Navigation – Plan du site

Benoît Gentien et la défense des intérêts de l’université de Paris au Concile de Constance

Benoît Gentien: Defending the Interests of the University of Paris at the Council of Constance
Sophie Vallery-Radot
p. 391-409

Résumés

Dès l’arrivée de la délégation universitaire à Constance, Benoît Gentien, par un discours très flatteur à l’égard de Sigismond, prend position en faveur de celui qui tient les rênes du concile. Si ce soutien renforce encore un peu plus le roi des Romains, Benoît Gentien, et à travers lui l’Université de Paris manifeste sa volonté d’indépendance à l’égard de toutes les autorités du concile. Benoît Gentien se montre un ferme défenseur du mode de scrutin par nation. Il n’hésite pas non plus, au risque de s’attirer les foudres des prélats du concile, à être le premier à évoquer la question bénéficiale au lendemain de la fuite de Jean XXIII. Conscient de ce que nombre de décisions du concile se prennent à l’extérieur des murs de Constance, il accepte à trois reprises d’être désigné ambassadeur. Son combat pour l’unité de l’Église profite à l’Université de Paris, représentée par ce biais dans tous les lieux de pouvoir et de décisions. Comme ambassadeur, il exporte l’autorité magistrale. Si l’autorité de Benoît Gentien préexistait au concile, celui-ci l’a incontestablement renforcée en donnant au maître parisien une nouvelle envergure. Constance lui donne l’occasion d’exercer des fonctions politiques et diplomatiques bien éloignées de la théologie.

Haut de page

Texte intégral

1En février 1415 : le concile de Constance attend impatiemment l’arrivée des délégués de l’Université de Paris. Il a été solennellement ouvert le 17 novembre 1414 par le pape Jean XXIII. Sigismond, roi des Romains, est quant à lui arrivé dans la ville conciliaire durant la nuit de Noël de la même année. À cette date, les Français brillent par la faiblesse de leur représentation.

2En février 1415, au moment de l’arrivée à Constance des délégués de l’Université de Paris, le débat de la triple cession fait rage au concile et oppose le pape Jean XXIII au roi des Romains, Sigismond. Le 21 février, l’arrivée des délégués de la célèbre université parisienne est vue par les tenants des deux partis comme le moyen d’arbitrer ce conflit, chaque camp espérant rallier à ses vues les universitaires parisiens. Les pressions exercées sur cette délégation sont importantes et significatives de son autorité morale.

3Jean XXIII et Sigismond, principales autorités du concile, sont conscients de l’importance de l’avis de l’Université de Paris dans ce débat. Tous deux agissent avec sens de l’urgence.

4Jean XXIII invite la délégation universitaire à une audience dès le 23 février, soit deux jours après son arrivée. Lors de cette entrevue, il prend la parole le premier et ne manque pas de courtiser l’Alma Mater en multipliant à son égard les manifestations de déférence, voire les flatteries. Il rappelle l’impatience avec laquelle il a souhaité son arrivée, n’hésite pas à la placer au-dessus des autres universités et ne manque pas non plus de qualifier Charles VI de « roi très chrétien ».

5Sigismond, quant à lui, assiste au premier discours du porte-parole de l’Université de Paris, Benoît Gentien. Tout comme Jean XXIII, il se montre prévenant à l’égard des délégués de l’Université de Paris.

6D’emblée, par son prestige et son autorité, l’Université de Paris est considérée comme capable de faire pencher la balance dans un sens ou dans l’autre. C’est la raison pour laquelle ses délégués apparaissent à Constance comme des interlocuteurs courtisés ayant autorité.

  • 1 Le Religieux de Saint-Denys, IV, p. 449.
  • 2 Paris, BnF, lat., 5656-A, f. 14r.

7Parmi eux, Benoît Gentien s’impose très vite comme le porte-parole officiel de l’Université de Paris à Constance. Situons-le. Benoît Gentien est originaire de Paris et appartient à une famille aisée. Son père Jean était maître des monnaies et prévôt des marchands. Son frère Pierre est conseiller au Parlement. Il devient prévôt des marchands le 26 août 14111. Ses sœurs sont mariées, l’une à un conseiller au Parlement et l’autre à un officier des finances royales. Licencié en théologie en 14102, il devient docteur en théologie de l’Université de Paris en 1412. Il est également moine bénédictin à l’abbaye de Saint-Denis.

  • 3 M. Pintoin, Chronique du Religieux de Saint-Denys, 1413-1422, éd. Bellaguet, Paris, 1994 (abrégé Le (...)
  • 4 Ibidem.

8Avant le concile de Constance, il est déjà l’un des principaux porte-parole de l’Université. C’est ainsi que le 11 janvier 1411, il est chargé par l’Université de faire un discours dans le cadre de l’assemblée du clergé de France qui se tient dans la salle du Palais. Il demande que l’on réfléchisse sur le traitement des cardinaux, sur les abus des appels en Cour de Rome. Enfin, il se montre un ferme opposant à la promotion des étrangers aux bénéfices du royaume3. À cette occasion, Michel Pintoin vante son éloquence4.

  • 5 Le Religieux de Saint-Denys, IV, 738-742 ; J. Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, roy de Fr (...)
  • 6 H. Denifle, E. Chatelain, Chartularium universitatis parisiensis, t. IV, Paris, 1889-1897 (abrégé C (...)
  • 7 CUP, IV, 2006.
  • 8 L. Tournier, L’université de Paris dans les évènements politiques du royaume de France (1405-1452), (...)

9Le 9 février 1413, Benoît Gentien prend la parole devant le roi afin d’exposer « en termes généraux ce que sa vénérable mère l’Université de Paris l’avait chargé de dire ». Il se présente comme un fidèle porte-parole de l’Alma Mater, ce qui ne l’empêche pas d’attaquer ouvertement le duc de Bourgogne et de s’attirer les foudres d’Eustache de Pavilly qui l’accuse ne pas avoir défendu les propositions de la corporation mais ses idées propres5. À l’automne 1413, il assiste au concile de la foi6 et fait partie de la commission chargée d’examiner les propositions de Jean Petit7. Le 25 février 1414, il fait un discours les condamnant8.

  • 9 Le Religieux de Saint-Denys, IV, p. 449.

10En définitive, pour clore cette courte présentation, Benoît Gentien apparaît en ce début du concile comme un homme appartenant à une famille prestigieuse. Le Religieux de Saint-Denys dit de lui qu’il est « d’illustre naissance9 ». Son réseau relationnel est étendu. Il couvre à la fois la sphère intellectuelle grâce à l’Université de Paris et à l’abbaye de Saint-Denis, les sphères politique et commerciale grâce à sa famille. « Intellectuel » engagé dans la politique de son temps, il a choisi le camp armagnac.

11Éminent docteur en théologie, c’est un homme d’autorité, de prestige et de talent que l’Université de Paris s’est choisi comme porte-parole au concile de Constance.

12Nous essayerons de montrer que si à son arrivée à Constance, Benoît Gentien bénéficie de la réputation très prestigieuse de l’Université de Paris (autorité préalable), son charisme rejaillit sur le prestige de l’institution. Si la défense des intérêts de la corporation universitaire n’exclut pas des prises de positions plus personnelles (comme dans l’affaire Jean Petit), Benoît Gentien s’est fait véritablement le serviteur de l’Université de Paris qu’il représente à Constance. Il y acquiert une plus grande autorité.

Il a à cœur de préserver l’indépendance de l’Alma Mater au concile, de défendre ses intérêts à Constance comme dans les différentes ambassades auxquelles il participe.

