Navigation – Plan du site
Recensions

Beat Weber, Werkbuch Psalmen III. Theologie und Spiritualität des Psalters und seiner Psalmen

Stuttgart, Kohlhammer, 2010, 369 p.
Eberhard Bons
p. 447-449
Référence(s) :

Beat Weber, Werkbuch Psalmen III. Theologie und Spiritualität des Psalters und seiner Psalmen, Stuttgart, Kohlhammer, 2010, 369 p.

Texte intégral

1Pasteur de l’Église réformée du Canton de Berne, Suisse, l’auteur de ce livre vient de compléter sa « trilogie » sur le Psautier. Les deux premiers volumes, parus en 2001 et 2003, se veulent une introduction à chacun des 150 psaumes. L’objectif de Weber était de fournir aux théologiens engagés dans la liturgie, la catéchèse et l’enseignement religieux un outil leur permettant de mieux comprendre les psaumes et de les utiliser (cf. RevSR 77, 2003, p. 566s.). L’auteur se prononce pour une telle « théologie appliquée » (cf. la préface, p. 5) dans le troisième volume aussi. Concrètement, il poursuit une telle approche à travers une série de chapitres de longueur inégale dont le contenu se situe entre l’exégèse au sens strict du terme et la théologie biblique au sens large.

2La façon dont l’auteur aborde les sujets de la théologie et de la spiritualité du Psautier et de ses Psaumes (selon le sous-titre du livre) est originale (chapitres 1-2). Sceptique face aux catégories abstraites jugées susceptibles de résumer « la » théologie du Psautier (p. ex. « le royaume de Dieu » ou « la présence salvifique de Dieu »), et favorable à l’approche canonique de la Bible, Weber se laisse guider par le message des trois textes qui servent d’introduction à l’ensemble du Psautier : dans le Psaume 1, un maître de sagesse prend la parole. Il est relayé par le prophète anonyme qui communique, dans le Psaume 2, le message du Seigneur à son messie ( = le roi d’Israël). Enfin, dans le Psaume 3, c’est le roi David lui-même qui adresse une prière à Dieu, tout comme dans la plupart des psaumes suivants. Or ce n’est pas un hasard que ces trois sujets – la sagesse, la prophétie ainsi que la prière et le chant – forment la colonne vertébrale du Psautier. C’est ainsi que s’explique aussi l’articulation du livre de Weber : le chapitre 3, qui compte environ 100 pages, est consacré à la prière et au chant (« liturgie »). Les chapitres 4 et 5, beaucoup plus courts, abordent le sujet du royaume de Dieu et de son messie (« prophétie ») ainsi que celui de l’instruction (« sagesse »). De même que l’introduction du Psautier fait l’objet du premier chapitre, de même sa conclusion mérite une analyse plus détaillée. L’auteur y consacre le chapitre 6, sans pour autant se limiter à la présentation des Ps 146-150 qui invitent à une louange continuelle à Dieu. Weber attire l’attention aussi sur le mouvement du Psautier en tant que livre : alors que les trois premiers livres du Psautier sont dominés par la lamentation, celle-ci cède progressivement la place à la louange, notamment dans le troisième et le quatrième livre. Or ces réflexions sont enrichies par un questionnement auquel les chercheurs n’ont accordé que peu d’importance : dans les Bibles hébraïques, le Psaume 150 clôt le psautier. Les Bibles grecques transmettent un psaume supplémentaire, le Psaume 151. Dans l’ensemble du Psautier, et en particulier dans sa partie finale, quelle est alors la fonction d’un tel psaume ? Bien entendu, comme les rouleaux de Qumrân le confirment, il s’agit d’un texte ancien dans lequel David prend la parole à la première personne, de manière quasi autobiographique, rappelant sa vocation et le combat avec Goliath. Or on s’étonne de que Weber, ailleurs très sensible à l’approche canonique du Psautier, ne fasse aucun rapprochement avec les autres psaumes dits « royaux », p. ex. en insistant sur le verset conclusif : « J’ai lavé de l’affront les enfants d’Israël » (Ps 151,7). Une lecture de ce verset à la lumière du Psaume 89(88) n’offre-t-elle pas de nouvelles perspectives, le Psautier s’achevant sur l’allusion à un passé glorieux ?

