Navigation – Plan du site

Auctoritas magnorum doctorum

Usages de l’autorité magistrale par Pierre d’Ailly
Olivier Ribordy
p. 325-351

Résumés

Durant le Concile de Constance, le cardinal Pierre d’Ailly (1350-1420) occupe une place prépondérante. Faisant figure d’autorité, il y soutient plusieurs propositions majeures en vue de réformer les études en théologie et l’institution ecclésiastique. L’article analyse le modèle d’autorité magistrale représenté par d’Ailly, lequel a endossé au cours de sa carrière aussi bien le rôle de maître en théologie que de prélat. L’étude se propose d’une part de relever certains traits principaux du théologien et du praelatus scientificus présentés de manière théorique par d’Ailly dans différents écrits tardifs. Ces aspects se trouvent d’autre part mis en perspective avec les activités concrètes réalisées par le cardinal Pierre d’Ailly à Constance : soumettant des cedulae au sujet du concile général, prononçant des sermons touchant au stilus theologicus, élaborant un traité De reformatione ecclesiae ou justifiant de son intérêt pour les sciences mathématique et astrologique, utiles selon lui à la théologie. Une attention particulière est également portée à quelques-unes des autorités consultées par d’Ailly, notamment Roger Bacon et Guillaume d’Ockham, sans oublier son recours probable à des textes prophétiques comme les Vaticina Pontificum.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette période avait déjà été désignée comme « Des Cardinals Lebenswerk in Constanz » par P. Tschack (...)
  • 2 L. Salembier, Les œuvres françaises du cardinal Pierre d’Ailly. Évêque de Cambrai 1350-1420 (extrai (...)
  • 3 Guenée relève surtout la lettre de recommandation et d’éloge – aux yeux d’un autre ami, resté incon (...)
  • 4 Également sous la forme de « lumière de notre temps (lumen nostri aevi) », Nicolas de Clamanges, Ep (...)
  • 5 Boniface Ferrer, « Tractatus pro defensione Benedicti XIII », dans E. Martène, U. Durand (éd.), The (...)
  • 6 Une formule que l’on retrouve chez K. Zähringer, Das Kardinalkollegium auf dem Konstanzer Konzil bi (...)

1Pierre d’Ailly est sans doute l’un des maîtres en théologie les plus actifs durant le Concile de Constance. Son intense activité entre 1414 et 1418 a volontiers été dépeinte comme l’œuvre de sa vie, selon le mot de Tschackert1. Dès lors, décrire la fonction de théologien et l’autorité endossée par Pierre d’Ailly à Constance, juste avant de s’éteindre en 1420, semble une vaste entreprise, loin d’être aisée. D’autant plus que déjà ses contemporains avaient exprimé à son égard les jugements les plus opposés : tantôt d’Ailly est qualifié de « marteau des hérétiques » notamment en écho à l’affaire Hus2 ; tantôt « l’Aigle de France » est encensé, par exemple par Nicolas de Clamanges qui le décrit, en amont du concile, comme « un astre, dont la lumière perce les brouillards de notre temps »3 ou encore comme « l’incomparable lumière de l’église » (lux unica cleri)4 ; mais d’Ailly est aussi décrié comme un ambitieux dans le Tractatus de Boniface Ferrer5 et sera parfois même critiqué pour avoir tenté à Constance de décrocher le siège pontifical. Ainsi, pour les uns, le maître d’Ailly aura contribué à mettre fin au schisme et sera panégyriquement assimilé au soleil ayant illuminé le concile6, tandis que pour d’autres, il aura au contraire essayé, dans l’ombre, de tirer les ficelles, défendant surtout son statut de cardinal et ses privilèges. Quelle figure de maître médiéval incarne-t-il donc ?

  • 7 L.A. Smoller, History, Prophecy, and the Stars. The Christian Astrology of Pierre d’Ailly, 1350-142 (...)
  • 8 Pour le contexte apocalyptique, voir L.B. Pascoe, Church and Reform. Bishops, Theologians, and Cano (...)
  • 9 F. Oakley, The Political Thought of Pierre d’Ailly. The Voluntarist Tradition, Yale University Pres (...)
  • 10 L. Salembier, Le cardinal Pierre d’Ailly, Chancelier de l’Université de Paris, Évêque du Puy et de (...)
  • 11 L’Elucidarium constitue l’une des parties de l’Ymago mundi, une œuvre composite que d’Ailly avait p (...)

2Pour éclairer une telle diversité de jugements, une analyse de la facture de ses textes et de la nature de ses prises de position s’impose. Plusieurs études se sont intéressées à retracer l’évolution linéaire de la pensée théologique de Pierre d’Ailly, par exemple relativement à la place grandissante qu’il accorde à l’astrologie7, relativement aux réformes ecclésiastiques qu’il développe8 ou encore relativement à l’ajustement des thèses conciliaristes qu’il avance9. Une autre approche sera choisie ici, visant plutôt à mettre en parallèle quelques textes, présentés par Pierre d’Ailly à l’occasion du concile de Constance. Des écrits quasi contemporains, mais de genres très différents, seront ainsi convoqués. Parmi les quelque 39 titres répertoriés par Salembier pour les seules années 1414-141810, certains échantillons de textes se révèlent tout particulièrement caractéristiques des préoccupations théologiques du cardinal : des passages d’un traité de réforme de l’Église (De reformatione ecclesiae) seront ainsi confrontés à plusieurs sermons (principalement celui commençant par les mots Laetare Jerusalem), sans oublier les cedulae remises officiellement par d’Ailly à l’assemblée, ainsi qu’un extrait de son Elucidarium astronomicae concordiae cum theologica et historica ueritate11. Non seulement ces œuvres illustrent les intérêts très variés de Pierre d’Ailly, mais elles sont également représentatives des nombreuses propositions de réformes qui étaient, selon lui, utiles et nécessaires à la théologie. Ces documents écrits se prêtent en outre bien à une analyse visant à décrypter la manière dont Pierre d’Ailly use, dans la pratique, de son autorité de maître. Le recours à ces textes de genres divers devrait ainsi permettre d’une part de cerner quelques aspects, définis théoriquement dans ses écrits tardifs, au sujet du théologien (sa fonction, son objet d’étude ou son cadre institutionnel), mais également de suivre d’autre part l’activité concrète du théologien Pierre d’Ailly (ses sermons, ses demandes officielles, ses lettres et traités), en d’autres termes sa pratique au quotidien de l’autorité magistrale à Constance, « in spiritualibus et temporalibus ».

  • 12 A. Frenken, « Gelehrte auf dem Konzil. Fallstudien zur Bedeutung und Wirksamkeit der Universitätsan (...)
  • 13 Une dispute de rang déjà déplorée par d’Ailly dans une lettre bien antérieure (env. 1381), à caract (...)
  • 14 De reformatione, cons. 6, Miethke/Weinrich 1995, vol. I, p. 374. Sur l’importance et la significati (...)

3C’est donc surtout l’une des dernières étapes de sa carrière bien chargée qui retiendra ici l’attention, laissant uniquement en arrière-fond les nombreuses fonctions assumées antérieurement par Pierre d’Ailly, qu’elles soient universitaires – comme par exemple maître ès arts dès 1368, maître en théologie dès 1381, recteur du collège de Navarre, chancelier de l’Université – ou encore ecclésiastiques – archidiacre de Cambrai, évêque du Puy, de Noyon, cardinal en 1411, puis légat pontifical à Constance. Pas moins d’une quinzaine de charges sont à dénombrer en tout. D’Ailly aura ainsi connu bien des occasions d’exercer son activité hors des murs de l’Université, ainsi que d’aiguiser talent diplomatique et sagesse pratique. En tous les cas, il ne paraît guère surprenant que cet homme de lettres, habitué des représentations officielles, ait intégré les rangs des nombreux savants (magistri et doctores), présents au concile de Constance12. La formule « délégués de l’Université et docteurs » se retrouve d’ailleurs dans la sixième et dernière considération du traité De reformatione ecclesiae. Pierre d’Ailly y appelle, pour éviter les disputes de rang13, à respecter lors des conciles généraux une répartition ecclésiastique par provinces, plutôt que par nations. Une province devrait comporter au moins douze membres, dont six au moins seraient « prelati vel ambasiatores regum, principium vel universitatum generalium studiorum aut doctores in theologia vel in iure14 ».

I. L’autorité du prélat : un théologien formé, habilité à réformer

  • 15 Cf. Contra Johannem de Montesono, (Ch. du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis errorib (...)
  • 16 Guillaume Durand emploie cette formule, détectée par Miethke (Quellen zur Kirchenreform, p. 4, n. 1 (...)

4En complément aux indications fournies dans le Contra Johannem de Montesono sur le statut du théologien, lequel doit avant tout expliquer l’Écriture Sainte et prêcher15, l’on peut ainsi consulter cet écrit plus tardif, présenté au concile de Constance en octobre 1416 et débutant par les mots De reformacione ecclesie. Au travers de cet écrit, Pierre d’Ailly, fort de sa position de légat pontifical, s’est notamment engagé en vue d’une réforme générale de l’Église dans ses membres comme dans sa tête – une reformatio « tam in capite quam in membris », selon la formule empruntée à l’évêque de Mende, Guillaume Durand16.

  • 17 Petrus de Alliaco, De reformatione, cons. 3, (p. 354) : « eminentes spirituali sciencia et doctrina (...)

5Relativement à la question de l’autorité, il est à souligner que la réforme de Pierre d’Ailly prévoit d’instaurer un nouveau modèle d’études, en vue d’améliorer le niveau de connaissances des prêtres ; de plus, le cardinal y définit les tâches des prélats, qui doivent cultiver les sciences spirituelles17 et se profiler comme des modèles d’autorité. Pierre d’Ailly semble donc bel et bien établir dans ce texte un lien entre maître et prélat formé ; a fortiori pour lui aussi, titulaire des deux fonctions. Avant de revenir sur le rôle particulier du maître en théologie – en l’occurrence coiffé de la pourpre cardinalice dès le 6 juin 1411 aux côtés de Guillaume Fillastre et Gilles Des Champs – un bref arrêt sur le prologue du De reformatione ecclesiae s’avère indispensable. Ce passage n’illustre pas seulement le fait que Pierre d’Ailly soumet ses écrits au concile, mais indique également quelques domaines d’études qu’il cultivait tout particulièrement :

  • 18 Sur l’usage de Hildegarde et Joachim comme sources de Pierre d’Ailly, voir Pascoe, Church and Refor (...)

J’aimerais maintenant résumer, sous forme plus abrégée, plusieurs écrits sur la réforme de l’Église que j’avais naguère rédigés et les soumettre à l’examen et aux corrections du sacré concile général de Constance. […] Raison pour laquelle certains spirituels, qui avaient prévu avec l’œil d’une intelligence plus subtile ces maux, ont prédit la persécution actuelle de l’Église et la division effroyable et monstrueuse de ce schisme, et aussi la soustraction d’obédience par rapport à l’Église romaine ainsi que de nombreux autres scandales qui s’en suivent, comme il en ressort des livres de l’abbé Joachim et de Hildegarde. L’autorité de certains grands docteurs [auctoritas quorundam magnorum doctorum] montre qu’ils ne doivent pas être condamnés » (De reformatione ecclesiae, prol.)18.

  • 19 Comme le relèvent Miethke/Weinrich, Quellen zur Kirchenreform, vol I, pp. 35-39, 338-377, (ici p. 3 (...)
  • 20 Cf. la minutieuse reconstruction de G. Kreuzer, Heinrich von Langenstein. Studien zur Biographie un (...)
  • 21 Pour une étude des textes, voir Oakley, The Political Thought, surtout pp. 141, 177-179, 201-203 et (...)
  • 22 Cette validation, même dans un contexte culturel médiéval, n’est pas sans susciter des interrogatio (...)
  • 23 En fin stratège, il avait par avance veillé au succès de son entreprise : relevant le pape Jean XXI (...)
  • 24 J. Miethke, « Die Konzilien als Forum der öffentlichen Meinung im 15. Jahrhundert », dans Deutsches (...)

