Navigation – Plan du site

La croix et la femme

Les sœurs de la Divine Providence, un État dans l’État
Claude Muller
p. 511-522

Résumés

Entre 1870 et 1914, les sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé sont au maximum de leurs effectifs jamais atteints. Elles sont à elles toutes seules plus nombreuses que les prêtres du clergé séculier et elles forment la moitié des sœurs présentes en Alsace. C’est curieusement à leur apogée qu’elles connaissent une situation remettant en question leur ministère : le Kulturkampf.

Haut de page

Notes de la rédaction

Abréviations
A.C.S.R. = Archives du Couvent des Sœurs de Ribeauvillé
A.D.H.R. = Archives Départementales du Haut-Rhin à Colmar
N.D.B.A.
 = Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne

Texte intégral

  • 1 É. Ettwiller, L’enseignement secondaire des filles en Haute Alsace pendant la période du Reichsland (...)
  • 2 Landolin Winterer, né à Soppe-le-Haut le 28 février 1832, ordonné prêtre en 1856, curé de Saint-Éti (...)
  • 3 « Parmi les quelques centaines de mille femmes majeures d’Alsace, il s’est trouvé une poignée d’int (...)
  • 4 Ch. Zumsteeg, Congrégation des Sœurs de Ribeauvillé, Sœurs d’École en Alsace, Éditions Aprime, Stra (...)
  • 5 Eutropie Fischer, née à Reichshoffen le 9 décembre 1814, professe en 1834, supérieure générale des (...)

1« Avons-nous besoin d’avoir plus de femmes instruites en Alsace-Lorraine ? » L’interrogation1 formulée par Landolin Winterer, curé de Saint-Étienne à Mulhouse et inamovible député pendant près d’un tiers de siècle, reflète à la fois un homme et une époque. Un homme2 d’abord, ecclésiastique peu commode, travailleur acharné, patriarche conservateur avec toutefois des élans sociaux peu courants. Une époque ensuite, le tournant du XXe siècle, où le suffrage universel ne concerne que les hommes, malgré les revendications égalitaires des suffragettes3. Toutefois Winterer ne peut s’opposer à un mouvement de grande ampleur, amorcé au début du XIXe siècle : de plus en plus de jeunes filles scolarisées et éduquées par des congrégations de sœurs enseignantes de plus en plus nombreuses, au sein desquelles les sœurs de la Divine Providence4 occupent en Alsace la première place. Entre 1870 et 1915, le mouvement connaît sa plus grande ampleur.

I. La situation au moment de l’annexion

  • 6 Cl. Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale, Paris (...)

2Dans l’Alsace du milieu du XIXe siècle, les sœurs de Ribeauvillé sont la seule congrégation alsacienne à supérieure générale6 à figurer parmi les vingt plus importantes de France. En 1861, elles occupent le douzième rang avec huit cents religieuses. Aucune autre congrégation de femmes ou d’hommes n’atteint de tels effectifs. La deuxième congrégation alsacienne, celle des sœurs de la Charité, ne regroupe que 237 sœurs. Avec ses effectifs pléthoriques, la Divine Providence représente quasiment une sœur sur deux en Alsace !

  • 7 Toutes ces données sont issues de A.D.H.R., V 446.

Vitrine du diocèse de Strasbourg en quelque sorte, elle bénéficie de la faveur de l’administration. Le 14 janvier 1846, le préfet du Haut-Rhin note au ministre des cultes7 :

Cet établissement continue à fournir à la plupart des communes du département les institutrices dont elles ont besoin pour la direction des écoles communales. Les services qu’il rend à cet égard sont tellement appréciés dans le pays qu’on y éprouve le regret que la communauté ne puisse satisfaire à toutes les demandes qui lui sont adressées car chaque année le nombre des écoles de filles s’accroît par suite des dispositions que prend l’administration pour le propager. Ces sœurs rendent des services en dirigeant non seulement l’instruction, mais encore l’éducation morale et religieuse des jeunes filles. Elles remplissent en général avec zèle et dévouement leurs pénibles fonctions. Quelques-unes à la vérité laissent à désirer par rapport à l’étendue de leur instruction : cela tient à la rapidité avec laquelle on est obligé de les former pour satisfaire aux besoins ; mais leur sollicitude concilie généralement l’estime de la population et des autorités locales.

  • 8 R. Epp, Mgr André Raess, évêque de Strasbourg (1842-1889), Griesheim-sur-Souffel, 1979.

