Navigation – Plan du site

La figure de l’autorité magistrale à travers Jean Hus et Jérôme de Prague

Magisterial authority in Jan Hus and Jerome of Prague
Ota Pavlíček
p. 371-389

Résumés

L’article étudie l’autorité magistrale de deux importants représentants du début de la Réforme tchèque, Jean Hus et Jérôme de Prague. En se penchant sur le déroulement de leurs études, sur certaines de leurs œuvres et sur leurs autres activités, on peut dégager les différents éléments – communs ou distincts – composant cette autorité. Un accent particulier est mis sur leurs activités à l’Université de Prague, les aspects nationaux de leur enseignement, l’importance de leurs discours et de leurs prédications ainsi que le poids décisif de leur approche du concept de vérité. Ce dernier joue un rôle significatif à la fin de la vie des deux maîtres brûlés vifs au concile de Constance.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement Monica Calma, Vilém Herold et Zenon Kałuża pour leurs remarques sur une version préliminaire de ce texte et Nicolas Richard pour la révision linguistique. Le travail sur cet article a été soutenu par les subventions de l’Académie des Sciences de la République tchèque (projet GA AV ČR KJB 900090903) et de l’Université Charles de Prague (projet GA UK 9825/2009).

1Bien que de nombreux autres maîtres tchèques aient pris part au Concile de Constance, Jean Hus et Jérôme de Prague en sont les personnalités les plus connues – tous les deux condamnés à mort par le Concile et brûlés vifs pour avoir propagé les idées de Jean Wyclif. Même si leur fin semblable de « martyrs de la Réforme » les lie et si le prestige qui entourait dès leur époque – et encore aujourd’hui, bien au-delà des frontières de la Bohême – leurs personnalités respectées les rassemble, les cours de leurs vies respectives ne se ressemblent guère. Or ce sont précisément leurs activités, ainsi que leurs caractères qui les différencient plus qu’autre chose.

  • 2 La monographie de base sur la vie et l’œuvre de Jean Hus est toujours celle de V. Novotný, M. Jan H (...)
  • 3 Les deux études de base sur Jérôme de Prague sont F. Šmahel, Život a dílo Jeronýma Pražského : Zprá (...)

2Jean Hus est connu en tant que vrai prédicateur, souhaitant faire changer la situation immorale au sein de l’Église ; il exerçait également comme maître à l’Université de Prague2. Quant à Jérôme de Prague, il s’est créé plutôt une réputation de philosophe extraverti exerçant au sein des universités étrangères : il a parcouru l’Europe en défenseur du réalisme philosophique. À son retour à Prague, il y professait comme maître à l’Université où, tout comme Hus (et pas seulement là-bas), il faisait valoir les intérêts de la nation tchèque3. Il y avait un lien d’amitié entre les deux maîtres et Jérôme est vite devenu ambassadeur du mouvement de réforme tchèque. Jean Hus confirme l’authenticité de sa vie par la décision intransigeante de ne pas rétracter ses idées devant le Concile de Constance, tandis que Jérôme s’efforce d’échapper à la peine de mort en se rétractant. Je veux tenter maintenant, d’analyser plus en détail l’origine de leurs autorités magistrales.

  • 4 Pour Stéphane de Kolín voir O. Odložilík. M. Štěpán z Kolína, Praha, 1924. Il est vraisemblable que (...)
  • 5 Le discours de promotion (recommendatio) de Jean de Mýto a été publié par B. Ryba (éd.), Promoční p (...)
  • 6 La question de la réception des ouvrages philosophiques de Wyclif à Prague ne va pas sans problèmes (...)

3Jean Hus provient d’un milieu rural et il arrive à Prague au plus tard en 1390. Il commence ses études à la Faculté des Arts et devient ainsi membre de la nation universitaire tchèque. À la même période, il est vraisemblablement accepté comme famulus de Stéphane de Kolín au Carolinum, le collège des maîtres fondé par l’empereur Charles IV4, et il intègre le mouvement réformo-critique tchèque qui disposait à Prague d’une longue tradition et qui reliait chaires, université et nation universitaire tchèque. Après trois ans d’études, Hus obtint le titre de bachelier ès Arts Libéraux, son promoteur étant le maître Jean de Mýto, ce qui n’est pas une simple coïncidence car Mýto compte parmi les membres les plus respectés de la natio bohemorum5. Trois ans plus tard, Hus devient maître des Arts Libéraux et en plus du compendium artistique standard, il maîtrise vraisemblable aussi la doctrine des pères de la Réforme tchèque, Milíč de Kroměříž et Matthieu de Janov. Il vit alors dans le milieu des maîtres tchèques, qui compte aussi ses professeurs qui lui ont fait découvrir la voie du réalisme philosophique. Parmi les plus connus, nous pouvons mentionner Stanislas de Znojmo ou Stéphane de Páleč et ce sont justement eux qui lui donnent l’occasion de consulter pour la première fois les traités philosophiques de Wyclif dont les idées sont enseignées par certains maîtres tchèques peut-être dès la moitié des années quatre-vingt dix déjà6.

  • 7 Dans la copie qu’il réalise des quatre traités philosophiques de Wyclif et qu’il termine en septemb (...)
  • 8 Jean Hus a promu au moins 12 bacheliers et 11 maîtres. Les discours de promotion dont l’auteur est (...)

4Il n’est pas impossible que Hus, tout comme ses professeurs, enseigne à la Faculté des Arts en suivant les traités philosophiques de Wyclif7. En tout cas, il est certain qu’à cette époque Hus participe pleinement aux activités de la Faculté en devenant examinateur des bacheliers. C’est aussi le promoteur favori des étudiants tchèques comme en atteste le nombre considérable de bacheliers et plus tard de maîtres qu’il a promus. C’est également ainsi que grandit son prestige, de même que son influence. À cette époque, son activité à la Faculté des Arts est vraisemblablement très importante pour lui-même et pour son autorité magistrale8.

  • 9 MUPr I/1, p. 333.
  • 10 Le discours de promotion a été publié par B. Ryba (éd.), Promoční promluvy mistrů artistické fakult (...)
  • 11 MUPr I/1, p. 338.
  • 12 Son voyage était financé par une bourse créée par Vojtěch Raňkův de Ježov, explicitement destinée a (...)

5Avant même d’avoir prononcé son premier discours de promotion, Hus rencontre Jérôme de Prague à la Faculté des Arts. Jérôme, bachelier en 13989, fait déjà partie des milieux réformo-critiques qu’il a vraisemblablement dû connaître très tôt par l’intermédiaire de sa famille. Il était donc probablement au contact des réformateurs déjà auparavant. Dans ce contexte, il n’est donc nullement surprenant que son promoteur ait été Jean de Mýto en personne, de même que pour Hus10. Tandis que Hus continue la préparation de la maîtrise, Jérôme est attiré par l’étranger. Après que Hus lui ait arrangé une dispense de deux ans d’enseignement à la faculté des arts11, Jérôme est envoyé par les maîtres tchèques à Oxford où il part peu après avoir obtenu son diplôme de bachelier. L’objectif de ce voyage en Angleterre était probablement l’acquisition des traités théologiques de Wyclif qui manquaient toujours à Prague12.

  • 13 H. von der Hardt, Magnum oecumenicum Constantiense concilium IV, Francofurti et Lipsiae, 1700, col. (...)
  • 14 Cette raison a été soulignée par Šmahel, Život a dílo, p. 26-27.
  • 15 Pour un exemple de cet usage voir O. Pavlíček, « Two philosophical texts of Jerome of Prague and hi (...)
  • 16 Selon ses propres propos, Jérôme a effectué aussi un voyage à Jérusalem qui a eu lieu soit en 1403 (...)

6Jérôme lui-même nous informe qu’il a rapporté d’Angleterre le Dialogus et le Trialogus de Wyclif et il a probablement rapporté aussi certains autres traités13. A part cela, nous ne disposons d’aucune autre information concernant ses activités à Oxford. En tout cas il n’a pas obtenu sa maîtrise là-bas – peut-être à cause des conditions strictes qui étaient en vigueur au sein de l’université d’Oxford14. Sauf erreur de ma part, Jérôme y est entré en contact avec les doctrines non seulement de Wyclif mais aussi avec celles, toujours bien vivantes, des réalistes d’Oxford. Il en fera usage plus tard, lors de la préparation de ses propres textes15. Son voyage en Angleterre n’a pas donc été un simple voyage d’études car il en a tiré de précieuses connaissances sur les doctrines réalistes des successeurs philosophiques de Wyclif. Il y tenait beaucoup et comme nous allons le voir tout à l’heure, son autorité magistrale n’aurait pas été complète sans ses connaissances étendues des doctrines philosophiques et ses expériences de l’étranger16.

