Navigation – Plan du site

La faculté de théologie catholique de Strasbourg en 1919

Étienne Fouilloux
p. 3-24

Résumés

En 1919, le Gouvernement français souhaite reconstituer au plus vite la Faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg, comme vitrine de la science hexagonale face à l’érudition allemande. Le recrutement de ses professeurs échoit à Louis Canet, sous-directeur des cultes pour l’Alsace et la Moselle. Il doit tenir compte de l’avis du nouvel évêque de Strasbourg, Mgr Charles Ruch, qui charge l’abbé Eugène Tisserant de servir d’intermédiaire. Le futur cardinal a conservé les lettres de Canet : elles complètent utilement la documentation connue sur cet épisode important des relations entre État et Église catholique au lendemain de la Grande Guerre.

Haut de page

Texte intégral

Documents inédits

  • 1 Sur l’histoire de la Faculté, voir le Mémorial du cinquantenaire de la Faculté de théologie catholi (...)
  • 2 Les Carnets du cardinal Alfred Baudrillart, 1er janvier 1919-31 décembre 1921 (texte présenté, étab (...)

1Au moment où éclate la Grande Guerre, la Faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg est de création récente1. Elle est issue de la convention signée le 5 décembre 1902 entre l’Empire allemand et le Saint-Siège. Celui-ci ne voit pas d’un bon œil son indépendance intellectuelle. « On était très mécontent de la Faculté allemande et du refus du serment antimoderniste », dira le cardinal Pietro Gasparri, secrétaire d’État du pape Benoît XV, au recteur de l’Institut catholique de Paris, Mgr Alfred Baudrillart, en visite ad limina le 17 avril 19192. Comme nombre de leurs collègues des facultés catholiques du Reich, ses professeurs ont en effet refusé de prêter le serment auquel Rome a assujetti tous les clercs en 1910. De plus, deux d’entre eux ont eu à subir des sanctions romaines : historien des dogmes et de l’Église, Albert Ehrhard a été privé de son titre de prélat domestique en 1908 ; et Frédéric Guillaume Maier a dû abandonner son enseignement d’exégèse pour l’aumônerie militaire en 1913. La Faculté de Strasbourg cesse de fonctionner de facto avec le retour de l’Alsace sous tutelle française. Dès lors, deux questions majeures se posent : faut-il la reconstituer et si oui avec quel personnel enseignant ?

  • 3 Né en 1871 et prêtre du diocèse de Strasbourg en 1897, François-Xavier Mathias enseigne la musicolo (...)
  • 4 Eugène Muller (Eugen Müller avant 1918), est né en 1861 et a été ordonné prêtre pour le diocèse de (...)
  • 5 Carnets, p. 195.
  • 6 Démissionnaire en janvier 1919 et retiré dans un couvent de Strasbourg, il meurt le 7 septembre de (...)
  • 7 Carnets, p. 69 et 82 (voir aussi 25 février, p. 104).

2Sur place, les avis sont partagés. Conduits par leur supérieur, François-Xavier Mathias3, plusieurs directeurs du grand séminaire de Strasbourg regrettent que la Faculté ait réduit celui-ci aux dimensions d’un simple convict à l’allemande et contestent son utilité : ils estiment suffisant de confier la formation des prêtres du diocèse de Strasbourg à un grand séminaire de plein exercice, sur le modèle français, où ils assumeraient les tâches d’enseignement. Ils s’appuient sur les réticences probables du Saint-Siège et, en « France de l’intérieur », sur le scepticisme d’un Baudrillart qui bataille au même moment pour élargir le bassin de recrutement de l’Institut catholique de Paris. D’un avis contraire est celui qui fait fonction de doyen de la Faculté, Eugène Muller4, son collègue Albert Lang et de jeunes docteurs de Strasbourg comme Alfred Boehm ou Louis Dennefeld. Ils estiment que face à la science allemande, la reconstitution d’une faculté de plein droit s’impose à Strasbourg. « Le chanoine Müller, administrateur de la Faculté catholique de Strasbourg, m’entretient deux heures durant de la nécessité de maintenir cette Faculté », note Baudrillart le 2 juin 19195. Avec l’aval de l’évêque de Strasbourg, Mgr Adolphe Fritzen, bientôt démissionnaire6, le camp de la continuité s’est imposé localement dès le début de l’année 1919, comme deux visiteurs le confirment à Baudrillart. « M. Adam, vicaire général [de Paris] et promoteur du diocèse vient de passer trois semaines en Alsace. Les partisans de l’Université de Strasbourg, faculté de théologie, l’ont emporté sur ceux du séminaire qui s’était réorganisé à la mode française ; le gouvernement semble désirer maintenir cette faculté » (21 janvier). « Je reçois la visite du supérieur du Grand Séminaire de Strasbourg, très français. Il me dit comment l’évêque a cédé aux réclamations de deux professeurs alsaciens de la Faculté de théologie, Müller et Lang, qui n’ont pas voulu devenir professeurs de séminaire, ni prêter le serment anti-moderniste, ni enseigner en latin et en français, mais uniquement en allemand. Ils ont en outre poussé à la révolte les jeunes ecclésiastiques contre le séminaire et ont organisé parmi eux un plébiscite » (6 février). Informations exactes pour l’essentiel, en dépit du parti pris qu’elles manifestent7.

  • 8 Recteur de l’académie de Grenoble, Jules Coulet est nommé directeur général de l’Instruction publiq (...)
  • 9 Carnets, p. 191. Sa liste recoupe celle de Canet pour Bardy, Mollat et Pirot.
  • 10 Ibid., p. 241. Jules Coulet est ensuite nommé recteur de l’académie de Montpellier : sa retraite ne (...)
  • 11 Camille Barrère, ambassadeur de France à Rome de 1897 à 1924.
  • 12 Citation dans F. Robardey, « Louis Canet et l’Alsace », Pie XI et la France. Études réunies par Jac (...)
  • 13 « Canet est-il bien ce qu’il faut là-bas ? Il est tellement impulsif, tellement dans la main de ses (...)

3L’argument patriotique a bien été décisif dans la décision des autorités françaises de pousser à la reconstitution. Et des négociations se sont engagées entre elles et des représentants officieux de l’Église sur le choix des professeurs. « Je reçois la visite de M. Coulet, recteur de Strasbourg8 ; il vient pour s’entendre avec moi au sujet des nominations à faire à la Faculté de théologie, dont Millerand veut décidément le maintien », écrit Baudrillart le 28 mai 1919, avant d’énumérer des noms qu’il passe de nouveau en revue avec Muller le 2 juin9. Le 5 août, changement d’interlocuteurs : « Mgr Fritzen avait délégué Mgr Ruch pour s’occuper de la Faculté de théologie. C’est Canet qui, chargé du service des cultes en Alsace, s’est finalement occupé du choix des professeurs après la retraite de Caulet [sic]10 ». Il faut dire qu’en quelques mois la situation politico-religieuse s’est rapidement transformée localement. Après la nomination d’Alexandre Millerand à la tête du Commissariat général de la République à Strasbourg fin mars 1919, le dossier a été repris par Louis Canet, son adjoint à la sous-direction des cultes. Agrégé de grammaire et ancien élève de l’École pratique des hautes études, celui-ci a été pensionnaire de l’École française de Rome, dirigée par Mgr Duchesne, entre 1912 et 1916. Sans avoir l’intention d’abandonner ses études d’exégèse et d’histoire du christianisme ancien, ce gallican convaincu, proche de prêtres modernistes comme Loisy ou Tyrrell, a fait ses premières armes diplomatiques au bureau de presse et de renseignements du Ministère des Affaires étrangères à l’Ambassade de France près le Quirinal, avant d’offrir ses services à Millerand pour une tâche délicate : négocier le passage des cultes en Alsace et Moselle de la tutelle d’un Empire protestant à celle d’une République laïque, sans rupture du pacte concordataire. « Canet est allé à Strasbourg […] Il a vu des gens d’Église et des professeurs théologiens strasbourgeois. Tous l’ont accueilli avec enthousiasme, lui ont demandé de revenir et de rester. Il s’agirait qu’il eût un poste d’intermédiaire entre le gouvernement français et le monde d’Église alsacien […] Il est très indiqué pour cette tâche : parfaite tenue, grand patriotisme, profonde érudition quant aux matières religieuses, sens politique du catholicisme. Barrère11 enchanté de le voir en Alsace, lui a donné une lettre pour Millerand, et il va repartir voir ce qui peut être fait », écrit le 4 avril dans son Journal Augustine Bulteau12, proche de Mgr Duchesne qui n’est pas précisément de son avis13. Adoubé par Millerand, Canet devient ainsi sous-directeur des cultes pour l’Alsace et la Moselle en mai 1919. Et il hérite du dossier de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg dans un contexte peu favorable.