3En 1839, au décès d’Ignace Mertian, l’abbé Bacher lui succède et fait rapidement preuve d’une grande compétence ; c’est lui qui négocie avec les autorités l’important don fait par testament par Mertian à la congrégation, remerciant en 1845 le préfet du Haut-Rhin « pour ses bons offices ». En 1847, malgré ses démarches, la subvention allouée à la congrégation de la providence est réduite de 5 000 à 4 100 francs ; annonçant la nouvelle à Bacher, le préfet ajoute : « La mesure ne saurait attiédir le zèle de la congrégation et le gouvernement a la conviction qu’elle continuera à se vouer avec la même ardeur aux bonnes œuvres qui lui ont acquis de la reconnaissance de la population ». L’année suivante, la subvention est purement et simplement supprimée, parce que l’État « manque de crédits ». L’évêque de Strasbourg, Mgr André Raess8, en fonction de 1842 à 1887, proteste le 20 septembre. Il rappelle que les sœurs tiennent alors des écoles gratuites à Guebwiller (160 élèves), Ribeauvillé (400), Bantzenheim, Burnhaupt-le-Bas, Kirchberg, Wintzenheim, Mulhouse (150 élèves qui travaillent dans les ateliers) dans le Haut-Rhin et à Rischwiller (90 élèves), Schiltigheim, Elsenheim, Hilsenheim, Zelsheim, Willershof (école d’orphelins gratuite) dans le Bas-Rhin. Puis Raess ajoute :

Si le gouvernement retire l’allocation, le coup ne sera donc point porté à l’établissement de Ribeauvillé, mais à la classe la plus pauvre des deux départements. Les populations alsaciennes qui chérissent et estiment la congrégation de Ribeauvillé regarderaient cette mesure comme une tentative rétrograde et comme une véritable vexation religieuse. L’effet de cette mesure serait d’autant plus fâcheux qu’il n’y a peut-être pas de cantons qui ne jouisse plus ou moins des bienfaits de l’enseignement de cette congrégation, dont le personnel est de près de 500 membres enseignants avec un noviciat de 70 sujets.

4La suppression de l’allocation ne compromet pas l’équilibre financier de la congrégation, propriétaire de plusieurs immeubles et d’une forêt à Zellsheim. Une note sans date affirme qu’il « n’est pas inutile d’observer qu’on tire le plus grand nombre de novices des maisons indigentes, on les choisit parmi les plus pauvres, les plus intelligentes hors d’état de donner une dot. Les sœurs pour soutenir leur maison ont dû attacher un pensionnat de jeunes filles à leur noviciat ; c’est ainsi qu’elles unissent la pratique de l’enseignement à la théorie. Cette subvention encore très modique qui leur vient des élèves de la petite bourgeoisie les met à même de continuer à se rendre utiles ».

5Durant la guerre franco-allemande, les religieuses se distinguent. Une circulaire du 19 juillet 1870 signée par la supérieure, mère Eutropie Fischer 8, ordonne aux sœurs de rester à leur poste pendant les événements militaires. Le 26 juillet, une deuxième circulaire réitère l’ordre et organise les ambulances. Les sœurs de Ribeauvillé, comme de nombreuses congrégations religieuses, se mettent alors au service des blessés en soignant dans les hôpitaux ou des hospices de fortune.

II. Dans l’œil du cyclone : le kulturkampf

6En 1871, la congrégation de la Divine Providence compte 1262 religieuses – un chiffre à comparer avec 1186 prêtres diocésains. Elle dirige 406 écoles et enseigne à 55 000 élèves. Les chiffres, mieux que les mots, disent tout.

7Lorsque le 18 avril 1871, le comte de Bismarck-Bohlen fait paraître une ordonnance dans laquelle il rend l’enseignement obligatoire de 6 à 13 ans pour les filles, les sœurs de Ribeauvillé ne peuvent être que satisfaites, car elles-mêmes tendaient vers ce but. Par contre elles sont visées par une seconde clause qui demande aux parents d’envoyer leurs enfants dans une école publique ou une école libre dirigée par des maîtres brevetés, travaillant d’après le programme d’études adopté pour les écoles publiques. De plus, même si les sœurs n’ont aucun diplôme d’état, leur « lettre d’obédience » avait été reconnue par le gouvernement français comme équivalent du brevet officiel ; or ceci, le nouveau gouvernement allemand n’entend pas l’entériner, malgré le virulent éditorial du Volksfreund du 13 octobre 1872.

  • 9 E. Schmidt Wolmar, Der Kulturkampf in Deutschland (1871-1890), Göttingen 1962, 387 p. L. Meister, L (...)
  • 10 Ces événements sont rapportés grâce à l’existence aux archives de la congrégation des sœurs de la P (...)

