Chef de l’administration civile en Alsace.

17C’est le Gauleiter Robert Wagner, un proche d’Adolf Hitler, qui est désigné en août pour diriger la province conquise avec le titre de Chef der Zivilverwaltung im Elsass19. En mettant en place des structures administratives, politiques et judiciaires calquées sur le modèle du Vieux-Reich, le but des nazis est d’assimiler progressivement l’Alsace-Moselle par la défrancisation et la germanisation. Toutes les inscriptions en français doivent disparaître, indique la chronique du couvent à la date du 11 août 1940. Les noms et les prénoms des sœurs sont aussitôt germanisés (non pas suffisamment, cependant, puisque les autorités reviennent à la charge en mars 1943). Au début les programmes scolaires sont peu retouchés, hormis des leçons d’allemand supplémentaires, mais l’interdiction d’enseigner et la fermeture des écoles confessionnelles, qui suit peu après, touche la Congrégation dans sa raison d’être. Les sœurs doivent alors se tourner vers de nouvelles activités afin de répondre à leurs besoins.

  • 20 ASDP, Témoignage de Sœur Arminia Frantz, écrit à Marlenheim en 1978, 12g 1939-1945 II, 5.
  • 21 Id., Sœur Laurentine Oertel, écrit à Marlenheim en 1977, 12g 1939-1945 I.

18Tandis que la supérieure générale essaie de les former à la couture et au tricot, les jeunes religieuses investissent les écoles ménagères, les cours de commerce et de sténodactylo. Diriger les sœurs vers une formation d’assistante paroissiale semblait une bonne solution pour les laisser en contact avec la religion et les jeunes, mais dès mai 1941 l’administration allemande émet des restrictions à cette orientation, qui leur est finalement interdite le 27 juillet suivant. Cependant, des propositions d’embauche diverses et variées arrivent jusqu’aux sœurs, dans des métiers qui les placent en contact avec des laïcs et donc les mettent en infraction avec les constitutions. Sœur Arminia Frantz travaille ainsi à la Caisse d’épargne20 et Sœur Laurentine Oertel est gouvernante dans une famille des Trois-Épis21.

  • 22 Id., Sœur Lucilla Nabholtz, écrit à Bollwiller en 1979, 12g 1939-1945 IV, 2.

19En raison de difficultés de placement à partir de 1942 les religieuses sont ensuite orientées presque exclusivement vers des formations de sœurs hospitalières. Nombreuses étaient celles qui, avant cette date déjà, exerçaient dans cette branche après un simple stage auprès de sœurs garde-malades d’autres congrégations. Une circulaire du 17 janvier 1941 les contraint à obtenir préalablement un brevet d’infirmière ou à suivre des cours dans des écoles agrées en Allemagne. Sœur Lucilla Nabholtz, qui travaille à la clinique Sankt-Vincenz de Constance à partir de décembre de cette même année 1941, se rend ainsi deux fois par semaine à Singen pour y suivre des cours d’anatomie22. En mars 1943 la chronique mentionne les résultats des examens d’infirmière : quinze sœurs ont été reçues à Karlsruhe, vingt-six à Singen et trente-six à Fribourg. L’administration allemande a d’autant plus besoin de ces sœurs infirmières que le nombre de blessés augmente dans les hôpitaux. On le constate, de nombreuses sœurs ont été envoyées au Pays de Bade, où se créé une communauté importante, forte de 173 âmes.

  • 23 Id., Sœur Clémentine Koerber, écrit à Biesheim en 1978, 12g 1939-1945 IV, 11.

20Comme celles qui ont suivi les réfugiés dans le Sud-Ouest de la France, ces religieuses appréhendent ce séjour outre-Rhin, loin du couvent. Aussi essaient-elles de se regrouper. À partir du noyau formé à Griesbach, en Forêt-Noire, par Sœur Clémentine Koerber et Sœur Léa se crée par exemple une communauté qui compte bientôt neuf membres23. Une autre importante communauté (de six sœurs) se forme au Lorettokrankenhaus de Fribourg autour de Sœur Jean-Paul Goerg et de Sœur Marie Fernande, entourées de sœurs de Saint-Marc, une autre congrégation alsacienne. La plupart des sœurs évoquent les difficultés de leur tâche d’infirmière. Elles décrivent toutes la fatigue, la découverte des horreurs de la guerre, les responsabilités et le travail qui va croissant avec la progression continue des Alliés. Au moment des bombardements – comme le terrible incendie de Fribourg, dont plusieurs sont témoins – elles vivent dans les caves. Une supérieure « déléguée » est nommée en Allemagne dans un rôle identique à celui de Sœur Marie Carolina en France. Il s’agit là encore pour Mère Marie Henriette de maintenir un « encadrement de proximité » pour les sœurs.

21Cependant, certaines sont happées plus avant encore par la machine totalitaire, astreintes au Reichsarbeitsdienst (RAD) et même au Kriegshilfsdienst (KHD). Le premier est un service du travail mis en place par l’occupant afin de faire participer les jeunes filles à l’effort de guerre et de leur inculquer l’idéologie du national-socialisme. La vie spirituelle y est occultée, les journées lourdes et le climat parfois hostile. Le KHD, qui suit dans certains cas le RAD, est un service auxiliaire de guerre pour les jeunes filles, qui travaillent alors dans des industries telles que les usines de munitions ou même dans la défense aérienne (FLAK).

22Pendant ce temps les biens immobiliers des sœurs en Alsace sont l’objet des convoitises de l’administration allemande. Dès le 26 juin 1940 la nouvelle maison de l’école Normale est réquisitionnée pour y loger les nouvelles administrations (Kreisleitung, Propagandaleitung, etc), puis pour la Wehrmacht à la fin d’octobre. Cette présence masculine et le manque de place incommodent évidemment les sœurs. Le pensionnat de Ribeauvillé est transformé en hôpital de fortune et les novices et postulantes, en dépit de leur formation au départ fort déficiente, participent là aussi aux soins. Dans toute l’Alsace les autorités ordonnent l’expulsion des sœurs de leurs logements de fonction, ce qui pose de grands problèmes de relogement. Dans l’urgence sont mises à contribution les écoles préparatoires et ménagères, les maisons de convalescence, un pensionnat loué aux bénédictins et de nouveaux locaux acquis par Mère Marie Henriette. Il s’agit également pour elle de nourrir les trois cents habitantes du couvent et les soixante-dix sœurs de la maison de retraite. Le rationnement et les prélèvements de l’occupant sur les productions de la ferme du couvent sont contournés par la générosité de la population.

23La Congrégation fonctionne donc encore, et ce malgré les contacts avec le monde extérieur laïque, le rythme perturbé des retraites et la difficulté de renouveler des vœux à distance. Un assouplissement des règles lui permet de conserver un certain dynamisme malgré la dissémination de ses communautés. Et pourtant, elle a été près de disparaître. En juillet 1943 les menaces de dissolution de toutes les congrégations se font de plus en plus insistantes. Les nazis envisagent d’expulser et d’assigner à résidence en Allemagne les religieux et les religieuses alsaciens. L’opération devait avoir lieu le 11 juillet, mais les interventions de Mgr Groeber, archevêque de Fribourg, et de Mgr Douvier, vicaire général du diocèse de Strasbourg, ont conduit à l’abandon du projet.

La résistance des sœurs

24La Congrégation est touchée dans sa raison d’être par l’annexion de l’Alsace et les mesures prises par l’administration allemande, ce qui est difficilement acceptable pour les sœurs. Parmi les religieuses qui ont pris des risques pour protéger ou aider leur prochain se détachent, entre autres, les noms de Sœur Marie Philbertine et de Sœur Marie Modestine.

  • 24 Laborie p., « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », Cahi (...)

25Comment comprendre la résistance des sœurs ? Les différentes définitions des formes de résistance permettent de dresser une typologie, dont on peut tirer des notions essentielles. Ainsi Pierre Laborie distingue le geste de simple compassion de la résistance proprement dite. Selon lui, la résistance a « pour intention de nuire à l’occupant ou à ses complices », tandis qu’un « acte de charité ou d’amitié, qui ne se veut que charité ou amitié, n’est pas un acte de résistance24 ». Cette définition pose la question des motivations des sœurs : charité chrétienne ou véritable acte d’hostilité au nazisme ? Les deux, évidemment. Mais cette ambigüité leur permet de plaider l’acte uniquement charitable en cas de procès en vue d’obtenir un allègement de la peine.

26Les sœurs ne peuvent certes pas lutter de front contre les mesures prises par les nazis, mais elles s’opposent tout de même, dans la limite de leurs moyens, à la politique antireligieuse dont elles sont les premières victimes. L’idéologie nationale-socialiste n’est pas compatible avec la religion chrétienne. Fidèles à leur tradition francophile – déjà combattue par les Allemands entre 1870 et 1918 –, elles luttent contre la germanisation progressive de la région sur le terrain de la langue. Résister, c’est d’abord parler en français aux élèves, ce que font Sœur Marie Modestine – pour, explique-t-elle, que les jeunes « ne perdent pas l’habitude de s’exprimer dans cette langue » – et Sœur Marie Philbertine ; c’est aussi leur procurer des livres en français, ce qui est rigoureusement interdit par le Reich. Sœur Marie Philbertine donne en secret des leçons de français dans la maison Sainte-Jeanne d’Arc de Mulhouse, malgré les consignes de prudence de Mère Marie Henriette. Ces initiatives conduisent donc à des actes de désobéissance vis-à-vis de la supérieure générale, dont certaines circulaires vont forcément dans le sens des demandes des Allemands par souci de protection de la Congrégation. Les deux sœurs envoient également de l’argent en France, en particulier pour y aider les familles réfugiées des villages alsaciens.

27D’autres religieuses fabriquent de faux papiers. Experte en faux passeports, Sœur Jean Bosco est arrêtée pour avoir servi de secrétaire à son patron, M. Clemessy, de Mulhouse, qui voulait adresser un message à la Résistance. De son côté, autre forme de résistance – passive, celle-là – Mère Marie Henriette s’efforce d’apporter une extrême lenteur à certaines demandes de l’occupant, notamment en ce qui concerne l’évacuation des locaux réquisitionnés. Elle permet aussi, par exemple, aux novices de porter l’habit religieux afin de leur éviter le RAD. On signale également de l’aide aux personnes. Sœur Anne Philippe Fritsch et plusieurs autres sœurs hébergent des agents de liaison du maquis. Des armes sont parachutées dans le jardin de leur maison. Leur jardinier est un membre de la résistance, ce qui leur vaut une perquisition de la part des Allemands, sans conséquence cependant. Bien entendu, une forte résistance spirituelle anime les religieuses, qui affirment dans leurs témoignages n’avoir jamais cessé de croire à la fin du cauchemar et avoir beaucoup prié.

  • 25 ASDP, Dossier de Sœur Marie-Philbertine Wiltz et rapport écrit par elle-même après la guerre.