  • 14 Carnets, p. 146.
  • 15 « C’est du Clemenceau. Tout le monde connaît son tempérament », note Mgr Ruch en marge de la lettre (...)
  • 16 « Si seulement, sans qu’il y ait rupture entre le Saint-Siège et la France, l’affaire en ce qui me (...)

4Car du côté de l’Église en Alsace, les choses ont bien changé aussi. Par lettre à l’évêché de Strasbourg du 15 mars, le Saint-Siège a signifié qu’il considérait comme nulles les conventions antérieures, y compris celle concernant la Faculté de théologie : elle « subsistera si le gouvernement français le veut, car ce n’est pas au Saint-Siège de supprimer une faculté de théologie. Mais on aimerait autant qu’elle ne subsistât pas, parce qu’on craint qu’elle ne devienne un refuge de tous les professeurs d’opinion peu sûre dont les Facultés catholiques ne veulent pas », précise le cardinal Gasparri au recteur Baudrillart le 17 avril14. Conseillé par le prêtre-député Jules Lemire et par le cardinal-archevêque de Paris Léon Amette, le gouvernement Clemenceau a pourvu de manière unilatérale au remplacement de Mgr Fritzen : le 24 avril 1919 paraît au Journal officiel le décret de nomination de Mgr Charles Ruch, évêque de Nancy depuis octobre 1918, au siège de Strasbourg15. Bien qu’issu d’une famille alsacienne ayant opté pour la France, celui-ci est fort marri de cette promotion qu’il s’empresse d’aller décliner à Rome16. En vain. Après s’être fait prier, le Saint-Siège, sensible au maintien du statu quo concordataire dans les provinces revenues à la France, finit par lui accorder l’investiture canonique le 1er août.

  • 17 É. Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant. Une biographie, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.
  • 18 D’après l’agenda du futur cardinal. Nous remercions vivement Madame Paule Hennequin de nous l’avoir (...)
  • 19 « Transmis lettre Canet à Amann, agenda, 27 août et 1er septembre 1919.

5Dans l’intervalle, Canet a bien avancé sur les nominations à la Faculté de théologie. Il doit cependant compter avec le nouvel évêque de Strasbourg qui, longtemps professeur de dogme au grand séminaire de Nancy, connaît bien le vivier disponible, et sait les réticences de Rome à l’encontre de la Faculté. Mais Ruch ne prend possession du siège de Strasbourg qu’en octobre 1919… Entre-temps, il lui faut un homme de confiance pour négocier avec Canet. Ce sera l’abbé Tisserant, scriptor à la Bibliothèque vaticane. Né en 1884, élève au grand séminaire de Nancy de 1900 à 1904, Eugène Tisserant a pris comme directeur spirituel Charles Ruch, par ailleurs ami de sa famille. Celui-ci a tôt détecté son talent pour l’apprentissage des langues, anciennes ou modernes, et il l’a aiguillé vers une carrière de savant orientaliste. Après des études à l’École biblique de Jérusalem (1904-1905) et à l’Institut catholique de Paris (1906-1908), l’abbé Tisserant, ordonné en 1907, a été appelé à Rome en 1908 pour enseigner l’assyrien à l’Apollinaire et pour s’occuper des manuscrits orientaux de la Bibliothèque vaticane. Il y a sans doute croisé Canet, élève de l’École française. Après un conflit où il s’est illustré au Ministère de la Guerre et dans le détachement français de Palestine, le prêtre lorrain de retour à Rome est désireux de fonder spirituellement son travail de savant : il est alors accueilli dans la Société des prêtres de saint François de Sales par Mgr Ruch qui y devient son probateur17. Rien d’étonnant donc à ce que l’évêque charge son protégé de lui servir d’intermédiaire avec Canet : en vacances à Nancy, l’abbé Tisserant ne rencontre pas moins de neuf fois le prélat entre le 6 juillet et le 22 septembre 191918. La plupart des noms évoqués lui sont familiers, car les choix de Canet se portent sur des prêtres de sa génération : presque tous sont nés, comme lui, autour de 1880 ; et il en connaît un bon nombre personnellement, soit parce qu’ils appartiennent, comme lui, au clergé de Nancy, soit parce qu’il les a fréquentés à Paris entre 1906 et 1908. Il est notamment proche de l’abbé Émile Amann, qui l’a précédé de peu sur les bancs du grand séminaire et sur ceux de l’Institut catholique, au point de lui communiquer certaines des lettres de Canet19.

  • 20 « À midi vu Sup. gr. Sém. Strasbourg. À 18 h 30 vu Canet, que j’ai reconduit à la gare », même sour (...)
  • 21 Dans la Faculté des lettres au contraire, malgré l’opposition d’Alexandre Millerand qui considère q (...)
  • 22 « Positions classiques et nouvelles tendances », dans laquelle il relativise les premières à l’aide (...)

6Celui-ci fait le voyage de Strasbourg à Nancy le 26 juillet 1919, pour rencontrer Tisserant20. S’ensuit une correspondance brève mais fournie que le futur cardinal, soucieux de ses archives, a pour l’essentiel conservée. Avec les Carnets de Mgr Baudrillart, récemment publiés, elle fournit un éclairage neuf sur les propositions de Canet et sur les réserves qu’elles suscitent, chez Mgr Ruch notamment. Le sous-directeur des cultes y affirme sa volonté de faire de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg un lieu d’excellence, une vitrine de la science française face à l’érudition allemande. Aussi sollicite-t-il des prêtres dotés de titres universitaires obtenus, si possible, dans des établissements publics ; mais il ne craint pas non plus de déshabiller l’Institut catholique de Paris pour habiller la Faculté de Strasbourg, au grand dam du recteur Baudrillart. Et ses préférences personnelles comptent dans les choix qu’il suggère. Philologue et historien de formation, il accorde bien plus à la théologie positive qu’à la philosophie et à la théologie spéculative : outre les chaires d’exégèse de l’Ancien et du Nouveau Testament, pas moins de trois postes prévus pour l’histoire ecclésiastique, ancienne, médiévale et moderne, sur le patron des départements d’histoire des Facultés d’État. Sauf en philosophie, tous ses candidats de première ligne sont des historiens : du dogme, de la théologie, de l’Église, de la liturgie ou du droit canon. Et ce sont pour la plupart des prêtres qu’on peut classer dans la catégorie des « progressistes », selon le vocabulaire d’époque : ni modernistes, bien que certains d’entre eux aient, comme Canet, de solides amitiés modernistes (Baudin, Hemmer, Venard), ni antimodernistes à tout crin, mais apôtres d’une troisième voie, ou d’un tiers parti, entre ces deux extrêmes21. Bon nombre d’entre eux proviennent en effet de milieux dont l’orthodoxie n’est pas synonyme d’intransigeance : le grand séminaire de Nancy, berceau du Dictionnaire de théologie catholique (Amann, Baudin, Fonck, Gaudel, Godefroy) ; la lignée de Mgr Pierre Batiffol à Toulouse (Capéran, Rivière, Saltet) ; ou l’Institut catholique de Paris avant sa reprise en mains par Mgr Baudrillart (Constant, Hemmer, Magnin, Simeterre). Plusieurs sont en outre, directement ou indirectement, des disciples du grand maître de l’histoire ancienne de l’Église qu’est Mgr Duchesne (Andrieu, Hemmer, Mollat, Saltet). Canet peut donc se douter que certains noms avancés vont faire tiquer Rome, où ils sont déjà connus en mauvaise part : Batiffol et Hemmer pour les plus âgés, mais aussi Amann, Baudin, Rivière ou Venard, suspects de complaisance pour le modernisme. L’abbé Amann a dû abandonner son enseignement de sciences au grand séminaire de Nancy, ce qui explique peut-être la réserve de Mgr Ruch à son endroit. La pensée de l’abbé Baudin, professeur de philosophie au Collège parisien Stanislas, est assez éloignée du thomisme prôné par Rome ; aussi Baudrillart l’a-t-il écarté de l’Institut catholique. L’abbé Rivière a dû faire acte de soumission après qu’un décret du Saint-Office de 1918 a contredit son étude sur « Le problème de la science humaine du Christ22 ».

