Navigation – Plan du site

Entre contestations et accommodements (1850-1960) : la présence des sœurs congréganistes dans l’enseignement public en alsace

François Igersheim
p. 51-69

Résumés

La loi Falloux institue l’école confessionnelle pour les garçons et pour les filles. Les municipalités catholiques alsaciennes confient très majoritairement l’enseignement des filles aux congrégations de sœurs enseignantes. Après une période de conflit, le gouvernement allemand de l’Alsace-Lorraine annexée organise le partage des écoles catholiques des filles, astreintes à l’enseignement obligatoire depuis 1871, entre congréganistes – qui ont accepté les exigences de certification – et laïques catholiques, formées dans des Écoles normales de filles, fondées à partir de 1873. Ainsi se dessine un modèle nouveau auquel Église, municipalités, fidèles et les partis politiques qu’ils mandatent, vont tenir envers et contre tout, en particulier dans l’entre-deux-guerres où l’Alsace conserve « son statut scolaire local ». Après une période d’interdiction sous le régime nazi, les congréganistes réintègrent les écoles publiques. Les formulations constitutionnelles de 1946 (et de 1958), considérées comme compatibles avec le régime religieux et scolaire de l’Alsace et de la Lorraine, assurent le maintien des postes et écoles congréganistes pour l’enseignement des filles. Mais l’explosion démographique et la baisse du recrutement congréganiste entrainent la fin de ce modèle ; l’école publique devient à la fois mixte et interconfessionnelle, et la très grande majorité des enseignantes sont laïques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article n’a pas pu paraître dans le numéro d’octobre 2011 de la Revue des Sciences Religieuses, mais il fait évidemment partie du dossier réuni sous le titre « Sœurs d’école en Alsace » (voir Liminaire, RevSR 85-4, p. 471-473).

Texte intégral

Nous remercions chaleureusement les sœurs Ingwiller, Rauner et Beyer ainsi que M. le Chancelier Xibaut de l’Archevêché de Strasbourg qui m’ont ouvert les archives de la Congrégation des Sœurs de Ribeauvillé et celles de l’Evêché de Strasbourg sans restrictions.

  • 3 F. Igersheim, « La politique scolaire allemande en Alsace-Lorraine », Recherches germaniques, N 5/1 (...)

1Les Allemands n’avaient pas attendu le traité par lequel la France leur rétrocédait l’Alsace-Lorraine, le 10 mai 1871 pour y installer leur système scolaire. Dès le 18 avril 1871, le gouvernement d’occupation introduit en Alsace-Lorraine l’école obligatoire pour les filles et les garçons, Après une période de flottement, il maintient aussi le régime scolaire français antérieur, fixé par la loi Falloux, qui institue l’école publique confessionnelle et dans les communes importantes, la séparation des sexes3. Les instituteurs et institutrices sont nommés par les recteurs, après un avis du Conseil municipal qui est seulement consultatif, mais le plus souvent déterminant. Or les Conseils municipaux des communes catholiques choisissent, pour l’enseignement des filles, des sœurs congréganistes. Avec la multiplication des postes d’enseignantes, cette pratique conduit à la création d’écoles congréganistes : directrices et enseignantes sont toutes sœurs d’une des congrégations reconnues. Leur rémunération est fixée au cas par cas par accord entre la Congrégation et la municipalité. En Alsace, avant 1870, l’enseignement public des filles (15000) dont le taux de scolarisation représente 50 % de celui des garçons (38 000) est largement confié aux congréganistes. Pourvues d’une lettre d’obédience délivrée par les supérieures de leurs congrégations, elles sont en outre dispensées de brevet de capacité exigé des institutrices laïques. Mais une vive contestation s’était déjà manifestée avec la fondation en 1866 de la Ligue de l’enseignement par Jean Macé à Beblenheim avec des sections à Colmar, Mulhouse et Paris : leur campagne contre l’enseignement congréganiste aboutira tôt ou tard à l’exclusion des congréganistes de l’enseignement public. Mais entre-temps, l’Alsace-Lorraine est annexée à l’Empire allemand. Ce dernier adopte à l’égard de l’enseignement congréganiste une politique de contestations et d’accommodements, qui sera à son tour imitée par la IIIe République de retour en Alsace et en Lorraine.

I. L’annexion et l’obligation scolaire

  • 4 ABR 105 AL 207. Schulbrüder und Schulschwestern. Von Moeller aux Présidents de Districts le 12/07/1 (...)

2École obligatoire pour filles et garçons dès 1871 : encore faut-il disposer des enseignants pour appliquer partout cette loi. Or dans le nouvel Empire, le chancelier Bismarck et les Libéraux ont déclenché le « Kulturkampf ». Le président supérieur du Pays d’empire von Moeller décide dès février 1872 de restreindre le nombre de postes de congréganistes. De con côté, en juillet, Bismarck demande l’expulsion des congréganistes dont la maison mère est à l’étranger, soit 387 enseignants. Leurs postes seront donnés à des institutrices laïques venues d’Allemagne4.

3En 1873, la loi du 12 février subordonne à l’autorisation de l’État l’ouverture de toute école. Elle les soumet toutes, publiques et privées à l’inspection des autorités scolaires de l’État. Elle met fin au privilège de la lettre d’obédience et donne un an aux congréganistes pour passer un brevet de capacité.

  • 5 ABR 105 AL 207 Schulbrüder und Schulschwestern. Bismarck à von Moeller le 13/2/1874.

4L’administration fait valoir qu’il est absolument impossible d’assurer le remplacement d’un tel nombre d’enseignantes dans des délais aussi brefs. Mais une injonction de Bismarck leur impose de façon comminatoire d’exécuter cette disposition de la loi et d’y affecter les moyens budgétaires nécessaires5. On recourra le cas échéant en procédant au regroupement des petites écoles communales, c’est à dire en y introduisant la mixité. Cette autorisation doit être donnée par le conseil académique de la loi Falloux (devenu « Bezirksunterrichtsrat » par l’ordonnance de 1880, où l’administration a la majorité) qui détermine

les cas où les communes peuvent, à raison des circonstances, et provisoirement, établir ou conserver des écoles primaires dans lesquelles seront admis des enfants de l’un et l’autre sexe, ou des enfants appartenant aux différents cultes reconnus. (Art. 15 de la loi Falloux).

Enfin, il faut remplacer le plus possible les congréganistes par des institutrices laïques.