6La proposition initiale laisse bien entendre une reprise délibérée : et en effet, Pierre d’Ailly présentera une version légèrement remaniée de son Tractatus de materia concilii generalis, (surtout §3), datant de 1402/140319. Loin d’être l’apanage de Pierre d’Ailly la reprise textuelle, dans divers écrits successifs, d’arguments concernant les fâcheuses conséquences du schisme est par exemple aussi attestée pour Henri de Hesse, lequel correspondra d’ailleurs directement avec d’Ailly au sujet du schisme20. Le cardinal, qui n’hésitera pas à recourir tacitement aux réflexions de Guillaume d’Ockham21 et d’Henri de Hesse, avait de longue date appelé de ses vœux la tenue du concile général et plaidait pour que ce concile soit reconnu comme la plus haute autorité, capable de trancher le schisme. Sans exagérer la portée de l’incipit, il est néanmoins intéressant de souligner que Pierre d’Ailly, en corrélation avec sa définition théorique du rôle de haute instance qu’il attribue au concile, soumette également en pratique à cette assemblée la vérification de ses propres écrits. Par l’examen des opuscules de Pierre d’Ailly, le concile se voit ainsi non seulement valider son traité de réforme22, mais de surcroît assumer exactement le rôle d’instance suprême que lui avait dévolu le cardinal23. Cette double reconnaissance par le concile, de son traité et de sa conception même du concile, contribue à grandir encore l’autorité d’un maître déjà très en vue à Constance. Comme le précise l’éditeur24, d’Ailly s’était de toute façon arrangé pour garantir à son texte la notoriété recherchée : suivant une technique proche de la pronunciatio, introduite au concile par son élève Gerson dès 1415, le cardinal avait en effet mandaté des personnes pour dicter par morceaux et à plusieurs reprises son traité en l’église Saint Paul pendant deux semaines, soit entre le 27 octobre et le 12 novembre 1416.

  • 25 Sur les liens envisagés par d’Ailly entre la science astrologique et la Géographie de Ptolémée, voi (...)
  • 26 De reformatione, cons. 1, (p. 346) : « Ut sic via preparetur adventui Antichristi, de quo predixit (...)
  • 27 Joachim est volontiers associé à d’autres autorités, cf. De legibus et sectis contra superstitiosos (...)
  • 28 Cf. L.B. Pascoe, « Pierre d’Ailly : histoire, schisme et antéchrist », dans Genèse et débuts du Gra (...)
  • 29 Cf. Tschackert, Peter von Ailli, p. 265.
  • 30 Pascoe, Church and Reform, pp. 160-162, montre que Pierre d’Ailly s’était déjà appuyé sur la chrono (...)
  • 31 Cette hypothèse est celle de G.L. Potestà que je remercie pour ses précieuses remarques. Cf. Profez (...)
  • 32 H. Millet, Les successeurs du pape aux ours. Histoire d’un livre prophétique médiéval illustré (Vat (...)
  • 33 À la Toussaint 1416, d’Ailly donnera une interprétation d’Ap 12,1. Cf. Sermo in die omnium sanctoru (...)
  • 34 L’identification est indiquée par H. Millet, « Le cardinal Martin de Zalba (†1403) face aux prophét (...)

7La deuxième partie de l’extrait semble quant à elle révélatrice des intérêts que d’Ailly développe depuis quelques années : pour l’astrologie qu’il considère comme une « theologia naturalis »25, pour les dimensions prophétiques et eschatologiques26, ainsi que pour des auteurs comme Joachim de Fiore27. Sans pouvoir ici approfondir ce point, rappelons simplement qu’il est difficile de déterminer si d’Ailly a vraiment consulté les textes de l’abbé Joachim28 : il le mentionne certes à plusieurs reprises – notamment dans le De legibus et sectis contra superstitiosos astrologos (achevé à Noël 1410)29 –, mais là aussi sans préciser l’ouvrage auquel il se réfère. D’Ailly se serait probablement plutôt inspiré du commentaire de l’Apocalypse réalisé par le franciscain Pierre Auriol, dont il adapte la chronologie des six âges, à l’occasion de divers textes, et notamment pour un sermon prononcé à Constance en 141730. Comme le suggère G.L. Potestà, il se pourrait que d’Ailly ait en fait eu recours pour le De reformatione ecclesiae à la troisième série des textes sur la prophétie papale qui circulaient sous le nom de Joachim. Cette troisième série des Vaticinia Pontificum, regroupant les deux premières, semble avoir été élaborée pendant le concile de Constance, sans doute dans les années 1415-141731, soit aux abords immédiats du traité De reformatione. Bien que l’auteur de cette compilation soit resté anonyme, l’hypothèse a été formulée que derrière ces traits anonymes pouvait éventuellement se cacher la figure du canoniste Francesco Zabarella, lui aussi créé cardinal en 1411, et qui, comme d’Ailly, avait appelé à la constitution du concile et encouragé le pape Jean XXIII à se retirer32. Si ce soupçon se voyait confirmé, d’Ailly aurait donc emprunté certaines thèses inspirées par un canoniste, ensuite placées sous l’autorité de Joachim. La considération générale selon laquelle les conciles représentent des terrains propices et des vecteurs de croissance pour la dimension prophétique semble se vérifier encore une fois à Constance. Pierre d’Ailly s’inscrit aussi dans cette mouvance, lui qui, sensibilisé au contexte du schisme et de son interprétation, cultivait déjà un intérêt certain pour les prophéties33 ; son nom figurait d’ailleurs parmi ceux des destinataires privilégiés et influents d’un traité, proche des Vaticinia, composé par Bernard Alaman34.

  • 35 Il rédige d’ailleurs un traité au titre explicite Apologetica defensio astronomicae veritatis (26 s (...)
  • 36 Un travail de calcul qu’il n’aura de cesse de préciser ; cf. par exemple De figura inceptionis mund (...)

8En outre, Pierre d’Ailly défend vivement l’étude de sciences comme l’astrologie, connexe selon lui à la théologie35. Un extrait de l’Elucidarium astronomicae concordiae cum theologica et historica ueritate, achevé le 24 septembre 1414 à l’aube du concile, illustre clairement la perception que d’Ailly a de sa profession et de son rang de théologien. Il estime que les études visant à déterminer avec la plus grande précision mathématique possible le déroulement des événements et la position des astres36 peuvent contribuer à mieux cerner l’histoire de l’Église. Là encore, Pierre d’Ailly expose sa façon de travailler et érige sa propre pratique d’études comme un modèle intégrant des dimensions mathématiques, susceptibles d’être utiles à tout théologien.

  • 37 La répétition étymologique « varia curiositate aut curiosa ostentatione » est une tournure stylisti (...)
  • 38 Elucidarium astronomicae concordiae cum theologica et historica ueritate, éd. ancienne, Louvain (Je (...)

Or nous savons que certains nous font l’objection du fait que notre profession et pareillement notre âge exigeraient de s’occuper davantage des études théologiques que de ces études mathématiques. À ceux-ci nous répondons pour notre excuse que nous n’avons pas vaqué à ces ouvrages de manière si intempestive, au point de n’avoir pas écrit beaucoup de traités théologiques plus utiles au sujet du présent schisme ainsi que de l’union et de la réforme de l’Église. Et cependant nous ne croyons pas ces ouvrages absolument étrangers à l’étude théologique, mais plutôt si l’on excepte la curiosité abondante ou l’ostentation curieuse37, ils contribuent à l’ornement de la foi et de la théologie ainsi qu’à l’utilité de l’Église. Et nous n’estimons pas qu’il soit convenable ou utile pour la communauté [policie] chrétienne et la science théologique de déclarer que les choses qui ont été écrites dans les traités mentionnés soient entièrement à ignorer. Et ainsi, qu’ils soient accomplis à la louange et à la gloire de Dieu qui vit sans fin et règne pour les siècles des siècles38 (Elucidarium astronomicae concordiae cum theologica et historica ueritate, §40).

9En plus des traités où Pierre d’Ailly expose ses projets de réforme ecclésiastique et de ceux où il défend son travail sur des sciences auxiliaires à la théologie, le penseur de Cambrai délivre également des indices intéressants quant à son exercice de la fonction de maître en théologie dans les demandes officielles, les cedulae, qu’il soumet au concile. On y découvre le cardinal au cœur des débats théologiques.

II. Une autorité au cœur des débats : les cedulae

  • 39 Cf. Cedula Sequuntur (Finke 1889, p. 128) : « Cum quidam sacre theologie magister per se vel in hoc (...)
  • 40 Sans entrer dans le détail d’une attribution contestée, relevons que Salembier, Le cardinal, p. 368 (...)
  • 41 Diverses affaires illustrent l’impact d’un tel procédé sur la production littéraire de Pierre d’Ail (...)
  • 42 Cf. A. Boureau, « Peut-on parler d’auteurs scolastiques ? », dans M. Zimmermann (dir.), Auctor et a (...)
  • 43 Sans souffler mot de l’épineuse question des emprunts textuels tacites, cf. supra n. 22. Au sujet d (...)

10Dans son patient travail de reconstruction, Finke n’exhume pas moins de 9 cedulae, inspirées ou rédigées par d’Ailly en personne durant le concile de Constance. Dans la demande commençant par le mot Sequuntur, il est précisément question de la manière dont un maître en théologie peut se persuader de la vérité des propositions avancées39. En substance, la longue proposition extraite de la cédule suggère qu’un débat contradictoire, calqué sur un modèle scolastique largement diffusé, avait été mis en place. Un maître en théologie se serait ainsi proposé d’assumer le rôle d’adversarius et de soutenir les arguments contraires aux thèses avancées par les prélats et docteurs. Une fois les réfutations apportées à ces objections, les conclusions vraies et éprouvées pouvaient ainsi être admises et reconnues publiquement par le concile. Ces conclusions, 12 en tout, concernent directement Constance, puisqu’elles affirment notamment qu’un concile général est le mieux à même de mettre fin au schisme et que seule l’Église universelle est infaillible. Fait intéressant, Pierre d’Ailly retient cette douzaine de thèses qui figurent non seulement en marge de la Cedula Sequuntur, sous l’indication « Additiones cardinalis Cameracensis », mais sont également reprises dans un autre traité présenté à Constance, à savoir son expertise sur l’approbation du concile précédent, celui de Pise40. Ces indices laissent deviner un procédé de composition également appliqué en d’autres circonstances par le maître en théologie, lequel intégrera volontiers tout ou partie de discussions théologiques antérieures dans des traités empreints de son autorité et de son nom. Le procédé consistant à adapter pour ainsi dire en écrit personnel les discussions effectuées autour d’affaires universitaires ou de questions théologiques, et qui n’est pas sans rappeler une forme d’Ordinatio, se répète au sein du corpus de Pierre d’Ailly41. Pareil procédé contribue à tout le moins à construire, à partir de l’autorité orale reconnue du maître, l’aura d’un « auteur »42 qui devient en quelque sorte le garant des idées qu’il met par écrit ; d’Ailly transcrira même, le cas échéant, des analyses établies pour son compte43.

  • 44 Finke, Forschungen und Quellen, p. 128.

11Pour le débat contradictoire évoqué, il est certes difficile de connaître le rôle exact de Pierre d’Ailly : selon une hypothèse de Finke, il se pourrait que les prelati et doctores mentionnés renvoient aux prélats et docteurs français, au nom desquels Pierre d’Ailly avait soumis les premières thèses le 7 décembre 1414. D’Ailly serait ainsi à l’origine du débat. Mais au vu des ajouts apportés à l’issue de la dispute, et qui sont mentionnés aussi bien dans les marges de la cédule Sequuntur que dans un traité ultérieur approuvant Pise44, d’Ailly serait aussi partie prenante dans la détermination de la question. Ce débat, rappelons-le, ne visait rien d’autre que le bien-fondé du concile.

  • 45 Finke, Forschungen und Quellen, pp. 130-132, met en parallèle le sermon de l’Avent de 1414 et la cé (...)

12Aussi la description des échanges argumentatifs – auquels d’Ailly a activement participé – suggère-t-elle encore une fois l’immense autorité dont il jouissait parmi les maîtres présents, maîtres qu’il était même susceptible de représenter sur des questions centrales, comme l’utilité du concile. Par ces cédules, l’on peut en outre donner quelques traits supplémentaires à la figure de maître d’Ailly. Le théologien, soucieux de fixer par écrit les principales conclusions adoptées par le concile, ne s’est donc pas contenté du rôle de simple médiateur diplomatique, transmettant uniquement les demandes officielles. Bien plus, il semble en être véritablement l’auteur, ou à tout le moins l’instigateur. Dans son analyse des différentes cedulae, Finke opte d’ailleurs plutôt pour un travail de rédaction par d’Ailly lui-même45. Fin diplomate dans les travées, le cardinal n’a pas non plus hésité à porter ex cathedra ses idées. Il s’est ainsi montré très actif en tant que prédicateur au concile et composera notamment un sermon in medio Quadragesimae.

III. Le droit à la parole : les sermons prononcés par le maître à constance

  • 46 De reformatione, cons. 4, (p. 362) : « Unde predicacio, que propter sui reverenciam ad prelatos per (...)

13Relativement à la prise de parole publique, Pierre d’Ailly essaiera là aussi d’imposer son hégémonie. À cet égard, il est d’autant plus important de considérer les sermons que le cardinal soutient, dans son traité sur la réforme de l’Église (cons. 4)46, que les sermons devraient en priorité être confiés aux prélats et non laissés, comme il le déplore, à autant de mendiants.