28Sœur Marie Philbertine (Flora Wiltz)25, plus tard médaillée de la Résistance et chevalier de la Légion d’honneur, est née à Dambach près Niederbronn en 1894. Directrice de l’école Sainte-Jeanne d’Arc de Mulhouse jusqu’à l’arrivée des Allemands, elle fait ensuite partie de la « Septième Colonne d’Alsace », dont la mission est de lutter contre l’occupant, de mettre en place des réseaux d’évasion et de participer à la libération le moment venu. Sœur Marie Philbertine aide plusieurs sœurs à quitter l’Alsace et héberge des prisonniers de guerre et des déserteurs. Arrêtée le 27 mai 1942 pour avoir contribué à l’évasion d’un jeune Allemand, elle est transférée à Berlin, puis ramenée à Strasbourg, où elle passe en jugement le 25 février 1943. Grâce à l’habile défense de maître Moser, qui plaide le simple devoir d’hospitalité, elle n’est condamnée qu’à un an de détention. Elle reprend ses activités dès sa sortie de prison en juin 1944, secourant notamment son neveu, prêtre, recherché pour espionnage, et une jeune fille qui s’est enfuie d’un camp du RAD. Absente lors d’une perquisition de la Gestapo le 7 novembre, elle juge plus prudent de ne pas rentrer à Mulhouse, passe en Suisse et retrouve sa ville libérée le 5 décembre, ramenée par une automobile de la sécurité militaire de Besançon.

  • 26 ASDP, Rapport et correspondance de Sœur Marie-Modestine.

29Sœur Marie Modestine (Célestine Holbein)26, née en 1890 à Hirsingue, enseignante à Lautenbach jusqu’en septembre 1940, fait peut-être partie du même réseau que Sœur Marie Philbertine. Elle favorise en tout cas la fuite des plusieurs personnes vers la France et parle ouvertement de la victoire prochaine des Alliés. Ses neveux combattent dans l’armée française. Accusée d’aide à l’évasion de prisonniers français – en collaboration avec son frère et une autre religieuse qui a par la suite désiré rester anonyme –, elle est arrêtée, elle aussi le 27 mai 1942, par la Gestapo, dont le chef lui propose « une bonne place » au sein du Reich si elle quitte la Congrégation. Sur son refus elle est envoyée au camp de redressement et de représailles de Schirmeck. Là, elle s’efforce d’organiser sa vie quotidienne selon les principes chrétiens, refuse de travailler pour ne pas contribuer si peu que ce soit à l’effort de guerre et tient tête aux autorités en proclamant sa nationalité française. Libérée le 13 octobre, mais gravement affaiblie – elle a fini sa vie aveugle –, elle part en maison de repos à Bennwihr.

Ces deux exemples illustrent la résistance spirituelle et concrète de la Congrégation pendant les « années sombres ».

* *
*

30La Libération constitue une source d’angoisse et de souffrances pour beaucoup de sœurs, en particulier pour celles prises dans les combats de la poche de Colmar et pour celles victimes de bombardements de terreur en Allemagne. Au fur et à mesure que les religieuses rentrent en Alsace, après tant d’années d’absence, Mère Marie Henriette les nomme sur leur ancien poste ou leur en attribue un nouveau. Mais la Congrégation doit en abandonner certains car la guerre a profondément perturbé le recrutement : vingt-six sœurs ont fait profession en 1940, cinquante en 1941, vingt-neuf en 1942, seize en 1943, mais seulement douze en 1944, sept en 1945, deux en 1946, deux en 1947. Les chiffres remontent à partir de 1948 (douze professions). Après la liesse des retrouvailles, vient donc l’heure du bilan et de la reconstruction. Dans de nombreux villages les salles de classe sont en effet dévastées. Par ailleurs, certaines sœurs ne se sentent plus capables, physiquement ou moralement, d’enseigner et d’autres sont décédées. Au cours du conflit une seule sœur a été exclue de la Congrégation pour un comportement jugé contraire aux constitutions, et quelques-unes n’ont pas souhaité renouveler leurs vœux. Fait remarquable pourtant, après le 8 mai 1945 toutes les sœurs parties en exil sont revenues en Alsace.

31La guerre a constitué pour elle une mise à l’épreuve de leur vocation et peut-être même parfois de leur foi, en même temps qu’une ouverture sur le monde, un enrichissement personnel, un moment de sortie d’un « vase clos » et la prise d’une certaine autonomie. Les expériences sont d’ailleurs très différentes : les sœurs réfugiées en France ont découvert leur propre pays et sa diversité, ont été éloignées du couvent, mais ont continué à enseigner ; celles restées en Alsace ou envoyées en Allemagne ont dû changer de métier et ont donc été davantage confrontées au siècle et à ses réalités. Partout les sœurs, au prix de quelques entorses à la règle, ont su s’adapter aux situations inédites auxquelles elles étaient confrontées. Elles n’ont jamais cessé de vivre leur vocation, de prier et d’aider leur prochain.

Haut de page

Annexe

Annexes27 : Témoignages recueillis par Laure Balzano28

I. Témoignage de Sœur Léonie Obrecht, Souvenirs d’une Malgré-elle, rédigé en 2003 :

La période d’avant-guerre

Léonie Obrecht, prénom germanisé « Loni », je suis née à Wintzfelden, commune de Soultzmatt, dans le Haut-Rhin, le 8 avril 1926. À l’âge de quatre ans j’ai quitté mon village natal, mes parents prenant la gérance d’une ferme située entre Colmar et Neuf-Brisach, domaine appartenant à M. Schlumberger Ernest de Guebwiller. Quant vint l’âge de la scolarité, je parcourais avec ma sœur aînée, à travers la forêt, les quatre kilomètres pour nous rendre à l’école de Widensolen. Après ma scolarité, à l’âge de treize ans, le 3 septembre 1939, jour mémorable de la déclaration de la guerre, j’entrais au juvénat d’Issenheim, me sentant appelée à la vie religieuse. Cela ne m’empêcha pas de me séparer le cœur gros de mes parents, de ma grande sœur de quinze ans et de mes quatre petits frères de onze à trois ans.

Le début de la guerre

Bien sûr, la nouvelle de la guerre causait l’émoi partout et faisait craindre le pire pour l’avenir de notre pays. Mes parents – Papa né en 1901, Maman en 1904 – se remémoraient de tristes souvenirs de la Grande guerre 1914-1918 pendant laquelle le grand-père maternel est tombé en Lituanie en 1915, laissant une veuve éplorée et cinq fillettes de onze ans à un an et demi (les deux dernières des jumelles). Ma vie derrière les murs de l’internat fut davantage à l’abri des soucis et craintes de ce que l’on vivait à l’extérieur. Mais dès le printemps de 1940 beaucoup de mes compagnes durent rejoindre leur famille obligée d’être évacuée des zones à risque. Nos études s’en ressentaient, perturbées. Mes frères et sœur durent également se réfugier au village natal, tandis que les parents se virent obligés de poursuivre les travaux de la ferme, déjà occupée par des militaires français pendant la Drôle de guerre. Nous autres juvénistes, nous n’avions pas été incorporées au BDM (Bund Deutscher Mädel – Jeunesses hitlériennes féminines), mais devions suivre chaque semaine pendant deux ans une journée de « recyclage » à la Berufsschule de Guebwiller.

Arriva ce triste 15 juin 1940 où les Allemands traversèrent le Rhin. Nous fûmes renvoyées dans nos familles. Recueillie par une tante, j’attendais, la mort dans l’âme, l’arrivée de mes parents restés à la ferme à moins de dix kilomètres du Rhin. Ils coururent le danger de nous rejoindre dans la nuit sous les bombes et les grenades. En septembre 40 je retournai au juvénat, où déjà les tracasseries se faisaient sentir, en particulier l’abolition du français et, pour les congrégations enseignantes, l’interdiction d’exercer leur profession. Nous poursuivîmes cependant encore des études clandestines, en allemand bien sûr, avec l’apprentissage de l’écriture gothique, alors qu’à la Berufsschule c’était la Sütterlinschrift (apparentée à la gothique, mais moins pointue) jusqu’en 1943. Depuis 1942 j’étais à l’école normale de Ribeauvillé. En août 1943 j’entrai au noviciat pendant lequel nous étions souvent occupées à laver du linge de corps affreusement souillé de soldats allemands blessés au front.

Le départ au RAD

À la mi-avril 1944 nous parvint un ordre de l’autorité allemande qui tomba comme un couperet : il nous faut partir pour le RAD. Nous étions dix de l’année 1926. Le temps de rentrer en famille et de se munir des effets vestimentaires indiqués.

Au matin du 20 avril 1944, date anniversaire de la naissance de Hitler, ce fut le départ émouvant pour une affectation qui, si j’ai bonne mémoire, nous fut révélée en gare de Colmar. En direction de Neuf-Brisach notre train traversa la ferme où ma famille en pleurs s’était réunie aux abords des rails pour les derniers adieux. À Colmar notre groupe de dix novices a été déchiré, chacune pour une autre destination. Je me retrouvais avec trois autres Alsaciennes dans le train qui, déjà, devait s’arrêter à Karlsruhe pour raison d’attaques aériennes.

Le quotidien au RAD

Arrivée au camp d’Eppingen, en Bade du Nord, je fus accueillie par les Lagerführerinnen et Maiden comme une bête rare, étant annoncée comme future religieuse. Suivirent les rituels propres à tous les camps féminins : distribution du linge de corps (déjà porté par les précédentes incorporées), attribution des chambrées aux lits superposés avec matelas rembourrés à la Holzwolle (fibre de laine et de bois)… et dès le lendemain débutèrent les cours de « lavage de cerveau » pour l’endoctrinement aux idées nationalistes. D’autres compagnes venaient de Sarre et d’autres régions de l’Allemagne. Je dois dire que je fus bien acceptée par l’ensemble, toutes solidaires pour un malheureux destin qu’on nous faisait subir. Les cheftaines occupaient le Führerbau avec bureau et chambre à coucher que nous devions entretenir.

Bientôt je fus nommée responsable de chambrée (Kameradschaftsälteste – aînée de la chambre), ayant différentes responsabilités, aussi quelques avantages, mais pour moi uniquement « sur le papier » ! La cheftaine « Hauptführerin » profitait de toutes les occasions pour me traquer et m’humilier. Je devais exécuter les travaux les plus durs et sales à l’intérieur et aux alentours du camp. L’Umschulung (mise aux normes nationales-socialistes) dura trois semaines pendant lesquelles nous restions confinées à l’intérieur ; après quoi ce fut le solennel serment au Führer, bras levé, en uniforme devant le drapeau. À ma grande surprise, je fus convoquée au bout de quinze jours seulement au bureau de la Führerin, qui m’annonça que pour la « parade » devant le drapeau je devais comparaître en uniforme, sans m’en indiquer le motif. En cercle avec mes compagnes qui portaient la robe bleue de travail, je m’entendis proclamer par la cheftaine : « Comme notre Léonie a déjà eu de bons résultats au bout de quatorze jours, elle mérite de prêter serment dès aujourd’hui. Répétez après-moi [s’adressant à moi seule] : Je jure de prêter une fidélité à toute épreuve au Führer, au Reich et au peuple allemand. » Je compris aussitôt la motivation de l’exception qui m’était faite et les filles n’en étaient pas dupes. Je ne pouvais échapper sans risque à la formulation de ce serment qui aurait pu passer inaperçu prononcé par toutes huit jours après.