  • 17 L’ordre des études de Jérôme à Paris a été décrit par Šmahel, Silagi (éd.), p. XV – XVI.
  • 18 La déclaration de Jean Gerson se trouve entre autres dans Hardt iv, col. 217. Pour la rupture entre (...)
  • 19 Le souvenir de Charlier est publié dans J. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissime collec (...)

7Quand Jérôme retourne à Prague après avoir passé presque deux ans à Oxford, nous nous attendrions à ce qu’il reprenne ses études et obtienne sa maîtrise à la Faculté des Arts. Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, il ne revient pas aux études universitaires avant 1404 – l’année où il s’inscrit à la Faculté des Arts de l’Université de Paris. Ce n’est qu’en 1405 que Jérôme obtient sa maîtrise à Paris, après avoir accompli toutes les obligations nécessaires. Il y est aussi rapidement chargé de l’enseignement à la Faculté des Arts dans le cadre de la nation anglo-allemande17. Alors qu’à Prague Hus se consacre notamment à l’enseignement à la Faculté des Arts peu de temps après avoir obtenu sa maîtrise, Jérôme attire l’attention sur lui à Paris par une dispute provocatrice. Celle-ci est restée présente dans la mémoire de Jean Gerson au moment du Concile de Constance. D’après lui, Jérôme avait soulevé à Paris l’indignation par ses positions sur les universaux et les idées18. Au Concile de Bâle, c’est Gilles Charlier qui s’était souvenu de cette dispute et il qualifiait alors le discours de Jérôme de « pompeux ». Les maîtres et les docteurs parisiens – ajoutait Charlier – « avaient dû supporter cela » pendant trois jours19.

  • 20 Le « grand carnet » est mentionné par un scribe anonyme dans l’explicit de la double question USFU- (...)
  • 21 Peter Pergochsel a donné ce témoignage pendant le procès de Jérôme à Vienne, voir L. Klicman (éd.), (...)
  • 22 Témoigne aussi de cette collision entre Jérôme et les adversaires des « formalizantes » le traité D (...)

8Le témoignage de Charlier peut ne pas être forcément de première main car à l’époque de la dispute il n’avait que quinze ans. En revanche, nous ne pouvons nier chez Jérôme un penchant pour le pompeux et l’ostentatoire. Dans ses ouvrages, il attire souvent et volontiers l’attention sur le fait que de nombreuses autorités soutiennent ses thèses philosophiques, il donne en spectacle sa grande connaissance des textes – même des textes les moins connus, avec lesquels il a pu se familiariser au cours de ses voyages. Afin d’en faire une copie, il commence à tenir, au plus tard à Oxford, un « grand carnet » (magnum volumen), dans lequel il cherchera ensuite les bases pour ses conclusions. A Paris, par exemple, il effectue ainsi une copie d’une partie de Corpus Dionysiacum de l’Université de Paris dont il cite, déjà à Prague, des gloses marginales20. Parmi les nombreuses personnalités de la tradition platonico-augustinienne et parmi les textes dont il disposait à Paris figurent aussi un fragment de la traduction calcidienne du Timée de Platon – Jérôme considère Platon comme le roi des philosophes païens – et la Logique de Wyclif21. Si de par ses disputes plus tardives nous apprenons qu’il n’a jamais hésité à submerger ses adversaires par très nombreuses références aux grandes personnalités afin de justifier ses conclusions, nous sommes certains qu’il n’a pas hésité à se servir de la même méthode lors de sa dispute parisienne. Mais ceci ne pouvait lui apporter rien de bon de la part des persécuteurs locaux des formalizantes et du platonisme et il n’est donc guère surprenant que Jérôme quitte Paris peu de temps après22.

  • 23 Pour le séjour de Jérôme à Cologne voir V. Herold, « Magister Hieronymus von Prag und die Universit (...)

9Alors que Hus s’était contenté du seul titre de maître in artibus, Jérôme, lui, continue, après Paris, sa carrière à l’université de Cologne où il se fait immatriculer en tant que maître. Nous n’avons pas beaucoup d’informations concernant ses activités là-bas, mais l’université se rappelle encore son séjour presque vingt ans plus tard lorsqu’elle refuse la thèse dans laquelle le réalisme qu’elle cultive générerait l’hérésie23. Jérôme ne reste pas longtemps à Cologne, probablement en raison d’une autre dispute provocatrice dans laquelle il qualifie les nominalistes d’hérétiques de la dialectique. Bien qu’une fois de plus nous ne disposions d’aucun témoignage sur la position qu’il défendit à Cologne, il est très vraisemblable qu’elle ait été, tout comme la dispute parisienne, assez proche de la questio traitée à Heidelberg.

  • 24 Pour le contenu de la questio de Heidelberg voir Z. Kaluza, « La question de Jérôme de Prague dispu (...)

10Car ici, de nouveau, il se fait inscrire au nombre des maîtres et participe à une dispute de plusieurs jours portant sur les universaux créés et leur rôle dans la prédication24. En soulevant le problème de l’importance de la logique in rebus, il provoque l’indignation des universitaires nominalistes de Heidelberg, en particulier lorsqu’il ne résiste pas au plaisir d’une citation antinominaliste tirée du De incarnatione Verbi de saint Anselme. Il faut néanmoins souligner que sa position était purement philosophique. Quand il abordait des questions ayant un rapport avec Dieu et ses idées, donc des questions a priori théologiques, ces éléments n’ont pour lui d’autre importance que philosophique : celle des causes des choses créées.

  • 25 J. F. Hautz, Geschichte der Universität Heidelberg I, Mannheim, 1862, p. 232.
  • 26 Voir l’édition critique du fragment de sermon de Lagenator dans A. Häse, « Johannis de Franckfordia (...)
  • 27 Le séjour du Pragois à Heidelberg a été bien reconstitué par F. Šmahel, « Mag. Hieronymus von Prag (...)
  • 28 Pour l’interdiction voir par ex. A. L. Gabriel, « » Via antiqua » and « via moderna » and the Migra (...)

11De nombreux maîtres de renom discutaient avec lui, et – selon une mention inscrite dans le livre des doyens –, la situation est allée si loin que « la faculté ne veut plus l’écouter » et elle a chargé un maître de lui rétorquer25. Il s’agit très probablement de Jean Lagenator qui, dans l’introduction de sa polémique, rend à Jérôme toutes les offenses que celui-ci a faites26. Le séjour du Pragois à Heidelberg touche à sa fin au moment où il est suspendu de toutes les fonctions d’enseignement et où l’on défend aux étudiants d’assister à ses conférences. On l’accuse également devant l’évêque, donc nous pouvons supposer qu’il dut probablement quitter Heidelberg un peu à la hâte. Comme conséquence de l’intervention du réaliste pragois intransigeant et afin d’éviter à l’avenir des scandales similaires, la faculté instaure la censure27. L’intervention de Jérôme à Heidelberg ne nous en dit certes pas long sur son autorité magistrale mais d’un autre côté, elle illustre sa position philosophique et confirme certains aspects de son caractère, notamment sa profonde conviction de la justesse de ses idées philosophiques et ses capacités rhétoriques. Son séjour à Heidelberg a fini, comme auparavant celui à Cologne, par lui gagner une forte animosité. Il n’est donc pas surprenant que cette université allemande ait été plus tard favorable aux poursuites des wyclifites pragois et qu’elle ait interdit en 1412 non seulement les livres de Wyclif mais aussi le réalisme comme tel28.

  • 29 Pour les circonstances de l’admission de Jérôme cf. Šmahel, Silagi (éd.), p. XXX-XXXII.
  • 30 Voir l’édition critique dans V. Novotný (éd.), « Poggii Florentini ad Leonardum Aretinum epistola d (...)