Les Écoles normales de filles : les difficultés de la profession

5Le plan d’études des écoles normales départementales de garçons et de filles protestantes existantes avait été réformé sur le modèle prussien dès la rentrée de 1871, mais les écoles normales restaient interconfessionnelles. Mais voilà qui ne concernait pas les Écoles normales catholiques de filles, car il n’en existait pas en Alsace. Dès juin 1872, la fondation de l’École normale catholique de Sélestat est décidée. Outre les motivations politiques – on exclut de laisser un corps d’enseignantes sous la direction d’une autorité congréganiste hostile – on retrouvera un des arguments avancés par le président de Basse-Alsace pour procéder à cette fondation dans les motifs de la laïcisation de la formation des institutrices en France :

  • 6 ABR 105 AL 2341. Auessere Angelegenheiten. Seminar v. Schlettstadt. Le Président du District de Bas (...)

Il est dommageable que l’éducation des filles soient confiée à des éducatrices qui ajoutent à des conceptions très exclusives… le refus d’une vie naturelle … en refusant la prise en compte des conceptions saines et naturelles sur la vie et son évolution6.

6Il importe de disposer d’un vivier d’institutrices catholiques pour offrir une alternative aux communes catholiques qui doivent donner leur avis sur les postes d’institutrices. Encore faut-il convaincre les familles catholiques d’accepter d’y placer leurs filles. Le développement du recrutement sera lent, puis se stabilise pour des motifs politiques.

Allemandes

Alsaciennes

Total

1875

29

55

84

1879

28

52

80

1881

12

53

65

Source – ABR. 105 AL 2456 Verwaltungsberichte und Statistik
des Lehrerinnenseminars zu Schlettstadt

7Mais l’administration procède à des études approfondies sur les motivations de la vocation enseignante par les filles et du choix par les communes des congréganistes ou des laïques.

  • 7 É. Ettwiller, L’enseignement secondaire des filles pendant le Reichsland Master 2, Strasbourg 2009.

8Un rapport du directeur de l’École normale de Sélestat de 1889 souligne les difficultés du métier pour les jeunes filles catholiques. Notons que le célibat s’impose aux institutrices laïques tout comme aux religieuses : l’institutrice laïque qui se marie quitte la profession7.

L’EN doit être la Heimat et la famille des normaliennes et elle l’est… On devrait donc s’attendre à ce que les liens noués à l’EN persistent après la sortie de l’EN. Il n’en est rien. Les institutrices se fréquentent très peu, même quand elles vivent nombreuses dans une seule localité, par exemple à Mulhouse et à Colmar… Nos institutrices sont dépourvues d’esprit de corps, d’identification professionnelle. Dans leurs postes isolés, un lien intérieur entre nos institutrices serait nécessaire. Mais chacune va son propre chemin…

1. Nos jeunes institutrices ne voient pas dans l’entrée dans la profession, la carrière de toute leur vie, comme le font les instituteurs. La plupart d’entre elles souhaitent trouver une situation dans le mariage. Elles ne voient donc dans leur profession qu’une situation passagère, et leurs aspirations visent à sortir du métier, non pas à l’approfondir.

2. Et cette absence de perspective à long terme, cette préoccupation permanente de trouver « un parti » explique une grande partie des incidents regrettables que l’on peut trouver ça et là….

3. Pourtant, seul un faible pourcentage de nos institutrices, tout particulièrement parmi celles qui sont dépourvues de fortune, trouvent à se marier. Il est donc important de prévoir pour les institutrices les institutions de prise en charge de la vieillesse.

4. En Allemagne, les institutrices laïques catholiques de 50 et 60 ans ne sont pas rares. Elles jouissent d’un statut enviable et d’une sécurité matérielle jusqu’à la fin de leurs jours…..

5. Il est donc nécessaire de fonder des institutions pour la maladie et pour la vieillesse…

7. Par rapport à leurs collègues protestantes, nos institutrices catholiques ont une position bien plus inconfortable, car elles pâtissent de la comparaison avec les sœurs enseignantes qui jouissent d’une situation matérielle et morale bien meilleure. Cet état de choses rend plus difficile la position de nos institutrices catholiques car il impose à leur pratique professionnelle et à leur vie privée des exigences dont nos institutrices protestantes n’ont aucune idée. C’est cela qui explique que les intérêts de nos institutrices catholiques ne sont pas pris en compte par les associations, et non pas la différence des convictions religieuses.

8. Les institutrices ne peuvent pas adhérer aux associations d’instituteurs, car les pratiques de sociabilité (concerts et banquets) leur sont interdites : elles porteraient à leur réputation professionnelle un coup trop sévère.

  • 8 ABR. 105 AL 2456. Verwaltungsberichte und Statistik des Lehrerinnenseminars zu Schlestadt. Rapport (...)
  • 9 ABR 105 AL 207. Schulbrüder und Schulschwestern. Rapport du 2/5/1876.
  • 10 L’abbé Muller-Simonis et l’association Deutsche Katholische Frauenbund, fondée en 1903.

9Et de conclure qu’il faut d’urgence fonder une association d’institutrices catholiques8. Voici un rapport qui souligne les difficultés de la professionnalisation féminine dans la population catholique … et la supériorité que présente la vocation congréganiste qui combine à la fois, une situation matérielle assurée par une prise en charge communautaire, la considération sociale, et une profession valorisée. D’autant que les congréganistes sont rarement envoyées seules sur un poste, la congrégation envoie en général deux sœurs, l’une pour la classe et l’autre pour le ménage, ce qui n’est le cas pour les laïques que lorsqu’elle peuvent se faire accompagner de leurs mères9. La question se reposera clairement dès les années 1890. Après l’évêque de Strasbourg qui fonde une Association des institutrices catholiques en 1894, les femmes catholiques laïques, avec l’aide de certains abbés influents, exigeront, comme l’avaient fait les institutrices protestantes du Deutsche Frauenverein, une organisation féminine catholique et la reconnaissance d’une place à part entière, aux cotés de la religieuse, pour la femme catholique laïque dans l’activité de l’Église10.

Un recrutement peu encourageant

  • 11 ABR 105 AL 207. Schulbrüder und Schulschwestern. Rapport Richter du 1/05/1874.

10L’administration allemande en Alsace-Lorraine partage pleinement les objectifs de la politique libérale dite de Kulturkampf. Pourtant, elle reconnaît qu’il faudra vingt-cinq ans pour se débarrasser de toutes les enseignantes congréganistes compte-tenu a) du rythme de départ à la retraite du corps existant b) du rythme de formation de nouvelles institutrices laïques11.

  • 12 ABR 105 AL 207 Schulbrüder und Schulschwestern. Sous-Secrétaire d’État Puttkamer à Oberschulrat le (...)