I. Préserver son indépendance à l’égard des autorités établies

13Dès son arrivée à Constance, Benoît Gentien, de pair avec les autres délégués de l’Université de Paris, a le souci de préserver l’indépendance de sa corporation. Pour cela, il prend soin de ne s’affilier à aucune autorité établie. Qu’il s’agisse de Jean XXIII, des ambassadeurs du roi de France ou même du roi des Romains, les délégués de l’Université de Paris représentés par Benoît Gentien, cherchent habilement à maintenir leur autonomie.

A – De Jean XXIII

14Deux jours après son arrivée à Constance, le 23 février 1415, la délégation universitaire parisienne désigne deux de ses principaux docteurs en théologie, Jean d’Achery et Benoît Gentien, en vue de prononcer respectivement en son nom, un discours à Jean XXIII et à Sigismond, les deux autorités principales du concile. Cette désignation est en soi significative de l’autorité acquise par Benoît Gentien au sein même de la délégation universitaire.

  • 10 Discours retranscrit dans H. Finke, Acta Concilii Constantiensis, II, p. 397-400.

15Le discours de Jean d’Achery se montre enthousiaste de la décision d’abdication de Jean XXIII10. Le pape pisan sait d’emblée à quoi s’en tenir : il ne peut nullement compter sur le soutien de l’Université de Paris pour contrebalancer le pouvoir du roi des Romains.

16En acceptant au lendemain de son arrivée le principe de la triple cession, l’Université de Paris se montre partisane de la remise en question de l’œuvre du concile de Pise. Son avis fait nettement pencher l’ensemble du concile pour cette solution.

17Déjà conscients de son prestige, les délégués de l’Université de Paris ne peuvent que mesurer avec satisfaction les effets de leur intervention sur l’assemblée conciliaire.

B – De l’ambassade du roi de France

18Le soutien qu’apporte à Jean XXIII, Géraud du Puy, ambassadeur du roi de France au concile dès son arrivée le 5 mars 1415, ne modifie nullement la position des universitaires parisiens à l’égard du pape pisan.

19Dès lors, Benoît Gentien et les universitaires parisiens se trouvent en porte-à-faux avec l’ambassade de Charles VI. Cette divergence ne fait que souligner l’indépendance de l’Université de Paris à l’égard du pouvoir établi.

20Malgré les démarches effectuées par le gouvernement armagnac pour s’assurer d’une minutieuse sélection des universitaires envoyés à Constance, la première prise de position des universitaires parisiens va à l’encontre des intérêts du gouvernement du roi de France et semble au contraire servir ceux du roi des Romains.

21Cela signifie-t-il que la délégation de l’Université de Paris se soumet aveuglément à la volonté du roi des Romains ? Tout semble le faire penser dans un premier temps. En réalité, la délégation de l’Université de Paris, à travers son porte-parole Benoît Gentien, se montre pragmatique. Elle cherche avant tout à servir ses propres intérêts.

C – De Sigismond

  • 11 Texte édité dans H. Finke, Acta Concilii Constantiensis, t. I-IV, Münster, 1896-1928 (abrégé Finke, (...)
  • 12 Luc, 11, 31
  • 13 Voir sur la référence à Salomon : J.-P. Boudet, « Le modèle du roi sage aux XIIIe et XIVe siècles : (...)

22Le 23 février 1415, Benoît Gentien, au nom de l’Université de Paris, fait à son tour son premier discours à Constance, en présence de Sigismond à qui il adresse de très vives louanges. C’est ainsi qu’il donne au roi des Romains la titulature impériale classique en guise d’introduction : Potentissime princeps, rex invictissime et imperator semper auguste11. Il anticipe ainsi le couronnement impérial, ce qui est très flatteur pour Sigismond. Benoît Gentien, en utilisant une comparaison que Jésus adopte pour se qualifier lui-même : Ecce plus quam Salomon hic…12 « Il y a ici bien plus que Salomon » se présente vraiment comme le thuriféraire de Sigismond. Ces compliments sont très significatifs des bonnes dispositions des délégués de l’Université de Paris au début du concile à l’égard du roi des Romains et laissent envisager l’adoption probable des visées impériales sur la question de la triple cession13.

23Ce discours est significatif de ce que l’Université de Paris a très bien compris en faveur de qui le rapport de force est en train de s’établir au concile. Il est dans son intérêt de ne pas indisposer le roi des Romains à son égard.

  • 14 H. von der hardt, Magnum œcumenicum constantiense concilium de universali Ecclesiae reformatione, u (...)
  • 15 G.-D. Mansi, Sacrum conciliorum nova et amplissima collectio, t. 27-28, Venise, 1784 (abrégé Mansi) (...)

24Dès le lendemain du discours prononcé par Benoît Gentien, Sigismond se fait plus pressant. Le 24 février 1415, il reçoit la délégation universitaire au siège de la nation allemande. Dans une longue discussion, il l’exhorte se conformer aux décisions prises par les nations allemande et anglaise14 : il l’invite donc à ratifier la voie de cession imposée à Jean XXIII par le concile et qui, à cette date, semble sur le point d’aboutir. Il la presse d’accepter le mode de vote par nation. Pour obtenir son adhésion, il prend le temps de lui exposer la situation de division dans laquelle se trouve le concile en raison du refus de la nation italienne d’adhérer au vote par nation ainsi qu’à la triple cession. Il est intéressant de remarquer une grande admiration mais aussi une certaine crainte de Sigismond à l’égard de l’Université de Paris15. Il est sans doute conscient du poids qu’elle peut peser dans le concile et de l’intérêt qu’il a à se la concilier.

  • 16 Guillaume de la Tour, édité par Finke, ACC, t. II, « Acta concilii des G. de Turre », pp. 349-365 ( (...)

25Les délégués de l’Université de Paris, dont Benoît Gentien est le porte-parole, ne cèdent pas à cette pression. Arguant de leur ignorance, ils refusent ce jour-là de prendre position demandant une copie du débat et du temps pour étudier la question et apporter une réponse avisée. Cela leur est aimablement accordé par le roi des Romains16.

26Ce refus d’obtempérer immédiatement à la demande de Sigismond est significatif non seulement de la prudence et de la sagesse dont veut faire preuve l’Université de Paris dans cette affaire mais également de son indépendance à l’égard de toute pression, de quelque provenance qu’elle soit.

  • 17 Guillaume de la Tour, p. 355-356 : « …magister Benedictus Genciani nomine et vice ambassiatorum uni (...)

27Quelques jours plus tard, le 28 février 1415, les délégués parisiens de l’Université donnent leur réponse dans une congrégation générale. Accédant aux instants désirs du roi des Romains, Benoît Gentien, en tant que porte-parole des délégués de l’Université de Paris, se prononce pour la via cessionis17 et ratifie le mode de vote par nation. Les délégués des autres universités françaises font de même. Le succès de Sigismond n’est pas négligeable.

28Cependant, les universitaires parisiens conservent leur indépendance à l’égard du roi des Romains comme en témoigne l’incident du 19 mars 1415 entre Sigismond et la nation française au concile.

  • 18 Fillastre, Journal, 168ss. précise bien que c’est avant que Sigismond et ses partisans ne se soient (...)
  • 19 Guillaume de la Tour, Journal, p. 357. Fillastre, Journal, 169, dit la même chose : « quod Gallici (...)
  • 20 Guillaume de la Tour, Journal, p. 357.