  • 47 Cf. P. Arendt, Die Predigten des Konstanzer Konzils. Ein Beitrag zur Predigt- und Kirchengeschichte (...)
  • 48 Alors qu’Arendt n’avait pas précisé l’année de composition du sermon commençant par les termes Cant (...)
  • 49 D’après le registre, établi par Chris Nighman et Philipp Stump, des sermons connus uniquement par d (...)
  • 50 Ce sermon de mai 1417 est attesté dans les notes du secrétaire de Jean Gerson, Jacques de Ciresio ; (...)
  • 51 Tandis qu’Arendt renvoie au sermon de décembre 1414, Chris Nighman effectue la transcription du 2e (...)
  • 52 Cf. Pascoe, Church and Reform, pp. 272-275, ici pp. 271-272: « His understanding of the term stilus (...)

14Selon le registre établi par Paul Arendt47, Pierre d’Ailly aurait tenu les six sermons suivants à l’occasion du concile de Constance : Signum magnum (1 novembre 1416), Cantabant canticum48, Laetare Jerusalem (21 mars 1417)49, Cum complerentur (30 mai 1417)50, Euge serve bone (19 août 1417) et Erunt signa in sole (décembre 1417)51. C’est notamment à l’occasion du sermon prononcé le 21 mars 1417 que d’Ailly insiste sur une distinction à opérer entre les maîtres en théologie et les canonistes, à un niveau pour ainsi dire méthodologique52. Pierre d’Ailly relève ainsi la différence entre le style propre à la science théologique et le style juridique de la science canonique.

  • 53 Tractatus et sermones, Jordanus de Quedlinburg, Strasbourg 1490, (réimp. Francfort 1971). Pierre d’ (...)

Cum ergo sacra theologia sit omnium scientiarum suprema habet suum stilum sive modum appropriatum sicut scientia canonica habet suum stilum iuridicum53(Sermo factus Constantiae in medio Quadragesimae [Laetare Jerusalem]).

15Se rapportant à la loi humaine le droit canon est subordonné à la théologie qui, elle, se rapporte à la loi divine. D’Ailly ne spécifie pas pour autant, dans ce sermon sur la Jérusalem céleste, l’objet des recherches théologiques. Il se contente d’établir, selon un schéma tripartite qu’il affectionne tout particulièrement, une distinction entre joie temporelle, spirituelle et éternelle : « gaudium temporale quod est fugiendum, gaudium spirituale quod est amplectendum, gaudium eternale quod est expectandum » – cette dernière correspondant à la Jérusalem céleste. Il souligne par contre avec insistance la distinction entre stilus theologicus et stilus iuridicus.

  • 54 Cf. Principium in cursum Bibliae, L.E. Du Pin, (Johannes Gerson, Opera omnia I), coll. 610-617, ici (...)
  • 55 Sur le droit que d’Ailly reconnaît à la faculté de théologie, en tant que corporation, cf. égalemen (...)
  • 56 Principium in cursum Bibliae, col. 616D : « Ad quam quidem quaestionem, novae Legis Doctores Cathol (...)
  • 57 Principium in cursum Bibliae, col. 614A: « […] Non sic, inquam, non sic praesumunt hi devoti Mathem (...)
  • 58 D’Ailly reproche d’ailleurs à certains juristes canonistes leur trop grande vénération à l’endroit (...)

16Cette distinction n’est pas sans rappeler une classification que Pierre d’Ailly avait proposée bien des années auparavant, à l’automne 1375, alors qu’il était maître à la faculté des arts et qu’il approfondissait en parallèle ses lectures de la Bible. Il rédige alors un Principium in cursum Bibliae qui s’inspire de l’Évangile de Marc 1,27 « Quaenam doctrina hec nova ? » – verset où l’on peut lire : « Les gens furent tous si étonnés qu’ils se demandèrent les uns aux autres : « Qu’est-ce que cela ? Un nouvel enseignement donné avec autorité ! ». Dans ce verset biblique, la question est donc posée de savoir en quoi consiste la loi évangélique du Christ, un enseignement donné précisément avec autorité. En commentant ce verset, d’Ailly distingue quatre types de questions, auxquelles sont censés répondre quatre types de docteurs différents. Pour trouver une solution à cette difficile interrogation sur la loi évangélique, Pierre d’Ailly opère une pérégrination à travers les quatre facultés pour consulter tour à tour les philosophes (à qui s’adressent les quaestiones subtiles et studiosae), puis les mathématiciens (à qui s’adressent les quaestiones difficiles et curiosae), puis les juristes (à qui s’adressent les quaestiones civiles contentiosae), et enfin les théologiens (à qui s’adressent les quaestiones utiles et virtuosae)54. À la fin de son raisonnement, d’Ailly prend d’ailleurs soin de confirmer la suprématie de la théologie par des citations extraites de la première épître aux Romains (Rom 11,33) et du De doctrina christiana (II, dernier chap.) d’Augustin55. Pour d’Ailly, il est donc clair que les docteurs en théologie sont bien les seuls habilités à répondre56, puisqu’ils dépassent la raison des philosophes, l’imperfection que les vrais mathématiciens se doivent de reconnaître humblement57 et les limites des juristes qui eux ne s’occupent que de la loi humaine – et non pas de la loi divine58.

  • 59 D. Taber Jr, « Pierre d’Ailly and the Teaching Authority of the Theologian », Church History 59 (19 (...)
  • 60 La distinction de Gratien, Dictum, (éd. Friedberg, Leipzig 1879-1881, vol. 1, 65) est exploitée dan (...)
  • 61 Pascoe, Church and Reform, pp. 185-186, illustre la reprise dans le Contra Johannem de Montesono, i (...)
  • 62 Jean Gerson décrit également le rôle doctrinal des théologiens et celui d’intermédiaire juridique d (...)

17Sans entrer dans le détail, il est à relever que dans son enquête Pierre d’Ailly invoque donc aux côtés de la théologie d’autres sciences et opère, au sein même de ces sciences, certaines distinctions révélatrices. En effet, au moment d’interroger les mathématiciens, d’Ailly veille à distinguer catégoriquement entre les pseudo-mathématiciens suspects, pratiquant la géomancie ou lisant les augures dans les vols d’oiseaux, des vrais mathématiciens. Au rang de ces vrais mathématiciens, dévots, d’Ailly fait déjà figurer en octobre 1375 les savants qui scrutent dans l’astrologie de manière scientifique les influences célestes ; il mentionne nommément Campanus, Ptolémée, les mesures d’Euclide et surtout le De Coniunctionibus d’Albumasar, auquel il joint le Xe livre de la Métaphysique d’Avicenne ainsi que le Commentaire de Chalcidius sur le IIe livre du Timée. Ce sont les mêmes sources que l’on retrouve en 1414, à l’orée du concile, dans l’Elucidarium. D’Ailly paraît ainsi avoir décelé assez tôt ses intérêts et poser les jalons de son activité de théologien ; au travers d’innombrables engagements diplomatiques, pastoraux ou administratifs, il a bien vite su imposer son autorité au-delà du rôle d’enseignant. Dès les affaires contre Blanchard et contre Monzon, d’Ailly s’était publiquement exprimé sur le statut du théologien, mettant en corrélation son autorité doctrinale avec l’autorité juridique du prélat et rapprochant l’enseignement de la prédication59. Dans le traité contre Juan de Monzon, d’Ailly réitère non seulement la distinction du Décret de Gratien entre autorité doctrinale scolastique et judiciaire60, mais il s’inscrit également dans la veine du Dialogue d’Ockham, dont il reprend la distinction entre détermination per modum doctrinae du théologien et détermination per modum auctoritatis de l’évêque61. Figure magistrale, Pierre d’Ailly représente la complémentarité de ces deux fonctions : il regroupe aussi bien une autorité doctrinale en tant que maître en théologie, à même d’enseigner l’Écriture Sainte et de déterminer les questions, qu’une autorité juridique en tant qu’évêque62, puis cardinal. Peut-on encore préciser sa pratique de la théologie à Constance et le modèle de figure théologique qu’il y a incarné ?

18Les différents textes mis côte à côte ont déjà fourni quelques indications sur l’objet, la méthode et la pratique liée à la théologie, tels qu’envisagés par d’Ailly à Constance. Dans l’Elucidarium, un traité justificatif expliquant sa démarche générale et réfutant l’objection selon laquelle il ne s’occupait pas assez de théologie, d’Ailly défend l’étude de l’astrologie. Dans les cedulae remises au concile, il illustre sa participation active au débat théologique concernant le bien-fondé et l’autorité du concile général. Dans son sermon sur la Jérusalem céleste, il souligne le stilus theologicus à adopter. Il reste cependant à mieux cerner le rôle que d’Ailly assigne au prélat.

IV. Prélat et maître : l’autorité et l’action du théologien pierre d’Ailly

  • 63 Pour la figure idéale de l’évêque, telle que conçue à la cour papale avignonnaise de Benoît XIII, v (...)

19En consultant d’autres passages, extraits du De reformatione ecclesiae, une image encore plus précise du théologien se dégage. À tout le moins, les traits du modèle idéal d’autorité magistrale, auquel d’Ailly aspire. Il est d’ailleurs opportun de revenir à ce propos sur la distinction entre les activités du prélat63, telles que décrites dans le traité, et l’exercice concret de cette fonction à Constance, tel que réalisé par d’Ailly. Dans le modèle du maître que le cardinal propose – et incarne en partie – le prélat se doit de faire œuvre utile. Le terme « utilis » réapparaît souvent dans les textes : qu’il désigne les questions théologiques à résoudre, l’étude de sciences auxiliaires comme l’astrologie, les lectures à effectuer pour former le théologien, la réforme ecclésiastique générale à envisager ou justement le rôle précis à assumer par le prélat.

  • 64 Cf. De reformatione, cons. 2, (pp. 352-354) ; Oakley, The Political Thought, p. 346 ; et infra, n. (...)
  • 65 Cf. Miethke/Weinrich, Quellen zur Kirchenreform, p. 39.
  • 66 De reformatione, cons. 3, (pp. 354-356), supra n. 17 et n. 20. De manière générale, sur la méfiance (...)
  • 67 Cf. supra, n. 53.
  • 68 De reformatione, cons. 5, (p. 368). L’expression bene scientificus se trouve dans un commentaire co (...)
  • 69 La gestion politique et l’aptitude à aider quelque souverain ou duc n’avaient-elles pas déjà été, a (...)
  • 70 Comme l’a découvert Xavier de la Selle, Le service des âmes à la Cour. Confesseurs et aumôniers des (...)
  • 71 Un lector theologiae devrait en outre exposer les livres 2, 3 et 4 des Sentences de Pierre Lombard (...)
  • 72 Dans le Tractatus de materia, d’Ailly indique « et habentur in sexto titulo Libri Conciliorum, ubi (...)
  • 73 Sur ces différents points concernant la réforme du savoir scolastique de Roger Bacon, cf. l’étude d (...)

20Après avoir défendu le statut de cardinal64, sérieusement remis en question au concile65, Pierre d’Ailly aborde dans la troisième considération de son ouvrage De reformatione ecclesiae les caractéristiques et la formation requises pour la charge de prélat. Il déclare que les personnes à élire à cette fonction devraient notamment s’avérer excellentes dans la science spirituelle et la doctrine, s’adonner à l’étude de l’Écriture divine et ne pas être totalement attachées aux sciences pratiques et aux sciences des litiges juridiques66. Cet ultime aspect n’est pas sans évoquer la distinction relevée dans le sermon Laetare Jerusalem entre d’une part le stilus theologicus et d’autre part le stilus iuridicus propre à la scientia canonica67. C’est tout particulièrement dans la cinquième considération de son traité que Pierre d’Ailly esquisse plus en détail les attentes formulées à l’égard du prélat. Ce dernier devrait se profiler comme une autorité scientifique, visitant les universités et mettant en place des bibliothèques fournies des meilleurs livres ; il devrait également se profiler comme une autorité morale, veillant à une remise conforme des grades. Le cardinal d’Ailly prône ainsi, relativement à la réforme des études, que les universités soient inspectées par des prélats formés scientifiquement (per prelatos scientificos visitarentur)68, que l’on y enseigne des domaines utiles, en laissant de côté ceux superflus, et que l’on trouve des enseignants qui introduisent à la rhétorique, aux langues grecque et latine. Les étudiants devraient de plus avoir l’occasion d’exercer leur esprit dans des cours utiles aussi bien pour la dimension spirituelle que temporelle (tam spirituali quam temporali) : une corrélation déterminante pour la formation de futurs ecclésiastiques69. Par ailleurs, le cardinal souhaite améliorer le niveau de connaissances des prêtres70 et encourage la rédaction dans les écoles cathédrales et collégiales de brefs traités, en latin comme en langue vulgaire, notamment sur les articles de foi et les sacrements, ou encore sur le déroulement de la confession71. Il relève le besoin de bibliothèques pour la théologie, le droit canon et la philosophie morale. Le grand livre des conciles généraux – pour l’heure rare et pourtant si utile et nécessaire72 – devrait également figurer dans la bibliothèque des grandes églises. On décèle entre les lignes du texte, succinctement rappelé, la stratégie argumentative de Pierre d’Ailly : il dépeint certes la figure d’un prélat idéal, mais dont les traits ressemblent curieusement à sa propre activité à Constance. En outre, plusieurs éléments présentés dans son traité de réforme par Pierre d’Ailly ne sont pas sans rappeler, avec les nuances qui s’imposent, des réflexions avancées par Roger Bacon dans sa réforme du savoir comme : le recours aux langues anciennes ; le soutien appuyé du De doctrina christiana d’Augustin, notamment relativement à la distinction uti/frui ; la mise en exergue de l’utilité du savoir ; mais aussi l’étude, au côté de la théologie, de la philosophie morale ; ou encore le rassemblement de livres et de philologues – qui se trouve facilité par l’intermédiaire de souverains et de prélats73.

