Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre Lombard, Les Quatre Livres des Sentences. Premier Livre

Paris, Cerf, coll. « Sagesses chrétiennes », 2012, 582 p.
Isabel Iribarren
p. 370-372
Référence(s) :

Pierre Lombard, Les Quatre Livres des Sentences. Premier Livre. Introduction, traduction, notes et tables par Marc Ozilou, Paris, Cerf, coll. « Sagesses chrétiennes », 2012, 582 p.

Texte intégral

1Depuis la traduction anglaise complétée par Giulio Silano en 2010 (The Sentences, Book 1 : The Mystery of the Trinity (2007); Book 2 : On Creation (2008); Book 3 : On the Incarnation of the Word (2008); Book 4 : The Doctrine of Signs (2010), Toronto : Pontifical Institute for Medieval Studies) on compte enfin et pour la première fois avec une traduction des Sentences de Pierre Lombard en langue moderne. La traduction française intégrale que les éditions du Cerf a confiée aux soins de Marc Ozilou et qui s’ouvre avec ce volume, vient contribuer à cet effort de récupération du patrimoine de savoir scolastique, longtemps cantonné à l’œuvre de Thomas d’Aquin. Or, bien avant la composition de ses Sommes et comme tout bachelier universitaire voulant accéder à la maîtrise en théologie, Thomas dut, lui aussi, rédiger un commentaire des Sentences de Pierre Lombard. En effet, depuis la célèbre sanction du IVe Concile de Latran en 1215, le recueil des Sentences du Lombard a acquis une importance sans égale; pour la première fois un auteur non patristique se voit investi d’une véritable autorité doctrinale. Les dicta magistralia, les opinions des maîtres scolastiques qui se trouvent à l’origine de la figure de l’intellectuel au XIIIe siècle, sont donc issues de ce passage obligé par les Sentences (1148-1152), texte de base de l’éducation universitaire au Moyen Âge jusqu’aux temps de Luther. Nourrie également d’une Glose sur les psaumes, d’une Glose sur les lettres de Paul et d’une collection de sermons, la vision du Lombard doit autant à la tradition patristique qu’aux maîtres contemporains. Jeune étudiant à l’école de Saint-Victor au début du XIIe siècle, le futur évêque de Paris assiste aux cours d’Hugues, dont l’ascendance sur le Lombard laissera des traces dans les Sentences. C’est aussi à Paris que Pierre Lombard témoignera de la renommée de Pierre Abélard, alors enseignant à Sainte-Geneviève. Comme Bernard de Clairvaux, auquel il se rallie par ailleurs contre Guilbert de Poitiers, Pierre Lombard réservera, paradoxalement, un accueil tiède à l’enseignement d’Abélard. Paradoxalement, puisque c’est bien sur la méthode d’interprétation des « autorités » que celui-ci développe dans son Sic et Non que se baseront plus tard les Sentences. Le recueil des prises de positions patristiques que constitue le Sic et Non d’Abélard est d’une importance capitale pour l’histoire de la théologie médiévale, car il atteste du passage de la lectio, exercice traditionnellement monastique, à la quaestio scolastique. En effet, au XIIe siècle, la pratique traditionnelle d’explication des textes bibliques passera au second plan, et avec elle son instrument privilégié, la grammaire. Le maître ne se contente plus d’un commentaire littéral des auteurs, mais cherche à en dégager le sens profond et le contenu doctrinal. Cela donne lieu à une glose plus ample qui se détache graduellement du texte pour devenir une réflexion autonome. Bien que l’enseignement médiéval s’organise également autour des textes d’autorité, la technique de la quaestio changera pour toujours le rapport avec les authentica, et donc la rationalité théologique elle-même. Par le moyen d’une procédure qui visait à montrer comment les autorités, discordantes en apparence, étaient en effet compatibles, la méthode de la quaestio à la fois rehaussait et nuançait l’importance des idées reçues : on accumulait les solutions passées à une question donnée, mais le choix de la question, ainsi que sa solution, étaient laissés au maître. Le résultat est qu’on privilégiera la dialectique, ce troisième volet de l’ancien trivium qui constituera la marque de fabrique du raisonnement scolastique : une démarche analytique basée sur l’application des règles de la logique et du langage à des énoncés en apparence contradictoires, afin de révéler leur conformité profonde. Mais là où l’entreprise audacieuse d’Abélard achoppe sur deux condamnations, les Sentences de Pierre Lombard se trouvent consacrées par un concile œcuménique de la plus haute importance. Le sort du Lombard s’explique en partie par sa doctrine sur la Trinité, qu’il voyait comme un développement plus fidèle de l’enseignement du De Trinitate de saint Augustin. À l’encontre de la « sémantique trinitaire » que propose son contemporain Guilbert de Poitiers et de l’argument abélardien basé sur l’analogie puissance-sagesse-bonté, le Lombard propose d’articuler la doctrine de la Trinité autour d’un vocabulaire plus approprié qui échappe au Charybde et Scylla du trithéisme et du modalisme. L’influence de la pensée de saint Augustin sur Pierre Lombard est plus profonde et se manifeste notamment dans l’organisation des Sentences en quatre Livres : le livre I présente la doctrine trinitaire; le livre II concerne la création, la grâce et le péché; le livre III expose la doctrine christologique; enfin le livre IV est consacré aux sacrements et aux fins dernières. Appliquant la distinction augustinienne entre frui et uti, entre choses et signes, le Lombard entend expliquer la valeur relative qu’il accorde à chaque partie de son œuvre : Dieu, la seule source de bonté et bonheur, et la création, les vertus et les sacrements, autant de signa qui nous conduisent à Dieu. Cette structure néoplatonicienne du exitus et du redditus des créatures à partir de Dieu est un choix délibéré du Lombard parmi d’autres exposés doctrinales qui existaient depuis le début du XIIe siècle, et qui, fidèles à l’exposé biblique, partaient plutôt de la création, miroir naturel tendu vers le divin. Comme Marcia Colish le note dans son fondamental Peter Lombard (Brill, 1994), le choix du Lombard aura d’importantes conséquences : périclitait ainsi toute une tradition ancienne des commentaires de l’Hexameron, en faveur d’une vision plus large et inclusive de l’entreprise théologique qui tient compte également des questions morales, noétiques, anthropologiques et métaphysiques.