12Jérôme rentre de Heidelberg à Prague en 1406 en tant que triple maître ès arts et il y postule pour son quatrième titre. Cependant, étant donné le caractère compliqué de la procédure de reconnaissance des titres, il ne réussit à intégrer la Faculté des Arts qu’au début de l’année 1407 et non sans quelques complications. Car à Prague, à cette époque, on a déjà eu des échos de ses agissements dans des universités étrangères et les maîtres allemands de Prague, membres de la commission d’admission, souhaitent l’empêcher ou du moins lui rendre l’admission bien plus difficile. Ils se doutent vraisemblablement que l’admission d’un maître diplômé des universités de Paris, de Cologne et de Heidelberg, réputé d’être un orateur cultivé et doué, va grandement renforcer les rangs de la nation universitaire tchèque dans ses différends avec les trois nations germanique ou germanisées29. Ses qualités exceptionnelles d’orateur lui vaudront plus tard à Constance les compliments de Poggio Braciolini tandis que Jean Gerson les qualifie de « don de l’éloquence angélique30 ».

  • 31 L’édition de la questio a été publiée dans Šmahel, Silagi (éd.), p. 15-33.
  • 32 Augusin, Quaestio de ideis, dans A. Mutren (éd.), De diversis quaestionibus octoginta tribus, Turho (...)
  • 33 Ibidem, p. 16 – 17, l. 25 – 67.

13Dans une partie de la double question que Jérôme avait préparée pour son admission à la Faculté notre maître fait preuve de ses capacités d’orateur et il établit admirablement les bases de l’autorité magistrale des maîtres artiens. Dans ce sens une question a priori inintéressante (Utrum sint alique forme universales, que neque formate sunt nec eciam formabiles), touchant à la problématique des idées dans l’esprit de Dieu, se transforme peu après son début en la question des connaissances que doit posséder chaque membre de la Faculté des Arts31. Notre maître démarre de manière innocente et il cite la questio De ideis de Saint Augustin de la collection De diversis quaestionibus octoginta tribus32 et dit que dans les idées, il y a une telle force que si quelqu’un ne les comprenait pas, il ne pourrait pas être sage. Il est nécessaire, selon lui, que chaque philosophe connaisse ces choses, i.e. les idées, ce savoir constituant le préalable de la sagesse, car, en fait, le terme grec philosophus veut dire « l’amateur de la sagesse ». Au paragraphe suivant, il s’étonne du fait que d’aucuns disent qu’on ne doit pas traiter ce sujet à la Faculté des Arts car il entre dans les compétences de la faculté « supérieure », la Faculté de Théologie. Jérôme souligne au contraire qu’il revient à chaque véritable artien de traiter ce sujet et que celui-ci est plus particulièrement adapté aux représentants de la subtile métaphysique réaliste. Il montre ainsi ouvertement à quel mouvement philosophique il appartient et il nous laisse aussi une trace concernant les événements au sein des universités de l’époque et les possibles conflits de compétences entre les philosophes et les théologiens33.

  • 34 Cf. Šmahel, Silagi (éd.), p. XXXII-XXXIII.
  • 35 Voir la défense ironique de ce traité par maître Šimon de Tišnov dans J. Loserth, Hus und Wyclif, P (...)
  • 36 Je cite F. Šmahel, « Le mouvement des étudiants à Prague dans les années 1408-1412 », Historica XIV (...)
  • 37 Pour la part prise par les étudiants de l’Université de Prague aux efforts réformo-critiques du gro (...)

14C’est par l’obtention de la maîtrise à Prague que Jérôme conclut sa riche collection de titres de Facultés liées à jamais à son autorité magistrale. Il n’a jamais entamé d’études à la faculté de théologie et bien qu’il se sente proche des sujets théologiques et qu’il revendique même certaines des questions théologiques pour les philosophes, il fait pourtant prévaloir dans ses textes des sujets philosophiques, liés aux universaux et aux idées. Être philosophe est pour lui une véritable « profession » et même aujourd’hui, il est perçu de cette manière, et ceci malgré le fait que nous ne sachions pas beaucoup de choses sur sa participation aux travaux de la Faculté des Arts de Prague. Le seul de ses étudiants que nous connaissions est un étudiant espagnol pauvre, Pierre de Valence, fidèle famulus du Pragois. Selon les sources disponibles, Jérôme n’a jamais été membre d’aucune commission, ni n’a exercé aucune tâche administrative au sein de la faculté. Nous savons seulement qu’il a probablement donné des conférences sur le thème du traité De probacionibus proposicionum de Wyclif34, réservé à l’Université de Prague à l’enseignement des « jeunes hommes innocents35 ». En revanche, le Pragois, un homme d’action, est certainement un maître qui reste proche des étudiants grâce à sa radicalité et son esprit turbulent. En 1409, il n’hésite pas de s’adresser dans son virulent Éloge des Arts libéraux aux jeunes membres de l’université pendant la disputatio annuelle « comme politique et tribun appelant au courage personnel et à l’activité36 » et un peu plus tard, en 1412, il organise des manifestations estudiantines contre la vente scandaleuse d’indulgences37. À cette époque-là, il se peut que ce soit Jérôme qui ait eu plus d’influence parmi les étudiants que Hus lui-même, parce que ses solutions radicales leur sont plus proches que les procédés modérés de Jean Hus. Il ne fait pas de doute que l’influence sur les étudiants ait été une partie de l’autorité magistrale non seulement de Jérôme mais aussi de Hus. Cependant ce dernier, qui occupait à cette époque une chaire de prédicateur influençait aussi la partie moins instruite de la population dans une mesure bien plus large que Jérôme de Prague.

  • 38 MUPr I/1, p. 368
  • 39 L’édition du Commentaire des Sentences de Hus a été publiée dans V. Flajšhans, M. Komínková (éd.), (...)

15Revenons maintenant à Jean Hus que nous avons quitté en 1399. Alors que Jérôme participe à des disputationes sur les droits des philosophes et développe ses théories réalistes dans les universités, Hus se consacre à son travail à la Faculté des Arts. Outre sa tâche d’examinateur et sa participation à l’administration de la Faculté, il est toujours plus souvent sollicité pour conduire et diriger des travaux d’étudiants, ce qui témoigne de sa croissante popularité et de son importance grandissante. Il n’est donc pas surprenant qu’en lui montrant sa reconnaissance, la Faculté des arts l’ait choisi en 1401 comme doyen38. A cette époque, il fait déjà, très probablement, ses études à la Faculté de Théologie, où, plus tard, il deviendra bachelier biblique, puis sententiaire. Officiellement il n’obtient jamais de titre de docteur alors qu’il a pourtant bien rempli toutes les conditions nécessaires : nous disposons de son commentaire à propos des Sentences de Pierre Lombard39.

  • 40 Pour un aperçu de base des débuts de la carrière de prédicateur de Hus, voir Novotný, M. Jan Hus I, (...)
  • 41 Voir ibidem, p. 83 – 97.

16Hormis ses occupations universitaires, Hus se consacre l’activité la plus significative de son autorité magistrale et de sa vie : la prédication. Avant sa nomination au poste de doyen, il se fait ordonner prêtre mais au lieu de suivre la pratique courante et de chercher des bénéfices, il cherche plutôt une opportunité pour pouvoir exercer en tant que simple prêtre et devenir prédicateur. Il trouve d’abord, en 1401, l’occasion de réaliser ses aspirations de manière temporaire à l’Église Saint-Michel dans la Vieille Ville de Prague où il se consacre avec succès à une fervente activité de prédication. Déjà au cours de ses premières années, il se fait la réputation d’un excellent prédicateur40. Ses liens avec les courants de réforme tchèques fait que déjà l’année suivante, il est promu prédicateur au sein de la « prestigieuse » Chapelle de Bethléem, laquelle constitue le centre du mouvement réformateur tchèque et où l’on peut assister à des prédications en langue vernaculaire qui accueillent jusqu’à trois mille auditeurs41.

  • 42 Il convient de rappeler qu’il prêche même à la campagne, lorsqu’il est forcé de quitter Prague, et (...)
  • 43 Pour les étudiants à la chapelle de Bethléem, voir Bartoš, « Hus jako student a profesor Karlovy un (...)
  • 44 A la différence de l’édition critique de tous les ouvrages latins, l’édition critique des textes tc (...)
  • 45 Les lettres liées à Hus ont été publiées par V. Novotný, M. Jana Husi korespondence a dokumenty, Pr (...)
  • 46 Cf. Kejř, « Jan Hus sám o sobě », p. 13-15. Pour les idées d’ordre juste et d’harmonie sociale dans (...)