  • 74 Cf. également la formule de l’Epistola diaboli Leviathan « tantorum beneficiorum obtentorum a tali  (...)
  • 75 De reformatione, cons. 5, (p. 366) : « Ut non preferantur fatui et ignari scientificis et sapientib (...)
  • 76 Salembier, Les œuvres françaises, pp. 70-89, ici p. 73.
  • 77 Sur la classification proposée par d’Ailly dans son traité contre Juan de Monzon, voir Z. Kaluza, « (...)

21Usant de son autorité en tant que maître et cardinal, d’Ailly avait contribué à convoquer le concile, où il déploie désormais sa notoriété et diffuse ses idées sous les formes les plus variées : par des alliances au sein des commissions, par des sermons, mais encore par des lectures répétées de son propre traité de réforme. Pierre d’Ailly y tient d’ailleurs un plaidoyer pour des écrits – comme il est précisément en train de le rédiger avec le De reformatione ecclesiae – en vue de combattre le faible niveau d’instruction religieuse de certains hommes d’Église. Mieux, le prélat français, ayant accumulé plus d’une quinzaine de charges durant sa carrière, ne rechigne pas à mentionner les dignités et les plus hauts bénéfices74 qui devraient revenir, en priorité, aux sages bien formés, soit aux docteurs en théologie dont il est75 – ou à défaut aux docteurs en droit. Enfin, il indique que les lectures utiles et nécessaires sont précisément celles qu’il a effectuées avec attention depuis des années, comme par exemple, parmi d’autres sources importantes, le grand livre des conciles. Déjà, dans un discours tenu en la présence du roi le 11 décembre 1406, d’Ailly déclarait : « Jay leu et estudié les libvres des Conseaulx généraux, esquels Conseaulx a moult de Papes jugiés de plusieurs crimes, et condemnés ; mais je n’ay point trouvé que len y touvast telles injures76 ». Bien qu’une certaine prudence demeure de rigueur relativement aux indications fournies par Pierre d’Ailly sur les écrits exploités, notamment dans la mesure où le penseur de Cambrai n’hésite pas à recourir tacitement à diverses sources, quelques-unes des nombreuses lectures ecclésiologiques effectuées ou réitérées par le cardinal à la fin de sa vie méritent une brève mention77.

V. Quelques autorités consultées par pierre d’ailly

  • 78 Cf. supra, p. 332.
  • 79 Cf. supra, n. 18.
  • 80 Cf. Oakley, The Political Thought, pp. 241-242 (dans la version du texte de Pierre d’Ailly) : « Int (...)
  • 81 Cf. I. Murdoch, Critical Edition of Pierre d’Ailly’s Abbreviatio dyalogi Okan, (PhD Monash Universi (...)
  • 82 Pour ces points, cf. les explications d’Oakley, The Political Thought, pp. 178-180 et 201-203 sur l (...)
  • 83 Cf. Abbreviatio, tract. I, lib. 3, c. 3, ll. 12-19. Murdoch (p. XXXIII et p. 16) constate que Pierr (...)
  • 84 Sur les recours tacites au Dialogue III par Pierre d’Ailly, cf. A.E. Roberts, « Pierre d’Ailly and (...)
  • 85 Cf. Abbreviatio, tract. III, lib. 3, c. 15, ll. 173-181, ici ll. 177-179 : « Ibi (nota) quod omnes (...)
  • 86 Pierre d’Ailly réfute la théorie du dominium de Fitzralph, précisément en citant le Dialogue d’Ockh (...)
  • 87 Rathmann, Geschehen und Gesichten des Konstanzer Konzils, pp. 96-97, surtout n. 99 suggère que dans (...)
  • 88 Oakley, The Political Thought, pp. 198-211, l’a démontré en détail et a dressé une liste de ces sou (...)

22Il ne saurait être ici question, pour reprendre la formule d’ouverture du De reformatione ecclesiae, d’élucider l’identité et la portée pour d’Ailly de toutes les figures de pensée se cachant derrière l’auctoritas magnorum doctorum78 ou qui sont tout simplement passées sous silence par le cardinal. La tâche se complique d’autant que Pierre d’Ailly n’a de cesse de reprendre, comme il le rappelle dans le prologue de son traité de 141679, ses ouvrages antérieurs, eux-mêmes déjà composés sur la base de thèses empruntées à diverses autorités. Parmi celles utilisées dans les écrits ecclésiologiques, Jean Quidort figure en bonne place, notamment sur la question cruciale des cardinaux. Oakley a montré que dans son Tractatus de Ecclesiae concilii generalis, romani pontificis et cardinalium autoritate, d’Ailly intègre presque verbatim la critique de Jean Quidort, qui après avoir fustigé les erreurs des Vaudois et du roi Hérode, conclut dans son Tractatus de potestate regia et papali que le pape et les prélats peuvent détenir un « dominium in temporalibus80 ». Pierre d’Ailly s’inspire aussi volontiers de Guillaume d’Ockham, dont il connaissait bien différents traités pour avoir en particulier rédigé une Abbreviatio dyalogi Okan vraisemblablement avant 137881. Recourant à son propre résumé plutôt comme à un guide de lecture, c’est souvent directement à sa source ockhamienne que d’Ailly puise plusieurs notions centrales, dont le catalogue des trois définitions de la loi naturelle, la thèse que la loi divine issue du Créateur recouvre l’ensemble de la loi naturelle82, diverses définitions d’hérésies83, et surtout au sujet de la réforme de la constitution de l’Église suggérée dans la troisième partie du Dialogus84. Si d’Ailly ne s’était guère attardé sur les droits des cardinaux lors de la rédaction de son Abbreviatio avant le début du grand schisme85, l’actualité du sujet en 1416 l’incitera à consulter à nouveau les réflexions d’Ockham et à les intégrer dans son De potestate ecclesiastica. Sur d’autres thèmes, d’Ailly semble au contraire avoir récupéré le travail effectué dans son Abbreviatio, par exemple pour contrer la théorie du dominium de Richard Fitzralph86. Pierre d’Ailly s’est donc largement penché sur les textes de Jean Quidort et de Guillaume d’Ockham, mais sans doute moins sur ceux de Marsile de Padoue – contrairement à son homologue le cardinal Zabarella87. Pour autant l’apport des canonistes antérieurs, principalement Huguccio de Pise et Henri de Suse, ne saurait être minimisé notamment au vu des nombreuses citations qu’en avait faites d’Ailly dans le Tractatus de materia concilii generalis88, qui sert en partie de base textuelle pour son traité de réforme de 1416.

  • 89 Cf. De reformatione, cons. 6, (p. 374, n. 62) et les identifications établies par les éditeurs (sup (...)

23En ce qui concerne le De reformatione ecclesiae, dans un souci d’étayer ses arguments en faveur d’un concile général, Pierre d’Ailly recourt explicitement aux passages bibliques, surtout aux extraits des Actes des Apôtres et de l’Évangile de Matthieu ; il se réfère aussi à saint Bernard (De consideracione, Sermo XXXIII super Cantica, livre au Pape Eugène) et exploite principalement les décrets des autres conciles ainsi que les traités antérieurs ayant permis d’envisager un concile général. D’Ailly cite ainsi à deux reprises le dominicain Humbert de Romans, actif au concile général de Lyon en 1274 ; il semble également tenir compte du De modo generalis concilii celebrandi que Guillaume Durand avait présenté lors du concile de Vienne en 1311. Les conciles de Lyon et de Vienne lui servent d’ailleurs de modèles relativement à la manière de définir les droits de vote, en fonction des provinces ecclésiastiques (esse procedendum per provincias ecclesiastico more distinctas)89.

  • 90 Kreuzer (supra, n. 20) soutient cette dépendance à l’endroit d’Henri de Hesse, alors qu’Oakley, The (...)
  • 91 Cf. Miethke/Weinrich, Quellen zur Kirchenreform, p. 368, n. 53 et pp. 484-497.
  • 92 De reformatione, cons. 2, (pp. 352-354) : « Hic autem propter dictos excessus dudum quandam opinion (...)
  • 93 Cf. D. Hobbins, « The Schoolman as Public Intellectual: Jean Gerson and the Late Medieval Tract », (...)

24Si d’une part Pierre d’Ailly pourrait bien avoir emprunté – notamment des idées à Henri de Hesse90 – pour son texte, en sens inverse les idées présentées par Pierre d’Ailly seront d’autre part copiées, ou à tout le moins adoptées, lors de la 39e session du concile de Constance, en date du 9 octobre 141791. Cette reconnaissance officielle venant encore confirmer l’autorité du cardinal. En outre, il est à relever que Pierre d’Ailly renvoie dans le De reformatione à l’un de ses propres écrits, le Tractatus de ecclesiastica potestate, précisément à propos du statut de cardinal, qu’il continue à ardemment défendre contre les attaques des détracteurs92. Ce renvoi explicite suggère une autre source, puisque d’Ailly semble avoir largement puisé pour son De ecclesiastica potestate dans les œuvres de son élève Jean Gerson93.

  • 94 Cf. De legibus, (Gerson, Opera omnia I, col. 785) <quartum capitulum> : « Sexto, dicit iste Doctor [Bacon] quod quia c</quartum> (...)
  • 95 Cette évolution à l’égard de Roger Bacon est décrite par Smoller, History, pp. 54-57.
  • 96 Certaines des interprétations de Pierre d’Ailly sur l’astrologie ou l’histoire de l’Église seront r (...)
  • 97 Murdoch (pp. xliii-xlvi) note que l’Abbreviatio Dyalogi Okan, description retenue par plusieurs col (...)

25De manière plus générale, il est à remarquer que d’Ailly, à la fin de sa vie, consulte volontiers des auteurs aussi divers que Ptolémée, Albumasar, Hali Aben Ragel, Abraham le Juif ou encore le frère franciscain Roger Bacon que l’on retiendra ici à titre d’exemple. Alors que Pierre d’Ailly dans sa Lettre aux nouveaux Hébreux (1378) avait accablé Roger Bacon de ne pas considérer avec suffisamment d’égard la Vulgate établie par saint Jérôme, le prélat de Cambrai n’hésite plus à abondamment s’appuyer sur le frère franciscain dans l’Ymago mundi. Bacon passe d’ailleurs du statut de « iste doctor »94 dans le De legibus (1410) à celui d’autorité nommément citée dans l’Elucidarium, rédigé en 141495. Le franciscain semble même orienter le choix des sujets à traiter : les thèmes abordés dans l’Ymago mundi s’apparentent à ceux des parties 4 et 5 de l’Opus maius du franciscain (mathématiques, correction du calendrier, géographie ou encore astrologie96). L’existence d’une liste des œuvres de Bacon, la Tabula97 in Rogerii Bacon Opus maius, que d’Ailly semble avoir rédigée ou fait compilée par ses collaborateurs vers 1411 atteste encore de ses intérêts ciblés de lectures à l’aube du concile. Au côté des livres et autorités consultés par Pierre d’Ailly, les divers textes convoqués dévoilent quelques traits de l’un des maîtres les plus actifs à Constance.

* *
*

  • 98 Cf. E. Marmursztejn, L’autorité des maîtres. Scolastique, normes et sociétés au XIIIe siècle, Paris (...)
  • 99 Cf. Miethke, Die Konzilien als Forum, pp. 736-773.

26Alors que durant le XIIIe siècle les Quodlibet avaient donné l’occasion aux maîtres en théologie d’asseoir leur autorité en s’exprimant sur les sujets les plus variés98, les conciles du XVe siècle fournissent aux maîtres le cadre pour trancher, par leur voix, des questions relatives à l’ensemble de la chrétienté99. Il semblait dès lors intéressant d’illustrer au travers de la figure de Pierre d’Ailly sa pratique concrète du rôle de maître en théologie et de prélat à Constance, en complément de la pensée ecclésiologique qu’il avait élaborée dans des traités et des affaires universitaires, comme par exemple le Tractatus Contra Johannem de Montesono. L’autorité magistrale de Pierre d’Ailly paraît ainsi se décliner sous des formes complémentaires dans les différents contextes, universitaire et conciliaire.