29À cette date, la nation française se réunit dans son local habituel, le couvent des Frères prêcheurs, afin d’y poursuivre sa discussion sur l’abdication de Jean XXIII. Or en entrant le matin dans leur salle, ils ont la surprise d’y trouver Sigismond en personne, accompagné de nombreux membres des nations anglaise et allemande, tant des prélats que des docteurs ainsi que des ambassadeurs des rois et des princes de ces deux nations18. Agacés, les Pères conciliaires de la nation française exigent de délibérer « per se ipsos19 », seuls, entre eux, « ut consuetum erat20 », selon leur habitude. Ils communiqueront ensuite aux autres nations les conclusions de leurs délibérations.

  • 21 Guillaume de la Tour, Journal, p. 358.

30La volonté d’indépendance de la nation française est largement partagée par les universitaires comme en témoigne le vote de chacun des groupes constitués à la fin de ce 19 mars 1415. Après la prise de position de l’ambassade du roi de France, c’est au tour de celle du duc de Bourgogne puis de la délégation de l’Université de Paris. Elles le font d’abord séparément puis communiquent leur position au reste de la nation. Pour chacun de ces corps intermédiaires constitués, un membre influent se fait le porte-parole du groupe. Il s’agit de Géraud du Puy pour l’ambassade de France, vraisemblablement de Martin Porée pour celle de Bourgogne, de Benoît Gentien pour l’Université de Paris21.

  • 22 Cerretanus, 221-223 : « Quorum quidem ambassiatorum opinioni omnes quasi de dicta nacione adheserun (...)
  • 23 Fillastre, Journal, 168, 169. Voir B. Bess, Zur Geschichte des Konstanzer Konzils, Erster Band, Fra (...)

31Le dépouillement des votes prouve que « quasiment tous les membres de la nation française acceptent l’opinion des ambassadeurs du roi de France22 », opinion mesurée, prudente. Les membres de la nation française décident d’aller dans le sens des nations anglaise et allemande en déclarant que le concile ne serait ni dissous, ni transféré, que le pape se verrait interdire de s’éloigner de Constance sans l’autorisation du concile, que celui-ci devra donner les pleins pouvoirs aux députés désignés par le concile à cet effet. Cependant, la nation française précise que ces députés ne peuvent faire usage de leur procuration que dans le cas où Grégoire XII et Benoît XIII consentiraient aussi à abdiquer par procureurs23. Ces pouvoirs ne seront donc remis aux députés qu’en temps voulu.

  • 24 Guillaume de La Tour, Journal, p. 358 : « Quorum opinioni adheserunt nuncii d. ducis Burgundie et m (...)

32Dans cette affaire, l’Université de Paris, à travers son porte-parole Benoît Gentien, adhère à la position commune prise par la nation française au concile24 et se démarque volontairement du roi des Romains. Consciente de son prestige et de sa force, elle refuse de s’assujettir à une quelconque autorité, fusse-t-elle impériale et affirme à nouveau son indépendance.

33L’autorité magistrale de Benoît Gentien s’affirme donc d’abord par sa capacité à sauvegarder l’indépendance de sa corporation universitaire au concile.

II. Défendre le mode de scrutin et les privilèges bénéficiaux

34Benoît Gentien, soucieux de servir le prestige de l’Université de Paris par la recherche de l’unité de l’Église, ne perd pas pour autant son solide sens pratique. Celui-ci se vérifie à deux occasions : la défense du mode de scrutin en vigueur, la défense des intérêts universitaires dans le mode de collation des bénéfices.

A – Par le maintien de sa prééminence électorale

35Outre l’affirmation de son indépendance, le refus du vote par province ecclésiastique des universitaires parisiens dont Benoît Gentien reste le porte-parole, constitue le premier combat de défense des intérêts de l’Université de Paris.

  • 25 Fillastre, Journal, 231.

36Le 7 février 1415, le vote par nation est décidé. Ce verdict est rendu contre l’avis de l’ensemble des cardinaux et de la nation italienne25. Le concile, en adoptant le mode de scrutin par nation, fixe son mode d’organisation. Il entérine une situation préexistante en distinguant à cette date quatre nations, à savoir les nations italienne, allemande, anglaise et française.

  • 26 Cerretanus, 219 : « … ut de agendis in eadem non per voces sed per provincias procederetur… ».

37Ce mode de scrutin donne aux nations un poids encore inégalé dans l’organisation conciliaire. Le droit de vote les rend très indépendants du collège cardinalice qui, encore à Pise, occupait une place prépondérante. Les nations tiennent désormais une position centrale dans la structure conciliaire. En leur sein, le poids des universitaires est très important. C’est la raison pour laquelle les cardinaux Pierre d’Ailly et Guillaume Fillastre tentent de modifier le mode de scrutin en faisant adopter par le concile le vote par province ecclésiastique. Guillaume Fillastre se prononce sur ce sujet devant la nation française les 18 et 19 mars 141526. Il est sifflé. Si les sources ne nomment pas les auteurs de ces protestations, il est clair que les universitaires, notamment parisiens, sont les premiers à semer trouble et agitation dans le réfectoire dominicain.

38L’Université de Paris, vu le nombre de ses délégués, a en effet intérêt à maintenir un vote par nation. De cette façon, elle peut y peser de tout son poids et lui imposer bien souvent ses vues. Un autre mode de scrutin comme le vote par province ecclésiastique serait pour elle la pire des choses car les maîtres se verraient dans ce cas tous regroupés dans la province ecclésiastique de Sens dont Paris est un diocèse suffragant. Cela signifierait pour ces universitaires l’impossibilité de faire entendre leur voix au concile.

39À peine arrivés à Constance, les délégués de l’Université de Paris sont immédiatement mêlés à la bataille. À travers leur porte-parole, ils défendent à la fois leurs convictions profondes et leurs intérêts. Convaincus de l’urgente nécessité de réaliser l’union de l’Église, ils sont prêts à remettre en question l’œuvre de Pise pour atteindre leur but. Arrivés avant l’ambassade du roi de France, les délégués universitaires se sont bien gardés de l’attendre pour n’avoir pas à se conformer à son avis ou à adopter une position commune. À travers ses représentants, l’Université de Paris s’impose à Constance comme une structure sur laquelle il faut compter. Elle sait faire entendre sa voix.

B – Les privilèges bénéficiaux des universitaires parisiens

  • 27 P. Kibre, Scholarly Privileges in the Middle Ages, Cambridge, Massachusetts, 1962, pp. 179-190.
  • 28 von der hardt, IV, 186 et Mansi, 27, 654: « protestando, quatenus per suspensionem juris conferendi (...)
  • 29 Mansi, 27, 655.
  • 30 Fillastre, Journal, 177: « Sed fuerat illa clausula ad instanciam quorumdam de universitate Parisi (...)
  • 31 Ibidem: « De qua reservacione concilium nihil unquam deliberaverat ».