Puis ce fut l’adaptation au régime militaire féminin : lever à 6 heures à la suite du passage de la Führerin dans chaque chambrée, qui saluait d’un : « Bonjour, dans cinq minutes tout le monde se rassemble pour le sport. » En chemisette et short : gymnastique, courses… suivies de la toilette en tenue d’Ève ! dans la Waschraum. Après le petit-déjeuner, Bettenbauen (action de faire les lits), tout « construit » dans l’angle, oreiller, matelas, édredon ! suivie de la répartition des travaux, soit à l’intérieur soit à l’extérieur, jusque dans les villages alentours où on se rendait en vélo. Les paysans nous faisaient en général bon accueil, heureux de trouver de l’aide en l’absence des hommes enrôlés au front.

La récréation du soir commençait par l’écoute des informations à la radio, suivie d’un compte rendu. Mon peu d’intérêt à signaler les victoires sur les Alliés me valut une fois les remontrances de la Führerin : « Quand avez-vous déjà noté une victoire ? » Il fallait me tenir coite car surveillée de près. D’autres soirs c’étaient les leçons de chant ou, même, sortie en ville, en tenue courte, chantant devant les maisons où l’on était au service des familles. Au début je travaillais à l’Aussendienst (service extérieur). La Führerin faisait régulièrement la tournée pour s’enquérir si les paysans étaient satisfaits de nos services. Ne supportant pas d’éloges sur mon compte, elle me retira pour des travaux internes au camp. Je fus affectée à différents emplois dont un long séjour à la cuisine en tant que responsable. Dans ce service, la Küchenchef nous réunissait chaque matin pour la programmation des menus. Elle apportait les denrées nécessaires pour les deux repas de midi et du soir. Bien sûr, c’était le strict minimum ! Je fus bientôt témoin des rapts que se permettaient certaines responsables en prélevant à la réserve ce qui nous revenait.

Comment remédier à de telles fâcheuses incursions ? Je profitais de l’absence de ces cheftaines pour envoyer une de mes aides, petite de taille, à la cave à réserves, par le vasistas ouvert, la porte étant verrouillée. Dans les bonbonnes, sacs et autres grands récipients, il était plutôt difficile de se rendre compte d’un manque quelconque. Je le faisais en toute bonne conscience dans l’intérêt de l’ensemble. Ainsi me fut-il possible d’améliorer quelque peu les menus sans éveiller les soupçons. Je ne fus pas peu surprise lorsqu’un soir, pendant le dîner, le guichet s’ouvrit et sous les applaudissements la Führerin hurla pour me narguer : « Notre chef cuisinière mérite d’être épousée ! » J’avais fait avec le restant des Dampfnudeln (petits pains à la vapeur) une crème à la vanille. La responsable de la cuisine me laissait assez de latitude pour varier les menus. Notre prière du Benedicite : « Nous remercions le Führer ! »

Loisirs et permissions

Nos loisirs étaient souvent occupés par la correspondance ou le raccommodage du linge et des chaussettes usés, rarement remplacés par du neuf. De sortie le samedi après-midi, je fus toujours bien accueillie par les religieuses infirmières de la ville, celles-là même qui, à leurs risques et périls, me cachèrent après mon évasion, m’offrant gîte et couvert pendant un mois jusqu’à la libération. Pour ce qui est de la correspondance, l’approche du front en Alsace dès novembre nous priva de courrier de la part de nos familles et du couvent, une grande souffrance morale qui persista jusqu’à nos retrouvailles de la fin d’avril 1945. Notre salaire : 20 Pfennigs, juste pour affranchir une lettre ! Quant à la pratique religieuse, elle m’était accordée très parcimonieusement. J’apprenais par le curé de la paroisse que notre cheftaine s’informait régulièrement de l’horaire du culte catholique. Elle plaçait à ces heures les sorties obligatoires, sports, chants… Je trouvais une astuce à enfreindre cette interdiction. Notre baraquement, qui occupait un champ à l’extérieur de la ville, n’avait pas d’étage. Il m’était aisé de sauter par la fenêtre sans courir de danger. C’est ce que je fis le dimanche matin où on pouvait faire la grasse matinée. De la part des copines allemandes qui en avaient connaissance, (je pouvais compter sur une) entière discrétion. Jamais de rapportage à l’autorité. En semaine, après concertation avec le prêtre, celui-ci se dérangea pour me donner la communion l’une ou l’autre fois à mon retour de travail.

Repli du camp et évasion

Le 28 mars 1945, à l’approche du front, nous dûmes quitter le camp pour une destination inconnue, déjà mon plan d’évasion était prêt. La famille où je me réfugiais lors des attaques nocturnes accepta de me cacher au moment de l’évasion. Je me mis en queue de file. Profitant d’une débandade causée par une attaque aérienne, j’en profitai pour entrer dans ladite famille sans que personne s’en aperçût. C’était au lever du jour. À la nuit tombante je fus accueillie par la communauté des sœurs infirmières, qui me cachèrent jusqu’à l’arrivée des libérateurs dans la nuit du mardi de Pâques et même pendant un mois jusqu’à mon retour en Alsace. Il y eut de durs combats en ville à l’entrée des troupes françaises et des goumiers marocains. Moi-même j’ai failli y laisser la vie lorsqu’éclata une bombe au-dessus de notre maison.

Retour en Alsace

Un jour de la fin d’avril je fus informée qu’un camion militaire partait pour Strasbourg. Autorisation me fut donnée de m’y joindre. Ce fut encore un parcours dangereux car la guerre n’était pas terminée. Je débarquai au Wacken, centre de rapatriement, que je ne pus quitter qu’après maintes démarches auprès des instances militaires, suspicieuses à mon sujet. Autorisée enfin à rentrer, je pus profiter d’une voiture militaire pour me rendre à Colmar. J’ai pu trouver un vélo auprès d’une amie pour parcourir à travers champs et forêt la dizaine de kilomètres qui me séparaient encore de la maison. Je n’en étais plus éloignée quand une patrouille militaire voulut me renvoyer, me taxant de folle pour oser me risquer dans le danger. L’armistice ne fut conclu que le 8 mai. Sur mon insistance et mes pleurs je m’entendis dire : « Allez vous en au diable ! » Inutile de vous décrire le moment des retrouvailles en famille. On s’est retrouvé au complet avec le frère encore incorporé au RAD à seize ans vers la fin des hostilités. Pendant les hostilités ma famille avait d’abord été chassée de la maison par des Allemands, puis par des Américains pour se réfugier dans des abris de fortune. Papa profitait d’une accalmie pour trouver dans la maison saccagée de quoi tromper la faim de la famille. À l’aube du 4 février on vit entrer dans le domaine des soldats américains. Impossible de retenir trois des garçons, quatorze, douze et neuf ans, qui se précipitèrent fous de joie à leur rencontre et crièrent : « Vive les Américains ! » Déçus par la méfiance des libérateurs, les trois furent reconduits chez eux suivis d’un soldat, mitraillette pointée sur leur dos. Papa eut toutes les peines du monde pour faire croire à leurs libérateurs qu’ils ne se trouvaient pas en face de « boches » mais de Français.

Impossible de décrire l’intérieur de cette belle demeure. Les planchers des appartements étaient invisibles, disparaissant sous les couches de boue que ramenaient les bottes crottées des militaires. Tout ce qu’ils avaient laissé en denrées alimentaires, conserves non consommées, était rendu immangeable. Chaises et tables avaient les pieds sciés, les poêles étaient éventrés, les draps dispersés à la porcherie servaient de litière aux cochons, etc. Pire encore : on s’était servi du linge de corps pour les besoins vitaux quitte de les fourrer après usage dans les tiroirs de la commode. Aux portes on avait collé des photos de famille avec l’inscription Pfui, Boches ! Pour accéder au premier étage, ils avaient recouru à des planches pour se hisser à l’étage en se cramponnant à la rampe. Les marches des deux escaliers disparaissaient sous la couche de boue. C’était la désolation !

Pour moi, j’ai dû encore patienter pour mon retour au couvent. Souffrant des suites d’une sérieuse infection causée par une sinusite contractée en Allemagne, j’ai dû être opérée à deux reprises. Autre surprise : à la fin d’octobre 1945 le devoir filial m’a retenu auprès de Maman qui a accouché d’une petite fille. Et ma grande sœur n’était déjà plus de ce monde, à la suite également des hostilités. Elle devait rejoindre son fiancé dans le Doubs, donc en zone occupée, pour l’épouser. Les tracas, difficultés et déplacements en vélo par tous les temps pour contacts avec son passeur avaient atteint sa santé. Après cinq mois de mariage, dont trois à l’hôpital, elle est décédée le 6 décembre à vingt-et-un ans. Maman avait obtenu un laissez-passer pour rencontrer sa fille devant la tombe ouverte le jour de ses obsèques.

J’ai enfin pu reprendre les études à l’automne de 1946 pour en arriver au bout en 1950 et commencer ma carrière d’enseignante. Mes parents, avec l’appui du chirurgien qui m’a opéré, ont fait une demande d’invalidité, pension obtenue après maintes expertises ! J’ai dû arrêter ma profession à la suite de douleurs dans la tête. Les épreuves de la guerre n’y sont pas étrangères…

Pour ce qui est de la reconnaissance d’incorporée de force, elle a été retenue avec la mention « incorporée dans les forces paramilitaires », qualité insuffisante pour avoir droit à une indemnisation car l’«  intéressée n’a pas participé à des combats » (direction interdépartementale des anciens combattants, le 27 juin 1996). Depuis cette date notre présidente haut-rhinoise continue à se battre en faveur des Malgré-elles29. (…) Le drame des Malgré-elles est ignoré par beaucoup, même en Alsace, surtout par les jeunes générations.

Nota bene

Dès l’annonce de mon incorporation, Maman a fait des pieds et des mains pour arriver à m’en soustraire, espérant que les raisons alléguées – et plus que fondées : famille nombreuse – seraient suffisantes pour que j’en sois exemptée. En vain, la disparition de ma sœur intervenant sans doute dans cette décision. Ma mère courut même de gros risques car, chassée de bureau en bureau, elle prit la défense de nos sœurs qui se sacrifiaient au service de leurs soldats blessés. On l’injuriait aussi sur mon compte : « Si votre fille n’était pas si paresseuse, elle ne serait pas entrée au couvent. » comme elle refusait le salut hitlérien, elle a été menacée d’internement. Bien sûr, par la suite, j’ai appris que bien des filles de ma classe avaient pu se dérober pour différents motifs. Quant à moi, future religieuse, j’étais classée… que ce fut justifié ou non.

