Navigation – Plan du site
Recensions

Nonga, Jean-Claude Aimé, L’esclavage spirituel et l’emprise sectaire en Afrique. Le cas du Cameroun

Paris, Harmattan, 2009, 128 p.
Gabriel Tchonang
p. 457-458
Référence(s) :

Nonga, Jean-Claude Aimé, L’esclavage spirituel et l’emprise sectaire en Afrique. Le cas du Cameroun. Paris, Harmattan, 2009, 128 p.

Texte intégral

1L’auteur est fondateur d’un mouvement de lutte contre les influences sectaires sur les individus (Mouvement de lutte contre les infiltrations et dérives sectaires, MALIDS), qu’il présente en introduction de l’ouvrage. Ce mouvement joue un rôle de prévention, de dénonciation et de sensibilisation des populations camerounaises sur les méthodes et stratégies des sectes.

2Ces stratégies constituent le second volet de l’ouvrage. L’auteur définit la secte dans ses méthodes comme étant un « groupe totalitaire visant par des manœuvres de déstabilisation psychologique à obtenir de leurs adeptes une allégeance inconditionnelle, une diminution de l’esprit critique, une diminution de l’acuité des facultés cérébrales et dans lequel le fondateur est celui qui sait tout sans autre preuve que sa parole » (p.18). Ces stratégies sont protéiformes et passent successivement de la séduction à l’embrigadement le plus dépersonnalisant, en passant par l’intimidation, le viol psychologique et des procédés de manipulation mentale.

3L’auteur dresse ensuite une classification sommaire des sectes par idéologie et nombre de participants, et redéfinit plus en détail les objectifs de son mouvement le MALIDS, ainsi que des actions concrètes menées sur le terrain. Il fait un ensemble de propositions pouvant aider à réussir la lutte contre les sectes (p.71-77), avant de conclure par une brève étude faite d’interviews et de rapports de journaux sur l’un des mouvements sectaires les plus meurtriers de l’Afrique, « le mouvement du Rétablissement des dix commandements de Dieu » de Joseph Kibwetere et Credonia Mwerinde en Ouganda. Il conclut par une note explicative sur les voies possibles de sortie d’une secte.

4Si l’ouvrage de J.-Cl. Nonga offre quelques éléments de compréhension, d’analyse, de prévention et de lutte contre les sectes, on peut légitimement déplorer l’absence d’un plan lisible et cohérent de l’ouvrage, les nombreuses redondances, et l’omission regrettable des sources qu’une absence totale de notes et les nombreuses imprécisions dans les citations rendent manifeste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Tchonang, « Nonga, Jean-Claude Aimé, L’esclavage spirituel et l’emprise sectaire en Afrique. Le cas du Cameroun », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 457-458.

Référence électronique

Gabriel Tchonang, « Nonga, Jean-Claude Aimé, L’esclavage spirituel et l’emprise sectaire en Afrique. Le cas du Cameroun », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/1787

Haut de page

Auteur

Gabriel Tchonang

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page