40La question de la collation des bénéfices se pose vraiment pour la première fois au concile de Constance après la fuite de Jean XXIII. En effet, le pape étant absent, le concile se poursuivant, on se demande légitimement qui détient l’autorité d’attribuer les bénéfices vacants. L’Université de Paris peut craindre la remise en question de ses privilèges pour lesquels elle s’est tant battue27. C’est pourquoi Benoît Gentien est le premier à mentionner ouvertement le problème. Il plaide au nom de l’Université de Paris. Nous ignorons s’il le fait de son propre chef ou s’il est mandaté par sa corporation. Toujours est-il qu’il demande dès le 14 mai 1415, au cours de la dixième session que dans le cas où la provision des bénéfices serait dévolue aux ordinaires pendant la vacance pontificale, l’Université de Paris pût avoir part à ces mêmes bénéfices28. Ce passage nous montre l’inquiétude, d’ailleurs logique, des universitaires parisiens. Il révèle aussi la vigilance de Benoît Gentien qui n’oublie jamais les intérêts de la corporation qu’il représente à Constance. Les enjeux financiers ne sont pas absents du concile, loin de là. À l’issue de cette session, Benoît Gentien demande une copie des actes de la session : « unum vel plura, publicum seu publica, instrumentum seu instrumenta29 ». Il a conscience de l’importance de ces enjeux et veut pouvoir prouver à l’Université, le cas échéant, qu’il n’a rien négligé pour la défendre. L’Université a besoin d’appuis bien placés pour faire prévaloir ses vues sur cette question. Elle trouve en Jean Mauroux, patriarche d’Antioche un soutien de taille. Très proche de l’empereur qu’il sert avec dévouement, il est président de la commission générale. C’est par ce biais que les universitaires parisiens croient obtenir gain de cause. Ceux-ci demandent en effet à Jean Mauroux d’intercéder en leur faveur car, nous dit Guillaume Fillastre dans son Journal, ils « craignaient – crainte que rien ne justifiait – que toutes faveurs reçues ou attendues ne s’évanouissent du fait de cette suspension et que les ordinaires ne disposent pleinement des bénéfices30 ». Guillaume Fillastre, en tant que prélat, condamne évidemment cette attitude. Il estime que leur crainte n’était pas avérée. Toujours est-il que ladite commission générale prend seule la décision de réserver désormais à la libre disposition du concile les collations et provisions de toutes les églises, monastères et bénéfices. Le 14 mai 1415, elle met le concile devant le fait accompli. C’est ce que constate et condamne à nouveau Fillastre lorsqu’il ajoute que le concile n’a jamais eu l’occasion d’en délibérer31. Les universitaires parisiens pour garantir à leurs suppôts l’attribution des bénéfices à venir, en attendant l’élection d’un futur pape, se sont mis volontairement sous la houlette de Jean Mauroux et de la commission générale des députés, c’est-à-dire de Sigismond. Jean Mauroux et Sigismond, trop heureux de s’assurer l’appui d’une corporation si prestigieuse, se sont pliés à ses exigences, soulevant un vent de révolte de la part des prélats français.

  • 32 Ibidem: « Tunc surrexit episcopus Carcassonensis, legatus regis Francorum et illi reservacioni cont (...)
  • 33 Fillastre, Journal, 39 et passage commenté dans V. Martin, Les origines du gallicanisme, t. I, p. 1 (...)

41Fillastre et avec lui l’ensemble des prélats français ne peuvent que protester contre la mesure arbitraire prise par la commission générale. Le discours de contestation est prononcé par Géraud du Puy, indigné de tant d’initiatives jugées partisanes32. Sa protestation s’appuie sur l’illégalité d’une telle procédure. Le concile n’ayant jamais été consulté sur cette matière ne peut avoir pris la moindre décision concernant l’attribution des bénéfices durant la vacance. Géraud du Puy, évêque de Carcassonne et ambassadeur de Charles VI, se fait ici le chef de file des prélats français souhaitant récupérer leurs prérogatives de collation de ces bénéfices. Il s’oppose ouvertement à Jean Mauroux. Sa plaidoirie lui permet d’obtenir gain de cause et le patriarche d’Antioche se voit dans l’obligation de faire marche arrière33.

  • 34 Lettre de Pierre de Pulka du 26 juillet 1415, édition Firnhaber, Archiv für kunde österreichische G (...)
  • 35 Auctarium Chartularii Universitatis Parisiensis, 6 vol. , t. I à VI, Paris, éd. H. Denifle et É. Ch (...)

42La question des bénéfices est donc loin d’être réglée. En effet, si la discrète tentative opérée par Jean Mauroux le 14 mai 1415 (à la demande des universitaires parisiens) de désigner le concile comme seul apte à pourvoir les bénéfices a échoué, elle a en revanche réussi à créer des tensions tenaces et une méfiance réciproque entre les tenants d’intérêts opposés. En juillet 1415, alors que Benoît Gentien a quitté Constance, l’Université de Paris reprend l’initiative en écrivant au concile. Dans sa lettre dont les propos nous sont rapportés par Pierre de Pulka34, elle encourage les Pères à ne pas résoudre cette question pour l’instant. Elle ajoute qu’il serait profitable à l’Église de maintenir à la disposition de la curie romaine les bénéfices non électifs dévolus traditionnellement aux clercs nécessiteux et désireux de poursuivre leurs études. Le conflit persiste. Le 26 août de la même année, les délégués de la nation anglaise de l’Université de Paris reçoivent l’ordre de s’opposer « par tous les moyens possibles au retour des collations entre les mains des prélats35 ». Chacun tente de réformer les abus de l’Église sans négliger pour autant ses intérêts propres, qu’ils soient collectifs ou particuliers. Benoît Gentien ne déroge pas à la règle.

III. Faire entendre sa voix au concile

43Pour faire entendre sa voix au concile et peser dans les décisions conciliaires, Benoît Gentien use de deux moyens principaux. Il se fait lecteur des lettres de l’Alma Mater dont il est un fidèle délégué. Par ailleurs, il se fait nommer dans diverses ambassades conciliaires qui lui permettent d’être présent là où se trouvent les principaux enjeux du concile. Être acteur de ces décisions est en soi une manière de défendre les intérêts et le prestige de l’Université de Paris.

A – Benoît Gentien, lecteur des lettres de l’Université au concile

44La fuite de Jean XXIII de Constance dans la nuit du 21 au 22 mars 1415 fait l’objet d’une condamnation sévère des délégués de l’Université de Paris. Le plus célèbre discours sur ce sujet est celui prononcé par Jean Gerson le 23 mars 1415 devant le concile assemblé en congrégation. Il appelle à la poursuite du concile, même sans pape.

45L’Alma Mater appuie le positionnement de son chancelier par l’envoi de plusieurs lettres dont Benoît Gentien est chargé de donner lecture au concile. Il sert ainsi de relais à l’autorité de l’Université de Paris à Constance.

  • 36 Lettre de l’Université de Paris à Jean des Temples, l’un de ses délégués au concile dans Finke, ACC (...)
  • 37 Dès le 3 avril. Lettre publiée dans Finke, ACC, III, p. 243-244.
  • 38 Ibidem : « …qui transquillitatem et securitatem prestare poterat et iniurias omnes propulsare ».
  • 39 Ibidem : « …in qua erat non minima Galliarum nacio, que ne minimo quidem verbo vestram sanctitatem (...)
  • 40 Finke, ACC, III, p. 244-246.
  • 41 Idem, p. 245 : « …quod cum gemitibus et horrore ac stupore grandi super omnia a tempore presentis s (...)
  • 42 Ibidem : « Mitto tibi copiam informacionum et cedularum quarundam a d.n. papa transmissarum regi, d (...)
  • 43 Lettres transcrites dans Mansi, 27, 646-647 et dans Von der Hardt, IV, 121.
  • 44 Mansi, 27, 646 : « Sed ut fructus labores sequatur assiduos, non dispergantur oves gregis propter p (...)
  • 45 Ibidem : « …unionem ecclesie solum pre oculis habendo concilio ».