17La fonction de prédicateur, une partie inséparable de l’autorité magistrale de Hus, lui permet au cours des prédications d’être plus proche d’un public moins cultivé et c’est depuis sa chaire de prédicateur qu’il développe une nouvelle dimension de sa pensée réformatrice, car il influence le petit peuple en dehors du milieu universitaire. Il considère la prédication comme étant l’une des obligations majeures du prêtre et c’est pour cette raison qu’il prêche très souvent et de manière convaincante42. Rapidement il devient populaire auprès de ses auditeurs, de même que parmi ses étudiants de l’université avec lesquels il ne cesse pas les relations car plusieurs d’entre eux habitent dans un collège auprès de la chapelle de Bethléem et que d’autres étudiants assistent aussi à ses sermons43. Par le contenu de ses prédications, il renoue avec ses prédécesseurs et son objectif est l’élévation morale non seulement de la vie au sein de l’Église mais aussi celle de toute la société. Ses efforts moralisateurs qui radicalisent ses auditeurs se reflètent dans sa vaste production littéraire en tchèque ainsi qu’en latin44, de même que dans un grand nombre de lettres à l’aide desquelles il maintient un contact avec plusieurs grandes personnalités de l’Europe de l’époque45. Aux yeux des milieux de réforme Jean Hus monte petit à petit en considération et c’est aussi sa responsabilité sociale qui augmente, ainsi que l’autorité qui s’y rapporte et dont il est entièrement conscient46.

  • 47 Voir J. Hus, Postilla, éd. J. B. Jeschke, Praha, 1952, p. 357-358.
  • 48 Voir V. Novotný, M. Jana Husi korespondence, p. 171.
  • 49 Pour le concept de vérité chez Hus, voir l’étude récente de Kejř, « Jan Hus sám o sobě », p. 24-25 (...)

18Hus ressent la responsabilité notamment par rapport à Dieu, de la part de qui il a accepté, comme il l’avouera plus tard, l’engagement de prêcher47. Pour lui, il s’agit d’un engagement de prêcher la vérité contenue dans la Bible, selon laquelle il jauge non seulement ses prédications mais aussi sa propre vie et toutes ses actions. Il ne manque aucune occasion d’exhorter à une vie sans péché, ni de blâmer tout ce qui pourrait être en désaccord avec la loi de Dieu et c’est pour ces mêmes raisons qu’il mène une vie morale en harmonie avec la vérité. S’il arrive qu’il soit forcé de faire une exception vis-à-vis de son propre conviction, il se le reproche grandement comme c’est le cas quand il s’est soumis à la volonté du roi et a, pour un certain temps, arrêté de prêcher48. A la fois il n’hésite pas à critiquer aussi ce qu’il n’est pas forcément diplomatique d’attaquer, pour une raison ou pour une autre, ce qui lui cause de nombreux problèmes. Pour lui, ce qui compte est surtout sa propre conscience, jaugée au critère de la vérité comme valeur morale suprême qui correspond, dans son système, au Christ49. Nous pouvons donc voir que c’est l’autorité d’un prédicateur populaire et authentique qui se lie chez Hus avec l’autorité d’un maître universitaire non moins populaire.

  • 50 Témoigne de cette situation le propos de Jérôme de Prague à Constance, voir Hardt IV, col. 757-759 (...)

19On peut voir un autre aspect de l’autorité magistrale à l’arrière-plan des différends parmi les nations universitaires à Prague et c’est justement l’exemple de Jean Hus et Jérôme de Prague qui montre explicitement le lien avec leur propre nation universitaire (mais non seulement universitaire) et la gestion de ses droits. Rappelons qu’à l’université de Prague sont représentées quatre nations universitaires : la nation tchèque, saxonne, bavaroise et polonaise dont chacune dispose d’une voix lors du vote. Or, les trois dernières sont sous l’emprise des maîtres allemands, si bien que la nation tchèque se trouve isolée lors des votes importants. C’est pourquoi non seulement les wyclifites tchèques mais aussi la plupart des autres membres de la corporation tchèque aspirent à un changement dans le partage des compétences pour que la nation tchèque – la nation du pays – devienne « la tête et non pas la queue » dans la vie de l’université ce qui est lié aussi à la question du nombre limité des places dans les collèges universitaires et des bénéfices ecclésiastiques50.

  • 51 Hardt IV, col. 758 ou bien Šmahel, ibidem.
  • 52 Jérôme connaissait sans doute au moins un fragment du Timée de Platon par la traduction de Calcidiu (...)
  • 53 Cf. Défense du Décret de Kutná Hora de Jesewece et l’Éloge des Arts libéraux de Jérôme imprimé dans(...)

20Au Concile de Constance, Jérôme de Prague avouera qu’il a participé avec Jean Hus à un essai pour convaincre le roi de Bohême de faire des changements au sein de la stratégique Mairie de la Vieille Ville et que c’était également par leur action que le partage des voix parmi les membres du Conseil de cette Mairie avait pu changer en faveur des Tchèques51. De même, après être intervenu à l’occasion de la dispute annuelle de 1409 pour défendre les universaux et les théories de la création du monde selon le Timée de Platon52, Jérôme était passé à la défense de la nation tchèque. Selon lui, la sacrosainte nation tchèque devrait avoir dans son pays le rôle dirigeant. Les vrais Tchèques dont les deux parents sont aussi tchèques devraient jouir des droits particuliers à l’université du pays, de même qu’à Prague et dans tout le royaume de Bohême. Il donne alors la définition détaillée de la nation tchèque car, outre la patrie et la langue, il énumère la descendance des parents tchèques et une foi immaculée (car, selon lui, un « vrai » Tchèque n’a jamais été hérétique), la communauté de toutes les personnes – en partant du roi jusqu’au travailleur journalier53.

  • 54 Pour les circonstances et les conséquences de proclamation du Décret de Kutná Hora, voir l’étude ré (...)

21Jean Hus et Jérôme de Prague confirment aussi cette composante nationaliste – dépassant bien le domaine académique – de leur autorité magistrale peu après la dispute de quolibet, dans le cadre de la proclamation du Décret de Kutná Hora changeant à l’avantage de la nation universitaire tchèque le partage des voix des corporations nationales présentes à l’université de Prague. Au moment de la publication de ce mandat royal Hus était malade, mais en apprenant la nouvelle de son adoption, il s’était réjoui, de même que les autres maîtres tchèques. Les contacts entre le groupe des maîtres autour de Hus et les conseillers du roi ont probablement joué un rôle majeur dans la négociation de maîtres tchèques avec la cour royale. Les conseillers ont convaincu le roi de la pertinence de ladite décision en faveur des Tchèques au sein de l’université et la nation universitaire tchèque put ainsi désormais décider de tout vote, en dépit des autres nations, non seulement dans les affaires concernant le pouvoir à l’université mais aussi concernant les questions du soutien dont avait besoin le roi de Bohême afin d’appuyer ses ambitions royales face à son rival du Palatinat. Les maîtres allemands dont nombre venait de régions appartenant au duc Robert de Palatinat ne pouvaient soutenir que difficilement le roi de Bohême dans son ambition d’être sacré à Rome54. Nous pouvons donc associer l’autorité magistrale de Jean Hus et de Jérôme de Prague aussi à la détermination de lutter pour les droits de leur nation (pas seulement universitaire).

  • 55 L’édition critique du manuel de Hus est publiée dans Iohannes Hus, Quodlibet,2 Bohumil Ryba (éd.), (...)
  • 56 Hus a même rédigé le traité De libris hereticorum legendis dans lequel il insiste sur le fait que l (...)

22Avec l’exode des maîtres allemands vers d’autres universités qui s’en est suivi, commence une période de stagnation de la vie intellectuelle à Prague. En ce qui concerne Jean Hus et son autorité, il nous faut revenir à l’université de Prague, désormais dominée et gouvernée par la nation tchèque. À cette période, les liens de Hus avec elle se resserrent grâce à la fonction de recteur dont il est chargé depuis octobre 1409. En 1410, après que Stéphane de Páleč et Šimon de Tišnov aient refusé d’assumer la tache du quolibetier pour la dispute annuelle de 1411, Jean Hus se porta volontaire pour sa préparation et il consacra des efforts particuliers pour préparer le manuel du quolibetier. Il a attribué à chacun des participants un nom de philosophe ancien, grec ou romain, accordé à chaque maître une question obligatoire et, en plus, une question non-académique afin d’alléger la dispute, laquelle, autrement, pouvait s’avérer trop lourde. Il a fait ainsi donc preuve non seulement d’une rare ardeur mais aussi de responsabilité envers l’université affaiblie et par là même envers toute la nation55. Il convient aussi de remarquer pour l’autorité magistrale dans le milieu universitaire que Hus et les autres maîtres, y compris Jérôme de Prague, ont déployé des efforts particuliers pour la liberté de parole sur le sol académique dans le cadre de la protestation contre l’archevêque qui, en 1410, avait fait brûler les traités de Wyclif56.