8Dès lors débute le Kulturkampf9, avec un ensemble de nouvelles mesures contraignantes. Le 13 août 1872, le Reichsrat Schollenbruch se présente au couvent de Ribeauvillé avec deux de ses conseillers pour signifier ces mesures à la supérieure Eutropie Fischer10. Le 4 octobre, le Bezirkspraesident de Colmar demande qu’on lui remette le règlement de la congrégation pour le comparer avec celui des jésuites. Les inspections, inconnues sous le régime français, se succèdent aussi dans les écoles tenues par les sœurs ; stipulées par l’ordonnance du 30 décembre 1871, elles sont encore renforcées le 8 mars 1872 et surtout mal vécues par la congrégation de Ribeauvillé, habituée à une certaine liberté. À partir du 1er octobre 1872, le français n’est plus matière obligatoire d’enseignement dans les écoles alsaciennes ; or cette mesure est dans certains cas interprétée de manière restrictive par des inspecteurs qui entendent interdire dans les écoles tout usage de la langue française. Puis les écoles interconfessionnelles sont introduites, suivies par « la fusion des sexes » officiellement annoncée le 4 janvier 1874. Tout ceci, ajouté à l’expulsion des jésuites et des rédemptoristes, à la suppression de toute manifestation religieuse, à celle de la prière en classe, aux départs liés à l’option explique un contexte particulièrement tendu, où les catholiques crient à la persécution politique et religieuse.

  • 11 A. Wahl, L’option et l’émigration des Alsaciens-Lorrains (1871-1872), Paris 1974, 276 p.
  • 12 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 16 ; en juillet 1872, Mgr Raess avait autorisé la co (...)

9Pour la supérieure Fischer se pose le dilemme de rester ou de partir11. En guise de sécurité elle acquiert dès 1872 le château de Frasnes et sollicite un décret épiscopal qui l’érige en maison-mère pour la France ou même de maison-mère tout court au cas où la congrégation serait chassée d’Alsace. Par ailleurs mère Fischer fait la sourde oreille aux injonctions prussiennes, continuant à nommer ou muter des sœurs sans l’accord gouvernemental. Le rappel à l’ordre ne tarde pas : le 28 octobre 1872, la supérieure est « invitée à se présenter au bureau du juge de paix au sujet de sœur Alberta, pour laquelle elle n’avait pas attendu de nomination préalable12 » ; à Malmerspach, les deux sœurs sont purement et simplement renvoyées et remplacées par une institutrice laïque.

  • 13 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 17.

10En préparation aux inspections, les religieuses doivent assister aux conférences pédagogiques ; à Rouffach, il leur est défendu « d’assister aux processions pendant les heures de classe, de réciter le chapelet avec les élèves, de faire le catéchisme, de préparer les enfants à la « première communion ». De plus les inspecteurs enjoignent aux sœurs « de ne se soumettre qu’à eux, tout autre autorité étant nulle ». À Guebwiller l’enjeu se précise : « L’inspecteur fait passer aux sœurs réunies pour la conférence une circulaire dans laquelle on les met dans l’alternative ou de déposer l’habit ou de quitter l’Alsace. On leur fait les plus belles offres si elles consentent à se marier. Leur traitement sera le même que celui des institutrices13 ».

11Pour résister dans la tempête, mère Fischer est obligée de faire des concessions, en ordonnant aux religieuses en fonction de faire « une demande personnelle afin de pouvoir se maintenir ». Si le journal de la supérieure ne mentionne jamais les résultats positifs des démarches, en revanche elle signale les refus et les fermetures d’écoles comme celle de Mulhouse le 14 août 1875. Par ailleurs l’administration refuse à certaines sœurs la poursuite du droit d’enseigner, sans que les motifs soient clairs. Le 6 octobre 1875, l’école de Molsheim est fermée officiellement parce que l’inspection s’est avérée négative, en réalité selon la supérieure, parce que le cartable d’une écolière contenait un livre d’histoire dans lequel étaient notés ces mots : « Vive la France ».

  • 14 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 23.
  • 15 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 23.
  • 16 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 25.

12L’administration allemande, enhardie par son succès enregistré auprès des sœurs de Saint-Jean-de-Bassel, essaie aussi de peser sur les mutations des sœurs. D’office l’inspecteur nomme ainsi deux sœurs de Saverne et une de Bossendorf au poste de Sarre-Union, mais les religieuses refusent de s’y rendre14. De plus, la supérieure Fischer s’oppose à ces mesures ; elle note dans son journal : « Le Kreisdirektor de Wissembourg s’adresse au curé de Cleebourg pour lui faire savoir que la sœur de Steinseltz doit être mutée au Kreis de Molsheim. Mais la sœur reste15 » ; elle n’est déplacée que sur ordre de la supérieure. Des subterfuges sont même utilisés : comme il manque 16 sœurs en mars 1880 pour occuper certains postes, mère Fischer adjoint aux sœurs aînées ou souffrantes de jeunes sœurs qui n’avaient pu demander l’agrément. En mai 1880, la Kreisdirektion de Colmar lui intime l’ordre de retirer toutes les jeunes institutrices, mesures réitérées les 4 et 10 juin de la même année.

