Navigation – Plan du site
Recensions

Robert Peloux, Christian Pian, Les religiosités populaires. Archaïsme ou modernité

Paris, Éditions de l’Atelier-Éditions ouvrières, 2010, 143p.
Gabriel Tchonang
p. 458-459
Référence(s) :

Robert Peloux, Christian Pian, Les religiosités populaires. Archaïsme ou modernité, Paris, Éditions de l’Atelier-Éditions ouvrières, 2010, 143p.

Texte intégral

1L’ouvrage est le fruit d’une session sur les nouvelles religiosités qui s’est tenue en mai 2009 à Francheville et à Chevilly-Larue. Cette session, organisée conjointement par le GREPO (Groupe de Réflexion et d’Études en pastorale ouvrière), les Fils de la charité, la mission ouvrière, la pastorale des migrants, la conférence des religieux et religieuses de France, les acteurs pastoraux en milieux populaires et l’Institut catholique de Paris, avait pour but de comprendre théologiquement, en s’aidant des outils sociologiques et anthropologiques, le phénomène en recrudescence de la piété et des religiosités populaires.

2Les auteurs définissent d’emblée le cadre conceptuel et établissent des points de repères anthropologiques pour une juste compréhension et lisibilité d’un phénomène transversal à toutes les classes sociales (chap. 1), avant de présenter et de décrypter un ensemble de pratiques et de demandes liées à ces formes de piétés populaires, qui vont des demandes de bénédiction d’objets ou de maison, d’utilisation de cierges, jusqu’aux pèlerinages et cultes de saints, en passant par des demandes de prières d’exorcisme et de guérison.

3Peloux et Pian présentent ensuite le mode ecclésial d’encadrement et de discernement des pratiques de piété populaires. Encadrement triplement orienté : vers le souci de compatibilité et de conciliation avec les grandes formes de liturgies, vers le souci d’unité avec l’unique Église, et vers la fidélité à la mission confiée par le Christ, centre de la foi et de la pratique chrétienne.

4Des analyses sociologiques font suite aux précédents chapitres pour tenter de comprendre la pertinence d’un phénomène et les nombreuses interrogations qu’il suscite.

5L’ouvrage s’achève sur les perspectives et enjeux liturgiques (chap. 5) ainsi que sur des attitudes pastorales et enjeux théologiques (chap. 6). Les approches nouvelles d’un phénomène parfois difficile à apprivoiser exigent : discernement, patience, solidarité et engagement ; enfin, une posture dialogale entre deux systèmes diversement structurés est vitale.

6Sans doute peut-on regretter l’absence dans l’ouvrage d’un éclairage philosophique qui en complément de l’apport sociologique et anthropologique aurait pu aider à cerner plus globalement ces « religiosités populaires ». Mais au moment où Benoît XVI, dans une lettre récente aux séminaristes, invite à une reconsidération et revalorisation de la piété populaire, l’ouvrage de R. Peloux et Ch. Pian offre des clés de compréhension d’un phénomène qui conquiert toutes les couches sociales et s’impose dans la pratique de nombreux chrétiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Tchonang, « Robert Peloux, Christian Pian, Les religiosités populaires. Archaïsme ou modernité », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 458-459.

Référence électronique

Gabriel Tchonang, « Robert Peloux, Christian Pian, Les religiosités populaires. Archaïsme ou modernité », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1789

Haut de page

Auteur

Gabriel Tchonang

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page