  • 57 La lettre de l’évêque est publiée dans Palacký, Documenta, p. 506-507. Je profite de l’interprétati (...)
  • 58 Pour l’appel de Hus au Christ, voir notamment J. Kejř, Husovo odvolání od soudu papežova k soudu Kr (...)

23Il est caractéristique pour la destinée de Jérôme de Prague et de Jean Hus d’après 1409 qu’ils se retrouvent à la tête du mouvement réformateur tchèque dont le principal représentant était déjà Hus. Jérôme est présent en Bohême lors de certains événements, mais il renoue avec ses voyages et à part des universités qu’il fréquente, il apparaît aussi dans les services diplomatiques. Ainsi nous le rencontrons à Buda où il intervient auprès du roi Sigismond et ensuite il va aussi à Vienne où on entame un procès judiciaire à son encontre. En fuyant Vienne, il viole son serment, est donc reconnu coupable de parjure et est excommunié. En ce qui concerne ses autres expériences de voyages, Jérôme se rend plusieurs fois en Pologne et plus loin vers l’Est. En Pologne, à Cracovie, sa réputation d’un homme de dispute infatigable s’est bien confirmée car au cours de nombreuses disputations, il sut susciter un tollé. C’est ce dont témoigne par exemple le commentaire ironique de l’évêque de Cracovie Jastrzębiec selon lequel le peuple polonais serait « trop simple d’esprit afin d’être en mesure de comprendre l’enseignement d’un aussi grand philosophe57 ». Engagé à Prague dans la défense des livres de Wyclif, Hus durcit plus tard son attitude dans la lutte contre la vente des indulgences et lui non plus, il n’arrive pas alors à échapper à une excommunication, qui s’alourdit davantage par la suite. Très pieux, Hus trouve son dernier recours dans un appel au Christ, l’instance qui n’a pas de place dans le système judiciaire de l’Église. Son procès, de même que celui de Jérôme, va se poursuivre au Concile de Constance58.

  • 59 Éloge des Arts libéraux, p. 214-217, l. 445-520.
  • 60 Voir supra, note 49 et Hus, Quodlibet2, p. 7-8, l. 48–67.
  • 61 V. Novotný, M. Jana Husi korespondence, p. 154.
  • 62 Ibidem, p. 170.
  • 63 Cf. Kejř, Jan Hus sám o sobě, p. 15-17 et p. 39-40, notes 27-53 qui font référence aux textes de Hu (...)

24Pour les deux maîtres, le Concile de Constance est une épreuve de conscience et d’authenticité de leur vie – deux éléments qui font indubitablement partie intégrante de leur autorité magistrale. La vérité a pour Jérôme surtout une dimension philosophique, et il invite les élèves et les maîtres à la rechercher59. Hus ajoute à cette conception une profonde conviction religieuse de la vérité qui représente pour lui le Christ lui-même qui est supérieur que l’acte nu de compréhension60. Pour lui la vérité constitue un impératif moral, dans ses traités il déclare que qu’il est avantageux de se battre et même de mourir pour la vérité et qu’il préfère devenir martyr plutôt que transgresser les commandements du Christ. Ce sont également des extraits de sa correspondance qui témoignent de sa volonté de mourir pour la vérité, il écrit par exemple que « la mort fait retrouver la vraie vie61 » ou qu’« il vaut mieux bien mourir que de mal vivre62 ». La vérité, c’est à dire le Christ, représente pour lui la valeur suprême et il y soumet tous ses actes à celle-ci63.

  • 64 Voir par exemple V. Herold, « Hus a Wyclif. Srovnání dvou traktátů De ecclesia », dans Jan Hus na p (...)
  • 65 Sur cet aspect, voir Kejř, « Jan Hus sám o sobě », p. 17-19. Cf. Sedlák, M. Jan Hus, p. 341-342.
  • 66 Novotný, M. Jana Husi korespondence, p. 284. Cf. Kejř, ibid., p. 16 et p. 40, note 47.
  • 67 La monographie la plus complète sur le procès de Hus est aujourd’hui Kejř, Die Causa Johannes Hus u (...)

25L’authenticité de la vie de Hus est soulignée par sa position dans la suite de son procès à Constance où il défend ses enseignements, qui sont proches des positions de Wyclif mais qui s’en distinguent par des détails significatifs – un fait que les juges souvent omettent de remarquer. Il en va de même pour l’œuvre-clé de Jean Hus, le traité De Ecclesia, qui est proche des idées de Wyclif et c’est justement à cause de cette œuvre que Hus est finalement condamné. Hus s’efforce d’expliquer aux pères du Concile que leur interprétation est inexacte et il se défend contre de fausses accusations ; mais, aux yeux du Concile, ses doctrines se confondent avec celles de Wyclif64. L’intégrité morale de Hus – et par cela aussi sa responsabilité quant à l’intégrité du mouvement réformateur tchèque dont il était le leader et le symbole65 – l’empêchait d’essayer de sauver sa vie en rétractant des doctrines qu’il ne défendait pas et il était inutile de la part du Concile de lui proposer des formules de rétractation de plus en plus modérées. Hus s’attendait à la condamnation et il comptait avec une mort sur le bûcher déjà bien avant son emprisonnement à Constance. Il croyait que le Christ allait trancher son différend et que s’il se rétractait, il serait puni du châtiment éternel66. Hus n’a pas trahi sa conviction même face au bûcher. Une force morale et une grande conviction religieuse qui l’empêchaient de s’opposer à sa conscience et ceci même si la seule alternative était la mort, font partie de son autorité. Jean Hus est mort sur le bûcher au bord du Rhin le 6 juillet 141567.

26Le procès du philosophe Jérôme diffère de celui de Hus déjà par le fait qu’il n’a pas été convoqué à Constance et que même au contraire, on a essayé de le dissuader d’entreprendre ce voyage. Pourtant il décide de suivre et soutenir Hus à Constance comme il le lui avait promis auparavant. Lorsqu’il se rend compte du fait qu’il ne pourra pas aider son ami et il devient conscient du risque d’arrestation et de jugement, il décide de partir mais finalement il est arrêté près de la frontière tchèque et dans des circonstances dramatiques il est traîné jusqu’à Constance enchaîné. Dans la ville sur les bords du lac, il revoit ses ennemis de jadis, venus de l’Europe entière (rappelons-nous des scandales qu’il avait provoqués au cours de ses études, sa part de responsabilité dans le départ massif des maîtres allemands de Prague après la proclamation du Décret de Kulná Hora et ses activités entre autres à Buda, Vienne et Cracovie) et qui exigent qu’il soit puni. Jérôme est emprisonné pendant presque un an et à la différence de Hus, pendant plusieurs mois il n’a aucune possibilité d’entrer en contact avec quiconque pour pouvoir s’informer de ce qui se passait en dehors de la tour de Saint Paul où il était gardé.

  • 68 L’étape finale de la vie de Jérôme a été traitée de la manière la plus détaillée par Šmahel, Život (...)
  • 69 Cf. Novotný (éd.), Poggii Florentini ad Leonardum Aretinum, p. 332-334 ; R. N. Watkins, » The Death (...)

27Il avait réussi au cours de ses multiples aventures passées à éviter la punition et nous pouvons facilement supposer qu’il allait essayer d’y échapper de nouveau – même maintenant à Constance. Il pensait accepter le jeu des cardinaux, déclarer que le Concile avait raison dans l’affaire de Hus et de Wyclif et faire appuyer le tout par quelques lettres adressées en Bohême dans lesquelles il reconnaîtrait que Hus a défendu des conclusions erronées. Espérant pouvoir s’enfuir de prison, il accepte de jurer que les enseignements de Hus et de Wyclif sont hérétiques et que par la suite il se détournera de ces deux penseurs. Nous ne pouvons pourtant pas avoir de doute sur la franchise de sa rétractation car il finit par l’annuler lui-même et la considère comme étant la plus grande erreur de sa vie. Devant le Concile, peu de temps avant sa mort, il déclare de n’avoir jamais agi autant contre sa conscience que lorsqu’il a insulté les livres du docteur d’Oxford et a prononcé son accord avec la condamnation de Hus et de son enseignement. Il retire donc tout ce qu’il avait, pour son déshonneur, dit auparavant et déclare être prêt à mourir de manière aussi courageuse que Hus qu’il considère d’ailleurs être un saint homme. Jérôme de Prague subit le même sort que Jean Hus et il est brûlé vif sur le bûcher le 30 mai 141668. Mais il n’est pas mort seulement en tant « martyr de la réforme » mais aussi vrai philosophe et martyr du platonisme69.