  • 100 Compendium contemplationis, tract. II, c. 2, col. 1 (Tractatus et sermones, Jordanus de Quedlinburg (...)
  • 101 Cf. Compendium contemplationis, ibid. : « summopere cavendum est ne religiosus praelationis sollici (...)
  • 102 Cf. Apologia concilii Pisani contra tractatum domini Bonifacii quondam prioris Carthusiae, (Tschack (...)
  • 103 Oakley, The Conciliarist Tradition, Oxford 2003, pp. 68-82, indique la dépendance presque verbatim (...)
  • 104 Finke, Forschungen und Quellen, p. 132. Cf. également Frenken, Gelehrte auf dem Konzil, p. 125 : «  (...)

27Au seuil du concile, le penseur de Cambrai avait lui-même souligné dans son Compendium contemplationis les dimensions active et contemplative que devait réunir un prélat : « Nam ad statum praelationis non solum pertinet vita activa sed etiam praelati debent esse excellentes in contemplativa100 ». Il n’en demeurait pas moins conscient d’une certaine tension, parfois difficile à surmonter, entre la sollicitude du prélat et la solitude du religieux101. Pierre d’Ailly a quant à lui opté pour la prélature ; il a d’une part accumulé charges et bénéfices, provoquant ainsi la critique de Boniface Ferrer – auquel le cardinal rétorquera que son traité remettant en cause les conclusions du concile de Pise, n’était qu’un écrit désordonné, présomptueux, injurieux, séditieux et dangereux102. Comme légat pontifical, d’Ailly s’est d’autre part engagé sans compter en faveur du concile général, usant de son autorité de prélat pour mettre en place les conditions propices à faire entendre sa voix magistrale103. Il multipliera les interventions si bien que, selon la formule de Finke104, presque toutes les démarches intellectuelles des premiers mois du concile, qui signifiaient ou visaient un pas supplémentaire vers l’union, étaient issues de sa plume ou passaient dans ses mains.

  • 105 Guenée, Entre l’Église et l’État, p. 299.

28Une mise en parallèle de certains des nombreux textes, rédigés ou prononcés à la fin de sa vie dans le contexte du concile de Constance, permet en effet d’éclairer la figure du maître Pierre d’Ailly à l’œuvre. On y voit un maître en théologie très actif qui s’emploie dans son traité De reformatione à réformer l’Église et à redéfinir le modèle d’autorité du prélat (prelatus scientificus) ; un maître qui s’engage au cœur des débats théologiques pour assurer le succès du concile général, comme l’attestent les cedulae. On y voit également un théologien qui souhaite jouer de toute son autorité de maître pour défendre sa conception personnelle et assez large de la théologie, incluant notamment l’astrologie ; un maître qui pour diffuser ses idées use de tous les rouages nécessaires, jusqu’à la lecture publique répétée de ses textes ; bref, un maître qui met à profit le contexte d’un concile, qu’il a appelé de ses vœux, pour faire valider les thèses qu’il soutient et imposer son autorité ; un maître, enfin, qui est soucieux de sa notoriété. Il prendra d’ailleurs peu de temps après le concile dans son testament toutes « les dispositions pour que les livres et traités dont il est l’auteur puissent être publiés105 ».

Haut de page

Notes

1 Cette période avait déjà été désignée comme « Des Cardinals Lebenswerk in Constanz » par P. Tschackert, Peter von Ailli (Petrus de Alliaco). Zur Geschichte des grossen abendländischen Schisma und der Reformconcilien von Pisa und Constanz, Gotha 1877 (Amsterdam 1968), p. 181.

2 L. Salembier, Les œuvres françaises du cardinal Pierre d’Ailly. Évêque de Cambrai 1350-1420 (extrait de la Revue de Lille 1907), p. 105 : « D’Ailly ne fut pas seulement un des prélats dont le rôle politique et ecclésiastique fut le plus actif, au cours des XIVe et XVe siècles ; il fut, comme saint Antoine de Padoue et Eckius le marteau des hérétiques, comme le cardinal de Cusa une encyclopédie vivante, et comme Roger Bacon, son maître, une des plus grandes apparitions du Moyen-âge ».

3 Guenée relève surtout la lettre de recommandation et d’éloge – aux yeux d’un autre ami, resté inconnu, tout simplement exagérée – qu’avait formulée Nicolas de Clamanges à l’automne 1394 à destination du pape Benoît XIII. Cf. Nicolas de Clamanges, Epistolae, J. Lydius, éd. Leyde 1613, 10-17. Un extrait de cette lettre est traduit dans la biographie détaillée de B. Guenée, Entre l’Église et l’État, Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle), Gallimard, Paris 1987, p. 207.

4 Également sous la forme de « lumière de notre temps (lumen nostri aevi) », Nicolas de Clamanges, Epistolae, p. 10. Cf. E. Ornato, Jean Muret et ses amis, Nicolas de Clamanges et Jean de Montreuil. Contribution à l’étude des rapports entre les humanistes de Paris et ceux d’Avignon (1394-1420), Genève/Paris 1969, p. 226. Les deux descriptions latines transmises par Clamanges sont indiquées dans Guenée, Entre l’Église et l’État, p. 127.

5 Boniface Ferrer, « Tractatus pro defensione Benedicti XIII », dans E. Martène, U. Durand (éd.), Thesaurus novus Anecdotorum, t. II, Paris 1717, particulièrement col. 1464, (§43 D) : « Quomodo tu credis episcopo Cameracensi […] qui cum tot sudoribus, ambitionibus, & periculis acquisivit de melioribus episcopatibus ». Cf. P. Glorieux, « L’œuvre littéraire de Pierre d’Ailly : Remarques et précisions », Mélanges de Sciences Religieuses 22 (1965), p. 69 et Guenée, ibid., p. 469, n. 345.

6 Une formule que l’on retrouve chez K. Zähringer, Das Kardinalkollegium auf dem Konstanzer Konzil bis zur Absetzung Papst Johanns XXIII., Münster 1935, p. 49 : « Ailli ist nicht nur einer der führenden Kardinäle auf dem Konstanzer Konzil, er gehört anerkanntermaßen zu den bedeutendsten Theologen, Philosophen und Kirchenpolitikern seiner Zeit, deren ‘Sonne’ er panegyrisch genannt wurde ».

7 L.A. Smoller, History, Prophecy, and the Stars. The Christian Astrology of Pierre d’Ailly, 1350-1420, Princeton University Press, Princeton 1994, particulièrement pp. 43-60.

8 Pour le contexte apocalyptique, voir L.B. Pascoe, Church and Reform. Bishops, Theologians, and Canon Lawyers in the Thought of Pierre d’Ailly (1351-1420), Brill, Leiden/Boston 2005, surtout pp. 11-27.

9 F. Oakley, The Political Thought of Pierre d’Ailly. The Voluntarist Tradition, Yale University Press, New Haven/London 1964; Ch.M. Bellitto, « The Early Development of Pierre d’Ailly’s Conciliarism », The Catholic Historical Review 83 (1997), pp. 217-232.

10 L. Salembier, Le cardinal Pierre d’Ailly, Chancelier de l’Université de Paris, Évêque du Puy et de Cambrai 1350-1420, Tourcoing 1932, pp. 368-374, ici pp. 372-374 (n° 130-n° 168).

11 L’Elucidarium constitue l’une des parties de l’Ymago mundi, une œuvre composite que d’Ailly avait personnellement souhaité voir réunie. Ce vœu d’édition sera d’ailleurs exaucé par l’imprimeur Jean de Westphalie, lequel rassemblera en un volume, désigné comme Ymago mundi, 16 traités de Pierre d’Ailly – en marge desquels l’on peut consulter les postilles de Christophe Colomb – et 5 écrits de son élève Jean Gerson. Cf. E. Buron, Ymago Mundi de Pierre d’Ailly. Cardinal de Cambrai et Chancelier de l’Université de Paris (1350-1420), Texte latin et traduction française des quatre traités cosmographiques de d’Ailly et des notes marginales de Christophe Colomb. Étude sur les sources de l’auteur, Tome I, pp. 91-113 et pour la liste des œuvres composant l’Ymago Mundi, pp. 111-112.

12 A. Frenken, « Gelehrte auf dem Konzil. Fallstudien zur Bedeutung und Wirksamkeit der Universitätsangehörigen auf dem Konstanzer Konzil », dans H. Müller, J. Helmrath (éd.), Die Konzilien von Pisa (1409), Konstanz (1414-1418) und Basel (1431-1449). Institution und Personen, (Konstanzer Arbeitskreis für mittel­alterliche Geschichte, Vorträge und Forschungen LXVII), Ostfildern 2007, pp. 107-147, souligne le besoin d’analyser le phénomène du recours appuyé aux savants universitaires, en complément des précisions à apporter sur l’important nombre d’érudits à Constance ; (relativement aux délégués français en particulier, ibid., p. 109, n. 5).

13 Une dispute de rang déjà déplorée par d’Ailly dans une lettre bien antérieure (env. 1381), à caractère ironique, à l’encontre de prélats – assimilés à des ministres du Léviathan, en raison de leur attitude encline à favoriser le schisme. Cf. Epistola diaboli Leviathan (Tschackert 1877, p. [17]) : « quum ecce fideles ministri mei, praelati quidem ecclesiae non intrantes per ostium, sed ascendentes aliunde, universam conturbaverunt civitatem, et facta est contentio inter eos, quis illorum esset major, ita ut discederent ab invicem ; et sicut olim dicebant quidam : ego quidem sum Pauli, ego autem Apollo, ego vero Cephae – sic et nunc per eorum pigram sollicitudinem et simultatem dicitur : ego sum Urbani, ego autem Clementis, ego vero futuri concilii generalis ; ego arbitrialis concordiae, ego resignationis utriusque ; ego talis domini, ego talis regis ; ego talis commodi, ego tantorum beneficiorum obtentorum a tali ». Cf. parallèlement De reformatione, consideratio 6 (Miethke/Weinrich 1995, vol. I, p. 374) : « Item quia iuxta evangelicam sentenciam, quam eciam experiencia rerum magistra docet, inter reges gencium et principes seculi sepe fit contencio, quis eorum videatur esse maior, quam contencionem Christus inter discipulos suos vitari docuit, […] ».

14 De reformatione, cons. 6, Miethke/Weinrich 1995, vol. I, p. 374. Sur l’importance et la signification de telles désignations, cf. Frenken, Gelehrte auf dem Konzil, pp. 113-114.

15 Cf. Contra Johannem de Montesono, (Ch. du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus, 3 vols, Paris 1724-1736, réimp. 1963, vol. I, 77) : « Constat autem quod officium praedicatoris est maxime praecipium theologiae, sicut et expositio scripturae sacrae », qui correspond à l’un des passages analysés par Pascoe, Church and Reform, pp. 181-205, ici p. 191.

16 Guillaume Durand emploie cette formule, détectée par Miethke (Quellen zur Kirchenreform, p. 4, n. 13), dans son Tractatus maior I, 1, rubrica. L’éditeur renvoie également (ibid., p. 5, n. 15) à l’étude de C. Fasolt, « Die Rezeption der Traktate des Wilhelm Durant d. J. im späteren Mittelalter und in der frühen Neuzeit », dans J. Miethke (éd.), Das Publikum politischer Theorie im 14. Jh., Munich 1992, pp. 61-80, ici p. 68, qui indique d’autres détails glanés par d’Ailly dans le texte de Guillaume Durand (notamment la disponibilité des grands livres conciliaires dans les églises cathédrales). Cf. infra, n. 72.

17 Petrus de Alliaco, De reformatione, cons. 3, (p. 354) : « eminentes spirituali sciencia et doctrina […] qui divinis scripturis studeant et non scienciis practicis et litigiosis totaliter inhereant ».

18 Sur l’usage de Hildegarde et Joachim comme sources de Pierre d’Ailly, voir Pascoe, Church and Reform, pp. 14-27 et surtout 23, ainsi que infra, n. 28. Pour l’abbé calabrais, Miethke et Weinrich indiquent prudemment un lien possible (p. 340, n. 4) : « hier wohl in seinem Sermo de adventu Domini ».

19 Comme le relèvent Miethke/Weinrich, Quellen zur Kirchenreform, vol I, pp. 35-39, 338-377, (ici p. 36, n. 83), en notant que le De reformatione ecclesiae représente, au vu du contexte, davantage une attaque de diversion qu’une nouvelle initiative.