  • 23 Carnets, p. 285 ; « Déj. évêché. CR [Charles Ruch] n’a pas autorisation d’envoyer des séminaristes (...)
  • 24 Carnets, p. 297.

7Canet doit donc limiter ses ambitions sous l’œil soupçonneux de Rome. « Le Saint-Siège a décidé que les étudiants ecclésiastiques de Strasbourg feraient leurs études au grand séminaire et non à la Faculté. L’évêque enverra qui il voudra d’entre ceux qui auront terminé leurs cours au séminaire faire des études supérieurs à la Faculté de théologie : c’est le système français. Le doyen Müller m’écrit et prétend que c’est l’arrêt de mort de cette faculté, maintenue par le gouvernement français », note Baudrillart le 7 octobre 191923. Et le 22 octobre : « Je déjeune à Strasbourg avec Mgr Ruch. Il me parle beaucoup de l’affaire de la Faculté. Le cardinal Gasparri lui a dit que c’était une question de confiance pour lui de n’y pas laisser aller les séminaristes ; qu’il avait jadis conseillé à Léon XIII le contraire et qu’il n’avait jamais cessé de s’en repentir ; que les résultats avaient été désastreux. Canet, de son côté, est très irrité, et dit qu’il n’a plus rien à faire en Alsace s’il ne l’emporte pas sur ce point ». « Mais on se passera très bien de lui en Alsace », ajoute perfidement le recteur24. Une telle mesure risque en effet de limiter le recrutement de la Faculté.

  • 25 « Écrit Baudin », agenda 26 août.
  • 26 Absent d’un agenda où il note toutes les lettres envoyées.
  • 27 Carnets,p. 472.
  • 28 Article « Messianisme » du Dictionnaire de théologie catholique et livre qui en est tiré, Le messia (...)
  • 29 Correspondance avec Madame Bulteau, p. 585 et 591.

8D’ailleurs, les candidats aux chaires ouvertes ne se bousculent pas : non seulement l’Institut catholique de Paris refuse de se laisser dépouiller, mais plusieurs des prêtres pressentis hésitent à rejoindre une faculté dont le statut demeure incertain : si Baudin, relancé par son aîné Tisserant25, qu’il a aidé dans la préparation du baccalauréat ès lettres, finit par accepter la chaire de philosophie, Constant, Hemmer et Venard se récusent tandis que Bardy et Pirot préfèrent les Facultés catholiques de Lille. Canet tient compte des avis de Mgr Ruch transmis par Tisserant, mais les suggestions de celui-ci ne sont pas suivies d’effet : il ne semble pas avoir sollicité l’abbé Louis Capéran26 ; et son ancien élève de l’Apollinaire l’abbé Louis Thomas, du diocèse de Metz, n’obtient pas la chaire de Nouveau Testament qui échoit à Jean-Baptiste Colon en 1920. Lors de la rentrée solennelle de l’Université de Strasbourg, fin novembre 1919, le dispositif n’est pas complet : des nominations interviendront jusqu’au printemps 1920. Et il faudra attendre le décret du 30 mai 1924 pour que soit fixée la composition de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg. La comparaison entre ce point d’arrivée et le plan exposé à Tisserant par Canet le 5 août 1919 montre les concessions auxquelles celui-ci a dû se résoudre : une seule chaire d’Écriture sainte et une seule chaire d’histoire ecclésiastique notamment. Du côté des hommes, et non plus des structures, la continuité est assurée par un fort contingent alsacien : Lang et Muller, ainsi que leurs anciens élèves Boehm et Dennefeld. Fondateur de la puissante Union populaire républicaine sur la liste de laquelle il est élu député le 16 novembre 1919, Muller cède rapidement le décanat à Lang. Parmi les « Français de l’intérieur », seuls Amann, Baudin, Mollat et Rivière faisaient partie du premier choix de Canet. Mais c’est encore trop pour Rome. « Il me parle des concessions faites à l’État (bien à contrecœur) pour les facultés de Varsovie et de Strasbourg », écrit Mgr Baudrillart le 11 mai 1920 après un entretien avec Mgr Sinibaldi, secrétaire de la Congrégation des séminaires et universités. On est mécontent de la faculté de Strasbourg ; la nomination de l’abbé Rivière est un grand scandale ; celle de l’abbé Baudin est fâcheuse, puisque je [Baudrillart] lui avais fait quitter l’Institut catholique. L’évêque a-t-il été trompé ? », lui aurait dit le prélat romain27. La mise à l’Index des travaux de Louis Dennefeld sur le messianisme ne fera que raviver la plaie en 193028. Malgré toutes ces réserves, le maintien d’une faculté de théologie catholique à Strasbourg est cependant à porter au crédit de Louis Canet. Bien qu’il regrette « le défroquage du philologue C[anet] », Mgr Duchesne reconnaît le 4 septembre 1919 son aptitude à l’administration. Et il souhaite le 29 décembre qu’on trouve « une petite place pour la tête de Canet, qui a tant travaillé à recoller ce vase brisé » qu’était la Faculté de théologie29. Le directeur de l’École française de Rome ne tarde pas à être entendu : président du Conseil des ministres et Ministre des Affaires étrangères le 20 janvier 1920, Alexandre Millerand emmène son adjoint à Paris, comme conseiller technique sur les cultes du Quai d’Orsay : son passage à Strasbourg aura servi de tremplin à Canet pour un poste à sa mesure qu’il va occuper pendant un quart de siècle, jusqu’en 1946.

Haut de page

Annexe

Documents

1. Strasbourg, Direction des Cultes, 5 place de la République
5 août 191930

Cher Monsieur l’Abbé,

J’ai fait réserver, comme nous en étions convenus, l’ampliation de M. Boehm31 : il sera toujours temps, si M. Simeterre refuse32, de revenir à la combinaison proposée par Mgr Ruch. Si au contraire M. Simeterre accepte, et que la première année de philosophie doive rester au petit séminaire, nous n’avons que faire à l’Université d’une maîtrise de conférences. Cette question reste en suspens. La candidature de M. Palhoriès33, je ne saurais dire pourquoi, ne me sourit pas beaucoup. Mgr Ruch s’est-il renseigné sur M. Bottinelli34 ?

Je prends bonne note de ce que vous me dites de M. Capéran35 ; je tiens pourtant à vous signaler que M. Garriguet36 ne lui paraît pas favorable. Je tombe d’accord avec Mgr Ruch que la fondation d’une maîtrise pour la théologie est chose souhaitable ; mais je crains de me heurter à l’opposition du doyen37, lequel voudrait au moins attendre le retour de quelques jeunes alsaciens qui achèvent leurs études à l’Institut catholique de Paris. Si Mgr Ruch ne croit pas l’argument recevable, je poserai de nouveau ici la question d’une maîtrise de théologie.