  • 17 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 25.

13Entre-temps un autre conflit oppose la congrégation de Ribeauvillé aux autorités allemandes : celui de la mixité dans les cours. Pour mère Fischer, « c’est une mesure immorale » que celle « de la fusion des sexes ». Accompagnée de son assistante, elle se rend au Sacré-Cœur de Kientzheim consulter Mgr Raess : « Le prélat a décidé que nous devons plutôt retirer les sœurs17 ». Les sœurs qui refusent de s’exécuter sont renvoyées au couvent de Ribeauvillé, ainsi celles de Moernach ou Kirchheim. Le 20 mars 1875, la supérieure note dans son journal : « Une circulaire annonce la fusion des sexes aux communes à une sœur. Celles-ci deviendront les sous-maîtresses de l’instituteur. Quel danger non seulement pour les enfants, mais surtout pour les sœurs, avec des gens élevés en dehors des principes de la foi ! ».

14La supérieure laisse cependant les sœurs libres d’accepter ou de refuser, mais conseille plutôt le refus 17. Comme de nombreuses religieuses refusent la nouvelle mesure et quittent leur poste, l’inspecteur de Molsheim Hatt s’adresse à mère Fischer, lui demandant d’exiger des sœurs l’acceptation de la mixité, si elle ne veut pas leur expulsion systématique d’Alsace. « Il a été répondu poliment comme auparavant déjà à Colmar et à Strasbourg que la supérieure n’a pas qualité pour imposer aux sœurs un devoir auquel elles ne se sont pas engagées en entrant dans la congrégation ».

15Jour après jour, des fermetures se succèdent, ainsi à Haegen, Zehnacker, Hohengoeft, Obenheim, Rosenwiller, Trimbach, Landser… Dans les deux cantons de Benfeld et d’Erstein, les municipalités réagissent et le baron Zorn de Bulach menace de se rendre à Berlin si ces mesures ne sont pas ajournées. Toutefois comme les fermetures s’accélèrent en juillet 1875, la supérieure envisage de composer et se rend à Strasbourg auprès de Mgr Raess : « Consulté sur la fusion, celui-ci répond pour la troisième fois par un non très énergique et ordonne d’abandonner les postes plutôt que de consentir à cette mesure immorale, si ce n’est dans les petites écoles, à la condition qu’aucune fille ne soit confiée à un instituteur ».

Le 9 juillet, la supérieure note encore dans son journal :

  • 18 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 26.

Conférence à Molsheim. L’inspecteur humilie extrêmement nos sœurs, mais les nôtres refusent rondement de donner leurs grandes filles. On ne peut assez remercier le bon Dieu de l’assistance qu’il accorde à nos sœurs. Aucune n’a encore faibli. Comme pour nous engager à cette fermeté, la providence nous prépare des asiles ailleurs ; on demande 3 sœurs à l’orphelinat de Vendôme, 2 à Champvôtre, 2 à Ronchamp, 2 à Agey, 2 à Rebreuviette, 2 à Créquy. L’Algérie en demande un bon nombre. Pourvu que partout le règne de Dieu s’étende et que les sœurs restent toutes unies dans un même esprit à la maison mère18.

16Ainsi s’explique la possibilité de résistance de mère Fischer : toutes les sœurs à qui l’administration allemande refuse le droit d’enseigner en Alsace passent en France. Mais la situation devient critique. Le 22 février 1876, la supérieure note : « La résistance exemplaire de Bernwiller a produit son effet. Les sexes resteront séparés ; mais la sœur n’y retournera plus et permute en ce jour ». Ensuite les postes de Rohrschwihr, Zellenberg et Katzenthal sont supprimés. Puis sœur Fischer s’en prend à sœur Eudoxie qui a quitté Kingersheim « emportant son lit et la vaisselle », « trompant ses supérieures jusqu’au dernier moment », « première malheureuse victime de la fusion des sexes ». Sœur Gonzalès est pour sa part accusée de se mettre « au service des Prussiens » et mère Fischer de conclure en souhaitant « que le bon Dieu ne permette donc pas que d’autres l’imitent ». En France aussi la situation se dégrade avec un souffle anticlérical qui s’oppose à l’installation des sœurs ; la lutte s’engage sur deux fronts, mais elle s’avère par trop inégale. En 1878, les sœurs de Gries, Niederaltdorf, Wegscheid, Eschbach, Kurzenhausen, Westhalten, Rosteig, Avolsheim, Schweighouse et Schiltigheim doivent se rendre à la maison-mère et dès 1879, il semble que le combat cesse faute de combattants. Il en résulte que la congrégation s’est apparemment résignée à perdre la majorité de ses petites écoles à classe unique ou à deux classes.

