Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Pierre Batut, Pantocrator « Dieu le Père tout-puissant » dans la théologie prénicéenne

Paris, collection des Études Augustiniennes, Série Antiquité – 189, 2009, 581 pages.
Françoise Vinel
p. 454-455
Référence(s) :

Jean-Pierre Batut, Pantocrator « Dieu le Père tout-puissant » dans la théologie prénicéenne, Paris, collection des Études Augustiniennes, Série Antiquité – 189, 2009, 581 pages.

Texte intégral

1Tertullien est encore à l’honneur dans l’enquête menée sur le Dieu « Pantocrator » (chap. IV). Cinq des six chapitres de cette livraison des Études Augustiniennes suivent en effet, de l’Écriture à Clément d’Alexandrie et Origène, les traces d’une réflexion sur la « toute-puissance » de Dieu. Le dernier chapitre – « Le destin du Pantocrator dans l’histoire de la théologie » – fait place aux Pères postérieurs au concile de Nicée et après un passage par la réflexion de Thomas d’Aquin propose une ouverture critique sur les conceptions contemporaines du philosophe H. Jonas (p. 521s., l’A. reprend la formulation de J.-L. Solère « Le concept de Dieu avant Hans Jonas », selon le titre d’un article paru en 1996 dans les Mélanges de Science Religieuse). L’enjeu est donc une mise au point sur la nomination de Dieu comme « tout-puissant » mais on fera d’abord quelques remarques méthodologiques sur une succession de monographies consacrées à chacun des auteurs choisis. S’il est légitime de s’intéresser aux occurrences du terme « pantocrator /omnipotens » dans les premiers siècles de la littérature chrétienne, biblique et patristique, quelques précisions chronologiques sont néanmoins nécessaires et cela manque parfois dans l’ouvrage. Le premier chapitre, « Le titre divin Pantocrator, de l’Écriture aux Actes des Martyrs », fait place à deux récits de martyres, celui de Polycarpe et celui d’Apollonios (p. 57-60) mais aucune indication n’est donnée sur la distance temporelle entre ces deux œuvres, du milieu du 2e s. au 5e, voire 6e siècle pour le second récit (d’après P. Maraval dans sa traduction des Actes et passions des martyrs chrétiens des premiers siècles, Paris 2010) – ce qui rend moins étonnant le fait que l’emploi de pantocrator pour désigner le Père y apparaisse « au service d’une première élaboration trinitaire ». D’autre part, les pages consacrées à « Hippolyte » (p. 256-298) font bien sûr état des discussions sur l’identité du personnage et de l’existence d’un « second Hippolyte » mais traitent ensuite du Contre Noët et de l’Elenchos en restant dans un flou chronologique regrettable. « Dans l’intervalle qui sépare le Contre Noët de l’Elenchos, la théologie du Logos s’est considérablement enrichie », conclut l’A. (p. 295) – certes, mais une telle remarque ne perd-elle pas beaucoup de sa pertinence si « l’intervalle » n’est pas précisé, un intervalle qui, selon les études les plus récentes, nous mènent bien au-delà du 3e s. ? Quelques mises à jour bibliographiques s’avèrent ainsi manquer et une enquête lexicographique ne peut pas faire fi d’une bonne contextualisation ou au moins de la prudence de l’historien de la théologie.

2Ces quelques réserves étant exprimées, l’utilité d’une étude sur la toute-puissance, pantokaratoria, attribuée à Dieu est évidente et ce n’est pas sans raison que l’A. s’arrête à la position de H. Jonas, pour qui, résume l’A., « la toute-puissance divine ne s’accommoderait d’aucune altérité » (p. 524). Or c’est au contraire tout le lien entre toute-puissance et relation – relation entre les personnes divines, relation avec la création et tout particulièrement l’homme dans le dessein de salut – qui est au cœur des élaborations théologiques analysées au fil des chapitres. La toute-puissance de l’acte créateur et de l’incarnation salvifique, telle que l’étudie l’A. en relisant Théophile d’Antioche, Irénée et Tertullien, se déploie dans sa richesse. Commentant tout un ensemble de passages de l’Adversus haereses, l’A. conclut ainsi au lien entre toute-puissance et récapitulation (p.204-207, avec toute une discussion sur l’interprétation d’Adv. Haer. IV, 37) ; la lecture de Tertullien, quant à elle, montre comment la pankratoria ne saurait être exclusivement associée à la monarchie du Père. Ces deux exemples des développements pré-nicéens sur le Tout-puissant suffisent à montrer comment le concept de « toute-puissance absolue » (potentia ordinata/potentia absoluta) dans la théologie médiévale constitue une dérive qui n’est pas sans risque (p. 512-514). Les sources rassemblées et analysées par J.-P. Batut offrent à la réflexion théologique contemporaine l’occasion de revisiter l’attribut de « toute-puissance », un concept qui, comme celui de « providence » est aujourd’hui l’objet de bien des soupçons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Jean-Pierre Batut, Pantocrator « Dieu le Père tout-puissant » dans la théologie prénicéenne », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 454-455.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Jean-Pierre Batut, Pantocrator « Dieu le Père tout-puissant » dans la théologie prénicéenne », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1781

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page