11Les années qui viennent sont donc celles du regroupement de classes et d’écoles, confiées faute d’institutrices à des instituteurs. On reviendra à la séparation des sexes dans les écoles primaires d’Alsace-Lorraine en 1881 seulement12.

  • 13 ABR 105 AL 207 Schulbrüder und Schulschwestern. Président du District de Basse-Alsace à Maire de St (...)

12Et l’administration n’entend pas céder sur l’exigence du brevet de capacité. Certes, elle se voit obligée de fermer les yeux sur l’absence de brevet pour les congréganistes déjà en poste, dont elle exige rituellement et d’année en année le brevet pour la fin de l’année. Par contre, lorsque la supérieure générale de Ribeauvillé nomme à l’École Saint-Louis de Strasbourg deux sœurs dépourvues de brevet, elle réagit. À la sœur directrice, qui rappelle qu’elle a pour instructions de sa supérieure générale d’appliquer « les règles consacrées par la pratique, qui reconnaît comme valables les examens passés dans les noviciats congréganistes », elle riposte en exigeant du Maire de Strasbourg, le commissaire municipal Back, la révocation de ces deux sœurs13.

La fin du Kulturkampf et l’armistice Manteuffel

  • 14 ABR 105 AL 207 Schulbrüder und Schulschwestern. Refus de nommer le 18/4/1882.
  • 15 Ettwiller, L’enseignement secondaire des filles en Haute-Alsace pendant le Reichsland, Strasbourg, (...)

13Le changement de constitution du Reichsland et le gouvernement repris en main par le Maréchal de Manteuffel entraîne aussi la fin du Kulturkampf. Les Écoles normales de garçons sont confessionnalisées, chaque école normale recrutant des élèves destinés à des postes confessionnels. L’école normale de filles a toujours été confessionnelle – les élèves israélites étant affectées à une section de l’école normale protestante –. Le Maréchal a une entrevue avec la supérieure de la Congrégation de Ribeauvillé, ce qui constitue un progrès. Par contre, il n’en sort rien. Le Maréchal refuse de céder sur le principe de l’exigence du brevet de capacité et la Supérieure sur le privilège de la lettre d’obédience, malgré les campagnes des municipalités, des curés et de la congrégation, comme c’est le cas pour les présentations de 5 sœurs non brevetées en Haute-Alsace14. Pourtant la nouvelle administration scolaire de l’Oberschulrat, reconduit d’année en année les sœurs déjà en poste mais non pourvues de brevet qui seront nombreuses jusqu’à la fin du siècle. En fin de compte, la congrégation finira par s’incliner, d’autant que les Sœurs de Saint-Jean-de-Bassel, majoritaires en (Moselle-Lorraine) et nombreuses dans le Bas-Rhin acceptent de passer leur brevet à Sélestat. Le noviciat de Ribeauvillé devient École normale privée, qui forme aussi des enseignantes pour les écoles supérieures de filles de Colmar et de Ribeauvillé15. L’administration accepte de faire passer le brevet à Ribeauvillé devant un jury constitué de professeurs de Sélestat, d’inspecteurs scolaires et de professeurs de l’École normale privée.

  • 16 ABR 105 AL 254. Anstellung, Beurlaubung, Entlassung von Lehrpersonnen in der Elementarschulen (1870 (...)

14L’institutrice laïque est rémunérée par la commune, conformément à un barème établi par l’État et dispose d’une pension de retraite. Ce n’est pas le cas des congréganistes, et la faiblesse de leur rémunération est un des motifs de leur choix, d’autant plus que leur retraite est prise en charge par la congrégation. L’administration scolaire allemande met fin à ce régime en fixant pour les congréganistes, outre le logement de fonction comme pour tous les enseignants du primaire, un barème de rémunération imposé aux communes, à des montants bien moins élevés que ceux des institutrices laïques, mais accorde une indemnité compensatrice aux communes à qui revient cette charge16. Par contre, les congréganistes ne bénéficient pas de la couverture sociale (maladie, retraite) accordée par le régime de prévoyance sociale introduit en Alsace-Lorraine ce qui permet aussi à la congrégation de laisser en fonctions des enseignantes à qui ne s’impose pas de limite d’âge.

L’accord sur la parité des postes

15En 1887, il y a 979 congréganistes dans l’enseignement public des filles et 738 institutrices laïques. Le recrutement des congréganistes ne suffit plus à pourvoir tous les postes qu’elles occupaient par des enseignantes brevetées que réclament désormais aussi les municipalités et celui des normaliennes catholiques progresse à tel point qu’on a du mal à leur trouver des postes. L’administration freine donc le recrutement des normaliennes ; celui des congréganistes se stabilise peu à peu.

laïques

congréganistes

1877

501

1309

1884

715

1331

1899

995

1305

1908

1167

1334

1913

1321

1376

  • 17 105 AL 207. Schulbrüder und Schulschwestern. Décision de l’Oberschulrat de 1887. Communication du p (...)

16Dès 1894, l’administration scolaire allemande adopte sa doctrine de parité des postes laïcs et congréganistes. Le principe est le suivant : la vacance d’un poste congréganiste dans une école est comblée par une congréganiste. Ce n’est que dans le cas où la congrégation ne peut pas présenter de candidate brevetée pour le poste qu’il échoit à une laïque. Cette doctrine est défendue devant l’Assemblée régionale (Landesausschuss)17. La progression des postes laïcs est donc due à la progression du nombre de classes ouvertes. Quant au vœu présenté par les libéraux et les sociaux-démocrates et adopté par le Conseil municipal de Strasbourg en 1907, puis présenté au Parlement régional/Landesausschuss, qui réclame la transformation des écoles confessionnelles en écoles interconfessionnelles, il est rejeté par le Landesausschuss au nom du droit des parents. Il est vrai que l’interconfessionnalité entraîne à terme la fin de l’école publique congréganiste. Par contre, une partie des écoles de Strasbourg se voit transformée en écoles interconfessionnelles entre 1909 et 1914.

II. Le retour de la France en 1918

  • 18 AN. AJ 30. 98. Administration provisoire de l’Alsace-Lorraine après 1918. Conférence d’Alsace-Lorra (...)
  • 19 AN AJ 30. 170. Vœux du Comité d’études économiques et administratives du Service d’Alsace et de Lor (...)
  • 20 Ibidem. Le Haut-commissaire Millerand au président du Conseil. 13/02/1919.