46L’Université de Paris, informée de la fuite du pape dès le 30 mars 1415 soit une semaine après36, écrit dans les plus brefs délais37 à Jean XXIII pour lui manifester son étonnement de ce qu’il ne se sente pas en sécurité dans une ville qu’il a lui-même choisie, entouré de son « amantissimum filium et christianissimum, invictissimum imperatorem » qui ne cherche qu’à assurer sa tranquillité et sa sécurité38 et de la nation française qui ne permettra jamais qu’on l’offense39. Elle lui conseille de retourner à Constance pour y poursuivre le concile. Elle ne donne donc aucune suite aux propositions faites par le pape de transférer le concile en France. L’argument national n’a eu aucune prise sur l’Université de Paris qui, comme corporation indépendante, agit en son nom propre, sans prendre la peine de consulter le gouvernement royal. En plus de la lettre qu’elle adresse à Jean XXIII, l’Université de Paris écrit le même jour à ses représentants à Constance par l’intermédiaire de Jean des Temples, membre de la nation française de l’Université de Paris et délégué au concile40. Dans ce courrier, elle se montre stupéfaite et horrifiée de la fuite du pape de Constance41. Ayant lu la lettre de Jean XXIII qui lui était adressée, ainsi que celles destinée au roi, aux ducs de Berry et d’Orléans, l’Université de Paris n’y donne pas suite. Bien au contraire. Convaincue que le concile ne les a pas lues, elle joint à son courrier adressé à Jean des Temples une copie de ces différentes lettres42 et fournit ainsi une preuve de la volonté de Jean XXIII de transférer le concile en France. Les lettres adressées par l’Alma Mater aux Pères conciliaires et à Sigismond vont dans le même sens43. Elles louent leurs efforts et leur travail et encouragent le concile à se poursuivre même en l’absence de pape44. La seule préoccupation de l’Université de Paris, semble-t-il, est d’en finir avec le schisme. Le concile ne doit considérer que l’unité de l’Église, affirme-t-elle45, et se poursuivre avec ou sans pape. La lecture de ces lettres par Benoît Gentien le 17 avril 1415 lors de la sixième session a un retentissement important. Ce soutien à la poursuite du concile par la prestigieuse Université de Paris est effectivement de taille. Il témoigne de la position conciliariste des délégués de l’Université de Paris à Constance. Le discours du chancelier Gerson du 23 mars 1415 se voit par là même confirmé, validé par l’Alma Mater.

B – Benoît Gentien ambassadeur

47Benoît Gentien est tour à tour désigné comme ambassadeur par le concile pour notifier au roi de France la déposition de Jean XXIII, par Sigismond pour l’accompagner à Perpignan afin de négociation avec Benoît XIII de son abdication, par Charles VI en vue de convaincre les Aragonais de se rallier au concile.

48Ces diverses ambassades témoignent de la confiance qui lui est faite et par conséquent de l’autorité et du prestige qu’il a lui-même acquis au cours du concile. Si ces missions ne l’empêchent nullement de participer activement à la première mission du concile : la causa unionis, la recherche de l’unité de l’Église, elles expliquent l’absence prolongée de Benoît Gentien de la ville de Constance. Développons ces trois missions.

Ambassadeur du concile

49Les bonnes dispositions manifestées par Jean XXIII à l’égard de la couronne de France depuis son élection au pontificat, font craindre aux Pères conciliaires et au roi des Romains que le roi de France et son gouvernement ne s’opposent à la décision du concile concernant la déposition du pape pisan. Le concile, soucieux de ménager le roi de France, organise minutieusement l’ambassade chargée de lui notifier cette déposition. C’est ce qu’observe Michel Pintoin :

  • 46 Le Religieux de Saint-Denys, VI, 697-701.

Le saint synode résolut aussi de notifier ce qui avait été fait à tous les souverains, et particulièrement à l’illustre roi de France. Il choisit à cet effet des personnages renommés pour leur éloquence, leur fermeté et leur savoir : les évêques de Carcassonne et d’Evreux, le vénérable religieux de Saint-Denys, Benoît Gentien, docteur en théologie, et maître Jacques de Spars, docteur en médecine, ambassadeurs de l’Université de Paris, qui se chargèrent volontiers de cette mission46.

  • 47 Erreur de M. Pintoin qui fixe leur réception par le dauphin le 13 mars 1415, t. V, p. 698, date à l (...)

50Notons que cette ambassade n’a pas pour mission de consulter le roi de France mais bien de l’informer d’une décision prise. Les ambassadeurs désignés le sont pour leur « fermeté » autant que pour leur « éloquence » ou leur « savoir ». Au sein de cette ambassade, se trouvent donc, outre deux membres de l’ambassade royale envoyés à Constance (les évêques de Carcassonne et d’Évreux), deux universitaires très dévoués à la cause conciliariste, à savoir Benoît Gentien et Jacques Despars. Le concile ne néglige rien. En arrivant à Paris47 :

  • 48 Le Religieux de Saint-Denys, VI, 697-701.

(Ils) exposèrent l’objet de leur mission au roi, de monseigneur le duc de Guienne et des autres princes de France. Mais quoiqu’ils eussent mis dans leur récit beaucoup d’habileté et de talent, ils furent accueillis, dit-on, avec peu de faveur, parce qu’on trouva mauvais que le concile eût prononcé la déposition du pape Jean, sans avoir requis l’assentiment des princes48.

51Le gouvernement royal dont il est question ici par la formule « l’assentiment des princes » ne soutient nullement la position prise par ses ambassadeurs. C’est moins ici le choix conciliariste qui est condamné que le fait que le concile puisse prendre de telles décisions sans s’en référer préalablement à l’avis du conseil du roi. C’est ce qu’exprime le dauphin lorsqu’il invective les ambassadeurs :

  • 49 Ibidem.

…car vous avez voulu vous mêler de choses qui étaient au-dessus de votre pouvoir et de votre rang, et il en est résulté beaucoup de dommage et de préjudice pour le royaume. Qui vous a inspiré assez d’audace et de présomption pour déposer le pape sans notre assentiment ? Vous pourriez, à ce compte, travailler aussi à l’expulsion de monseigneur le roi ou des princes ; ce que nous ne souffrirons certainement pas49.

52Pour le dauphin, les ambassadeurs royaux en outrepassant leurs prérogatives ont abusé de leur autorité. Leur attitude menace les intérêts de l’État. Par la voix du dauphin, le gouvernement royal défend ici une position avant tout gallicane. La critique acerbe du dauphin s’explique par l’humiliation ressentie de voir Sigismond prendre des décisions de la plus haute importance pour l’avenir de l’Église universelle sans tenir compte le moins du monde de l’avis de celui qui reste malgré tout le « fils aîné de l’Église ». Se sentir laissé pour compte par le roi des Romains rappelle une fois de plus au gouvernement du roi de France l’amoindrissement de son influence politique et diplomatique dans le concert des nations. La réaction du dauphin, fier et blessé, peut être une menace pour le concile car le roi a encore la possibilité de prôner l’indépendance de l’Église de France en se retirant de l’assemblée conciliaire. Il n’en fait rien et ses protestations, vives pourtant, restent lettre morte. C’est reconnaître, tacitement du moins, la validité de la pratique conciliariste, sans en retirer le moindre profit.

Ambassadeur de Sigismond et du concile à Perpignan

53Sigismond, avant de partir à Perpignan en vue de négocier l’abdication de Benoît XIII, constitue minutieusement l’ambassade conciliaire chargée de l’y accompagner. Il ne veut emmener avec lui à Perpignan que des gens sûrs, qui ne mettront pas d’obstacle à sa politique. C’est ce qu’il obtient de la commission des nations. Au total, l’ambassade, composée de onze membres, compte parmi la nation française :

  • Jacques Gélu, archevêque de Tours, ambassadeur du roi de France au concile. Il affirme effectivement dans son autobiographie :

  • 50 Le religieux de Saint-Denys,V, 278.