Pendant toute l’année du RAD j’ai obtenu une permission en famille de quinze jours. Ma libération définitive a été une nouvelle fois refusée en dépit d’une demande de mes parents en raison de l’hospitalisation de Maman. Il faut ajouter que malgré l’avis favorable d’une haute instance il fallait encore l’avis de notre Lägerfuhrerin, qui bien sûr fut négatif et entraîna l’annulation de la demande. Cela me valut tout de même l’autorisation de formuler une nouvelle demande, que je me permis de formuler : la faveur de prolonger le RAD d’une année au lieu de partir pour le KHD. Je vis alors partir en octobre 1944 mes trois copines alsaciennes – dont Fernande, l’évadée – pour le KHD à Pforzheim, où elles furent victimes d’un bombardement incendiaire qui fit des milliers de morts. La Providence avait veillé sur moi.

Si je ne peux que saluer la réconciliation franco-allemande, il reste encore du chemin à parcourir pour régler le problème des Malgré-elles.

II. Témoignage de Sœur Madeleine Richert, rédigé à Montana (Valais) le 25 février 2003

Je suis née le 9 novembre 1926 à Zellenberg (Haut-Rhin), dans une famille de vignerons, aînée d’une fratrie de cinq.

La déclaration de la guerre en septembre 1939 a semé chez nous l’inquiétude, comme partout en Alsace. Notre région n’a pas dû être évacuée, mais des réfugiés de la plaine se sont établis pour un temps chez nous. Comme j’avais exprimé le désir de devenir religieuse, mes parents m’avaient inscrite à l’école préparatoire des Sœurs de Ribeauvillé à Issenheim. J’ai pu y entrer le 16 septembre 1939. En 1942 j’ai rejoint le couvent de Ribeauvillé comme postulante.

Conseil de révision et départ pour le RAD

En août 1943 je suis rentrée au noviciat, pour le quitter le 20 avril 1944, appelée au service du RAD avec neuf autres novices. Un jury composé de militaires nous a interrogées sur notre mode de vie, sur nos activités au couvent et sur notre passé. Il nous a fallu être très prudentes dans nos réponses, une imprudence aurait pu avoir des conséquences fâcheuses. Une visite médicale minutieuse, par groupes de huit ou dix, nous a remplies de honte et on avait l’impression d’être un objet de curiosité. Nous sommes retournées au couvent blessées dans notre fierté, mais avec l’espoir qu’un an après la guerre serait terminée, donc la fin du cauchemar.

Hélas ! le 20 avril 1944, précisément le jour anniversaire de Hitler, j’ai quitté l’Alsace avec neuf compagnes du noviciat, chacune affectée dans un camp différent. J’ai dû me rendre à Haltingen, Kreis Lörrach. Deux responsables du camp RAD m’ont attendue à la gare. Leur accueil a été rassurant. Je me suis retrouvée seule Alsacienne au milieu de vingt-huit jeunes filles allemandes et autrichiennes, en majorité des étudiantes, dont certaines avaient fini un premier cycle d’études. Quelques-unes étaient déjà engagées dans des études de médecine ou d’infirmières. Certaines avaient déjà dix-neuf ou vingt ans. J’ai été bien accueillie par la majorité d’entre elles et j’ai essayé de m’intégrer (on leur avait annoncé que je sortais d’un couvent, j’étais donc un objet de curiosité).

L’adaptation fut dure, malgré l’expérience de l’internat et les échanges épistolaires avec les responsables du noviciat. Les lettres étaient plutôt rares : il ne fallait pas se compromettre. Et les réponses me laissaient sur ma faim et entretenaient chez moi une certaine inquiétude. Mes parents avaient fait une demande auprès des autorités pour que je sois considérée comme soutien de famille, étant l’aînée des enfants. Il leur fut répondu : « Jusqu’à présent vous avez pu vous passer d’elle, vous vous en passerez donc aussi à l’avenir. »

Il y eut cinq périodes successives dans mon service :

– du 20 avril au début de juillet 1944 : RAD à Haltingen (Lörrach) ;

– de juillet à mi-octobre 1944 : RAD à Schwerzen (Waldshut) ;

– d’octobre au 3 décembre 1944 : FLAK à Eriskirch (Ludwigshafen-am-Bodensee), camp de formation (Horchgerät-Scheinwerfer) ;

– du 3 décembre 1944 au 18 avril 1945 : FLAK, en poste de fonctionnement, successivement à Gaulzhofen et à Aindling (Augsbourg) ;

– du 3 janvier au 10 février 1945 : FLAK en Autriche à Baden-bei-Wien, stage de formation complémentaire sur Horchgerät, puis retour et reprise du service de renseignements sur les déplacements des avions ennemis.

Quotidien au RAD

Le camp était composé de quatre baraques disposées en rectangle autour d’une pelouse centrale. Une baraque comprenait quatre chambrées, une salle de séjour et un WC : pour les urgences. Chaque chambrée contenait cinq fois deux lits superposés, garnis d’une paillasse bourrée de paille et d’un oreiller également bourré de paille, plus deux couvertures. Le linge de lit se composait d’un drap et d’une housse en coton qui renfermait une couverture pliée. Le mobilier comprenait cinq armoires jumelles, une moitié par fille, et fermée par un cadenas, et dix tabourets.

Les Führerinnen (les deux principales) logeaient dans une baraque séparée qui abritait aussi le bureau et l’infirmerie (deux lits). Elles y disposaient d’une chambre personnelle et d’un séjour, d’une chambre d’isolement et d’une salle de bain-WC. Une auxiliaire dormait dans une chambrée commune avec les filles : elle faisait office de surveillante (on s’en méfiait). Elle avait pour mission de faire le lien avec la direction et de signaler toute anomalie dans le fonctionnement. Nous avions intérêt à nous garantir sa sympathie.

Le déroulement d’une journée :

6 heures. Lever (parfois au son d’une musique) : rassemblement en tenue de sport, chemisette et short –, pieds nus : exercices respiratoires et d’assouplissement, marche, course, toilette et douche en commun, il fallait laisser linge et habits au vestiaire ;

7 heures. Petit déjeuner : café, lait écrémé ou thé, trois tranches de pain noir, une fine tranche de beurre, de la marmelade ; ménage dans la chambrée : lit au carré, armoire rangée ; salut au drapeau, chant, exhortation au patriotisme, une pensée pour la journée tirée d’un texte célèbre (Hitler ou autre) ;

8 h 15. Rassemblement par chambrées : en tenue de travail, prêtes pour le départ à l’extérieur ; inspection : propreté des vêtements, chaussures cirées ;

17 heures. Retour au camp. Douche, changement de tenue, rassemblement pour le contrôle du retour, distribution du courrier ;

Soirée : soit libre, soit sport, soit chant, soit conférence, lecture et commentaire des journaux.

Le courrier était libre, peu contrôlé. On pouvait aussi recevoir des colis, ce qui était l’occasion d’améliorer notre ordinaire, de faire la fête entre les filles de la chambrée.

Pratique religieuse

Strictement personnelle. Aucune prière ostentatoire. Religion, sujet de conversation occasionnel entre filles. On se regroupe par affinités pour aller à la messe le dimanche matin à 7 heures. Il faut demander l’autorisation chaque samedi. Elle peut être refusée, il suffit d’une plainte déposée par une fille qui prétend avoir été dérangée le dimanche précédent. Dimanche matin, il fallait quitter sans bruit et revenir de même, attendre le lever officiel de 8 h 30 pour rentrer dans la chambre.

Je n’ai jamais fait une prière au vu de tout le monde. Je priais dans mon lit ou dehors, en déplacement. Le dimanche, quand je sortais seule ou avec une camarade ou deux, nous faisions une prière à l’église. J’avais vite repéré des filles qui faisaient pareil car il y en avait de familles très chrétiennes et pratiquantes. Nous n’étions pas nombreuses à nous lever tôt pour la messe, il m’arrivait d’être seule. Nous étions tellement fatiguées du travail de la semaine que c’était dur de se lever de bonne heure.

Le travail au camp

Un groupe d’une dizaine de filles était chargé de l’entretien du camp (cuisine, salle à manger, lessive, jardin, nettoyage des sanitaires et des chambres). La surveillance était continuelle, très exigeante – occasion de brimade –, de sorte que le groupe attendait avec impatience la fin du mois pour pouvoir sortir du camp.

Le repas de midi au camp était insuffisant et peu nourrissant, malgré le casse-croûte de 16 heures. Nous avions souvent faim, donc pas beaucoup de résistance à la fatigue et surtout pas beaucoup envie de travailler. Les Führerinnen complétaient leur menu, souvent au cours de l’après-midi, où elles se confectionnaient plats de charcuterie et gâteaux. Après le repas de midi on nous accordait une demi-heure de repos. Au jardin on cultivait une grosse partie des légumes qu’on consommait. On élevait aussi deux cochons. Le dimanche le repas était nettement amélioré. Les tables étaient décorées avec nappes et fleurs, les plats bien présentés. C’est qu’à chaque week-end, à tour de rôle, une chambrée s’occupait de la cuisine, de la salle à manger et des autres menus travaux. Cela créait une émulation, et un petit peu de bonheur.

Relations

Elles étaient différentes selon les camps.

Haltingen. Avec les autorités : cordiales dans l’ensemble, même de confiance réciproque. Cependant, discipline rigoureuse. Exigences quant aux horaires et à la qualité de travail.

Schwerzen. Dureté dans les rapports, manque de dialogue, même un certain mépris pour les filles, surveillances pesantes, pratique du rapporteur, partialité.

Haltingen. Avec les filles : un certain niveau intellectuel permettait des échanges intéressants. Les conversations tournaient rarement à la vulgarité et la confiance était réciproque. Le groupe, après trois mois, a été muté en bloc dans les services de renseignements de l’armée dans la Ruhr (Blitzmädel). Nous étions quatre à changer de camp puisque tout le groupe devait être renouvelé en vue de la même destination. Grosse déception pour moi car l’ambiance dans le nouveau camp était à l’opposé, moins sympathique, même agressive.

Schwerzen. J’y ai rencontré sept filles alsaciennes, dont trois sont restées mes amies jusqu’à maintenant (rencontres régulières depuis 1981, où, progressivement, nous nous sommes retrouvées). C’est d’ailleurs avec elles que j’ai entrepris les démarches pour l’obtention du titre d’incorporées de force dans l’armée allemande. Nous avons été envoyées ensemble à la FLAK.