3Le livre de Weber est complété par un très long chapitre intitulé « Les psaumes et le Psautier dans l’histoire, dans la théologie et dans la spiritualité ». Dans ce contexte, l’auteur traite, entre autres, les sujets suivants : l’origine des psaumes, leur transmission, les étapes de la composition du psautier, sa place dans les canon de l’Ancien Testament et, en particulier, dans la partie « ketoubim », le psautier dans le Nouveau Testament, l’usage du psautier dans l’Église. Enfin, le lecteur saluera la vaste bibliographie (plus de 80 pages) qui porte non seulement sur les ouvrages exégétiques mais aussi sur des sujets de théologie pratique, p. ex. « Les psaumes dans la prédication, dans l’enseignement religieux et dans la formation permanente » et « Les psaumes dans la pastorale et dans la psychothérapie ».

4Le grand avantage de l’ouvrage est sans aucun doute d’offrir de vastes informations sur le psautier, en insistant sur son articulation et son rapport avec les autres textes, thèmes et genres littéraires de l’Ancien Testament. Ainsi, l’auteur met à profit les acquis de l’approche canonique de la Bible. À cela s’ajoute une sensibilité aux phénomènes littéraires ainsi qu’aux motifs théologiques qui ne cessent d’interroger les lecteurs, et pas seulement ceux qui ouvrent le Psautier pour la première fois. Dans le contexte de la langue et du style du Psautier, Weber évoque quelques-uns de ses traits spécifiques, p. ex. le parallelismus membrorum et l’emploi des métaphores et images. Il est conscient aussi des motifs susceptibles de scandaliser les lecteurs d’aujourd’hui, notamment les imprécations contre les ennemis qui ont suscité des réactions opposées ces dernières décennies : du simple rejet jusqu’à la défense de leur raison d’être. Les quelques pages que Weber consacre à ce problème (p. 122-126) révèlent une excellente connaissance du débat récent. En plus, l’auteur arrive à faire des propositions nuancées, en rappelant p. ex. que les textes bibliques n’ont pas tous la même validité pour toute l’humanité en tout temps (p. 125). En ce qui concerne les imprécations contre les ennemis, elles gardent toujours une valeur, p. ex. dans le cadre d’un processus thérapeutique où elles permettent à des personnes traumatisées d’assimiler leur souffrance. D’un point de vue théologique, les imprécations ne sont qu’une « parole provisoire » qui a sa place dans un monde marqué par la chute originelle.

5Pour conclure, à Weber revient le mérite d’avoir abordé une multitude de textes, de sujets et de motifs. Un des points forts du livre est incontestablement la grande aisance avec laquelle l’auteur introduit aux matières les plus variées, sans pour autant se servir d’un vocabulaire trop technique. Soulignons aussi l’effort herméneutique que fait l’auteur pour rendre accessibles des notions et catégories bibliques ou proche-orientales à un public du XXIe siècle. On aurait pu pondérer davantage certains sujets, bien sûr, p. ex. l’arrière-fond politique et social des Psaumes (agriculture, vie nomade, pauvreté, l’absence d’une juridiction effective, etc.), le principe de rétribution (Ps 37 ; 73), le rapport entre Dieu et la mort ainsi que les motifs eschatologiques au sens large. Quoi qu’il en soit, ces remarques critiques n’enlèvent rien à la grande valeur d’un ouvrage stimulant qui, avec les deux volumes que Weber a déjà publiés, est beaucoup plus qu’une introduction au Psautier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eberhard Bons, « Beat Weber, Werkbuch Psalmen III. Theologie und Spiritualität des Psalters und seiner Psalmen », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 447-449.

Référence électronique

Eberhard Bons, « Beat Weber, Werkbuch Psalmen III. Theologie und Spiritualität des Psalters und seiner Psalmen », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1769

Haut de page

Auteur

Eberhard Bons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page