  • 19 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 28.

17À la lutte contre les nominations directes par l’inspection et celle que la supérieure mène contre la mixité s’ajoute l’exigence des examens d’état demandée par la loi du 12 février 1873. Après de nombreuses démarches, mère Eutropie Fischer obtient que les sœurs toutes non brevetées, mais ayant déjà enseigné avant la promulgation de la loi, puissent continuer à exercer leur profession, concession accordée à la condition que les autres sœurs se soumettent à l’examen d’état allemand. Malgré cette promesse, mère Fischer refuse de présenter les novices à l’examen ; en juin 1874, les autorités lui rappellent la loi. Ébranlée, la supérieure demande le conseil de Mgr Raess. Mais il est absent. « L’archiprêtre Spitz serait d’avis de ne pas céder. Straub conseille le contraire et le curé d’Erstein croit qu’on devrait présenter les novices à l’examen19 ».

18Une lueur d’espoir apparaît en janvier 1875 lorsqu’on remplace 86 sœurs de Portieux par des sœurs de Ribeauvillé venues de postes supprimés pour refus de mixité. Munies de la promesse qu’elles seraient dispensées de l’examen, les jeunes sœurs prennent les salles d’asile ; mais à peine se sont-elles installées à Colmar qu’il leur est signalé « qu’elles ne sont agréées que provisoirement et à la condition de se présenter à la prochaine session d’examen ». Facteur d’ennui supplémentaire, les novices de Saint-Jean-de-Bassel et celles de Bellemagny ont passé l’examen à l’école normale de Sélestat où elles ont même logé ; la congrégation de Ribeauvillé n’en est que plus sollicitée et exposée à l’expulsion d’Alsace. Malgré tout, la résistance se poursuit. À Strasbourg, des institutrices laïques remplacent les religieuses le 19 février 1876.

  • 20 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 31.

19En février 1879, il est évident que la supérieure ne peut plus résister longtemps : les renvois des sœurs refusant l’examen se poursuivent en Alsace, mais surtout il est demandé en France le même examen : « Sept religieuses de France se sont présentées à l’examen. Si toutes les congrégations tenaient ferme, l’esprit religieux sans lequel nous ne sommes que des cadavres se maintiendrait ; nous serions des instruments utiles entre les mains de Dieu sans brevet et le gouvernement nous garderait quand même en considération des services rendus20 ».

  • 21 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 32.

20Puis la supérieure poursuit : « Humainement tout est perdu pour nous. En Alsace, nous devons nous soumettre à l’examen ; en France on l’exige aussi. Et des sœurs déjà placées sont déclarées incapables ». Toutefois l’entêtement de mère Eutropie Fischer ne s’estompe pas. Pour la supérieure, le passage d’un examen officiel, l’acceptation de la mixité dans sa classe, le fait pour une religieuse de Ribeauvillé de devenir la subordonnée d’un maître d’école, tout ceci est considéré comme contraire aux principes moraux ou religieux et témoigne d’une certaine primauté du moralisme sur le zèle missionnaire. Ainsi s’explique la résistance plus soutenue des sœurs de Ribeauvillé que celle d’autres congrégations religieuses enseignantes ; tour à tour les sœurs de Saint-Jean-de-Bassel, celles de Bellemagny et les chanoinesses de Molsheim se rendent à l’examen à Sélestat le 28 avril 1879. La supérieure s’obstine encore en estimant qu’il est inutile de « se soumettre à ces formalités, car les sœurs de Saint-Vincent de Paul et les frères de la doctrine chrétienne malgré leur brevet ont dû quitter Moulins21 ». Winterer se rend à Ribeauvillé en février 1880 pour prendre des renseignements et « agir dans l’intérêt de la congrégation », mais il ajoute qu’il « ne compte pas obtenir quelque chose ».

III. La victoire de la divine providence ?

  • 22 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 35.