Je me suis fait aussi des amies chez les Allemandes, amitié qui n’a pas faibli (courrier, rencontres, aussi invitations réciproques pour séjour). C’étaient des journées de retrouvailles et d’échanges. Il y avait dans le camp des Alsaciennes qui restaient repliées sur elles-mêmes, s’isolaient, supportaient mal la vie du camp. Il est vrai que dans ce camp les dirigeantes étaient antipathiques, sectaires, autoritaires, à l’écoute des flatteuses et des mouchards. À deux reprises une fille a essayé de s’enfuir, mais a renoncé par peur de représailles sur la famille car elle avait un frère qui s’était soustrait à l’incorporation allemande.

Relations à l’extérieur du camp : au travail chez les paysans

J’ai travaillé successivement dans trois familles. Dans la première, qui avait trois enfants, je faisais les travaux de ménage, m’occupais des enfants, on me demandait rarement de les accompagner dans les champs. C’étaient des gens très sympathiques, pas du tout nazis, qui m’ont adressée au curé du village : j’ai pu le rencontrer ça et là. Ailleurs, c’était carrément les travaux des champs : fenaison, moisson, cueillette des fruits, travaux qui se faisaient encore en grande partie manuellement, travaux pénibles pour nous. On rentrait fourbue le soir.

Le fait d’être envoyée là n’était pas le fait du hasard : on exigeait le travail bien fait, la politesse, l’honnêteté, la discrétion, n’avoir pas été sanctionnée pour indiscipline. J’ai toujours été bien traitée par mes patrons et respectée. Les gens étaient bienveillants, contents d’avoir de l’aide, aussi cherchaient-ils à faire plaisir en donnant un supplément de nourriture le samedi pour le week-end. Le matin c’était un bon casse-croûte. Le repas de midi à la table familiale et un goûter avant le départ. Tous les patrons ne le faisaient pas. Le soir en rentrant nous tombions de fatigue et le matin on se levait courbaturée, la dureté de la paillasse y aidant pour une part. Cette vie à la dure était parfois insupportable, mais heureusement compensée par une franche camaraderie et l’espoir très fort que la fin du cauchemar n’était pas très loin. Mais le pire était à venir : le départ pour la FLAK.

Loisirs

Dimanche après-midi : sorties autorisées entre 14 heures et 18 heures dans les environs, jusqu’à dix kilomètres – en groupe, par affinités, ou seule –, à pied ou en train ; nous allions à la piscine ou au cinéma ou en simple promenade.

En semaine : soirées à l’intérieur du camp : lecture, conversations (discussions entre nous). C’était aussi le moment où il fallait faire des corvées pour réparer toutes sortes d’infractions commises (désordre, bruit, indiscipline, travail mal fait), par exemple : ramasser les détritus qui traînaient, laver des carreaux, désherber des allées, vider les sanitaires (il n’y avait pas de fosse septique).

Un dimanche par mois : sorties possibles de 6 heures et 19 heures, trente kilomètres à la ronde. Ce jour-là on recevait des tickets d’alimentation et notre solde mensuelle (soixante marks), ainsi qu’un ticket signé de la direction pour obtenir un billet de train. Il fallait payer le complément si le prix dépassait la somme allouée. J’allais régulièrement à Säckingen dans une communauté de Sœurs de Ribeauvillé qui travaillaient comme infirmières dans l’hôpital du lieu. Je me réjouissais une semaine à l’avance : une journée de détente, de joie, de ressourcement spirituel. Sœur Priscilla et Sœur Dionysia me recevaient avec beaucoup d’affection.

Je n’ai jamais eu la chance de rentrer en permission en Alsace. Vu l’évolution de la guerre (front de l’Est, débarquement à l’Ouest, front du Sud) les permissions étaient suspendues pour tout le monde. J’étais donc sans nouvelles de chez nous entre le 10 novembre 1944 (date de la dernière lettre reçue de mes parents) jusqu’à mon retour fin juin 1945. Cependant, j’ai eu la joie de rentrer en famille avec une camarade la semaine entre Noël et Nouvel An 1945 à Ehingen (Ulm), une amitié qui dure toujours.

Incorporée dans l’armée allemande

Cela s’est fait d’office en octobre 1944. Les six mois au RAD prennent fin. C’est l’incertitude pour la suite. Début octobre on nous annonce notre départ de Schwerzen pour un camp de formation à la FLAK comme serveur des renseignements techniques (Scheinwerfer, Horchgerät, Maschinensatz) en relation avec une batterie de canons anti-aériens. Tous ces renseignements ne nous sont pas communiqués avant notre arrivée sur place. Il y a eu visite médicale (examen des yeux, de l’ouïe, etc.). C’est la consternation, l’inquiétude, des réticences. Nous emballons nos affaires dans une couverture pliée en forme de sac à dos car nous porterons toujours l’uniforme du RAD et c’est sous ce vocable jusqu’au poste définitif, où ce sera transformé en L/ SCH/ LAGER. Nous prenons le train jusqu’à Constance, d’où nous serons acheminées en bateau à Friedrichshafen, où nous arrivons à la nuit noire. On nous déleste de nos bagages et nous continuons à pied pendant trois kilomètres pour aboutir dans une zone herbeuse détrempée par la pluie, dans des baraques froides, quinze à dix-huit lits superposés. Il est minuit et rien à manger, nous avions mangé toutes nos provisions depuis longtemps. Le lendemain, découverte de l’environnement : un terrain en pleins champs parsemé d’une vingtaine de baraques reliées entre elles par des chemins boueux, défoncés. En face de nous, une gare : Eriskirch. Ce camp abritait soixante-dix filles et l’équipe de formateurs : des soldats de la Luftwaffe.

Un staff d’officiers et de sous-officiers, une quinzaine d’hommes. Nous sommes réparties en groupes suivant les appareils à servir, après un test de capacité. Je suis affectée au groupe du Horchgerät. Nous recevons une formation théorique et pratique. L’entraînement se fait sur simulateurs et sur les appareils réels : casque d’écoute sur la tête et ronronnement des avions dans les oreilles deux heures le matin et deux heures l’après-midi. Il y a aussi les exercices militaires tous les matins : entraînement à la marche, à la course, etc. Les journées sont rudes, exténuantes, les repas insuffisants et mal préparés : peu de viande, des pommes de terre de mauvaise qualité, un pain infect. L’automne est pourri, il pleut beaucoup et c’est une région de brouillard. Nous souffrons du froid, de l’humidité et de la faim. Nous nous chauffons au bois qu’il nous faut souvent ramasser car nous ne recevons que quelques pelles de charbon et trois briquettes par jour. Le dimanche est libre, en général, mais il y a souvent un prétexte pour supprimer au moins une demi-journée. Nous nous promenons dans les villages environnants, où on a l’impression que les gens se méfient de nous. On essayait de se procurer de la nourriture, mais sans cartes d’alimentation on ne recevait rien. Alors, nous demandions aux paysans de nous vendre un peu de nourriture, mais ils hésitaient, craignant des représailles si quelqu’un les dénonçait. Certaines filles allaient carrément dans les champs ramasser des pommes de terre en cachette pour les griller sur le fourneau de la chambre. Encore fallait-il ne pas se faire prendre. Les sanctions tombaient immédiatement.

La nuit, à tour de rôle, nous devions assurer les patrouilles aux alentours des baraques, ceci durant deux heures. Nous étions armées d’un pistolet chargé à blanc. Il fallait s’en servir si une personne interpellée ne répondait pas, ce qui m’est arrivé une fois. C’était impressionnant et nous étions très inquiètes. Cette vie nous soudait entre nous, il fallait se serrer les coudes pour garder ou remonter le moral et se défendre contre les abus de pouvoirs de certains formateurs qui nous demandaient des efforts au-dessus de nos forces. Notre courrier ne comportait pas de lieu de résidence, mais un numéro de code postal militaire. Nous n’étions pas au courant de la position des Alliés sur les fronts de l’Ouest.

In Stellung : notre poste de travail dans la banlieue d’Augsbourg

Après six semaines d’entraînement, nous avons été transférées le 6 décembre 1944 à Affing, le siège de l’administration où nous avons été affectées aux différents lieux d’insertion, installés en couronne autour de la ville. Répartis en groupes de douze, nous portions un nom, par exemple pour nous « Anton 7 ». On ne communiquait que sous ce nom. Nous étions logées dans des baraques situées sur une butte en bordure du village de Gaulzhofen, enfouies dans des trous, invisibles de loin et ensevelies sous la neige, ceci dès notre arrivée. Nous avions encore des lits superposés à trois étages. On y étouffait, et cette fois-ci, glacés, durs, avec trois couvertures et un chauffage insuffisant, l’eau gelait dans les cuvettes. Le matin nous faisions fondre la neige pour faire notre toilette, pas de lavabo. Les WC, rudimentaires, se trouvaient à vingt mètres en contrebas. Il fallait descendre cinquante mètres jusqu’à la fontaine de la maison la plus proche. Nous ramassions le bois mort mouillé dans la forêt voisine. Un petit local avait été réquisitionné au village, à cent mètres de notre campement, il nous servait de cuisine. Le ravitaillement se faisait au QG, à trois kilomètres, un maigre marché. La fermière, propriétaire des lieux, avait pitié de nous et voulait bien, en retour de quelques services rendus, compléter notre ordinaire. La formation continuait, nos appareils n’étaient pas définitivement installés, un bombardement précédent avait tout détruit. Nous avons été équipées de l’uniforme des soldats de la Luftwaffe pour le temps de service et des accessoires : casquette, canotier, masque à gaz, casque, grosses chaussures, chaussettes, guêtres. Le costume RAD était réservé aux jours de congé et aux sorties.

En stage de perfectionnement à Baden, près de Vienne, en Autriche

Le 3 janvier 1945 je suis envoyée avec trois camarades pour un stage théorique et pratique de six semaines pour obtenir un certificat d’aptitude au service des engins d’écoute. C’était une caserne de sept unités de cent filles chacune. Un entraînement dur (par des) températures sous 0. Les housses des engins – qui avaient une hauteur de trois mètres – étaient gelées le matin, mais il fallait, malgré cela, dégager les appareils, les déplacer en avançant sur le verglas et nous n’avions eu pour petit-déjeuner que du café noir, le pain le plus souvent avait été mangé la veille. Si nous avions un repas chaud le soir trois fois par semaine, nous en emportions un gobelet plein chez nous pour le matin pour le manger froid. Les attaques aériennes presque quotidiennes, toujours à l’heure du repas de midi, nous obligeaient à courir dans les abris souterrains pour au moins une heure. Il était souvent 13 h 30 quand nous avalions en hâte notre maigre repas. Il fallait chaque fois emporter nos papiers, le masque à gaz et le casque. Nous savions à cette époque que les Alliés à l’Ouest et les Russes à l’Est s’approchaient pour bientôt se rejoindre. Aussi étions-nous heureuses de retourner « chez nous » à Augsbourg après six semaines passées en stage. Nous avons eu notre feuille de route pour Augsbourg, libre à nous de choisir l’itinéraire. Nous avons donc opté pour un voyage avec détour par le sud de l’Autriche, voyageant de nuit et profitant de la journée pour visiter les lieux. Un grand détour par Constance, Stuttgart, Ulm pour permettre à chacune de faire un passage chez elle. Une fille allant jusqu’en Forêt-Noire n’est pas venue au rendez-vous à la gare d’Augsbourg. Quant à moi, j’ai été invitée par une camarade dans sa famille à Tübingen. À notre retour au QG le quotidien a repris le dessus, avec des alertes fréquentes.

