Navigation – Plan du site
Recensions

Jérôme, Les hommes illustres, Introduction, traduction, notes et glossaire par D. Viellard | Jérôme, Lettre 22 à Eustochium, De virginitate servanda, Introduction, traduction et commentaire par P. Laurence

Coll. Les Pères dans la foi n° 100, Éditions J.-P. Migne, Paris 2009 | Coll. Spiritualité monastique, Éditions de Bellefontaine, Bégrolles-en-Mauge 2011
Françoise Vinel
p. 97-98
Référence(s) :

Jérôme, Les hommes illustres, Introduction, traduction, notes et glossaire par D. Viellard, coll. Les Pères dans la foi n° 100, Éditions J.-P. Migne, Paris 2009.

Jérôme, Lettre 22 à Eustochium, De virginitate servanda, Introduction, traduction et commentaire par P. Laurence, coll. Spiritualité monastique, Éditions de Bellefontaine, Bégrolles-en-Mauge 2011.

Texte intégral

1En traduction seulement, mais avec abondance de notes et de commentaires, ces deux volumes donnent accès à deux œuvres importantes de Jérôme.

2L’opuscule Les hommes illustres est daté de 393 et son titre évoque la tradition littéraire gréco-latine, l’œuvre de Suétone publiée sous ce titre au début du 2e siècle et plus encore, de l’aveu même de Jérôme, le Brutus de Cicéron. Mais s’il a bien conscience de s’insérer dans un genre littéraire déjà codifié, Jérôme prend soin dans sa préface de souligner une différence : il innove en dressant la liste des écrivains chrétiens, même si l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe lui est « d’un très grand secours ». Cent trente cinq notices composent l’ouvrage, selon un ordre approximativement chronologique, la dernière étant consacrée à Jérôme lui-même, dans laquelle il donne une liste de ce qu’il a déjà écrit. Car c’est un des aspects qui a fait le succès de cette œuvre : il mentionne pour chaque écrivain une liste de leurs écrits (en renvoyant cependant à sa Lettre 33, adressée à Paula, pour les œuvres d’Origène). La dimension polémique du catalogue ne fait pourtant pas de doute : aux païens, « Celse, Porphyre, Julien », nommés dans la préface (§ 7), il s’agit de démontrer l’existence d’une riche littérature chrétienne, réponse aux accusations d’ignorance et de « rusticité » par ceux qui se présentent comme philosophes et sages. L’introduction et les annotations de D. Viellard, traductrice du texte, aident le lecteur à décrypter ces aspects polémiques et ce qui se cache dans tel silence ou au contraire telle insistance (p. 47-48). Alors qu’il fait place à divers hérétiques, ce qu’Augustin lui reprochera, Jérôme « oublie » l’Ambrosiaster, Augustin, Rufin, Jean de Jérusalem, Évagre… : il ne les porte pas dans son cœur et préfère développer, souligne l’A., la présentation de ceux qu’il admire. Pour mettre à la disposition d’un large public cette œuvre précieuse pour l’histoire de la littérature chrétienne ancienne, l’A. fait figurer en fin de volume un tableau chronologique (p. 193-198) et un lexique auquel on peut cependant reprocher d’être assez simplificateur, par ex. sur le millénarisme ou les différentes entrées se rapportant à la crise arienne, ce qui est un peu dommage.

3La traduction française par J. Labourt de la Correspondance de Jérôme, publiée en huit volumes dans la collection des Universités de France entre 1949 et 1963, reste un ouvrage de référence pour les lecteurs francophones… et qui se lancerait dans la révision d’une traduction quelque peu vieillie ? Yves-Marie Duval avait entrepris ce travail pour la Lettre 22, longue lettre de 41 paragraphes, petit traité sur la virginité, connu pour l’écho qu’il reçut dans l’aristocratie romaine lorsqu’il fut rendu public en 384 ; Y.-M. Duval envisageait aussi une réédition critique du texte. À la suite du décès d’Y.-M. Duval, P. Laurence s’est chargé de mener à terme ce projet, du moins pour la traduction et le commentaire. La traduction occupe les pages 63 à 113, suivie d’un commentaire par paragraphes, en grande partie œuvre d’Y.-M. Duval, puis de la reproduction d’un article de P. Laurence, « L’Épître 22 de Jérôme et son temps », d’abord paru en 2000 dans les Actes d’un Colloque consacré au genre épistolaire antique. Cet article, en complément à l’introduction du volume, fait comprendre comment l’objet même de la Lettre à la jeune Eustochium, l’appel à l’idéal monastique, pouvait choquer la haute société romaine, d’autant que Jérôme y manie la satire de grandes familles aux mœurs relâchées – Jérôme s’en prenant tout spécialement aux matrones romaines – et au fonctionnement de caste. De son côté, le commentaire suivi de la lettre (p. 117-306) offre des précisions sur maintes expressions du texte latin mais surtout donne au lecteur la possibilité de circuler dans toute l’œuvre de Jérôme ainsi que dans les autres écrits chrétiens sur la virginité et les différents états de vie. La richesse de ces pages donne tout son sens à la publication séparée de la Lettre 22 dans la collection « Vie monastique » des éditions de l’Abbaye de Bellefontaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Jérôme, Les hommes illustres, Introduction, traduction, notes et glossaire par D. Viellard | Jérôme, Lettre 22 à Eustochium, De virginitate servanda, Introduction, traduction et commentaire par P. Laurence  », Revue des sciences religieuses, 86/1 | 2012, 97-98.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Jérôme, Les hommes illustres, Introduction, traduction, notes et glossaire par D. Viellard | Jérôme, Lettre 22 à Eustochium, De virginitate servanda, Introduction, traduction et commentaire par P. Laurence  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/1 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/1636

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page