Navigation – Plan du site
Recensions

Maria-Cristina Pitassi et Daniela Solfaroli Camillocci (éd.), Les Modes de la conversion confessionnelle à l’Époque moderne. Autobiographie, altérité et construction des identités religieuses

Firenze, Leo S. Olschki Editore, 2010, 266 p.
Pascale Thouvenin
p. 373-374
Référence(s) :

Maria-Cristina Pitassi et Daniela Solfaroli Camillocci (éd.), Les Modes de la conversion confessionnelle à l’Époque moderne. Autobiographie, altérité et construction des identités religieuses, Firenze, Leo S. Olschki Editore, 2010, 266 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage résulte d’une collaboration internationale, dans le cadre d’un séminaire mené par Maria-Cristina Pitassi et Daniela Solfaroli Camillocci au sein de l’Institut d’Histoire de la Réformation de l’Université de Genève (novembre 2007), sur la conversion intrachrétienne dans l’Europe de la première modernité. Les contributions sont données en trois langues, le français, l’anglais et l’italien. On distinguera dans ce volume la très précieuse « Introduction » (D. Solfaroli Camillocci), dont la modestie du titre recouvre en réalité une mise en perspective très éclairante de l’état de la question, une présentation analytique du contenu du volume et la suggestion de pistes de réflexion destinées à prolonger la présente recherche.

2Bien loin d’être concentrée sur Genève – haut lieu de la réformation ainsi que de la conversion intrachrétienne –, la recherche embrasse aussi bien la France que la Suède, Rome et les Pays-Bas, démarche qui à elle seule suffirait à souligner l’envergure européenne du phénomène. Mais c’est bien peu à côté de l’ampleur et de la richesse de l’ouvrage, conçu comme une contribution à l’étude de la construction identitaire du fait religieux en Europe, sous l’angle particulier de l’altérité confessionnelle au sein de la même tradition culturelle. Dans une première section est abordée « L’expérience spirituelle : modèles et exemples », à travers l’autobiographie et la biographie de quelques réformateurs au XVIe siècle (Irena Backus), tandis que Paul-Alexis Mellet interroge « Le temps et le corps dans la conversion aux XVIe et XVIIe siècles », et souligne, à travers un grand nombre d’exemples historiques bien connus (Benoît de Canfield, Théodore de Bèze) ou moins fameux, l’effacement de l’expression individuelle. Keith Luria analyse la portée spirituelle du récit que le capucin Benoît de Canfield fait de sa conversion au catholicisme dans sa signification critique à l’encontre de la conversion au catholicisme du roi Henri IV. À travers le recueil de l’ancien ministre calviniste Johann Heinrich Reitz, Adelisa Malena dégage un modèle de conversion spirituelle piétiste caractérisé par le dépassement des frontières confessionnelles.

3Une deuxième section, intitulée « Interpréter la conversion : apologétique, controverses et combat intellectuel » poursuit l’enquête sur le terrain de la perception intellectuelle de l’altérité. Plusieurs études monographiques sont réunies : Nicolette Mouts interroge le cas de Juste Lipse, fréquemment accusé d’indifférence religieuse, Susan Rosa souligne l’évolution confessionnelle de la reine Christine de Suède, tandis que Maria-Cristina Pitassi étudie comment Pierre Bayle, se fondant sur une conception de la croyance relevant de la vérité relative, sape la légitimité de tout discours de « convertisseur ». Celles-ci alternent avec des études portant sur des collectivités, comme la contribution de Nicolas Fornerod sur les difficultés de la réception des nouveaux convertis dans la compagnie des Pasteurs de Genève au début du XVIIe siècle, ou bien, dans une troisième partie centrée sur la pédagogie de la conversion, les études d’Alain Tallon, sur l’apport des procès inquisitoriaux que recèlent les archives italiennes pour la connaissance des processus personnels de conversion. C’est aussi le cas de l’étude de Bernard Dompnier, qui se penche sur la nature et les résultats des missions catholiques visant les réformés, de celle d’Irène Fossi, où sont utilisées les sources du Saint-Office pour évaluer les enjeux de l’intégration des nouveaux convertis au catholicisme, tandis que Christian Grosse étudie dans la longue durée (XVIe-XVIIIe siècles) les instruments utilisés à Genève par les institutions pour maintenir les fidèles dans la Réforme.

4L’ouvrage se clôt sur un utile index des noms, qui fait cependant regretter l’absence de synthèse bibliographique – que l’on pourra extraire cependant en grande partie de la très riche « Introduction » évoquée plus haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Thouvenin, « Maria-Cristina Pitassi et Daniela Solfaroli Camillocci (éd.), Les Modes de la conversion confessionnelle à l’Époque moderne. Autobiographie, altérité et construction des identités religieuses », Revue des sciences religieuses, 86/3 | 2012, 373-374.

Référence électronique

Pascale Thouvenin, « Maria-Cristina Pitassi et Daniela Solfaroli Camillocci (éd.), Les Modes de la conversion confessionnelle à l’Époque moderne. Autobiographie, altérité et construction des identités religieuses », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/3 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1533

Haut de page

Auteur

Pascale Thouvenin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page