2Basée, comme la version anglaise, sur l’édition critique établie par Ignatius C. Brady en deux volumes (Grottaferrata, 1971-81), la traduction française proposée par M. Ozilou se distingue par sa fidélité et sa lisibilité. L’introduction à ce premier volume est riche et éclairante pour le non initié. L’on trouve des notes biographiques sur le parcours et l’œuvre de Pierre Lombard, le contexte culturel et doctrinal dans lequel elle s’insère, une brève analyse des Sentences qui porte sur sa méthode, sa structure, sa doctrine, ses sources et sa réception jusqu’au Wegestreit du XVe siècle, où les Sommes passent au devant de la scène. Afin de faciliter une vision d’ensemble de ce vaste corpus doctrinal, l’introduction nous offre également le plan détaillé de chacun des quatre livres, accompagné de quelques notes sur le procédé, l’organisation en « distinctions » (terme introduit plus tard par Alexandre de Halès) et les mœurs stylistiques de la scolastique, auxquels Ozilou se montre sensible dans sa traduction. Celui-ci prend le soin d’identifier les sources auxquelles le Lombard fait référence dans ses Sentences, qu’elles soient bibliques, patristiques ou contemporaines à l’auteur (les nombreux quidam ou alii) – un avantage de la traduction française sur la version anglaise, insatisfaisante à cet égard. Le volume se clôt avec un index biblique, un index d’auteurs anciens et médiévaux, et enfin un « index complémentaire » d’études contemporaines sur le sujet. Ce dernier reste à mes yeux insuffisant, incluant surtout des ouvrages généraux et peu de références à des travaux spécialisés récents ou anglophones (outre la fondamentale Marcia Colish, les travaux de Philipp Rosemann méritaient une mention). L’excellente traduction d’Ozilou reste toutefois une aubaine pour l’historien de la théologie médiévale. On attend la suite avec impatience.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Iribarren, « Pierre Lombard, Les Quatre Livres des Sentences. Premier Livre », Revue des sciences religieuses, 86/3 | 2012, 370-372.

Référence électronique

Isabel Iribarren, « Pierre Lombard, Les Quatre Livres des Sentences. Premier Livre », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/3 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1520

Haut de page

Auteur

Isabel Iribarren

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page