J’ai dit à M. Durantel38 que sa candidature s’était heurtée à un veto d’une autorité compétente. Comme les autorités compétentes sont multiples, le secret demeure suffisamment gardé39. Quant à moi, je ne lui avais fait aucune promesse : encore une fois, il n’était pas mon candidat.

Pour l’histoire, j’avais élaboré deux combinaisons : d’une part Amann40 – Mollat41 – Constant42, d’autre part Hemmer43 – Mollat – Constant. J’avais écarté la candidature Saltet44, pour la raison morale que je vous ai dite45, quoique le doyen Muller y trouvât de sérieux avantages. Or voici qu’une très haute personnalité scientifique, qui juge en toute objectivité, me fait savoir que M. Saltet est un homme de plus de valeur que MM. Mollat et Constant. Je me demande dès lors s’il ne faut pas passer outre à mon préjugé et substituer Saltet à Mollat. Je voudrais avoir là-dessus, le plus tôt possible, le sentiment de Mgr Ruch.

Il semble que pour le droit canon la personnalité de M. Erman [ ?]46 soit un peu mince. On dit d’ailleurs qu’il n’est pas aimé du clergé de Metz, et que la Lorraine ne serait pas satisfaite de se voir représentée en sa personne à l’Université de Strasbourg. C’est pourquoi je me propose de donner un nouvel assaut pour obtenir du Cardinal Amette47 qu’il nous cède M. Magnin48. Mgr Ruch voudrait-il cependant, par précaution, se renseigner sur M. Le Braz, qui est maintenant à Rome comme officier49, et qui, si Mgr Duchesne50 est bien renseigné, s’occupe de droit canonique ?

Je n’entends pas non plus renoncer à M. Vénard [sic]51 quoique nous puissions, à la rigueur, le remplacer par M. Bardy52. Les intérêts engagés dans cette affaire sont trop graves pour que nous renoncions aux meilleurs candidats. C’est pour une large part sur la Faculté catholique que les Allemands du Rhin jugeront la France. Ils se moquent déjà de la Faculté protestante, et plutôt que de leur donner à rire du catholicisme français, je suis dès à présent disposé à quitter Strasbourg, mais en disant pourquoi.

Voici dans leur ensemble les deux combinaisons auxquelles je m’étais arrêté :

1ère combinaison

Professeurs

Chargés de cours

Maîtres de conférences

Apologétique

Rivière53

Amann

Dogme et archéologie

Muller

Théologie morale

Godefroy54

Ancien Test.

Dennefeld55

Pastorale

Lang56

Droit canon

Magnin

Philosophie

Simeterre

[Boehm]

Nouveau Test.

Vénard (ou Bardy)57

Vénard

Hist. Ancienne

Hemmer

Hist. Médiévale

Mollat58

Mollat

Histoire moderne

Constant

2ème combinaison

Apologétique

Rivière

Dogme et Archéol.

Muller

Capéran ou N

Morale

Godefroy

A T

Dennefeld

Pastorale

Lang

Dr. Canon

Magnin

Philosophie

Simeterre

[Boehm]

NT et origines chrétiennes

Bardy

Hist. Ancienne

Amann

Hist. Médiévale

Mollat (ou Saltet)

Hist. Moderne

Constant

Peut-être Mgr Ruch jugera-t-il qu’en tous cas c’est un historien de trop. Ce n’est pas que j’attache à l’histoire plus d’importance qu’au reste : mais je cherche à réunir tout ce que je peux d’hommes qui puissent faire honneur à la Faculté. Veuillez me dire en toute simplicité le sentiment de Mgr Ruch et le vôtre.

J’attends une réponse de M. Simeterre et une de M. Hemmer. Dès que nous serons fixés sur l’organisation de l’enseignement historique, la situation s’éclaircira.

J’ai été moi aussi très heureux de vous voir un peu longuement59 ; je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mon œuvre, et je vous prie, cher Monsieur l’Abbé, de croire à ma vive sympathie.

Louis Canet

J’ai reçu la lettre de M. Bone60. Puis-je vous demander de l’en remercier en mon nom ?

Au moment de fermer ma lettre, je reçois celle de M. Bone sur M. Venard. La cause est entendue, nous n’en parlerons plus : mais je serais curieux de savoir si M. Venard61 et Mgr Caillot62 prêchent à leurs ouailles l’esprit de sacrifice.

* * *

2. Strasbourg, 17 août 191963

Cher Monsieur l’Abbé

Une idée me vient que je veux vous soumettre sans tarder : si Mgr Ruch ne veut à la chaire de philosophie ni M. Baudin64 ni M. Bottinelli, pourquoi n’y mettrait-on pas Bardy, qui a ses titres (il est même diplômé d’études supérieures) et qui est actuellement professeur de philosophie dans un collège ecclésiastique à Besançon ? Mais il faudrait alors pourvoir à la chaire de NT et origines chrétiennes : on aurait à choisir entre M. Amann et M. Pirot65. Qu’en dites-vous et qu’en dit Mgr Ruch ? Je n’ai encore parlé de cette combinaison ni à M. Müller ni à M. Bardy, et je ne ferai pas avant d’avoir votre réponse.

Mgr Boudinhon66 est en Alsace chez Mgr Müller-Simonis67. Je le verrai sous peu et je lui parlerai de notre chaire de Droit canon.

J’attends toujours, au sujet de M. Magnin, la réponse de l’Archevêque de Paris.

Je regrette beaucoup M. Simeterre. C’était l’homme qu’il fallait. Mgr Ruch n’a-t-il aucun moyen d’action sur Mgr Baudrillart68 ?

Croyez, cher Monsieur l’Abbé, à ma bien vive sympathie.

Louis Canet

* * *

3. Strasbourg, Direction des cultes, 5 place de la République
22 août 191969

Cher Monsieur l’Abbé,

Mgr Baudrillart nous refuse M. Simeterre, et le cardinal Amette M. Magnin. Pour la chaire de philosophie, je laisse à Mgr Ruch le soin d’étudier le cas Baudin – Bottinelli, à moins qu’on ne découvre un nouveau candidat plus idoine ; charger M. Simeterre du cours, soit qu’il vint à Strasbourg deux jours par semaine, soit que l’Institut catholique consentît à nous le prêter pour un ou deux semestres, apparaîtrait ici comme un expédient peu admissible : j’ai déjà eu quelque peine à faire accepter cette combinaison pour M. Godefroy ; quant à se contenter, même provisoirement de M. Boehm, M. Müller lui-même déclare qu’on n’y peut pas songer.

Mgr Boudinhon, avec qui j’ai passé la journée de mercredi, ne connaît pas M. Le Braz ; il est donc peu probable que M. Le Braz soit un as70. Je crois donc que le mieux serait d’obtenir de M. Erman qu’il acceptât d’être chargé de cours pour deux ou trois ans. D’ici là M. Magnin aurait le temps de former un successeur pour l’officialité de Paris, et le cardinal Amette de s’exercer à la bonne volonté : car il faudra bien un jour ou l’autre que nous ayons M. Magnin.

La combinaison Bardy – Amann – Mollat – Constant ne souffrira pas difficulté. Les nominations seraient faites si M. Müller ne s’était mis dans l’espoir de faire une nouvelle tentative auprès de Mgr Batiffol71. Dieu fasse qu’il soit repoussé.

Mgr Boudinhon dit grand bien de M. Capéran. Il dit que bien des années passeront avant que les Alsaciens de l’Institut catholique puissent assumer la charge d’une maîtrise de conférences et que ce serait une bonne opération de s’assurer de suite de la collaboration d’un homme aussi distingué. Il suffirait pour cela de maintenir un des futurs professeurs dans le cadre des maîtres de conférences, puisque nous comptons que deux maîtres de conférences équivalent à un professeur et réciproquement.