17La France victorieuse avait prévu d’introduire en Alsace-Lorraine recouvrée les lois scolaires de la République. Les conférences d’Alsace-Lorraine s’étaient prononcées dans ce sens, mais sans exclure la présence de congréganistes dans l’enseignement public. Un premier rapport l’autorisait pour dix ans et le rapport définitif l’autorisait « à titre personnel18 ». Puis, la loi du 17 octobre 1919 prévoit que la législation française sera introduite par des lois spéciales. Et le comité d’études économiques et administratives du Service d’Alsace-Lorraine avait recommandé, en ce qui concerne le régime scolaire, de procéder avec une extrême prudence, en vue de ménager les sentiments des populations19. Il est vrai que la visite en Alsace du sénateur Debierre, président du groupe radical socialiste et dignitaire du Grand Orient de France, avait provoqué la fondation de l’Union populaire républicaine d’Alsace (parti catholique) partisane du maintien du régime scolaire, sous l’autorité d’un Recteur, directeur régional de l’Instruction publique20. Les sœurs congréganistes sont donc maintenues dans leurs écoles et leurs postes. 1500 instituteurs et instructrices détachées de leurs cadres départementaux de l’intérieur sont nommés en Alsace et Moselle et conduiront à la création d’un « cadre national » en 1923, aux côtés du cadre local, composés d’instituteurs et institutrices recrutés dans les départements recouvrés. Une loi du 27 mars 1921 fixe la rémunération du personnel congréganiste à la moitié de celle des institutrices laïques et un décret de 1924 prévoit que l’État verse intégralement cette somme aux communes.

Les votes des municipalités ignorés

18Strasbourg et Colmar ont des municipalités à majorité socialiste : elles font voter dès 1920 des vœux demandant l’institution d’écoles interconfessionnelles. Leur examen par les conseils académiques (Bezirksuntserrichtsrate) où l’administration et les conseils généraux ont la majorité se conclut par le rejet en vertu de l’article 15 de la loi Falloux.

19Pendant ce temps, la procédure d’introduction de la législation française progresse et on constate qu’en 1924, près de 80 % de la législation française avait été introduite par les votes positifs de la Chambre et du Sénat. Restaient les môles sensibles : la législation scolaire et religieuse ainsi que la législation sociale.

La crise de 1924

20Aux élections législatives de 1924, le Bloc national (qui comprend l’UPR) est légèrement minoritaire en voix dans le Bas-Rhin, qui élit deux députés socialistes (Georges Weill et Peirotes) et un député communiste (Hueber). Georges Weill est réputé avoir inspiré le passage de la déclaration gouvernementale du président du conseil Edouard Herriot, se proposant d’introduire « les lois laïques » en Alsace Lorraine. Elle provoque une levée de boucliers en Alsace et Herriot renonce à introduire des projets de lois en ce sens. Reste à statuer sur les vœux des Conseils municipaux de Strasbourg, Colmar, Graffenstaden, Guebwiller, Huningue, Schiltigheim qui ont demandé en 1924 la transformation de leurs écoles en écoles interconfessionnelles.

  • 21 ABR 98 AL 326. Herriot à Préfets. 3/02/1925 et 7/3/1925.

21Avant d’être renversé, en mars 1925, Herriot autorise par télégramme l’administration à suivre ces vœux21. L’interconfessionnalisation ne comporte pas automatiquement l’exclusion des congréganistes, qui peuvent continuer d’enseigner dans les écoles où elles sont en poste, mais de fait, bloque en cas de retraite leur remplacement par une autre congréganiste. L’interconfessionnalisation est désormais la règle dans les grandes villes d’Alsace.

La doctrine Poincaré

22En octobre 1927, le président du Conseil Poincaré, saisi par Mgr Ruch d’une protestation contre le refus par la municipalité de Strasbourg de remplacer une congréganiste partie à la retraite par une autre congréganiste, à l’École Saint-Jean de Strasbourg, proteste de son respect pour les congréganistes :

Nul plus que moi ne professe plus de respect pour les religieuses de l’ordre de Ribeauvillé…. Nul ne leur a voué plus de reconnaissance pour les services qu’elles ont rendus au péril de leur liberté en sauvegardant la culture française aux temps les plus sombres de la domination allemande… Nul enfin n’a une plus ferme volonté de faire respecter dans sa lettre et dans son esprit le statut religieux et scolaire de l’Alsace et de la Lorraine, aussi longtemps que la population des départements recouvrés manifestera le désir de les conserver.

Il n’en décide pas moins : le gouvernement suivra désormais les vœux des municipalités en ce qui concerne les postes congréganistes.

L’administration d’ailleurs manque de base légale pour imposer à une municipalité le maintien de congréganistes que celle-ci désire remplacer pour les remplacer par des institutrices laïques. Elle manque même des moyens matériels pour le faire, puisque les congréganistes qui ne sont pas fonctionnaires d’État pourvus d’un statut personnel reçoivent leurs émoluments des caisses municipales et non de celles de l’État. J’ajoute que je ne crois pas qu’il y ait pour la paix publique et pour la liberté de meilleure garantie que de laisser s’exercer sur ce point comme par le passé la volonté des municipalités, mandataires des populations et responsables devant elles.

  • 22 ABR 98 AL 330. Lettre ouverte du président du conseil Poincaré à Mgr Ruch, le 15/10/1927.
  • 23 Il sera député de Wissembourg de 1928 à 1932.
  • 24 La Ligue de l’Enseignement attribuera à la « lettre Poincaré » l’augmentation des postes congrégani (...)
  • 25 ABR 98 AL 326. Pfister à Poincaré le 3/07/1928. Pfister remarquera dans un rapport de janvier 1929 (...)

23Et de conclure en estimant que les Alsaciens étant attachés à la décentralisation, « il y aurait quelque paradoxe à demander au pouvoir central d’intervenir dans un domaine où cette décentralisation existe22 ». Joseph Weydmann23, président de la Ligue des catholiques d’Alsace, introduit un recours en Conseil d’État. L’article 15 de la Loi Falloux étant encore en vigueur, qui prescrit que l’interconfessionnalité ne peut être que provisoire et limitée et être précédée d’un avis du Conseil départemental, le Conseil d’État ne pourrait que condamner la « lettre Poincaré ». Mais ce dernier obtient du Conseil de renoncer à statuer et la « lettre » reste en vigueur. Les organisations catholiques, de leur côté, retirent leur recours. Car après tout, les municipalités peuvent également décider de maintenir les écoles confessionnelles, obligeant l’administration à suivre leurs avis24. Par contre, elles demandent le maintien de la spécificité et de la parité des postes : le poste est soit congréganiste soit laïc et tout changement à un endroit doit être compensé par un changement à un autre. Le précédent le plus exemplaire est celui de Wisches, où l’institutrice laïque ayant épousé un divorcé avait été interdite d’enseignement religieux. La municipalité demandait donc une congréganiste, mais le recteur Pfister ne donna suite à cette demande qu’en procédant à une compensation ailleurs25.

