Navigation – Plan du site
Recensions

Marie-Geneviève Missègue, Des maux de l’Église à ses mots d’espérance. L’a-venir du prêtre

Lethielleux, Paris 2011, 238 p.
Anne Bamberg
p. 105-106
Référence(s) :

Marie-Geneviève Missègue, Des maux de l’Église à ses mots d’espérance. L’a-venir du prêtre, Lethielleux, Paris 2011, 238 p.

Texte intégral

1Ce premier livre en introduit encore deux autres – L’a-venir de l’Homme, homme et femme et L’a-venir de l’Église – et met en lumière l’identité du prêtre, « question cruciale pour notre Église » (p. 11). Il apporte des réponses à bien des questions que, bouleversés par les maux de l’Église catholique, on se pose à l’intérieur comme à l’extérieur de l’institution. Maux et pratiques répréhensibles sont aujourd’hui révélées au grand jour. Face aux scandales, certains de nos contemporains ont parfois du mal à reconnaître les qualités et le dévouement des prêtres. L’A. ne désespère pas, elle aide à réfléchir et sa manière riche d’aborder le sujet redonne espérance. « Le malaise est grand aujourd’hui dans notre Église, dit-elle p. 101, mais elle a en elle la source du sens ».

2L’ouvrage, préfacé par le P. Gilbert Caffin sous le titre Remettre les pendules à l’heure, constitue une analyse de fond abordant ici, en un premier chapitre, la question centrale du prêtre et du sacré. Ce chapitre intitulé De l’origine les maux de l’Église met l’accent sur la perte de la dimension spirituelle, la fonctionnalité, le juridisme que l’A. qualifie d’« outrancier », de « souverain » en particulier en ce qui regarde les sacrements de l’ordre et du mariage (p. 92-93). Le second chapitre part Du sens des mots pour sauver des maux et le troisième traite Des mots qui ont du sens pour aujourd’hui. L’accent est mis sur le ressourcement avec Jésus pour l’a-venir du prêtre et sur la rencontre de Dieu et de l’Homme ; sur la condition de serviteur et sur la communauté des disciples en tant qu’inverse de la classification binaire clercs-laïcs ; sur l’appel adressé à chacun et chacune, le prêtre n’étant qu’une vocation parmi d’autres au service du Royaume et de l’Église…

3Le premier tome est d’une lecture particulièrement agréable. L’écriture est aussi savoureuse que forte ; un langage de foi, d’espérance et d’amour. On apprécie des passages tel ceux sur l’humilité « fondement de tout » (p. 140), la sainteté qui seule fait ressembler au Christ et permet de « le représenter » (p. 143), la prière personnelle vue comme « condition inamovible de toute mission » (p. 174). Et, si on attend bien la suite, on n’omettra pas, comme le conseille l’A. au terme du premier livre (p. 233), « de poursuivre la réflexion, dans la prière, dans le partage avec d’autres ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bamberg, « Marie-Geneviève Missègue, Des maux de l’Église à ses mots d’espérance. L’a-venir du prêtre », Revue des sciences religieuses, 86/1 | 2012, 105-106.

Référence électronique

Anne Bamberg, « Marie-Geneviève Missègue, Des maux de l’Église à ses mots d’espérance. L’a-venir du prêtre », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/1 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/1648

Haut de page

Auteur

Anne Bamberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page