Je fus député par ce concile avec le roi des Romains vers Pierre de Luna, qui se faisait appeler Benoît XIII. J’étais chef de cette ambassade et beaucoup de questions qui intéressaient l’union de l’Église y reçurent une bonne solution ; le Roi se sépara de Pierre de Luna et ses évêques vinrent au Concile50.

Les autres Français sont :

  • Jean de Bertrands, évêque de Genève

    • 51 C. Eubel, Hierarchia catholica medii aevi sive Summorum Pontificum, S. R. E. Cardinalium, Ecclesiar (...)

    Jean de Fargue, chanoine de Rodez51 et auditeur des causes du palais apostolique. Il est également docteur en droit de l’Université de Toulouse.

  • Jean d’Arthan, abbé bénédictin de Saint-Eloi de Noyon

  • Benoît Gentien, délégué de l’Université de Paris

  • 52 BAV, Vat, lat., 1335, f. 11 ; Mansi, 27, 609. et Paris, BnF, lat., 14 457, f. 64v et le RSD, V, 621 (...)
  • 53 Von der Hardt, IV, 121, Mansi, 27, 612.
  • 54 BAV, Vat. Lat., 1335, f. 23r et traduction de J. Lenfant, Histoire du concile de Constance, tirée p (...)

54Jean de Bertrands et Benoît Gentien offrent des garanties sérieuses à Sigismond. Développons l’exemple de ce dernier. Benoît Gentien, n’a cessé depuis son arrivée au concile de manifester son soutien au roi des Romains. Après son discours inaugural encensant Sigismond, il a adhéré sans hésitation aux thèses conciliaristes. Reconnu, apprécié par la nation française, il est, avec Guillaume de Cantiers, Jean de Bertrands, Thiébaut de Rougemont, l’un des quatre procureurs de la nation française désignés le 10 avril 1415 par le concile pour recevoir de Jean XXIII les pleins pouvoirs afin d’abdiquer en son nom52. Correspondant régulièrement avec l’Université de Paris dont il est le délégué, il obtient d’elle la confirmation attendue : celle de poursuivre le concile coûte que coûte, avec ou sans pape. Le 17 avril 1415, lors de la sixième session, il lit aux Pères conciliaires trois lettres de l’Université de Paris adressées respectivement à ses députés, au concile et à l’empereur53, tandis qu’une autre est directement adressée à Jean XXIII. Datées du 4 avril 1415, de Paris, ces lettres encouragent le concile à se poursuivre même en l’absence de pape et louent le travail des Pères conciliaires, qualifiés de manière très traditionnelle, de colonnes de l’Église. Ces lettres n’oublient pas non plus de vanter le travail réalisé par Sigismond. Le 13 mai 1415, lors de la neuvième session du concile et dans le même esprit, Benoît Gentien donne lecture d’une autre lettre de l’Université de Paris adressée au concile et à l’empereur, encourageant le concile à se poursuivre coûte que coûte54.

De Charles VI

  • 55 J. Vieilliard, et R. Avezou, « Lettres originales de Charles VI conservées aux Archives de la Couro (...)

55À Perpignan, Benoît Gentien bénéficie de la confiance que lui font l’Université de Paris et le roi de France qui, à la même époque le désigne avec Géraud du Puy, évêque de Carcassonne et Jacques Despars, maître ès arts et étudiant en médecine, pour faire partie de l’ambassade envoyée le 1er septembre 1415 auprès de Ferdinand Ier d’Aragon pour assister à l’entrevue prévue entre le pape Benoît XIII, le roi des Romains et le roi d’Aragon pour promouvoir l’union de l’Église55.

* *
*

56Benoît Gentien, bien qu’il ne soit pas le seul, est l’un des principaux défenseurs des intérêts de l’Université de Paris au concile de Constance. Son autorité, son éloquence, lui valent d’être désigné par ses pairs comme leur porte-parole, et cela à plusieurs reprises.

57Dès l’arrivée de la délégation universitaire à Constance, Benoît Gentien, par un discours très flatteur à l’égard de Sigismond, prend position en faveur de celui qui tient les rênes du concile. Si ce soutien renforce encore un peu plus le roi des Romains, Benoît Gentien, et à travers lui l’Université de Paris, manifeste sa volonté d’indépendance à l’égard de toutes les autorités du concile.

58Benoît Gentien se montre un ferme défenseur du mode de scrutin par nation. Il n’hésite pas non plus, au risque de s’attirer les foudres des prélats du concile, à être le premier à évoquer la question bénéficiale au lendemain de la fuite de Jean XXIII.

59Conscient de ce que nombre de décisions du concile se prennent à l’extérieur des murs de Constance, il accepte à trois reprises d’être désigné ambassadeur. Son combat pour l’unité de l’Église profite à l’Université de Paris, représenté par ce biais dans tous les lieux de pouvoir et de décisions. Comme ambassadeur, il exporte l’autorité magistrale. Si l’autorité de Benoît Gentien préexistait au concile, celui-ci l’a incontestablement renforcé en donnant au maître parisien une nouvelle envergure. Constance lui donne l’occasion d’exercer des fonctions politiques et diplomatiques bien éloignées de la théologie.

  • 56 CUP, IV, 2068 : « Cum rex Carolus VI, anequam induciae componerentur inter ipsum et regem Angliae, (...)

60De retour de Narbonne, Benoît Gentien réside à Paris. Il est très probable qu’à l’occasion de ce séjour, il ait raconté le déroulement du concile à Michel Pintoin, ce qui expliquerait la précision de certains détails dans le récit de ce dernier. En juin 1416, à l’occasion de la venue du comte de Hongrie à Paris, le roi décide d’organiser des fêtes et un tournoi. L’Université de Paris trouve ce projet déplacé alors que le royaume est encore dans le deuil d’Azincourt. Elle envoie Benoît Gentien trouver le roi pour qu’il le dissuade d’une telle initiative. Le roi, en colère, s’y refuse56. À ce sujet, le Religieux de Saint-Denis rapporte que :

  • 57 Le religieux de Saint-Denys, VI, 16.

En conséquence, monseigneur le recteur alla le trouver à la tête d’une députation de professeurs, et un savant docteur en théologie, Benoît Gentien, religieux de Saint-Denys, prononça avec son éloquence et sa franchise accoutumées un discours plein de raisons solides et d’exemples, pour détourner le roi d’un projet qu’il regardait comme inutile, désagréable à Dieu et préjudiciable à tout le royaume57.

  • 58 CUP, IV, 2072.
  • 59 ACUP, II, 211, note 1.

61Les compliments faits par Michel Pintoin à l’égard d’un membre de son abbaye ne doivent pas nous égarer. Il n’en reste pas moins que Benoît Gentien, apparaît comme un très bon prédicateur. En août 1416, Benoît Gentien est encore à Paris comme en témoigne le fait qu’il ait signé le rôle portant condamnation des neuf assertions de Jean Petit58. Il y est mentionné à la vingt-deuxième place comme : « Benedictus Genciani, mag. in theol (E Concilio Constantiensi reversus59) ». Nous ne savons pas s’il est retourné une troisième fois à Constance. Cela nous paraît assez improbable. Sa présence à Paris est en tout cas attestée en février 1418, date à laquelle il est mis en prison pour avoir approuvé le discours de Raoul de la Porte contre la collation des bénéfices par les ordinaires. Cet emprisonnement montre que Benoît Gentien approuve l’attitude de l’Université de Paris consistant à avoir envoyé une délégation au nouveau pape malgré l’interdiction du dauphin en vue d’obtenir la reconnaissance du souverain pontife des privilèges de l’Alma Mater. Son autorité et son talent sont une fois de plus mis au service de son université.