Les positions des groupements laïques

  • 26 Dont le secrétaire est Lagaude, le futur secrétaire général de l’Inspection d’Académie du Bas-Rhin (...)
  • 27 ABR 98 AL 326. Vœu du Conseil général de la Ligue, le 7/7/1932.

24Depuis 1920, l’introduction des lois laïques en Alsace et Lorraine fait partie du programme fondamental des organisations laïques. Marcel-Edmond Naegelen, professeur d’école normale est secrétaire de la Ligue de l’Enseignement, du SNI Bas-Rhin, ainsi que de la Fédération départementale SFIO. Peu à peu la doctrine s’affine. En 1927, Peirotes dépose encore un projet de loi demandant l’introduction des lois de 1905 et de 1882. Mais pour les elections législatives de 1932, le Comité d’action républicaine et laïque du Bas-Rhin (CAREL)26 se résout à proposer un « programme minimum » : 1) dispense d’enseignement religieux à l’école, pour les parents qui refusent qu’il soit dispensé à leurs enfants 2) dispense d’enseignement religieux pour les maîtres qui ne veulent pas s’en charger 3) école interconfessionnelle pour les municipalités qui le demanderaient. De son côté la Ligue de l’enseignement demande la suppression de la Direction de l’Instruction publique confiée aux Recteurs de l’Académie, trop sensibles aux pressions locales et la gestion de l’Académie par le ministère, plus sensible aux pressions nationales, afin de « pouvoir nommer aux postes de commande des « hommes sûrs27 ». Vœu qui ne sera accordé qu’en 1944 !

La crise de 1936 et l’école congréganiste

25À son Congrès de Vichy de 1936, la Ligue de l’enseignement demande la suppression de l’enseignement religieux en Alsace et Lorraine dont l’horaire est estimé trop important et demande la mise à la retraite des congréganistes âgées. À la suite du vœu, le Léon Blum et Jean Zay estiment que l’horaire religieux équivaut à une année scolaire entière et décident l’allongement de la durée de la scolarité en A et L d’une année entière. Ce décret est à son tour annulé par le Conseil d’État.

26Pourtant, la pratique administrative établie ne change pas. La spécificité des postes (et des écoles) est maintenue. Elle vaut surtout en cas de création de classes dans une école de ce type, car les postes congréganistes antérieurs sont nécessairement reconduits. Une lettre rectorale de 1936 le précise : en cas de création de poste dans une école congréganiste, la congrégation est consultée par l’inspection d’académie, et si elle n’est pas en mesure de proposer une candidate, le poste est attribué à une laïque. C’est ce mécanisme qui explique que le nombre de postes congréganistes ait légèrement augmenté de 1920 à 1936. Par contre, l’État précise qu’il n’a jamais reconnu au personnel enseignant congréganiste la qualité d’agent de l’État, même auxiliaire, puisqu’une congréganiste peut être appelée par sa maison mère à exercer des fonctions soit dans l’enseignement public, soit dans l’enseignement privé ou tout autre poste que la congrégation juge utile et qu’aucune limite d’âge n’est appliquée au personnel congréganiste (Lettre rectorale du 13 janvier 1937).

III. L’interdiction d’enseigner par les nazis28

  • 28 Sur la période 1939-1945, voir dans le numéro d’octobre 2011 l’article de J.‑N. Grandhomme : « La c (...)

27Les Allemands occupent l’Alsace en juin 1940, réorganisent l’administration scolaire en juillet et en août et décident dès le 14 septembre 1940 de licencier tout le personnel congréganiste.

  • 29 Extrait de la circulaire « Best » de la Direction Erziehung, Unterricht und Volksbildung, du Commis (...)

Il me suffira écrit le conseiller de l’administration scolaire allemande de rappeler que l’école allemande, tout en conservant un enseignement religieux, n’a pas de caractère confessionnel. Le fonctionnaire allemand par contre, doit être, en vertu de son serment de fidélité, exclusivement dévoué au Führer et au peuple allemand29.

28Un petit nombre de sœurs, réfugiées, était resté en zone libre. Les autres seront employées dans diverses fonctions de caractère social (infirmières, maisons de retraite etc.).

IV. L’Alsace libérée

29Dans la perspective de la libération de l’Alsace et de son retour à la France, l’ordonnance du 15 septembre 1944 abolit toutes les mesures législatives introduites par le régime hitlérien. Elle prescrit : la législation en vigueur dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle au 16 juin 1940 sont donc restés en vigueur, et sont donc provisoirement maintenus.

Une réforme administrative décisive

30La position du gouvernement provisoire est d’exclure toute modification de la législation sans consultation de la population. L’ordonnance du 23 octobre 1944 supprime pourtant l’organisation administrative de l’Alsace et Lorraine existant en 1940, soit celle de la loi du 24/7/24, qui décentralisait à Strasbourg l’Instruction publique, les cultes, les assurances sociales, le contentieux du statut local. L’instruction publique est rattachée au ministère de l’Éducation nationale.

  • 30 Conférence de l’Inspecteur d’Académie Théobald à Strasbourg en décembre 1944, de l’Inspecteur d’Aca (...)

31On en revient pour le texte au régime scolaire de 1940, à deux exceptions près : l’enseignement de l’allemand est – provisoirement – interdit, et le catéchisme sera enseigné en français. Les autorités scolaires procèdent donc à la réintégration des sœurs dans leurs postes de juin 1940. On en revient également à la répartition des postes laïcs et congréganistes de 194030.

La réforme avortée de René Capitant

32Commissaire d’État du CFLN puis ministre de l’Education nationale, René Capitant rêve depuis Alger d’une grande réforme de l’éducation nationale qui mettrait fin à la guerre scolaire. Si l’on ne peut guère avancer sur ce plan dans la France libérée, peut-être le pourra-t-on en Alsace et Lorraine, où les uns souhaitent l’introduction des lois laïques et les autres le maintien du statut précédant les réformes introduites par le régime nazi. Le projet de nouveau statut scolaire alsacien et lorrain semble avoir été mûri chez certains dirigeants MRP (Maurice Schumann, Pierre-Henri Teitgen, et sans doute Fonlupt-Esperaber) et chez René Capitant, qui avait été professeur à l’Université de Strasbourg. Son principe est fort simple : on introduirait dans l’enseignement primaire le régime de l’aumônerie en vigueur dans le Second degré. Pourtant, Capitant s’engage dans une folle affaire en soumettant à Mgr Ruch un projet d’ordonnance applicable aux départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, daté du 21 mars 1945 :

Jusqu’à une date qui sera fixée par décret et dans les conditions qui seront déterminées par le RAP prévu à l’art. 8, les membres de l’enseignement privé qui en font la demande pourront être intégrés dans les cadres de l’enseignement public.

