Navigation – Plan du site
Recensions

Roberto Sartor, Le convenzioni tra il vescovo diocesano e il superio-re di un istituto missionario a norma del can. 790 § 1, 2° del CIC.

Prassi della Congregazioni dei Missionari Oblati di Maria Immacolata, Roma, Editrice Pontificia Università Gregoriana, coll. « Tesi Gregoriana. Serie Diritto canonico, 90 », 2011, 377 p.
Anne Bamberg
p. 372-373
Référence(s) :

Roberto Sartor, Le convenzioni tra il vescovo diocesano e il superio-re di un istituto missionario a norma del can. 790 § 1, 2° del CIC. Prassi della Congregazioni dei Missionari Oblati di Maria Immacolata, Roma, Editrice Pontificia Università Gregoriana, coll. « Tesi Gregoriana. Serie Diritto canonico, 90 », 2011, 377 p.

Texte intégral

1« Il appartient à l’évêque diocésain en territoire de mission […] de veiller à ce que de justes conventions soient passées avec les Modérateurs des instituts qui se consacrent à l’œuvre missionnaire, et que les relations avec eux tournent au bien de la mission. », dit le passage du canon dont traite cette thèse. On l’aura bien noté, le canon parle de conventions que le législateur souhaite être justes. Examinant la pratique de la congrégation des missionnaires oblats de Marie Immaculée (o.m.i.), se reportant aux sources, citant amplement la collection des Écrits Oblats, l’A. montre que ce n’est pas toujours facile de faire en sorte que les relations entre le responsable de la circonscription ecclésiastique et le responsable de l’institut missionnaire prennent en compte le « bien de la mission ». Le respect de l’autorité épiscopale comme celui de la légitime autonomie de l’institut exigent de négocier, parfois âprement, et il n’est pas rare que des conflits surgissent entre les missionnaires et les autorités locales, sans compter les incompréhensions du côté du dicastère romain de Propaganda Fide, aujourd’hui Congrégation pour l’évangélisation des Peuples.

2Le plan est chronologique pour les premiers chapitres : de la fondation de la Congrégation de Propaganda Fide à Grégoire XVI, de Grégoire XVI à l’instruction Quum huic (1929), le magistère conciliaire et postconciliaire, Ad Gentes 32 et l’instruction Relationes in territoriis (1969). Les cinquième et sixième chapitre traitent plus précisément du sujet indiqué dans le titre, à savoir, les normes en vigueur (p. 181-219) et la pratique de la congrégation o.m.i. (p. 221-303). La recherche a porté sur une série de statuts et sur des conventions conclues au cours de la seconde moitié du XXe siècle, dont certaines figurent en annexe, accompagnées d’un contrat-type. La liste des abréviations est incontestablement utile. Quant à la bibliographie, riche et pertinente, on peut regretter l’impasse sur d’intéressantes ressources numériques. Comme l’A. explique les tensions, les rapports conflictuels, et montre comment des différends ont pu être dépassés, cette étude est précieuse non seulement pour les o.m.i. mais elle est aussi stimulante pour d’autres institutions. Elle ne manque pas d’intérêt à une époque de nouvelle évangélisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bamberg, « Roberto Sartor, Le convenzioni tra il vescovo diocesano e il superio-re di un istituto missionario a norma del can. 790 § 1, 2° del CIC.  », Revue des sciences religieuses, 86/3 | 2012, 372-373.

Référence électronique

Anne Bamberg, « Roberto Sartor, Le convenzioni tra il vescovo diocesano e il superio-re di un istituto missionario a norma del can. 790 § 1, 2° del CIC.  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/3 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/1531

Haut de page

Auteur

Anne Bamberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page