21Surtout, le contexte politique et religieux se modifie, suite aux négociations entre Bismarck et le nouveau pape Léon XIII. Le 7 août 1880, mère Eutropie Fischer note : « Le maréchal de Manteuffel vint nous visiter en sortant de l’hôtel de ville. Le principal motif était d’obtenir le consentement à faire passer l’examen aux jeunes. Il fut répondu qu’on y réfléchirait. Le Statthalter était très bon et fit de belles promesses ». Le 8 octobre 1880, la supérieure se rend à Strasbourg mais ne note pas le motif de sa rencontre avec le maréchal. Elle écrit pourtant : « Je reçus un bon accueil du Statthalter. On m’a offert le café que j’ai cru devoir refuser, par respect pour la sainte règle. Le Statthalter m’offrit le bras pour m’aider à descendre l’escalier ; même refus, comme aussi la poignée de mains ». Il est pourtant établi qu’à la suite cette visite, mère Eutropie Fischer accepte l’examen puisque le surlendemain un accord est signé entre l’Oberschulrat Berlage et la supérieure. Les conditions auxquelles l’examen a été accepté sont que celui-ci ait lieu au couvent devant une commission toute catholique et que les jeunes sœurs n’auront pas de diplôme entre les mains22. Dès le 29 novembre 1880, une première commission d’examen se rend à Ribeauvillé et accorde l’examen à 30 sœurs. L’administration allemande avait donc remporté un succès.

22Fortes de cette première concession, les autorités essayent d’amorcer la germanisation de l’école du noviciat en imposant un professeur allemand. Avant de donner sa réponse, la supérieure demande l’avis de Mgr Raess. Celui-ci « nous dit d’accepter un prêtre du séminaire. Le grand vicaire Marula est d’avis de refuser et de céder si on insiste, du moins à avoir des conférences par l’un ou l’autre des professeurs allemands ». Reprenant cette dernière opinion à son compte, mère Fischer fait la sourde oreille en ce qui concerne le projet du professeur allemand et l’on n’y revient plus. Entre-temps, les examens se succèdent régulièrement au couvent de Ribeauvillé : le 21 mai 1881 par exemple, 30 nouvelles candidates sont reçues ; le 8 octobre 1882 pourtant la commission enregistre 3 échecs et le 26 juin 1883, 19 sœurs seulement sur 25 sont reçues.

  • 23 A.E.S., casier sœurs de Ribeauvillé.

23À ce moment, à la suite du relâchement du Kulturkampf et de l’acceptation des examens, les sœurs sont à nouveau agréées dans les écoles. Dès 1879, Lipsheim réclame une sœur ; en avril 1881, Sainte-Marie-aux-Mines fait de même en mentionnant que le comité catholique du lieu offre local et traitement. Le 7 juillet 1881, Winterer s’adresse à la supérieure23 :

Le moment de faire parvenir à qui de droit la demande d’ouvrir une école privée à Mulhouse me semble arrivé. Elle doit être présentée au Bezirkpräsident par la direction au nom de laquelle l’école doit être ouverte. Cette directrice elle-même doit être brevetée légalement ou autorisée à enseigner. Avant de recevoir l’autorisation d’ouvrir une école, elle subira un examen. La demande s’appuierait sur les sollicitations nombreuses et constantes venues de Mulhouse où il n’y a plus d’école catholique de filles, pour une population catholique de plus de 4300 âmes.

  • 24 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 38.

24Le 4 mars 1882 c’est chose faite et le 17 avril, « 230 élèves se présentent à la rentrée. On n’en attendait pas tant et il fallait y conduire d’urgence des maîtresses pour les classes supérieures. Achenheim est rouvert le 14 février, puis Niederlauterbach et Bettlach. Début décembre, il faudrait des sœurs pour Urmatt, Hindisheim, Haguenau, Kertzfeld, Oberseebach et pour les nouvelles écoles de Jungholz, Lupstein, Walbach, Katzenthal, Eberbach et Bossendorf. L’expansion croît, maintenant que les populations tiennent aux sœurs. Il se passe peu de jours sans que l’on demande des religieuses. J’en ai refusé aujourd’hui 19, j’en suis bien peinée24 ».

25Preuve des temps révolus, les décorations remises à certaines religieuses qui avaient été si vilipendées par certains inspecteurs quelques années auparavant reprennent : « Sœur Olympe a été décorée par Sa Majesté l’impératrice Augusta pour ses 25 années de service à Colmar et le Kreisdirektor lui a remis un beau Christ sous globe ; sœur Rose qui avait été pendant 10 ans à Disteldort, annexe pénible de Lembach, reçoit de l’impératrice Augusta une croix en reconnaissance de ses dix années de service. Le curé, en l’en félicitant, lui annonce la fondation d’une messe le 30 août. Quel cadeau autrement précieux que l’autre ! » Le 26 février 1884, la supérieure Eutropie Fischer décède. À cette date, les vicissitudes des sœurs de Ribeauvillé semblaient terminées et la congrégation après avoir surmonté l’obstacle du Kulturkampf prend un essor définitif.