Art. 5. Il est institué auprès des établissements d’enseignement public du Ier et du second degré des comités familiaux comprenant les représentants des familles et chargés de veiller au respect de la neutralité scolaire et de la liberté religieuse.

Art. 6. La liberté d’éducation religieuse est assurée dans les établis­sements d’enseignement public du 1er degré, conformément au régime légal en vigueur dans les établissements du second degré. L’éducation religieuse y est facultative. Elle est donnée aux heures laissées libres à cet effet et dans les locaux mis à leur disposition par l’autorité publique, par des aumôniers ou des maîtres désignés par le Recteur de l’Académie, sur présentation de l’autorité religieuse compétente. Les aumôniers et maîtres d’éducation religieuse peuvent recevoir une indemnité dans les conditions prévues par l’article 1 paragraphe 3 de la loi du 7 décembre 1905, sur la séparation des Églises et de l’État.

Visiblement, la question de l’enseignement congréganiste n’a pas été prise en compte. C’est une sainte colère qui anime la réponse de Mgr Ruch au gouvernement :

  • 31 AES. Projet d’ordonnance de René Capitant, communiquée à Mgr Ruch, faisant suite à une entretien du (...)

L’école neutre, ce sont les religieuses de Ribeauvillé et de Saint- Jean de Bassel alsaciennes, lorraines et françaises, enfants du pays où elles ont des parents, femmes d’élite et institutrices admirables, tolérées dans leur chaire, à condition d’être neutres, donc de ne pas prononcer en classe avec complaisance le nom de l’Être qu’elles révèrent le plus et qu’elles aiment le mieux. Mais puisque leur habit n’est pas neutre, puisque leurs vœux ne sont pas neutres et qu’elles les portent en elles devant leurs enfants, force est de prévoir qu’après une période transitoire, elles aussi disparaitront accompagnées de la reconnaissance et des regrets unanimes31.

  • 32 AES. Copie du rapport Altorffer au commissaire de la République Bollaert et au ministre de l’Intéri (...)
  • 33 On se reportera pour l’analyse de cette période capitale à notre article de la Revue des sciences r (...)

33Même s’il n’avait pas été très malade, Mgr Ruch n’était pas le bon interlocuteur. Nommé en août 1945, Mgr Weber adopte une position plus prudente, inspirée par l’abbé Elchinger et Pierre Pflimlin, le jeune magistrat qui entre en politique au cours de ces mois de 1945. Au demeurant, le dernier titulaire de la fonction de directeur des cultes, supprimée par l’ordonnance d’octobre 1944, Charles Altorffer, revenu de Périgueux, préconise le choix de l’école interconfessionnelle32. Il a à ce sujet un entretien avec Mgr Weber, qui s’était montré fort ouvert, avant qu’il ne se fasse rappeler à l’ordre par les Évêques de France33. Mais Altorffer reconnaît aussi que l’école interconfessionnelle sera difficile à accepter par l’Église catholique d’Alsace et également par certains protestants, même si le Consistoire protestant se montre ouvert. Par contre, personne ne veut du développement de l’école libre en Alsace et Lorraine, qui serait pourtant facilitée par la reconversion des congréganistes. Dans l’immédiat, où trouver les crédits pour construire de nouvelles écoles, et le personnel pour assurer les 2000 classes publiques prises en charge par les sœurs congréganistes ? En outre ajoute-t-il,

  • 34 AES. Note d’Altorffer au Commissaire de la République Bollaert, copie communiquée à Mgr Weber.

Leur expulsion de l’enseignement serait ressentie par beaucoup de patriotes, même non catholiques comme un gros affront contre ces religieuses dont la fidélité à la France ne saurait être mise en doute34.

34Tout dépendra donc des élections à la constituante et des choix de cette dernière. La première constitution est rejetée par le pays – et par l’Alsace et la Moselle –. Pour la seconde, la SFIO (André Philipp) et le MRP (Paul Coste-Floret et Fonlupt-Espéraber) trouvent une solution de compromis, dans le nouvel article XIII du préambule de la Constitution.

La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État.

35Ce texte sera interprété en particulier par l’Église alsacienne et les hommes politiques qu’elle appuie, comme autorisant le maintien d’un enseignement public confessionnel préexistant. Et l’accord passé au gouvernement par la SFIO, le socialiste Marcel-Edmond Naegelen ministre de l’éducation nationale et le MRP, en particulier Pierre Pflimlin, sous-secrétaire d’État puis ministre, ne sera pas rompu. Naegelen ne touchera pas au « statut scolaire local ».

La position des groupements laïques

36En 1945, le SNI alsacien refondé avait dû affirmer « notre laïcité n’est pas celle des Allemands (janvier 1945) ». Mais à son Congrès de Pâques 1947, le SNI national revient à ses positions de toujours, réclamant

• l’introduction intégrale des lois françaises au 1er janvier 1948, et dans l’immédiat, l’abolition des épreuves de religion au concours de l’EN • l’enseignement religieux dispensé exclusivement par le ministre du culte en dehors des horaires et des locaux scolaires • l’arrêt du recrutement et la mise à la retraite des congréganistes à l’âge normal, enfin l’affectation de leurs postes à des institutrices laïques

37Dans la région, le nouveau syndicat général de l’Éducation nationale (SGEN) prend une position plus nuancée. Le SGEN (Moselle) va être la référence du SGEN alsacien jusque dans les années 60. Sa position est reprise au congrès national du SGEN en 1947.

Il reconnait que

Le statut confessionnel de l’École dans sa forme actuelle ne garantit pas à tous les maîtres des écoles primaires ni à tous les élèves des Écoles normales un plein exercice de leur liberté de conscience. Mais il attire l’attention des autorités compétentes sur le danger que courrait la paix civile et scolaire… au cas d’une introduction immédiate et sans aménagements de la législation scolaire en vigueur dans les autres départements français.

