Navigation – Plan du site

Liminaire

Luc Perrin
p. 417-473

Texte intégral

  • 1 « Congréganistes dans l’enseignement public d’Alsace : entre contestations et accommodements (XIXe- (...)

1L’histoire de l’Église contemporaine n’est pas souvent à la une des revues de théologie même s’il en existe des traces dans nombre d’articles publiés sous la bannière des autres disciplines qui composent la théologie. Le réflexe du théologien est plutôt d’explorer le premier millénaire du christianisme au détriment du second, en particulier de la période qui s’étend de la Réformation et de l’époque tridentine jusqu’à nos jours. Faut-il y voir une influence persistante de la quête d’une essence du christianisme chère à Adolphe Harnack, quête dont Alfred Loisy avait montré le caractère illusoire, un point que le Magistère n’a jamais réprouvé dans ses écrits ? Il convient peut-être de regarder aussi vers la résurgence, dans la seconde moitié du siècle dernier, de la thèse soutenue par les jansénistes tardifs d’un obscurcissement progressif des vérités, thèse dénoncée par Pie VI en 1794. Pourtant, dans les sciences historiques profanes, les trente dernières années ont connu, tout spécialement en France, un vif renouveau des recherches en histoire religieuse contemporaine, l’intérêt pour le XXe siècle supplantant même celui pour le XIXe siècle. Relevons toutefois qu’en 2004, la Revue des Sciences religieuses avait eu le souci de publier les actes du colloque du Centenaire de la Faculté qui comportaient un ancrage dans l’histoire contemporaine de l’Église et, en 2008, quelques contributions d’une Journée d’études consacrée à l’itinéraire et surtout à la postérité diversifiée du bienheureux Charles de Foucauld. Elle récidive aujourd’hui avec la publication, exceptée l’intervention de François Igersheim1, des actes de la Journée dédiée aux « sœurs d’école » en Alsace du 16 octobre 2009 qui a eu lieu au Palais universitaire. Le thème s’inscrit dans un axe – les congrégations religieuses apostoliques actuelles nées en Alsace – qui avait été adopté par l’Équipe de recherche sur le catholicisme en Alsace (E.R.C.A.L.), dirigée par Jean- Luc Hiebel, équipe qui a été naturellement partie prenante de l’organisation de la partie académique de cette manifestation, à côté du diocèse de Strasbourg en la personne du chancelier Bernard Xibaut.

2L’initiative toutefois revient à la Congrégation des sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé, désireuse de marquer un événement majeur pour l’institution et remarquable pour la région au point de faire la une du quotidien Dernières Nouvelles d’Alsace : le départ en retraite des deux dernières sœurs enseignant à l’école publique en Alsace.

3L’histoire locale permet d’affiner nos connaissances générales, ici sur les congrégations religieuses apostoliques et la confrontation du catholicisme avec la modernité occidentale, en mettant en relief certaines particularités. La IIIe République avait chassé les congréganistes des écoles publiques au XIXe siècle mais ceci n’a pas affecté le Reichsland Elsass-Lothringen passé sous domination allemande et le retour à la France en 1918 a laissé en place un statut local scolaire dont Jean-Luc Hiebel restitue l’évolution depuis 1870. Ce statut n’a cependant pas été une possession tranquille tout au long des deux siècles considérés. Les « sœurs d’école », perçues comme des vecteurs de la francophilie, ont subi victorieusement l’épreuve du Kulturkampf engagée par le chancelier Bismarck : cette résistance a pu être possible à cause du poids que la Congrégation avait atteint au sein du catholicisme alsacien ainsi que le souligne Claude Muller dans sa contribution. L’occupant nazi ne recule pas, en 1940, à leur interdire tout accès à l’école et Jean-Noël Grandhomme retrace les vicissitudes de cette période courte mais qui illustre à nouveau – il n’est pas inutile de le rappeler face à des représentations médiatiques confuses –, combien nazisme et catholicisme furent en conflit ouvert.

4Les interventions de Dominique Dinet et de F. Igersheim constituaient un diptyque. La première est une fresque qui retrace, en prenant comme point de départ la naissance de la Congrégation de la Divine Providence de Ribeauvillé à la fin du XVIIIe siècle, la part prépondérante prise dans l’éducation des filles par les congrégations féminines, en montrant que le modèle éducatif est beaucoup moins figé que des lectures caricaturales du XIXe siècle catholique ne sont tentées de le dire. L’autre, qui paraîtra dans le prochain numéro de la revue, fait droit à l’opposition suscitée par cette présence, massive dans le cadre alsacien, des sœurs à l’école publique. Il me revenait de faire le point sur les tensions identitaires internes à la Congrégation, très représentative en cela des autres institutions apostoliques issues du XVIIIe-XIXe siècle, avec l’aggiornamento esquissé sous Pie XII et accentué après le concile Vatican II, aggiornamento effectué dans un contexte de crise drastique du recrutement. Lors de la manifestation qui avait lieu le lendemain, 17 octobre, à la maison-mère de Ribeauvillé, une sœur africaine est venue rappeler que l’aventure des « sœurs d’école » se poursuit sous d’autres cieux et que le déclin européen des congrégations ne vaut que pour ce continent largement « sorti de Dieu », pour citer Émile Poulat.

5Il me reste à formuler le vœu que la découverte de ce dossier incitera certain(e)s parmi les lecteurs à réévaluer l’intérêt croisé de l’histoire locale et de l’histoire contemporaine pour la compréhension du christianisme en général et de l’Église catholique en particulier.

Haut de page

Notes

1 « Congréganistes dans l’enseignement public d’Alsace : entre contestations et accommodements (XIXe-XXe siècle) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Perrin, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 85/4 | 2011, 417-473.

Référence électronique

Luc Perrin, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/4 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1794

Haut de page

Auteur

Luc Perrin

Faculté de Théologie catholique
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page