Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’ensemble de contributions qui suit est le résultat d’un colloque international qui eut lieu les 9-11 décembre 2010 à Freiburg-Bg dans le cadre du programme de recherche quadriennal « Autorité et magistère : rôle et influence des théologiens à la fin du Moyen Âge », financé par la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA). Le pluriel dans l’intitulé n’est pas sans signification : par là, nous avons voulu souligner la diversité des modèles d’autorité magistrale au Moyen Âge tardif. Conçu comme une « galerie de portraits » du théologien médiéval, cet ensemble d’études se place dans la période qui va du concile de Constance (1414-1418) au concile de Bâle (1431-1449), soit, en gros, le demi-siècle entre 1400 et 1450. Le choix des conciles n’est pas fortuit. À la fois « marchés littéraires » et lieux de diffusion de l’opinion publique, les conciles du XVe siècle s’imposent comme théâtres idéaux de l’action magistrale dans toute sa diversité.

2Dans une première rencontre, les membres du groupe avaient déjà entrepris d’examiner les grandes lignes de l’historiographie sur Constance, afin d’en dégager « les usages politiques du savoir » des théologiens présents au concile. Dans la littérature traditionnelle, les dimensions institutionnelle et ecclésiologique l’emportent. La causa unionis et la causa reformationis ont de loin été favorisées en faisant l’objet de nombreuses études centrées pour la plupart sur le développement d’une théorie conciliariste, tantôt d’un point de vue ecclésiologique, concernant la structure de l’Église dans la relation entre le pape et le concile, tantôt dans la perspective de l’histoire politique, en insistant sur l’influence non négligeable que les idées conciliaristes auraient eu sur le développement d’un parlementarisme séculier. La figure du maître, dans toute son individualité, est moins présente. Les personnalités marquantes du concile, des théologiens comme Pierre d’Ailly, Jan Hus, ou Jean Gerson, ou des juristes comme Francesco Zabarella et Guillaume Fillastre, pour ne pas mentionner les figures mineures, sont presque toujours perçues comme représentants d’une identité collective, d’un consensus ou d’une corporation, universitaire ou ecclésiastique.

3Concentrant le regard sur les acteurs du concile, cette première rencontre nous a livré un constat : l’autorité du théologien médiéval est polymorphe et plurielle. La figure du maître et les formes que prend son autorité se déclinent selon qu’il appartient à une Nation ou à une autre, selon son rang hiérarchique ou sa réputation intellectuelle, selon ses convictions politiques ou son ecclésiologie, voire selon ses intérêts littéraires. À la lumière de ses premières recherches, notre programme s’est donc proposé de combler un vide dans l’historiographie par le biais d’une question qui ne prend pas les conciles comme objet direct d’étude, mais comme vecteur d’une nouvelle réalité socioculturelle : le maître, ou peut-être vaudrait-il mieux ici recourir au terme d’ « intellectuel », comme figure publique consciente de son image et du pouvoir qu’il détient dans l’exercice de son savoir. Constance et Bâle représentent un carrefour intellectuel et culturel qui situe nos maîtres dans un théâtre d’action très différent de celui de l’Université de Paris du XIIIe siècle. Les doctores et hommes de lettres présents aux conciles visent un rayonnement intellectuel beaucoup plus large et une diffusion d’idées qui dépasse le contexte et la langue universitaire pour atteindre un public plus vaste, souvent en langue vulgaire, par le moyen de sermons, de traités ou de lettres.

4En effet, nous assistons dans cette première moitié du XVe siècle à une mutation de la figure du maître médiéval. Ni tout à fait scolastique (puisqu’il exerce son savoir en dehors des murs de l’Université) ni partie prenante d’une valorisation « humaniste » du savoir profane qui serait distinct du savoir chrétien (puisqu’il est conscient et fier de son statut en tant que théologien), le maître est réticent à toute catégorisation époquale. Il perd l’uniformité corporative qu’il est censé avoir revêtu avec la première conquête d’autonomie universitaire, pour acquérir un visage plus individuel et sensible aux spécificités « nationales ». Ce tournant aura par ailleurs des effets érosifs vis-à-vis des frontières traditionnelles entre clercs et laïcs. La classe cléricale n’est plus détentrice d’une hégémonie intellectuelle : amateurs des lettres antiques, poètes et orateurs revendiqueront une bonne partie de la vie culturelle. Cette diversification des figures d’autorité intellectuelle redéfinit à son tour leur champ de normativité et la notion d’hétérodoxie, voire d’hérésie. C’est que nous oublions souvent que tant le chancelier de Paris Jean Gerson que le dissident Jérôme de Prague incarnaient des idéaux d’autorité magistrale qui comportaient chacune une crédibilité propre appelant à l’adhésion.

5Ce sont ces figures du maître, dans leurs conditions et lieux d’émergence propres, que nous nous sommes proposés d’explorer dans ce deuxième colloque, dont nous présentons les résultats en partie dans ce volume de la revue, la suite devant paraître dans le numéro de janvier 2012. Que ce soit par le biais de sermons, d’échanges épistolaires, de traités théoriques, voire de poèmes, le discours du maître (mais aussi celui de ses disciples, de ses émules ou de ses adversaires) laisse transparaître l’usage politique qu’il fait de son savoir et la façon dont il gère son image d’autorité face aux autres instances de pouvoir. Plutôt que de simples biographies intellectuelles, nous avons cherché à constituer des « miroirs des maîtres » en privilégiant les sources qui nous transmettent, directement ou indirectement, la façon dont le maître en question, qu’il soit théologien ou canoniste, percevait son rôle et l’autorité propre à sa profession.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Iribarren, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 85/3 | 2011, 321-323.

Référence électronique

Isabel Iribarren, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/3 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1691

Haut de page

Auteur

Isabel Iribarren

Faculté de théologie catholique
Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page