  • 60 CUP, IV, 2097.
  • 61 Concilium jussu regis et delphini de libertatibus Ecclesiae Gallicanae (n° 2097-2102).
  • 62 Le Religieux de Saint-Denys, VI, 234 et ACUP, II, 246.

62Du 1er au 16 mars 141860, il participe au Parlement aux débats concernant les libertés de l’Église gallicane61. Ses efforts pour défendre les intérêts de la corporation universitaire ne lui sont d’aucune utilité face aux Bourguignons. C’est justement cette autorité et cette notoriété qui lui valent, après l’entrée des Bourguignons dans Paris d’être arrêté dès le 28 mai 1418 et tué le 12 juin de la même année62.

Haut de page

Notes

1 Le Religieux de Saint-Denys, IV, p. 449.

2 Paris, BnF, lat., 5656-A, f. 14r.

3 M. Pintoin, Chronique du Religieux de Saint-Denys, 1413-1422, éd. Bellaguet, Paris, 1994 (abrégé Le Religieux de Saint-Denys), t. IV, p. 593.

4 Ibidem.

5 Le Religieux de Saint-Denys, IV, 738-742 ; J. Juvénal des Ursins, Histoire de Charles VI, roy de France et des choses mémorables advenues durant 42 années de son règne, depuis 1380 jusques à 1422, Paris, éd. 1653, p. 476.

6 H. Denifle, E. Chatelain, Chartularium universitatis parisiensis, t. IV, Paris, 1889-1897 (abrégé CUP), t. IV, 2000 ; 2012.

7 CUP, IV, 2006.

8 L. Tournier, L’université de Paris dans les évènements politiques du royaume de France (1405-1452), thèse doctorale sous la direction de Charles Vulliez, 2000.

9 Le Religieux de Saint-Denys, IV, p. 449.

10 Discours retranscrit dans H. Finke, Acta Concilii Constantiensis, II, p. 397-400.

11 Texte édité dans H. Finke, Acta Concilii Constantiensis, t. I-IV, Münster, 1896-1928 (abrégé Finke, ACC), t. II, p. 401-402.

12 Luc, 11, 31

13 Voir sur la référence à Salomon : J.-P. Boudet, « Le modèle du roi sage aux XIIIe et XIVe siècles : Salomon, Alphonse X et Charles V », Revue historique, vol. 310, 2008, pp. 545-566.

14 H. von der hardt, Magnum œcumenicum constantiense concilium de universali Ecclesiae reformatione, unione et fide, t. i-vi, Francfort, Leipzig, 1697-1700, (abrégé von der Hardt), t. II, p. 236, « ut se nostrae nationi et nationi Anglicanae conformarent ».

15 G.-D. Mansi, Sacrum conciliorum nova et amplissima collectio, t. 27-28, Venise, 1784 (abrégé Mansi), t. 27, 565 :

« Dominica Reminiscere a ambaxiatores Universitatis Parisiensis praesentati fuerunt per Romanorum regem nationi Germanicae. Ubi dominus rex longum fecit sermonem, hortando praedicto ambaxiatores, ut se nostrae nationi & nationi Anglicae conformarent : narrando multa acta hucusque in Concilio per nationes, & difficultates de modo vota colligendi per nationes & non per capita : & de resistentia nationis Italicae : & de modo uniendi ecclesiam sanctam Dei per viam cessionis omnium de papatu contendentium. Qui responderunt, quod parati essent concurrere in omni via rationabili & justa, & quod multum placeret via cessionis : commendantes regiam majestatem de tanto opere laudablili, & diligentia sua prosequendo effectum sacratissimae unionis ».

16 Guillaume de la Tour, édité par Finke, ACC, t. II, « Acta concilii des G. de Turre », pp. 349-365 (abrégé Guillaume de la Tour), p. 355 : « Qui omnes et singuli unanimiter dictam cedulam approbaverunt exceptis d. ambassiatoribus matris nostre universitatis Parisiensis, Aurelianensis, Montispessulani et Avinionensis, qui noviter venerant et materiam ignorabant volentes super hoc deliberare, petentes copiam sibi dari in crastinum, si placeret offerentes se responsuros. Quod eis per d. imperatorem fuit concessum ».

17 Guillaume de la Tour, p. 355-356 : « …magister Benedictus Genciani nomine et vice ambassiatorum universitatis Parisiensis predicte dictam cedulam laudavit et ratificavit et approbavit, additis vocabularis : iuro et voveo » ; Guillaume Fillastre, Journal, édité par Finke, Forschungen zur Geschichte des Konstanzer Konzils, Padeborn, 1889, pp. 163-242 (abrégé Fillastre, Journal), p. 167 : « nuncii universitatis Parisiensis illam (cedulam : Ego Johannes papa XXIII, etc.) approbaverunt, antequam dominus noster papa illam offerret. Et quomodo apud eos dominus noster institerit, ipsi sciunt ».von der hardt, II, 240, « Tamen postquam Parisienses addiderunt, tunc placuit omnibus ».

18 Fillastre, Journal, 168ss. précise bien que c’est avant que Sigismond et ses partisans ne se soient installés les premiers dans la salle. De même Cerretanus, Liber gestorum des Cerretanus édité par Finke, ACC, t. II, pp. 171-348 (abrégé Cerretanus) affirme pp. 221-223 qu’ils sont rentrés dans le couvent des Frères prêcheurs « avant le jour ».

19 Guillaume de la Tour, Journal, p. 357. Fillastre, Journal, 169, dit la même chose : « quod Gallici per se deliberare volebant ».

20 Guillaume de la Tour, Journal, p. 357.

21 Guillaume de la Tour, Journal, p. 358.

22 Cerretanus, 221-223 : « Quorum quidem ambassiatorum opinioni omnes quasi de dicta nacione adheserunt ».

23 Fillastre, Journal, 168, 169. Voir B. Bess, Zur Geschichte des Konstanzer Konzils, Erster Band, Frankreichs Kirchenpolitik und der Prozess des Jean Petit über die Lehre vom Tyrannemord bis zur Reise König Sigismunds, Marburg, 1891, p. 160-161.

24 Guillaume de La Tour, Journal, p. 358 : « Quorum opinioni adheserunt nuncii d. ducis Burgundie et multi alii. Item universitas Parisiensis Mater nostra per organum magistri Benedicti Gentiani similiter deliberacionem suam proposuit… ».

25 Fillastre, Journal, 231.

26 Cerretanus, 219 : « … ut de agendis in eadem non per voces sed per provincias procederetur… ».

27 P. Kibre, Scholarly Privileges in the Middle Ages, Cambridge, Massachusetts, 1962, pp. 179-190.

28 von der hardt, IV, 186 et Mansi, 27, 654: « protestando, quatenus per suspensionem juris conferendi beneficia devolveretur ad praelatos, sive locorum ordinarios, non consentiret, cum studiis deberet provideri taliter, quod homines litterrati in ipsis possent vivere uti alii: & alias dixit, licet concludendo effective in modum praedictum ».

29 Mansi, 27, 655.

30 Fillastre, Journal, 177: « Sed fuerat illa clausula ad instanciam quorumdam de universitate Parisiensi timencium, ubi non erat timor quod gracie expectative omnes facte extinguerentur per illam suspensionem et quod ordinarii plene de beneficiis disponerent ».

