Navigation – Plan du site
Recensions

P de Lauzun, L’avenir de la démocratie. Politique I

F.-X. de Guibert, Paris 2011, 260 p.
Marc Feix
p. 104-105
Référence(s) :

P. de Lauzun, L’avenir de la démocratie. Politique I, F.-X. de Guibert, Paris 2011, 260 p.

Texte intégral

1Pierre de Lauzun, polytechnicien et énarque, connu pour ses ouvrages sur l’économie, propose une réflexion sur l’avenir de la démocratie. Il s’était naguère penché sur les rapports entre « chrétienté et démocratie » dans un ouvrage paru aux éditions Téqui en 2003. Il aborde à présent les fondements du politique.

2La première partie de son ouvrage s’attache à retracer l’histoire de la démocratie, d’Athènes à nos jours en passant par les temps modernes. Assurément informé, l’auteur fourni dans cette partie une synthèse du développement du concept de démocratie à travers le temps, mais aussi des contextes historiques déterminants : Athènes, la France avec la Révolution de 1789, les États-Unis avec le libéralisme, l’Allemagne avec sa période romantique. En à peine 70 pages, Pierre de Lauzun nous offre une généalogie d’un concept, utile pour l’initiation, qui pourra être complétée du point de vue scientifique par les travaux au Collège de France de Pierre Rosanvallon sur l’histoire moderne et contemporaine du politique, ou encore les travaux sur la démocratie comme philosophie politique de Jean Baechler ou Claude Lefort.

3Après avoir posé le socle, l’auteur propose une réflexion anthropologique dans une deuxième partie. Il montre combien la généalogie exposée dans la première partie influence la réflexion sur l’homme et sur les valeurs aujourd’hui. Quelles peuvent être les valeurs qui permettent de construire une société ? Sont tour à tour interrogés, les droits de l’homme, le matérialisme, l’égalité, la vie en société, les valeurs et l’économie… À ce propos, le chapitre 3 est le plus significatif, consacré au relativisme dans les sociétés démocratiques occidentales de la fin du XXe siècle. Une réflexion sur les valeurs qui conditionnent le vivre-ensemble en société doit-elle nécessairement aboutir au relativisme ?

4Dans une troisième partie, l’auteur réinvestit les rapports entre l’individu, l’État et la communauté politique, oppose totalitarisme et bien commun, constate et décrit la crise du système de démocratie représentative, l’émergence de la démocratie participative et l’adaptation de la norme démocratique aux évolutions de l’histoire. Tout cela pour envisager la démocratie dans un contexte de mondialisation, malgré le risque de l’atomisation du social et du politique qui la caractérise. Se dessinent ainsi de nouveaux horizons, assez sombres, puisque l’auteur envisage concrètement la dissolution possible de la démocratie réelle et la fin du politique (démocratique) si l’on ne songe à sortir de la matrice de ce qui a constitué jusqu’à présent le vivre ensemble et son mode de gestion. Du coup, les solutions paraissent bien fragiles et modestes face aux enjeux dépeints.

5On pourrait rester sur sa faim, si l’auteur n’en était pas conscient et n’annonçait pas un ouvrage à venir pour poursuivre cette réflexion. Le fait même, du point de vue éditorial, de proposer un sous-titre numéroté en est l’indice : Politique I. Dans un épilogue, Pierre de Lauzun est plus explicite encore, invitant à penser une éthique ou une morale objective et l’autonomie des sujets éthiques dans le cadre de communautés multiples : de la famille à la nation. « Il s’agit d’agencer au mieux la vie collective d’une communauté donnée en fonction de son Bien commun, qui associe inévitablement des réalités variées, autonomes, et mutuellement bénéfiques, en évitant ou maîtrisant leurs inévitables conflits. Compris ainsi, un ordre politique comporte nécessairement une participation active du grand nombre » (p. 251). On attend avec impatience cette nouvelle livraison qui devra articuler dans une recherche du bien commun les rapports entre majorité et minorité, intérêt général et intérêts particuliers, consensus et dissension, etc. Face à l’objectivation des normes, censées répondre à la tentation du relativisme, pourra-t-on envisager le compromis politique en démocratie autrement que comme une compromission et/ou une trahison ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « P de Lauzun, L’avenir de la démocratie. Politique I », Revue des sciences religieuses, 86/1 | 2012, 104-105.

Référence électronique

Marc Feix, « P de Lauzun, L’avenir de la démocratie. Politique I », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/1 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1646

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page