Haut de page

Notes

2 La monographie de base sur la vie et l’œuvre de Jean Hus est toujours celle de V. Novotný, M. Jan Hus : Život a učení, I, Život a dílo 1-2, Praha, 1919-1921. Pour une présentation des nouveaux résultats de recherche voir F. M. Bartoš, Co víme o Husovi nového, Praha, 1946, Id., « Co víme o Husovi nového », Jihočeský sborník historický 39 (1970), p. 126-132, F. Machilek, « Ergebnisse und Aufgaben moderner Hus-Forschung. Zu einer neuen Biographie des Johannes Hus », Zeitschrift für Ostforschung 22 (1973), p. 302-330, F. Šmahel, Die Hussitische Revolution III, Hannover, 2002, p. 2018-2199, et nouvellement J. Kejř, Jan Hus známý a neznámý, Praha, 2009, p. 11-29 et 118-126. Les autres monographies importantes sont celles de J. Sedlák, M. Jan Hus, Praha, 1915, F. M. Bartoš, Čechy v době Husově, Praha, 1947, M. Spinka, John Hus. A bibliography, Princeton, 1968, A. Molnár, Jan Hus testimone de la verità, Torino, 1973, E. Werner, Jan Hus. Welt und Umwelt eines Prager Frühreformators, Weimar, 1991 et P. Hilsch, Johannes Hus. Prediger Gottes und Ketzer, Regensburg, 1999. En français voir notamment P. de Vooght, L’Hérésie de Jean Huss I-II,2 Louvain, 1975 et A. Molnár, Jean Hus – témoin de la vérité, Saint-Germain-en-Laye, 1978. Pour le milieu de l’époque voir F. Šmahel, Die Hussitische Revolution I-III, Hannover, 2002 ; Id., La révolution hussite une anomalie historique, Paris, 1985 et O. Marin, L’archevêque, le maître et le dévot. Genèses du mouvement réformateur pragois. Années 1360-1419, Paris, 2005.

3 Les deux études de base sur Jérôme de Prague sont F. Šmahel, Život a dílo Jeronýma Pražského : Zpráva o výzkumu, Praha, 2010 et F. Šmahel, G. Silagi (éd.), Magistri Hieronymi de Praga quaestiones, polemica, epistulae, Turnhout, 2010, qui contient l’édition critique des textes de Jérôme (p. 1-282) et une introduction détaillée sur la vie du Pragois (p. XI-CLXIX). La seule monographie française moderne sur Jérôme a été publiée par J. Pilny, Jérôme de Prague : un orateur progressiste du Moyen Âge, Genève, 1975.

4 Pour Stéphane de Kolín voir O. Odložilík. M. Štěpán z Kolína, Praha, 1924. Il est vraisemblable que Hus servait de famulus à l’un des maîtres tchèques à Carolinum, peut-être de Stéphane qui a entre autres exercé comme prédicateur à la chapelle de Bethléem et qui a été suivi sur ce poste par Hus lui-même quelques années plus tard. Pour les débuts de Hus à l’université, voir F.M. Bartoš, « Hus jako student a profesor Karlovy univerzity », Acta Univ. Carol. – Phil. Et Hist. II (1958), p. 9-26, pp. 9-15. Pour les collèges de Prague voir F. Šmahel, « Scholae, collegia et bursae Universitatis Pragensis. Ein Beitrag zum Wortschatz der mittelalterlichen Universitäten », dans F. Šmahel (éd.), Die Prager Universität im Mittelalter/The Charles University in the Middle Ages, Leiden – Boston, 2007, p. 85-102, Idem, « Doplňky k dějinám mistrovských kolejí pražské univerzity do roku 1420 », Acta Universitatis Carolinae – Historia Universitatis Carolinae Pragensis XXXIII.-XXXIV/1-2 (1993-1994), p. 13-43 et M. Svatoš, « The Studium Generale (1347/8-1419) », dans F. Kavka, J. Petráň (éd.), History of Charles University I, Praha 2004, pp. 39-55.

5 Le discours de promotion (recommendatio) de Jean de Mýto a été publié par B. Ryba (éd.), Promoční promluvy mistrů artistické fakulty Mikuláše z Litomyšle a Jana z Mýta na universitě Karlově z let 1386 a 1393, Praha, 1948, p. 41-49. Le fait que Mýto ait promu au moins 31 bacheliers et 19 maîtres témoigne de sa popularité et de son influence auprès des étudiants tchèques. Pour le determinacio et incepcio à la Faculté des Arts à Prague et le rôle des maîtres, voir par exemple F. Šmahel, « The Faculty of Liberal Arts 1348-1419 », dans Die Prager Universität, pp. 244-247 et F. Kavka, « Mistři-regenti na artistické fakultě pražské univerzity v letech 1367-1420 », dans Z českých dějin. Sborník prací in memoriam V. Husy, Praha, 1966, 77-96.

6 La question de la réception des ouvrages philosophiques de Wyclif à Prague ne va pas sans problèmes : voir F. Šmahel, « Wyclif’s Fortune in Hussite Bohemia », dans Die Prager Universität, p. 467-489, V. Herold, Pražská univerzita a Wyclif, Praha, 1985, W. Zega, Filozofia Boga w Quaestiones Sententiarum Mikolaja Bicepsa, Warszawa – Bydgość, 2002, p. 88-101, A. Hudson, « From Oxford to Prague : The Writings of John Wyclif and his English Followers in Bohemia », The Slavonic and East European Review 75 (1997), p. 642-657 et dernièrement I. Mueller (éd.), Commentarius in I-IX capitula tractatus De universalibus Iohannis Wyclif Stephano de Palecz ascriptus, Praha, 2009, p. 9-39.

7 Dans la copie qu’il réalise des quatre traités philosophiques de Wyclif et qu’il termine en septembre 1398, il fait de nombreuses annotations marginales. Nous pouvons y lire entre autres des notes qui témoignent de l’orientation nominaliste des nations universitaires allemandes et aussi de la joie qu’a su apporter cette découverte de Wyclif à Hus en vue de pouvoir l’employer dans son argumentation contre le nominalisme. Sur ces annotations marginales, voir J. Daňhelka, « Das Zeugnis des Stockholmer Autographs von Hus », Die Welt der Slaven 27,2 (1982), p. 225-233.

8 Jean Hus a promu au moins 12 bacheliers et 11 maîtres. Les discours de promotion dont l’auteur est Hus ont été publiés dans A. Schmidtová (éd.), Mistr Jan Hus, univerzitní promluvy, Praha, 1958, p. 33-95, pour le commentaire voir aussi p. 220-229.

9 MUPr I/1, p. 333.

10 Le discours de promotion a été publié par B. Ryba (éd.), Promoční promluvy mistrů artistické fakulty, p. 15-26. Cf. ibidem, p. 7-8.

11 MUPr I/1, p. 338.

12 Son voyage était financé par une bourse créée par Vojtěch Raňkův de Ježov, explicitement destinée aux étudiants tchèques se destinant aux études de philosophie ou de théologie à Paris et à Oxford. Pour le seul tchèque qui ait occupé la fonction de recteur de l’Université de Paris (1355), voir J. Kadlec, Leben und Schriften des Prager Magisters Adalbert Rankonis de Ericinio, Münster, 1971.

13 H. von der Hardt, Magnum oecumenicum Constantiense concilium IV, Francofurti et Lipsiae, 1700, col. 635.

14 Cette raison a été soulignée par Šmahel, Život a dílo, p. 26-27.

15 Pour un exemple de cet usage voir O. Pavlíček, « Two philosophical texts of Jerome of Prague and his alleged designation of opponents of real universals as diabolical heretics », dans Z. David, D. Holeton (éd.), The Bohemian Reformation and Religious Practice 8, Praha, 2011, sous presse. Pour un aperçu des réalistes d’Oxford et de leurs doctrines voir A. D. Conti, Johannes Sharpe, Quaestio super universalia, Florence, 1990, p. 211-238 et 295-336.