20 Cf. la minutieuse reconstruction de G. Kreuzer, Heinrich von Langenstein. Studien zur Biographie und zu den Schismatraktaten, unter besonderer Berücksichtigung der Epistola pacis und der Epistola concilii pacis, Paderborn 1987, p. 108, n. 436 qui indique l’intégration d’une large partie du §2 de l’Epistola concilii pacis [Consilium pacis de unione et reformatione ecclesiae in concilio universali quaerenda] dans une lettre ultérieure adressée à l’évêque de Brixen. Kreuzer, qui édite le document épistolaire envoyé par Henri de Hesse à d’Ailly, (ibid., pp. 249-253) a également pu retracer une dépendance probable de ce dernier pour son Tractatus de materia concilii generalis (§3) relativement à l’Epistola concilii pacis (c. 16-20). À titre d’exemple, la fin du passage mentionné supra n. 17 est ainsi mis en regard de l’extrait « Quod scripturis diuinis studeant episcopi et sacerdotes, monachi et religiosi, scientijs litigiosis et practicis comissis ? » (Kreuzer, ibid., p. 230).

21 Pour une étude des textes, voir Oakley, The Political Thought, surtout pp. 141, 177-179, 201-203 et 241-252, qui suggère que d’Ailly aurait pu utiliser le Dialogus III pour rédiger son Traité sur la réforme de l’Église. Cette source, qui avait déjà retenu l’attention de Pierre d’Ailly lors de ses études, demeure donc pour lui d’actualité à Constance. Cf. infra, n. 81.

22 Cette validation, même dans un contexte culturel médiéval, n’est pas sans susciter des interrogations ; d’autant plus si certaines idées principales d’un texte, visant à être approuvé par une autorité conciliaire, correspondent pour partie aux réflexions d’un autre penseur. Pareils textes n’en constituent pas moins une précieuse source sur les débats doctrinaux. Cf. M.B. Calma, « Plagium », dans I. Atucha, D. Calma, C. König-Pralong, I. Zavattero (éd.), Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach, Porto 2011, pp. 559-568.

23 En fin stratège, il avait par avance veillé au succès de son entreprise : relevant le pape Jean XXIII qui avait dirigé les deux premières sessions générales, Pierre d’Ailly présidera la 3e session du concile de Constance (26 mars 1415), avant de céder sa place à Jordanus de Ursinis, lui-même remplacé par Jean d’Ostie. Cf. T. Rathmann, Geschehen und Gesichten des Konstanzer Konzils. Chroniken, Briefe, Lieder und Sprüche als Konstituenten eines Ereignisses, Munich 2000, p. 107.

24 J. Miethke, « Die Konzilien als Forum der öffentlichen Meinung im 15. Jahrhundert », dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters 37 (1981), pp. 736-773 (ici 753-755); et id., Quellen zur Kirchenreform, pp. 36-37.

25 Sur les liens envisagés par d’Ailly entre la science astrologique et la Géographie de Ptolémée, voir P. Gautier Dalché, La Géographie de Ptolémée en Occident (IVe-XVIe siècle), Turnhout 2009, pp. 169-172, ici p. 170.

26 De reformatione, cons. 1, (p. 346) : « Ut sic via preparetur adventui Antichristi, de quo predixit Apostolus : Nisi venerit dissensio primum [2 Thess 2,3] etc. Quod exponit glosa de duplici dissensione seu divisione, una ab imperio, alia ab ecclesia Romana, que prevenire debet Antichristum ».

27 Joachim est volontiers associé à d’autres autorités, cf. De legibus et sectis contra superstitiosos astrologos, (Johannes Gerson, Opera omnia I, coll. 778-804, ici col. 785) <quartum capitulum> : « Hoc ergo inducit quasi signum proximi adventus Antichristi ; unde concludendo dicit : scio quod si Ecclesia vellet revolvere Textum sacrum et Prophetias sacras, atque prophetias Sibillae, et Merlini, Aquille, et Joachim, et multorum aliorum, insuper historias, et Libros Philosophorum, atque juberet considerari vias Astronomiae, inveniretur sufficiens suscipio, vel magis certitudo de tempore Antichristi. Sed hiis videtur obviare dictum Christi : Non est vestrum nosse tempora, vel momenta, que Pater posuit in sua potestate. Act. I, 7 et illud : De die autem illa et hora nemo scit. Matth. XXIV, 36. Quid autem super hiis dicendum sit, non est praesentis operis diffinire : sed de hac materia tractavi in quodam Sermone de Adventu Domini, super verbo : Scitote quoniam prope est regnum Dei. Luc XXI, 31 ».

28 Cf. L.B. Pascoe, « Pierre d’Ailly : histoire, schisme et antéchrist », dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident, Colloque du CNRS n° 586, Avignon 25-28 septembre 1978, Paris 1980, pp. 615-622, ici pp. 617-618 : « Il est extrêmement difficile de vérifier si D’Ailly a réellement lu Joachim, car le seul ouvrage qu’il cite nommément est le traité pseudo-Joachite Super Hieremiam Prophetam. Toutes les autres références à Joachim sont très générales et n’indiquent pas l’écrit dont elles proviennent. Comme pour Hildegarde de Bingen, D’Ailly emploie le plus souvent Joachim pour étayer son interprétation de l’histoire comme une série de persécutions et le rôle spécial que le Schisme joue dans cette interprétation ».

29 Cf. Tschackert, Peter von Ailli, p. 265.

30 Pascoe, Church and Reform, pp. 160-162, montre que Pierre d’Ailly s’était déjà appuyé sur la chronologie et les dimensions apocalyptiques de Hildegarde de Bingen et Joachim dans son sermon sur Saint François, délivré à Paris en 1380 et dont il reprendra la teneur dans le sermon sur Louis d’Anjou en 1417.

31 Cette hypothèse est celle de G.L. Potestà que je remercie pour ses précieuses remarques. Cf. Profezie illustrate gioachimite alla corte degli Estensi, a cura di G.L. Potestà, Modène 2010, surtout pp. 131-169, ici pp. 167-168.

32 H. Millet, Les successeurs du pape aux ours. Histoire d’un livre prophétique médiéval illustré (Vaticina de summis pontificibus), Turnhout 2004, pp. 111-113 et 217.

33 À la Toussaint 1416, d’Ailly donnera une interprétation d’Ap 12,1. Cf. Sermo in die omnium sanctorum (anno 1416), éd. Tschackert, Peter von Ailli, Gotha 1877, p. [45] : « Locuturus ( ?) igitur de secunda exposuimus verba prophetica de muliere coelicola i.e. coeli regina, ecclesia triumphante, quam in coelo coronatam hodie celebri festivitate veneramur ; jam vero eadem verba exponenda sunt de muliere mystica i.e. de Christi sponsa, ecclesia militante, quam in hoc generali concilio repraesentare satagimus ».

34 L’identification est indiquée par H. Millet, « Le cardinal Martin de Zalba (†1403) face aux prophéties », dans : Id. (éd.), L’Église du Grand Schisme 1378-1417, Paris 2009, p. 206 et 217.

35 Il rédige d’ailleurs un traité au titre explicite Apologetica defensio astronomicae veritatis (26 septembre 1414), rapidement doublé d’une Altera apologetica defensio astronomicae veritatis (3 octobre 1414).

36 Un travail de calcul qu’il n’aura de cesse de préciser ; cf. par exemple De figura inceptionis mundi et coniunctionibus mediis sequentibus : « Quia in tribus tractatibus de concordia astronomie cum theologica et hystorica veritate notate sunt coniunctiones medie quae fuerunt a principio mundi usque post Christum. Tam ille maxime coniunctiones quae dicuntur fieri in principio arietis quam alie magne quae fuerunt in principio aliarum tripplicitatum in quibus non est observata precisa calculatio. Ideo ad earum correctionem procedit tractatus iste. » (Cambrai 954 (852), Bibl. mun., f. 123v).

37 La répétition étymologique « varia curiositate aut curiosa ostentatione » est une tournure stylistique prisée par Pierre d’Ailly, également dans ses sermons français. En guise d’illustration, le Sermon de la Nativité nostre Seigneur fait mention (Brayer 1962, p. 105) de « le grant fausseté et le fausse erreur de malvaise ydolatrie ». Cf. E. Brayer, Notice du manuscrit 574 de la bibliothèque municipale de Cambrai suivie d’une édition des sermons français de Pierre d’Ailly, Paris 1962, p. 22, n. 1, qui relève, parmi d’autres, un exemple particulièrement parlant pour le contexte du schisme : « miserable scisme et scismatique division ».

38 Elucidarium astronomicae concordiae cum theologica et historica ueritate, éd. ancienne, Louvain (Jean de Westphalie, ca. 1483), f. 143r.

39 Cf. Cedula Sequuntur (Finke 1889, p. 128) : « Cum quidam sacre theologie magister per se vel in hoc sibi adherere volentes veritatem quarundam conclusionum in hoc s. concilio alias ex parte quorundam prelatorum et doctorum propositorum elucidare cupiens quasdam conclusiones illis oppositas probare et defensare obtulit, deliberacionem concilii super hiis humiliter requirens, hinc est, quod ex parte dictorum prelatorum et doctorum sequentes conclusiones pro responsione ad objecta coram dicto concilio proponuntur ». H. Finke, Forschungen und Quellen zur Geschichte des Konstanzer Konzils, Paderborn 1889, pp. 119-131, s’est employé à reconstituer l’ordre chronologique et la teneur des 9 cédules. Il précise également la complexe base textuelle retenue pour la Cédule Sequuntur, ibid., p. 124, n. 1.

40 Sans entrer dans le détail d’une attribution contestée, relevons que Salembier, Le cardinal, p. 368 avait situé les Conclusiones Cameracensis Cardinalis cum quibusdam additionibus de Pisani et Constantiensis Concilii unitate, entre la fin 1414 et le début 1415 – en les signalant parmi ses écrits authentiques.

41 Diverses affaires illustrent l’impact d’un tel procédé sur la production littéraire de Pierre d’Ailly : dans le cadre des débats contre Blanchard, le jeune maître en théologie d’Ailly condensera ses arguments en un traité Radix omnium malorum est cupiditas, composé sur la parole de saint Paul (1 Tim 6,10) ; un traité immédiatement suivi, pour contrer les arguments adverses, du Super omnia vincit veritas. Cf. A.E. Bernstein, Pierre d’Ailly and the Blanchard Affair, pp. 77-81 et, pour les textes, pp. 197-236 ; 237-298. Les titres donnés par Dupin en explicitent bien l’origine polémique Tractatus I adversus Cancellarium Parisiensem (Gerson, Opera omnia I, coll. 723-744), respectivement Tractatus II adversus Cancellarium Parisiensem (ibid., coll. 745-778). L’affaire concernant Juan de Monzon avait elle aussi donné lieu, en 1387, à deux traités.

42 Cf. A. Boureau, « Peut-on parler d’auteurs scolastiques ? », dans M. Zimmermann (dir.), Auctor et auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Actes du colloque de Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), Paris 2001, pp. 267-279, plus particulièrement pp. 277-278.

43 Sans souffler mot de l’épineuse question des emprunts textuels tacites, cf. supra n. 22. Au sujet des recherches déléguées par d’Ailly, cf. J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe de travail à la fin du Moyen Âge : Remarques sur l’œuvre scientifique de Pierre d’Ailly », dans D. Marcotte (éd.), Humanisme et culture géographique à l’époque du concile de Constance autour de Guillaume Fillastre, Turnhout 2002, pp. 127-150, et surtout p. 132 et 134, où il établit l’hypothèse que d’Ailly aurait recopié – parfois avec des erreurs d’inattention – les fiches de lecture élaborées par ses deux collaborateurs.

44 Finke, Forschungen und Quellen, p. 128.

45 Finke, Forschungen und Quellen, pp. 130-132, met en parallèle le sermon de l’Avent de 1414 et la cédule quasi contemporaine Sciendum quod presens schisma. Ces deux textes, dont le premier ne fut pourtant pas prononcé et le second resta anonyme, contiennent en effet la même idée : à savoir que si c’est la règle que selon le droit positif seul le pape puisse convoquer un concile général, des exceptions sont tolérées, par exemple dans le cas du présent schisme, où l’empereur est lui aussi habilité à convoquer un concile général. D’Ailly semble donc bien recourir à des voies complémentaires pour diffuser ses thèses, et notamment cette idée sur la convocation, d’ailleurs défendue par son élève Gerson dans Quot scismata fuerunt (1483, II), comme le détaille toujours Finke.

46 De reformatione, cons. 4, (p. 362) : « Unde predicacio, que propter sui reverenciam ad prelatos pertinet, non esset tot et talibus vilibus questuariis et mendicantibus permittenda ».

