Navigation – Plan du site
Recensions

T. Römer, J.-D. Macchi, C. Nihan (éds), Introduction à l’Ancien Testament

Le Monde de la Bible 49, 2e édition, Genève, Labor et Fides, 2009, 902 p.
Françoise Laurent
p. 450-451
Référence(s) :

T. Römer, J.-D. Macchi, C. Nihan (éds), Introduction à l’Ancien Testament, Le Monde de la Bible 49, 2e édition, Genève, Labor et Fides, 2009, 902 p.

Texte intégral

1Déjà bien connue d’un public spécialiste ou non d’exégèse biblique (12004), cette Introduction, rééditée, est largement augmentée (environ 200 p.), substantiellement revue, mise à jour. La structure de base (Pentateuque, Prophètes, écrits, Livres deutérocanoniques) est conservée, des lignes directrices telles la dimension historique de la Bible, les questions de composition, les thèmes et leur contexte subsistent, le caractère scientifique allié à une présentation pédagogique reste intact.

2Mais un souffle neuf traverse cette édition. La présence (cinquième partie) de livres reçus par les Églises de l’Orient qui, à la connaissance même des éditeurs, est le seul cas parmi les introductions à l’Ancien Testament, instaure un nouvel équilibre. 3-4 Maccabées, 3-4 Esdras, le Livre des Jubilés, le Livre d’Hénoch, le Testament des Douze Patriarches sont présentés par M. Langlois et D. Hamidovic selon les mêmes critères (plan et contenu ; origine et formation ; thèmes et enjeux ; bibliographie) et précédés d’une introduction. Cette initiative heureuse élargit l’horizon ecclésial et scripturaire et permet une meilleure intelligence de ce qu’est l’écriture, ses traditions, sa transmission, sa réception. Elle est aujourd’hui amplifiée avec la nouvelle TOB qui accueille six livres admis par les orthodoxes : 3-4 M, 3-4 Esd, la Prière de Manassé, le Psaume 151.

3Deux chapitres sur l’histoire d’Israël élargissent l’introduction générale. « Des origines à l’époque de la domination babylonienne » par J.-D. Macchi met le récit biblique en dialogue critique avec la sociologie, l’anthropologie, les données épigraphiques, la documentation extra-biblique, la vie sociale, économique et suit les grandes périodes archéologiques. L’« Histoire du judaïsme aux époques perse, hellénistique et romaine. De Cyrus à Bar Kokhba » par A. Sérandour prend aussi en compte les conditions des sources pour cette période complexe et s’appuie sur l’épigraphie et l’archéologie. Dans son apport sur les « Lois du Pentateuque », O. Artus aborde les collections législatives en valorisant leur formation, la mise en perspective avec les lois du Proche-Orient ancien et le contexte de la Torah. Les « Écrits » s’enrichissent de deux introductions. T. Römer traite de la littérature sapientiale replacée sur l’horizon de la sagesse proche-orientale. Des lignes de force sont dégagées, concept de la crainte de Dieu, évolution de la sagesse judéenne, réponses à la crise, particularité de la sagesse hébraïque. La littérature apocalyptique, souvent difficile, s’éclaire avec le chapitre conséquent de C. Nihan sur les « apocalypses juives (et non chrétiennes) dans la période allant du Second Temple jusqu’à la révolte de Bar-Kochba et la seconde guerre juive ». Des questions délicates sont vues : conception de la révélation, place de l’eschatologie, liens avec la littérature mantique, parallèles dans le monde antique, milieux producteurs, rapports avec prophétie et sagesse.

4Dans les chapitres déjà existants, composition et formation des livres comportent des mises à jour : conclusion du récit primitif de l’exode et du récit sacerdotal primitif, édition finale du Pentateuque, récit de l’ascension et de la succession de David, rédaction dtr de 1-2 S, précisions sur le rouleau d’Ezéchiel, date de composition et auteur de Judith, fragment du Ms C du Siracide. Notons aussi quelques apports : stèle de Tell-Dan pour la représentation de David, valorisation de la finale d’Amos avec l’ouverture eschatologique, témoin à Qumran du livre de Malachie, reprise de la lecture théologique de Job. Un dossier comparatiste s’ajoute à deux bibliographies, Gn 1-11 et Lm. Le glossaire gagne un terme, « Amphictyonie ».

5Des modifications encore pourraient être citées qui achèveraient, s’il en était besoin, de convaincre du grand soin apporté à cette réédition : elle offre une Introduction à l’Ancien Testament en langue française très précieuse, une référence obligée désormais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Laurent, « T. Römer, J.-D. Macchi, C. Nihan (éds), Introduction à l’Ancien Testament », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 450-451.

Référence électronique

Françoise Laurent, « T. Römer, J.-D. Macchi, C. Nihan (éds), Introduction à l’Ancien Testament », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/1773

Haut de page

Auteur

Françoise Laurent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page