38La question de l’enseignement de l’allemand va constituer un abcès de fixation et détourner l’attention dans la décennie 50, alors cependant que des dossiers brûlants sont soulevés de part et d’autre. Ainsi du caractère confessionnel des écoles maternelles, où le ministère refuse de prendre le texte de principe demandé par l’abbé Elchinger, directeur diocésain de l’enseignement, mais consent à ne pas remettre en cause les postes des maternelles confiés à des congréganistes. Ainsi de l’enseignement religieux en centres d’apprentissage de la loi Astier, où l’évêché porte le contentieux devant le Conseil d’État.

39La Constitution de 1958 et son article 2 (« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ») amène Mgr Weber (Strasbourg) et Mgr Heintz (Metz) à demander des précisions. Par lettre non publiée du 12 septembre 1958, le général de Gaulle les rassure en leur fournissant son interprétation de l’article 2.

  • 35 AES. Le Général de Gaulle aux évêques de Strasbourg et de Metz, le 12/9/1958.

Vous avez bien voulu me faire part des inquiétudes des fidèles des diocèses de Metz et de Strasbourg concernant les incidences que l’affirmation dans la Constitution, de la laïcité de la République pourrait avoir sur l’avenir du statut religieux et scolaire des départements concordataires. Laissez moi vous dire que cette expression est la simple constatation du caractère non-confessionnel de l’État, caractère qui a toujours été reconnu par l’Église de France. Il ne saurait en résulter aucune incidence sur le statut spécial des départements d’Alsace et de Moselle, en ce qui concerne le Culte et les Écoles35.

V. La loi sur la prolongation de la scolarité et la poussée irrésistible vers l’interconfessionnalité

40Pourtant, peu à peu, le nombre d’écoles et de classes congréganistes diminue. Plusieurs facteurs y contribuent. Le plus important est celui de l’explosion démographique qui conduit à multiplier le nombre de classes et d’écoles. La période de l’entre-deux-guerres avait été une période de dépression démographique ce qui avait permis aux congréganistes de maintenir toute leur place. Désormais, les municipalités doivent faire face à une très forte croissance du nombre d’enfants à scolariser et souhaitent de plus en plus adopter des classes mixtes et/ou interconfessionnelles. L’évêché se plaint à cet égard de l’association des maires du Bas-Rhin. La mixité est pourtant désormais la règle dans les petites communes (lettre ministérielle de 1961). Certes les sœurs peuvent demeurer dans des écoles mixtes. Mais au fur et à mesure que la mixité est introduite, à partir des petites classes, l’école passe sous la direction du directeur laïc et les congréganistes sont remplacées à leur départ à la retraite. Et il leur est plus difficile de se maintenir dans des écoles interconfessionnelles. Les lois sur la prolongation de la scolarité amputent l’école primaire de leurs élèves de plus de 11 ans, qui passent dans les cours complémentaires ou les CEG. Là aussi les sœurs peuvent continuer d’enseigner, mais elles ne s’y sentent pas toutes à l’aise. Enfin, la crise du recrutement rend de plus en plus difficile le maintien des classes et écoles. L’école normale privée de Ribeauvillé ferme ses portes en 1966.

  • 36 Archives de la Congrégation de Ribeauvillé. Divers mémoires sur la situation de la congrégation de (...)

41De plus en plus, les sœurs s’interrogent sur leurs missions. Il est évident qu’elles se sentent brimées par cette intégration, qui les oblige à abandonner leur habit religieux, mais surtout signifie l’abandon du caractère propre de leurs écoles. Elles se cherchent de nouvelles vocations : auxiliaires de paroisse, enseignement religieux, développement des missions en dehors de France. Et surtout, elles revivent ce qui s’était passé en France de la fin du XIXe siècle, avec l’exclusion des congréganistes de l’enseignement public : le repli sur l’enseignement libre, qui se développe en Alsace, encouragé par la nouvelle législation sur le conventionnement36.

Date

Effectif des sœurs
de Ribeauvillé

1940

1924

1945

1871

1950

1722

1955

1641

1960

1630

1965

1609

1970

1510

1975

1318

1980

1199

1985

1081

1990

950

1995

857

2000

723

* *
*

42On peut tirer plusieurs leçons de ce qui incontestablement a constitué une des originalités de l’Alsace : la persistance de l’école congréganiste. L’Alsace, comme d’autres régions a connu un vif essor des congrégations religieuses, signes d’un vigoureux revival religieux après la Révolution.

43Et aussi voie de professionnalisation tertiaire des femmes dans la charité et l’enseignement, mais dans l’enseignement des filles, futures mères de familles, comme il convient dans ce pays de famille souche, à l’autorité paternelle affirmée ! Plus encore que dans d’autres régions, les hommes confient volontiers l’enseignement de leurs filles aux religieuses, alors qu’ils privilégient les laïcs pour leurs garçons.

  • 37 ABR 105 AL 2341. Fondation de l’EN de Sélestat. Ernsthausen à Moeller. 18 Juin 1872.

44Mais est-ce là une originalité ? N’est-ce pas une fois de plus dans ce double régime que l’Alsace a connu, que s’est jouée la modernisation de son appareil institutionnel, y compris scolaire, sous la double influence de la France et de l’Allemagne ? À chaque changement d’appartenance étatique, une spécificité à conserver ! En Alsace, cela a été aussi l’école confessionnelle et congréganiste, héritage de la France, puis héritage d’une Alsace à la personnalité forte. La mutation décisive n’est intervenue que pendant la deuxième moitié du XXe siècle. Pendant ce temps, des dizaines de milliers de filles avaient suivi l’enseignement d’enseignantes qui s’étaient données pour vocation ou charisme, l’enseignement. Peut-on comme le soutenait le préfet fondateur de l’école normale des jeunes filles de Sélestat affirmer qu’il s’agissait là « d’éducatrices refusant la prise en compte des conceptions saines et naturelles sur la vie et son évolution37 » ? N’y avait-t-il pas nombre de congréganistes et d’institutrices, pour témoigner du contraire ? Et nombre de femmes dans la région qui avaient bénéficié de cet enseignement ?

45En 1927, le Conseil municipal communiste de Bischheim se pique de protester contre la supérieure générale de la Congrégation de Ribeauvillé qui avait muté d’office la directrice de l’école des filles (qui y avait exercé 35 ans) dans une école plus petite et vote une motion de soutien !

  • 38 ABR AL 98 330. Motion du Conseil municipal de Bischheim du 29/07/1927.

… Le Conseil municipal, malgré qu’il reconnait son idéal dans l’école laïque ne saurait s’empêcher d’exprimer son entière reconnaissance et ses plus vifs remerciements à cette sœur si dévouée et si zélée, pour ses années nombreuses passées au travail laborieux, pleines de sacrifices et d’abandon affectueux au service de la jeunesse….38.