La brochure de propagande va paraître qui contiendra une notice sur chacune des Facultés. La notice de la Faculté catholique est jusqu’ici si pauvre que le Recteur72 en est humilié. J’ai demandé à M. Müller de la corser de son mieux ; mais je crois me rappeler que de son côté Mgr Ruch a élaboré un plan d’études ; s’il ne voyait pas inconvénient à me communiquer ce plan je pourrais peut-être l’utiliser pour compléter la notice ; mais il faudrait qu’il ne me fît pas attendre, car tout est déjà imprimé sauf ce qui concerne les deux facultés de théologie et l’École de pharmacie.

Ne parlons plus de M. Pirot. Ce que vous m’en dites coïncide trop bien avec ce que je savais de lui par ailleurs. Je ne parlais de lui qu’à mon corps défendant. Il est maintenant arrêté que M. Bardy est notre candidat à tous pour le NT et les origines chrétiennes.

Je garde pour moi ce que vous me dites de M. Baudin73, et je laisse M. Simeterre, qui se fait le champion de cette candidature contre toute espèce d’objections, débattre ce cas difficile avec l’autorité épiscopale.

Dites-moi bien vite, au moins approximativement, l’âge de MM. Amann et Constant. Croyez, cher Monsieur l’Abbé, à ma respectueuse sympathie.

L C

* * *

4. Commissariat général de la République, République Française
Direction des Cultes
Strasbourg, le 17 sept. 1919

Cher Monsieur l’Abbé,

Voici de nouvelles difficultés :

1° M. Constant, plutôt que d’accepter une maîtrise de conférences74, retire sa candidature.

2° M. Bardy, après avoir accepté sa nomination, la refuse pour « des raisons nouvelles et imprévues » qu’il ne précise pas75.

Il n’est pas urgent de pourvoir au remplacement de M. Constant mais il importe de trouver au plus tôt un successeur à M. Bardy. N’était l’opposition de Mgr Ruch, le mieux serait, je crois, de donner le NT à M. Amann76, et de faire appel à un autre historien. On a parlé de M. Saltet, qui ne me plaît pas, comme vous savez, mais enfin il ne s’agit pas de mes goûts personnels.

J’ai écrit à M. Simeterre qu’il voulût bien inviter M. Baudin à poser sa candidature. Rien n’est venu jusqu’ici. J’ai reçu hier de M. Durantel la lettre que je joins ici et que je vous prie de vouloir bien me retourner. Je vais lui répondre que je ne puis reprendre la négociation en ce qui le concerne, et que je l’engage, s’il le juge à propos, à entrer en relations avec Mgr Ruch. Entre nous soit dit, je le crois beaucoup plus près de la tradition scolastique que M. Baudin et même que M. Simeterre77. Cependant, comme je vous l’ai dit, il ne m’est pas très sympathique et j’aurais scrupule à revenir sur la question puisque j’ignore les raisons qui ont entraîné le veto de Mgr Ruch.

Pour le droit canon, je crois que je vais prier le Commissaire général78 de s’adresser personnellement à l’archevêque de Paris, pour obtenir de lui M. Magnin. Si la démarche n’a pas de succès, il faudra savoir qui est M. Trilh [sic], que Mgr Batiffol patronne et dont Mgr Boudinhon dit du bien. Peut-être serait-il prudent de se renseigner dès à présent sur M. Trilh [sic]79.

Je ne sais comment faire accepter à M. Müller la candidature Capéran. Si j’avais lu les deux volumes sur le salut des Infidèles80, il me serait plus aisé de la défendre. Serait-il indiscret, en l’absence de Mgr Ruch, de prier M. Bonnet [sic]81 de me confier pour quelques jours ces deux volumes dont j’ai vu l’un à l’évêché ? Croyez, cher Monsieur l’Abbé, à ma bien vive sympathie.

Louis Canet

* * *

5. Strasbourg, le 20 sept. 1919

Cher Monsieur l’Abbé,

J’ai plaisir à lire ce que vous m’écrivez de M. Durantel ; mais je crois qu’il est trop tard et que M. Baudin prendra la chaire de philosophie.

Je prends bonne note du nom de M. Thomas82. Vous ne pensez pas, n’est-il pas vrai, qu’on puisse songer à M. David, que vous avez sans doute connu à Saint-Louis des Français83. M. Trilhe est cistercien, ce qui le rend impossible84. On me faisait remarquer ce matin que M. Durantel est gradué en droit canon et en droit civil ; n’empêche qu’il n’est pas canoniste. Vous voyez bien que c’est M. Magnin qu’il nous faut85.

Avez-vous le moyen d’atteindre M. Capéran, et de lui demander, à titre privé, s’il accepterait d’être maître de conférences pour la théologie dogmatique ? Le traitement de début sera vraisemblablement de 12. 000 F. J’ai reçu le volume, mais je ne l’ai pas encore lu.

Croyez que je n’ai pas l’intention de quitter définitivement ni mes études bibliques ni mes études liturgiques : aussi n’oublierai-je pas l’offre aimable que vous me faites86. Adieu, cher Monsieur l’Abbé, vous m’avez donné une aide précieuse pour mener à bien ma tâche et je vous en suis très reconnaissant. Aussi vous prié-je de croire à ma très vive sympathie.

Louis Canet

Dimanche

J’ai commencé à lire Capéran, et je suis d’avis que vous lui fassiez écrire, à titre privé, sans plus attendre.

Je ne suis pas d’avis que l’on s’humilie devant M. Bardy. Néanmoins si Mgr Ruch juge bon de lui demander des explications, ou d’essayer de le retenir, je n’y vois pas d’inconvénient. La lettre qu’il m’a écrite est une lettre personnelle : je puis n’en pas tenir compte.

* * *

6. Strasbourg, le 22 sept. 191987

Cher Monsieur l’Abbé,

On vient de m’indiquer pour la chaire de NT un ancien sulpicien, M. Cersoy88, qui aurait enseigné, me dit-on, au Séminaire d’Issy et à celui de Lyon. C’est un nom que j’entends pour la première fois : le connaissez-vous ?

On m’a nommé aussi, mais comme très inférieur au précédent M. Bordet89, sous directeur de l’Institut Saint-François de Sales à Dijon.

Ce que vous me dites de M. Thomas me le fait vivement désirer.

Très cordialement à vous

Louis Canet

Avez-vous écrit ou fait écrire à M. Capéran90 ?

* * *

7. Direction des Cultes, 5 place de la République.
Strasbourg, le 24 décembre 1919

Cher Monsieur l’Abbé,

Me revoici. Vous savez que notre Faculté est enfin agréée par le Saint-Siège. Il ne s’agit plus que d’en compléter le personnel, et c’est ici que je voudrais encore vous demander conseil.

On m’a signalé comme un excellent professeur de théologie votre ancien collègue de Nancy, M. Fonck91, aujourd’hui professeur au grand séminaire de Meaux. M. Fonck a pour garants : MM. Venard, Jérôme92, Baudin, Amann (qui a liquidé sa vieille querelle), Bonet, et je crois, Mangenot93. C’est plus qu’il ne faut, direz-vous. Sans doute, mais Mgr Ruch le récuse. A-t-il tort ou raison, je ne sais, et c’est pourquoi je voudrais vous demander votre avis.

Si votre avis est favorable à M. Fonck, je vous serais reconnaissant 1° de me télégraphier au reçu de cette lettre ; 2° de m’écrire une lettre que je puisse montrer à Mgr Ruch, quitte à m’envoyer à part un supplément d’information.

Á défaut de M. Fonck, on m’avait aussi indiqué MM. Gaudel94 et Charpentier. M. Gaudel ne veut pas venir et Mgr Ruch ne semble pas goûter M. Charpentier.