Le survol des avions bombardiers se multiplie de jour et de nuit. Nous devons nous tenir à nos postes d’observation pour donner des renseignements à la centrale : renseignements sur la position des avions et leur direction suivant un code calqué sur le cadran d’une montre. Au moment des bombardements (nous devions noter) tout ce qu’on observait comme bruits et la nuit ce qui se voyait dans le ciel. Une bavure dans nos transmissions a été immédiatement sanctionnée. Ainsi, une nuit, lors du passage de bombardiers, effrayée et à moitié terrorisée par le vrombissement d’une escadrille et l’explosion des bombes, je me suis trompée dans l’indication de la direction. Prise de panique, j’ai laissé tomber le téléphone pour me précipiter dans le trou de protection. Le lendemain matin, j’ai été convoquée au QG pour m’expliquer : on me soupçonnait de sabotage, j’ai risqué une sanction. J’en fus quitte pour une brimade sévère.

Début avril les autorités nous ont initiées au maniement des grenades à main, savoir les dégoupiller et les lancer sur l’adversaire. On voulait aussi nous obliger à lancer des Panzerfaust sur les chars, mais, en bloc, les filles s’y sont opposées. Quelque temps après, le 18 avril 1945, brusquement, nous sommes convoquées au centre pour la démobilisation car nous risquions d’être assimilées aux militaires et d’être fait prisonniers de guerre par les Américains, qui n’étaient plus qu’à quelques kilomètres. Le 27 avril ils ont fait leur entrée dans le village où je me trouvais. Les filles allemandes étaient larguées dans la nature, devant se débrouiller pour retrouver leurs familles. Certaines y ont mis deux à trois semaines. Quant à moi, j’ai pu rester dans la famille qui m’avait adoptée, jusqu’à une occasion propice pour rentrer. J’y ai rendu service en gardant les enfants et en faisant le ménage. La fermière m’a aussi prêté des habits car je n’avais qu’une seule tenue pour laquelle j’avais dû signer car je devais la rendre au prochain poste de RAD, une dérision !

Le retour

Les prisonniers français, les Polonais, les Ukrainiens qui travaillaient dans la même ferme que moi ont été rapatriés successivement dans l’intervalle de quinze jours. Pour mon compte, comme cas isolé, je n’ai pas été prise en charge malgré la carte d’identité française que j’ai présentée et que j’avais réussi à cacher durant tout mon séjour. Un prisonnier français a emporté une lettre que j’ai adressée à mes parents, qui l’ont reçue, expédiée de Reims. Les démarches répétées auprès des autorités américaines ont été vaines. De plus, personne n’était autorisé à quitter son lieu de résidence de plus de quinze kilomètres. Les contrôles étaient fréquents. J’avais une camarade alsacienne qui était dans le même cas que moi et nous sommes parties à nos risques et périls pour essayer d’atteindre la zone occupée par l’armée française, c’est-à-dire Ulm. Parties à 4 heures du matin, nous avons atteint un faubourg de Stuttgart grâce à des camions militaires qui nous ont emmenées par étapes. Dans un train qui allait dans la ville nous avons rencontré un officier français qui nous a emmenées au centre de rassemblement des candidats au rapatriement. Il a fallu trois jours pour remplir les formalités, papiers officiels à l’appui.

Enfin, ce fut le transport par autocar à Strasbourg, au centre de rapatriement du Wacken. Munies de nos cartes de rapatriement, nous avons rejoint nos familles, mais impossible de les prévenir. Je n’avais pas le numéro de téléphone et le courrier ne fonctionnait pas régulièrement. Le 25 juin j’ai pris le train à Strasbourg pour Ribeauvillé, d’où j’ai rejoint à pied ma famille à Zellenberg. J’ai retrouvé tout le monde en bonne santé. Notre maison avait reçu plusieurs impacts d’obus et en face un pâté de maisons avait brûlé à la suite d’une explosion des munitions qui y étaient entreposées par les Américains. Aucune maison du village n’en est sortie indemne.

J’avais donc réintégré ma famille et m’interrogeais sur mon avenir. Finalement, j’ai décidé de retourner au couvent de Ribeauvillé à la mi-juillet, y mettant les bouchées doubles pour rattraper le retard pris dans mes études. J’avais dix-neuf ans. En 1948 j’ai fait ma profession religieuse et commencé en 1950 ma carrière d’enseignante à Guebwiller.

Démarches pour la reconnaissance d’incorporée de force

En 1962 j’ai reçu une attestation provisoire pour qualité de personne contrainte au travail en territoire ennemi. À cette époque, par un hasard de circonstances, j’ai pu renouer contact avec les Alsaciennes Adrienne Gauss de Haguenau, Ruth Hammer de Strasbourg, Aline Haug de Strasbourg. Nous nous sommes fréquemment rencontrées et, le moment venu de faire les démarches pour être reconnues comme incorporées de force, nous les avons entreprises en commun. Deux d’entre elles étaient déjà en liaison avec l’association des anciens combattants. En 1986 nous avons lancé les démarches. Le 8 février 1991 j’ai reçu un certificat portant reconnaissance de la qualité d’incorporée de force dans l’armée allemande. Le 20 novembre 1991 j’ai obtenu la carte du combattant et la retraite du combattant.

III. Témoignage oral de Sœur Lucie Bock le 6 décembre 2002

Adolescence et vocation

Je suis née le 12 décembre 1923 à Saessolsheim, dans le Bas-Rhin, près de Saverne. Mes parents étaient agriculteurs (nous produisions du houblon et du tabac). J’étais l’avant-dernière de huit enfants. Très tôt j’ai eu l’idée de devenir religieuse, je voulais aussi enseigner. J’ai été en primaire jusqu’au certificat d’études, puis, à treize ans et demi, je suis partie dans une école préparatoire à Issenheim. Ce n’était pas encore le couvent, mais une école regroupant des jeunes filles pensant avoir la vocation religieuse et préparant l’école normale du couvent à Ribeauvillé. Nous y étions formées pour devenir institutrices puis pour être placées dans les écoles de la Congrégation. De 1937 à 1939 j’étais donc à Issenheim. La guerre a éclaté. En 1940 nous étions juste à la veille du brevet élémentaire au moment de la débâcle et de l’arrivée des Allemands. Tout a été annulé, nous n’avons pas pu passer l’examen. Les sœurs ont fait entrer au noviciat les jeunes filles de dix-sept-dix-huit ans qui étaient au couvent et qui avaient au moins leur brevet supérieur. J’avais dix-sept ans au mois de septembre, j’étais donc postulante et préparais mes examens comme future enseignante dans nos écoles d’Alsace.

Après l’annexion de l’Alsace toutes les sœurs furent chassées des écoles. Il fallait même qu’elles quittent les villages où elles avaient enseigné pour qu’elles n’aient plus d’influence sur le village et sur les jeunes. Beaucoup se sont repliées au couvent de Ribeauvillé. Les plus jeunes sœurs, jusqu’à quarante ans, ont pris des cours pour travailler dans des bureaux ou dans des hôpitaux. Beaucoup aussi sont allées en Allemagne grâce aux démarches d’une sœur allemande qui a proposé beaucoup de placements. Elle était retournée en Allemagne après la guerre de 1914-1918, son père n’ayant plus voulu qu’elle reste en Alsace française, et avait repris contact avec notre couvent quand l’Alsace était redevenue allemande. De 1940 à 1941 nous avons continué nos études en langue allemande en attendant de pouvoir entrer au noviciat. Quelques-unes sont reparties dans leur famille.

Incorporation dans le RAD

En septembre 1941 toutes les jeunes filles de dix-sept ans furent convoquées à la mairie de la commune où elles résidaient à un conseil de révision pareil à celui des jeunes gens engagés dans l’armée. Nous étions une dizaine ou quinzaine de jeunes filles du couvent convoquées à la mairie de Ribeauvillé. Cet événement se passait à l’école de garçons de Ribeauvillé. Toutes celles qui furent jugées en bonne santé par les médecins militaires allemands, qui nous examinaient nues de la tête aux pieds, étaient déclarées aptes à faire le Reichsarbeitsdienst. C’était une mauvaise nouvelle pour le couvent et pour nos familles. Il y en avait une qui avait un défaut cardiaque, une autre qui avait une santé fragile ; elles ont toutes les deux été exemptées du service. Si elles étaient tombées malades plus tard, le Reich aurait dû payer pour elles !

En mars 1942 la nouvelle est arrivée au couvent que nous étions Reichsarbeitsdienstpflichtig (astreintes à faire le Reichsarbeitsdienst). Nous fûmes renvoyées dans nos familles. Pendant les fêtes de Pâques j’ai eu mon Stellungsbefehl (feuille de route) pour le RAD au Lager d’Oberviechtach, en Haute-Bavière. Je devais me présenter à Colmar au matin du 15 avril au rassemblement sur le Champ de Mars pour attendre le train. Des Führerinnen nous attendaient sur le quai de la gare pour nous intercepter et faire l’appel. Le Champ de Mars était plein de jeunes filles avec leurs parents. On pleurait, on était triste. Les Führerinnen arpentaient le train, faisaient l’appel. Il nous fallait emporter assez de linge et des provisions pour deux jours. C’est là que j’ai rencontré Antoinette Muller et Marie-Claire de Kaysersberg, et d’autres. Le trajet dura un jour et une nuit, nous nous demandions où nous arriverions, si la Russie était notre destination. La Führerin était avec nous.

Le soir nous sommes arrivées à Oberviechtach vers les 17 heures. L’accueil fut court, on nous a servi des omelettes, puis on nous a conduites dans nos chambrées. Le lendemain nous avons dû échanger notre costume civil contre un costume du RAD loin d’être neuf : deux robes (une pour l’été, l’autre pour l’hiver), un manteau, une jupe, un chemisier blanc, une jaquette et même un chapeau. Nous étions habillées en bleu-blanc-rouge : robe bleue, tablier blanc et foulard rouge. Il nous fallait renvoyer nos habits civils chez nous.

La vie dans le camp

La vie a alors commencé au camp. Nous étions dans des baraques, nous étions quarante-quatre dans le Lager et onze par chambrée. Nous n’étions que six Alsaciennes et étions dispersées. Nous étions deux par chambre. Mon nom a été transformé de Lucie en Luzia.