  • 25 Barbe Lehmann, née à Dannemarie le 4 septembre 1825, fille de Joseph Lehmann et de Barbe Dam, entré (...)
  • 26 Madeleine Risch, née à Mommenheim le 5 juin 1832, fille de Joseph Risch et de Barbe Lang, professe (...)
  • 27 Catherine Gerum, née à Oberhergheim le 15 décembre 1828, fille d’Antoine Gerum et d’Agathe Metter, (...)
  • 28 Constance Schaeffer, née à Fegersheim le 26 août 1856, fille de l’huissier Joseph Schaeffer et de M (...)
  • 29 A.D.H.R., AL 3217 1/4.

26Sous l’impulsion des supérieures générales Avertine Lehmann25 de 1884 à 1889, Marie Ange Risch26 de 1889 à 1899, Silvine Gérum27 de 1899 à 1905 et Marie Aimée Schaeffer28 de 1905 à 1919, les sœurs de la Divine Providence vont atteindre des chiffres d’effectifs remarquables. Au nombre de 1262 en 1872, les religieuses sont 1300 en 1874, 1400 en 1878, 1506 en 1881, 1600 en 1885, 1650 en 1892, 1714 en 1896, 1828 en 1900, 1895 en 1904, un chiffre plus jamais atteint. En 1899 et 1900, la congrégation voit entrer 77 nouvelles professes chaque année, 63 en 1913, 29 en 1916. Des chiffres29 à mettre en rapport avec les 1220 prêtres diocésains seulement.

* *
*

27Par la force des choses, entre 1870 et 1918, les sœurs de Ribeauvillé se plient aux injonctions administratives et sont amenées à enseigner en langue allemande, même si le français ne disparaît pas totalement de leur programme. Elles deviennent ainsi des agents de diffusion de la langue allemande, comme elles étaient avant 1870 des agents de diffusion de la langue française, agents d’autant plus efficaces qu’elles touchent un nombre considérable d’élèves. L’enseignement en allemand bénéficie de l’apport de nombreuses postulantes et novices badoises et bavaroises. Surgit, dès lors, un paradoxe. Au moment même où elles connaissent la tourmente du Kulturkampf, les sœurs de la Divine Providence semblent se nourrir de cette violence pour atteindre leurs effectifs les plus élevés jamais atteints. Au sein du clergé, elles deviennent véritablement un État dans l’État.

Haut de page

Notes

1 É. Ettwiller, L’enseignement secondaire des filles en Haute Alsace pendant la période du Reichsland d’Alsace-Lorraine (1871-1918), mémoire de master dactylographié, Université de Strasbourg, 2009, p. 421. Du même, « L’école supérieure de filles d’Altkirch (1890-1916) », Annuaire de la société d’histoire du Sundgau, 2011, p. 75-92. Voir aussi R. Muller, « La femme dans la vie religieuse catholique », Saisons d’Alsace, n° 97, 1987, p. 27-43.

2 Landolin Winterer, né à Soppe-le-Haut le 28 février 1832, ordonné prêtre en 1856, curé de Saint-Étienne Mulhouse de 1871 à 1911, député de la circonscription d’Altkirch-Thann de 1874 à 1903, décède à Saint-Pierre près d’Epfig le 30 octobre 1911. Voir Ch. Baechler, « Winterer », N.D.B.A., n° 40, 2002, p. 4269-4271 et Cl. Muller, « Politique et religion dans l’Alsace allemande (1871-1911). La correspondance de Landolin Winterer », Annuaire historique de la ville de Mulhouse, t 1, p. 27-158.

3 « Parmi les quelques centaines de mille femmes majeures d’Alsace, il s’est trouvé une poignée d’intellectuelles en jupes-culottes pour adresser au Reichstag une pétition. Le mouvement est encore bénin. Et le président de police de Berlin ne sera pas obligé de mobiliser des agents pour défendre les députés contre les coups d’ombrelles des futures électrices », persifle l’abbé Nicolas Delsor en un propos peu progressiste dans la Revue Catholique d’Alsace, 1911, p. 217.

4 Ch. Zumsteeg, Congrégation des Sœurs de Ribeauvillé, Sœurs d’École en Alsace, Éditions Aprime, Strasbourg, 2009, 100 p. Remarquables graphiques d’effectifs et de pyramides des âges p. 98-99. Cl. Muller, Dieu est catholique et alsacien. La vitalité du diocèse de Strasbourg au XIXe siècle, Strasbourg, 1986, p. 392-401, 537-538, 544-547.

5 Eutropie Fischer, née à Reichshoffen le 9 décembre 1814, professe en 1834, supérieure générale des sœurs de la Divine Providence de 1856 à 1884, décédée le 26 février 1884. Voir L. Kittel, « Fischer », N.D.B.A., n° 11, 1988, p. 949-950.