16 Selon ses propres propos, Jérôme a effectué aussi un voyage à Jérusalem qui a eu lieu soit en 1403 soit en 1408. Voir Hardt IV, col. 643. Cf. Šmahel, Silagi (éd.), p. XIV-XV.

17 L’ordre des études de Jérôme à Paris a été décrit par Šmahel, Silagi (éd.), p. XV – XVI.

18 La déclaration de Jean Gerson se trouve entre autres dans Hardt iv, col. 217. Pour la rupture entre Jérôme et Gerson voir aussi Z. Kaluza, « Le chancelier Gerson et Jérôme de Prague », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 59 (1985), p. 81-126 et V. Herold, « Der Streit zwischen Hieronymus von Prag und Johann Gerson. Eine spätmittelalterliche Diskussion mit tragischen Folgen », dans S. Włodek (éd.), Société et Église. Textes et discussions dans les universités d’Europe centrale pendant le Moyen Âge tardif, Turnhout, 1995, p. 77-89.

19 Le souvenir de Charlier est publié dans J. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissime collectio, vol. 29, Venetiis, 1792, col. 964.

20 Le « grand carnet » est mentionné par un scribe anonyme dans l’explicit de la double question USFU-USEA, voir Šmahel, Silagi (éd.), p. 69, l. 578-581. Pour l’utilisation de Corpus Dionysiacum voir Kaluza, « Le chancelier Gerson et Jérôme de Prague », p. 105-106, 116-126 et S. Sousedík, « M. Hieronymi Pragensis ex Iohanne Scoto Eriugena excerpta », Listy filologické 98 (1974), p. 4-7.

21 Peter Pergochsel a donné ce témoignage pendant le procès de Jérôme à Vienne, voir L. Klicman (éd.), Processus judiciarius contra Jeronimum de Praga habitus Viennae a. 1410-1412, Praha, 1898, p. 21-22.

22 Témoigne aussi de cette collision entre Jérôme et les adversaires des « formalizantes » le traité De universali reali de Jean de Maisonneuve, édité dans A. G. Weiler, « Un traité de Jean de Nova Domo sur les universaux », Vivarium VI (1968), pp. 126-152 (là p. 127). Voir aussi Kaluza, « Le chancelier Gerson », passim, Id., « Le “De universali reali” de Jean de Maisonneuve et les epicuri litterales », Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie, 33 (1986), p. 469-516 et Id., Les querelles doctrinales à Paris : Nominalistes et réalistes aux confins du XIVe et du XVe siècle, Bergamo, 1988, p. 21-22.

23 Pour le séjour de Jérôme à Cologne voir V. Herold, « Magister Hieronymus von Prag und die Universität Köln », dans A. Zimmermann (éd.), Die Kölner Universität im Mittelalter, Berlin et New York, 1989, p. 255-273 et G.-R. Tewes, Die Bursen der kölner Artisten-Fakultät bis zur Mitte des 16.Jahrunderts, Köln-Weimar-Wien, p. 302-306. L’édition de la position de l’université de Cologne est imprimée dans F. Ehrle, Der Sentenzkommentar Peters von Candia, Münster, 1925, p. 281 – 290.

24 Pour le contenu de la questio de Heidelberg voir Z. Kaluza, « La question de Jérôme de Prague disputée à Heidelberg », dans A. de Libera, A. Elamrani-Jamal, A. Galonnier (éd.), Langages et Philosophie. Hommage à Jean Jolivet, Paris, 1997, p. 122–152. Le texte de Jérôme est publié dans Šmahel, Silagi (éd.), p. 5-12.

25 J. F. Hautz, Geschichte der Universität Heidelberg I, Mannheim, 1862, p. 232.

26 Voir l’édition critique du fragment de sermon de Lagenator dans A. Häse, « Johannis de Franckfordia. Videte, ne quis vos decipiat. Angriffsrede gegen die Quaestio Utrum veritas generalis sit significanda des Hieronymus von Prag (1406) », dans D. von Walz (éd.), Johannes von Frankfurt, Zwölf Werke des Heidelberger Theologen und Inquisitors, Heidelberg, 2000, p. 99-100 ou bien Šmahel, Silagi (éd.), p. 263-264.

27 Le séjour du Pragois à Heidelberg a été bien reconstitué par F. Šmahel, « Mag. Hieronymus von Prag und die Heidelberger Universität », dans Die Prager Universität, p. 526-538.

28 Pour l’interdiction voir par ex. A. L. Gabriel, « » Via antiqua » and « via moderna » and the Migration of Paris Students and Masters to the German universities in the Fifteenth Century », dans A. L. Gabriel (éd.), The Paris Studium. Robert of Sorbonne and his Legacy, Frankfurt am Main, 1992, p. 138.

29 Pour les circonstances de l’admission de Jérôme cf. Šmahel, Silagi (éd.), p. XXX-XXXII.

30 Voir l’édition critique dans V. Novotný (éd.), « Poggii Florentini ad Leonardum Aretinum epistola de M. Hieronymi de Praga supplicio », dans Fontes Rerum Bohemicarum VIII, Praha, 1932, p. 323-334 et Hardt IV, col. 217.

31 L’édition de la questio a été publiée dans Šmahel, Silagi (éd.), p. 15-33.

32 Augusin, Quaestio de ideis, dans A. Mutren (éd.), De diversis quaestionibus octoginta tribus, Turhout, 1975, p. 70-73.

33 Ibidem, p. 16 – 17, l. 25 – 67.

34 Cf. Šmahel, Silagi (éd.), p. XXXII-XXXIII.

35 Voir la défense ironique de ce traité par maître Šimon de Tišnov dans J. Loserth, Hus und Wyclif, Prag-Leipzig, 1884, p. 271-276 (là p. 273).

36 Je cite F. Šmahel, « Le mouvement des étudiants à Prague dans les années 1408-1412 », Historica XIV (1967), p. 55. Pour l’édition de l’Éloge voir Šmahel, Silagi (éd.), p. 199-222.

37 Pour la part prise par les étudiants de l’Université de Prague aux efforts réformo-critiques du groupe de Hus et de Jérôme voir notamment F. Šmahel, « Le mouvement des étudiants à Prague », p. 33-75, qui se consacre aussi aux relations entre les étudiants et les maîtres. Le thème des indulgences aux pays tchèques au Moyen-Âge tardif a fait récemment l’objet d’une récapitulation dans E. Doležalová, J. Hrdina, F. Šmahel, Z. Uhlíř, « The Reception and Criticism of Indulgences in the Late Medieval Czech Lands », dans R. N. Swanson (éd.), Promissory Notes on the Treasury of Merits. Indulgences in Late Medieval Europe, Leiden – Boston, 2006, p. 101–145, pour le rôle de Jérôme voir p. 128-129.

38 MUPr I/1, p. 368

39 L’édition du Commentaire des Sentences de Hus a été publiée dans V. Flajšhans, M. Komínková (éd.), Mag. Joannis Hus Super IV. Sententiarum, Praha, 1904.

40 Pour un aperçu de base des débuts de la carrière de prédicateur de Hus, voir Novotný, M. Jan Hus I, p. 69 –76.

41 Voir ibidem, p. 83 – 97.

42 Il convient de rappeler qu’il prêche même à la campagne, lorsqu’il est forcé de quitter Prague, et il proteste contre l’interdiction de prêcher dans les chapelles. Selon lui, l’interdiction de prêcher viole le commandement de Dieu. Voir les lettres de Hus dans V. Novotný, M. Jana Husi korespondence a dokumenty, Praha, 1920, p. 70 et 171. Cf. Kejř, « Jan Hus sám o sobě », dans Z počátků české reformace, p. 20.

43 Pour les étudiants à la chapelle de Bethléem, voir Bartoš, « Hus jako student a profesor Karlovy univerzity », p. 16-21.

44 A la différence de l’édition critique de tous les ouvrages latins, l’édition critique des textes tchèques de Jean Hus a été déjà publiée. Voir J. Daňhelka, Magistri Iohannis Hus Opera Omnia I-IV, Praha 1975-1992. Pour le catalogue des ouvrages de Hus, voir F.M. Bartoš, P. Spunar, Soupis pramenů k literární činnosti M. Jana Husi a M. Jeronyma Pražského, Praha, 1965.

45 Les lettres liées à Hus ont été publiées par V. Novotný, M. Jana Husi korespondence a dokumenty, Praha, 1920. Il écrivait, entre autres, à la reine de Bohême, au roi de Pologne ou au roi des Romains.