Adieu, cher Monsieur l’Abbé ; je vous écris en hâte. Tous mes vœux de bonne année. Croyez à ma meilleure sympathie.

Louis Canet

Mon affectueux souvenir à Mgr Boudinhon et à Mgr Mercati95. Je pense que la nomination de M. Andrieu96 est signée à l’heure qu’il est, mais j’attends pour l’en avertir d’en avoir la nouvelle assurée.

* * *

8. Affaires étrangères

Direction des Affaires politiques et commerciales
23, rue Las Cases (VIIe) 7 mai 1920

Cher Monsieur l’Abbé,

Vous seriez aimable de me dire ce qu’il faut penser de M. Colon, professeur d’Écriture Sainte au Grand Séminaire de Moulins, qui a fait ses études à Rome97. On m’a parlé de lui pour la chaire de Strasbourg qui est encore à pourvoir.

Croyez, cher Monsieur l’Abbé, à tout mon affectueux respect.

Louis Canet

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire de la Faculté, voir le Mémorial du cinquantenaire de la Faculté de théologie catholique, 1919-1969, Revue des sciences religieuses, juillet-octobre 1969 (dans lequel le nom de Canet n’apparaît pas) ; et La théologie dans l’Université et dans l’Église. Centenaire de la Faculté (1902-2002), ibid., janvier 2004 (notamment l’article de L. Perrin, « Esquisse d’une histoire de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg », p. 125-134, qui souligne cette absence).

2 Les Carnets du cardinal Alfred Baudrillart, 1er janvier 1919-31 décembre 1921 (texte présenté, établi et annoté par Paul Christophe), Paris, Cerf, 2000, p. 146 [désormais cité : Carnets].

3 Né en 1871 et prêtre du diocèse de Strasbourg en 1897, François-Xavier Mathias enseigne la musicologie à la Faculté de théologie depuis 1907 ; il est supérieur du grand séminaire entre 1908 et 1921.

4 Eugène Muller (Eugen Müller avant 1918), est né en 1861 et a été ordonné prêtre pour le diocèse de Strasbourg en 1884 ; après des études à Münster et Würzburg, il est nommé professeur au grand séminaire de Strasbourg en 1888, puis professeur de théologie dogmatique à la Faculté en 1903. Membre influent du Zentrum en Alsace, il a été élu député au Landtag du Reichsland en 1911.

5 Carnets, p. 195.

6 Démissionnaire en janvier 1919 et retiré dans un couvent de Strasbourg, il meurt le 7 septembre de la même année.

7 Carnets, p. 69 et 82 (voir aussi 25 février, p. 104).

8 Recteur de l’académie de Grenoble, Jules Coulet est nommé directeur général de l’Instruction publique et des Beaux-Arts d’Alsace-Moselle au début de 1919.

9 Carnets, p. 191. Sa liste recoupe celle de Canet pour Bardy, Mollat et Pirot.

10 Ibid., p. 241. Jules Coulet est ensuite nommé recteur de l’académie de Montpellier : sa retraite ne concerne donc que son court passage à Strasbourg.

11 Camille Barrère, ambassadeur de France à Rome de 1897 à 1924.

12 Citation dans F. Robardey, « Louis Canet et l’Alsace », Pie XI et la France. Études réunies par Jacques Prévotat, Collection de l’École française de Rome, 438, 2011, p. 59-60.

13 « Canet est-il bien ce qu’il faut là-bas ? Il est tellement impulsif, tellement dans la main de ses indignations que j’ai peur qu’il ne brouille les cartes là-bas après les avoir brouillées ici » (L. Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau, 1902-1922, Collection de l’École française de Rome, 427, 2009, p. 581, 10 avril 1919).

14 Carnets, p. 146.

15 « C’est du Clemenceau. Tout le monde connaît son tempérament », note Mgr Ruch en marge de la lettre du 4 mai dans laquelle l’abbé Eugène Tisserant lui a fait part de son étonnement (Archives du cardinal Tisserant). Sur cette nomination (et celle de Mgr Jean-Baptiste Pelt à Metz), voir la mise au point de J.-M. Mayeur, Un prêtre démocrate, l’abbé Lemire, 1855-1928, Paris/Tournai, Casterman, 1968, p. 555-556 ; à laquelle on peut ajouter les notes de Mgr Baudrillart : 14, 17, 24, 25, 28 avril, 3 mai et 26 juin, op. cit., p. 143, 146, 160, 161, 166, 171 et 212.

16 « Si seulement, sans qu’il y ait rupture entre le Saint-Siège et la France, l’affaire en ce qui me concerne pouvait rater ! », note-t-il en marge de la lettre de l’abbé Tisserant du 4 mai.

17 É. Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant. Une biographie, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.

18 D’après l’agenda du futur cardinal. Nous remercions vivement Madame Paule Hennequin de nous l’avoir saisi pour les mois de juillet à septembre 1919.

19 « Transmis lettre Canet à Amann, agenda, 27 août et 1er septembre 1919.

20 « À midi vu Sup. gr. Sém. Strasbourg. À 18 h 30 vu Canet, que j’ai reconduit à la gare », même source.

21 Dans la Faculté des lettres au contraire, malgré l’opposition d’Alexandre Millerand qui considère que cette nomination est une provocation en régime concordataire, l’ancien prêtre moderniste Prosper Alfaric, désormais proche de la Libre Pensée, inaugure une chaire d’histoire des religions (M. Simon, « Une originalité à l’Université de Strasbourg : la chaire d’Histoire des Religions », Au berceau des Annales. Le milieu strasbourgeois. L’histoire en France au début du XXe siècle, sous la direction de Charles-Olivier Carbonell et Georges Livet, Presses de l’Institut d’études politiques de Toulouse, 1983, p. 59-63).

22 « Positions classiques et nouvelles tendances », dans laquelle il relativise les premières à l’aides des secondes (Bulletin de littérature ecclésiastique, 1915-1916, 6 [30 juin 1916], p. 241-261 ; 7 [30 juillet], p. 289-314 ; 8 [20 octobre], p. 337-364). Le décret du 7 juin, publié dans les Acta Apostolicae Sedis du 1er juillet (p. 282) ne cite pas son nom.

23 Carnets, p. 285 ; « Déj. évêché. CR [Charles Ruch] n’a pas autorisation d’envoyer des séminaristes à la faculté. Gasparri a dit que la création de cette faculté est l’acte de sa vie qu’il regrettait le plus », agenda Tisserant, 23 septembre.

24 Carnets, p. 297.

25 « Écrit Baudin », agenda 26 août.

26 Absent d’un agenda où il note toutes les lettres envoyées.

27 Carnets,p. 472.

28 Article « Messianisme » du Dictionnaire de théologie catholique et livre qui en est tiré, Le messianisme, Paris, Letouzey et Ané, 1929 (Acta Apostolicae Sedis, 15 janvier 1931, p. 14).

29 Correspondance avec Madame Bulteau, p. 585 et 591.

30 Manuscrite comme les autres pièces du dossier, dans les Archives du cardinal Tisserant. « Reçu lettre de Canet et répondu », note l’abbé Tisserant dans son agenda en date du 7 août. Il reçoit une autre lettre de Canet le 10 août, sans lui répondre, mais la transmet à l’abbé Camille Bonet, secrétaire particulier de Mgr Ruch.

31 Né en 1884, prêtre du diocèse de Strasbourg en 1906, Alfred Boehm y obtient un doctorat en 1913. Professeur au collège épiscopal Saint-Étienne en 1916, il est nommé maître de conférences de philosophie à la Faculté en 1919.

32 L’abbé Raymond Simeterre, né en 1878, obtiendra une chaire d’histoire de la philosophie ancienne et médiévale à l’Institut catholique de Paris en 1921.