Nous avons d’abord été trois semaines sans sortir du camp et avons eu une « instruction ». Tous les matins nous étions en costume autour du drapeau. Nous avons prêté serment la semaine après notre arrivée, le jour de l’anniversaire du Führer. Ce jour-là nous avons dû aller à la mairie d’Oberviechtach, où on nous a lu quelques pages de Mein Kampf, après quoi nous avons dû prêter serment. Nous nous sommes regardées en nous demandant si nous allions faire cela, mais nous avions peur que les Führerinnen nous voient ne pas le faire. Sans conviction, nous l’avons fait parce que nous pensions à nos familles. Nous n’avions pas le choix. La moindre chose aurait pu être funeste à nos familles.

Dans les fermes

Après trois semaines de Schulung nous avons été envoyées à l’Aussendienst. Antoinette a dû rester au camp, ainsi qu’Hermine. J’ai été placée pour le premier Aussendienst dans une famille dont le père était contrôleur (il passait dans les familles pour voir combien elles avaient de poules, d’œufs…). Sa femme était vraiment très gentille. Ils avaient trois enfants. Ils étaient agriculteurs aussi, mais lui était absent toute la journée. Je ne l’ai que rarement vu. Je suis arrivée au moment où il fallait planter les betteraves avec l’aide d’un prisonnier polonais et de la fille aînée du paysan, âgée de quatorze ans. Cette jeune fille me demandait parfois de lui chanter un chant français. Je n’avais aucune relation avec le Polonais. En arrivant, il nous fallait dire : « Heil Hitler ! », mais au bout de quelques jours, après que la femme m’eût posé des questions sur ma jeunesse et sur ma famille, elle me demanda de ne plus la saluer par « Heil Hitler ! » en entrant. Je suis restée trois semaines dans cette famille, puis j’ai été changée.

Dans la deuxième famille je devais sortir aux champs pour aider à porter les gerbes, à les mettre en tas. C’était au mois de juillet, période de la moisson. À cette époque-là les gens n’étaient pas encore équipés, nous faisions tout à la main. Je devais travailler avec un prisonnier français. À 5 heures, le soir, nous devions partir, pour être de retour à 6 heures au camp. Le patron me disait de rentrer avec le prisonnier français. Un soir, une Arbeitsmaid allemande m’a fait remarquer qu’elle m’avait vu avec le prisonnier. Après que je lui eus répondu que le paysan me l’avait demandé, elle m’a dit de bien faire attention. À midi j’aurais dû manger avec les paysans, mais ils ne m’ont pas invitée avec eux et m’ont laissée à la cuisine avec le prisonnier français. J’étais contente. Il recevait souvent des colis de la Croix-Rouge et m’apportait des chocolats. Le soir je coupais des morceaux et j’en donnais en cachette à chaque Alsacienne, mais je ne le partageais pas avec les Allemandes.

Je suis restée ensuite trois semaines à l’hôpital à la suite d’un accident de bicyclette en allant aux champs. Je me suis foulée le genou et je ne pouvais plus me tenir debout. La Führerin m’a envoyée à l’infirmerie et a appelé le médecin qui, lui, m’a envoyée à l’hôpital. Il y avait des religieuses dans l’hôpital d’Oberviechtach qui, peu à peu, sans que j’en dise rien, ont remarqué que j’allais souvent à la chapelle. Elles m’ont interrogée, aussi leur ai-je un peu révélé ce qu’était mon idéal. Le soir, après le travail, certaines venaient me faire des visites car l’hôpital n’était vraiment pas loin du camp. Au mois de juillet je suis retournée au camp. Nous avions quatre jours de permission pour rentrer en famille. C’est en juillet qu’on nous a annoncé que le RAD était prolongé de deux mois, alors qu’au départ il était prévu qu’on ne reste que cinq mois.

Une mauvaise surprise : le KHD

Nous ne devions donc rester que jusqu’en octobre, mais en octobre on nous a annoncé que nous devions aussi partir au KHD. J’étais malade au moment du départ, je suis donc restée trois semaines de plus à l’infirmerie tandis que les autres étaient déjà parties au KHD.

Quand j’ai été remise je suis également partie pour Sankt-Georgen, à proximité de Salzbourg. Je suis partie toute seule. Nous étions soixante Alsaciennes à Sankt-Georgen. Nous étions de nouveau dans des baraques, il faisait froid, nous n’avions pas de matériel de chauffage. Nous étions cachés dans une forêt de sapin. Tout au sommet il y avait beaucoup de baraques dans lesquelles on fabriquait des munitions. Il y avait des soldats allemands revenus blessés du front qui y travaillaient. Nous devions décharger des wagons venant de Russie, transporter et nettoyer des obus vides pour qu’ils soient tout brillants. Dans une autre salle ils étaient remplis de sachets de poudre que d’autres filles pesaient et cousaient avant de les passer sur un tapis roulant. La dernière au bout de la file devait placer le couvercle et une autre appliquait une matière grasse afin d’imperméabiliser l’obus. Des soldats venaient avec un Hauptmann (capitaine) et nous regardaient. Ils nous interdisaient aussi de parler et dès que nous parlions le surveillant nous criait : « Ruhe ! » Nous étions soixante jeunes filles au total et nous logions à quatre par chambre.

Je suis revenue le 29 mars 1943. C’était la fin de mon RAD-KHD. J’avais dix-huit ans. Selon la loi, toute personne de dix-huit ans était astreinte au travail. À la maison nous étions trop nombreux, aussi la mairie voulait-elle que j’aille travailler ailleurs, chez un gros paysan. Je ne voulais pas, aussi suis-je partie chez le cousin de ma mère, un agriculteur qui avait droit à une aide et en avait besoin, sa femme étant invalide et deux de ses fils ayant été envoyés à la Wehrmacht. J’ai préféré rester en famille. J’y suis restée de 1943 à 1945 et quand la guerre a été terminée je suis revenue dans ma famille avant de retourner au couvent de Ribeauvillé pour y continuer mes études. Je suis entrée au noviciat en 1946.

IV. Témoignage de Sœur Anne Georgette (Amélie Kentzinger), écrit à Saint-Amarin en 2003

La période d’avant-guerre

Amélie est mon nom de baptême. Je suis née le 11 avril 1923 à Rodern, petit village situé sur la route des vins, au pied du Haut-Koenigsbourg. Au RAD on me nommait Amalie.

Mes parents étaient de simples viticulteurs. Comme tous les autres enfants nous prenions part aux travaux domestiques (mettre le repas en route, nourrir les poules et les lapins). Le temps qui nous restait jusqu’au retour des parents nous permettait de jouer avec les enfants du voisinage, puis il fallait faire les devoirs. Les grandes fêtes (Noël, communion solennelle ou profession de foi, mariage…) se passaient en famille. C’était la coutume en ce temps-là. On était heureux en famille. L’entraide, la convivialité et la simplicité régnaient. Les loisirs d’aujourd’hui n’existaient pas.

Après l’école primaire, j’ai fréquenté le juvénat d’Issenheim, puis l’école normale de Ribeauvillé. C’est là, en 1939, que la nouvelle de la déclaration de la guerre nous fut communiquée. Consternation générale !

En 1942 un communiqué nous fit savoir que toutes les jeunes filles nées en 1923 seraient incorporées de force. La responsable du juvénat, notre chère Sœur Marie Thérésia, se rendit à Colmar à plusieurs reprises dans l’espoir de faire annuler notre incorporation. En vain. Nous étions les premières à partir à l’Arbeitsdienst. Dans la suite la Congrégation a trouvé un moyen pour retenir les jeunes : leur donner l’habit religieux et les envoyer au service des malades (militaires), ce qui était considéré comme un travail productif.

Départ pour le RAD, le quotidien au RAD

Le 15 avril 1942 ce fut le départ pour le RAD. Séparée de mes camarades de Ribeauvillé, je me retrouvais seule avec ma famille sur le quai de la gare de Colmar. Surprise ! Une autre jeune fille était convoquée au même Lager. Vite une amitié s’est créée car elle aussi était aspirante, chez les Sœurs du Très Saint Sauveur. Je me sentais moins seule. À Strasbourg d’autres jeunes se joignirent à nous. Une Führerin nous accompagnait au lieu d’affectation. Comme je parlais le dialecte à la maison et je suivais les cours d’allemand, je n’éprouvais aucune difficulté pour communiquer.

C’est à Altenberg, au Wurtemberg, que je fus envoyée. Je me rappelle que je fus accueillie, ainsi que mon amie Marguerite de Colmar, un peu comme une bête curieuse car sur mon Pass figurait le mot : « Ordensanwerterin » (aspirante à la vie religieuse). Mais nos relations n’étaient point hostiles. Plus tard une certaine confiance s’installa. Dès notre arrivée on nous assigna le dortoir, pour moi ce fut le lit supérieur.

Le déroulement de nos journées était très réglementé, ponctué par certains rites qui devaient imprégner les jeunes de principes d’ordre, de régularité, de travail, aussi les endoctriner de l’enseignement des nazis. Le matin à 6 heures une Führerin passait en répétant, tous les jours : « Bonjour ! Debout, dans cinq minutes soyez prêtes pour le sport matinal ! » Vite je me levais et me glissais dans la salle d’eau pour y faire ma toilette car j’étais gênée de paraître avec toutes les autres en costume d’Ève. Un jour la Führerin me surprit : « Ce que vous faites n’est pas réglementaire ! On fait la toilette après le sport. » L’une ou l’autre fois, quand je ne pouvais pas y échapper, je me conformais à cette règle. Après le petit-déjeuner nous écoutions les informations commentées par la Führerin qui faisait l’éloge des troupes allemandes.

Les travaux de ménage débutaient. Durant quinze jours nous restions toutes au Lager pour endoctrinement, puis les Allemandes étaient appelées à sortir dans les familles des alentours. Les Alsaciennes passaient six semaines au Lager pour endoctrinement. C’était nécessaire ! tout en nous occupant de la cuisine, des dépendances et du jardin. L’heure sonnait où nous avions droit à notre tour de travailler dans les familles. C’est en bicyclette que nous nous dirigions, un peu angoissées, vers l’inconnu.

C’est au restaurant que j’aboutis. Une femme, seule avec ses trois enfants, attendait mon aide : nettoyage, rangement… À midi je partageais le repas avec eux. De bons souvenirs me restent de ce passage.

Le mois suivant un autre poste me fut assigné. La maison était située à l’orée d’une sapinière. Un homme y vivait seul. Le matin, dès mon arrivée, il partait au travail en ville. Une seule recommandation : « N’ouvrez jamais la petite fenêtre du WC car mon ex-femme tenterait de revenir. » J’étais peu rassurée. Bientôt il ramena une autre concubine, avec laquelle je discutais beaucoup, y compris de religion. Pour le repas je prenais quatre tranches de pain noir garnies de rondelles de concombres ou d’autres légumes. Vers 17 heures je retournais au Lager en me présentant à la Führerin avec le salut exigé : « Heil Hitler ! »

Petite anecdote. Un jour, en regagnant le camp, une bonne surprise m’attendait. La Führerin me dit : « Demain j’irai à Rappoltsweiler (Ribeauvillé). Mon frère militaire est soigné au couvent. Avez-vous une commission ? » Je lui remis une lettre en la remerciant de sa bienveillance. Deux jours plus tard, dès son retour, elle vint me trouver et, toute souriante, me remit une corbeille de raisin de la part de mes parents ! Étonnée, je n’osais y croire et surtout j’avais envie de savoir comment et par qui elle était arrivée à Rodern. Elle me rapporta qu’elle était hébergée chez un ami de sa famille à Guémar. C’est là qu’elle apprit que son ami connaissait bien mon Papa. Ensemble ils se rendirent donc à Rodern. Clin d’œil de la Providence !