6 Cl. Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale, Paris, 1984, p. 61.

7 Toutes ces données sont issues de A.D.H.R., V 446.

8 R. Epp, Mgr André Raess, évêque de Strasbourg (1842-1889), Griesheim-sur-Souffel, 1979.

9 E. Schmidt Wolmar, Der Kulturkampf in Deutschland (1871-1890), Göttingen 1962, 387 p. L. Meister, L’enseignement primaire en Alsace-Lorraine (1871-1916), Strasbourg 1960, 124 p.

10 Ces événements sont rapportés grâce à l’existence aux archives de la congrégation des sœurs de la Providence à Ribeauvillé du journal manuscrit de la supérieure Eutropie Fischer tenu du 13 août 1872 au 27 janvier 1884, (3 carnets), exploité et publié par L. Kittel, Le Kulturkampf et les sœurs de Ribeauvillé (1872-1884), maîtrise de théologie catholique, Strasbourg 1976, 76 p.

11 A. Wahl, L’option et l’émigration des Alsaciens-Lorrains (1871-1872), Paris 1974, 276 p.

12 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 16 ; en juillet 1872, Mgr Raess avait autorisé la congrégation à faire l’acquisition du château en Haute-Saône « pour y transférer dès maintenant le pensionnat français de Baviliers et pour lui assurer un asile si les événements devaient la forcer de quitter l’Alsace », cf. A.E.S., Reg 95, p. 96.

13 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 17.

14 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 23.

15 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 23.

16 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 25.

17 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 25.

18 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 26.

19 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 28.

20 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 31.

21 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 32.

22 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 35.

23 A.E.S., casier sœurs de Ribeauvillé.

24 A.C.S.R., Journal ; Kittel, Le Kulturkampf, p. 38.

25 Barbe Lehmann, née à Dannemarie le 4 septembre 1825, fille de Joseph Lehmann et de Barbe Dam, entrée dans la congrégation le 15 décembre 1845, reçue le 5 avril 1847 (Sœur Avertine), décédée à Ribeauvillé le 29 mars 1889.

26 Madeleine Risch, née à Mommenheim le 5 juin 1832, fille de Joseph Risch et de Barbe Lang, professe le 8 septembre 1849 (Sœur Marie Ange), à Sainte-Marie Ribeauvillé de 1849 à 1889 où elle est supérieure de 1865 à 1889, décédée à Ribeauvillé le 20 octobre 1899.

27 Catherine Gerum, née à Oberhergheim le 15 décembre 1828, fille d’Antoine Gerum et d’Agathe Metter, entrée dans la congrégation le 29 octobre 1844, reçue le 15 septembre 1845, décédée à Ribeauvillé le 21 mars 1910.

28 Constance Schaeffer, née à Fegersheim le 26 août 1856, fille de l’huissier Joseph Schaeffer et de Mélanie Chast. Elle fréquente l’école privée des sœurs de la Providence de Molsheim, ville où son père avait été muté en 1863. Après la guerre de 1870-1871, elle est placée en pension par ses parents au pensionnat Sainte-Marie de Ribeauvillé. Elle y passe le brevet élémentaire français en mai 1873 et, quelques jours plus tard, le brevet supérieur à Belfort. Entrée au couvent de Ribeauvillé le 19 juillet 1880, elle y fait profession religieuse le 30 août 1881, sous le nom de Sœur Marie Aimée. Maîtresse à l’école normale du couvent en 1881, elle se rend à Offenburg en 1883 pour préparer au couvent Notre Dame le brevet supérieur allemand qu’elle passe à Karlsruhe en 1884. Elle revient au couvent, à l’école normale. Dix ans plus tard, en 1894, elle devient directrice des études de l’établissement de Strasbourg. En 1898, la voici directrice de l’école normale de Ribeauvillé. En 1899, elle est élue assistante générale, cumulant les deux charges. Nommée vicaire générale en 1903, elle est supérieure générale des sœurs de Ribeauvillé de 1905 à 1919. Atteinte de cécité, elle devient première assistante, dirigeant encore dans l’ombre, si l’on peut dire, la congrégation. Croix de la Légion d’honneur en juin 1919. Elle décède à Ribeauvillé le 15 février 1931. A.C.S.R., 2 JAi N 02.

29 A.D.H.R., AL 3217 1/4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « La croix et la femme  », Revue des sciences religieuses, 85/4 | 2011, 511-522.

Référence électronique

Claude Muller, « La croix et la femme  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/4 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1799 ; DOI : 10.4000/rsr.1799

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Institut d’Histoire d’Alsace
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

  • Gaston de Rohan [Texte intégral]
    Un évêque de Strasbourg dans la question janseniste (1713-1718)
    Paru dans Revue des sciences religieuses, 84/1 | 2010
Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page