47 Cf. P. Arendt, Die Predigten des Konstanzer Konzils. Ein Beitrag zur Predigt- und Kirchengeschichte des ausgehenden Mittelalters, Fribourg-en-Brisgau 1933, pp. 260-264, où les œuvres sont désignées au moyen des premiers mots des sermons. Ils correspondent au Sermo in die omnium sanctorum, Sermo secundus in die omnium Sanctorum, Sermo factus Constantiae in medio Quadragesimae, Sermo secundus in die Pentecostes, De sancto Ludovico, Tractatus de adventu domini.

48 Alors qu’Arendt n’avait pas précisé l’année de composition du sermon commençant par les termes Cantabant canticum, Salembier date le Sermo secundus in die omnium Sanctorum du 1er novembre 1416 et fait au demeurant figurer dans sa liste d’autres sermons ; cf. Salembier, Le cardinal, pp. 373-374.

49 D’après le registre, établi par Chris Nighman et Philipp Stump, des sermons connus uniquement par des sources contemporaines, deux autres sermons Letare Jherusalem consacrés eux aussi à Is 66,10 avaient été prononcés lors du concile de Constance l’un avant, l’autre après celui composé par Pierre d’Ailly en 1417. Le cardinal pourrait les avoir entendus tous deux : à savoir l’un, prêché par un évêque, en date du 10 mars 1415, l’autre tenu par un Doctor Gigensis, probablement en mars 1418. Cf. http://www.bibsocamer.org/BibSite/Nighman-Stump/4-Register_Lost_ Constance_Sermons.

50 Ce sermon de mai 1417 est attesté dans les notes du secrétaire de Jean Gerson, Jacques de Ciresio ; notes reprises par P. Glorieux, Le concile de Constance au jour le jour, Tournai 1964, ici p. 195 : « Dimanche de la Pentecôte. – Le cardinal d’Ailly a donné le sermon : Cum complerentur. Il y a chaudement défendu le projet remis hier à l’empereur ».

51 Tandis qu’Arendt renvoie au sermon de décembre 1414, Chris Nighman effectue la transcription du 2e sermon du Tractatus De adventu domini et retient la date de décembre 1417. Cf. http://info.wlu.ca/~wwwhist/faculty/cnighman /cc/page2.html. En outre, dans le registre correspondant aux sermons et oraisons prononcés au Concile de Constance (supra, n. 49), deux autres sermons intitulés Misit illos in vineam suam et Obsecro vos ut digne ambuletis vocacione qua vocati estis sont attribués par Nighman et Stump à Pierre d’Ailly.

52 Cf. Pascoe, Church and Reform, pp. 272-275, ici pp. 271-272: « His understanding of the term stilus, moreover, closely approximates our notion of methodology, for in affirming that each scientia and ars has its proper stilus, he describes stilus as the mode of proceeding proper to each. Each stilus, moreover, when used properly has its respective degree of legitimacy ».

53 Tractatus et sermones, Jordanus de Quedlinburg, Strasbourg 1490, (réimp. Francfort 1971). Pierre d’Ailly essaie d’établir une hiérarchie entre théologie et droit. Cf. parallèlement De reformatione, cons. 4, (p. 365) : « […] cum nimis multi seculares hodie studeant in licium facultate. Ipsa quoque theologia in statu secularium paucos habeat sectatores propter abusum Romane curie, que theologos contempsit et in omni ecclesiastico gradu lucrativarum scienciarum studiosos preposuit, cum tamen primitivi theologi ecclesiam edificaverint, quam aliqui baratatores destruxerunt et nunc eam quasi ad extremam ruinam deducere viderentur, […] ».

54 Cf. Principium in cursum Bibliae, L.E. Du Pin, (Johannes Gerson, Opera omnia I), coll. 610-617, ici col. 611.

55 Sur le droit que d’Ailly reconnaît à la faculté de théologie, en tant que corporation, cf. également Contra Johannem de Montesono (d’Argentré, 77-82) et la lecture qu’en propose Pascoe, Church and Reform, pp. 186-188.

56 Principium in cursum Bibliae, col. 616D : « Ad quam quidem quaestionem, novae Legis Doctores Catholici, sub conclusione respondent quadruplici. Prima est, quod haec est doctrina profundae capacitatis, et subtilitatis inaccessibilis. Secunda est, quod haec est doctrina stupendae sublimitatis, et difficultatis imperscrutabilis. Tertia est, quod haec est doctrina timendae severitatis, et civilitatis imperturbabilis. Quarta est, quod haec est doctrina quaerendae felicitatis et utilitatis incomparabilis ».

57 Principium in cursum Bibliae, col. 614A: « […] Non sic, inquam, non sic praesumunt hi devoti Mathematici: sed in propositae quaestionis solutionem imperfectum suum humiliter recognoscunt. Nescit, inquiunt, acribologia Mathematica hujus quaestionis solvere nodum: nescit quippe divinum aperire secretum ».

58 D’Ailly reproche d’ailleurs à certains juristes canonistes leur trop grande vénération à l’endroit des décrétales. Cf. Principium in cursum Bibliae, col. 614C: « Sed reperio iterum in hac schola quosdam Juris Canonici Professores, qui etiam suas Decretales Epistolas, quasi divinas Scripturas ac[ci]piunt ». Pour autant, il reconnaît là aussi que d’autres juristes s’emploient à rechercher la vérité, (ibid., col. 615).

59 D. Taber Jr, « Pierre d’Ailly and the Teaching Authority of the Theologian », Church History 59 (1990), pp. 163-174, souligne surtout ces aspects pp. 164-167 et 173.

60 La distinction de Gratien, Dictum, (éd. Friedberg, Leipzig 1879-1881, vol. 1, 65) est exploitée dans Contra Johannem de Montesono (supra, n. 15), 75-76 ; comme le rappelle Taber, Teaching Authority, p. 168, n. 15.

61 Pascoe, Church and Reform, pp. 185-186, illustre la reprise dans le Contra Johannem de Montesono, ibid., 75-76 de la distinction ockhamienne du Dialogus, I, 1 (éd. Goldast réimp. 1960, vol. 2, p. 399). Sur l’Abbreviatio dyalogi Okan de Pierre d’Ailly, cf. infra, n. 81.

62 Jean Gerson décrit également le rôle doctrinal des théologiens et celui d’intermédiaire juridique des évêques, comme le relève G. Hasenohr, « La société ecclésiale selon le chancelier Gerson », dans E.C. Lutz, E. Tremp (éd.), Pfaffen und Laien – ein mittelalterlicher Antagonismus ?, Freiburg 1999, pp. 209-233, ici p. 225 en s’appuyant sur le Tractatus de unione Ecclesie et les Conclusiones octo de jure episcoporum in definiendis questionibus fidei (éd. Glorieux, t. VI, p. 14sqq. et p. 176).

63 Pour la figure idéale de l’évêque, telle que conçue à la cour papale avignonnaise de Benoît XIII, voir H. Millet, « L’évêque à la fin du grand schisme d’Occident. Lucerna supra candelabrum posita » dans id., L’Église du Grand Schisme 1378-1417, Paris 2009, pp. 86-98. En appendice de cette étude figure l’édition des instructions élaborées par le cardinal Martin Zalva, où il expose notamment le choix retenu par Benoît XIII pour l’évêché de Cambrai en 1397 : Pierre d’Ailly a été préféré au candidat soutenu par Philippe le Hardi, Louis de la Trémoille. Dans ces notes, le cardinal Zalva précise aussi certaines des qualités idéalement requises (Arch. Vat., Arm. LIV, t. 28, f. 99) : « opportet ibi prudentem et literatum collocare » (ibid., p. 95).

64 Cf. De reformatione, cons. 2, (pp. 352-354) ; Oakley, The Political Thought, p. 346 ; et infra, n. 92.

65 Cf. Miethke/Weinrich, Quellen zur Kirchenreform, p. 39.

66 De reformatione, cons. 3, (pp. 354-356), supra n. 17 et n. 20. De manière générale, sur la méfiance à l’égard des juristes cf. G. Fioraventi, « Philosophi contro legistae : un momento dell’autoaffermazione della filosofia nel Medioevo », dans : J.A. Aertsen, A. Speer (éd.), Was ist Philosophie im Mittelalter ? (Miscellanea Mediaevalia 26), pp. 421-427, et notamment p. 422 et 424 pour la critique formulée par Roger Bacon (Compendium Studii philosophiae, c. 4, éd. J.S. Brewer, Londres 1859, pp. 418-419) : « Quia [juristae] jam per fraudes et dolos sic occupaverunt praelatos et principes, quod fere omnia munera et beneficia recipiunt ; ita quod vacantes studio theologiae et philosophiae non habent unde vivant, nec unde libros quaerant, nec unde arcana sapientiae rimentur et experiantur. […] Deinde optimus quisque, et idoneus ad theologiam et philosophiam, transvolat ad jura civilia, quia videt juristas illos ditari et honorari ab omnibus praelatis et principibus ».

67 Cf. supra, n. 53.

68 De reformatione, cons. 5, (p. 368). L’expression bene scientificus se trouve dans un commentaire contemporain de Jean de Serravalle, comme l’a signalé A.A. Robiglio, « La latitudine della nobiltà. Una questione filosofica nel Commento latino di Giovanni da Serravalle alla Divina Commedia (1416) », dans Rassegna Europea di Letteratura Italiana, 33 (2009), pp. 29-47, ici p. 36, n. 2.

69 La gestion politique et l’aptitude à aider quelque souverain ou duc n’avaient-elles pas déjà été, au côté de la « salva consciencia et amore Dei », parties intégrantes du portrait de l’évêque qu’avait jadis brossé le cardinal Zalva en 1397 ? Justifiant le choix de Pierre d’Ailly pour cette fonction épiscopale, il avait déclaré : « et regi et sibi dedit hominem prudentem et fidelem et qui, ut audiverat, erat suus, et de quo in illis partibus poterat se multum juvare etc. ». À ce sujet, voir Millet, L’évêque, pp. 90-91 et 95.

70 Comme l’a découvert Xavier de la Selle, Le service des âmes à la Cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, (Mémoire et document de l’École des Chartes 43), École Nationale des Chartes 1995, p. 204, n. 43, d’Ailly préfère pour la charge de prieur un théologien à un non-théologien. Tel est manifestement le cas en 1392, lorsqu’il tranche la question au collège Mignon. X. de la Selle cite à l’appui de son explication (n. 44) le manuscrit Reims, bibl. mun., ms. n° 1522, fol. 106 : « semper theologus alteri non theologo preferatur, si sufficiens et idoneus reperiatur ad dictum officium debite et ad utilitatem dicti collegii exercendum ».

71 Un lector theologiae devrait en outre exposer les livres 2, 3 et 4 des Sentences de Pierre Lombard ou en sélectionner des passages utiles et les adapter à l’interprétation des épîtres et des Évangiles (De reformatione, cons. 5, pp. 368-370).

72 Dans le Tractatus de materia, d’Ailly indique « et habentur in sexto titulo Libri Conciliorum, ubi multa notanda leguntur » (Oakley 1964, p. 266, n. 2). Cet ouvrage sur les conciles est assimilé aux Décrétales du Pseudo-Isidore par l’éditeur. À ce sujet, voir Pascoe, Church and Reform, p. 121, n. 58.

73 Sur ces différents points concernant la réforme du savoir scolastique de Roger Bacon, cf. l’étude de C. König-Pralong, Le bon usage des savoirs. Scolastique, philosophie et politique culturelle (à paraître) ; je remercie C. König-Pralong pour ses indications. Pour illustrer les divers parallèles mentionnés l’on peut renvoyer, parmi les textes baconiens analysés dans cette étude, au Compendium studii philosophiae, c. 5 (éd. J.S. Brewer, Londres 1859, pp. 425-426): « […] et linguas sapientiales, Graecam et Haebraeam, quae necessariae sunt studio, ut inferius probabo; […] Si enim alicubi est veritas hic invenitur, si falsitas hic damnatur, ut docet Augustinus in libro De doctrina Christiana » ; Opus tertium, cc. 5-6 (Brewer, p. 19) : « Caeterum ante omnia utilitas cujuslibet rei consideranda est » ; Opus maius II, c. 17 ; Opus tertium, c. 10 (Brewer, p. 34) : « Oportet igitur primo habere homines peritos in linguis alienis, et hi haberi non possunt sine magnis expensis. Et similiter oportet habere libros aliarum linguarum plurimos, scilicet de grammatica, et textus singularum partium philosophiae, ut viderentur defectus et falsitates in codicibus Latinorum. Sed hi libri et hae personae non possunt procurari sine principibus et praelatis, ut manifestum est ». Sur le recours par Pierre d’Ailly à Roger Bacon, cf. également infra, nn. 94 sqq.

74 Cf. également la formule de l’Epistola diaboli Leviathan « tantorum beneficiorum obtentorum a tali » (citée, supra, n. 13) ainsi que la critique – pointée par Guenée (supra, n. 5) – qu’adresse à d’Ailly Boniface Ferrer, Tractatus pro defensione Benedicti XIII, col 1464 : « nunc factus praelatus, qui ita acquisivit beneficium suum, et qui habet plus in reditibus annuatim ipse solus, quam habeat in pecunia tota villa Compendii ».