Religion. Le groupe des Alsaciennes désirait depuis plusieurs semaines assister à une messe le dimanche. La région était protestante, il fallait descendre en ville, à Calv. La permission fut accordée à condition de ne réveiller personne lors de notre départ, de ramener le courrier de la ville et d’être de retour pour le salut au drapeau. Parole donnée. Nous étions heureuses et nous formions un groupe bien soudé. Parfois la Führerin me convoquait pour me dissuader de ma vocation religieuse. Paradoxalement, chaque fois qu’il y avait un travail de confiance à faire elle s’adressait à Marguerite et à moi-même. Par exemple : répartir les rations alimentaires, échanger les vêtements usés. Il faut dire que la nourriture était frugale, je comprenais fort bien les Allemandes qui disaient qu’il faut « organisieren », se débrouiller. Elles se faufilaient à la cuisine, puisaient une tasse de lait caillé, y ajoutaient une poignée de sucre et de raisins secs. Quel délice ! Nous aussi nous étions tentées d’en faire autant…

Comment se passaient nos soirées ? en écrivant à nos proches, en discutant, en chantant (le 1er mai toute la maisonnée traversait la localité en chantant).

Kriegshilfsdienst du 1er octobre 1942 au 29 mars 1943

Les RAD-Maid de familles paysannes étaient libérées pour participer chez elles aux travaux des champs. Comme étudiante, je n’étais pas productive, donc je fus envoyée au KHD (Kriegshilfsdienst). Toutes, nous fûmes dispersées. J’aboutis à Esslingen, non loin de Stuttgart. Je fus affectée à une usine d’armement.

À l’usine. À longueur de journées je remplissais des sachets de deux cents vis. Parfois, comme bonne Française, j’ajoutais une poignée en plus, afin d’épuiser plus vite le stock. Travail très monotone. De son bureau, le chef pouvait bien nous observer, surtout le soir. Il fallait être sur ses gardes quand nous risquions d’échanger quelques mots ou quelques provisions envoyées par nos familles avec deux prisonniers français (nous étions deux Alsaciennes à la même table). L’un d’eux nous montrait la photo de ses jumeaux. Il était d’Épernay. Pour aider sa femme à élever les enfants, il lavait les chemises aux prisonniers (deux francs) et lui envoyait cette faible somme.

Les repas étaient servis à la cantine de l’usine les jours de travail. La nourriture n’était ni fameuse ni abondante. Chaque matin avec la tasse de café (glands grillés) une portion de pain noir nous était remise pour la journée. C’était peu ! et pourtant certaines KHD-Maid qui avaient la possibilité de passer le week-end en famille économisaient chaque jour une tranche pour l’offrir à leur famille. La pauvreté régnait partout.

La vie était plus souple qu’au RAD. Les samedis et les dimanches nous étions libres. Mais où aller ? Comme tous les parents, Papa parlait volontiers de ses enfants. Un jour, chez le coiffeur à Bergheim, il évoqua ma situation. Un client lui fit savoir que sa sœur était mariée près d’Esslingen et promit de lui écrire. Le dimanche suivant une jeune fille, Marcella Beichter, se présenta à la porte du Lager. Ensemble nous allâmes à la messe. Dans cette église, quelle participation ! Quelle ferveur ! Chacun chantait et priait de tout son cœur. Une supplication intense pour la paix ! Les dimanches, je les passais dans cette famille, ma famille d’adoption. Monsieur Beichter, un protestant converti, devint un fervent catholique. Marcella, leur enfant unique, entra au couvent de Fribourg (Schwester Franziska Xaver).

De temps en temps des alertes d’avions. Les sirènes hurlaient et en quelques minutes, en pleine nuit, tout le Lager se vidait pour se réfugier dans une cave voisine. On bombardait surtout Stuttgart, la ville voisine. Période bien difficile car peu de nouvelles de l’Alsace et endoctrinement par les responsables qui nous parlaient de leur proche victoire.

Je me souviens d’un autre fait. Pour rendre la vie au camp moins monotone la Führerin nous fit une proposition. Comme la fête de Noël approchait (solstice d’hiver) elle fit tirer à chaque KHD-Maid un billet portant le nom d’une de ses camarades. Très discrètement, par une petite attention, chacune devait être le « bon esprit » de l’autre. « Mon bon esprit vient de l’Alsace, criait l’une d’elle, le morceau de pain blanc et la tranche de lard me le fait deviner » (pendant l’occupation la nourriture jouait un rôle important). Une carte postale était offerte par les Allemandes.

Après ma libération du KHD mon désir était de retourner aussi vite que possible à Ribeauvillé pour continuer les études. Pas question, car étudier n’est pas un travail productif. Il me fallait choisir entre l’aviation et le service des malades. Ce fut à l’hôpital Pasteur de Colmar que j’aboutis jusqu’à la fin de la guerre. Lors de la libération de Colmar, le 2 février 1945, mon cousin, militaire, vint en jeep me conduire en famille.

En 1963, puis en 1985, je fis la demande de reconnaissance de la qualité d’incorporée de force dans les formations paramilitaires allemandes. La demande a été reconnue par l’Office des anciens combattants et victimes de guerre, mais aucune indemnité ne m’a été versée jusqu’à présent. Les Malgré-elles ne sont toujours pas reconnues par la France.

Aujourd’hui je suis heureuse que France et Allemagne aient pu se réconcilier. D’ailleurs, de 1980 à 1985, mes élèves ont fait la correspondance avec des Allemands. Les échanges et les rencontres étaient toujours très intéressants et très amicaux.

Haut de page

Notes

3 Voir : Conway J. S., La Persécution nazie des Églises, 1933-1945, Paris, 1969. – Dietrich R., Catholic Citizens in the Third Reich : Psycho-Social Principles and Moral Reasoning, New Brunswick, N.J., 1988. – Gotto K., Repgen K., Kirche, Katholiken und Nationalsozialismus, Mayence, 1980. – Helmereich E. Ch., The German Churches under Hitler : Background, Struggle and Epilogue, Détroit, 1979. – Läpple A., Kirche und Nationalsozialismus in Deutschland und Österreich :Fakten, Dokumente, Analysen, Aschaffenburg, 1980. – Lewy G., The Catholic Church and Nazi Germany, Londres, 1966. – Matheson P. (dir.), The Third Reich and the Christian Churches, Grand Rapids, 1981. – Prolingheuer H., Der ungekämpfte Kirchenkampf, 1939-1945 : Das politische Versagen der Bekennenden Kirche, Cologne, 1983. – Zahn G. C., German Catholic’s and Hitler’s War : A Study in Social Control, New-York, 1962. – Zipfel F. Kirchenkampf in Deutschland 1933-1945, Berlin, 1965, 2 vol. 

4 Deneken M., L’Église d’Alsace 1940-1945. Une Église locale face au nazisme, Strasbourg, 1983, pp. 22-23.

5 Voir : Epp R. L’Église d’Alsace sous l’oppression nazie (1940-1945), Strasbourg, 2000. – Id., L’Enfer sur terre. Prêtres et religieux d’Alsace internés et déportés par les nazis (1940-1945). Témoins de la foi, témoins de l’amour, Strasbourg, 2000. – Id., La Terreur nazie en Alsace (1940-1945), Strasbourg, 2002.

6 Archives des Sœurs de la Divine Providence (ASDP), Ribeauvillé, I, 11g, a, 21.

7 ASDP, Témoignage écrit de Sœur Marie Marcella (Augustine Leiterer, née en 1911), 12g 1939-1945 III, 14.

8 Voir Meyer (René), « L’Évacuation, une tragédie frontalière », Saisons d’Alsace, 105, automne 1989, pp. 37-137.

9 ASDP, Témoignage écrit de Sœur Anne Philippe Fritsch, 12g 1939-1945 III, 19.

10 Id., Sœur Marie Valérienne, 12g 1939-1945 III, 15.

11 Id., Sœur Fabiola Laurent, 12g 1939-1945 III, 10.

12 Id., Sœur Marie Hugo, écrit en novembre 1986, 12g 1939-1945 III, 8.

13 Id., Sœur Anne Philippe Fritsch, 12g 1939-1945 III, 19.

14 Id., Correspondance de Sœur Marie Georgette, 1, 11g, d, 3.

15 Id., Rapport des sœurs de Habsheim, 12g 1939-1945 III, 1.

16 Id., Témoignage écrit de Sœur Cécile Ball, 12g 1939-1945 III, 8.

17 Sœur Marie Célestine Ronner, « Une Aînée raconte. Souvenirs de la guerre de 1939-1945 », Ut Sint Unum, n° 36.

18 ASDP, Cahier des décisions, 22 octobre 1940.

19 Chef de l’administration civile en Alsace.

20 ASDP, Témoignage de Sœur Arminia Frantz, écrit à Marlenheim en 1978, 12g 1939-1945 II, 5.

21 Id., Sœur Laurentine Oertel, écrit à Marlenheim en 1977, 12g 1939-1945 I.

22 Id., Sœur Lucilla Nabholtz, écrit à Bollwiller en 1979, 12g 1939-1945 IV, 2.

23 Id., Sœur Clémentine Koerber, écrit à Biesheim en 1978, 12g 1939-1945 IV, 11.

24 Laborie p., « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », Cahiers de l’IHTP, n° 37, décembre 1997, p. 23.

25 ASDP, Dossier de Sœur Marie-Philbertine Wiltz et rapport écrit par elle-même après la guerre.

26 ASDP, Rapport et correspondance de Sœur Marie-Modestine.

27 Les témoignages qui suivent sont publiés avec l’accord de la Congrégation de la Divine Providence (ndr).

28 Actuellement professeur certifiée d’histoire-géographie dans l’académie de Strasbourg.

29 Les anciennes du RAD ont finalement obtenu gain de cause en 2008.

1 La Congrégation des Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé, 1939-1945, mémoire soutenu le 14 janvier 2003, dont la synthèse ici présentée a été en partie effectuée par Clara Samary, étudiante en licence d’histoire en 2010.

2 Les Femmes alsaciennes incorporées de force dans les organisations de l’Allemagne nazie, 1941 à 1945, mémoire soutenu le 3 juillet 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « La Congrégation des Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1945 », Revue des sciences religieuses, 85/4 | 2011, 523-556.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « La Congrégation des Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1945 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/4 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/1800 ; DOI : 10.4000/rsr.1800

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Institut d’Histoire contemporaine
Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page