Navigation – Plan du site
Recensions

Frédéric Chapot, Virtus veritatis. Langage et vérité dans l’œuvre de Tertullien

Paris, collection des Études Augustiniennes, Série Antiquité – 186, 2009, 359 pages.
Françoise Vinel
p. 453-454
Référence(s) :

Frédéric Chapot, Virtus veritatis. Langage et vérité dans l’œuvre de Tertullien. Paris, collection des Études Augustiniennes, Série Antiquité – 186, 2009, 359 pages.

Texte intégral

1Structurée en quatre chapitres, l’étude que mène F. Chapot (F.C.) sur Tertullien (T.) et les marques de son attachement à la vérité nous fait entrer dans une connaissance ample et rigoureuse des préoccupations dominantes du théologien carthaginois. Circulant avec aisance dans toute l’œuvre de ce dernier et dans une abondante bibliographie, F.C. rappelle les traits bien connus de l’héritage classique assumé par T. et de sa vigueur apologétique, dans un contexte doublement polémique, contre les païens et les hérétiques. Le lecteur est ainsi préparé à l’objet propre de l’étude : la philosophie du langage à l’œuvre chez T., le plus souvent de manière implicite, car celui-ci se soucie davantage de combattre et de convaincre que d’élaboration philosophique. C’est le pouvoir agissant de la vérité, « virtus veritatis » qui importe : pouvoir du Verbe et de l’Esprit qui manifestent la révélation (« Deus veritatem aperit »), pouvoir, aussi, des mots eux-mêmes et F.C. nous rappelle d’emblée le lien étroit, dans la culture romaine, entre vérité et réalité. L’affirmation de l’adéquation entre le nom et la chose, d’inspiration stoïcienne, est de grande portée pour les combats menés par T. : l’erreur, celle des païens comme celle des hérétiques, est postérieure à la vérité et elle est à la fois une mauvaise connaissance du réel et une erreur herméneutique, en particulier dans la lecture des Écritures. Mais comme le suggère le second chapitre (« La vérité en action »), la vérité du christianisme est à mettre en œuvre dans tous les aspects de l’existence : elle détermine une norme de conduite, essentiellement faite de mesure, à l’encontre des manques propres au paganisme et des excès de hérétiques (p. 115s., à propos de la condamnation du mariage par Marcion – mais les liens de T. avec les montanistes exigeraient dans ces pages, nous semble-t-il, une plus grande attention à la chronologie). Nombre de textes sont cités et finement commentés, faisant apparaître la virtuosité rhétorique de T. et son efficacité.

2Les deux derniers chapitres se rapportent plus explicitement aux aspects linguistiques (« le langage en question » et « l’ars grammatica au service de la vérité ») et donnent toute la richesse du travail de F.C. Partant d’une analyse des noms de Dieu et du Christ par T., héritier sur ce point de Justin et d’Athénagore, F.C. souligne combien la question du langage est toujours traitée au service de la polémique, dans une lutte incessante contre les multiples mensonges des adversaires. Les pages consacrées à l’interprétation de l’expression « resurrectio mortuorum » ou l’exposé des conceptions linguistiques des Valentiniens invitent à s’intéresser aux passages métalinguistiques de l’œuvre de T., jusque-là largement laissés dans l’ombre, et à préciser son herméneutique biblique. Quant à l’ars grammatica, il se déploie d’abord dans la place faite à l’étymologie. Comme le rappelle F.C., « à Rome, l’étymologie est partout, elle a envahi les genres les plus divers » (p. 234), T. est donc sur ce point un digne représentant de la culture romaine. En s’appuyant sur le traité Ad nationes, F.C. s’emploie à un relevé très éclairant des données étymologiques utilisées par T. pour sa critique de la religion païenne (voir tableaux p. 249-251). Divers exemples d’exégèse grammaticale concluent le dernier chapitre.

3Outre la bibliographie, trois index (index scripturaire ; index des œuvres de T. et des mots latins) complètent l’ouvrage. Toute l’œuvre de T. est ainsi reparcourue dans sa cohérence littéraire et théologique, et les moyens de la polémique richement redéfinis. Autant dire que cette lecture ouvre également des pistes pour tous les patrologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Frédéric Chapot, Virtus veritatis. Langage et vérité dans l’œuvre de Tertullien », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 453-454.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Frédéric Chapot, Virtus veritatis. Langage et vérité dans l’œuvre de Tertullien », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/1779

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page