Navigation – Plan du site
Recensions

Thomas Römer, Dieu obscur. Cruauté, sexe et violence dans l’Ancien Testament

Essais Bibliques 27, Nouvelle édition augmentée, Genève, Labor et Fides, 2009, 152 p.
Françoise Laurent
p. 449-450
Référence(s) :

Thomas Römer, Dieu obscur. Cruauté, sexe et violence dans l’Ancien Testament, Essais Bibliques 27, Nouvelle édition augmentée, Genève, Labor et Fides, 2009, 152 p.

Texte intégral

1Cette troisième édition (11996, 21998) dit assez le succès d’un ouvrage qui affronte des textes où Dieu apparaît sous des traits choquants. Reformulé, le sous-titre « Cruauté, sexe et violence dans l’Ancien Testament » réordonne les thèmes avec souplesse. L’iconographie modifiée de la couverture annonce le profil renouvelé du livre. Aux questions initiales, « Dieu est-il mâle ? », « Dieu est-il cruel ? », « Dieu est-il despote et guerrier ? », s’était déjà ajoutée « Dieu est-il violent et vengeur ? ». La question réflexive et fondamentale finale demeure, « Dieu est-il compréhensible ? ». Un chapitre nouveau, « Dieu est-il moralisateur et l’homme pécheur ? » joint l’interrogation sur les aspects divins déroutants et celle, fondamentale, sur l’homme. Ce travail réalise un équilibre entre la confrontation aux « aspects inquiétants, opaques ou scandaleux de la ‘personnalité’ du Dieu de l’Ancien Testament » et une intelligence du contexte historique, religieux, idéologique, littéraire, une attention aux relectures des textes dans la Bible, une mise en perspective avec d’autres passages. La ligne de crête ainsi tracée, cette édition vient encore l’affiner par des additions et un prolongement de la réflexion fondamentale.

2Les représentations masculines de Dieu précisent le renvoi au texte difficile d’Ez 16 tandis que la question de l’association de YHWH à une déesse et celle de l’image masculine et féminine de Dieu sont reprises. Le chapitre sur la cruauté abordait déjà sacrifices humains et attaques divines, décelant un dépassement interne. Actualisant les enjeux contemporains de l’image belliqueuse de Dieu, le chapitre 3 relit récits guerriers et lois de séparation entrainant le massacre et souligne la dimension « polémique » et de « contre- histoire » des textes conquérants de Josué. « L’image d’un Dieu antimilitariste et universel » est accentuée par l’ajout de deux séquences : le roman de Joseph et le rôle de Rahab, cananéenne.

3Le chapitre nouveau propose d’abord une lecture de Gn 3 qui conteste la théorie du péché originel et valorise la réflexion sur la « liberté et l’autonomie de l’homme » par une interprétation audacieuse où Dieu « pousse l’homme à assumer sa liberté en transgressant son commandement », « manipulant en quelque sorte » la situation. La sortie du jardin est « une nécessité pour que l’homme puisse devenir pleinement lui-même ». Gn 3 s’apparente ainsi aux représentations troublantes de Dieu. Cette vision de la gestion de la liberté humaine nous paraît cependant discutable. Si l’homme est appelé à assumer sa liberté face au commandement divin, faut-il que ce soit en transgressant ? Gn 3 ne dit pas explicitement que l’homme aurait pu faire autrement mais ne dit pas non plus qu’il ne pouvait pas faire autrement, contrairement à la suggestion de l’auteur. Est décrite une situation de fait à partir de l’existence actuelle sans que l’on puisse en définitive produire la figure de Dieu Créateur comme semblant pousser l’homme à la transgression. Des prescriptions « choquantes » d’Ex 21-22 sont ensuite nuancées par un contexte, une réinterprétation, d’autres lois. Et la « vision restrictive de la sexualité » est limitée par « l’hymne à l’amour et à l’érotisme » du Cantique des Cantiques.

4L’intelligence des psaumes de vengeance (137.136.58) s’enrichit par les circonstances et les pratiques de l’époque, l’accueil de ces textes, le refus des réponses insuffisantes. Ils ne peuvent légitimer quelque idéologie et la primauté de l’amour est rappelée (Lv 19,18 ; Gn 6-9 ; Os 11,9). Enfin, la compréhensibilité de Dieu reprend la rétribution morale, le « côté incompréhensible du Dieu biblique », l’autonomie du mal et la souveraineté plénière de Dieu. Rappelons le beau paragraphe final, « un Dieu qui vient pour surprendre », « voix de silence » et miséricorde qui révèlent Dieu.

Cette édition, mûrie, poursuit une réflexion qui, sans masquer la confession essentielle d’un Dieu de libération, se confronte à des questions ardues mais incontournables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Laurent, « Thomas Römer, Dieu obscur. Cruauté, sexe et violence dans l’Ancien Testament », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 449-450.

Référence électronique

Françoise Laurent, « Thomas Römer, Dieu obscur. Cruauté, sexe et violence dans l’Ancien Testament », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1771

Haut de page

Auteur

Françoise Laurent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page