Haut de page

Notes

3 F. Igersheim, « La politique scolaire allemande en Alsace-Lorraine », Recherches germaniques, N 5/1975, Strasbourg.

4 ABR 105 AL 207. Schulbrüder und Schulschwestern. Von Moeller aux Présidents de Districts le 12/07/1872.

5 ABR 105 AL 207 Schulbrüder und Schulschwestern. Bismarck à von Moeller le 13/2/1874.

6 ABR 105 AL 2341. Auessere Angelegenheiten. Seminar v. Schlettstadt. Le Président du District de Basse-Alsace, Ernsthausen à Moeller le 18 Juin 1872.

7 É. Ettwiller, L’enseignement secondaire des filles pendant le Reichsland Master 2, Strasbourg 2009.

8 ABR. 105 AL 2456. Verwaltungsberichte und Statistik des Lehrerinnenseminars zu Schlestadt. Rapport du Directeur de l’École Normale, février 1889.

9 ABR 105 AL 207. Schulbrüder und Schulschwestern. Rapport du 2/5/1876.

10 L’abbé Muller-Simonis et l’association Deutsche Katholische Frauenbund, fondée en 1903.

11 ABR 105 AL 207. Schulbrüder und Schulschwestern. Rapport Richter du 1/05/1874.

12 ABR 105 AL 207 Schulbrüder und Schulschwestern. Sous-Secrétaire d’État Puttkamer à Oberschulrat le 20/1/1881

13 ABR 105 AL 207 Schulbrüder und Schulschwestern. Président du District de Basse-Alsace à Maire de Strasbourg le 29/10/1874.

14 ABR 105 AL 207 Schulbrüder und Schulschwestern. Refus de nommer le 18/4/1882.

15 Ettwiller, L’enseignement secondaire des filles en Haute-Alsace pendant le Reichsland, Strasbourg, Master 2. 2009.

16 ABR 105 AL 254. Anstellung, Beurlaubung, Entlassung von Lehrpersonnen in der Elementarschulen (1870-1888). En vertu de la loi de 1909, le traitement minimum sera fixé à 800 marks par an. Les communes plus riches passaient des contrats pour des rémunérations plus élevées.

17 105 AL 207. Schulbrüder und Schulschwestern. Décision de l’Oberschulrat de 1887. Communication du président de l’Oberschulrat au Landesausschuss de 1904.

18 AN. AJ 30. 98. Administration provisoire de l’Alsace-Lorraine après 1918. Conférence d’Alsace-Lorraine, rapport de Ludovic Meister, sur l’enseignement primaire.

19 AN AJ 30. 170. Vœux du Comité d’études économiques et administratives du Service d’Alsace et de Lorraine, retransmis par le président du Conseil Clemenceau le 13/12/1918.

20 Ibidem. Le Haut-commissaire Millerand au président du Conseil. 13/02/1919.

21 ABR 98 AL 326. Herriot à Préfets. 3/02/1925 et 7/3/1925.

22 ABR 98 AL 330. Lettre ouverte du président du conseil Poincaré à Mgr Ruch, le 15/10/1927.

23 Il sera député de Wissembourg de 1928 à 1932.

24 La Ligue de l’Enseignement attribuera à la « lettre Poincaré » l’augmentation des postes congréganistes de 1927 à 1936. 98 AL 326. Motion du 6/11/1936.

25 ABR 98 AL 326. Pfister à Poincaré le 3/07/1928. Pfister remarquera dans un rapport de janvier 1929 au président du conseil : « Ces questions scolaires ont toujours provoqué un maximum d’incidents et d’excitations lorsqu’elles ont été traitées à la veille d’elections municipales (réunion des enfants catholiques et protestants dans les écoles de Strasbourg à Pâques 1925 et grève scolaire… substitution de laiques à des sœurs à Illkirch) ».

26 Dont le secrétaire est Lagaude, le futur secrétaire général de l’Inspection d’Académie du Bas-Rhin à Périgueux.

27 ABR 98 AL 326. Vœu du Conseil général de la Ligue, le 7/7/1932.

28 Sur la période 1939-1945, voir dans le numéro d’octobre 2011 l’article de J.‑N. Grandhomme : « La congrégation des sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé pendant la seconde guerre mondiale », p. 523-556.

29 Extrait de la circulaire « Best » de la Direction Erziehung, Unterricht und Volksbildung, du Commissariat Civil d’Alsace du 10 septembre 1940.

30 Conférence de l’Inspecteur d’Académie Théobald à Strasbourg en décembre 1944, de l’Inspecteur d’Académie Storck à Colmar, le 25 février 1945 (Archives de la Congrégation des sœurs de Ribeauvillé).

31 AES. Projet d’ordonnance de René Capitant, communiquée à Mgr Ruch, faisant suite à une entretien du Ministre de l’Information Pierre-Henri Teitgen avec Mgr Ruch sur le même sujet. Réponse de Mgr Ruch au Ministre de l’Éducation nationale, avec copie au général de Gaulle.

32 AES. Copie du rapport Altorffer au commissaire de la République Bollaert et au ministre de l’Intérieur Adrien Tixier (novembre 1945)

33 On se reportera pour l’analyse de cette période capitale à notre article de la Revue des sciences religieuses 79 n° 4 (2005) « Statut confessionnel et statut scolaire en Alsace et Lorraine. Les débats de 1945-1946 ». Nous ne disposions pas pour ce travail des échanges entre René Capitant et Mgr Ruch, que nous ne connaissions que de façon indirecte.

34 AES. Note d’Altorffer au Commissaire de la République Bollaert, copie communiquée à Mgr Weber.

35 AES. Le Général de Gaulle aux évêques de Strasbourg et de Metz, le 12/9/1958.

36 Archives de la Congrégation de Ribeauvillé. Divers mémoires sur la situation de la congrégation de Ribeauvillé.

37 ABR 105 AL 2341. Fondation de l’EN de Sélestat. Ernsthausen à Moeller. 18 Juin 1872.

38 ABR AL 98 330. Motion du Conseil municipal de Bischheim du 29/07/1927.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Entre contestations et accommodements (1850-1960) : la présence des sœurs congréganistes dans l’enseignement public en alsace », Revue des sciences religieuses, 86/1 | 2012, 51-69.

Référence électronique

François Igersheim, « Entre contestations et accommodements (1850-1960) : la présence des sœurs congréganistes dans l’enseignement public en alsace », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/1 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1605 ; DOI : 10.4000/rsr.1605

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Professeur émérite
Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page