33 D’origine aveyronnaise, l’abbé Fortuné Palhoriès est né en 1878. Il est docteur ès lettres depuis la soutenance, à Paris, de ses thèses sur La philosophie de Rosmini et La théorie idéologique de Galluppi dans ses rapports avec la philosophie de Kant (Paris, Félix Alcan, 1908).

34 L’abbé Paul Bottinelli a soutenu en 1913 à Paris des thèses sur A. Cournot métaphysicien de la connaissance et A. Cournot. Souvenirs (1760-1860) (Paris, Hachette, 1913), qui lui ont valu le doctorat ès lettres. Il sera ensuite aumônier du lycée Janson de Sailly.

35 Né en 1884, prêtre du diocèse de Toulouse en 1908, l’abbé Louis Capéran s’est fait remarquer en 1912 par une thèse de théologie sur Le problème du salut des infidèles. Essai historique, soutenue à l’Institut catholique de Paris (Paris, G. Beauchesne, 1912). Professeur de théologie dogmatique au grand séminaire d’Agen depuis 1911, il occupe la même fonction dans celui de Toulouse à partir de 1915.

36 On a le choix entre deux Garriguet, tous deux sulpiciens : Henri, supérieur général de la Compagnie de Saint-Sulpice depuis 1904 ; et Louis, professeur de théologie et supérieur de divers grands séminaires.

37 Eugène Muller.

38 L’abbé Jean Durantel a soutenu en 1918 à Paris une thèse pour le doctorat ès lettres sur Le retour à Dieu par l’intelligence et la volonté dans la philosophie de S. Thomas (Paris, Félix Alcan, 1918).

39 Ce veto vient en fait de Mgr Ruch, comme l’indique Canet à Tisserant le 17 septembre.

40 Né en 1880, prêtre du diocèse de Nancy en 1903, professeur de sciences au grand séminaire (1904-1907), Émile Amann s’est fait connaître par des travaux sur les apocryphes du Nouveau Testament (Le Protévangile de Jacques et ses remaniements latins, Paris, Letouzey, 1910).

41 Guillaume Mollat, né en 1877, prêtre du diocèse de Nantes en 1900 a terminé ses études à Rome où Mgr Duchesne l’a chargé de publier les Lettres communes du pape Jean XXII (premier volume dans la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, Paris, Fontemoing, 1904) ; il a publié chez Gabalda en 1912 un livre appelé à devenir classique sur Les papes d’Avignon (1305-1376).

42 Né en 1869, prêtre en 1893, Gustave Constant enseigne l’histoire de l’Église moderne à l’Institut catholique de Paris depuis 1908 ; ses travaux sur la Réforme catholique consécutive au concile de Trente et sur le schisme anglican font autorité.

43 Hippolyte Hemmer est né en 1864. Prêtre pour le diocèse de Metz en 1887, il s’est spécialisé en histoire ancienne de l’Église sous la direction de Mgr Duchesne. Curé de Saint-Mandé depuis 1917, il dirige avec Paul Lejay une collection de « Textes et documents pour l’étude historique du christianisme » ; d’après Mgr Guillaume Mollat, Millerand lui aurait demandé conseil pour les nominations à Strasbourg (« Les débuts de la Faculté française », Revue des sciences religieuses, juillet-octobre 1969, p. 269).

44 Louis Saltet, né en 1870 et prêtre du diocèse de Rodez en 1893, est un disciple de Mgr Duchesne et un ami de Mgr Batiffol. Celui-ci l’a appelé à l’Institut catholique de Toulouse où il enseigne l’histoire de l’Église à partir de 1898.

45 Parce que Saltet traque les pseudonymes du prêtre moderniste Joseph Turmel (La question Herzog-Dupin. Contribution à l’histoire la théologie française depuis ces dernières années, Paris, 1908) ?

46 Hypothèse que suggère la lettre du 22 août, mais aussi la carrière rapide de l’abbé François Erman qui n’a sans doute pas fait que des heureux dans son diocèse : né en 1864, prêtre en 1888, docteur en théologie et en droit canon l’année suivante, il est choisi par Mgr Fleck comme secrétaire particulier, puis comme secrétaire général de l’évêché en 1892 ; chanoine honoraire en 1896, il est titularisé par Mgr Benzler en 1906 (les renseignements sur les prêtres de Metz sont dus à l’abbé Pierre L’Huillier).

47 Archevêque de Paris depuis 1908, et à ce titre chancelier de l’Institut catholique.

48 Étienne Magnin, né en 1880 et prêtre du diocèse de Paris en 1902, devient juge pro-synodal en 1909 avant de soutenir, à l’Institut catholique en 1912, sa thèse de droit canon ; chanoine honoraire la même année, il devient directeur du bureau des dispenses le 1er octobre 1919 et enseigne à la Catho.

49 Gabriel Le Bras, né en 1891, a été initié au droit canon par ses professeurs de Rennes, Paul Fournier et Robert Génestal.

50 Historien du christianisme ancien, Mgr Louis Duchesne est directeur de l’École française de Rome depuis 1895.

51 L’abbé Louis Venard, né en 1874, a fait des études de mathématiques et de théologie à Paris avant d’être ordonné prêtre pour le diocèse de Grenoble en 1900 ; il est professeur de sciences à l’Institution Robin de Vienne (Isère).

52 Gustave Bardy, né en 1881 et prêtre du diocèse de Besançon depuis 1906, est docteur en théologie de l’Institut catholique de Paris (1910) ; il enseigne la philosophie au collège Saint-Jean de Besançon depuis 1909.

53 Né en 1878 et prêtre en 1901, Jean Rivière est professeur de théologie au grand séminaire d’Albi (1903), puis de Toulouse (1905). Il a soutenu à l’Institut catholique de Toulouse en 1905 une thèse remarquée sur Le dogme de la rédemption. Essai d’étude historique (Paris, Lecoffre, 1905).

54 Louis Godefroy, né en 1873 et prêtre du diocèse de Nancy depuis 1896, est professeur (1908) puis supérieur (1919) du grand séminaire, avant d’entrer en 1928 à la trappe de Sept-Fonds, dont il deviendra l’abbé en 1949.

55 Louis Dennefeld, né en 1883 et prêtre du diocèse de Strasbourg en 1906, est en 1908 l’un des premiers docteurs de la Faculté de Strasbourg ; après des études à Berlin et à Rome, il est nommé professeur de sciences bibliques à Faculté en 1919.

56 Albert Lang, né en 1868 et prêtre du diocèse de Strasbourg en 1892, est professeur au grand séminaire de 1895 à 1903, puis professeur à la Faculté de théologie de Strasbourg jusqu’à sa retraite en 1928 ; assesseur du doyen Muller en 1919, il lui succède au décanat dès 1920.

57 Rayé.

58 Rayé.

59 Le 26 juillet.

60 Il s’agit peut-être de l’abbé Camille Bonet, secrétaire particulier de Mgr Ruch.

61 Délibérément en retrait du fait de ses liens avec Alfred Loisy, l’abbé Venard a refusé la chaire qui lui était offerte.

62 Mgr Alexandre Caillot est évêque de Grenoble depuis 1917 et, à ce titre, ordinaire de l’abbé Venard.

63 « Reçu lettre de Canet », agenda Tisserant, 18 août ; « écrit Canet », 20 août.

64 Né en 1875, Émile Baudin est prêtre du diocèse de Nancy depuis 1898 ; trois fois admissible à l’agrégation, il enseigne la philosophie au Collège parisien Stanislas depuis 1902 ; il a publié son Cours de psychologie à Paris, chez de Gigord en 1917.

65 Louis Pirot, né en 1881 et prêtre du diocèse de Bourges en 1904, a obtenu en 1911 à Rome un doctorat en Écriture sainte après avoir été examiné en assyro-babylonien par… Eugène Tisserant ; il enseigne l’exégèse au grand séminaire de Bourges depuis 1908 ; en 1920, il est appelé à la Faculté de théologie de Lille pour le Nouveau Testament.

