Navigation – Plan du site
Recensions

Patrice Cambronne, Saint Augustin. Un voyage au cœur du temps. 1. Une histoire revisitée. Une introduction à La Cité de Dieu, I-X ; 2. Le Temps des Commencements. Une introduction à La Cité de Dieu, XI- XVI, 11

Coll. « Imaginaires et Écritures », Presses de l’Université de Bordeaux, Pessac, 2010 et 2011, 253 p. et 381 p.
Françoise Vinel
p. 101-102
Référence(s) :

Patrice Cambronne, Saint Augustin. Un voyage au cœur du temps. 1. Une histoire revisitée. Une introduction à La Cité de Dieu, I-X ; 2. Le Temps des Commencements. Une introduction à La Cité de Dieu, XI- XVI, 11, coll. « Imaginaires et Écritures », Presses de l’Université de Bordeaux, Pessac, 2010 et 2011, 253 p. et 381 p.

Texte intégral

1Un troisième volume, consacré aux livres XVII à XXII de la Cité de Dieu, est encore à paraître, mais P. Cambronne retient d’emblée l’attention de son lecteur. C’est bien plus, on s’en doute, qu’une introduction à la somme augustinienne, déjà abordée de multiples manières dans des parutions antérieures, et l’A. écrit pour un « large public cultivé » – puisse-t-il être exaucé ! Deux conséquences au moins en résultent pour la présentation et la rédaction de l’ouvrage : toutes les notes, très nombreuses et utilement érudites, sont reportées à la fin de chaque volume (p. 149-250 pour le vol. I ; p. 215-375 pour le vol. II) et le texte lui-même, offert à une lecture continue, contient les rappels, historiques ou littéraires, et les explications nécessaires. L’objectif de la nouvelle collection « Imaginaires et écritures », inaugurée avec cette publication, est de « promouvoir les livres sur l’imaginaire ». Une représentation de la création et de son histoire, tel serait l’imaginaire augustinien déployé, déplié pour nous par l’A., mais croisé aussi avec d’autres chefs-d’œuvre, et tout particulièrement La Légende des siècles. Dans une telle perspective, la portée théologique de la Cité des Dieu paraît un peu minorée, au bénéfice d’un éloge de sa force poétique.

2En préfaçant chacun des deux volumes, le professeur Carlos Lévy part du constat de la difficulté de la Cité de Dieu et il le dit sans détours : « Inutile de se voiler la face, la Cité de Dieu est devenu quasiment illisible au regard des critères actuels, en raison de sa longueur et de la densité des strates de tout ordre qui s’y trouvent accumulées » (vol. I, p. 11) — ce n’est guère encourageant mais cela légitime l’intention de P. Cambronne. Les trois tomes de son étude reprennent le découpage habituellement admis de la Cité de Dieu (I-V ; XI-XVI ; XVII-XXII).

3En scrutant l’archéologie de la Cité de Dieu avec toute sa connaissance de la littérature latine et des œuvres d’Augustin, P. Cambronne propose une (re)définition des lignes de force de celles-ci. Deux s’imposent : la place continue, suggère-t-il, de la parabole du bon grain et de l’ivraie et, d’autre part, le « trajet » ou l’accomplissement qui tient liées les Confessions et la Cité de Dieu.

On ne fera place dans le cadre de cette recension qu’aux traits principaux des volumes I et II :

Volume I : Une histoire revisitée

4En « revisitant » l’histoire de Rome, de son empire et de ses dieux – les trois termes étant étroitement liés – Augustin est guidé par une question polémique : quel a été le rôle des dieux sur le cours des événements ? En n’hésitant ni à citer des passages ni à synthétiser pédagogiquement son étude sous forme de tableaux, l’A. montre les sources d’Augustin, sa bonne connaissance des historiens romains mais aussi la façon dont il analyse le détail des événements et « construit ainsi pas à pas son appréciation de l’histoire de Rome ». Histoire et apologétique ne cessent de se rejoindre et les malheurs récurrents qui frappent Rome sont le signe de l’infidélité et de l’impuissance des dieux – une manière de répondre aux accusations portées contre le Dieu des chrétiens lors du sac de Rome de 410. La période impériale occupe l’essentiel des pages (p. 66-146), surtout à partir de l’avènement des « tempora christiana ». Les analyses du texte augustinien se doublent de rappels historiques et de la présentation de thématiques qui font surgir d’autres œuvres d’Augustin, par ex. les Confessions à propos de la Justitia (p. 125s.).

Volume II : Le Temps des Commencements

5Les deux premiers chapitres du volume II sont essentiels pour la définition du projet augustinien : le choc de la prise de Rome est davantage, suggère l’A., un catalyseur que la cause de la rédaction de la Cité de Dieu, qui apparaît bien plus comme l’aboutissement de tous les écrits précédents – et d’abord des Confessions, « un miroir en abyme » (p. 67-78).

6Dès lors, l’étude de P. Cambronne se nourrit autant de passages de la Cité de Dieu que de recours à d’autres œuvres. Retenons en particulier la place prise par le traité Sur la Genèse au sens littéral. S’arrêtant aux principes d’interprétation des récits des origines, l’A. prend le parti de proposer une formalisation des différents analogies suggérées par la lecture allégorique (p. 91 s. ; et déjà de même dans le vol. I, pour la réflexion opposant destin et providence, I p. 143-146), puis les réflexions augustiniennes sur la création de l’homme et sur la nature de l’âme sont l’occasion de multiples parallèles avec la littérature gnostique, philonienne et patristique (p. 119-155) — c’est peut-être un des risques avec une matière aussi ample : l’oubli par le lecteur du fil conducteur d’une lecture continue de la Cité de Dieu.

7L’épisode de la tour de Babel, au livre XVI, est traité très rapidement (p. 210-212) et une « conclusion d’attente » annonce l’analyse des livres XVII-XXII, d’Abraham au Christ et aux derniers temps : « Du Temps des promesses aux Temps de la Fin », tel sera le titre du dernier volet de l’étude de P. Cambronne – les deux premiers en annoncent déjà la richesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Patrice Cambronne, Saint Augustin. Un voyage au cœur du temps. 1. Une histoire revisitée. Une introduction à La Cité de Dieu, I-X ; 2. Le Temps des Commencements. Une introduction à La Cité de Dieu, XI- XVI, 11 », Revue des sciences religieuses, 86/1 | 2012, 101-102.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Patrice Cambronne, Saint Augustin. Un voyage au cœur du temps. 1. Une histoire revisitée. Une introduction à La Cité de Dieu, I-X ; 2. Le Temps des Commencements. Une introduction à La Cité de Dieu, XI- XVI, 11 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/1 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1642

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page