31 Ibidem: « De qua reservacione concilium nihil unquam deliberaverat ».

32 Ibidem: « Tunc surrexit episcopus Carcassonensis, legatus regis Francorum et illi reservacioni contradixit fortiter… ».

33 Fillastre, Journal, 39 et passage commenté dans V. Martin, Les origines du gallicanisme, t. I, p. 191.

34 Lettre de Pierre de Pulka du 26 juillet 1415, édition Firnhaber, Archiv für kunde österreichische Geschichtsquellen, t. XV, p. 27 (abrégé Pierre de Pulka).

35 Auctarium Chartularii Universitatis Parisiensis, 6 vol. , t. I à VI, Paris, éd. H. Denifle et É. Chatelain, 1937-1964, (abrégé ACUP), t. II, 199, cité par Martin, Les origines du gallicanisme, I, 191.

36 Lettre de l’Université de Paris à Jean des Temples, l’un de ses délégués au concile dans Finke, ACC, III, p. 245 : « Accepimus enim Parysius in vigilia pasche ».

37 Dès le 3 avril. Lettre publiée dans Finke, ACC, III, p. 243-244.

38 Ibidem : « …qui transquillitatem et securitatem prestare poterat et iniurias omnes propulsare ».

39 Ibidem : « …in qua erat non minima Galliarum nacio, que ne minimo quidem verbo vestram sanctitatem offendi permisisset… ».

40 Finke, ACC, III, p. 244-246.

41 Idem, p. 245 : « …quod cum gemitibus et horrore ac stupore grandi super omnia a tempore presentis scimsatis in ecclesia Dei occurrencia pericula omnes ecclesie Dei filii apud nos gravissimum et deflendissimum putarunt ».

42 Ibidem : « Mitto tibi copiam informacionum et cedularum quarundam a d.n. papa transmissarum regi, d. Bituricensi et d. Aurelianensi super iustificacione sui recessus, quas eciam extraxi ab originali per dictum dominum nostrum misso duci Aurelianensi. Illas enim estimo te et totum concilium non habere ».

43 Lettres transcrites dans Mansi, 27, 646-647 et dans Von der Hardt, IV, 121.

44 Mansi, 27, 646 : « Sed ut fructus labores sequatur assiduos, non dispergantur oves gregis propter pastoris absentiam… ».

45 Ibidem : « …unionem ecclesie solum pre oculis habendo concilio ».

46 Le Religieux de Saint-Denys, VI, 697-701.

47 Erreur de M. Pintoin qui fixe leur réception par le dauphin le 13 mars 1415, t. V, p. 698, date à laquelle ils n’étaient pas encore arrivés à Paris comme le montre E. Jarry, « Un enlèvement d’ambassadeurs au XVe siècle », Revue d’histoire diplomatique, avril 1892, p. 185.

48 Le Religieux de Saint-Denys, VI, 697-701.

49 Ibidem.

50 Le religieux de Saint-Denys,V, 278.

51 C. Eubel, Hierarchia catholica medii aevi sive Summorum Pontificum, S. R. E. Cardinalium, Ecclesiarum Antistitum Series ab Anno 1431 usque ad Annum 1503 Perducta e documentis tabularii praesertim Vaticani collecta, digesta, edita per Conradum Eubel, 6 vols., Monasterii, Sumptibus et Typis Librariae Regensbergianae, 1913-1967, t. i (1198-1431), 1913 (abrégé Eubel), I, 295.

52 BAV, Vat, lat., 1335, f. 11 ; Mansi, 27, 609. et Paris, BnF, lat., 14 457, f. 64v et le RSD, V, 621, qui écrit : « Item, le saint synode a décrété que ledit seigneur pape Jean, dans ladite procuration, constituerait pour procureurs, à l’effet de faire sadite renonciation, outre ceux qu’il voudra constituer, les personnes ci-après désignées : pour la nation française, messeigneurs Thibaud, archevêque de Besançon, Guillaume, évêque d’Évreux, Jean, évêque de Genève, et maître Benoît Gentien, docteur en théologie, religieux de Saint-Denys, de l’ordre de Saint-Benoît … ».

53 Von der Hardt, IV, 121, Mansi, 27, 612.

54 BAV, Vat. Lat., 1335, f. 23r et traduction de J. Lenfant, Histoire du concile de Constance, tirée principalement d’auteurs qui ont assisté au concile, 2 vol. in-4°, Amsterdam, 1714 (abrégé Lenfant), p. 163 et sq, Mansi, 27, 640.

55 J. Vieilliard, et R. Avezou, « Lettres originales de Charles VI conservées aux Archives de la Couronne d’Aragon à Barcelone », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1936, vol. 97, n° 1, pp. 317-373, p. 357. Reg. Canc. 2389, fol. 96v. Cf. D. Jacquart, « Le regard d’un médecin sur son temps : Jacques Despars (1380 ?- 1458) », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1980, vol. 138, n° 138-1, pp. 35-86, p. 45.

56 CUP, IV, 2068 : « Cum rex Carolus VI, anequam induciae componerentur inter ipsum et regem Angliae, occasione accessus cujusdam comitis Hungariae hostiludia instituere in animo habuisset, rector et deputati Universitatis Paris. per mag. theologiae Benedictum Gentiani regem audacter a praedictis dissuaserunt, injustissimum reputantes, “regnicolarum graves pecuniales collectas, pro defensione regni principaliter introductas, sic ad usus inutiles et superfluos applicari”. Rex iratus respondit, decere majestatem regiam aliquid nobilitatis exercere addens: indignissimum reputo habere correctorem ».

57 Le religieux de Saint-Denys, VI, 16.

58 CUP, IV, 2072.

59 ACUP, II, 211, note 1.

60 CUP, IV, 2097.

61 Concilium jussu regis et delphini de libertatibus Ecclesiae Gallicanae (n° 2097-2102).

Ex ordinatione regis et Caroli delphini, consiliarii, archiepiscopi Remens., Senonens. etc., abbates quidam magistri Universitatis, scilicet Petrus de Dierreyo, B[enedictus] Gentiani, J[ohannes] de Chastillon, W[ernerus] Berrey, conservator privilegiorum Paris (pro Armagniacos a civitate Paris. expulsus erat), N[icolaus] de Gondrecourt, G[uillelmus] du Val, N[icolaus] de Bray, J[ohannes] du Molin, H[erveus] Pochart, R[eginaldus] le Gras, P[etrus] de Assenseriis, in curia parlamenti deliberarunt de collatione beneficiorum aliisque. Officialis curiae Paris. Johannes du Molin, mandante delphino, explanavit pro bono regni et Ecclesiae Gallicanae expedire utu antiquae ordinationes regiae de reductione Ecclesiae Gallicanae “à ses anciennes libertez et franchises “ observarentur et exactio pecuniae ex parte curiae Rom. denegaretur. Guillelmus le Tur vero, advocatus regis, monstravit, nunc minime expedire “de faire executer lesdiz arrests et ordonnances”.

Arch. nat. Paris., X1a 1480, f. 120b. Bul. V, 312 et 315.

62 Le Religieux de Saint-Denys, VI, 234 et ACUP, II, 246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Vallery-Radot, « Benoît Gentien et la défense des intérêts de l’université de Paris au Concile de Constance », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 391-409.

Référence électronique

Sophie Vallery-Radot, « Benoît Gentien et la défense des intérêts de l’université de Paris au Concile de Constance », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1729 ; DOI : 10.4000/rsr.1729

Haut de page

Auteur

Sophie Vallery-Radot

Université de Lyon II

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page