66 Né en 1858 et prêtre du diocèse du Puy en 1881, Auguste Boudinhon a enseigné le droit canon à l’Institut catholique de Paris entre 1884 et 1916, date à laquelle il a été nommé recteur de Saint-Louis-des-Français à Rome.

67 Paul Muller-Simonis, né en 1862 et prêtre du diocèse de Strasbourg en 1886, est l’un des principaux représentants du catholicisme social en Alsace.

68 Le recteur de l’Institut catholique de Paris risque d’être difficile à convaincre. « Il [Canet] avait demandé au cardinal d’accepter sans délai de céder nos professeurs Meyrin [sic pour Magnin] et Simeterre. On ne m’avait même pas consulté ! », s’étonne-t-il le 5 août (Op. cit., p. 241).

69 « Reçu lettre Canet » ; « Vu Mgr R[uch] pour questions Canet » agenda 25 août ; réponse le 27.

70 Et pour cause : il n’a pas terminé ses études interrompues par la mobilisation ! Il soutient en 1920 une thèse de doctorat en droit sur « l’immunité réelle » et obtient l’agrégation de droit en 1922. L’année suivante il est nommé… à la Faculté de droit de l’Université de Strasbourg pour enseigner le droit romain ; il y collabore avec l’Institut de droit canonique fondé par l’abbé Victor Martin.

71 Historien de l’Église et des dogmes, Mgr Pierre Batiffol vit à Paris une retraite studieuse, après avoir dû démissionner du rectorat de l’Institut catholique de Toulouse en 1907.

72 Peut-être encore Jules Coulet, car Sébastien Charléty ne le remplace à la direction de l’Instruction publique et des Beaux-Arts d’Alsace-Moselle qu’avec la nouvelle année universitaire.

73 « Écrit Canet pour Baudin », agenda Tisserant 8 septembre 1919.

74 Moins prestigieuse qu’un poste de professeur.

75 Il choisit alors d’occuper une maîtrise de conférences à la Faculté de théologie de Lille.

76 Suspect de sympathies modernistes, Amann a été écarté du grand séminaire de Nancy. La défiance de son ancien professeur puis collègue Mgr Ruch remonte-t-elle à cet incident ?

77 La thèse de Durantel porte en effet sur saint Thomas d’Aquin. On ignore les raisons de la défiance de Mgr Ruch à son égard : peut-être sa participation, comme Bottinelli ou Magnin d’ailleurs, à la Société d’études religieuses animée par les pères Laberthonnière et Portal (O. Lemarié, « Un prêtre d’études : le chanoine É. Magnin », dans Étienne Magnin, Mes raisons de croire, Paris, Bloud et Gay, 1943, p. 38-39).

78 Alexandre Millerand.

79 Auguste Trilhe (dom Robert en religion), né en 1866, a fait un premier essai à la trappe Sainte-Marie du Désert, proche de Toulouse, avant des études au Séminaire français de Rome ; prêtre en 1890, vicaire dans une paroisse populaire de Toulouse, il retourne à la Trappe (1900-1911), avant de se fixer à Toulouse où il est conseiller juridique de l’archevêché et professeur de droit canon à l’Institut catholique.

80 Le problème du salut des infidèles. Essai historique, Paris, G. Beauchesne, 1912.

81 Tisserant rencontre le secrétaire particulier de Mgr Ruch à plusieurs reprises.

82 « Écrit Canet proposant Thomas NT », agenda 19 septembre. Louis Thomas, né en 1885 et prêtre du diocèse de Metz en 1912, a suivi les cours d’assyrien de Tisserant à l’Apollinaire ; il est professeur au grand séminaire de Metz depuis 1912.

83 L’abbé Joseph-Pierre David, né en 1882 et prêtre du diocèse de Grenoble en 1906, est chapelain de Saint-Louis-des-Français à Rome entre 1905 et 1915 ; il enseigne la philosophie au Rondeau-Montfleury, institution privée aux portes de Grenoble de 1919 à 1922, date à laquelle il est nommé professeur de philosophie à l’Université de Cracovie.

84 En fait, il a été cistercien de stricte observance, c’est-à-dire trappiste. Cet ordre n’est pas autorisé en France ; Trilhe a été définitivement exclaustré en 1916.

85 Le poste échoit en 1921 à l’abbé Victor Martin, du diocèse de Moulins, recruté en 1919 comme maître de conférences d’histoire moderne ; fondateur de l’Institut de droit canonique, il devient doyen de la Faculté après la retraite d’Albert Lang en 1923.

86 Durant son séjour à Rome, Louis Canet a commencé des travaux sur le livre de Daniel, ainsi que sur Jean Chrysostome et Théodoret de Cyr.

87 « Reçu lettre Canet », agenda 23 septembre.

88 « Écrit Canet sur Cersoy, Bordet pour NT », agenda 23 septembre. Pierre-Marc-Émile Cersoy est né en 1869 et entré dans la Compagnie de Saint-Sulpice en 1887 ; il enseigne à Issy (1896), puis à Lyon (1900), avant de rejoindre le grand séminaire d’Orléans (1902) ; faute d’annuaire entre 1911 et 1927, la date de sa sortie de la Compagnie n’est pas connue (renseignements communiqués par le père Jean Longère).

89 Né en 1878 et prêtre du diocèse de Dijon en 1903, Louis Bordet est professeur au grand séminaire de 1904 à 1909, date à laquelle il est nommé professeur de philosophie et sous-directeur de l’Institution Saint-François de Sales. Il a envisagé de préparer une thèse de doctorat sous la direction de Maurice Blondel (renseignements communiqués par Jacques Rogé).

90 Aucune trace de démarche auprès de Capéran dans l’agenda Tisserant.

91 Aimé Nicolas Fonck, né en 1877 et prêtre du diocèse de Nancy en 1900, a enseigné au grand séminaire de Nancy de 1901 à 1909, avant d’en être écarté ; il est professeur au grand séminaire de Meaux depuis 1912.

92 Mgr Léon Jérôme, né en 1867 et prêtre du diocèse de Nancy en 1890, est agrégé d’histoire (1895). Il occupe les fonctions de vicaire général depuis 1909, après avoir été professeur au grand séminaire et secrétaire général de l’évêché (1907).

93 Eugène Mangenot, né en 1856 et prêtre du diocèse de Nancy en 1881, est professeur d’Écriture sainte à l’Institut catholique de Paris depuis 1903, après avoir longtemps enseigné au grand séminaire de Nancy où il a fondé, avec son collègue Alfred Vacant, le Dictionnaire de théologie catholique.

94 Né en 1880 et prêtre du diocèse de Nancy depuis 1903, Auguste Gaudel a fait des études supérieures de théologie et a occupé divers postes pastoraux dans son diocèse. C’est pourtant lui qui sera nommé professeur de théologie dogmatique à la Faculté de Strasbourg en 1920.

95 Giovanni Mercati est préfet de la Bibliothèque vaticane.

96 Michel Andrieu, né en 1886 et prêtre du diocèse de Rodez en 1910, a poursuivi ses études à Rome dans la mouvance de Mgr Duchesne ; il est nommé maître de conférences (1919), puis professeur d’histoire du culte chrétien et d’archéologie chrétienne en 1921.

97 Né en 1879 et prêtre du diocèse de Moulins, Jean-Baptiste Colon y enseigne l’Écriture sainte depuis son retour de Rome en 1911, avant d’être nommé à Strasbourg en 1920.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Fouilloux, « La faculté de théologie catholique de Strasbourg en 1919 », Revue des sciences religieuses, 86/1 | 2012, 3-24.

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « La faculté de théologie catholique de Strasbourg en 1919 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/1 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/1592 ; DOI : 10.4000/rsr.1592

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Professeur émérite d’Histoire contemporaine
Université Lumière – Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page