75 De reformatione, cons. 5, (p. 366) : « Ut non preferantur fatui et ignari scientificis et sapientibus […] nec advocati aut intenti scienciis lucrativis vel curiales aut dominorum temporalium servitores sacre scripture doctoribus, sicut a multis iam retroactis temporibus Romana curia facere consuevit ».

76 Salembier, Les œuvres françaises, pp. 70-89, ici p. 73.

77 Sur la classification proposée par d’Ailly dans son traité contre Juan de Monzon, voir Z. Kaluza, « Auteur et plagiaire : quelques remarques », dans : J.A. Aertsen, A. Speer (éd.), Was ist Philosophie im Mittelalter ? (Miscellanea Mediaevalia 26), pp. 312-314 : « […] une autre classification, risquée par d’Ailly, considère les doctrines, les livres et leurs auteurs selon l’autorité dont ils jouissent. […] La hiérarchie définitive en théologie serait donc la suivante : la Bible, le Décret, les Pères de la liste gélasienne, Anselme, Hugues, Pierre Lombard, ses commentateurs canonisés, les auteurs mineurs. Plus simple, la liste similaire établie pour les sciences laïques serait divisée en deux parties : celle des auteurs à commenter et celle des commentateurs. […] La hiérarchie compliquée des autorités ne semble mise en œuvre que pour mieux préserver la liberté du théologien ».

78 Cf. supra, p. 332.

79 Cf. supra, n. 18.

80 Cf. Oakley, The Political Thought, pp. 241-242 (dans la version du texte de Pierre d’Ailly) : « Inter hos autem duos errores contrarios. Catholica medium tenet Ecclesia ; videlicet quod Papae et praelatis Ecclesiae, non repugnat habere dominium in temporalibus, et jurisdictionem, contra primum errorem : nec tamen eis debetur per se, ratione status sui, inquantum sunt Vicarii Christi et Apostolorum successores, contra secundum errorem. Sed eis convenire potest habere talia, si eis ex devotione collata fuerint vel aliunde, justo titulo acquisierint ». Cf. id., The Conciliarist Tradition, Oxford 2003, p. 70 qui renvoyant au Tract. De eccl. pot. – sans doute le texte conciliariste le plus abouti de Pierre d’Ailly, (ici Dupin II, 946) – remarque sur le rôle des cardinaux le parallèle avec le texte de Jean Quidort (Tractatus de potestate, c. 19). Cf. aussi G. Briguglia, Giovanni Quidort di Parigi-Egidio Romano. Il potere del re e il potere del papa. Due trattati medievali, (éd. et trad.), Milan 2009.

81 Cf. I. Murdoch, Critical Edition of Pierre d’Ailly’s Abbreviatio dyalogi Okan, (PhD Monash University Thesis 1981), pp. iii-iv, xix-xxi. Je remercie la bibliothèque de Monash de m’en avoir fourni une copie.

82 Pour ces points, cf. les explications d’Oakley, The Political Thought, pp. 178-180 et 201-203 sur l’extrait suivant de l’Abbreviatio dyalogi Okan ( = tract. III, lib. 3, c. 6, éd. Murdoch, p. 121, ll. 62-65) : « Sextum capitulum ostendit quod extendendo ius divinum ad omne ius naturale, Romani ex iure divino habent ius eligendi summum pontificem. Et ibi nota distinctionem de iure naturali valde bonam ». Ce passage reprend en effet à la lettre Ockham, Dialogue, III, 2, 3, 6 et en atteste comme d’une bonne distinction. Oakley (p. 179) remarque toutefois qu’il faut se garder de considérer l’ensemble des traités politiques de Pierre d’Ailly comme un corpus, où l’auteur aurait maintenu une terminologie absolument systématique – certains concepts, comme celui de « loi commune », pouvant varier au gré des sujets traités.

83 Cf. Abbreviatio, tract. I, lib. 3, c. 3, ll. 12-19. Murdoch (p. XXXIII et p. 16) constate que Pierre d’Ailly usera de l’extrait du Dialogue I, 2-3, dans un autre sens qu’Ockham, pour défendre Benoît XIII suspecté d’hérésie.

84 Sur les recours tacites au Dialogue III par Pierre d’Ailly, cf. A.E. Roberts, « Pierre d’Ailly and the Council of Constance : A Study in ‘Ockhamite’ Theory and Practice », Trans. Royal Hist. Soc., 4th ser. 18 (1935), pp. 123-142 ; relativement aux différents accents apportés par d’Ailly, notamment au sujet des cardinaux dans le De potestate ecclesiastica (éd. Dupin II, surtout col. 937), cf. Murdoch, Critical Edition, pp. xxxvi-xxxvii et 121.

85 Cf. Abbreviatio, tract. III, lib. 3, c. 15, ll. 173-181, ici ll. 177-179 : « Ibi (nota) quod omnes scismatici quamdiu sunt scismatici non sunt capaces ecclesiasticarum dignitatum » et les remarques de Murdoch, ibid., p. 126.

86 Pierre d’Ailly réfute la théorie du dominium de Fitzralph, précisément en citant le Dialogue d’Ockham (en italique). Cf. Abbreviatio dyalogi Okan, (Murdoch, pp. XXXI-XXXII et pp. 103-104) : tract. III, lib. I, c. 24, ll. 194-206 : « 24um capitulum improbat predictam 3am opinionem ostendendo quod duo dicit : primum, quod imperium est a papa ; secundum, quod nullum potest esse verum imperium nisi a papa. Et primum ostendit esse falsum, secundum vero esse hereticum. Et hoc probat ex scriptura, quia plures non Christiani fuerunt imperatores veri, et quod potest competere infidelibus. Ibi (nota) quod Paulus fuit civis Romanus ex Romanorum concessione. Ibi (nota) de Iuliano apostata et heretico. Utrum heretici habeant dominium, dicit quod sic de iure communi antequam ius positivum esset de hoc factum. Et nota contra Armachanum totum capitulum ». Comme le précise Murdoch (p. 104), d’Ailly reprendra cette critique, ainsi que les arguments livrés par la 3e partie du Dialogue d’Ockham, dans son Utrum indoctus in iure divino possit praeesse in ecclesiae regno.

87 Rathmann, Geschehen und Gesichten des Konstanzer Konzils, pp. 96-97, surtout n. 99 suggère que dans son De schismate, (De schismatibus auctoritate imperatoris tollendis seu De schismate pontificum tractatus [De eius temporis schismate tractatus]) le canoniste padouan Zabarella pourrait s’être inspiré du Defensor Pacis de Marsile de Padoue – en considérant par exemple le passage du Defensor Pacis I, 12.

88 Oakley, The Political Thought, pp. 198-211, l’a démontré en détail et a dressé une liste de ces sources.

89 Cf. De reformatione, cons. 6, (p. 374, n. 62) et les identifications établies par les éditeurs (supra, n. 16).

90 Kreuzer (supra, n. 20) soutient cette dépendance à l’endroit d’Henri de Hesse, alors qu’Oakley, The Political Thought, p. 201, n. 13, l’avait réfutée.

91 Cf. Miethke/Weinrich, Quellen zur Kirchenreform, p. 368, n. 53 et pp. 484-497.

92 De reformatione, cons. 2, (pp. 352-354) : « Hic autem propter dictos excessus dudum quandam opinionem recitavi, quam nuper in tractatu De ecclesiastica potestate tamquam erroneam reprobandum esse declaravi, videlicet quorundam detractorum Romane ecclesie, qui in eius odium, pretextu quorundam abusivum, statum cardinalium quasi inutilem vel dampnosum nec ab apostolis vel conciliis institutum et sine causa racionabili usurpatum, tamquam onerosum ecclesie exstirpandum esse dixerunt, sicud olim de statu corepiscoporum factum esse legitur (LXVIII di. c. Corepiscopi) ».

93 Cf. D. Hobbins, « The Schoolman as Public Intellectual: Jean Gerson and the Late Medieval Tract », The American Historical Review 108.5 (2003), p. 1326, où il renvoie pour le détail à sa thèse Beyond the Schools: New Writings and the Social Imagination of Jean Gerson (PhD dissertation, University of Notre Dame 2002), pp. 365-367. (http://www.historycooperative.org/journals/ahr/108.5/hobbins.html.)

94 Cf. De legibus, (Gerson, Opera omnia I, col. 785) <quartum capitulum> : « Sexto, dicit iste Doctor [Bacon] quod quia credimus quod post Legem Machometi nulla Secta veniret, nisi Lex Antichristi, et Astronomi similiter in hoc concordant quod erit aliquis potens, qui Legem faedam et magicam constituet post Mahometum […] ».

95 Cette évolution à l’égard de Roger Bacon est décrite par Smoller, History, pp. 54-57.

96 Certaines des interprétations de Pierre d’Ailly sur l’astrologie ou l’histoire de l’Église seront reprises par Tiberio Russilliano, qui améliorera également quelques-uns de ses calculs sur les conjonctions – voir P. Zambelli, « Aristotelismo eclettico o polemiche clandestine ? Immortalità dell’anima e vicissitudini della storia universale in Pomponazzi, Nifo e Tiberio Russilliano », dans O. Pluta (éd.), Die Philosophie im 14. und 15. Jahrhundert. In memoriam Konstanty Michalski (1879-1947), Amsterdam 1988, p. 563 et supra n. 36.

97 Murdoch (pp. xliii-xlvi) note que l’Abbreviatio Dyalogi Okan, description retenue par plusieurs colophons, fut aussi ornée de l’inscription Tabula dialogi Ocham compilata per cardinalem Petrum de Alliaco (ms. Paris, Arsenal 517, f. 1).

98 Cf. E. Marmursztejn, L’autorité des maîtres. Scolastique, normes et sociétés au XIIIe siècle, Paris 2007.

99 Cf. Miethke, Die Konzilien als Forum, pp. 736-773.

100 Compendium contemplationis, tract. II, c. 2, col. 1 (Tractatus et sermones, Jordanus de Quedlinburg Strasbourg 1490, réimp. Francfort 1971), où il invoque I Cor 13 au côté de la pastorale de Grégoire. Glorieux, L’œuvre littéraire, p. 68 précise que le Compendium contemplationis devrait être situé après 1408. Comme le souligne Hasenohr, La société ecclésiale, pp. 218-219, Jean Gerson accorde pour sa part un statut de perfection à la vie mixte – contemplative et active – des prélats, notamment dans le De comparatione vite contemplative ad activam (Glorieux, t. III, p. 74).

101 Cf. Compendium contemplationis, ibid. : « summopere cavendum est ne religiosus praelationis sollicitudinem velut infructuosam despiciat, vel praelatus religionis solitudinem velut inutilem contemnat » ; voir à ce sujet E. Vansteenberghe, « Pierre d’Ailly », Dictionnaire de spiritualité, coll. 258-259.

102 Cf. Apologia concilii Pisani contra tractatum domini Bonifacii quondam prioris Carthusiae, (Tschackert, 1877), p. [31] : « Noverit caritas vestra me, sacri vestri ordinis zelatorem, quendam vidisse tractatum a domino Bonifacio, quondam priore Carthusiae, compositum, si tamen compositio dici posset ubi non est ordo, sed inordinatus horror horrendaque confusio. […] de tractatu praedicto tres conclusiones affirmabo. Prima est quod est praesomptuosus ; secunda est, quod est injuriosus ; tertia est quod est seditiosus et per consequens non solum vestrae religionis, sed totius ecclesiae universalis paci et unitati periculosus et adversus ».

103 Oakley, The Conciliarist Tradition, Oxford 2003, pp. 68-82, indique la dépendance presque verbatim de Denys le Chartreux (De auctoritate summi pontificis et generalis concilii, xxxvi, 615 ; 624-625) par rapport aux idées développées à Constance par Pierre d’Ailly (ibid., p. 68, n. 25). Denys le Chartreux citera en certaines occasions Pierre d’Ailly sous le vocable de « doctor exiiusm ». Cf. Salembier, Le cardinal, p. 290.

104 Finke, Forschungen und Quellen, p. 132. Cf. également Frenken, Gelehrte auf dem Konzil, p. 125 : « Die Herstellung der Union sollte das Lebenswerk von d’Ailly und Zabarella werden […] ».

105 Guenée, Entre l’Église et l’État, p. 299.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Ribordy, « Auctoritas magnorum doctorum », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 325-351.

Référence électronique

Olivier Ribordy, « Auctoritas magnorum doctorum », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1692 ; DOI : 10.4000/rsr.1692

Haut de page

Auteur

Olivier Ribordy

Université de Fribourg (Suisse)

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page