46 Cf. Kejř, « Jan Hus sám o sobě », p. 13-15. Pour les idées d’ordre juste et d’harmonie sociale dans l’œuvre de Jean Hus, voir F. Šmahel, « Das Ideal einer gerechten Ordnung und sozialen Harmonie im Werk des Magisters Johannes Hus », dans F. Seibt (éd.), Jan Hus – Zwischen Zeiten, Völkern, Konfessionen, München, 1997, p. 203 – 211.

47 Voir J. Hus, Postilla, éd. J. B. Jeschke, Praha, 1952, p. 357-358.

48 Voir V. Novotný, M. Jana Husi korespondence, p. 171.

49 Pour le concept de vérité chez Hus, voir l’étude récente de Kejř, « Jan Hus sám o sobě », p. 24-25 qui à la p. 43 n. 118 mentionne le reste de la bibliographie. Cf. aussi A. Molnár, « Réflexion sur la notion de vérité dans la pensée de Jean Hus », Listy Filologické 88 (1965), p. 121-131 et Id., Jean Hus – témoin de la vérité, p. 61-69.

50 Témoigne de cette situation le propos de Jérôme de Prague à Constance, voir Hardt IV, col. 757-759 ou bien Šmahel, Život a dílo, p. 116-117 ainsi que celui de l’auteur de la Défense du Décret de Kutná hora (Defensio mandati), le juriste maître Jean de Jesenice. La défense a été publiée par F. Palacký (éd.), Documenta Mag. Joannis Hus, Praha, 1869, p. 353-363. Pour la vie et l’ouvrage de Jesenice voir J. Kejř, Husitský právník M. Jan z Jesenice, Praha, 1965.

51 Hardt IV, col. 758 ou bien Šmahel, ibidem.

52 Jérôme connaissait sans doute au moins un fragment du Timée de Platon par la traduction de Calcidius. Le texte de la questio est publié dans Šmahel, Silagi (éd.), p. 83 – 95, le passage largement dépendant du Timée se trouve aux pages 92 – 95, lignes 230 – 332. Pour le contenu doctrinal de cette questio voir Z. Kaluza, « Jérôme de Prague et le Timée de Platon », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen-âge 61 (1994), p. 57 – 104.

53 Cf. Défense du Décret de Kutná Hora de Jesewece et l’Éloge des Arts libéraux de Jérôme imprimé dans Šmahel, Silagi (éd.), p. 199-222 ; p. 211-214, l. 341-444. Pour une interprétation de ce discours voir F. Šmahel, « Die Quelle der Recommendacio arcium liberalium des Mag. Hieronymus von Prag », dans Die Prager Universität, p. 387 – 404 et Šmahel, Silagi (éd.), p. XXXVIII-XL qui indique le reste de l’importante bibliographie sur l’éloge et sur les aspects nationalistes du mouvement réformateur (notes 96-97). En tchèque voir Šmahel, Život a dílo, p. 40-41 et p. 107-119.

54 Pour les circonstances et les conséquences de proclamation du Décret de Kutná Hora, voir l’étude récente de F. Šmahel, M. Nodl, « Kuttenberger Dekret nach 600 Jahren. Eine Bilanz der bisherigen Forschung », Acta Universitatis Carolinae – Historia Universitatis Carolinae Pragensis 49/2 (2009), p. 19-54 de même que M. Nodl, Dekret kutnohorský, Praha, 2010.

55 L’édition critique du manuel de Hus est publiée dans Iohannes Hus, Quodlibet,2 Bohumil Ryba (éd.), Turnhout, 2006. Il convient de citer Hus lui-même : « Movit autem me ad disputacionem de quolibet, ut verum fatear, Magistrorum meorum excusacio, videlicet reverendi Magistri Stephanni Palecz et reverendi Magistri Symonis de Tyssnow, qui vicissim per universitatem electi concorditer excusaciones posuerunt, videlicet validas, laborem difficilem ne subirent. Ego autem, qui ad hoc sum minus ydoneus, gerens curam cordialiter assiduam, ne alma nostra universitas sine exercicio in scienciis sterilesceret et ne emulis latrantibus detrahendi prestaretur occasio, laborem malui disputacionis de quolibet suscipere… », ibid., p. 6, l. 23-32.

56 Hus a même rédigé le traité De libris hereticorum legendis dans lequel il insiste sur le fait que les livres des hérétiques doivent être lus d’autant plus qu’ils contiennent la vérité. Le traité de Hus ainsi que sa défense du traité De Trinitate de Wyclif est publié dans Iohannes Hus, Polemica2, J. Eršil, G. Silagi (éd.), Turnhout, 2010, p. 1-22 et 23-43. Les défenses des autres traités de Wyclif par d’autres maîtres ont été publiées par Loserth, p. 271-290 (certaines en abrégé) et par J. Sedlák, « Husův pomocník v evangeliu I », Studie a Texty I-4 (1914), p. 316-328. Pour la protestation, voir Novotný, M. Jan Hus I, p. 417-432 ; pour la censure à l’université de Prague : O. Marin, « Libri hereticorum sunt legendi : Svoboda výuky na pražské univerzitě (1347-1412) », Acta Universitatis Carolinae – Historia Universitatis Carolinae Pragensis 42 (2002), p. 33-58.

57 La lettre de l’évêque est publiée dans Palacký, Documenta, p. 506-507. Je profite de l’interprétation de Šmahel, Život a dílo, p. 64.

58 Pour l’appel de Hus au Christ, voir notamment J. Kejř, Husovo odvolání od soudu papežova k soudu Kristovu, Ústí nad labem, 1999 et Id., Die Causa Johannes Hus und das Prozessrecht der Kirche, Regensburg, 2005, p. 90-94.

59 Éloge des Arts libéraux, p. 214-217, l. 445-520.

60 Voir supra, note 49 et Hus, Quodlibet2, p. 7-8, l. 48–67.

61 V. Novotný, M. Jana Husi korespondence, p. 154.

62 Ibidem, p. 170.

63 Cf. Kejř, Jan Hus sám o sobě, p. 15-17 et p. 39-40, notes 27-53 qui font référence aux textes de Hus qui témoignent de sa résolution de mourir pour la vérité.

64 Voir par exemple V. Herold, « Hus a Wyclif. Srovnání dvou traktátů De ecclesia », dans Jan Hus na přelomu tisíciletí, p. 129-154 et idem, « Die neue Bewertung der Schrift De Ecclesia des Johannes Hus », dans J. Marte, G. Wilflinger (éd.), Ökumenismus im Wandel, Innsbruck, 2001, p. 179-192.

65 Sur cet aspect, voir Kejř, « Jan Hus sám o sobě », p. 17-19. Cf. Sedlák, M. Jan Hus, p. 341-342.

66 Novotný, M. Jana Husi korespondence, p. 284. Cf. Kejř, ibid., p. 16 et p. 40, note 47.

67 La monographie la plus complète sur le procès de Hus est aujourd’hui Kejř, Die Causa Johannes Hus und das Prozessrecht der Kirche, qui consacre le quatrième chapitre au déroulement des événements concernant Hus à Constance, p. 126-184.

68 L’étape finale de la vie de Jérôme a été traitée de la manière la plus détaillée par Šmahel, Život a dílo, p. 72-89 et Šmahel, Silagi (éd.), p. XCVIII – CXXVIII qui résument toute la bibliographie et les sources. Les formules de rétractation sont éditées ibid., p. 223-229 et p. 231-241.

69 Cf. Novotný (éd.), Poggii Florentini ad Leonardum Aretinum, p. 332-334 ; R. N. Watkins, » The Death of Jerome of Prague : Divergent views », Speculum 1/42 (1967), p. 104 – 129 et Šmahel, « Johannes Hus und Hieronymus von Prag vor dem Bericht des Konzils und vor dem Gericht der Geschichte », dans Konstanzer und Prager Begegnungen. Zwei Vorträge Alexander Patschovsky gewidnet, Konstanz, 2007, p. 29-43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ota Pavlíček, « La figure de l’autorité magistrale à travers Jean Hus et Jérôme de Prague », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 371-389.

Référence électronique

Ota Pavlíček, « La figure de l’autorité magistrale à travers Jean Hus et Jérôme de Prague », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1717 ; DOI : 10.4000/rsr.1717

Haut de page

Auteur

Ota Pavlíček

Institut de Philosophie
Académie des Sciences
de la République tchèque

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page